Your name., vol. 1-3

YourName-v1-covLa rencontre improbable de deux êtres. Mitsuha, une jeune fille élevée dans une famille traditionnelle, s’ennuie dans ses montagnes natales et voudrait connaître la vie excitante d’une grande ville. À Tokyo, Taki est débordé, entre le lycée, son travail à temps partiel et ses amis. 

Un jour, Mitsuha rêve qu’elle est un jeune homme à Tokyo, tandis que Taki se voit en rêve dans la peau d’une adolescente du Japon rural… Contre toute attente, leurs rêves respectifs sont devenus réalité : leurs corps se sont échangés et chacun vit la vie de l’autre ! 

Attirés de façon inexplicable, Mitsuha & Taki vont tout faire pour se retrouver bien que le temps et l’espace semblent les séparer…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 1, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), juillet 2017. 176 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3586-2. Pour lectorat adolescent (14+).

YourName-v2-covLe destin se met en marche. 

“Je suis impatiente de voir la comète”. 

L’échange des corps s’est arrêté. Taki, désemparé, cherche un moyen de joindre Mitsuha. À l’aide des photos qu’il a vues à l’exposition Nostalgie, il essaie de retrouver l’endroit où Mitsuha pourrait vivre dans l’espoir de partir la retrouver…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 2, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), Août 2017. 164 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3697-5. Pour lectorat adolescent (14+).

YourName-v3-covDeux être liés.

Il faut sauver Itomori ! Afin que Mitsuha et tous les habitants échappent à la chute de la comète Tiamat, Taki met en œuvre le plan d’évacuation de la ville avec Tessie et Sayaka. Il est prêt à tout pour la protéger. Mais pourra-t-il enfin la retrouver ?

Un dernier tome plein d’émotions.

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 3, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), octobre 2017. 168 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3815-3. Pour lectorat adolescent (14+).

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Your Name. (君の名は。/ Kimi no Na wa. / lit. “Quel est ton nom?”) a été sérialisé dans le mensuel Comic Alive entre mai 2016 et janvier 2017 avant d’être compilé en trois volume chez Media Factory. C’est l’adaptation en manga du dessin animé du même titre par Makoto Shinkai. L’adaptation est par Shinkai lui-même et le manga est dessiné par Ranmaru Kotone. Le manga a été traduit en anglais chez Yen Press et en français chez Pika. Cette histoire a également été adapté en roman (publié en juin 2016 chez Kadokawa et traduit en français chez Pika Roman) et il existe même un projet d’adaptation en film (chez Paramount Pictures, produit par J. J. Abram et écrit par Eric Heisserer). 

C’est sans doute mon histoire préféré de Makoto Shinkai. Encore une fois c’est un récit de rencontre entre deux adolescents mais, si il débute sur une thématique plutôt clichée — l’échange corporel, l’histoire devient rapidement captivante et se conclue d’une façon très puissante. 

Mitsuha vit dans un village de campagne perdu dans les montagnes Hida de la préfecture de Gifu et elle rêve de se retrouver à Tokyo. À l’opposé, Taki est un jeune tokyoïte timide qui étouffe dans la grande ville. Ils n’ont rien en commun et pourtant un destin fantastique va entrecroiser leur existence. Un bon matin, Taki se réveille dans le corps de Mitsuha. Il est déstabilisé au début car il ne connait rien de la vie de la jeune fille et ses parents et amies se demandent bien ce qui lui arrive. Mais il apprend vite et réussi à s’adapter à cette nouvelle vie car cette échange se produit presque tous les jours. Simultanément, Mitsuha se retrouve dans le corps de Taki à Tokyo et apprends peu à peu la routine du jeune garçon à l’école et à son petit travail de serveur dans un café. Les deux adolescents se croisent dans leur corps et ne se rencontre jamais. Toutefois, ils se laissent des notes sous forme de journal dans leur téléphones et apprennent ainsi à se connaitre et, avec le temps, à s’apprécier. Ils vont apprendre l’un de l’autre. Taki réussi à sortir avec une collègue de travail, Miki, qu’il aime bien. Mitsuha est occupé à se préparer pour un festival alors qu’une comète se montre dans le ciel japonais. C’est alors que tout échange et toutes communications cessent entre les deux adolescents. 

Taki devient obsédé avec l’idée de retrouver Mitsuha. À travers ses souvenirs et son expérience dans le corps de la jeune fille, il parvient à retracer son village, Itomori. Toutefois, il découvre avec horreur que ce dernier a été entièrement détruit trois ans  auparavant lorsqu’un morceau de la comète Tiamat, transformé en météorite, s’est écrasé sur terre, tuant le tiers de la population du village! Qu’est-il arrivé à Mitsuha? Est-ce que la communication a cessé parce qu’elle est morte? Est-ce que Taki communiquait avec un fantôme? Était-elle parmi les survivants? Il décide de se rendre sur le site du cratère pour investiguer. Il tente ainsi  de rétablir la communication, au delà de l’espace et du temps, pour retrouver celle qu’il a appris à aimer…

Ce manga nous offre une excellente histoire, et même si le graphisme n’a pas la majesté de l’animation de Makoto Shinkai, le dessin de Kotone est tout de même très beau. C’est une lecture très agréable et divertissante qui nous fournis de bons moments. Je vous le recommande. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ Amazon • GoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Ranmaru Kotone 2016.  ©2016 Toho Co Ltd / Comix Wave Films / Kadokawa Corporation / East Japan Marketing & Communication Inc / Amuse Inc / Lawson HMV Entertainment Inc.

[ Translate ]

Les Constantiniens (1)

Constantinus (310-337 EC) (3)

Depuis déjà longtemps le centre de l’Empire n’est plus à Rome car les tétrarques siégeaient chacun dans leurs capitales régionales (Augusta Treverorum à l’ouest, Mediolanum en Italie, Sirmium en Pannonie et Nicomédie à l’est). Celles-ci étaient généralement situé près des frontières afin de pouvoir réagir rapidement en cas d’invasion barbares. Constantinus désire se distinguer en établissant une nouvelle capitale impériale. Il hésite d’abord entre Ilion et Sardica, puis, après sa victoire sur Licinius, il porte son choix sur Byzance, une cité grecque situé à l’entrée du Bosphore et capitale de la Thrace. Cela lui permet de re-centrer sa capitale sur un empire qui s’est beaucoup étendu à l’Est, de rester proche de Nicomédie, où il a grandit à la cour de Diocletianus, de façon à se réclamer de la légitimité du lieu, et surtout de se rapprocher des frontières du Danube et de l’Euphrate, là où les risques d’invasions sont maintenant les plus grands, tout en restant à une bonne distance des conflits afin de ne pas nuire à la prospérité de la cité. Il nomme cette nouvelle capitale, qui ne sera inaugurée officiellement qu’en mai 330, Constantinopolis (la cité de Constantinus).

Maintenant qu’il est l’unique empereur, Constantinus doit s’efforcer de consolider son pouvoir. Il établit d’abord sa succession dynastique. Il avait déjà nommé ses fils Crispus et Constantinus II Césars en 317, et fera de même avec ses fils Constantius II en 324, Constans en 333, puis avec ses neveux Flavius Dalmatius et Flavius Hannibalianus en 335. Avec une imposante campagne de construction, il s’attache à bâtir sa nouvelle capitale à l’image de Rome en édifiant un Grand Palais, un Capitol, un forum, un sénat, un hippodrome, une église et quatorze quartiers d’habitation qui logeront une population atteignant le cent mille. Comme durant la tétrarchie l’administration était divisée entre les capitales régionales, Constantinus doit maintenant centraliser toute la bureaucratie. Il la chapeaute par le consistoire sacré, dirigé par un questeur. Il complète ces changements avec des réformes militaires, législatives et économiques (il crée une nouvelle monnaie d’or, le solidus, pour remplacer l’aureus dévalué). Finalement, si Diocletianus avait donné au pouvoir impérial une nature plus religieuse, Constantinus le pousse encore plus loin vers la théocratie. Toutefois, pour pouvoir utiliser le christianisme comme élément centralisateur, il doit d’abord l’organiser et en maintenir l’unité. C’est pourquoi il organise un premier concile oecuménique à Nicée en mai 325.

Dès 333, les Perses Sassanides tentent à nouveau d’annexer l’Arménie. En 337, la guerre est finalement déclarée mais, alors qu’il se prépare à partir en campagne militaire, Constantinus meurt subitement le 22 mai près de Nicomédie. Ses fils Constantinus II, Constantius II  et Constans se déclarent tous Augustes et se partagent l’Empire, non sans conflits. Constantius II en sortira vainqueur et reprendra l’oeuvre de son père, jetant ainsi les bases de ce qui deviendra rapidement l’Empire Byzantin.

Pour conclure le règne de Constantinus, je vous présente trois autres pièces de monnaie dont deux “Providentiae”.

IMG_0716-8291La première pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.890 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre une place forte (constituée de six niveaux et d’une grande ouverture [sur trois niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles (ou  soldats?) entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMTS𝞒 en exergue (marque de la troisième officine [Gamma] de l’atelier de Thessalonique [Sacra Moneta TheSsalonica]) et un point (•) dans le champs droit.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 497, 518), cette pièce aurait été frappé par la troisième officine de l’atelier de Thessalonique vers 326-328.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, camp gates), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 153; acsearch, CoinTalk, R5coins, TAC, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0763-0768La seconde pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 19 mm, 2.406 g, payé environ $5 ; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre une buste de l’empereur diademmé (de forme carrée), cuirassé et drapé à droite, avec l’inscription CONSTANTI-NVS MAX[IMVS] AVG[VSTVS] (maximus est le superlatif de magnus (grand); “Constantinus le plus grand des Augustes”). Le revers illustre une place forte (constituée de sept niveaux et d’une grande ouverture [sur quatre niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMKS en exergue (marque de la sixième officine [zeta] de l’atelier de Cyzique [Sacra Moneta Kyzici]).

Selon le RIC (op. cit., v. VII, p. 653), cette pièce aurait été frappé par la sixième officine de l’atelier de Cyzique vers 329-330.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 60; Catawiki, CGBFR, NBD, Numista, WildWinds (text 1, image 1; text 2, image 2). Voir aussi ma fiche.

IMG_8746-8748La troisième et dernière pièce est un assez beau follis réduit commémoratif (AE3/4, G [Good], AE [Bronze], 15 x 16 mm, 1.241 g, payé environ $6 le 1985/06/16, patine verdâtre et dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre la tête de l’empereur voilée à droite, avec l’inscription latine D[I]V[VS] CONSTANTI-NVS P[A]T[ER] AVGG[VSTORVM] (“Divin Constantinus Père des Augustes”). Le revers illustre l’empereur voilé conduisant un quadrige au galop, à droite, tendant le bras vers la Main de Dieu (manus dei) qui descend du ciel vers lui, avec une marque d’atelier peu lisible en exergue (quatre ou cinq lettres suivi d’un point: SMALB• pour Alexandrie ?, SMKB• pour Cyzique ?, ou  SMNB• pour Nicomédie ?).

Selon le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family of Constantine I (337-364). London: Spink & Son, 1981, pp. 472, 491, 540), les seules émissions commémoratives qui correspondent à la description et à la marque d’atelier (quatre ou cinq lettres suivie d’un point [SM??B•]) ont été faite à Alexandrie, Cyzique ou Nicomédie, et toutes entre le 9 septembre 337 et le printemps 340.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, denomination, DV Constantinus, quadriga, ), ERIC (Constantinus); RIC v. VIII: Nicomedia 25, Cyzicus 19, Alexandria 22; acsearch, AncientResource, CoinArchives, CoinTalk, CoinTalk, Numismatics, Numista (SMKA, SMALB). Voir aussi ma fiche.

 

On remarque que toutes les pièces de monnaie présentée ici ont été frappé en Orient, ce qui n’est pas surprenant puisque Constantinus y a maintenant établi sa capitale.

On note également que, bien que traditionnellement appelés portes de camp (“camp gates”), le type de revers illustrant une place forte ne représente pas nécessairement toujours les portes d’un camp romain mais aussi parfois une tour de guet, une forteresse ou même la porte d’entrée d’une ville (FAC). Aussi, les tourelles (parfois décrite comme des soldats faisant le guet) qui surmontent la place forte seraient en fait une sorte de balise de signalisation, utilisant des bûchers pour envoyer des messages lumineux. Allumer des feux pour signaler l’approche de l’ennemi était une pratique déjà en utilisation par les Grecs. Avec ce type de revers, la propagande impériale utilise le symbole de la place fortifiée conjointement avec l’inscription Providentiae Avgg pour transmettre un message rassurant affirmant que l’empire est maintenant à l’abris des invasions (TAC). Ce type de revers est très fréquent au IVe siècle.

La pièce commémorative de Constantinus représente la déification et l’ascension au ciel de l’empereur. La Manus Dei, cette main de Dieu tendue pour l’accueillir, est fort probablement la toute première représentation de la divinité judéo-chrétienne sur une pièce de monnaie. Constantinus est représenté voilé car, dans la religion romaine, le prêtre ou l’officiant porte le voile pour marquer la nature sacrée de l’acte, comme lorsque l’on procède à un sacrifice pour les dieux. L’Empereur est représenté voilé car sa déification est un moment sacré.

La semaine prochaine nous nous attardons sur l’un des fils de Constantinus, Crispus, qui a été César entre 317 et 326 EC.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 58

Monarda fistulosa 

[ iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2019/07/17 & 2021/07/16]

La Monarde sauvage (appelée Wild Bergamot ou “bee balm” en anglais) est une plante herbacée vivace qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Lamiales, à la famille des Lamiaceae (regroupant environ six mille espèces divisées en plus de deux cent genres, incluant plusieurs espèces d’herbes aromatiques comme la menthe, le romarin, la sauge, l’origan, le thym ou la lavande) et au genre Monarda (qui comprend seize espèces). Elle pousse en plusieurs branches dressées d’une hauteur d’environ un mètre et se répand par ses racines (rhizomes) ce qui fait qu’elle forme généralement des bosquets touffus. Elle est caractérisée par des feuilles lancéolées et dentées (longues de deux à huit centimètres) et des belles fleurs (d’une couleur variant entre le rose et la lavande, parfois blanche) qui poussent en grappes compactes et solitaires à l’extrémité de chaque branche (une grappe de quatre centimètres de long peut contenir de vingt à cinquante fleurs!). La floraison se fait de juin à septembre. Son nom fait référence, d’une part, au botaniste espagnol Nicolás Monardes et, d’autre part, à ses fleurs tubulaires et creuses (fistulosus / “en forme de tuyau, creux, poreux”).

La monarde est une plante ornementale appréciée pour ses charmantes fleurs. C’est aussi une plante mellifère qui attire les pollinisateurs (surtout les bourdons mais aussi abeilles, colibris et lépidoptères) et est l’hôte de plusieurs espèces de chenilles ou larves de papillons (Lintneria eremitus, Pyrausta orphisalis, Pyrausta signatalis, Xenotemna pallorana). Elle est également considérée comme une plante médicinale par de nombreuses tribus autochtones d’Amériques (Menominee, Ojibwés, Onneiouts, Pieds-Noirs, Winnebagos) qui l’utilisent en tisane ou en cataplasme pour traiter le rhume, les infections ou les flatulences. Finalement, c’est une plante aromatique utilisé pour son huile essentielle (composée principalement de p-cymène, carvacrol et de thymol). (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

Pour ma part, comme j’ai prise cette photographie dans un parc urbain, j’appellerais cette fleur une monarde urbaine (en hommage à Silverberg). 😉

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.272]

Les enfants du temps, vol. 1-3

EnfantsDuTemps-1-cov“Hodaka, un jeune lycéen, fugue de son île natale pour tenter sa chance, seul à Tokyo. Sans argent ni emploi, il tente de survivre dans la jungle tokyoïte et trouve un job dans une revue dédiée au paranormal. Sous les pluies incessantes dont la métropole est victime, Hodaka est dépêché pour enquêter sur l’existence d’une “fille-soleil”, capable de dissiper les nuages et d’appeler de ses voeux le soleil. Peu convaincu par cette légende urbaine au début, le garçon va changer d’avis après sa rencontre avec la jeune Hina…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 1, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), juillet 2020. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5729-1. Pour lectorat adolescent (14+).

EnfantsDuTemps-2-cov“Hodaka, un jeune lycéen, fait une fugue à Tokyo où il rencontre Hina, une jeune fille dotée du mystérieux pouvoir de dissiper les nuages de pluie et d’apporter le beau temps. Avec Nagi, le petit frère de Hina, ils montent un commerce pour vendre ses services en tant que “fille-soleil”. Ces prestations rencontrent un franc succès et Hodaka est rassuré d’avoir enfin trouvé sa place dans la grande ville. Mais certaines réalités menacent leur petit nuage…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 2, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), octobre 2020. 196 pages, 13 x 18 cm,  7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5789-5. Pour lectorat adolescent (14+).

EnfantsDuTemps-3-cov“À Tokyo, Hodaka, un jeune fugueur, rencontre Hina, dotée du mystérieux don de dissiper la pluie et d’apporter le soleil, et son petit frère, Nagi. À trois, ils arrivent à créer leur petit coin de paradis dans la métropole… Mais les réalités du monde les rattrapent, les poussant à fuir : les services sociaux et la police sont désormais à leur poursuite alors que Hina se doit de payer le prix de son formidable pouvoir…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 3, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), mars 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5982-0. Pour lectorat adolescent (14+).

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Les enfants du temps – Weathering with you (天気の子 / Tenki no Ko / lit. “Les enfants météo”) a été serialisé dans Afternoon magazine entre juillet 2019 et août 2020 avant d’être compilé en trois volumes chez Kodansha (en novembre 2019, juin 2020 et octobre 2020). C’est l’adaptation en manga du dessin animé par Makoto Shinkai. Ce dernier, qui avait auparavant aussi adapté cette histoire en roman (paru chez Kadokawa en juillet 2019, traduit en anglais chez Yen Press et en français chez Pika en mars 2020) signe lui-même l’adaptation qui est illustrée par Wataru Kubota.

Je croyais avoir vu tous les films de Makoto Shinkai mais quand j’ai commencé à lire le manga je me suis rendu compte que cette histoire ne m’était pas familière. Cela a rendu la lecture encore plus intéressante. Car quand on ne sait pas où va le récit nous sommes encore plus impatient de découvrir le sort des protagonistes. Dans ce cas-ci, un adolescent en fugue fait la rencontre d’une jeune fille qui a le talent de faire apparaître le soleil. C’est pratique à une époque où les changements climatiques font qu’il pleut presque tout le temps. Hodaka lui propose d’utiliser son talent pour partir en affaires: vous planifiez un événement spécial en plein air (que ce soit un party d’anniversaire ou une partie de baseball) pour lequel vous voudriez du beau temps? Pour une modique somme d’argent Hina, la “fille-soleil”, peut vous garantir l’apparition du soleil. Malheureusement, l’utilisation de son pouvoir a un coût et Hina disparait peu à peu. Malgré qu’il soit recherché par la police, Hodaka fera tout ce qu’il peut pour la retrouver et la faire réapparaitre…

Shinkai raconte toujours des histoires de rencontres. Je dois toutefois avouer ne jamais avoir porté trop d’attention à ses récits car ce qui me fascine chez lui c’est surtout la qualité, le réalisme, la richesse de ses dessins et de ses animations. Ah, ces nuages! Une histoire sur la météo et la pluie est très propice pour mettre en valeur son talent. Mais est-ce le cas pour ce manga? Si le dessin de Wataru Kubota est détaillé et très beau, il n’est en rien comparable à celui des anime de Shinkai. J’ai donc été un peu déçu et j’ai dû me concentrer un peu plus sur le récit plutôt que le style. L’histoire est très belle mais un peu mince et trop longue pour un manga de près de six-cent pages… Cela reste une bonne adaptation de l’anime car c’est tout de même un manga intéressant et divertissant. À lire surtout pour les amateurs de Makoto Shinkai. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2019 TOHO Co. Ltd / Comic Wave Film Inc. / STORY Inc. / Kadokawa Corporation / JR East Marketing & Communications, Inc / vogue ting co., ltd / Lawson Entertainment Inc. © Kubota Wataru / Kodansha ltd. All rights reserved.

[ Translate ]

Les Constantiniens (1)

Constantinus (310-337 EC) (2)

Comme je l’ai mentionné la semaine dernière, à partir d’octobre 312 il ne reste plus que deux co-empereurs: Licinius en Orient et Constantinus en Occident. Pendant environ quatre ans, ce partage du pouvoir se maintient sans trop d difficultés mais une une méfiance mutuelle croissante mène à l’inévitable conflit. À deux reprises, la guerre civile éclate et les deux co-empereurs s’affrontent. En fait il n’y a grand chose à dire de plus sur ces événements que ce qui a déjà été dit dans mes entrées sur Licinius (partie 1 et partie 2) alors je tenterai d’être bref.

Après sa victoire sur Maxentius à Rome, Constantinus est entré (adventus) dans la cité en triomphe. Il reçoit du sénat le titre de “Plus grand des Augustes”. Dans les années qui suivent, il s’attache à améliorer son image à l’aide d’une importante campagne de propagande et de construction publiques, mais surtout à consolider son armée afin de s’assurer de sa supériorité sur son adversaire. En avril 313, il rencontre Licinius à Mediolanum (Milan) pour consolider leur alliance par le mariage de ce dernier à Constantia, la demi-soeur de Constantinus. Ils proclament conjointement l’Édit de Milan qui accorde la liberté de culte à toute religion (y compris le christianisme). Toutefois, Licinius doit retourner précipitamment en Orient car il reçoit la nouvelle que Maximinus Daza a capturé Byzance et fait le siège de Héraclée. Licinius le rejoint à Andrinople et le vainc à la bataille de Tzirallum. 

Il ne faudra que deux ans pour que cette alliance se désagrège alors que Constantinus accuse Licinius d’être derrière une tentative d’assassinat. Les armées des deux Augustes s’affrontent d’abord à la bataille de Cibalae en octobre 316, où Constantinus met Licinius en déroute, puis à nouveau en décembre à la bataille de Mardia. Faute de victoire décisive on se résout à négocier en janvier 317 et parvient à un accord en mars où Licinius doit concéder la Pannonie et la Macédoine. En échange, le fils de Licinius (Licinius II) est fait César conjointement avec ceux de Constantinus (Crispus et Constantinus II). La paix revient sur l’Empire pour un autre six ans. Pendant ce temps, Constantinus s’est établit à Sirmium (en Pannonie) pour défendre la frontière du Danube contre les Goths et les Sarmates (en 322-323).

Dès 320, la rumeur que Licinius ait répudié l’Édit de Milan et soit retourné à des pratiques païennes crée des tensions entre les Augustes qui culminent en un nouveau conflit. C’est un affront à Constantinus qui s’est érigé en défenseur du christianisme. Un incident frontalier en 323, servira de prétexte au conflit qui se déclinera en une série d’affrontements: la bataille d’Andrinople en juillet 324, puis les batailles navales de l’Hellespont et finalement la bataille de Chrysopolis en septembre 324. Coup sur coup, son infériorité numérique compensée par la ferveur de ses troupes, Constantinus en sort vainqueur. À Nicomédie, Licinius se rend car Constantinus a promis à sa demi-soeur qu’il serait épargné. Il est exilé à Thessalonique mais sera néanmoins exécuté quelques mois plus tard. Constantinus est enfin le seul maître de l’Empire. (À suivre…)

Cette semaine je vous présente cinq autres pièces de monnaie de Constantinus qui offrent toutes différents types de “VOT XX” (que j’ai déjà discuté dans la première partie de mon exposé sur Licinius).

IMG_0699-0707La première de ces pièces est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 17 x 19 mm, 2.561 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONST-ANTINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un étendard inscrit d’un VOT[IS] XX (sur deux lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]” — le texte n’est pas clair sur la photo mais demeure très lisible sous certains angles), planté entre deux captifs assis et ligotés, avec l’inscription latine VIRTVS – EXERCIT[VS] (“la valeur / le courage de l’armée”), avec un S T en exergue (marque de la deuxième officine [S = Secundus] de l’atelier de Ticinium [T]).

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 356, 376), cette pièce aurait été frappé par la deuxième officine de l’atelier de Ticinium (Pavie) vers 319-320.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Exercitus, standard, vexillum, Virtus, Virtus Exercit, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 114; CataWiki, CoinArchives, CoinArchives, r5coins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0688-0695La deuxième pièce est un beau follis réduit très similaire au premier (VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.623 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un étendard inscrit d’un VOT[IS] XX (sur deux lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”), planté entre deux captifs assis et ligotés, avec l’inscription latine VIRTVS – EXERCIT[VS] (“la valeur / le courage de l’armée”), avec un PLG en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Lugdunum [LG]) et A / S (marque de séquence) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (op. cit., v. vii, p. 129), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Lugdunum (Lyon) vers 320.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Exercitus, standard, vexillum, Virtus, Virtus Exercit, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 107; CoinArchives, CoinProject. Voir aussi ma fiche.

IMG_8288-8289La troisième pièce est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 19.5 x 20 mm, 2.543 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTA-NTINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un autel (Ara ou Cippus) sur lequel repose un globe céleste surmonté de trois étoiles (❋❋❋), engravé VOT-IS-XX (sur trois lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”), avec l’inscription latine BEATA TRAN-QVILLITAS (“Tranquillité bénie ou heureuse”), avec S T R en exergue (marque de la deuxième officine [S = Secundus] de l’atelier de Augusta Treverorum [TR]).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 143, 157-159, 190), cette pièce aurait été frappé par la deuxième officine de l’atelier de Augusta Treverorum (Trèves) vers 321.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Ara, Beata Tranquillitas, Cippus, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 303; acsearch, CoinArchives, CoinArchives, CoinTalk, WildWinds (S [text, image], var [text, image]). Voir aussi ma fiche.

IMG_0742-0747La quatrième pièce est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 18.5 x 19.5 mm, 2.087 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS].  Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier, avec l’inscription latine D[OMINO] N[OSTRI] CONSTANTINI MAX[IMO] AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Constantinus le Grand Auguste”), avec un R P en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Rome [R]).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 289-290, 320-321), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Rome vers 321.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Dominus, laurel wreath, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus);  RIC v. 7: 232 / 237; acsearch, Catawiki, CoinProject, FAC, vcoins,  WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0751-0755La cinquième pièce est un très très beau follis réduit (VF [Very Fine], AE [Bronze], 18.5 x 19 mm, 3.129 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS].  Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier (décorée d’une étoile dans le haut), avec l’inscription latine D[OMINO] N[OSTRI] CONSTANTINI MAX[IMO] AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Constantinus le Grand Auguste”), avec un TSEVI en exergue (marque de la cinquième officine [E = Epsilon] de l’atelier de Thessalonique [TS]; “VI” pourrait être une marque de séquence ou une référence au VIe Consulat de Constantinus en 320).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 481, 495-496, 513), cette pièce aurait été frappé par la cinquième officine de l’atelier de Thessalonique vers 324.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Dominus, laurel wreath, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus);  RIC v. 7: 123; acsearch, CGBFR, CoinArchives, CoinProject, CoinTalk, sixbid, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

 

Encore une fois, on remarque que les pièces de monnaie présentées ici sont surtout frappées en Occident, puisque durant cette période Constantinus était encore cantonné dans la partie ouest de l’Empire. Les pièces frappées à Rome et à Thessalonique démontrent bien que, depuis sa victoire contre Maxentius en octobre 312, il a reprit le contrôle de la ville éternelle et qu’il a étendu son territoire plus à l’Est (notamment en Macédoine) après sa victoire contre Licinius lors de la première guerre civile en 317.

Aussi, le fait que les trois premières pièces représentent l’empereur avec des attributs beaucoup plus militaires (casqué et cuirassé au lieu d’être simplement lauré ou radié et drapé) est sans doute une référence soit à sa victoire contre Licinius quelques années auparavant, soit aux tensions renouvelées qui l’obligent à se maintenir sur le pied de guerre. Ce sont également des pièces qui flattent l’égo des troupes en ventant leur mérite (Virtus Exercitus) ou qui promettent la paix (Beata Tranquillitas).

Il est intéressant de pouvoir comparer des exemplaires d’un type de revers frappé à deux ateliers différents, comme pour le type avec un étendard entouré de captifs frappé à Ticinium et à Lugdunum. C’est le cas aussi pour les deux dernières pièces qui sont deux exemplaires du même type de “VOT XX” dans une couronne frappé à  Rome et à Thessalonique. Ce type représente le pendant pour Constantinus des deux “VOT XX” dans une couronne que je vous ai présenté dans la deuxième partie de mon entrée sur Licinius. Car les types de revers n’étaient pas seulement partagés par plusieurs ateliers mais aussi par les différents Augustes et Césars, afin de maintenir une uniformité dans la monnaie. Finalement, nous remarquons que le titre de “Constantin Le Grand” (Constantinus Maximus), que l’on retrouve souvent dans les sources, prend également son origine à cette époque. 

La semaine prochaine nous concluons le règne de Constantinus et nous pencherons sur ses accomplissements avec trois autres pièces de monnaie.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 57

Impatiens balfourii 

[ iPhone 11 Pro, VSP, 2021/09/17 ]

J’ai récemment découvert cette plante dans mon jardin. Elle y était par hasard… Par curiosité nous l’avons laissé poussé et je ne le regrette pas du tout puisqu’elle offre de très charmantes fleurs qui s’apparentent un peu aux orchidées.

Il s’agit de la Balsamine de Balfour (appelé en anglais “Balfour’s touch-me-not”, “Poor man’s orchid” ou encore “Kashmir balsam”). C’est une plante herbacée annuelle qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Geraniales (ou Ericales en classification APG), à la famille des Balsaminaceae (qui comprend entre six cent et mille espèces réparties en deux ou quatre genres selon la classification) et au genre Impatiens (qui regroupe la presque totalité des espèces de cette famille puisque le genre Hydrocera n’en inclut qu’une seule). Originaire de l’Himalaya elle est caractérisée par un tige glabre qui se divise en plusieurs rameaux (atteignant 15 à 120 cm de haut), des feuilles alternes, ovales, pointues et dentées (d’environ quatre centimètres de large), et de petites fleurs roses ou lavandes (de 2 cm) qui poussent en grappes de quatre à huit fleurs au dessus des dernières feuilles. La fleur est composée d’un sépale blanc en forme de casque, de deux pétales inférieurs roses avec une touche de jaune à la base et d’un petit éperon. La floraison se fait de juillet à septembre. La dissémination s’effectue lorsque le fruit mûr, en forme de capsule ( de 20 mm), éclate spontanément (déhiscence explosive) et propulse les graines sur une distance d’une dizaine de centimètres à plusieurs mètres. 

La nom de Balsamine provient d’un fait que certaines espèces (comme l’Impatiens balsamina) étaient utilisées pour faire des baumes afin de soigner les blessures. Le nom latin Impatiens (impatient, incapable d’attendre) fait référence à la dissémination explosive de la plante. Le nom de l’espèce rend hommage au botaniste écossais Isaac Bayley Balfour. C’est une plante ornementale cultivée pour ses belles fleurs mais elle se retrouve aussi à l’état sauvage et plusieurs États américains la considère comme une plante envahissante. Elle attire les insectes pollinisateurs comme le bourdon mais aussi les colibris. Les feuilles des Balsamines (aussi appelé en anglais jewelweed, touch-me-not, ou busy lizzie) nourrissent plusieurs espèces d’insectes (dont des lépidoptères et des coléoptères comme le scarabée japonais) mais sont toxiques pour d’autres espèces. Malgré cela les Balsamines, dont certaines espèces contiennent des composés anti-inflammatoires et/ou fongicides, sont utilisées en herboristerie pour traiter les piqûres d’insectes et les dermatites causées par certaines plantes (ortie, herbe à puce, sumacs). Elles sont une composantes de produits comme Preparation H ou des élixirs floraux de Bach. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.265]