Pièces modernes d’autres pays (4)

La Russie

Comme tous les pays d’Europe, la Russie a une histoire riche et complexe. Cette pièce de monnaie va toutefois nous permettre d’ouvrir une toute petite fenêtre sur le passé de cette grande nation (avec plus de vingt millions de kilomètre-carrés, c’est déjà à cette époque la plus grande nation du globe [même aujourd’hui avec seulement 17 M km2], devant le Canada [9.9 M km2], les États-Unis [9.63 M km2] et la Chine [9.6 M km2] — elle est même plus grande que l’Union Européenne [4.2 M km2] ou l’Empire Romain à son apogée en 117 E.C. [5 M km2]!).

Le rouble (рубль, ₽) a toujours été l’unité monétaire de la Russie, quoi qu’au XIIIe siècle (au temps de la République de Novgorod) il n’était pas une monnaie mais simplement un petit lingot d’argent que l’on découpait en morceaux en échange de marchandises (son nom vient d’ailleurs du verbe russe рубить [roubit] qui signifie découper). Au Moyen-Âge, la “Russie” (qui a prit naissance avec l’état Rous de Kiev) est composée de plusieurs petits royaumes dont les plus importants sont la République de Novgorod et la Principauté de Moscou. Avec le mariage de Ivan III et de Sophie Paléologue (fille du dernier empereur Byzantin) en 1472, le Tsarat de Moscou s’impose comme le successeur de Byzance et devient la “Troisième Rome.” Mais ce n’est qu’avec l’unification du territoire, sous Ivan IV Le Terrible (1533-1584), qu’apparaissent les premières pièces de monnaie grossièrement frappées. Elle devient une véritable monnaie avec l’Empire Russe fondé par Pierre 1er le Grand (1682-1725, cinquième tsar de la dynastie des Romanov).  S’inspirant des états européens il déplace la capital à Saint-Petersbourg et entreprend plusieurs réformes pour moderniser la Russie, dont une réforme monétaire qui fait du rouble une monnaie basé sur l’argent (thaler) et décimale (qui se divise en cent kopecks) ce qui lui permet d’intégrer les échanges internationaux et de faire commerce avec l’Europe.

La modernisation et l’expansion de l’Empire se poursuivra avec ses successeurs (notamment Catherine II la Grande, 1762-1796) mais au XIXe siècle, la surextension du territoire, de nombreuses guerres et une industrialisation tardive appauvrissent l’Empire, amènent une instabilité monétaire et causent un mécontentement populaire. Le Tsar Nicolas II (dix-neuvième monarque Romanov, 1894-1917) tente quelques réformes (dont une réforme monétaire qui ajuste le rouble sur l’étalon-or) mais c’est trop peu, trop tard. Après une première révolution en 1905, il doit abdiquer en mars 1917 puis est assassiné l’année suivante, mettant ainsi fin à l’Empire et à la dynastie des Romanovs. De la Révolution Russe de 1917 nait d’abord la République Russe, puis l’URSS en 1922 et finalement, depuis 1992, la Fédération de Russie. Durant toutes ces périodes plutôt troubles, le rouble est resté l’unité monétaire russe.

IMG_3047-3050Ma seule pièce de monnaie russe est une très belle pièce de trois Kopecks de 1903 (F [Fine], Cu [Cuivre], 28 mm, 9 g, axe: ↑↑). L’avers illustre un aigle impérial bicéphale couronné, entouré (dans une cartouche d’entrelacs carrés) de l’inscription cyrillique МѢДНАЯ РОССІЙСКАЯ МОНЕТА (MEDNAYA ROSSÍYSKAYA MONETA / “monnaie russe en cuivre”) en haut et ТРИ КОПѢЙКИ (TRI KOPEYKI / “trois Kopecks”) en bas. Le revers présente simplement la valeur nominale de la pièce en cyrillique flanquée de deux étoiles à l’intérieure d’un cercle perlé (★ 3КОПѢЙКИ / 3 KOPEYKI / “3 Kopecks” avec, en dessous d’une bordure décorative, l’inscription С.П.Б. — S.P.B., abréviation pour St.Petersburg), entourée d’une couronne ouverte formée de deux branches (de laurier?) attachées par un ruban, et, au-dessus, l’inscription cyrillique 1903 ГОДА (1903 GODA / “An 1903”). C’est donc une pièce en cuivre russe d’une valeur de trois kopecks frappée à Saint-Petersbourg en 1903.

Il est a noter que ce type de pièce n’offre aucun portrait d’empereurs mais plutôt un symbole de l’Empire. L’aigle bicéphale n’est que l’évolution de l’Aigle Impériale romaine qui acquiert deux têtes dans l’héraldique byzantine de la dynastie des empereurs Paléologue (pour représenter la division de l’Empire Romain). Il est transmis, par la dot de son épouse, au Tsar Ivan III (de la dynastie ruthène, puis moscovite, des Riourikides), et devient un symbole de l’Empire Russe, de plusieurs nations slaves et même du Saint-Empire-Germanique. Ici ce sont les petites armoiries de l’Empire Russe qui sont représenté: l’aigle à deux tête (dont chacune est couronnée) est surmonté d’une grande couronne d’où descendent deux rubans; il est couvert par neuf boucliers (au centre: l’écu de saint Georges, entouré de la chaîne de l’ordre de Saint-André, avec de part et d’autre les armoiries d’Astrakhan, de Sibérie, de Géorgie, de Finlande, de KievVladimirNovgorod, de Tauride, de Pologne et de Kazan) et tient dans ses serres un sceptre (patte dextre) et une orbe crucigère cerclée (patte sénestre).

Ce type de pièce a été frappé tel quel entre 1867 et 1914 durant les règnes d’Alexandre II (1855-1881), Alexandre III (1881-1894) et Nicolas II (1894-1917). À cette époque on a frappé, en argent, des pièces de un rouble, de cinquante, vingt-cinq, vingt, quinze, dix et cinq kopecks, et, en cuivre, des pièces de cinq, trois, deux, un, un-demi et un-quart de kopecks. Un rouble valait alors deux francs et soixante-sept centimes ou deux shilling et un pence et quart. De nos jours, le rouble ne vaut guère mieux, soit environ deux cents canadiens (2¢ soit €0.062 ou US$0.016). Autant dire que le kopeck (un centième de rouble) ne vaut pas grand chose, d’où l’expression “ça ne vaut même pas un kopecks”! Ou encore, un anglais pourrait dire “Ruble, is that your currency or the state of your economy?” (Le rouble c’est votre monnaie ou l’état de votre économie? [rubble = décombres, gravats])! Cette pièce de trois kopecks vaut donc trois fois rien. Quoiqu’il en soit, elle a tout de même pour moi un intérêt historique puisqu’elle a été frappé sous le dernier des tsars, juste deux ans avant la première révolution russe.

Sources: Wikipedia (Kopeck [FR/EN], Rouble [FR/EN], Rouble Impérial [FR/EN], Empire Russe [FR/EN], Nicolas II [FR/EN]), Google, CGB, CoinsBook, eBay, ngccoin, numista, ucoin, vcoins.

C’est déjà la fin de cette aventure monétaire… Un jour peut-être, lorsque je serai à la retraite, je prendrai le temps de cataloguer la collection de mon père et je vous en présenterai les plus belles pièces… Toutefois, dans un premier temps je vais d’abord prendre une pause (car une chronique hebdomadaire assidue demande beaucoup de temps et d’énergie et, avec un nouveau travail, je reprend un horaire sur cinq jours ce qui va me laisser moins de temps pour faire des recherches et écrire). Cela va me permettre de me reposer mais aussi de me consacrer un peu à mes lectures. Par la suite, je vais probablement me lancer dans un projet un peu plus littéraire et traiter de la littérature romaine: les ouvrages écrits par des empereurs mais aussi des thèmes particuliers (comme l’humour à Rome) et quelques-uns de mes auteurs favoris dont Lucien de Samosate — et peut-être aussi quelques romans historiques ayant pour sujet la Rome antique. Ce ne sera cependant pas une chronique régulière mais qui viendra plutôt au gré du temps disponible… À bientôt!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 106

Empire

Empire-cov“En suivant l’itinéraire d’une pièce de monnaie à l’effigie de l’empereur Trajan, nous sillonnons tout l’Empire romain à l’époque de son extension maximale et découvrons toutes les couches de la société au travers de ses propriétaires successifs : un véritable docufiction sur papier qui rend l’Histoire plus passionnante qu’un roman et s’est vendu à 200 000 exemplaires en Italie.

Romancées et émaillées d’exemples savoureux, voici la vie et les aventures d’une… pièce de monnaie romaine du IIe siècle de notre ère, de sa fonderie d’origine jusqu’à son retour du sud de l’Inde ! En l’espace de trois années, ce sesterce en bronze va parcourir l’Empire romain d’un seul tenant, et nous faire découvrir le modèle économique de ce qui fut et reste la base de nos racines européennes. On découvre (ou redécouvre) que l’Empire Romain a conquis de nouveaux territoires et leurs populations par le glaive mais tout autant par la soie : qui devient citoyen romain accède à un univers lui donnant une armée le protégeant, des lois, des routes, des bains publics, une monnaie reconnue et acceptée dans le monde romain et au-delà, un État gérant les ressources servant à créer les pièces en bronze, en or, en cuivre – c’est la mondialisation avant l’heure ! Un confort pour celui qui décide de partir à la conquête de sa richesse personnelle… mais aussi un enfer pour celui qui n’est pas au bon bout de la pyramide sociale, écrasé par le règne absolu de la puissance par l’argent. Entre un esclave et l’empereur, c’est une liste de mots qui sépare : népotisme, cupidité, clientélisme. Ou parfois rapproche : mansuétude, altruisme, désintéressement. Avec toute sa cohérence et toutes ses inégalités, l’Empire Romain se révèle étonnamment contemporain !”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Publié en Italie en 2010 (sous le titre Impero:Viaggio nell’impero di Roma seguendo una moneta), cet essai de l’anthropologue Alberto Angela me rappel beaucoup La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire de Jérôme Carcopino (publié chez Hachette en 1939 et toujours disponible au Livre de Poche) mais enrobé dans une histoire romancée. D’ailleurs, ce livre s’insère dans une trilogie de l’auteur sur l’Empire Romain: il fait suite à Une Journée dans la Rome Antique (Una giornata nell’antica Roma. Vita quotidiana, segreti e curiosità, publié en 2007 [ Goodreads • Nelligan ]) et est complété par Amour et sexe dans la Rome antique (Amore e sesso nell’antica Roma, publié en 2012). L’ouvrage a également été traduit en anglais (The Reach of Rome, New York: Rizzoli Ex Libris, 2013, ISBN 978-0-8478-4128-8). Une collègue des bibliothèques m’a dit que ma chronique hebdomadaire sur la monnaie ancienne lui rappelait cet ouvrage et elle me l’a chaudement recommandé.

Empire nous raconte les différents aspects de la vie quotidienne à l’époque de Trajan mais, au lieu de s’attarder seulement sur la ville de Rome, il nous fait voyager à travers tout l’Empire à la suite d’un sesterce, qui passera de main en main. Les personnages, les lieux et les événements de ce récit sont véridiques et ont été tiré des sources anciennes (Martial, Juvénal, Ovide, Pline l’Ancien et le Jeune, Dion Cassius, Flavius Josèphe, etc.), épigraphiques (stèles funéraires, graffiti et autres inscriptions) ou même archéologiques. L’histoire débute à Rome dans l’atelier monétaire où le sesterce est frappé. Puis les pièces fraîchement frappées sont livrées aux quatre coins de l’Empire (capitales régionales, villes commerciales, forts de l’armée, etc.) par un escadron de cavalerie appelé turme qui amène notre sesterce d’abord à Londinium, puis au fort frontalier de Vindolanda. Aux thermes, la pièce change de propriétaire et passe dans le main d’un marchand de vin qui l’amène à Lutèce, puis à Augusta Treverorum. Un centurion l’amène ensuite sur le champs de bataille en Germanie. Et un marchand d’ambre l’amène à Mediolanum. Puis un soldat l’amène à Modena, où il passe à un esclave qui se rend à Rimini, puis il est de retour à Rome où il passe à un prétorien, et ensuite à un vieil homme qui va faire des paris sur les courses de chars au Circus Maximus. Et ainsi de suite… Il passe par le port d’Ostie, va à une mine d’or en Hispanie, est amené par un marchand de garum à Massilia, puis à un banquet à Baïes, traverse la Méditerranée jusqu’à Carthage, puis Thamugadi, Leptis Magna, Alexandrie, Thèbes, le port de Bérénice sur la mer Rouge vers un comptoir commercial en Inde appelé Muziris. Finalement, il revient à Charax en Mésopotamie, passant par Antioche, Ephèse et Athènes pour revenir à Rome et être enterré avec un défunt… pour être découvert par une archéologue près de deux mille ans plus tard! Quel périple!

J’ai déjà parlé dans ma chronique de numismatique d’un denier de Trajan. J’ai toutefois aussi un as, un dupondius et un sesterce de cet empereur et je vous en parlerai très bientôt. Je me suis souvent moi-même demandé en manipulant mes pièces de monnaie romaine par combien de mains et de gens différents elles avaient bien pu passer. Cet ouvrage nous en donne une idée. Aussi, on me demande souvent ce que valait un sesterce dans la vie de tout les jours des romains. L’auteur de cet ouvrage mentionne qu’un sesterce valait environ deux Euros (2€) c’est à dire environ $2.60 canadien (ou $2 US). Probablement de quoi s’acheter une grosse miche de pain. Toutefois, le sesterce de ce livre m’aura permis de faire le tour du monde romain…

À travers ce voyage du sesterce l’auteur raconte de nombreux anecdotes et parle d’à peu près tous les aspects de la vie et de la culture romaine au début du IIe siècle. C’est un ouvrage fascinant et très riche en informations mais qui demeure une lecture abordable et agréable qui diverti tant l’érudit que le profane. Je l’ai trouvé très intéressant et je suis sûr que tout amateur d’histoire en fera autant. Je vous le recommande donc à mon tour.

Empire: Une fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche, par Alberto Angela. Paris: Éditions Payot & Rivages, avril 2016. 462 pages, 20.5 x 14 cm, prix, ISBN 9782228915397. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Arnoldo Mondadori, Editore S.p.A., Milan, 2010 • Éditions Payot & Rivages, Paris, 2016, pour la traduction française.

Pièces modernes d’autres pays (3)

La France

La France a une histoire nationale assez complexe que nous ne ferons qu’effleurer en abordant sa monnaie. Comme nous l’avons vu en discutant les pièces médiévales et de la “Renaissance”, l’unité monétaire utilisée en France sous l’Ancien Régime était la livre (un système complexe qui a évolué de la livre Parisi à la livre tournois et qui se divisait en sous [1/20e] et en deniers [1/240e]). Au Moyen-Âge, entre 1361 et 1364, le franc fait une première apparition sous le règne de Charles V pour désigner un écu d’or (appelé le franc à cheval car le roi y était représenté sur un destrier). Quelques années plus tard, entre 1365 et 1575, il fait frapper un autre franc d’or, le franc à pied (où le roi est représenté à pied sous un dais), qui équivaut plus ou moins à un florin. Dans les régimes subséquents, de 1575 à 1643, on frappe une nouvelle pièce, le franc d’argent (il remplace le teston et se subdivise en demi et quart de franc), qui deviendra, avec la réforme monétaire de Louis XIII, le Louis d’argent (aussi appelé écu blanc). Toutefois, ces différentes incarnations du francs ne sont jamais plus que la livre sous un autre nom.

Le franc ne devient l’unité monétaire officielle de la France (franc français, FF) qu’avec la Révolution alors que le pays adopte le système décimale (loi du 18 germinal an III) en 1795. Le franc se divise maintenant en cent centimes mais il reste l’équivalant de la livre tournois. Ce n’est qu’en 1800, avec la création de la Banque de France, que le franc prend vraiment une identité propre: le Franc Germinal ou Franc-or (1803-1928). On démonétise les vieilles dénominations, renoue avec le bimétallisme et imprime des billets de banque. Le XXe siècle amène son lot de crises qui déstabilisent la monnaie. Suite à la Première Guerre mondiale et à une importante inflation, le franc ne peut plus être basé sur l’or et on adopte des taux de change flottant avec le “Franc Poincaré” (dit l’ancien franc) en 1928. Toutefois, sous la Cinquième République, plusieurs dévaluations subséquentes (dues à la Dépression et la seconde guerre mondiale) imposent une nouvelle réforme monétaire en 1959 avec le “Franc Pinay” (dit “Franc lourd”). Un “Nouveau Franc” (NF) équivaut à cent anciens francs. Cette nouvelle monnaie aura cours jusqu’en 2002, alors qu’elle sera remplacée par l’Euro.

Je vous présente ici mes deux plus anciennes pièces de monnaie de la France moderne…

IMG_3029-3034Le premier spécimen est une assez belle pièce de cinq centimes frappée en 1863 sous Napoléon III (G [Good], Ae [Bronze], 25 mm, 5 g, axe: ↑↓). L’avers présente une tête de l’Empereur à gauche, laurée et barbue, dans une cercle de pointillés, entourée de l’inscription française NAPOLÉON III EMPEREUR (encadrée par une ancre couchée sur le côté [⚓︎] à gauche et d’une croix [✠] à droite — ces pictogrammes semblent avoir de nombreuses variantes) et 1863 en exergue. Sous la tête on note l’inscription BARRE qui est la signature du graveur Désiré-Albert Barre. Le revers illustre une aigle impériale (ailes déployées, la tête tournée à droite, tenant dans ses serres un foudre) dans un cercle de pointillés, entouré de l’inscription française EMPIRE FRANÇAIS (en haut) et ★ CINQ CENTIMES   (en bas). On note en-dessous de l’aigle un double B (en partie superposé) qui est une marque d’atelier pour Strasbourg.

Il est intéressant de constater que le pictogramme à gauche de l’inscription de l’avers semble associé au graveur (soit Jacques-Jean Barre [un chien] de 1843 à 1855, soit son fils Désiré-Albert Barre [une ancre] de 1855 à 1878), alors que celui de droite serait associé à l’atelier monétaire (les portraits à tête nue ont été frappé à Paris [A / une main pointant de l’index], Rouen [B / un pic et un marteau croisés], Strasbourg [BB / une abeille], Lyon [D / un lion], Bordeaux [K / une feuille de vigne], Marseille [MA / un coquillage] et Lille [W / une lampe], alors que les portraits laurés ont été frappé seulement à Paris [A / une abeille], Strasbourg [BB / une croix] et Bordeaux [K / un marteau]). 

Napoléon III est, quant à lui, un personnage assez intéressant. Né Louis-Napoléon Bonaparte en avril 1808, il est le fils du roi de Hollande Louis Bonaparte (frère de Napoléon Bonaparte) et de Hortense de Beauharnais (fille de Joséphine de Beauharnais et de son premier mari, le vicomte Alexandre de Beauharnais) ce qui en fait à la fois le neveu de Napoléon et le petit-fils de l’Impératrice Joséphine! Il n’est donc pas surprenant qu’il ait voulu faire valoir cette double ascendance impériale. Toutefois, après deux tentatives de coup d’état avortées (à Strasbourg en 1836 et à Boulogne-sur-Mer en 1840), il choisit une voie vers le pouvoir plus légitime. Emprisonné six ans, il s’évade en 1846 vers Londres mais, profitant de la révolution de 1848 (la troisième!), il se fait élire à l’Assemblée nationale constituante dans quatre départements et présente sa candidature aux présidentielles. Ses adversaires sont, entre autres, Cavaignac, Lamartine et Raspail. Grâce à un support paysan et à une opposition divisée, il reçoit 74% des voix et est élu le premier président de la Seconde République. Il tente des réformes constitutionnelles (notamment pour se permettre un deuxième mandat) mais se retrouve constamment en confrontation avec les députés de l’Assemblée nationale. Ainsi, le 2 décembre 1851 (anniversaire du Sacre de Napoléon et de la victoire d’Austerlitz), il réalise un coup d’état et se proclame Empereur des Français! Le Second Empire dure dix-sept ans. Il prend fin durant la guerre Franco-Allemande avec la défaite de Sedan (1er septembre 1870) où Napoléon III est capturé. En septembre 1870 un gouvernement provisoire est formé et ce sera le début de la Troisième République. Napoléon III s’exile en Angleterre mais meurt en janvier 1873 des suites d’une lithiase vésicale.

Sources: Wikipedia (Franc [FR/EN], Franc français [FR/EN], le Franc sous le Second Empire, Napoléon III [FR/EN]), Google, CGB, CoinArchives, coinect, numista, vcoins.

IMG_3037-3041Le deuxième spécimen est une très belle pièce de cinq centimes de la IIIe République (VF/G [Very Fine / Good], Ae [Bronze: 95% Cu, 4% Sn, 1% Zn], 25 mm, 5 g, axe: ↑↓). L’avers présente une tête de la République à gauche en Cérès, déesse des moissons, portant un collier de perles, un double chignon et une couronne composite de blé, fleurs, olivier et olives, chêne et glands, nouée par un ruban descendant sur le cou et passant sur le front où est inscrit le mot CONCOR; sous la tranche du cou l’inscription OUDINÉ (signature du graveur Eugène-André Oudiné), le tout dans un grènetis (cercle de pointillés), entouré de l’inscription française ★ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ★ avec 1872 en exergue. Le revers illustre une couronne ouverte nouée par un ruban à sa base, formée de deux branches d’olivier, entouré de l’inscription française ★ LIBERTÉÉGALITÉFRATERNITÉ (la devise de la République Française), ayant en son centre l’inscription (sur deux lignes) 5 / CENTIMES avec, en-dessous, un petit A (marque d’atelier de Paris) flanqué de deux pictogrammes (les “différents” qui sont des marques de séquences liées au graveur et/ou à l’atelier): une abeille à gauche et une ancre couchée sur le côté à droite.

Malheureusement, si l’avers est en très bonne condition (à part une petite tache de vert-de-gris sur le haut et le manque de détails de la couronne d’épis et du bandeau), le revers comporte beaucoup plus d’usure qui oblitère complètement la valeur de la pièce. Par contre, nous savons que la pièce de cinq centimes a un diamètre de 25 mm et pèse 5 g alors que la pièce de dix centimes, elle, a une diamètre de 30 mm et un poids de 10 g. Il s’agit donc ici clairement d’une pièce de cinq centimes. Les “différents” sont également difficiles à distinguer mais en sachant que les exemples observés de “A” du début des années 1870 comportent une abeille (possiblement en association avec l’atelier de Paris) et une ancre (le pictogramme du graveur Désiré-Albert Barre qui aurait donc été le graveur du revers?), les formes floues qui entoure le “A” prennent du sens. Pour le “A” il existe deux variantes: le grand “A” (plus grand que les “différents”) et le petit “A” (même taille que les “différents”) — ici il s’agit d’un petit “A”. Les petites dénominations avec le type “Cérès” ont été frappé en pièces de un, deux, cinq, dix, cinquante centimes, un et deux francs entre 1870 et 1898 (quoi que le cinq centimes n’a pas eut d’émission en 1870 et en 1895). La pièce de cinq centimes a surtout été frappé à Paris (A) sauf entre 1871 et 1878 où elle a également été frappé à Bordeaux (K).

La IIIe République est proclamée le 4 septembre 1870. Elle débute avec un gouvernement de la Défense nationale dirigé par le général Trochu mais dès février 1871 une nouvelle Assemblée Nationale est élue et Adolphe Thiers est choisi comme chef du pouvoir exécutif (Président) — il démissionnera en mai 1873 pour être remplacé par Patrice de Mac Mahon. La priorité est d’abord de conclure un accord de paix avec l’Allemagne (dont le chancelier est Otto von Bismarck). Comme l’Assemblée Nationale est composé d’une majorité de Monarchistes (62% — dont 214 orléanistes et 182 légitimistes — contre 35% de Républicains [112 de Gauche, 72 de Centre-Gauche/Libéraux et 38 radicaux de l’Union Républicaine] et 3% de bonapartistes) la tendance est d’abord vers une nouvelle Restauration. Toutefois, aux Législatives suivantes, les Républicains sont majoritaires et la République est de nouveau sur le droit chemin. Malgré quelques problèmes (les communes insurrectionnelles de 1870-71, la crise Institutionnelle de 1877, et l’affaire Dreyfus), la IIIe Républiques est marquée par une nouvelle expansion coloniale ainsi que plusieurs réformes constitutionnelles (lois de 1875) et sociales (liberté de presse en 1881, légalisation des syndicats en 1884, laïcité en 1905 et instauration de l’impôt sur le revenu en 1914). Elle prendra fin en juillet 1940 avec le régime de Vichy dirigé par le maréchal Philippe Pétain. 

Sources: Wikipedia (Franc [FR/EN], Franc français [FR/EN], le Franc sous les IIIe et IVe Républiques, la IIIe République [FR/EN]), Google, acbon, AllYourCoins, BourseDuCollectionneur, CoinArchives, CollecOnline, eBay, NumisCorner, numista.

La semaine prochaine je vous présente une pièce de monnaie moderne Russe !

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 105

Tulipa Salmon Prince

[ Nikon D3300, Ottawa Tulip Festival, 2022/05/14 ]

Les tulipes sont des plantes herbacées à fleurs qui appartiennent à la classe des Liliopsida (ou Lilianae selon l’APG III), à l’ordre des Liliales, à la famille des Liliaceae et au genre tulipa. Ce dernier regroupe plus d’une centaine d’espèces auxquelles s’ajoute une grande variété de cultivars et d’hybrides qui sont classés en quinze divisions (Simples hâtives, Double hâtives, Triomphe, Darwin hybrides, Simples tardives, Fleur de lis, Frangées, Viridiflora, Rembrandt, Perroquet, Double tardives, etc.). La plupart des tulipes cultivées appartiennent à l’espèce hybride Tulipa × gesneriana (tulipe de jardin). C’est une plante vivace bulbeuse qui produit une fleur unique qui pousse au bout d’une longue tige, entourée de feuilles basales en forme de lanières. La fleur a généralement la forme d’une coupe, offre une très grande variété de couleurs, et est composé de trois pétales et trois sépales, avec un pistil central entouré de six étamines. Le nom proviendrait du turc tülbend qui signifie “plante-turban”.

La tulipe “Salmon Prince” appartient à la division Simples hâtives. Les tulipes de ce groupe sont les plus anciennes en culture. Elles ont une forme classique de gobelet et fleurissent entre le début et le milieu du printemps (mars et avril). Leurs tiges plus courtes (de trente à quarante-cinq centimètres) et plus fortes les rendent plus résistantes et la floraison précoce assure des fleurs plus durables. Ce qui caractérise particulièrement la “Salmon Prince”, outre son doux parfum, ce sont ses couleurs coucher de soleil qui offrent un étonnant éventail de roses (rose clair, rose saumon ou rose profond), de pêches (ou apricot) et de jaunes doux (orangé ou crémeux) qui changent à mesure que la fleur mûrit. Elle est parfaite en fleurs coupées. Comme la plupart des tulipes elle est une allergène cutané et nocive en cas d’ingestion. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles).

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.243]

Chaton mort sur la route
Stray kitten hit by a car

IMG_2968

[ iPhone 13 Pro, VSP, 2022/08/20 ]

Un couple de chats errants a trouvé refuge dans la broussaille de mon jardin avec ses deux chatons. L’un des chatons a été adopté par une voisine mais l’autre s’est retrouvé victime de la route. Cela a beau être un quartier résidentiel bordant le Parc Frédéric-Back, peu de voitures respectent la limite de vitesse de 30 km/h. Malgré plusieurs demandes de citoyens inquiets pour leur enfants ou leurs animaux domestiques, la ville semble refuser d’installer des dos d’ânes pour forcer la circulation à ralentir. L’un de mes chats a lui-même été frappé par une voiture un peu plus tôt cet été et cela devant mes propres yeux. Le chauffeur ne s’est pas arrêté (et ne s’est même probablement aperçu de rien)! Heureusement Félix a seulement été un peu sonné et a continué son chemin pour aller jouer dans le parc. Il s’en est tiré à bon compte ce qui ne fut malheureusement pas le cas de ce chaton qui a maintenant rejoint le paradis des chats… [Cat-urday’s picture / 002.022.239]

[ Translate ]

Image du chat-medi [002.022.239]

Pièces modernes d’autres pays (2)

La Belgique

La Belgique en tant que territoire distinct a pris forme avec la province romaine de Gaule Belgique, située entre la Germanie Inférieure à l’est et la Gaule lyonnaise à l’ouest, qui incluait plus ou moins ce qui est aujourd’hui le Bénélux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg). À l’époque carolingienne, après que l’Empire de Charlemagne ait été divisé entre ses trois petits-fils en 843 EC, elle fait partie de la Lotharingie (qui incluait également l’Italie). Au Moyen-Âge, sous les ducs de Bourgogne, elle fait partie des Dix-sept Provinces mais ces dernières passent sous l’égide espagnole avec Charles Quint, pour être finalement scindées en deux suite à la guerre de Quatre-Vingts Ans et au traité d’Anvers de 1609 pour former les Provinces-Unies au nord (Belgica Foederata, les Pays-Bas indépendants) et les Pays-Bas méridionaux au sud (Belgica Regia, la Belgique, qui demeure un territoire du Saint-Empire romain germanique).

Toutefois, après la chute de l’Empire napoléonien, elles sont réunies à nouveau en 1815 par le traité de Vienne pour reformer l’ancien Leo Belgicus (nommé ainsi car le territoire sur une carte géographique représente plus ou moins la silhouette d’un lion) sous le nom de Royaume uni des Pays-Bas. Cette fois ce sont les différentes factions dopposition Belges qui s’unissent (d’où la devise “L’Union fait la Force”) et se révoltent contre cette imposition en 1830. La Belgique acquiert donc son indépendance l’année suivante mais se dote néanmoins d’une monarchie constitutionnelle: le Royaume de Belgique. Comme monarque on choisit Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha (un oncle de la reine Victoria) qui règnera sous le nom de Léopold Ier, roi des Belges. Dès lors, la Belgique peut frapper sa propre monnaie: le Franc belge (qui aura cours jusqu’à l’introduction de l’Euro en 2002). Celui-ci se divise en cent centimes avec des pièces de monnaie de un, deux, cinq, dix, vingt, vingt-cinq et cinquante centimes. Je vous en présente ici deux exemples.

IMG_2991-2994Le premier exemple est une très belle pièce de cinq centimes de Léopold 1er datant de 1862 (F [Fine], Cupronickel [75 % Cu et 25 % Ni], 19 mm, 3 g, axe: ↑↓). J’ai peine à distinguer l’avers du revers sur cette pièce. Normalement, l’avers (face) offre le portrait du monarque avec sa titulature, alors que le revers (pile) offre une représentation allégorique ou une devise avec la dénomination (valeur nominale) et la date d’émission. Or, ici tout est mélangé alors que la valeur se retrouve avec la nomenclature et l’attribution de l’avers change selon les experts. L’ “avers” présente la valeur nominale de la pièce sur deux lignes (5  / CENTIMES — centimes étant inscrit dans une cartouche pointé — dans un cercle rempli de pointillés) au-dessus d’une étoile (☆) avec l’inscription française (débutant par un fleuron) ❁ LEOPOLD PREMIER ROI DES BELGES. Le “revers” illustre un lion rampant héraldique vers la gauche (également dans un cercle rempli de pointillés) avec l’inscription française (encadrée par deux étoiles) ★ L’UNION FAIT LA FORCE ★ et 1862 en exergue. On note sous le lion une petite cartouche inscrite BRAEMT, qui est la signature du graveur Joseph-Pierre Braemt. 

Sources: Wikipedia, Google, CGB, numista.

IMG_2987-2988Le deuxième exemple est une belle pièce de deux centimes de Léopold II datant de 1873 (VG [Very Good], Cu [Cuivre 100%], 21.5 mm, 4 g, axe: ↑↓). L’avers présente le monogramme du roi (un grand “L” en cursive chargé de fioritures et surmonté d’une couronne héraldique d’où pendent des rubans de part et d’autre) entouré de l’inscription française LEOPOLD II ROI DES BELGES (suivie d’une étoile) ★ et 1873 en exergue. Le revers illustre un lion belge assis à gauche, la tête tournée à droite, posant la patte avant droite sur une double tablette inscrite (sur quatre lignes) “CONSTITUTION / BELGE / 1831 / ★”, entouré de l’inscription française L’UNION FAIT LA FORCE et 2 CENT.s (abréviation de “centimes”; le point et le “s” sont superposés) en exergue. Dessous la valeur nominale, on retrouve l’inscription BRAEMT F[ecit] (latin pour “fait par Braemt”) qui est la signature du graveur Joseph-Pierre Braemt. 

À partir de 1902, le néerlandais étant maintenant reconnu comme langue officielle, cette pièce sera frappée en deux versions: l’une en français (comme ci-haut) et l’autre en néerlandais (LEOPOLD II KONING DER BELGEN ★★ sur l’avers et EENDRACHT MAAKT MACHT sur le revers).

Sources: Wikipedia, Google, CGB, CoinBrothers, numista.

La semaine prochaine je vous présente quelques pièces de monnaie moderne de la France…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 104