The Call of Cthulhu & Dagon

CallOfCthulhuAndDagon-cov“In this hauntingly illustrated adaptation of two of H. P. Lovecraft’s most famous stories from the Cthulhu Mythos, illustrator Dave Shephard captivates readers with stories of supernatural monsters so powerful that humanity is deemed irrelevant. The Call of Cthulhu and Dagon introduce the Great Old Ones, powerful deities who reside outside the normal dimensions of space-time, with physical forms that are impossible for the human mind to fathom. This handsome thread-bound edition presents these stories in rich and colorful detail, making it an accessible and entertaining gateway to Lovecraft’s world. Makes a perfect gift for fans of Lovecraft, his work, and the HBO series Lovecraft Country.

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

CallOfCthulhuAndDagon-p024-025

Pp. 24-25

This graphic novel offers the adaptation of two stories by H. P. Lovecraft. The first one is “Dagon”. Written in July 1917, it is one of his first stories and it is also the first time that he mentions the Cthulhu Mythos. It was first published in issue #11 of The Vagrant in November 1919 and again in Weird Tales vol. 2 #3 in October 1923. It is a short story (about two thousands and two hundreds words) and the graphic adaptation (by Pete Katz) is also quite short (sixteen pages). A man is writing down the incredible experience he endured at sea: captured by pirates he escapes on a small boat and, after drifting for days, he wakes up to find himself stranded on land, no sea in sight. It was full of decaying dead fishes like if it was the bottom of the ocean. He waits a couple of days for the mud to dry and then decide to walk toward an elevation in the horizon. He climbs it and finds a cyclopean monolith covered with drawings and hieroglyphs that evokes a marine world. It seems to be the focus of the cult of some aquatic deity. Then, from a pool of dark water at the bottom of the monolith, rise a giant sea monster that bows to the monolith! The man goes mad and run. Somehow, he finds his way back to his boat and to the sea. He wakes up in a San Francisco hospital. He tries to make sense of what he has seen, learn about the legend of Dagon, the sea-god. Now he is afraid and fear the monsters will come for him. He put down on paper the account of his ordeal and jump out a window…

CallOfCthulhuAndDagon-p076-077

Pp. 76-77

The second story is “The Call of Cthulhu”. It was written in the summer of 1926 and first published in the February 1928 issue of Weird Tales (vol. 11, #2). It is a more sizeable story (nearly twelve thousands words) that comprise much of the graphic novel (one hundred and twenty pages). It is the most significant story related to the cult of Cthulhu. This adaptation takes many short cuts but, like the original, still recounts three different stories linked by one main narrative. Prof. Angell, a specialist of Semitic language, helps a young sculptor who has strange dreams during which he produces weird artwork with inscriptions in an unknown language. This leads him to investigate the cult of Cthulhu but he dies in a mysterious incident a year later (this story was told as “The Horror in Clay” in the original novella). His nephew, Mr. Thurston, inherits of his belongings, including a mysterious statuette representing an octopus-like creature with wings and many papers mentioning Cthulhu and R’lyeh, as well as various strange events all occurring in March 1925, and a letter from an inspector Legrasse from New Orleans (this is the main narrative). He meet with Mr. Legrasse (in the original chapter “The Tale of Inspector Legrasse”) who recounts a raid the police made in the swampland south of New Orleans that busted a voodoo-like cult. His investigation revealed that its was more than that: similar cults were found among the eskimos and the sailor Castro tells him about Cthulhu, the great priest of the Great Old Ones who came from the stars and are now sleeping under the sea in the ancient city of R’lyeh waiting to be awaken. Then Thurston finds by chance in the newspaper the story of the sole survivor of a yacht found in possession of a strange idol (that’s the original chapter “The Madness from the Sea”). He travels first to New Zealand and then to Oslo to locate this sailor. Unfortunately, the man died in a mysterious incident but he left behind a journal recounting his ordeal. In March 1925, after being attacked by pirates, they arrive at an uncharted island that looks like it just came up from the bottom of the sea. There they find strange ruins, from which a sea monster come out and attack them. They use the ship’s cannon to neutralise it and escape. Thurston concludes that Cthulhu had awaken but was put back to sleep. He fears the day it might awaken again but also fears that he might now be a targeted man. Indeed, not long after, he narrowly escapes death… this time.

This adaptation is quite disappointing and the art rather basic. It’s not really worth reading. The stories of Lovecraft have received many adaptations, some better than others. I recommend you avoid average works like this one and read instead the adaptations from artists like Culbard or  Gou Tanabe (which I have already commented in the past). Those are much more interesting — particularly the mangas by Tanabe which are real masterpieces.  

H.P. Lovecraft’s The call of Cthulhu and Dagon : a graphic novel, by Dave Shephard. San Diego: Canterbury Classics, March 2021. 144 pages, 7.5 x 10 in., $US 19.99 / $C 26.99, ISBN 978-1-64517-707-4. For teenage readership (12+). stars-2-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 Quarto Publishing plc

 

[ Traduire ]

Les Valentiniens (1)

Valentinianus

La dynastie des Valentiniens débute avec Flavius Valentinianus qui est né en 321 à Cibalae (en Pannonie) et est le fils de Gratianus Funarius, un simple commerçant (vendeur de corde) qui rejoint l’armée sous Constantinus pour devenir protector domesticus, puis tribun et finalement comes (en Afrique et en Bretagne). Il a grandit sur le domaine familiale avec son frère Valens et a reçu un bonne éducation (incluant la littérature et les arts). Il accompagne son père lors de son commandement en Afrique et s’engage dans l’armée à son tour vers la fin des années 330. Il sert sous Constantius II et devient, comme son père, protector domesticus. En 355, il est tribun en Gaule sous les ordres de Julianus et Barbatio mais, blâmé pour une défaite contre les Alamans, il s’installe à Sirmium. C’est là que son épouse Marina Severa lui donne un premier fils, Gratianus, en 359. En 357, il continue son ascension dans l’armée alors qu’il est tribun de cavalerie en Gaule. Sous Julianus, en 362, il est comes et tribun des Cornuti, une unité auxiliaire d’infanterie (Auxilia palatina) et il sert en Mésopotamie durant la campagne contre les Perses Sassanides. Sous Jovianus, il est nommé tribun d’une unité d’élite de la garde palatine, la scholae secundae scutariorum, puis tribun d’un régiment d’infanterie d’élite (Scutarii). 

À la mort de Jovianus, le 17 février 364, un comité de hauts fonctionnaires et d’officiers militaires siégeant à Nicée est chargé de lui désigner un successeur. Après avoir hésité entre plusieurs candidats (dont Salustius qui refusa), leur choix s’arrêta sur Valentinianus, qui avait établi son camps à Ancyra (Ankara). Il est acclamé empereur le 26 février 364 et en mars il nomme son frère Valens comme co-empereur. Comme c’est la tradition, ils se partagent l’empire: Valens veillera sur l’Orient avec Constantinople comme capitale et Valentinianus sera en charge de l’Occident et établira sa capitale à Mediolanum (Milan). 

Malheureusement, comme ce fut souvent le cas à cette époque, son règne n’a été qu’une succession de campagnes militaires défensives. En 367, il déplace sa capitale à Treveris pour se rapprocher de la frontière du Rhin. À l’aide de son général Theodosius Major, il doit défendre successivement la Gaule contre les Alamans (367-372) et les Saxons (370), la Bretagne contre la barbarica conspiratio (une coalition de Pictes, de Scots, de Attacotti et de Saxons) en 368, l’Afrique contre la révolte de Firmus (373-375) et la Pannonie contre les Quades et les Sarmates (375). Suite à une maladie et pour assurer sa succession, en août 367 il proclame son fils Gratianus directement Auguste à Samarobriva (Amiens). En 368, il prends Justina comme seconde épouse et celle-ci lui donnera un autre fils, Valentinianus II, en 371, et trois filles (Aelia Galla, Justa et Grata). Il rétablit la foi chrétienne comme religion officielle mais reste tolérant face au paganisme. Il a été un bon administrateur tant civil que militaire et s’est efforcé d’améliorer la condition des classes les plus pauvres, se rappellant les origines humbles de sa famille. Il aurait toutefois été très cruel dans l’exécution de la discipline et de la justice. Il est mort à Brigetio le 17 novembre 375 d’une crise d’apoplexie durant une séance de négociation avec les envoyés Quades dont ils trouvaient les exigences déraisonnables et enrageantes. Sa succession fut assurée par son frère Valens et ses fils Gratianus et Valentinianus II.

IMG_1475-1478Je n’ai qu’une seule pièce de Valentinianus. C’est un superbe follis / nummus (XF / VF [Extra Fine / Very Fine], AE3, AE [Bronze], 17.5 mm, 1.801 g, payé environ $7, caractérisé par très peu d’usure, une patine brunâtre et quelques petites tâches de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers présente un buste de l’empereur portant un diadème perlé, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine D[ominvs] N[oster] VALENTINI-ANVS P[ivs] F[elix] AVG[vstvs] (“Notre Seigneur Valentinianus, Pieux et heureux Auguste”). Le revers illustre une Victoire ailée debout à gauche, tenant une couronne de lauriers et une palme, avec l’inscription latine SECVRITAS – REIPVBLICAE (“la sécurité de la République”), un 𝝘SISCS en exergue (marque de la troisième officine [gamma = trois] de l’atelier de Siscia [SISCS]) avec les lettres D P (superposées) et F dans le champs de part et d’autre (marques de séquences?).

D’après le RIC (Pearce J.W.E., Edited by Mattingly H., Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. IX: Valentinian I – Theodosius I. London: Spink & Son, 1951, pp. 144, 147), cette pièce aurait été frappé par la troisième officine de l’atelier de Siscia entre le 24 août 367 EC et le 17 novembre 375 EC.

Sources: Wikipedia (Valentinianus [FR/EN]), FAC (Valentinianus, palm, Securitas Reipublicae, Victory, wreath), ERIC (Valentinianus); RIC v. IX: 15a (xliv); Online ref.: Google, CoinArchives, CoinArchives, numismatics, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Ce type de revers exprime encore une fois la volonté de la propagande impériale de se faire rassurante. Ainsi, alors que le danger aux frontières devient plus menaçant, on note une tendance croissante à la vantardise dans la légende des revers de monnaie. Valentinianus utilise deux types de revers en particulier, les Gloria Romanorum (“la Gloire des Romains”) et Securitas Reipublicae (“la Sécurité de l’État”), pour assurer à ses sujets que la gloire des armées romaines enlevait toute cause de peur. Toutefois, malgré les nombreuses victoires que cette pièce peut commémorer (comme la bataille de Solicinium en 368), l’avenir allait démontrer que les frontières étaient encore loin d’être sécuritaires… (RIC, op. cit., p. xl)

La semaine prochaine je vous présente trois autres pièces du type Securitas Reipublicae mais cette fois du co-empereur et frère de Valentinianus, Valens.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 72

Primula japonica  

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/03 ]

La Primevère du Japon (aussi appelée Japanese primrose en anglais ou クリンソウ [Kurinsō] en japonais) est une espèce de plante herbacée vivace qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Primulales (ou les Ericales en classification phylogénétique APG), à la famille des Primulaceae et au genre Primula (qui comprend plus de cinq cent espèces). Le nom scientifique provient de primulus (un diminutif latin de primus ou premier) et le nom vernaculaire (primevère) a une origine similaire alors qu’il dérive du latin prima vera (“premier” et “printemps”) ce qui fait allusion au fait que la plante pousse très tôt au printemps.

Comme son nom l’indique, cette espèce est originaire du Japon mais elle est maintenant cultivée sur tout les continents. Elle est caractérisée par de larges feuilles d’une apparence un peu froissée, pouvant atteindre jusqu’à vingt-cinq centimètres de long, qui poussent en une rosette au centre de laquelle émerge une tige dressée de cinquante centimètres dont le sommet arbore des grappes de fleurs violettes ou blanches. Dans ce cas-ci il s’agit probablement du cultivar “Alba.” (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.005]

La guerre des mondes #1

GuerreDesMondes-1-cov“En 1901, le quotidien de la petite ville anglaise de Mayberry est bouleversé par un événement incroyable : un énorme cylindre métallique s’est écrasé à proximité… Or, quelques jours plus tôt, une lueur inhabituelle avait été observée sur Mars. Pas de doute, l’objet vient de la planète rouge !

La population se précipite pour l’examiner et attend avec impatience l’ouverture de ce qui semble être un vaisseau spatial. Une créature tentaculaire apparaît au sommet… et s’attaque à la foule en détruisant tout sur son passage ! Le jour suivant, d’autres Martiens atterrissent et se lancent à l’assaut de la campagne du haut d’immenses robots tripodes. Les armes humaines ne font pas le poids face à l’envahisseur… Il ne reste qu’un moyen de survivre : la fuite !

Avec son souci du détail scientifique et son sens inné du suspense, H. G. Wells a ancré depuis plus d’un siècle l’image de l’invasion martienne dans l’imaginaire populaire. La Guerre des mondes réveille l’angoisse qui sommeille au plus profond de nous face à l’inconnu… Et si, vu de l’espace, l’homme n’était qu’un insecte impuissant ?”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La guerre des mondes (宇宙戦争 / Uchû Sensô / lit. “La Guerre de l’espace”) est un manga seinen par Sai Ihara et Hitotsu Yokoshima qui a été sérialisé dans le magazine Comic Beam 100 (Enterbrain) depuis octobre 2018 et dans Comic Beam entre mai 2019 et février 2021 avant d’être compilé en trois volumes chez Kadokawa Shoten. Il a été publié en français chez Ki-oon (le volume 2 est paru en septembre 2021 et le vol. 3 devrait probablement paraître en 2022).

GuerreDesMondes-1-p003

Vol. 1., p. 3

Un jeune photographe distrait se rend chez Mr. Ogilvy pour lui remettre une photographie mais ce dernier est en émoi car une météorite s’est écrasée sur ses terres. Le professeur Stent déclare que le cylindre fait partie d’une armada en provenance de Mars. Lorsque le cylindre s’ouvre et qu’une créature hideuse en sort, Stent s’approche pour accueillir amicalement le martien. Le cylindre émet alors un puissant rayon d’énergie qui le fauche en deux (ainsi qu’une partie de la foule de curieux qui s’était assemblée). Le photographe réussit à fuir et retourne auprès de sa femme, Clara. Après que l’église ait été détruite il décide de fuir le village vers Leatherhead où sa femme a de la famille. Lorsqu’il se rend compte qu’il a oublié son appareil photo, il décide de retourner à Mayberry pour le récupérer. En chemin, il observe les martiens qui se déplacent sur des tripodes. Il se réfugie chez lui avec un jeune pasteur et un soldat apeuré alors que les tripodes détruisent le village. Le régiment Cardigan qui était intervenu s’est fait massacré. Le photographe décide d’envoyer sa femme à Londres. Il fait le plein de pellicule afin de documenter cette guerre où les martiens semblent vouloir exterminer les humains comme de simple microbes…

Ce récit dramatique est présenté avec un certain humour qui s’approche de la caricature. Le dessin est plutôt simple et ordinaire, ce qui me rappel beaucoup le style de la série “Manga de Dokuha” qu’avait jadis publié Soleil Manga. C’est une interprétation amusante du roman de Wells mais qui offre un manga plutôt moyen… Ce serait presqu’enfantin si ce n’était de l’image horrifiante des corps coupés en deux par le rayon d’énergie. Je ne suis pas sûr que j’ai envie (ou le temps) de poursuivre cette courte série… À lire si vous êtes curieux…

La guerre des monde. 1, par Sai Ihara (scénario, basé sur le roman de H.G. Wells) et Hitotsu Yokoshima (dessin). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), février 2021. 192 pages, 15 x 21 cm, 13,90 € / $C 25.95, ISBN 979-10-327-0707-4. Pour lectorat adolescent (14+). Extraits disponibles. stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Sai Ihara / Hitotsu Yokoshima 2019

[ Translate ]

Natsuko no Sake t. 2-4

Vol. 2 (ch. 22-43)

NatsukoNoSake-2-cov“Natsuko Saeki est une employée de bureau à Tokyo, mais elle ne s’épanouit pas dans son travail. Un jour son frère tombe malade et l’opportunité s’offre à elle de rentrer auprès de sa famille, modestes brasseurs de saké, pour l’aider. Motivée par ce défi familial, Natsuko, va se plonger corps et âme dans le travail du saké et tenter de se faire une place dans un milieu très traditionnel et dominé par les hommes.”

“Avec conviction et acharnement, et malgré son manque de connaissances en agriculture, Natsuko poursuit son objectif de faire pousser le riz Tatsu-Nishiki (Dragon Merveilleux) afin de produire le meilleur saké du Japon. Soutenue par ses proches, elle couve sa première plantation, censée lui fournir assez de grains pour ensemencer enfin un vaste terrain pour une récolte de production.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.2, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), février 2020. 448 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379500657. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vol. 3 (ch. 44-65)

NatsukoNoSake-3-cov“Alors que Natsuko a finalement réussi sa première récolte, contre vents et marées, elle prend conscience que la seconde est un défi encore plus grand. Des 12 grains de Dragon Merveilleux qu’elle a cultivés avec difficulté, elle a récolté plus de 3 kg qui lui serviront à la seconde récolte, celle censée servir à la production de sake proprement dit. Mais comment réussira-t-elle à tenir cette récolte, contre les tempêtes qui brisent les épis, les nuisibles qui les dévorent, le travail qui l’épuise ? Ses tentatives pour rallier des producteurs à sa cause d’une agriculture bio trouvent certes quelques échos positifs, mais elle se heurte trop souvent au scepticisme des tenants d’une tradition définitivement masculine. Enfin, Natsuko prend la mesure de la réalité économique de ses choix. Faut-il accepter d’être pauvre pour avoir refusé la culture intensive ?”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.3, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), mai 2021. 448 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379500756. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vol. 4 (ch. 66-87)

NatsukoNoSake-4-cov“Petit à petit, Natsuko arrive à rallier des producteurs de plus en plus nombreux à son idée d’une agriculture biologique et montre l’exemple en utilisant du fumier naturel comme engrais. Mais elle a bien conscience que la seule motivation de ces derniers à changer repose sur la capacité de vendre le produit bio plus cher que précédemment. Le pari est néanmoins pris d’un sake de qualité et cher contre un saké mauvais et très bon marché. Cette lutte du pot de terre contre le pot de fer est aussi une lutte de méthodes, artisanat contre usinage. Et Natsuko découvre que les méthodes traditionnelles sont un défi physique permanent… qui finit par coûter la santé à son Toji. Entretemps, le fils des Kuroiwa, par amour pour Natsuko, reste déterminé à suivre l’exemple de celle-ci. Et l’affrontement avec son père semble inévitable.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.4, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), juillet 2021. 464 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379501142. Pour lectorat adolescent (14+).stars-3-0

 

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Natsuko no Sake (夏子の酒 /  lit. “Le sake de Natsuko”) est un manga seinen par Akira OZE qui a été serialisé dans le magazine Morning en 1988-1991 puis compilé en douze volumes chez Kodansha. Il a été adapté en un drame télévisé de onze épisodes diffusé par Fuji TV entre janvier et mars 1994. Il a aussi été publié en français chez Vega en six volumes doubles (vol. 1: septembre 2019, vol. 2: février 2020, vol. 3: mai 2021, vol. 4: juillet 2021, vol. 5: septembre 2021 et le vol. 6: décembre 2021). J’ai déjà commenté le premier volume de cette série.

Natsuko décide de poursuivre le rêve de son grand frère décédé et de produire le meilleur saké du Japon. Elle abandonne donc son travail à Tokyo pour venir travailler à la brasserie familiale dans la préfecture de Niigata. Elle doit tout apprendre à partir de zéro mais elle crée une association de producteurs pour l’aider dans sa tâche. Après avoir fait germer les grains récupérés par son frère, elle doit préparer la rizière puis repiquer les plants. Comme elle veut du riz bio, elle doit donc désherber à la main et éviter tant les pesticides que l’engrais chimique. Comme le gouvernement fait une dispersion aérienne obligatoire de pesticide elle doit couvrir son champs pour le protéger. Alors que le riz pousse, le poids des épis rends le plant fragile et, lors d’une tempête, elle doit travailler toute la nuit pour les protéger et elle tombe d’épuisement. Malgré toutes les difficultés, le temps de la récolte arrive et elle obtient trente-et-un kilo de riz qu’elle pourra semer l’année suivante pour enfin commencer la production…

Dans le troisième volume, une nouvelle saison de production débute à la brasserie Saeki. Toutefois, la mise en marché du Rosée de Lune est mise en danger par la concurrence déloyale d’un autre producteur. Shingo Kuroiwa, ami d’enfance de Natsuko et appartenant lui aussi à une famille de brasseur, a honte du saké industriel produit par son père et décide d’en produire un bon par lui-même grâce aux encouragements de Natsuko (qu’il aime). Natsuko, qui jusqu’alors était simplement dégustatrice, est nommé gérante de la brasserie. Elle tente de convaincre les agriculteurs de Kawashima de faire cesser l’épandage aérien de pesticides. Tout au long du récit, le manga décrit en détails toutes les étapes de production du saké.

Dans le quatrième volume, Natsuko doit aider Makoto Goda à préparer le compost nécessaire pour la plantation. Les grains de Tatsu-Nishiki sont réparti entre les membres de l’association qui chacun plantent leur parcelle de deux ares. La production débute: on répand le compost, prépare les semis et on les repique dans la rizière. Shinsuke Yamada, le tôji de la brasserie que l’on surnomme “Papy”, tombe d’épuisement en fin de saison et est hospitalisé. Il est très âgé et le directeur de la brasserie songe à le mettre à la retraite et lui trouver un remplacement. Toutefois, Natsuko est en désaccord avec cette décision. Goda a des problèmes avec les bénévoles qui l’aide sur sa ferme biologique. Un expert en saké à la retraite offre son aide à la kura. Kusabe voudrait prendre la relève comme tôji

Natsuko no sake est un manga très éducatif qui nous en apprends beaucoup sur la production et la mise en marché du saké, ainsi que sur les très nombreuses difficultés auxquels font face les agriculteurs japonais. Toutefois, cela demeure un manga divertissant et très agréable à lire malgré le style de dessin très classique. Même si cela fait un peu vieillot (genre années ’80) le graphisme clair et précis est très efficace. C’est donc un vrai bon vieux manga qui plaira surtout aux amateurs de culture japonaise et de saké.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2016 Akira OZE. All rights reserved. © 2019-2021 Éditions Vega pour l’édition française.

 

[ Translate ]

Olympia Kyklos vol. 1-3

OlympiaKyklos-1-covVol. 1

Après Thermae Romae, la nouvelle comédie sportive de Mari Yamazaki ! Démétrios, dans son petit village de la Grèce du 4e siècle avant notre ère, n’aspire qu’à une chose : vivre de son métier de peintre sur céramique. Et, peut-être, ravir le coeur de la belle Apollonia, la fille du patriarche… Le destin en décide autrement : le voici chargé de sauver son village des appétits guerriers de la cité voisine ! Alors qu’il se lamente sur son sort, la foudre frappe. Lorsqu’il reprend ses esprits, Démétrios a été projeté à travers le temps et l’espace dans le Tokyo de 1964, au moment des Jeux olympiques !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Olympia Kyklos, 1, par Mari Yamazaki. Bruxelles: Casterman (Coll. Sakka), mars 2021. 200 pages, 13.4 x 18.3 cm, 8,45 € / $C 15.95, ISBN 978-2-203-20298-6. Pour lectorat adolescent (14+). stars-4-0

OlympiaKyklos-2-covVol. 2

“Démétrios a sauvé son village des appétits conquérants de la cité voisine au cours d’une épreuve sportive qu’il a ramenée du XXe siècle. Il est bien décidé à retrouver ses vases et ses pinceaux, mais le patriarche ne l’entend pas de cette oreille : il en est sûr, Démétrios a l’étoffe d’un champion, il est l’athlète qui apportera gloire et prospérité à sa communauté ! Aux abois, Démétrios est à nouveau transporté jusqu’au Japon des olympiades de 1964. Après le sport, cette fois, c’est sa conception du dessin que notre jeune peintre va voir bouleversée, en devenant l’assistant du dieu du manga, Osamu Tezuka en personne !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Olympia Kyklos, 2, par Mari Yamazaki. Bruxelles: Casterman (Coll. Sakka), juin 2021. 200 pages, 13.4 x 18.3 cm, 8,45 € / $C 15.95, ISBN 978-2-203-20300-6. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-5

OlympiaKyklos-3-covVol. 3

“Bouleversé par la mort tragique du marathonien avec lequel il s’était lié d’amitié dans le Japon de 1964, Démétrios, de retour dans son Antiquité natale, décide de quitter sa cité pour voir le monde et devenir un meilleur peintre, un meilleur athlète, un meilleur homme. Ses pas le mènent tout d’abord à Athènes où Platon, philosophe entre les philosophes, pourrait bien lui prodiguer de précieux enseignements s’il n’est pas trop occupé à rivaliser avec ses disciples… à la lutte ?

Comment concilier art et sport ? Une réflexion profonde et joyeuse sur la création et l’expression de soi.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Olympia Kyklos, 3, par Mari Yamazaki. Bruxelles: Casterman (Coll. Sakka), septembre 2021. 200 pages, 13.4 x 18 cm, 8,45 € / $C 15.95, ISBN 978-2-203-20316-7. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-5

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Olympia kyklos (オリンピア・キュクロス / lit. “Cercles Olympique”) est un manga seinen par Mari Yamazaki qui est sérialisé au Japon dans le magazine bimensuel Grand Jump depuis mars 2018 et a été jusqu’à maintenant compilé en six volumes chez Shueisha. Il a été traduit en français chez Casterman (trois volumes de disponibles et un quatrième est à paraître imminemment). C’est une comédie du style de Thermae Romae (voir aussi mon commentaire sur cette série) mais qui se situe dans l’antiquité grecque et traite de sujets autour du thème des jeux olympiques. Le manga a sans aucun doute été créé en anticipation des jeux olympiques de Tokyo de 2020 (mais qui furent reportés à l’année suivante à cause de la pandémie de Covid-19). 

Mari Yamazaki est passée maître dans l’art d’utiliser des artifices loufoques comme le voyage dans le temps pour aborder des sujets sérieux. Si elle n’explique jamais la mécanique temporelle qui intervient dans Thermae Romae (sinon quelques propriétés magiques des eaux thermales?), dans ce cas-ci il s’agit de la foudre qui frappe à répétition le pauvre Démétrios, ce qui (faute de flux capacitor) ne peut être attribué qu’au désir de Zeus d’aider le héros dans sa quête identitaire en suivant la plus pure tradition des récits épiques. Certains ont reproché à Yamazaki d’utiliser deux fois la même technique pour mouvoir son récit mais quand l’on détient une formule gagnant pourquoi la changer? Mais peu importe l’artifice; ce que Yamazaki veut accomplir c’est de comparer les cultures de l’antiquité (romaine dans le cas de Thermae Romae et grecque pour Olympia Kyklos) avec celle du Japon. Ayant vécu tant au Japon qu’en Italie, Yamazaki avait remarqué plusieurs points de similitude entre ces cultures et a eut l’idée de s’en servir comme d’un miroir où le lecteur (à priori Japonais) peut se reconnaitre et se questionner.

Démétrios est un jeune homme athlétique mais qui n’est pas du tout intéressé aux sports. Tout ce qu’il veut c’est peindre sur des vases. Toutefois, le chef du village insiste pour qu’il participe à des compétitions. Quelques voyages dans l’espace-temps à Tokyo durant les préparatifs des jeux olympiques de 1964 lui font découvrir le sens des compétitions et l’esprit olympique, lui permettant de venir en aide à son village. 

OlympiaKyklos-2-p008

vol. 2, p. 8

Dans le second volume, Démétrios se retrouve devant un double dilemme: d’une part, son maître n’apprécie pas du tout son style de dessin et, d’autre part, le chef du village veut qu’il se consacre à la compétition en vue des jeux d’Olympie. Encore une fois c’est au Japon qu’il trouvera ses réponses: il découvre le manga et rencontre même Osamu Tezuka qui lui fait réaliser comment le dessin peut exprimer des sentiments. Il rencontre aussi le coureur Kokichi Tsubaraya qui subit tellement de pression pour participer aux Olympiques de Mexico en 1968 qu’il finit pas se suicider! Ici, Yamazaki réussi à simultanément rendre un superbe hommage à Tezuka pour le faire découvrir à une nouvelle génération de lecteurs et à aborder le thème très actuel de la santé mentale des athlètes! 

Dans le troisième tome, Démétrios visite encore Tokyo mais cette fois pendant les préparatifs pour les jeux de 2020. Il y découvre une société dénaturée où le matérialisme a effacé tout esprit communautaire. Pour perfectionner son art, il se rend à Athènes où il rencontre Platon qui est non seulement philosophe mais aussi lutteur et qui se plaint de la corruption et de la dépravation morale de la société. Il cherche une façon de convaincre ses concitoyens de mener une vie meilleure. Il rencontre Tezuka en rêve qui lui apporte des solutions. Une occasion pour Yamazaki de faire une réflection sur l’intégrité morale et l’importance de l’art dans la société…

Mari Yamazaki est une artiste accomplie qui nous offre, dans un style détaillé et précis, des récits qui non seulement sont divertissants par leur mise en situation humoristique mais également apte à nous faire réfléchir sur l’état de notre société. Un très beau et fort intéressant manga que j’ai trouvé plutôt agréable à lire. Comme toute oeuvre de Yamazaki, je le recommande fortement. Je viens d’ailleurs d’apprendre que le tome 10 de Pline, “Les fantômes de Néron”, est paru en septembre 2021 et que le tome 11 devrait paraître en mars 2022. J’ai bien hâte de lire la suite tant de Pline que de Olympia Kyklos.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2018 Mari Yamazaki.

[ Translate ]

Voeux de saison

NouvelAn-IMG_1417

Mes chers collègues, amis et lecteurs,

Je tiens à vous souhaiter à tous et toutes un joyeux solstice (en retard) ainsi qu’une bonne et heureuse nouvelle année qui sera pour vous, j’espère, remplie de santé, de paix et de prospérité. Souhaitons également qu’elle verra la fin de cette pestilence qui nous accable tous.

Prenez soin de vous et ne cessez jamais d’apprendre !

[ Translate ]