The Walking Dead Compendium Three

WalkingDeadCompendium-3-covAfter watching the ninth season of the Walking Dead TV series, I wanted to go back to the comic book to compare the storytelling. I was not sure with which volume I stopped reading so I borrowed the latest big compendium at the library. The third compendium (published in October 2015) covers volumes 17-24 (issues #97-144). According to my borrowing history at the library, I should have read until vol. 25, but I don’t remember any of it so it is good that I read all that again to refresh my memory before going on with the next volumes. I still have seven volumes to catch up on (since the latest issue [in May] is #191 and the latest compilation is vol. 31 [#181-186, released last March — although vol. 32 (#187-192) is coming in August 2019]…

WalkingDeadCompendium-3-p003

Page 3

This third compilation covers the Negan story arc (vol. 17-21) and the beginning of the whisperers story arc (vol. 22-24). Reading the comic after having seen the TV series provide quite a strange experience: some events happen on TV, but not in the comic and vice versa. Which is more troubling is that some events happen in both but not to the same characters and some characters are dead on the TV series but not in the comic (and vice versa). Really weird. It’s like having a peek into a parallel universe! Very confusing…

I don’t want to talk much about the story itself, to avoid spoilers, and anyway detailed synopses can be found on fan sites. The storytelling is excellent. It is fluid, easy to follow and has lots of twists, downturns and surprises. Of course, in such epic like the Walking Dead or Game of thrones, you cannot have any real “happily ever-after”. If not there wouldn’t be any story. And, when you are dealing with the end of the world as we know it, bad stuff keeps happening and you have to expect the worse case scenario. 

WalkingDeadCompendium-3-p264

Page 264

I like Kirkman & Adlard black and white art. It is realistic and dark, detailed and fluid enough so you can clearly understand what’s happening and follow the action. It has improved considerably since the beginning. However, there is something I don’t like in the way they draw the characters’ faces (I am not sure what: is it a little static? Too much shadow?). And, of course, there is a lot of graphical violence, although less as the story progress (or is it that we notice it less?). Anyway, overall, it is a well-written and interesting story that makes for a great comic.

I have never been a big fan of zombies but what interested me into this story is its post cataclysmic aspect. It is a setting that not only has good story potential but also allows to push the human psyche to its limits and reveal our true nature. In the beginning it was a story of survival, but now it becomes more and more a story about rebuilding a society. I can’t wait to see what will happen in the next volume, what will be the differences with the TV series. From now on, I’ll go back to read the comic volume by volume, as the next big compendium (#4, covering vol. 25-32) will only be released in October 2019. 

You can also read my comment on the TV series and the first eleven volumes of the comic — which I wrote in January 2011 !

The Walking Dead Compendium Three, by Robert Kirkman (story) and Charlie Adlard (art) [with inking by Stefano Gaudiano, gray tones by Cliff Rathburn and lettering by Rus Wooton]. Berkeley: Image Comics (Skybound imprint), October 2015. 1088 pages, 25.9 x 16.9 cm, $US 59.99 / $C 79.50. ISBN 978-1-63215-456-9. For mature readers (18+). See the back cover. stars-3-5

For more information you can consult the following web sites:

[ AmazonBAnQGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© 2015 Robert Kirkman, LLC. All rights reserved.

[ Traduire ]

Capsules

Solde de livres 2019

abm_2019_affiche_vf_tgpComme tout les ans, les Amis de la Bibliothèque de Montréal organisent leur solde de livres pour offrir à petits prix aux Montréalais les livres dont les bibliothèques ne veulent plus (mais qui sont encore en très bon état). Vous y trouverez tout les genres de livres (plus de cent milles romans, documentaires, bandes dessinées, magazines, pour adultes, pour enfants, en français, en anglais et même parfois dans d’autres langues!) à très bon prix: 0,50 $ (livres jeunesse et magazines), 1,00 $ (livres adultes), 2,00 $ (BD et manga), et 3,00 $ (Dictionnaires, encyclopédies et « beaux livres »).

Le Solde de livres 2019 se tiendra du samedi 25 mai au dimanche 2 juin, de 13h00 à 19h00, à l’aréna Martin Brodeur (300, boulevard Robert, Montréal, juste à côté de la bibliothèque de St-Léonard). Les quantités sont limités sur certains types de documents (BD, dictionnaires). Le paiement doit être comptant seulement; il y a pas d’échange ou de remboursement possible. Et, S.V.P., veuillez apporter vos propres sacs. Pour plus d’information vous pouvez visiter la page Facebook.

Le but de cet événement est “de prolonger la vie utile de ces livres, d’aider à répandre le goût de la lecture et de permettre aux citoyens de Montréal d’enrichir leur bibliothèque personnelle à faible coût.” De plus, les revenus de la vente serviront à financer des activités d’animation dans les bibliothèques. Les documents invendus seront ensuite offert à des associations sans but lucratif et organismes communautaires, puis à Renaissance et finalement à la Fondation des parlementaires / Cultures à partager (qui les expédie dans des pays en voie de développement — comme en Afrique francophone et en Haïti). Ultimement, les livres qui restent après tout ça sont recyclés pour le papier. Rien ne se perd! Quelle entreprise louable…

[ Translate ]

Ad Astra VI

AdAstra-v06-covMalgré les réserves d’Aemilus, Varron reste fidèle à son plan. Il lance son immense armée contre les troupes carthaginoises, persuadé d’avoir identifié la stratégie de l’ennemi : profiter du terrain pour prendre l’adversaire au piège.

Mais rien ne se passe comme prévu et, dès le début des combats, la cavalerie romaine se fait décimer ! Tandis qu’Aemilius, blessé, cherche à préserver Scipion du carnage, le second consul prend lâchement la fuite. Si l’infanterie de Rome domine encore, la bataille ne fait que commencer…

Bravoure, complots et stratégie… Plongez au cœur des batailles qui opposèrent les légendaires Hannibal et Scipion !” (Texte de la couverture arrière)

Ad Astra: Scipion l’Africain & Hannibal Barca (アド・アストラ -スキピオとハンニバル- / Ad Astra – Scipio to Hannibal) est un manga seinen historique par Mihachi KAGANO (dont c’est le premier titre) qui raconte les faits saillants de la deuxième guerre punique qui opposa Rome et Carthage. Il a été prépublié dans le magazine Ultra Jump (entre mars 2011 et février 2018), puis compilé en treize volumes chez Shūeisha. La version française paraît chez Ki-oon.

AdAstra-v06-p21Le sixième volume est entièrement consacré à la bataille de Cannae et à ses suites immédiates. Encore une fois, les romains sont victimes de la brillante stratégie d’Hannibal. Toutes les batailles précédentes n’ont servi qu’à convaincre les romains qu’ils commençaient à comprendre sa stratégie afin qu’il puisse à nouveau les surprendre. Il commence par rassurer ses alliés gaulois en affirmant qu’ils vaincront malgré leur infériorité numérique (80,000 romains contre 50,000 alliés Carthaginois) et de lourdes pertes mais que cela en vaut la peine pour se venger du joug romains et pour l’honneur de la Gaule! Après avoir feint la retraite, les Carthaginois encerclent les romains et les massacrent. Minucius et Aemilius sont tué par Giscon. Scipion, qui avait reçu l’ordre de rester en retrait avec la cavalerie, décide de mobiliser les 10,000 hommes restés au camp en renfort mais ceux-ci refusent. Leur dernier ordre était de garder leur position et, Aemilius étant mort et Varron ayant “retraité” (fuit), il n’y a plus de généraux pour donner de nouveaux ordres.

Les pertes romaines sont lourdes: 60,000 morts (dix fois plus que les Carthaginois!) et 10,000 prisonniers (dont Rome refusera de racheter la liberté)! Maharbal est d’avis que les Carthaginois devraient profiter de la victoire et marcher sur Rome mais Hannibal refuse, ne voulant pas prendre de front un ville défendu par une muraille. Maharbal réponds “Tu sais vaincre, Hannibal, mais tu ne sais pas profiter de la victoire!” Par dépit, il massacre les villages environnants (Caius qui a survécu à la bataille mais a perdu un oeil, en est témoin). Hannibal envoi son frère Magon à Carthage pour réclamer des renforts. À Rome, Fabius reprends le pouvoir et envoi les soldats survivants en Sicile, sous le commandement de Marcellus. Scipion décide de suivre le cursus honorum et de briguer office pour éventuellement devenir consul même si la tâche se révèle ardue (“Per aspera ad astra” d’où le titre du manga). Il défit Marcellus pour obtenir son soutien à l’édilité mais celui-ci le punis. Lorsque Marcellus est rappelé en Italie pour défendre la Campanie contre Hannibal, Scipion demande à l’accompagner…

Ad Astra est un manga très bien dessiné — le style en est clair et précis. Le récit est fluide, intéressant et très instructif pour ceux qui s’intéresse à l’histoire et à la civilisation romaine. Cependant, malgré que le récit laisse de côté de nombreux détails historiques (si l’on compare à Tite-Live), ce manga s’étire sur treize volumes. Nous n’en sommes donc qu’à la moitié de l’histoire! Cela reste quand même, avec Pline, le manga historique idéal pour les amateurs d’histoire romaine.

Ad Astra: Scipion L’Africain & Hannibal Barca Vol. VI, par Mihachi KAGANO. Paris: Ki-oon, juin 2015. 210 pages, 13 x 18 cm, 7,90 € / $16.98 Can. ISBN 978-2-35592-829-1. Pour un lectorat adolescent (14 ans et plus). stars-3-5

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

Ad Astra Publius Cornelius Scipio Africanus Major & Hannibal Barca © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc.

Voir mes commentaires sur les volumes précédents:

ad_astra-v01 ad_astra-v02 ad_astra-v03 AdAstra-v04-cov AdAstra-v05-cov

[ Translate ]

Capsules

Major Fatal

MajorFatal-covMajor Fatal est trop beau pour être vrai. On est jamais sûr d’entrer dedans. Et pourtant on ne parvient plus à en sortir. Un cercle vicieux. Une drogue! Eh quoi : nous avons lu ensemble dans Métal Hurlant, trois années de suite les aventures du Major Grubert. Pourquoi attendre trois ans pour se mettre dans des états pareils? A quoi je rétorquerai que le Major dans Métal et le Major en album sont deux choses totalement différentes. Major Fatal, c’est un poème.” (Jacques Goimard, en couverture arrière)

L’astéroïde modelé par le Major Grubert en trois mondes superposés, trois mondes avec chacun leur système, leur populace et leurs coutumes. Improvisés au rythme de la publication de Métal Hurlant, ces univers sont grouillants d’idées et de détails entremêlés. Autour de l’astéroïde, à bord du Ciguri, tournent son créateur et sa belle, Damalvina. Mais trois mondes ignorant leurs origines, dont quelques personnages en prennent peu à peu conscience, et ne sont pas tellement du genre à adorer leur créateur…” (Texte du site des Humanos)

MajorFatal-p006

Page 6

Ce troisième tome des “Oeuvres Complètes“ de Moebius compile les sept principales histoires où apparait le Major Grubert (dont plusieurs seront reprises dans Les vacances du major): “Une planche” (1 p.), “[Le] Major Fatal” (13 p.), “Le Major Grubert [: The Forbiden City Rides Again]” (2 p.), “Les Vacances du Major“ ( ou “La Chasse au Français en Vacances”, 6 p.), “Paradis 9” ( ou “La Flore de Paradis 9”, 2 p.), “Une aventure du Major [Grubert]” (2 p.), “Le Garage Hermétique [de Jerry Cornélius]” (98 p.). Cette dernière histoire constitue la majorité du volume, qui inclue aussi un avant-propos de Moebius, des postfaces de Jacques Goimard et d’Alexandro Jodorowsky, ainsi que “Apprends à Dessiner le Major Grubert” par Yves Chaland.

L’édition anglaise colorisée, publiée chez Epic/Marvel en 1987 sous le titre Moebius 3 (The Collected Fantasies of Jean Giraud): The Airtight Garage, n’offre quand à elle que deux histoires: “Major Fatal” et “The Airtight Garage”. À noter que pour l’édition anglaise, le nom de Jerry Cornélius (un hommage à Michael Moorcock) a été changé pour Lewis Carnelian…

La seule des histoires courtes qui mérite vraiment mention, car elle prépare la venue de l’oeuvre majeure, c’est “Le Major Fatal.” Houm Jakin et l’assassin Boaz recherche le Major car lui seul peut traiter avec le Bakalite. Ils tombent dans un piège mais Grubert intervient… Ce thème sera plus ou moins repris pour la fin du “Garage Hermétique”. Les autres histoires servent surtout à établir le décor de l’univers science-fictionnel créé par Moebius et dans lequel le Major évolue.

“Le Garage Hermétique” est la première histoire de SF d’importance que produit Moebius. Due à son procédé d’écriture épisodique et aléatoire, l’histoire est un peu complexe, mais l’essentiel tient au fait que le Major Grubert a construit un astéroïde, Fleur, constitué de trois niveaux de réalité dont plusieurs forces (Jerry Cornélius, le Bakalite, le Nagual, Sper Gossi) conspirent soit pour en prendre le contrôle, se libérer de son créateur ou simplement se venger du Major. Ce dernier quitte donc le Ciguri, son vaisseau spatial, pour descendre sur l’astéroïde et affronter ses adversaires…

MajorFatal-p087

Page 87

Il y aurait beaucoup à dire sur “Major Fatal”… Jean Giraud a commencé à dessiner des histoires de science-fiction humoristiques, d’abord sous le preudonyme de Gyr puis de Moebius, pour se distraire et se détendre de son travail principal sur Blueberry. Il les a publié ici et là (surtout dans Pilote, et même dans France-Soir, puis régulièrement dans Métal Hurlant). Le Major Grubert a subrepticement fait son apparition dans ces histoires courtes. Lorsqu’il a commencé à écrire “Le Garage Hermétique”, il n’avait pas de scénario préétabli et il improvisait au gré de ses humeurs, en essayant de créer de nombreux rebondissements (parfois ne se souvenant même pas ce qu’il avait fait dans l’épisode précédent). Le Major y est éventuellement apparu comme un anti-héros insouciant, presque absent, qui réalise tranquillement ses responsabilités envers le dénouement du récit. Le résultat est une histoire riche et surprenamment cohérente, pleine de symbolismes (tant religieux, politique, que philosophique).

MajorFatal-p063

Page 63

Les épisodes sont au début plus grossier, plutôt inégaux en qualité (tant graphiquement que narrativement), puis prennent de plus en plus d’assurance jusqu’à ce que vers la fin on réalise que Moebius maîtrise bien le genre, que son art a mûrit et qu’à partir de maintenant ce n’est plus de l’humour mais de la SF sérieuse et profonde qui laisse bien paraître ce que seront Les Aventures de John Difool, a.k.a. L’Incal

C’est une histoire de SF mythique qui vient nous chercher au tréfonds de notre être, comme si elle réveillait en nous quelque chose qui dort—ce genre d’impression mystique que l’on perçoit du coin de l’oeil ou dont on a vaguement le souvenir sans être capable de mettre le doigt dessus. C’est une oeuvre qui est loin d’être parfaite mais qui reste fascinante, intriguante et captivante! C’est donc à lire absolument si la BD et la SF vous intéresse moindrement!

“Le Garage Hermétique” a connu de nombreuses rééditions mais aussi des suites… (eh oui, après près de quarante ans, je réalise, “Quoi, il y a une suite!!!?”). Le flambeau a aussi été repris par d’autres artistes… À suivre, donc…

Moebius, Oeuvres Complètes tome 3: Major Fatal, par Moebius. Paris: Les Humanoïdes Associés, avril 1981. 156 p. ISBN 2-7316-0100-0. Pour un lectorat adolescent (14+). stars-4-0

Moebius3-covMoebius 3, The Collected Fantasies of Jean Giraud: The Airtight Garage, by Moebius. New York: Epic/Marvel, 1987. 120 p. $US 12.95 / $C 16.95. ISBN 0-87135-280-X.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreads – GoogleWikipediaWorldCat ]

© Les Humanoïdes Associés 1980.

[ Translate ]

Cauchemar Blanc

Giraud_Cauchemarblanc_01Cauchemar Blanc est une compilation de neuf histoires courtes parues dans différents magazines entre 1972 et 1976: “Cauchemar Blanc” (dans L’Echo des Savanes #8, 1974, 12 p., publié en anglais dans Moebius 6: Pharagonesia), “Calque A” (planche sans titre ni dialogue, 1976), “Approche de Centauri” (dans Métal Hurlant, 1975, 6 p., scénario de Philippe Druillet, publié en anglais dans Moebius 4: The Long Tomorrow), “Il y a un Prince-Charmant sur Phenixon” (dans Pilote, 1973, 4 p., signé Gyr, publié en anglais dans Moebius 4), “L’Artefact” (dans Pilote annuel, 1971, 4 p., signé Gyr, publié en anglais dans Moebius 4), “Interview” (dans Schtroumph, 1974, 9 p.), “Calque B” (1 planche sans titre ni dialogue et une planche qui décrit le gommeux, une créature extra-terrestre (type encyclopédie galactique, noté “Essais, Vol. IV)”, 1976), “Deima” (inédit, 1975, 3 p., publié en anglais dans Moebius 0: The Horny Goof), et “Barbe Rouge et le cerveau Pirate” (dans Pilote annuel, 1972, 5 p., signé Gyr, publié en anglais dans Moebius 4). Seulement cinq de ces histoires sont vraiment significatives.

Étrangement, “Cauchemar Blanc” n’est pas de la SF mais plutôt une histoire réaliste et malheureusement d’actualité… Moebius y parle de préjudice et de racisme. Le souhait de tout activiste de la tolérance est le cauchemar du bigot… Quatre bonhommes en voitures (Barjout, Jean-Pierre, René et Berthon) tentent d’écraser un arabe en mobylette mais celui-ci fait une embardée et la voiture se plante plutôt dans un camion stationné. Lorsqu’ils tentent de tabasser l’arabe, des passants interviennent, puis Barjout sort un revolver et tire Jean-Pierre dans la jambe par accident alors que celui-ci tente de l’arrêter… Soudainement Barjout se réveille dans son lit: ce n’était qu’un mauvais rêve. Il sort en voiture avec ses amis pour une expédition nocturne où, cette fois, ils frappent et tabassent vraiment un arabe sous le regard des voisins qui observent de leur fenêtres sans intervenir… Cette histoire a été adapté en un film court-métrage par Mathieu Kassovitz.

Dans “Approche de Centauri” un pilote d’astronef se prépare à sauter dans l’hyper-espace mais le générateur ripe et le projecte plutôt hors du continuum, dans une sorte d’enfer druillesque, peuplé de démons cornus. De retour dans son propre espace-temps, il essuie le vomis de sa bouche et nie avoir vu quoi que ce soit… Superbe histoire courte de SF sur un scénario de… Druillet!

Dans “Il y a un Prince-Charmant sur Phenixon”, un couple (dont la femme est du type mégère) fait escale sur Phenixon pour y faire commerce. Alors que monsieur examine les peaux de Toc-Toc, madame fait une balade en colimassophant (une sorte de limace) qui se révèle être un pavacheux en pleine crise. Mais au lieu de la déchiqueter et de l’entraîner dans les abimes, c’est l’amour entre Janine et le pavacheux! Mais, bon, celui-ci le regrettera sûrement…

Dans “L’Artefact” deux voyageurs interstellaires découvrent une gigantesque planète de type terrestre. Ils descendent l’explorer. Il y a une vaste mer, puis une plage, sur laquelle ils trouvent un artefact: un château qui semble inhabité. Ils entrent pour explorer les ruines. Malheureusement, un petit vandale sur la plage détruit le château de sable et se fait gronder par sa mère…

Dans “Barbe Rouge et le cerveau Pirate”, Boomy est capitaine d’un cargo spatial et son seul compagnon est un Cervelec Major V (une sorte de robot flottant) qui cafouille et se prend pour le maître d’équipage de Barbe-Rouge… Évidemment tout cela tourne mal pour Boomy… Alors que le proprio du vaisseau demande au techno-concessionaire si le Major V peut tomber en panne, celui répond “Impossible, je l’ai règlé moi-même!” (Et derrière lui on aperçoit toute une paraphernalia d’histoire maritime du temps de la flibuste

D’une façon très similaire aux recueils comme Les vacances du Major, Cauchemar Blanc nous offre une collection d’histoires courtes de science-fiction humoristique qui reposent souvent sur un seul gag, mais qui restent très imaginatives. Le style est plutôt simple mais varie beaucoup d’une histoire à l’autre, allant du trait dépouillé au dessin très détaillé et texturé. C’est agréable à lire et très drôle. À lire surtout si vous êtes un amateur de Moebius.

L’édition que je possède n’est malheureusement plus disponible, mais toutes ces histoires ont été republiées en 2012 par Les Humanoïdes Associés dans la collection Moebius USA, qui reprend les versions colorisées des histoires courtes de Moebius telle que publiée chez Epic/Marvel et Dark Horse: Escale sur Pharagonescia, La Citadelle aveugle, et The Long Tomorrow.

Cauchemar Blanc, par Moebius. Paris: Les Humanoïdes Associés (Coll. Mirage), janvier 1977. 64 p. ISBN 2-902123-08-6. Pour lectorat jeune adulte (14+). [Merde ! La reliure fout le camp!] stars-3-0

Moebius4Moebius 4, The Collected Fantasies of Jean Giraud: The Long Tomorrow & Other Science-Fiction Stories, by Moebius. New York: Epic/Marvel, 1987. 72 p. $US 9.95 / $C 13.95. ISBN 0-87135-281-8.

Moebius6Moebius 6, The Collected Fantasies of Jean Giraud: Pharagonesia & Other Strange Stories, by Moebius. New York: Epic/Marvel, 1988. 72 p. $US 9.95 / $C 13.95. ISBN 0-87135-283-4.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleHumanosWikipediaWorldCat ]

© Les Humanoïdes Associés 1977.

[ Translate ]

Capsules

Le bandard fou

BandardFou-cov“Sur Souldaï du Cygne, les érections, ce n’est pas avant l’automne. Quand un vendeur de pousse-boulettes se réveille avec une trique d’enfer, impossible de cacher l’évidence : il est devenu un bandard fou, traqué par la police anti-foutre et une dame Kowalsky qui peine à assouvir ses désirs. Son crime prenant jusqu’à des dimensions diplomatiques, le bandard peine à trouver le repos.” (Texte du site des Humanos, voir couverture arrière)

Originellement publié en janvier 1974 aux Éditions du Fromage (Écho des Savannes), Le Bandard Fou a connu de nombreuse rééditions. Cette bande-dessinée nous offre deux histoires. La première, sans dialogue et sans titre, se déroule en vingt-quatre planches d’une seule grande case chacune qui occupe le côté gauche du livre et qui nous montre un homme qui se métamorphose en un oeuf alienesque, qui se fracture pour révéler… un petit homme. 

BandardFou-p03

Page 3 (Planche 2)

La deuxième histoire, qui occupe les pages de droite, est un récit de science-fiction humoristique en vingt-quatre planches. Le personnage principal se réveille un bon matin souffrant de priapisme hors-saison, ce qui est une déviance interdite car, en ce monde, la reproduction se fait uniquement en automne et passe par la Pondeuse. Poursuivit par les autorités génétiques (la P.A.F.), il fuit à l’aide d’un agent de dame Kowalsky, une aristo nymphomane. Il rejoint celle-ci sur son vaisseau où ils batifolent quelques mois mais quand ils arrivent sur Fleur, l’astéroïde paradisiaque de dame Kowalsky, c’est la débandade. Évidemment, la fuite du bandard a de lourdes implications commerciales et politiques qui mènent à la guerre entre la Fédération Terrienne et les Exotiques. La Pondeuse tente donc de récupérer le bandard à l’aide d’une faille spatio-temporelle mais le bon Zague intervient et la dure situation reprend son cours…

BandardFou-p09

Page 9 (Planche 5)

Le Bandard Fou est la toute première histoire de SF de Moebius (avant Arzach, Le Garage hermétique et même avant la création de Métal Hurlant). Elle introduit et annonce fort bien ce que sera son style drôle et très imaginatif (déjanté comme ils disent). Son dessin noir et blanc utilise un trait simple mais qui offre tout de même des illustrations détaillées et très texturées — qui sont toutefois d’une qualité variable d’une planche à l’autre. On y retrouve des caméo de l’éléphant Dumbo, des pirates de Astérix, des citations célèbres comme “Merde alors, mon conditionnement fout le camp!”, les premières apparitions de dame Kowalsky et de Fleur (le premier niveau du Garage Hermétique — avec la mention des “générateurs à effet Gruber”). C’est donc une oeuvre séminale de Moebius car on y voit déjà la genèse du Garage Hermétique et même des Aventures de John Difool (L’Incal). Une très bonne lecture, surtout pour les amateurs de Moebius.

Le bandard fou, par Moebius. Paris: Les Humanoïdes Associés (Coll. Jackpot, #5), juillet 1984. 48 p. ISBN 2-7316-0308-9. Pour lectorat jeune adulte (16+). [une édition récente se vend €18,99 mais en occasion on peut le trouvé à €15,00; je l’ai payé $C 6.95 dans les années ’90] stars-3-5

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBAnQGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Les Humanoïdes Associés 1984 Moebius

HornyGoofL’édition anglaise du Bandard Fou, parue chez Dark Horse en 1990 (imitant le style des compilations de Epic/Marvel), est colorisée et inclue une préface de Jean-Marc et Randy Lofficier, une postface de Moebius, une illustration, une page titre, ainsi que (en plus des deux histoires principales, “The Horny Goof” et “Metamorphosis”) quatre histoires courtes: “Deima” (3 pages, compilée en français dans Cauchemard Blanc), “You’re the object of this and that” (4 pages), “Harzack” (2 pages en noir et blanc, où Harzack se fait prendre à pisser derrière un bâtiment) et “The Invaders” (1 page, compilée en français dans Les Vacances du Major).

Moebius 0, The Forbidden Work of Jean Giraud: The Horny Goof & Other Underground Stories, by Moebius. Milwaukie: Dark Horse, June 1990. 72 p. ISBN 1-878574-16-7. US$ 12.95 / C$ 15.55. Story & art © 1972, 1974, 1975 Moebius • Translation & text © 1990 Starwatcher Graphics.

[ AmazonGoodreadsWorldCat ]

[ Translate ]

“Natural History” – final research

NHa-000_IMG_4392

My mystery book

Recently, the interest for one of my old books was rekindled when I found some new information about it on the internet. Since the prefatory pages of the book are missing the author and date of publication are unknown. I had only the title, Natural History, and the publisher:  William Milner of Halifax. Further investigation on WorldCat revealed more details allowing me to identify two possible authors for the book. Finally, I was able to compare my book with a microfiche copy at the University of Montreal, definitively identifying it as Richard COPE’s Natural History, which lead me to order a monograph about the work of William Milner in order to (hopefully) learn even more on this particular edition.

IMG_4437A little less than three weeks after filing the Inter-Library Loan (PEB) request, the Bernard BARR’s document about William Milner arrived at the National Library (BAnQ). Unfortunately, the whole process was utterly disappointing. The NYPL refused to lend its copy, so the book came from the University of St-Andrews’ library in Fife, Scotland, therefore the loan incurred a fee of $C 42.00 ! Not only the book was just a self-published monograph of sixty single-side pages with a simple plastic spiral binding, but the lending library requested that it had to be consulted on site, at the BAnQ. The book was on hold at the National Collection, a secure place where you have to check your coat and bag in a locker room before entering and you have to put all the material you need (notebook, pen, laptop, wallet, etc) in a basket that you carry with you. It was the first time I was visiting that place and it was all quite unexpected. Luckily, the staff was very nice and helpful. Instead of spending hours reading the book, I was allowed to digitize a copy on the photocopier (its control menu was not user-friendly at all and source of many frustrations). 

IMG_4441The book title is: “William Milner of Halifax: printer and publisher. Checklist of a collection of books printed by William Milner and his successors and imitators.” The only publishing information is “York: Ken Spelman”. No author is listed on the cover, but the notice from the University of St-Andrews’ library is helpful on that subject: the author is NOT Bernard BARR (who simply wrote the foreword) nor Ken Spelman (the “publisher”, but who was given as author by Amazon) but Peter MILLER and T. FOTHERGILL (who compiled the information).

Disappointingly, the book is of little use to me. It is far from exhaustive; its main source of information seems to be the Spelman’s bookshop collection as well as a few articles in Yorkshire’s newspapers and historical magazines (the bibliography also list a few references that briefly mention Milner, like Victor E. NEUBURG, The Popular Press Companion to Popular Literature, pp. 132-33 or Leslie SHEPARD, The History of Street literature, pp. 104-106). I was expecting a complete list of all titles published by Milner but it seems that such reference doesn’t exist. A search on Google doesn’t yield much either. In fact, the most useful tool in this research was probably WorldCat

IMG_4440William Milner of Halifax: printer and publisher mentions Richard COPE’s Natural History only ONCE (“Cope (Richard) Natural History … New Edition, Improved and Enlarged. Roy 8vo. 730 pp. 425 ills. Maroon cloth”) in what the book calls the “Imprint 7”—which falls into the third incarnation of the publishing company, Milner & Co, located in London between 1883 and maybe 1900. “Maroon cloth” seems to describe well the cheap cover of my edition (and “Roy 8vo” means that it is a Royal octavo format, i.e. 10″ by 6¼” or 253 mm x 158 mm, therefore about the same size than my copy) but my book was clearly printed during the “Imprint 1” period (Halifax: William Milner, 1834-1851). Also the copy that I have seen at the University of Montreal unmistakably falls into the same imprint as it is dated from 1846 (while mine unfortunately has no printing date left—or never had one as it happened often with this publisher). This fact confirms that the Miller/Fothergill monograph is obviously incomplete.

I was not able to acquire more precise information on my book. However, it was not a complete waste of time since it has allowed me to learn more about the printing industry in nineteen century England. It seems that William Milner was a pioneer of cheap literature and remains an unsung hero of the poor Englishmen as he provided them with affordable literary classics (selling for as little as a shilling or even a sixpence) that would have without any doubts further their education and culture. Several other publishers, like William Nicholson, followed his example. 

IMG_4444

The Spelman’s collection ?

They printed books not only in great quantity (printing titles by the ten of thousands with total circulation often amounting over a hundred thousand!) but also in variety as they covered a large array of subject matter (from BurnsPoems, to Uncle Tom’s Cabin, Arabian Nights, Bunyan’s Pilgrim’s Progress, Defoe’s Robinson Crusoe, Richard Johnson’s The Seven Champion of Christendom, etc.) and offered a “range of plain and variously ornamented styles to suit differing tastes and pockets” [cf. Bernard Barr’s introduction to William Milner of Halifax and Shepard’s History of Street Literature]. The life of those publishers (and particularly of William Milner) and their cultural missionary work would certainly make quite an interesting subject for a historical TV series. 

[ Traduire ]