La semaine en huit images…

[ iPhone 11 Pro, 2021/04/18-24 ]

Dimanche: Ce qui est bien le dimanche c’est que je fini de travaillé tôt et, comme le soleil se couche maintenant plus tard, on a assez d’ensoleillement pour avoir le temps d’aller prendre notre marche de santé après le souper. C’était une superbe journée avec un beau ciel. J’aime bien prendre le temps d’admirer le couché de soleil…

Lundi: Durant le week-end j’ai appris que ma voisine dit à qui veut bien l’entendre que nous sommes racistes parce qu’on ne lui parle pas… Je ne sais trop pourquoi ce genre de ragot m’embête et je n’ai pas arrêté d’y penser car je sais que c’est un mensonge. Toute ma vie j’ai fait de grands efforts pour ne pas tomber dans le piège de la généralisation et j’essai toujours de juger les gens sur leur mérite personnel et non sur leur apparence, comme la couleur du cheveu, des yeux et, encore moins, de la peau. J’hésite à en parler car ces temps-ci c’est un sujet controversé mais le fait est qu’en général je ne parle à personne. Au travail, je fais un effort pour papoter avec les collègues mais je ne parle pas aux voisins — à moins qu’ils ne viennent me parler (dans ce cas là j’engage la conversation pour rester poli; même avec la voisine d’en face qui est vietnamienne, ou celle d’à côté qui est sud-américaine, ou la vieille madame italienne et le monsieur portugais — leurs origines n’a rien à voir, au contraire cette diversité m’enchante). C’est ma philosophie de “vivre et laisser vivre.” Évidemment, je vais avoir encore moins le goût de converser si les gens viennent surtout me voir pour se plaindre, me blâmer de tout ce qui leur arrive (non, si votre abris Tempo que vous avez mal installé et négligé de déneiger s’est écrasé ce n’est pas de ma faute), me jeter des regards…umm… méchants parce q’ils pensent que c’est moi qui ait porté plainte sur le fait que leur cour arrière ressemble à un camp de réfugiés et est un nid à feu, me menacer (“vous savez, les maisons ça peut passer au feu…”) et encore moins pour me parler de religion! Dès qu’on amène Jésus dans la conversation, moi je décroche (c’est ma politique du “caput, domus, templum” — les seuls lieux où ce sujet devrait être abordé). Non, madame, je ne vous parle pas mais c’est simplement parce que vous êtes… une crisse de folle ! Je sais, c’est horrible de discriminer le gens à cause de leur santé mentale, mais, bon, personne n’est parfait…

Mardi: En me rendant au travail, j’ai roulé dans un nid de poule profond que je n’ai pas pu éviter (sur la 2e Ave, en face du Cirque du Soleil et de l’arrêt de la 94 — les rues de Montréal sont vraiment dans un terrible état, particulièrement au printemps). Plus tard, après être arrivé au travail, j’ai remarqué que la roue arrière était un peu abîmée: il y a une légère déformation sur la jante de la roue (mais c’est seulement d’un côté). Quelle malchance! Toutefois, le gars qui m’a vendu la bicyclette électrique (Kolo Scooters, à qui j’ai envoyé une photo) me dit que ce n’est pas grave et que cela peut s’arranger facilement (et à peu de coût). Pour éviter ce genre de problème il faut juste s’assurer d’avoir une bonne pression dans les pneus (40 lbs)… Apple annonce de nouveaux produits mais rien de bien intéressant pour moi (à part peut-être les AirTags).

Mercredi: Nous sommes affligé d’un tempête de neige d’avril qui nous laisse un bon cinq centimètres — quoiqu’après avoir neigé toute la journée il n’y a pas vraiment d’accumulation et cela fond rapidement). J’ai peur que la neige et le froid ne donnent un choc fatal aux fleurs et à la végétation qui commençaient à se développer mais, non, les jonquilles qui avaient fleuri mercredi dernier semblent avoir récupéré (toutefois, les fleurs du magnolia, elles, ont perdu leur blancheur et ont tourné d’une couleur brunâtre). Le lendemain après-midi tout avait fondu et le printemps reprenait son cours…

Jeudi: L’un de mes chats, Caramel, a développé des problèmes de comportement qui me déconcertent. De temps en temps, sans raison apparente, il se met à miauler et cracher mais seulement envers mon épouse. Est-ce pour exprimer sa peur, de la douleur, un besoin d’attention? Depuis le début de l’hiver, on a recueilli dans le garage un pensionnaire, Félix, mais ils ne se rencontrent jamais. Caramel peut sans doute le sentir et cela lui cause possiblement du stress? Un collègue m’a suggéré l’utilisation de phéromones qui ont un effet calmant sur le chats. J’en ai commandé et on verra ce que ça donne… Aussi, cela fait deux semaines que j’ai reçu le vaccin d’AstraZeneca-Oxford contre la Covid-19 (aka AZD1222)!

Vendredi: Au début de la semaine, je me suis réveillé une nuit avec une douleur dans le dos. J’ai d’abord cru que c’était musculaire. Mais après quelques jours, j’ai commencé à avoir des “sensations bizarres” dans le système urinaire, puis des envies fréquentes… Je devais me rendre à l’évidence: je faisais à nouveau une pierre au rein ! Comme je n’avais pas eut de coliques néphrétiques (ces douleurs atroces qui généralement accompagne cette condition) j’en ai conclu que j’étais chanceux et que la pierre était de petite taille. J’avais raison car non seulement elle est passé rapidement mais elle ne faisait que trois millimètres. Comme la température s’est réchauffée nous en profitons pour faire notre promenade dans le parc et nous observons la ménagerie habituelle de cardinals, pic bois et marmottes…

Samedi: Une autre superbe journée. Plus d’une semaine après leur éclosion et après avoir enduré la neige, les jonquilles sont encore en bonne forme. Dans le parc, je note une petit arbre fruitier en fleurs (possiblement un pommetier). Quel magnifique printemps! Malheureusement, la pluie s’annonce pour les prochains jours… J’ai appliqué pour une position supérieure dans une autre bibliothèque (bon, je n’ai pas grand chance de l’obtenir car cela fait plusieurs fois que je postule sur ce genre d’emploi sans succès mais on ne sait jamais)… Et plus que deux-mil-deux-cent-vingt jours avant la retraite…

[ Translate ]

Pictorial chronicles [002.021.115]

Pensée du jour (Pour moi-même)

V. Un jardin de livres

L’autre jour, sur FB, je suis tombé sur cette citation populaire de Marcus Tullius Cicero: “Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu’il vous faut.” Je suis bien d’accord mais le texte est encore plus intéressant si on le remet dans son contexte. D’abord, cette traduction est inexacte quoiqu’elle rend bien l’esprit de la citation. Le texte original est “si hortum in bibliotheca habes, deerit nihil” et cela se traduirait littéralement plutôt par “Si vous avez un jardin dans votre bibliothèque, tout sera complet” (ou, selon le traducteur, “vous ne manquerez de rien”, “vous avez tout”, “rien n’échouera”). Certains ont également interprété la citation dans le sens “si vous avez une bibliothèque donnant sur un jardin” ou “avec vue sur le jardin.”

Cette citation de Cicéron provient de ses Epistulae ad Familiares [Lettres aux amis] 9.4. À cette époque, il s’est retiré dans sa villa de Tusculum et tente de se faire oublié car Rome est en pleine guerre civile, alors que le dictateur Julius Caesar viens de vaincre Pompeius, le dernier de ses alliés du premier triumvirat, à Pharsale. En juin 708 AUC (46 AEC), Cicéron écrit à son ami Varron pour l’inviter à venir le visiter. Dans son contexte plus large le texte se lit ainsi: Quapropter, si venturus es, scito necesse esse te venire; (…) Sed de his etiam rebus, otiosi cum erimus, loquemur; (…) Tu si minus ad nos, nos accurremus ad te: si hortum in bibliotheca habes, deerit nihil. C’est à dire [selon Itinera Electronica], ”S’il est vrai que vous deviez venir, c’est qu’il est dans l’ordre des choses nécessaires que vous veniez : si au contraire je ne vous vois point, c’est que votre venue se trouve en dehors des choses nécessaires. (…) Mais nous causerons de tout cela quand nous n’aurons rien de mieux à faire (…). Si vous ne vous hâtez, je cours auprès de vous, soyez-en sûr; et pour peu que vous ayez un jardin près de vos livres, nous n’aurons rien à désirer.“

Peu importe comment on traduit cette citation un peu obscure provenant d’une lettre tarabiscotée de Cicéron (et, comme Jean-François Géraud, nous pourrions en disserter longuement en nous étendant sur le rôle des jardins et des bibliothèques dans l’otium romain) c’est surtout la conjonction même des idées de bibliothèque et de jardin — deux lieux de calmes, propices à la réflexion — qui est intéressant. Étant donné que hortus fait surtout référence à un jardin potager (où l’on cultive des légumes, fruits, fines herbes et plantes aromatiques pour sa consommation personnelle) et qu’une bibliothèque est un lieu où l’on conserve, protège et diffuse le Savoir, nous pouvons affirmer que l’un nourrit le corps alors que l’autre nourrit l’esprit. L’un et l’autre sont même interchangeable, car dans un jardin on peut préserver et exprimer un ensemble de connaissances botaniques et horticoles, chaque variété et espèce étant bien alignée en rangées comme des livres sur une étagère. De même, une bibliothèque est vivante car régulièrement nous y ajoutons de nouvelles pousses et élaguons les éléments qui n’ont plus d’utilité, mettant de l’avant les sujets populaires du jour ou de la saison. Ce n’est pas par hasard que l’on retrouve de plus en plus de plantes (souvent disposées dans un atrium) dans les bibliothèques modernes. Dans un cas comme dans l’autre, c’est un lieu à la fois relaxant et stimulant. Ce n’est donc pas surprenant que Cicéron ait considéré cette conjonction comme l’endroit idéal pour une discussion politique ou philosophique entre amis.

Je trouve mon contentement car, moi aussi, je possède les deux. Que pourrais-je demander de plus?

[002.021.114]

[ Translate ]

cogitationes me [002.021.114]

La crise du IIIe siècle (1): Les usurpateurs (3)

Philippus II (247-249 EC)

Marcus Iulius Severus Philippus est né en 237. Ses parents sont Philippus Arabus et Otacilia Severa. Lorsque son père devient empereur en février 244, il est fait Caesar alors qu’il n’est âgé que de sept ans. Trois ans plus tard, en 247, il est fait consul. À son retour triomphal, suite à une campagne militaire victorieuse sur le Danube, son père le fait Auguste et co-empereur en août 247. L’année suivante, il est fait consul pour une seconde fois et, en avril 248, Rome célèbre un millénaire depuis sa fondation avec des jeux séculaires. Toutefois, l’Empire connait une grave crise socio-économique qui cause beaucoup de mécontentement au sein de la population et de l’armée, ce qui encourage l’apparition de plusieurs usurpateurs du pouvoir impérial. Son père meurt à l’automne 249 alors qu’il affronte l’un d’eux, Traianus Decius, durant la bataille de Vérone. Les sources antiques semblent indiquer que Severus Philippus soit mort avec son père, mais les historiens modernes croient plutôt qu’il lui a survécu et a brièvement régné seul sur l’empire, avant d’être assassiné par les prétoriens qui favorisaient Decius. Il n’avait que douze ans.

IMG_8278-8279Je n’ai qu’une seule pièce de monnaie de Philippus II. C’est un très beau sesterce (F [Fine], Ae? [bronze] ou Orich.? [orichalque / laiton], 28 mm, 17.146 g, payé environ $35 le 1985/12/17; d’une couleur jaunâtre; die-axis: ↑↑) qui nous offre sur l’avers un buste de l’empereur lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] PHILIPPVS AVG[VSTVS]. Le portrait juvénile nous confirme qu’il s’agit bien de Philippus II et non de son père, qui avait frappé des pièces similaires. Le revers illustre une Pax debout à gauche tenant une branche d’olivier et un sceptre transversal, avec l’inscription latine PAX AETERNA (“paix éternelle”) et un S[ENATVS] C[ONSVLTVM] (“par décret du sénat”) dans le champs de part et d’autre. 

Cette pièce date donc de l’époque où Philippus II était Augustus (247-249) et probablement au tout début du principat, alors que la victoire de la campagne danubienne était suffisamment fraîche pour laisser encore un espoir de paix durable (sinon éternelle), c’est-à-dire en 247. Cette datation est d’ailleurs confirmée par le RIC (Roman Imperial Coinage, vol. IV, part III, pp. 58, 61-62, 103).

Sources: Wikipedia (Philippe II [FR/EN], Pax [FR/EN]); FAC (Philip II, Pax, Pax Aeterna, scepter), ERIC (Philip II); S-RCV (1983): 2572, RIC 4.3: 268c; Numismatics, Wildwinds, CoinArchives, MA-Shops, sixbid. Voir aussi ma fiche.

Je n’ai pas de pièces du successeur de Philippus, Decius (mais j’en ai une de son épouse, Herennia Etruscilla, dont j’ai déjà parlé un peu plus tôt, dans le vingtième épisode de cette série). Caius Messius Quintus Decius est né en 201 dans la province de Pannonie inférieure. Sénateur, il aurait été gouverneur de Mésie inférieure dans les années 230, puis préfet de Rome en 245. En 248, alors que les Goths font des incursions sur la frontière du nord et que des usurpateurs fomentent la rébellion, Philippus l’envoie (en compagnie de son fils Herennius Etruscus) pour mater la révolte de Pacatianus en Mésie. Ayant aisément accompli cette tâche, Decius devient lui-même usurpateur et est acclamé empereur par ses troupes. Il défait Philippus à Vérone, puis il entre à Rome où le sénat confirme ses pouvoirs. Il prend alors le nom de Traianus Decius. Son bref règne est affligé des même problèmes que son prédécesseur: des usurpateurs (Lucius Priscus et Valens Licinianus) et des invasions de Goths. Il meurt, au côtés de son fils Herennius, en combattant les Goths lors de la Bataille d’Abrittus. Le gouverneur de Mésie, Trebonianus Gallus (dont je n’ai pas de pièces non plus), est aussitôt acclamé empereur par les troupes survivantes. Il adopte l’autre fils de Decius, Hostilianus, pour légitimer son pouvoir et fait un caesar de son propre fils, Volusianus. Nous discuterons de ce dernier la semaine prochaine !

[ Translate ]

Monnaies anciennes 35

Hemerocallis

DSC_0926

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0927L’Hémérocalle (appelé Daylily en anglais) est une espèce de plante vivace à fleurs de la classe des Liliopsida, de l’ordre des Liliales, de la famille des Liliaceae (Xanthorrhoeaceae dans la classification APG III) et du genre Hemerocallis. Il en e existe une quarantaine d’espèces mais la plupart des variétés cultivées sont des hybrides (Hemerocallis × hybrida) qui se divisent en plus de soixante mille cultivars. Dans ce cas-ci il s’agit de la Hemerocallis “Collier” qui résulte de l’hybridation des cultivars Most Noble × Kathleen Salter. C’est une variété Tetraploïde (elle possède 44 chromosomes). L’Hémérocalle est caractérisée par le fait qu’elle est “composée de trois pétales et trois sépales, chacun avec une nervure centrale de la même ou dans une couleur contrastante. La section centrale de la fleur, appelée la gorge, a généralement une couleur différente“. La “Collier” est dans des tons abricot mais avec des nuances polychrome rose, doré et crème, avec une gorge vert lime. C’est une plante surtout décorative mais tant la fleur que le tubercule sont comestibles. Son nom provient du grec (ἡμέρα / hemera / jour et καλός /kalos / beauté) et signifie “Belle pour un jour”. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.111]

Nelligan

Son âme est un soulier percé
Et son esprit comme un soldat blessé
Perd son sang et sa vitalité
Se vide de sa substance, de ses idées

Il prend l’eau de sa coque éventrée
Dans l’abime, le vaisseau d’or a sombré
L’hymne aux morts est joué
O Nelligan, Ave !

 

Biset
1979/11/17
1980/07/07

Le poète du dimanche a écrit cet hommage à Nelligan pour l’occasion de l’anniversaire de son décès, le 18 novembre (1941). C’est un piètre hommage (deux quatrains, tous sur la même rimes) mais je n’avais que dix-sept ans. Nelligan, lui, a écrit la plupart de ses chefs-d’oeuvres à l’âge de vingt ans mais rapidement, avant même de compléter son Récital des Anges, sa santé mentale décline (possiblement après un excès de fièvre) et il sombre dans l’apathie. Tel Icare, il aura volé trop près du génie et la démence qu’il avait appréhendé (et même prédit) l’enveloppe. Il n’aura écrit qu’une centaine de poèmes, dont la profondeur tragique nous hantent tous depuis.

[ Translate ]

Poésie du dimanche [002.021.108]

Revue de ‘zines

J’ai fais un peu de rattrapage avec ma dernière chroniques mais il me reste encore plusieurs périodiques et autres ‘zines dans mon champs d’intérêt à discuter et à en éplucher le contenu pour vous. 

Animeland #233 (janvier – mars 2021)

Animeland-233Ce numéro célèbre d’abord les trente ans du magazine (cet exploit mérite bien d’être souligné) puis s’ouvre sur un énorme dossier (36 p.!) consacré à My Hero Academia dans plusieurs de ses aspects (ses personnages, interview avec Ahmed Agne, le directeur co-fondateur des éditions Ki-oon) et qui s’étend au concept de héros en général (définition, héros violent, bon méchant, héros sportif, héros non violent, anti-héros, genre et couleur de peau du héros, etc.). 

Dans le segment “Focus” on continue le mini-dossier sur Anime News Network avec des portraits de collaborateurs, on nous présente l’animation de Dreamworks Les Croods 2 incluant en bonus un entretien avec les réalisateur (Joel Crawford) et producteur (Mark  Swift). 

Animeland réintroduit un segment sur le manga (enfin!) avec “Ça ferait un bon anime” qui souligne l’intérêt de Transparente, Colorless, Ashidaka, Bride Stories, Perfect World, Le Dragon et la Nonne, Spy x Family, et Le Renard et le Petit Tanuki. 

Dans “On a vu” on nous présente plusieurs animations notoires: Aya et la sorcière, Superman: L’Homme de demain, Harley Quinn, Blood of Zeus, Jujutsu Kaisen, Burn the Witch, L’Odyssée de Choum, Akudama Drive, Dragon Quest: The Adventure of Dai, No Guns Life S1 – cour 2, Fireforce S2, The Idhun Chronicles.

Le numéro se conclut sur une série de chroniques: Musique (l’animation Soul de Pixar, l’OST de Les Héros de la Galaxie), Cartoon de la Toile (web toons), Entretiens (Jérôme Alquie sur Mémoire de l’Arcadia), Séance Studio (MAPPA), Jeu vidéo (Star Wars Squadrons: Hunted, entretien avec Visual Works), l’animation dans la Pub (Clash of Clans), Figure de Pro (Balak), Pourquoi (Les épisodes des séries sont parfois très différents?), Trouvaille (NYsferatu Symphony of a Century), et Humeur.

L’évolution des médias du papier vers le digital (et les changements d’habitude de lecture en résultant), la disparition de distributeurs, un marché niche et maintenant la crise du coronavirus ont eut des effets désastreux sur beaucoup de magazines culturels. Heureusement, Animeland a su y répondre avec rapidité et habilité en s’associant avec Anime News Network, en changeant de format (pour passer de magazine bimestriel distribué en kiosques à Mook trimestriel distribué en librairies) et surtout en mettant de l’avant une campagne de sociofinancement (crowdfunding). Après avoir navigué contre vents et marées pendant trente ans, le “magazine” semble paré pour une nouvelle ère de publication. Il nous offre ici 146 pages riches en information. C’est sans aucun doute le meilleurs magazine du genre. À lire pour tous fans d’anime. stars-3-5

Capsules

dBD HS #22 (novembre 2020)

bBD-HS22Ce numéro Hors-Série de dBD nous fait entrer dans les coulisses de la plus récente aventure de Blake et Mortimer, le tome 27: Le Cri du Moloch, publié en novembre 2020. Ce n’est pas facile de faire suite au géant Edgar P. Jacobs, décédé en 1987. Pourtant, dès 1996 Jean van Hamme et Ted Benoit produiront deux albums qui font suite aux douze aventures de Blake et Mortimer. Yves Sente et André Juillard reprennent le flambeau avec sept albums. Van Hamme revient à la charge avec deux autres albums (un troisième paraîtra en 2021), puis Yves Sente en écrit deux autres (sans compter une demi-douzaine d’album hors-série par divers auteurs). Nous découvrons les dessous de la production du dernier tome au travers d’entrevues avec Yves Schlirf (éditeur de la série), Jean Dufaux (scénariste), Étienne Schréder (dessinateur), Christian Cailleaux (dessinateur), Laurence Croix (coloriste) et Philippe Ghielmetti (graphiste). Le numéro se termine sur trois extraits de futurs albums. Intéressant (mais court: 60 p.) si vous êtes un grand amateur de Blake et Mortimerstars-3-0

Capsules

dBD #149 (décembre – janvier 2020/21)

dBD-149Dans l’actualité de ce numéro je remarque la parution d’une BD documentaire sur La Science-fiction, par Xavier Dolla et Djibril Morissette-Phan (Les Humanoïdes Associés, 216 p., nov. 2020). À la une on retrouve des entrevues avec Xavier Coste et son éditeur Frédéric Lavabre (sur 1984, d’après G. Orwell, chez Éditions Sarbacane). Le numéro se poursuit avec des entrevues de François de Closets et Éric Chabbert (sur Les guerres d’Albert Einstein t. 1-2, par Corbeyran, De Closet et Chabbert aux Éditions Robinson), Stéphane Fert (sur Blanc Autour, par Lupano et Fert, chez Dargaud), Jean-Christophe Brisard (sur Hitler est mort! T. 1 par Brisard et Pagliaro, chez Glénat), Luz (sur Vernon Subutex t.1, par Virginie Despentes & Luz, chez Albin Michel), Jean Harambat (sur La fiancée du Dr. Septimus, par Rivière & Harambat, chez Dargaud Coll. Le Nouveau Chapitre), Amaury Bündgen (sur Ion Mud chez Casterman), Stanislas Moussé (sur Le fils du roi, chez Le Tripode), et Karim Friha (sur Le Mangeur d’espoir, chez Gallimard). À l’occasion de son quinzième anniversaire on retrouve également un article sur les éditions Ankama. Dans le “Cahier Critique” je note un seul manga: Le jeu de la mort t.1 & 2 par Sora, chez Delcourt/Tonkam (Bien; un shojo qui raconte une relation inappropriée entre un professeur de Lycée et une étudiante).

Un numéro volumineux (132 p.), plein d’information mais qui malheureusement n’offre pas grand chose dans mon champs d’intérêt. À lire pour tout amateur de BD en quête d’info sur les nouvelles parutions. stars-3-0

Capsules

Solaris #217 (Hiver 2021)

Solaris-217Un numéro plein à craquer qui nous offre six nouvelles, un article et les chroniques littéraire habituelles (“Les littéranautes” commentant les parutions locales et “Lectures” commentant le reste — pour la liste des titres commentés voir la table des matières en ligne). Le volet fiction comprends:

  • “Ismaël, Elstramadur et la destinée”, par Christian Léourier (texte lauréat du Prix Joël-Champetier 2021)
  • “L’Amour au temps des univers parallèles”, par Hugues Morin
  • Au Pré de l’Asphodèle”, par Claude Bolduc
  • Les Pompes de Titan”, par Jean-Louis Trudel
  • Les Coeurs tachyoniques ne peuvent aimer”, par Derek Künsken
  • Explorer Jéhovah”, par Mario Tessier. L’apparition d’un colosse au dimension planétaire dans le système solaire (une statue représentant un homme nu), ravive les ferveurs religieuses et relance la compétition entre les différents pays de la planète pour être le premier à l’explorer… stars-3-0

Le volet documentaire du numéro n’offre qu’un seul article, un autre épisode exceptionnel des “Carnets du Futurible” par Mario Tessier, cette fois consacré à “La Machine à écrire… de la (science-)fiction”… Le Futurible y retrace l’histoire de la machine à écrire, comment elle a influencé l’écriture de fiction et comment elle est elle-même devenu une thématique des littératures de l’imaginaire… Tout à fait captivant…

Encore une fois, Solaris — qui se veut l’Anthologie permanente des littératures de l’imaginaire — nous offre une fenêtre sur ce qui se fait dans les littératures de genres au Québec, dans le monde francophone et même ailleurs. À lire pour tout amateur des dites littératures qui veut se divertir et accroître son savoir… stars-3-0

 

[ Translate ]

Revue de ‘zines [002.021.107]

La crise du IIIe siècle (1): Les usurpateurs (2)

Philippus Arabus (244-249 EC)

Marcus Julius Philippus est né dans la province d’Arabie vers 204. En 234, il marie la fille d’un gouverneur, Otacilia Severa, qui lui donne un fils en 237, Marcus Julius Philippus Severus. On sait peu de choses de lui avant qu’il ne remplace Timesitheus comme préfet du prétoire à l’hiver 243. Lorsque Gordianus meurt durant sa campagne contre les Perses sassanides en février 244, Philippus est acclamé empereur par les troupes. Il s’empresse de conclure la paix avec Shapur Ier et lui paie un lourd tribut d’un demi-million de sesterces pour la libération des prisonniers romains. Avant de revenir à Rome, il fait construire des monuments dans sa province natale à Bostra et Héliopolis, ainsi que la ville de Philippopolis. À Rome, le sénat confirme sa position mais dès 245 il doit repartir en campagne militaire contre les Carpes sur la frontière Danubienne, puis contre les Arsacides en Arménie qui refusent de reconnaitre le traité de paix avec les Sassanides. Il revient toutefois à Rome en août 247, juste à temps pour célébrer le millénaire de la fondation de Rome avec l’organisation de Jeux séculaires en avril 248. Il profite de l’occasion pour faire de son fils, Philippus II, son second (caesar) et son héritier. 

La dévaluation de la monnaie et des troubles sociaux (notamment en Égypte, ce qui perturbe l’approvisionnement en blé) causent beaucoup de mécontentements (particulièrement au sein de l’armée), ce qui suscite l’apparition de nombreux usurpateurs: Pacatianus sur le Danube, Jotapianus en Orient, Silbannacus, Sponsianus et même Traianus Decius (préfet de Rome et commandant exceptionnel des troupes en Pannonie et Mésie) qui est acclamé empereur par ses troupes et marche sur Rome. À l’automne 249, Philippus et son fils doivent l’affronter à Vérone avec des effectifs moins nombreux et moins expérimentés. Ils sont vaincus et assassinés. C’est au tour de Decius de prendre le pouvoir… 

Anecdote intéressant, le surnom de Philippus Arabus (Philippe l’Arabe, étant donné qu’il est originaire de la province d’Arabie) lui a été attribué tardivement puisqu’il apparaît pour la première fois dans un ouvrage de la fin du IVe siècle, l’Épitomé de Caesaribus. C’est également une tradition tardive qui présente Philippus comme le premier empereur chrétien: Eusèbe de Césarée en fait d’abord mention au IVe siècle dans son Historia Ecclesiastica (VI, 34) et l’idée sera ensuite reprise par Jean Chrisostome (de S. Babylas 1), Hieronymus de Stridon (Chronicon), Orosius (Historia Adversus Paganos 7, 28) au Ve siècle, et Jordanis (Getica XVI) au VIe siècle. Après avoir longuement débattu sur ce sujet, le modernes s’entendent qu’il est peu probable que Philippus ait été chrétien puisqu’il était le grand pontif de la religion romaine. Il en connaissait certainement les préceptes, auxquels il était sans doute réceptif, et il en tolérait la pratique. Toutefois, il n’y a aucune preuve numismatique ou épigraphique qu’il y ait été convertie.

IMG_9052-9059Je n’ai qu’une seule pièce de monnaie de Philippus. C’est un très beau sesterce (F [Fine], Ae [bronze], 25 x 28 x 28.5 mm, 15.131 g, payé environ $20 le 1985/01/25; caractérisé par une couleur gris foncée, une encavure au centre de l’avers [sur l’oreille], une rognure pour lui donner une forme plus carrée et par de petits trous sur la bordure qui ont probablement servi à porter la pièce comme un médaillon; die-axis: ↑↑). Cette pièce présente sur l’avers un buste de l’empereur barbu, lauré, drapé et cuirassé à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] PHILIPPVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre une Felicitas debout de face, la tête tournée à gauche, tenant un caducée dans la main droite et une corne d’abondance dans la gauche, avec l’inscription latine P[ONTIFEX] M[AXIMVS] TR[IBVNICIA] P[OTESTATE] IIII CO[N]S[VL] II P[ATER] P[PATRIAE] et un S[ENATVS] C[ONSVLTVM] dans le champs de part et d’autre. 

Deux remarques viennent à l’esprit au cours de l’identification de cette pièce. Il y a d’abord deux types d’inscription possibles sur l’avers: IMP M IVL PHILIPPVS AVG (RIC 150a) et IMP PHILIPPVS AVG (RIC 150c). Compte tenu de la grosseur, de l’espacement et de la disposition du lettrage de l’inscription, cette pièce appartient clairement au deuxième type. Ensuite, la titulature du revers nous permet une datation précise. Philippus reçoit les titres d’Augustus, Imperator, Pontifex Maximus et Pater Patriae lors de son accession au pouvoir en 244 mais ne reçoit la puissance tribunicienne (renouvelée annuellement au 1er janvier) pour la quatrième fois (TR P IIII) et le consulat pour une seconde fois (COS II) seulement en 247. La pièce ne peut donc dater que de cette année là.

La représentation de la Felicitas est sans doute une façon de souhaiter “bonne chance” à l’empereur ou de souligner ses succès alors qu’il conclut une campagne militaire et qu’il s’apprête à célébrer, l’année suivante, le millième anniversaire de la ville éternelle.

Sources: Wikipedia (Philippe l’Arabe [FR/EN], Felicitas [FR/EN], caduceus [FR/EN], cornucopiae [FR/EN]), FAC (Philip I, Felicitas), ERIC (Philip I); S-RCV (1983): 2498, RIC 4.3: 150c; Wildwinds, Wildwinds (text, image), CoinArchives, CoinArchives, CoinProject, Numismatics, British Museum, acsearch, acsearch, acsearch. Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine je vous présente une pièce de Philippus II.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 34