Le cauchemar d’Innsmouth T.01

CauchemarInnsmouth-covPénétrez dans la sinistre bourgade d’Innsmouth, théâtre de tous les cauchemars !

En 1927, le jeune Robert Olmstead débarque à Newburyport. En quête de ses origines, il n’a d’autre option, pour atteindre sa destination, que de prendre un bus qui passe par Innsmouth, ville voisine sur laquelle courent d’effroyables rumeurs : pacte avec les démons, habitants difformes, culte ésotérique d’un étrange dieu marin… La peur qu’elle inspire est telle que personne n’ose s’y rendre, et nul ne sait ce qui se cache derrière les façades de ses maisons délabrées…

Pourtant, les mises en garde des résidents de Newburyport, loin de décourager Robert, le poussent au contraire à s’intéresser à ce lieu pestiféré : il décide d’explorer les méandres de la cité maudite ! C’est le début d’une descente aux enfers qui le mènera aux portes de la folie…

Découvrez la majestueuse adaptation d’un des récits les plus complexes et haletants d’H. P. Lovecraft ! Mêlant polar, suspense et horreur, Le Cauchemar d’Innsmouth ancre les obsessions de Lovecraft dans le quotidien d’une ville sinistre dont personne ne sort indemne.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

CauchemarInnsmouth-p020

Page 20

Le cauchemar d’Innsmouth t.1 (インスマスの影 1 ラヴクラフト傑作集 / Insumasu no kage 1 — ravukurafuto kessaku-shū / lit. “L’Ombre sur Innsmouth 1 Chefs-d’œuvre de Lovecraft”) est l’une des nombreuses adaptations des oeuvres de H.P. Lovecraft en manga par Gou Tanabe. Ce manga seinen a d’abord été serialisé dans le mensuel Comic Beam (Enterbrain) entre mai 2020 et mars 2021, puis compilé en deux volumes en mai 2021 chez Kadokawa Shoten.  Il a été traduit en français chez Ki-oon: le premier volume est paru en octobre 2021 alors que le second n’est disponible que depuis mars 2022. La plus récente adaptation de Lovecraft par Tanabe est L’Abomination de Dunwich (ダニッチの怪 / The Dunwich Horror) qui est publié en feuilleton dans le mensuel Comic Beam (depuis octobre 2021).

CauchemarInnsmouth-p021

Page 21

Ce court roman de H.P. Lovecraft (The shadow over Innsmouth) a été écrit en 1931 et publié en 1936. Il raconte l’effroyable expérience que le jeune Robert Olmstead a vécu dans un village perdu de Nouvelle-Angleterre. Traumatisé par une indicible horreur, il s’apprête à se suicider mais pas avant d’avoir coucher sur papier le récit de ce qu’il a découvert à Innsmouth… Juillet 1927, le jeune Olmstead — un historien et généalogiste amateur — parcours la Nouvelle-Angleterre à la recherche de ses origines. À Newburyport (Massachusetts) il désire se rendre à Arkham d’où la famille de sa mère était originaire. N’ayant pas les moyens de prendre le train, il prends donc le bus mais celui-ci fait une escale à Innsmouth, une petite ville portuaire, maudite de tous, en partie abandonnée et dont les habitants semblent affecté par une étrange maladie qui leur donne des traits de poisson ou de grenouille… Une fois sur place, il doit attendre le bus qu’il le mènera à Arkham et décide de parcourir la ville pour passer le temps et, comme il est curieux de nature, d’en apprendre plus sur l’histoire de la région. Il questionne quelques personnes et apprend que vers le début du XIXe siècle le Capitaine Marsh aurait ramené des mers du sud un trésor et une épouse. On parle de pacte avec le diable, d’un récif qui est l’antre d’une légion de démons et d’une secte, l’Ordre Ésotérique de Dagon, un culte infâme qui se serait répandu parmi la population mais qui n’apporta à la ville que ruine et désolation… Il rencontre le vieux Zadok Allen et lui délit la langue avec une bouteille de whisky. Celui-ci lui raconte plus en détails la terrible histoire de la ville. Toutefois les adeptes de Dagon et “ceux des profondeurs” qu’ils côtoyaient s’apprêteraient à libérer une horreur encore plus grande… Maintenant qu’il connait le secret de la ville, pourra-t-il s’en échapper? Vivement la suite, dans le tome deux

Le cauchemar d’Innsmouth est sans aucun doute, avec Les Montagnes Hallucinées, l’un des récits les plus forts de Lovecraft et où il développe plus avant le “Mythe de Cthulhu”. L’adaptation est bien réussit et offre un récit fluide et captivant. Le style de Tanabe, à la fois sombre et détaillé, est toujours aussi superbe et illustre le récit de Lovecraft avec imagination. Et Ki-oon nous offre encore une fois une édition de qualité caractérisée par une couverture en simili-cuir de couleur (encore verte mais dans un ton plus clair que le précédent volume). Toutefois, les récits de Lovecraft sont un peu répétitifs et le style de Tanabe reste le même, ce qui fait que l’on a l’impression de toujours lire la même histoire… Le manga nous offre tout de même une très bonne et agréable lecture. Cette série d’adaptation a le très grand mérite de permettre à un nouveau lectorat de découvrir avec plus d’aisance l’oeuvre de Lovecraft ou d’offrir aux amateurs du maître de l’horreur fantastique d’en revisiter le récit avec une nouvelle perspective. 

Ne manquez pas de lire aussi mes commentaires sur les précédents mangas où Tanabe adapte les “Chefs-d’oeuvres de Lovecraft“…

Le cauchemar d’Innsmouth T.1 (Les chefs-D’Oeuvres de Lovecraft, 7), par Gou TANABE (dessin) et H.P. Lovecraft (histoire). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), octobre 2021. 206 p., 15 x 21 cm, 15 € / $C 28.95. ISBN 9-10-327-0824-8. Pour lectorat jeune adulte (14+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Tanabe Gou 2021 

[ Translate ]

YuanYuan’s Bubbles

Cixin Liu Graphic Novels #4

LiuCixinGN4-YuanYuanBubbles-cov

“Ever since she was a child, Yuanyuan always dreamed of blowing big bubbles. But her father worries about her fascination—he wants Yuanyuan to be as responsible and devoted to a calling as her mother was. As an adult, Yuanyuan creates a multimillion-dollar business out of the technology she developed for her doctoral thesis. But she still dreams of blowing the biggest bubble she can. When his daughter uses her high-tech methods to blow a bubble big enough to envelop a city, Yuanyuan’s father thinks back to the dreams he and Yuanyuan’s mother chased when they were young. In the end, Yuanyuan’s bubbles bring her father’s dreams to life.

The fourth of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, Yuanyuan’s Bubbles is an epic tale of the future that all science fiction fans will enjoy. ” 

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

LiuCixinGN4-YuanYuanBubbles-p006

Page 6

Cixin Liu Graphic Novels #4: YuanYuan’s Bubbles (刘慈欣科幻漫画系列:圆圆的肥皂泡 / Liú Cíxīn kēhuàn mànhuà xìliè: Yuán yuán de féizào pào / “Liu Cixin Science Fiction Comics Series: Yuán yuán Soap Bubbles”) was published in China in 2020 and was based on a short story by Cixin Liu originally published in 2004. It is part of a project by Chinese publisher FT Culture who is planning to adapt in graphic novels sixteen stories by the multiple award-winning Chinese author Liu Cixin. According to John Freeman, they asked creators from all over the world (twenty-six writers and artists from fourteen countries, including China, France, Spain, Argentina, Italy, Belgium and the USA) to contribute to the series. It will be translated and published in at least eight countries. The English adaptation is published in the USA by Talos Press and by Head of Zeus’ Ad Astra imprint in the U.K.  The French adaptation will be published by Delcourt starting later this year. The first four volumes of the series are already available in English: Sea of Dreams (#1), The Wandering Earth (#2), The Village Teacher (#3) and Yuanyuan’s Bubbles (I have already commented on the first three). Chaos Butterfly (#5, by Dan Panosian) and The Circle (#6, by Xavier Besse and Nicholas Blackburn Smith) will follow on September 6 2022. The series will also includes adaptations of Devourer (by Corinne Bertrand), The Wages of Humanity (by Sylvain Runberg and Miki Montllò), Up to the Ears (by Julien Moca and Wang Jing), Be With You, Sunflower Boy (by Nie Jun) and Ball Lightning (by Thierry Robin). It is a very promising series.

YuanYuan’s Bubbles offers a very interesting story telling us of a realistic future where global warming has already done its damages. It also demonstrate that even the most whimsical scientific endeavour can eventually be useful and even save humanity from disaster. The art is rather average but it is worth reading. I find the whole series fascinating because it offers a window on Chinese science-fiction and an easy approach, through comics, to Liu Cixin’s works. Because of his scientific background, his writings are considered hard science-fiction but they remain easy to read and offer stimulating reflections on the paths that humanity should (or not) take in the future. I also like the fact that this project is really an international collaboration. For example, YuanYuan’s Bubbles’ creators are both French speaking: Valérie Mangin is a French writer, a latinist!, and Steven Dupré is a Belgian artist who publishes in both French and Dutch languages. They also collaborated together on the series Le Club des prédateurs.

All in all, YuanYuan’s Bubbles is a very good reading, even more so if you are interested in compelling science-fiction, Chinese literature or Liu Cixin’s works. I can’t wait to read the other titles of this series…

Cixin Liu Graphic Novels #4: YuanYuan’s Bubbles, by Valérie Mangin (text) & Steven Dupré (illustration); translation by Nicholas Blackburn Smith, based on a story by Liu Cixin. New York: Talos Press (Imprint of Skyhorse Publishing), January 2022. 72 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-71-4. For Teen readership (12+). stars-3-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 FT Culture (Beijing) Co., Ltd.

[ Traduire ]

Invincibles: Au pays du Dalaï-lama

Invincibles-AuPaysDuDalaiLama-covUn manga inspiré d’une histoire vraie. La jeune Maya fait partie des victimes d’un attentat terroriste à Paris. Son bilan est lourd : elle est amputée de la jambe gauche et doit désormais vivre avec une prothèse. Comment peut-elle encore trouver la force de se lever chaque matin ? Maya y parviendra grâce à Sofia, une enseignante de méditation qui l’initie au bouddhisme tibétain et lui fait découvrir le Dalaï-Lama.

Tibet, quelques mois plus tard. Lobsang Tenzin, un jeune moine, s’est immolé pour dénoncer l’oppression du régime chinois. Il a échappé à la mort de justesse mais il a perdu ses membres et subi de mauvais traitements. Sofia et Maya organisent l’évasion de Lobsang Tenzin… Les parcours de vies de ces jeunes se croisent dans une aventure bouleversante, qui nous plonge au coeur de l’histoire tibétaine, du bouddhisme et des violences subies par les peuples.

De Paris à Dharamsala, des temples tibétains aux prisons chinoises, on y croise des personnages forts et de courageuses héroïnes.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Invincibles-AuPaysDuDalaiLama-p025

Page 25

Maya est une jeune femme de dix-neuf ans qui a perdu une jambe dans un attentat terroriste à Paris. Au début elle est découragée et penses que sa vie est finie. Elle tombe par hasard sur un video Youtube du Dalaï-lama qui parle de sa “révolution de la compassion”. Intrigué, elle contacte une certaine Sophia [Stril-Rever, biographe du quatorzième dalaï-lama] mentionné dans la video et cherche à en apprendre plus sur cette philosophie. Grâce à la méditation et à une nouvelle prothèse bionique elle est rapidement sur la voie de la guérison (elle utilise un genou intelligent [Total Knee] et une lame “Patte de guépard” [cheetah blade] — l’orthoprothésiste Chris semble faire référence au travail du biophysicien Hugh Herr, lui-même double amputé et qui a contribué à développer de meilleurs prothèses). Elle décide alors de créer une fondation pour aider les victimes d’amputation dans le monde. Elle voyage à Dharamsala pour rencontrer le Dalaï-lama, puis au Tibet pour aider un moine qui, ayant survécu à son immolation par le feu pour protester l’occupation chinoise, a été amputé des bras et des jambes. Elle l’aide à s’échapper d’une prison chinoise et à obtenir des prothèses. Elle finit même par pardonner l’auteur de l’attentat qui l’a estropié…

Ce manga est de toute évidence une “commande”, c’est-à-dire un manga produit sur un texte fournis dans un but de vulgarisation ou de propagande. Même Jiro Taniguchi s’était plié à cet exercice avec ses mangas Mon année (sur la trisomie) et Elle s’appelait Tomoji (sur la fondatrice du temple bouddhiste Shôjushin) qui ne connurent guère de succès. Invincibles offre néanmoins un récit intéressant qui traite du pouvoir de la volonté et de la cause tibétaine, mais que l’on sent un peu entravé par les contraintes du message qu’il contient (tout aussi méritoire que soit la cause). Le dessin de Takahama est bien, mais sans plus, alors qu’elle a fait preuve d’un plus grand talent dans ses ouvrages précédents. C’est un bon manga qui mérite toute de même d’être lu, surtout si le bouddhisme tibétain vous intéresse ou si vous êtes un grand amateur de Kan Takahama

Invincibles: Au pays du Dalaï-Lama, par Sofia Stril-Rever & Kan Takahama. Paris: Massot Editions, mars 2021. 158 pages, b&w (32 pages en couleurs), 14.8 x 21.0 cm, 16 € / $C 29.95,  ISBN 9782380352214. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© scénario de Sofia Stril-Rever et Kan Takahama / Massot Éditions, 2021. © dessin de Kan Takahama / Massot Éditions, 2021.

[ Translate ]

Le sommet des dieux

sommet-des-dieux1-covTome 1

Un manga à vous couper le souffle! Dans une petite boutique népalaise, Fukamachi tombe sur un appareil photo qui pourrait bien être celui de George Mallory, le célèbre alpiniste qui fut le premier à essayer de vaincre l’Everest. Mallory disparût avec Andrew Irvine, lors de cette ascension en 1924, sans que l’on puisse savoir s’ils sont parvenus au sommet. Et si c’était seulement lors du chemin du retour qu’ils avaient eu cet accident fatal? Cela changerait l’histoire de l’alpinisme! C’est sur cette passionnante question que s’ouvre le chemin initiatique de Fukamachi qui sera amené à faire la rencontre de figures hautes en couleurs. Le dépassement de soi, l’aventure, la passion de la montagne sont les leitmotivs de cette formidable aventure signée Jirô Taniguchi!” [Texte du site de l’éditeur; voir la couverture arrière]

Le sommet des dieux t. 1, par Baku Yumemakura (texte) et Jiro Taniguchi (dessin). Bruxelles: Kana/Dargaud (Coll. Made In), mars 2004. 326 pages, 17 x 24 cm, 18.00€ / $C 31.95, ISBN 2-87129-578-6. Pour un lectorat adolescent (14+).

sommet-des-dieux2-covTome 2

“Fukamachi cherche toujours à en apprendre plus sur le fameux alpiniste Habu Jôji qui aurait retrouvé l’appareil photo de George Mallory sur l’Everest. Il fait la rencontre de Kishi Ryôko, la soeur d’un jeune alpiniste qui a côtoyé Habu et celle-ci lui déclare être en possession du journal de Habu-san. Sa lecture va plonger Fukamachi, et le lecteur à sa suite, dans une aventure aux limites de l’extrême.”

[Texte du site de l’éditeur; voir la couverture arrière]

Le sommet des dieux t. 2, par Baku Yumemakura (texte) et Jiro Taniguchi (dessin). Bruxelles: Kana/Dargaud (Coll. Made In), septembre 2010 (édition originale en juin 2004). 338 pages, 17 x 24 cm, 18.00€ / $C 31.95, ISBN 978-2-505-00769-2. Pour un lectorat adolescent (14+).

sommet-des-dieux3-covTome 3

“Le tome 3 s’ouvre sur le 6 juin 1924, lorsque George Mallory et Andrew « Sandy » Irvine, bouteilles d’oxygène et vivres et appareil photo sur le dos, quittèrent le camp 4 accompagnés de huit porteurs pour tenter d’atteindre le sommet de l’Everest. On suit leurs traces jusqu’à l’altitude à laquelle ils ont disparu. Ont-ils atteint le sommet ?

On retrouva des années plus tard quelques effets personnels mais jamais leur appareil photo Kodak ne refit surface officiellement. Le fabricant assure pourtant que si le film est encore dans l’appareil, il est possible de le développer, même plus de cinquante ans après. L’énigme serait-elle donc sur le point d’être résolue…? C’est la question que se pose Fukamachi, à Katmandou, en essayant de pister l’appareil photo qui lui a été dérobé et Habu Jôji qu’il a vraisemblablement ramassé près du toit du monde.

« L’histoire de l’ascension des monts himalayens s’est poursuivie sans interruption depuis le 19e siècle. Mais elle est peut-être en train de se clore lentement, par l’intermédiaire de Habu. Et, par l’intermédiaire de l’appareil photo de Mallory, Fukamachi est là pour assister au tomber de rideau. »” [Texte du site de l’éditeur; voir la couverture arrière]

Le sommet des dieux t. 3, par Baku Yumemakura (texte) et Jiro Taniguchi (dessin). Bruxelles: Kana/Dargaud (Coll. Made In), octobre 2004. 338 pages, 17 x 24 cm, 18.00€ / $C 31.95, ISBN 2-87129-580-8. Pour un lectorat adolescent (14+).

sommet-des-dieux4-covTome 4

“Tandis que l’appareil photo qui aurait pu appartenir au célèbre alpiniste disparu George Mallory suscite toujours toutes les convoitises, Fukamachi entreprend de suivre en tant que photographe l’ascension clandestine de Habu Jôji sur la face Sud Ouest de l’Everest, en hiver et sans oxygène !! Habu accepte uniquement à la condition qu’ils n’aient plus de contacts une fois l’ascension commencée et que chacun se débrouille. Fukamachi rejoint alors Habu pour la période d’acclimatation à l’altitude où il va en apprendre un peu plus sur ce mystérieux et fascinant personnage et peut-être également sur lui-même !” [Texte du site de l’éditeur; voir la couverture arrière]

Le sommet des dieux t. 4, par Baku Yumemakura (texte) et Jiro Taniguchi (dessin). Bruxelles: Kana/Dargaud (Coll. Made In), mars 2005. 314 pages, 17 x 24 cm, 18.00€ / $C 31.95, ISBN 2-87129-721-5. Pour un lectorat adolescent (14+).

sommet-des-dieux5-covTome 5

“Habu, après avoir sauvé la vie de Fukamachi, continue son ascension clandestine de l’Everest. En levant les yeux, Fukamachi aperçoit la silhouette de Habu, minuscule, loin au-dessus de lui. Ses mouvements sont prodigieux…

Pourtant, Fukamachi sent que pour lui, l’aventure s’arrête là, il a frôlé la mort. Les hallucinations se sont calmées mais la migraine ne le lâche pas, Il est redescendu en dessous des 7000 mètres où l’air est plus dense et Habu et son formidable exploit ne quitte pas son esprit…

Voici l’épilogue de cette magnifique série qui atteint des sommets dans l’art du dessin et de la narration !” [Texte du site de l’éditeur; voir la couverture arrière]

Le sommet des dieux t. 5, par Baku Yumemakura (texte) et Jiro Taniguchi (dessin). Bruxelles: Kana/Dargaud (Coll. Made In), mai 2005. 306 pages, 17 x 24 cm, 18.00€ / $C 31.95, ISBN 2-87129-780-0. Pour un lectorat adolescent (14+).

Cela faisait longtemps que je voulais lire ce manga. On m’avait dit que c’était la meilleur oeuvre de Taniguchi alors je voulais le lire à un moment propice pour bien le savourer. Après avoir visionné l’adaptation en animation dirigé par Patrick Imbert, je me suis dit qu’il était temps de m’y attaquer. Une oeuvre avec une telle réputation c’est un peu comme l’himalaya des mangas…

Le sommet des dieux (神々の山嶺 / Kamigami no itadaki) est un manga seinen écrit par Baku Yumemakura (d’après son propre roman du même titre, qui fut sérialisé dans le magazine Shōsetsu Subaru entre juillet 1994 et juin 1997, avant d’être compilé en deux tomes en août 1997 chez Shûeisha et qui demeure non traduit) et illustré par Jiro Taniguchi. Le manga a été initialement serialisé dans le magazine mensuel Business Jump entre 2000 et 2003, puis compilé en cinq volumes chez Shûeisha. Il a été traduit en français chez Kana en 2004-2005, puis en anglais chez Ponent Mons en 2007 (sous le titre The summit of the gods). Le roman a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Hideyuki Hirayama (エヴェレスト 神々の山嶺 / Everest: Le sommet des dieux).

Le manga nous offre une histoire beaucoup plus longue et plus complexe que l’adaptation en animation — et c’est normal puisque le format d’un film de quatre-vingt-dix minutes nécessite de s’en tenir qu’à une intrigue principale simple alors que le manga, avec un peu plus mille six cent pages, est libre de développer plus loin les différentes lignes du récit et de se permettre quelques apartés. Le manga nous offre donc quatre récits qui s’entremêlent. 

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Il y a d’abord l’histoire de Makoto Fukamachi, un photo-journaliste qui est dans une sorte de cul-de-sac existentiel: il a une relation amoureuse qui ne fonctionne plus et il semble insatisfait de sa carrière. Juin 1993, il est à Katmandou pour couvrir une ascension de l’Everest qui a échoué: l’expédition a due rebrousser chemin et deux de ses membres ont perdu la vie dans la redescente. Alors qu’il déambule sans but précis dans les rues de la ville, il découvre dans une boutique une vieille caméra du modèle Vest Pocket Autographic Kodak Special. Sur une intuition, il en fait l’acquisition pour cent-cinquante dollars. Ce serait le même modèle que le célèbre alpiniste britannique George Mallory avait avec lui lors de sa tentative d’escalader l’Everest en 1924. Se pourrait-il que quelqu’un ait retrouvé l’appareil de Mallory? Si c’était le cas (et si l’appareil contenait encore de la pellicule non-développée) cela pourrait grandement bouleverser l’histoire de l’alpinisme himalayen. Malheureusement l’appareil est volé le soir même dans sa chambre d’hôtel. Détenant peut-être le scoop du siècle, Fukamachi fait enquête pour découvrir l’origine de l’appareil photo. Cela le mène à l’alpiniste japonais Joji Habu (que les népalais surnomme Bikhalu Sanh). De retour au Japon, il tente d’en apprendre plus sur cet alpiniste, puis il retourne au Népal pour le retrouver…

La deuxième histoire, le coeur même du récit, est celle de Joji Habu. À travers l’enquête de Fukamachi, qui fait des interviews avec ceux qui le connaissaient, nous découvrons son caractère difficile, comment il a rejoint le club alpin Seifû à l’âge de seize ans, son acharnement et son manque d’attention pour ses co-équipiers, l’accident du jeune Kishi Buntarô qui le hantera toute sa vie, sa rivalité avec Hase Tsuneo, sa relation avec Ryôko, la soeur de Buntarô, qui remet à Fukamachi le carnet de note de Habu où il décrit son ascension de la face nord de l’éperon Walker, dans les Grandes Jorasses, en hivernale et en solitaire, et l’accident qui lui coûtera deux doigts et deux orteils. Puis il y a eut l’ascension manquée de la face sud-ouest de l’Everest en 1985, l’accident où Habu sauve la vie de son Sherpa Ang Tshering, et la mort de Tsuneo sur le K2. Habu n’est jamais revenu au Japon. Que fait-il encore au Népal si ce n’est se préparer pour une ultime expédition, peut-être une hivernale sur la face sud-ouest de l’Everest en solitaire et sans oxygène? 

La troisième histoire est bien évidemment celle de Mallory que l’on découvre tout au long du récit mais avec plus de détails au début du volume trois. Finalement, la dernière histoire est celle où les destins de Habu et de Fukamachi se croisent. Fukamachi retourne au Népal avec l’intention de retrouver l’appareil photo et Habu. Ryôko vient l’y rejoindre mais la politique locale et la convoitise que suscite l’appareil les met en difficulté et Ryôko est kidnappé. Avec l’aide de Habu, de Ang Tshering et de Naradar Rasendra, un commandant Gurkha, Fukamachi réussi à la sauver. Ryôko, qui aimait Habu, apprend qu’il a une femme et un enfant Népalais. Fukamachi confirme que Habu prépare une expédition mais ce dernier ne veut rien savoir de lui. Il apprend également que c’est dans une tentative précédente, en 1989, que Habu a découvert le corps de Mallory et l’appareil photo. Au village où vit la famille de Habu, un malfrat tente d’enlever son fils mais Fukamachi et Rasendra interviennent à temps. Déterminé de convaincre Habu de le laisser couvrir son expédition, Fukamachi va l’attendre à son camps de base. Lorsque Habu arrive enfin, il lui remet l’appareil photo et accepte qu’il fasse son reportage sur l’ascension. Toutefois, pour respecter les règles d’une ascension en solitaire Fukamachi doit garder ses distances et ne jamais intervenir, quoiqu’il arrive. 

Lorsque finalement la météo le permet, le 12 décembre 1993, ils se mettent en route. Malgré son entraînement, Fukamachi trouve l’ascension difficile et Habu prend beaucoup d’avance. Près des sept mille mètres, il s’attaque à une paroi de glace. Il est épuisé et hallucine, puis est blessé par une chute de pierres. Contre toute attente, Habu redescend pour lui venir en aide. Après un bivouac, Fukamachi retourne au camps de base et Habu continue vers le sommet. Fukamachi voit Habu gravir dans son téléobjectif mais le temps se gâte. Habu atteint le sommet mais ne revint jamais — exactement comme pour Mallory. Fukamachi et Ang Tshering l’attente plus d’une semaine, puis quitte le camp de base. De retour au Japon, l’histoire de l’alpiniste japonais perdu sur l’Everest est déjà célèbre. Fukamachi se retire quelques temps pour écrire son reportage mais il se sent vide. Il a attrapé la fièvre de l’Everest et n’aura de repos que lorsqu’il aura complété l’ascension là où il l’avait laissé. Il s’entraîne de plus bel et en novembre 1995… (surlignez pour révéler la fin) il atteint le sommet. Sur le chemin du retour, il tombe sur le corps de Habu assis à côté de celui de Mallory! Dans la poche de Habu il trouve son carnet de notes et dans le sac de Mallory il découvre un rouleau de pellicule! Il pourra enfin prouver que tant Habu que Mallory avaient vaincu l’Everest…

Le sommet des dieux est vraiment un manga exceptionnel. Il nous offre une excellente histoire d’aventure, captivante et poignante, illustrée par les traits de dessin précis et détaillé de Taniguchi. Ce dernier réussi littéralement à atteindre le sommet de son art car c’est un récit qui aborde ses deux thèmes préférés: la nature et la déambulation (cette fois à la verticale). Il y fait non seulement l’éloge d’un sport exceptionnel, l’alpinisme, mais nous présente aussi une réflexion sur la profondeur de la détermination humaine, qui nous pousse à nous découvrir en repoussant nos limites. Le récit est riche et fort car il est inspiré par des personnages réels (chose amusante, alors que le roman a été écrit au milieu des années ’90, le corps de Mallory n’a réellement été découvert qu’en 1999 — mais sa caméra, elle, n’a jamais été retrouvé!). Un manga incontournable qui nous offre une lecture à la fois zen et vivifiante! stars-4-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

[ ANNBedethequeKanaManga NewsManga Updates ]

© Baku Yumemakura / Jiro Taniguchi. All rights reserved.

[ Translate ]

Revue de ‘zines [002.022.057]

Revue de ‘zines

Je continue mon rattrapage sur les magazines et autres ‘zines pertinents dans mon champs d’intérêt… Pour vous éviter le soucis de courir après l’information, j’en épluche donc le contenu pour vous. C’est plein de bonnes suggestions de lectures…

Animeland #236 (Octobre-Décembre 2021) 

Animeland-236Ce numéro de 144 pages nous offre deux dossiers: un sur Demon Slayer (présentation de l’oeuvre, Qui est qui?, l’art de Koyaharu Gotouge, l’art de l’anime, analyse de la mythologie, un succès mondial, entretien avec Haruo Sotozaki et Akira Matshima) et un sur le Festival d’Annecy (ambiance festive en petit comité, panorama du cinéma d’animation africain, panorama des régions exposantes à Annecy, ainsi qu’une présentation des titres notoires présents au festival: Jiang Ziya: The Legend of Deification, Flee (Cristal du long Métrage), La Traversée, Gyoko no Nikuko-chan, Rotzbub (Snotty Boy)).

Dans “On a vu” on nous présente plusieurs animations notoires: Batman: The Long Halloween, Nos mots comme des bulles, Satoshi Kon l’illusionniste, Jeune dragon cherche appartement ou donjon, Joran: The princess of snow and blood, Le Dragon Génie, Le Sommet des dieux, Même les souris vont au paradis, Sonny Boy, Le Roi Cerf, What if…?, Otherside Picnic, et Godzilla: l’origine de l’invasion.

Dans “Ça ferait un bon anime” on nous introduit à quelques bons mangas comme Autour d’elles (Akata), Analog Drop (Akata), Les liens du sang (Ki-oon), Mon bourreau de père est enfin mort (Meian), Le lien du destin (Komikku), Sensor (Mangetsu), Teenage Renaissance (Akata), 50 nuances de gras (Doki Doki), Le Couvent des damnés (Glénat), Search and Destroy (Delcourt/Tonkam), Summer of lave (Lézard Noir), et Dans la prison (Lézard Noir).

Le numéro se conclut sur une série de chroniques: Entretiens (Shingo Natsume, Kazuo Nakazawa, Jean-Charles Osterero et Patrick Imbert), Focus (Star Wars Vision, Coin lecture: Anime Architecture), Fermez les Yeux (Hommage au compositeur Shunsuke Kikuchi), Jeu vidéo (les trailers de l’E3), Séance Studio (Studio 4’C), Figure de Pro (Aton Soumache), Trouvaille (Trese), Hommage (Masami Suda, Interstella 5555), Il était une Pub (Taco Bell), Pourquoi (…le terme manga doit encore être nuancé ?), Crowdfunding (Nazca Éditions), et Humeur.

L’incontournable magazine francophone de l’anime nous offre encore un numéro très riche en information. À lire pour tous les amateurs d’anime… stars-3-5

Capsules

dBD #158 (Novembre 2021)

dBD-158Dans le cahier actualités, on nous parle de trois adaptations cinématographiques de BD: l’animation Le sommet des dieux réalisé par Patrick Imbert d’après le manga de Jiro Taniguchi, Le trésor du petit Nicolas réalisée par Julien Rappeneau d’après Gosciny et Sempé ainsi que Les Olympiades réalisé par Jacques Audiard d’après Les Intrus de Adrian Tomine. Je note également la parution du 3e tome de Ad Romam: Le camp du Légionnaire (par Allali, Bertorello, Espinoza & Stoffel chez Plein Vent). Finalement, on nous présente une pleine page de nouveautés mangas: Lone Wolf & Cub Édition Prestige t.1 (par Kazuo Koike & Goseki Kojima chez Panini), Suidoken III Complete Edition (par Aki Shimizu chez Soleil), Mon Coloc’ est une gameuse (par Renjuro Kindaichi chez Delcourt/Tonkam), Room (par 61chi, chez Éditions H) et Kaiju No 8 t.1 (par Naoya Matsumoto chez Kazé).

On retrouve aussi un article qui trace le bilan de la BD en France dans la décennie 2010-2020. Statistiquement, en chiffre de vente, on note la “santé insolente” de la BD en comparaison au déclin constant de l’ensemble du marché du livre. Toutefois, cette hausse est surtout portée par le manga (+59% en volume, +72% en valeur, 42.5% de ventes totales de BD — hausse de tous les sous-genres de mangas sauf le shojo), mais aussi par la BD jeunesse (+58%) et les comics (+127.7% due à l’impact de Walking Dead et des films de Marvel et DC). La BD de genre (i.e la BD Franco-Belge traditionnelle) est en baisse de 9.2% ! On retrouve aussi un article sur les dix ans de la collection BD Kids (fruit de la collaboration des Éditions Bayard et Milan).

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Cosey sur le dénouement de la série Jonathan avec le t. 17: La Piste de Yéshé (chez Le Lombard) et le livre d’art À l’heure où les Dieux dorment encore (chez Daniel Maghen).  Les entrevues se poursuivent avec Philippe Francq (sur Largo Winch t.23: La frontière de la nuit, avec Éric Giacometti chez Dupuis), Sara Colaone (sur Georgia O’Keeffe, amazone de l’art moderne, avec Luca de Santis chez Éditions Steinkis), Jean Van Hamme (sur Blake et Mortimer t.28: Le Dernier Espadon (avec Teun Berserik & Peter van Dongen chez Éditions Blake & Mortimer), Riad Sattouf (sur Le Jeune Acteur 1: aventure de Vincent Lacoste au cinéma chez Éditions Les Livres du Futur), Olivia Ruiz (sur La Commode aux tiroirs de couleurs (avec Winoc, Amélie Causse & Véronique Grisseaux chez Éditions JC Lattès/Grand Angle et basé sur le roman éponyme de Olivia Ruiz) ainsi que Amélie Fléchais et Jonathan Garnier (sur Bergères guerrières T.4 (chez Glénat).

Dans le Cahier Critique (section “Ça vaut le détour”) je note Saisi par la nuit de Yoshiharu Tsuge chez Cornélius (rassemble “douze récit parus entre 1975 et 1981. Le contenu est inégal, mais (…) impose le respect général, aussi bien par l’originalité de ses sujets qu’en terme de narration”) et deux titres mineurs de Osamu Tezuka: Debout l’Humanité et Avaler la Terre chez Flblb (“oeuvres (…) assez savoureuses (…) impossible à résumer (…) des passages franchement marrants et d’autres carrément sordides“).

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-5

Capsules

Solaris #220 (Automne 2021)

Comme toujours, Solaris nous offre une fenêtre sur la littérature de genre au Québec et ailleurs. Celle-ci  s’ouvre à nous en trois volets. Le volet fiction comprend cinq nouvelles qui nous permettent d’échantillonner les différentes saveurs de la littérature de genre actuelle. 

  • “Le Matin, les arbres et leurs cadeaux“ par Jean-Louis Trudel. La présentation du numéro, par Pascal Raud, nous indique que ce récit “nous entraîne en sol chilien à la suite d’Anghia Chaudhry, une envoyée de la Mère des Arbres chargée du recouvrement de sommes impayées.“ Mais le voyage de Chaudhry à aussi un objectif très personnel… “Une nouvelle dans la veine solarpunk, un genre qui présente un futur où l’humanité a trouvé certains moyens pour contrecarrer, entre autres, les changements climatiques.” C’est un bon récit où l’action est bien rythmée et l’univers décrit est vraiment très intéressant mais malheureusement parfois un peu difficile à suivre. stars-3-0
  • “L’Artisan du déluge“ par Dave Côté. Le protagoniste de ce récit, Aurel, est aveugle. Il “a besoin de la réalité augmentée pour voir, travailler, enfin vivre tout simplement. Lorsqu’un hacker vide son compte bancaire et détruit son interface RA, Aurel fait appel à une amie pour lui reconstruire une interface à partir d’une vieille RA rudimentaire presque gratuite.” Évidemment il y a une malfonction… Encore une fois un concept super intéressant et un texte bien écrit. J’ai bien aimé. stars-3-5
  • “L’Autre Trame du temps“ par Hugues Lictevout. Dans cette histoire “au lieu de prendre des vacances avec sa femme et ses enfants dans une Zone Atemporelle, Louise, une flic du temps, attend son indic en Australie en 1998. Celui-ci prétend avoir des informations qui pourraient bien faire douter Louise…” Si l’on peut manipuler le temps comment savoir quelle version de l’Histoire est la “bonne”? Très bon texte, sur un sujet fascinant. stars-3-5
  • “Le Carrousel“ par Orson Scott Card. Dans ce récit “les morts ne restent pas morts bien longtemps. Cyril s’aperçoit vite que sa relation avec son épouse ressuscitée ne sera plus du tout la même. Un texte fantastique intimiste, traduit par Pierre-Alexandre Sicart.” Dans un monde où les morts nous reviennent mais dépourvu d’émotions, le monde est surpeuplé et cela crée une étrange vie de couple qui trouble le protagoniste jusqu’à ce qu’un tour de carrousel lui permette de rencontrer Dieu… Intéressant concept et superbement écrit. stars-4-0
  • “Les Cosmos invisibles“ par Mario Tessier. Ce récit nous invite “à prendre le café et écouter un «explorateur du multivers, un prospecteur de l’ensemble des mondes possibles» nous narrer des univers fabuleux, étranges, renversants.” Un bon texte qui a malheureusement trop de descriptions et pas assez d’action. Toutefois, il explique très bien la plus récente théorie sur la création de l’univers et offre une parfaite introduction à l’article du Futurible qui suit… stars-3-0

Solaris-220Le volet documentaire n’offre qu’un seul article, un autre épisode captivant des “Carnets du Futurible” par Mario Tessier, qui nous parle des “Cartes de Tendre, ou la géographie imaginaire.” Il nous explique ce qu’est la géographie imaginaire dans toute ses différentes incarnations, en trace un historique et nous décrit son utilisation dans la littérature. C’est comme toujours passionnant et superbement documenté. Je dois avouer que ce genre d’article est la raison principale pour laquelle je lis Solarisstars-4-0

Finalement, le volet critique (23 p.) se divise en deux parties: “Les littéranautes” qui commentent les parutions locales et les “Lectures” qui commentent le reste — pour la liste des titres commentés voir la table des matières en ligne.

“L’Anthologie Permanente des Littératures de l’Imaginaire” nous offre un numéro très riche avec, cette fois, une sélection particulièrement intéressante de fictions. C’est donc une lecture incontournable pour tout amateur de littératures spéculatives qui cherche à se divertir et à en apprendre plus sur le sujet… stars-3-5

Capsules

 

[ Translate ]

Kebek 2: Adamante

“Un récit de science-fiction situé dans la province de Eeyou Istchee Baie-James, région des Monts Otish, au Québec. Roy, gravement brûlé à la fin du tome 1, guérit de ses blessures à une vitesse que les médecins ne peuvent expliquer. La découverte de la femme à l’intérieur du sarcophage a enflammé les réseaux sociaux et le monde entier suit cette découverte humaine et scientifique. Qui est-elle, d’où vient-elle et surtout de quelle époque ? Les fresques murales découvertes à proximité de la sphère dateraient de 400.000 ans, bien avant homo-sapiens. Et pourtant la sphère semble issue d’une technologie encore inaccessible à la science actuelle. «Elle» est vivante, et va bientôt pouvoir répondre à ces questions…”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Page 11

Pour en savoir plus sur le début de l’histoire, voir mon commentaire sur le premier tome. Roy récupère très vite des blessures infligé par le feu bleu et continue son récit des événements à l’avocat qui enquête sur la situation. L’annonce que le sarcophage de diamant noir contenait une femme — et qu’elle est vivante! — bouleverse la planète au point de générer des désordres sociaux qui atteignent la révolte armée dans certains endroit. La météo et les barrages routiers leur ayant coupé la route de l’aéroport, le convoi qui amène Roy se réfugie à la prison de Bordeaux. “Elle” est vivante mais faible. Elle s’appelle Adamante. Le liquide de le sphère lui permet de restaurer — la technologie de sa civilisation semble d’ailleurs beaucoup utiliser cette “eau morphogénique interfaciale”. Elle a apprise notre langue très rapidement et se raconte en images. Elle est humaine mais d’un temps lointain. Un cataclysme cosmique menaçait la planète et la sphère était une sorte de capsule temporelle qui devait préserver le savoir de la civilisation ainsi qu’un mâle et une femelle humaine pour pouvoir tout recommencer. Mais son récit est interrompu par l’arrivé des militaires qui se saisissent d’Adamante. 

Roy, avec l’aide d’une coalition d’autochtones et d’employés de la mine, bloque l’avion cargo militaire qui emportait Adamante mais dans les combats Roy est gravement blessé d’une flèche en pleine poitrine (un incident de “friendly fire”). Il est sauvé par Adamante grâce à sa technologie et à une transfusion de son sang. Mais à son réveille, elle a disparue. Il la cherche près du site de la sphère noire, mais celle-ci s’est transformé en une forêt de cristaux qui contamine tout autour d’elle. Roy trouve Adamante sans vie près de l’entrée de la grotte. Télépathiquement elle lui dit qu’elle sera toujours en lui… Dans les grottes les scientifiques détectent l’émission d’un puissant rayonnement électromagnétique qui supprimes la couleur rouge (c’est pour ça que tout est bleu!) et la sphère pulse comme si elle était vivante. Le processus de métamorphose de la matière s’accélère et la contamination croît sans cesse. Les militaires ont découvert une contamination similaire quand ils ont ouvert le deuxième sarcophage. Ils en concluent que la sphère ne peut apporter rien de bon et décide de détruire la zone contaminée avec des bombes nucléaires! Roy a à peine une minute pour fuir le plus loin possible mais l’explosion le laisse congelé et transpercé de glaçons! Il passe deux mois dans le coma mais la transfusion d’Adamante a transformé sa nature et, contre tout bon sens, il survit. 

Roy et l’avocat quitte Bordeaux pour l’aéroport de Mirabel pour prendre un vol qui les ramène dans le nord. Pendant le vol Roy rêves aux souvenirs d’Adamante. Le récit de celle-ci semble avoir tracé un portrait de sa civilisation plus beau que la réalité: il semble y avoir eut des guerres car les sphères noires sont attaquées par une armées en scaphandres noires, les Krankens, qui réussissent à faire pénétrer une de leur arme (un bâton-venin) dans la sphère juste avant qu’elle se referme. Cela a contaminé sa programmation (c’est pour ça que la sphère ne s’est jamais réactivée, du moins pas avant d’être découverte par les mineurs) ainsi que le compagnon mâle d’Adamante. Arrivé à la base de Polarion, sur Bakon Island dans l’archipel arctique, Roy apprend que le second sarcophage a émis un intense rayonnement qui a tué ou “altéré” ceux qui l’on ouvert. Il découvre alors que l’occupant du sarcophage est son sosie avec qui il partage une sorte de singularité génétique et… le coeur d’Adamante!

[ fin du spoiler, euh, je veux dire divulgacheur ]

Le graphisme de cette BD est tout simplement superbe mais le récit est un peu décevant — surtout la fin… qui m’apparait un peu précipitée. Beaucoup de détails de l’histoire restent non résolu ou inexpliqués  (par exemple: la transformation de la sphère est-elle un processus de terraformation programmé ou simplement le résultat de la contamination par les Krankens?). Il aurait sans doute fallu un troisième tome pour permettre à l’histoire de se développer un peu plus (comme nous montrer un peu plus du quotidien d’Adamante à son époque, son histoire d’amour, comme le faisait Barjavel dans le roman). Par moment, le récit est aussi un peu confus et il est difficile de distinguer ce qui fait partie du flashback narratif et ce qui est le récit principal (la présence de l’avocat aide sur ce point).

La BD remplie tout de même sa promesse d’adapter (librement et en la ré-actualisant) l’histoire de La nuit des temps de Barjavel (en y ajoutant des éléments de La sphère d’or de Cox— comme le fait que les intentions de la sphère ne sont pas nécessairement bienveillantes). L’adaptation est d’ailleurs excellente et l’on peut aisément avoir une idée de tout les détails non expliqués si on a lu les histoires originales (cela nous permet de “lire entre les lignes” en quelque sorte). Malgré ses quelques faiblesses, cette BD est donc très belle, plutôt divertissante et agréable à lire. C’est donc, somme toute, une excellent lecture que je ne peux que recommander (comme la plupart des ouvrages de Philippe Gauckler). 

Kebek: t. 2: Adamante, par Philippe Gauckler. Paris: Ed. Daniel Maghen, avril 2021. 96 pages. 25 x 33 cm. 19.00 € / $C 39.95. ISBN 978-2-35674-084-7. Pour lectorat adolescent (14+). 

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© DM

[ Translate ]

Pline, vol. 9

Pline-9-covL’Histoire a retenu son nom. Mais que savons-nous du plus grand savant de l’Antiquité ?

Néron a quitté Rome pour cette Grèce dont il est tant épris. Alors qu’il prend part aux Jeux olympiques et s’adonne au théâtre ou à la musique, une nouvelle conspiration menace. De leur côté, Pline et ses compagnons parviennent à Rhodes, pour être aussitôt emmenés vers Corinthe où les attend un Néron dont l’esprit sombre de plus en plus…

Cette fois, le naturaliste n’évitera pas les retrouvailles avec l’empereur.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi  la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Pline (titre original: プリニウス / Plinius ) est une biographie du naturaliste romain Pline l’Ancien par Mari Yamazaki (Thermae Romae) et Miki Tori. Prépublié au Japon par Shinchôsa dans le périodique Shinchô 45 et dans la magazine littéraire Shinchô depuis le chapitre 54, ce manga seinen est traduit en français chez Casterman (Collection Sakka). Jusqu’à maintenant il y a dix tome de disponible en français: le neuvième (“L’Opium d’Andromaque“, paru au Japon en novembre 2019) a été publié en octobre 2020 et le dixième (“Les fantômes de Néron”, sortie au Japon en septembre 2020) est paru en septembre 2021. Le onzième tome (“Une jeunesse romaine”, paru au Japon en juillet 2021) devrait paraître chez Casterman en mars 2022. Le douzième tome (à paraître au Japon au printemps 2022) devrait conclure la série. Le manga original est également disponible en ligne sur le site de Kurage Bunch.  Voir mes commentaires sur les volumes précédents.

Pline-9-p005

Page 5

Dans ce volume (chapitre 57 à 63), à peine arrivé à Rhodes, Pline est accosté par des légionnaires qui doivent l’escorter à Corinthe où l’empereur se prépare à chanter pour les jeux isthmiques. Prenant à prétexte que Félix est malade, il convainc les soldats qu’il est contagieux et le groupe de voyageurs est mis en quarantaine dans une grotte qui servait pour des rituel dédiés à Mithra. Pendant ce temps à Rome, Néron reçoit en ambassade Tiridate, le roi d’Arménie, qui lui offre une représentation de Mithra. Cela donne à Néron l’idée de faire ériger une statue colossale le représentant en dieu solaire. On découvre un complot qui visait à remplacer l’empereur par Corbulon, le populaire général de retour d’une campagne militaire contre les Parthes. Tigellin tente de convaincre Néron que Corbulon lui-même était de la conspiration. Vespasien est écarté de la cour car il a émis un bâillement pendant que Néron chantait. Malgré les réticences de Néron, Corbulon est condamné au suicide — et cela même si il aurait été plus utile de l’envoyer en Judée où la rebellion gronde. 

Pline arrive finalement à Corinthe où il est reçu en audience par Néron. Son médecin Andromaque lui prescrit des boulettes à base de pavot qui sont censé le calmer mais qui le rendent malade — et mentalement instable. Il se prends pour un dieu et conçoit plein de projets grandioses (comme le colosse ou un canal reliant les deux ports de l’isthme de Corinthe. Il veut que Pline s’occupe de la bibliothèque de la Domus Aurea. Félix accepte d’entraîner un lutteur au naturel trop placide… (Yamazaki met ici une histoire qui traite de compétition sportive sans doute pour faire écho à sa série Olympia Kyklos !). À Rome, la maison de Pline se cherche un nouvel esclave pour aider aux travaux ménagers: on acquiert donc une jeune femme chétive… qui se révèle être Plautina la prostitué muette avec laquelle Euclès était tombé amoureux! Pline et ses compagnons reprennent la mer, cette fois pour Tyr, afin de ramener Tanitia (qui est en fait une petite fille) à sa famille.

Comme je l’ai dit mainte fois, Pline est un excellent manga dont le récit est à la fois captivant, divertissant et surtout très éducatif. Le sujet est fort bien documenté et la narration est fluide et agréable. Toutefois, plus que tout, c’est le dessin précis et détaillé de Mari Yamazaki et Tori Miki qui donne à ce manga sa superbe qualité artistique. Beau et intéressant, Pline offre une lecture passionnante pour tout amateur de manga historique et de la Rome antique. Vivement recommandé!

Pline, vol. 9: L’Opium d’Andromaque, par Mari Yamazaki et Tori Miki. Paris: Casterman (Coll. Sakka), octobre 2020. 200 pages, 13.4 x 18.1 cm, 8,45 € / $15.95 Can (ePub/PDF: 5,99 €), ISBN: 978-2-203-20279-5. Sens de lecture original, de droite à gauche. Pour lectorat adolescent (14+). Extraits disponibles. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2019 Mari Yamazaki, Tori Miki • 2020 Casterman pour la traduction française.

[ Translate ]

Rêveries d’Emanon

ReveriesEmanon-cov“Eiko est une curieuse petite fille : son corps n’est vieux que de quelques années, mais sa mémoire remonte aux origines de la vie. C’est pourtant la première fois qu’elle a l’occasion de grandir entourée de ses deux parents… Alors que la mise au monde d’un enfant aurait dû transformer sa mère en coquille vide, son père a réussi à briser le cycle à force de patience et d’obstination.

Mais l’âme errante devra bientôt reprendre son périple ! Malgré tous ses souvenirs, il lui reste bien des choses à découvrir, et des personnes avec des aptitudes tout aussi étranges que les siennes à retrouver… Jusqu’où les rêveries d’Emanon la mèneront-elles ?

Emanon est un des personnages les plus fascinants de la science-fiction contemporaine japonaise. Le dessinateur Kenji Tsuruta, tombé amoureux du concept imaginé par l’écrivain Shinji Kajio, donne un visage aussi vivant que mélancolique à cette incarnation féminine du passé, du présent et du futur de l’humanité. Que l’on croie ou non à son histoire, impossible d’oublier Emanon. Et elle non plus ne vous oubliera jamais…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ReveriesEmanon-p032

Page 32

Rêveries d’Emanon (續々さすらいエマノン / Zokuzoku sasurai Emanon) est un manga seinen par Shinji Kajio et Kenji Tsuruta qui a été prépublié dans le magazine mensuel Comic Ryu et compilé en un volume chez Tokuma Shoten en avril 2018. Basé sur les récits de Shinji Kajio (“Karisome Emanon” / “Emanon de passage”, “Yukizuri Amnesia” / “Amnésie éphémère”, “Tomadoi Mektoub” / “Un mektoub confus”, “Hitosura Souvenir” / “Un souvenir”, et “Tayutai Lightning” / “Un Éclair vacillant”), cette série de manga (dont Rêveries d’Emanon est le quatrième et dernier tome) raconte l’histoire d’une fille mystérieuse qui détient une mémoire vieille de trois milliards d’années, remontant au moment où la vie est apparue pour la première fois sur Terre, qui est transmise de génération en génération par la lignée maternelle. Toutefois, dès qu’une nouvelle “Emanon” (“no name” à l’envers) naît, la précédente devient amnésique. J’ai déjà commenté le trois premiers tome de la série.

ReveriesEmanon-p203

Page 203

Ce volume se déroule sur trois périodes. En 1980, Emanon (Eiko) n’est encore qu’une enfant et pourtant elle n’a jamais resté aussi longtemps auprès de sa famille de naissance. Elle sent qu’il serait temps qu’elle les quitte mais tant que son père prendra bien soin de sa mère amnésique, elle reste pour profiter de cette rare vie de famille. En 1988, elle est adolescente et rencontre Choichiro Kozuki. Il sait qui elle est et semble avoir lui-même certain pouvoir. Et il veut l’épouser! Lorsque son père lui avoue qu’il a découvert son secret et celui de sa mère (Emma), elle décide de partir… En 1990, elle rencontre Shungo, un petit garçon, lors d’une promenade dans les bois. Elle se rends assister à la mort d’une vieille amie, Hikari la voyageuse temporelle. Sa mère est également mourante à l’hôpital. Dans un épilogue, Emanon fait une rencontre en 1994… (mais le manga ne dit pas qui c’est!!)

C’est une belle histoire tranquille où il ne se passe pas grand chose. Évidemment, les changements de périodes rendent les choses un peu confuse mais c’est un concept très intéressant. Le style est très simple et agréable: des traits à l’encre avec quelques trames pour les textures. Un très bon manga qui se lit bien mais ce tome-ci nécessite vraiment d’avoir lu les précédents. Il y a de toute évidence plus à raconter dans ce récit (le volume se termine sur un suspens) mais dans la postface l’auteur confesse que “malheureusement la série a dû être interrompue” mais sans donner d’explication… J’espère qu’elle reprendra un jour car, pour l’instant, c’est très frustrant. J’espère également qu’un éditeur se décidera à traduire la série de romans…

Rêveries d’Emanon, par Shinji Kajio (scénario) & Kenji Tsuruta (dessin). Paris: Ki-oon (Coll. Latitudes), octobre 2020. 224 pages (dont 32 en couleurs), 17 x 24 cm, 15 € / $C 28.95, ISBN 979-10-327-0622-0. Pour un lectorat adolescent (16+ / nudité). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWorldCat ]

© Shinji Kajio, Kenji Tsuruta 2018

[ Translate ]

The Expense

TheExpanseGN-cov“Chrisjen Avasarala, the former longtime Secretary-General of the United Nations, has found herself relegated to Luna after losing the latest elections…and she doesn’t plan on going down without a fight. So when Bobbie Draper – a former Martian marine – brings her intel on an intergalactic black market weapons ring, Avasarala sees a chance to reclaim her former political position of power through a clandestine operation. But as Draper digs deeper into this secret cabal, she soon realizes the threat they pose is far larger – and closer to home – than either of them ever imagined…

Corinna Bechko (Green Lantern: Earth One) and Alejandro Aragon (Resonant) present a powerful new story set between Season 4 and Season 5 of Amazon’s hit series The Expanse. Collects The Expanse #1-4.”

[Text from the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

A graphic novel that collects the four-issue comics based on the sci-fi book series by James S.A. Corey and adapted into a splendid TV series on Amazon Prime. The story is set between season 4 and season 5 of the TV series and recounts the investigation by former Martian marine Bobbie Draper (who is secretly working for former UN Secretary General Chrisjen Avasarala) to expose and dismantle a black market weapons ring…

It is well written and the art is nice enough. It provided a good reading and, while filling some gaps in the story, helped me wait for the next season to start… I wish there was more of those, like a full comic adaptation of the book series.

The Expanse, by James S.A. Corey (creator), Corinna Bechko (writer), Alejandro Aragon (illustrator) and Francesco Segala (colorist). Los Angeles: Boom! Studio, August 2021. 128 pages, 6.5 x 10 in., $US 16.99 / $C 21.99, ISBN 978-1-68415-691-7. For teen readership (12+). stars-3-0

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

™ & © 2020 Expanding Universe Productions, LLC

[ Traduire ]

Miyazaki’s memoir

Miyazaki-StartingPoint-cov“In the first two decades of his career, filmmaker Hayao Miyazaki laid the groundwork for his legendary movies. Starting Point is a collection of essays, interviews, and memoirs that go back to the roots of Miyazaki’s childhood, the formulation of his theories of animation, and the founding of Studio Ghibli.

Before directing such acclaimed films as Spirited Away, Miyazaki was just another salaried animator, but with a vision of his own. Follow him as he takes his first steps on the road to success, experience his frustrations with the manga and animation industries that often suffocate creativity, and realize the importance of bringing the childhood dreams of the world to life.

Starting Point: 1979-1996 is not just a chronicle of the life of a man whose own dreams have come true, it is a tribute to the power of the moving image.” 

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

Starting Point: 1979-1996, by Hayao Miyazaki (Translated by Beth Cary and Frederik L. Schodt). San Francisco: Viz Media, April 2014, 462 pages, 6 x 9 in., $ US 16.99 / $C 22.99, ISBN 9781421561042. For teen readership (12+).

Miyazaki-TurningPoint-cov“In the mid-1990s, filmmaker Hayao Miyazaki moved from success to success as his work found an audience outside of Japan. His animated films of the era, including Princess Mononoke, Howl’s Moving Castle, and Ponyo, were internationally lauded, and Miyazaki won an Academy Award® in 2003 for his popular and critical hit Spirited Away.

Follow Miyazaki as his vision matures, as cinema-lovers worldwide embrace his creations, and as critics such as Roger Ebert take up the cause of animation and Miyazaki’s films. In a legendary career, these crucial years represent the turning point.”

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

Turning Point: 1997-2008, by Hayao Miyazaki (Translated by Beth Cary and Frederik L. Schodt). San Francisco: Viz Media, March 2021, 452 pages,  6 x 9 in., $ US 16.99 / $C 22.99, ISBN 9781974724505. For teen readership (12+).

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

If Osamu Tezuka is Japan’s god of manga, Hayao Miyazaki is certainly their god of animation. I noticed that lots has been written about him in the last decade. Just recently I mentioned the book Hommage à Hayao Miyazaki and a special issue of the French magazine Animeland entirely dedicated to the studio he created, Studio Ghibli (for more books suggestions check the list at the end of this article). However, who better to write about Miyazaki but the man himself? Earlier last year, Viz Media has published the second part of Hayao Miyazaki’s memoir (折り返し点―1997~2008 / Orikaeshi-ten: 1997~2008, first published in Japan by Iwanami Shoten in 2008): Turning Point: 1997-2008, so I thought I would talk a little about it. The first part of his Memoir, Starting Point: 1979-1996 [出発点―1979~1996 / Shuppatsuten: 1979~1996] was first published in Japan in 1996 by Tokuma Shoten and Viz Media published it in English in 2014.

This is not the kind of books that you read from cover to cover as it is more of a reference book that you slowly read, bit by bit. It is also a little difficult to describe this memoir as it is not a retelling of his life and experience in a chronological manner like memoir usually are. It is a collection of essays, interviews, magazine or newspaper articles, lectures, speeches, notes for video releases, etc., that Miyazaki wrote or gave or that are written by other people. It is very interesting but it is not an easy reading…

Miyazaki-StartingPoint-p218

“Dining in midair” (p. 218)

The first book is divided in eight chapters (besides a foreword by John Lasseter and an Afterword by Isao Takahata): On Creating Animation (with articles like “My Point of Origin” or “Thoughts on Japanese Animation” — see the table of contents for a detailed list of articles), On the Periphery of the Work (with articles like “About Period Dramas” or “My Theories on the Popularity of Manga”), People (“My Teacher and I” or “I Left Raising Our Children to My Wife”), A Story in Color (Miyazaki short manga story “Dining in Midair”), My Favorite Things (“My Scrapbook” or “My Car”), Planning Notes; Directorial Memoranda (“A Proposal to Acquire Film Rights” or “Why Shojo Manga Now?”),  Works (“On Nausicaa” or “Speaking of Conan” or “The Pictures Are Already Moving Inside MY Head”) and Biographical Chronology. I particularly enjoyed the translated short color manga “Dining in Midair” and the excerpts of Miyazaki’s scrapbook.

The second book takes a slightly different approach. It is still a collection of essays and articles but this time organized around a couple of specific works: Princess Mononoke (1997) [with articles like “On Japan Animation Culture” or “Recalling the Days of my Youth” — see the table of contents for a detailed list of articles], Spirited Away (2001) [“Room to Be Free: Speaking about Spirited Away at the Press Conference Held Upon Completion of the Film” or “Comments on Receiving the 75th Academy Award for Best Animated Feature Film”], Howl’s Moving Castle (2004) [“I’ve Always Wanted to Create a Film About Which I Could Say, “I’M Just Glad I Was Born, so I Could Make This”” or “Feeling Responsible for the Future of Children and Not Wanting to Make Halfhearted Films”] and Ponyo (2008) [“On Ponyo” or “Memo on Music for Joe Hisaishi”]. It also included Miyazaki’s Original Drawings for Studio Ghibli New Year’s Cards (1997-2008) as a foreword, a Biographical Chronology and an afterword by Miyazaki.

It is really a fascinating work if you are interested in Japanese animation and a must-read if you are a deep fan of the works of Miyazaki. It offers a huge amount of material that, as I already said, you won’t read in one sitting but it is definitely worth having a look. stars-3-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1996 / 2008 Studio Ghibli

Other recommended titles on Miyazaki:

  • (Collectif sous la direction de Victor Lopez). Hayao Miyazaki : nuances d’une oeuvre. Moutons électriques, 2018. 271 pages. ISBN 9782361835156 [ GoodreadsNelligan ]
  • Animeland Hors-Série (Juillet-Septembre 2021): Studio Ghibli. 144 pages. 12,50 € [ NelliganWebpage ]
  • Miyazaki: numéro spécial de Dada(no 197, janv. 2015, ISSN 1261-4858). Arola, 2015. 50 pages. ISBN 9782358800716. [ GoodreadsNelligan ]
  • ALPERT, Steve.Sharing a House with the Never-Ending Man; 15 years at Studio Ghibli. Berkley: Stone Bridge Press , July 2020. 296 pages. ISBN 9781611720570. [Goodreads]
  • BERTON, Gaël. The Works of Hayao Miyazaki: The Master of Japanese Animation. [Goodreads]
  • CAVALLARO, Dani. The anime art of Hayao Miyazaki. Jefferson NC: McFarland, 2006. 204 pg. ISBN 978-0-7864-2369-9. $35. [Goodreads]
  • CHAPTAL, Stéphanie. Hommage à Hayao Miyazaki : un coeur à l’ouvrage. Ynnis, 2020. 155 pages. ISBN 9782376971313. [ GoodreadsNelligan ]
  • COLSON,Raphaël; RÉGNER, Gaël. Hayao Miyazaki : cartographie d’un univers. Moutons électriques, 2013. 357 pages. ISBN 9782361831356 [ GoodreadsNelligan ]
  • LENBURG, Jeff. Hayao Miyazaki : Japan’s premier anime storyteller. Chelsea House, 2011. 120 pages. ISBN 9781604138412. [ GoodreadsNelligan ]
  • NAPIER, Susan. Miyazaki world : a life in art. Yale University Press, 2020. 305 pages. ISBN 9780300248593. [ GoodreadsNelligan ]
  • NAPIER, Susan. Le monde de Miyazaki. Éditions Imho, 2020. 366 pages. ISBN 9782364810242. [ GoodreadsNelligan ]
  • NIEBEL, Jessica; DOCTER, Pete; KOTHENSCHULTE, Daniel.Hayao Miyazaki. DelMonico Books, 2021. 287 pages. ISBN 9781942884811. [ GoodreadsNelligan]
  • McCARTHY, Helen. Hayao Miyazaki: Master of Japanese Animation. Berkeley: Stone Bridge Press, 1999. 240 pg. ISBN 1-880656-41-8. [Goodreads]
[ Traduire ]