Slaughter House-Five

Slaughterhouse-Five-covThe first-ever graphic novel adaptation of Kurt Vonnegut’s Slaughterhouse-Five, an American classic, is one of the world’s great anti-war books.  An American classic and one of the world’s seminal antiwar books, Kurt Vonnegut’s Slaughterhouse-Five is faithfully presented in graphic novel form for the first time from Eisner Award-winning writer Ryan North (How to Invent Everything: A Survival Guide for the Stranded Time Traveler) and Eisner Award-nominated artist Albert Monteys (Universe!). 
 
Listen: Billy Pilgrim has…
…read Kilgore Trout
…opened a successful optometry business
…built a loving family
…witnessed the firebombing of Dresden
…traveled to the planet Tralfamadore
…met Kurt Vonnegut
…come unstuck in time.
 
Billy Pilgrim’s journey is at once a farcical look at the horror and tragedy of war where children are placed on the frontlines and die (so it goes), and a moving examination of what it means to be fallibly human.” [Text from the publisher’s website and the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

I read this novel in high-school (a very long time ago) and I thought it was great. Indeed it is a classic of American science-fiction literature. When I saw that it had been made into a graphic novel adaptation, I thought it would be a great occasion to reacquaint myself with this story (a movie adaptation was also made a long time ago but it wasn’t very good). However I was a little worried because it is not an easy story to illustrate. After I finished reading the comics I was relieved: it was very well done (as far as I can remember the original book, of course).

Slaughterhouse-Five-p009

Page 9

It is the story of Billy Pilgrim who has a strange power (well, it would be a super-power if he had any control over it, so it’s more of a curse): he has come unstuck in time. He doesn’t lives his existence in chronological order and his mind can switch at anytime to a different part of his life, from (not necessarily in that order) his birth in 1922, to 1943 when he refuse to fight in the war and becomes a chaplain’s assistant, to 1944 when he is a prisoner of war after the battle of the Bulge and find himself a slave-laborer in the Slaughterhouse-Five in Dresden until it is “liberated” by the Russians after much horrors, to 1948 when his PTSD lands him in a mental hospital, to 1955 when he is a successful optometrist, to 1964 when he meets science-fiction writer Kilgore Trout, to 1967 when he is kidnapped by the Trafamadorians (an alien species who experience time all at once) and put in a zoo, to 1968 when he survives a plane crash and to 1976 when he dies — So it goes. 

It is an extraordinarily compelling story, very complex and above all — although war is a very serious business — very funny. It is an antiwar manifest sugarcoated with humour. It is also a very clever time-travel story where science-fiction, as usual, becomes a mirror that reflects the joys and the cruelties of the human condition. And the art is very good too. I enjoyed this graphic novel adaptation very much and I can only recommend it for the reader either to discover the work of Kurt Vonnegut or to experienced it anew. 

Slaughter House-Five or the children’s crusade, by Ryan North and Kurt Vonnegut; illustrated by Albert Monteys. Los Angeles: Archaia (Boom Entertainment), September 2020. 192 pages, 7 x 9.75 in., $US 24.99 / $C 32.99, ISBN 978-1-68415-625-2. For a teen readership (13+). stars-3-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Kurt Vonnegut LLC. All rights reserved.

[ Traduire ]

Peuple invisible

PeupleInvisible-cov“Les histoires réunies dans ce volume complètent La promesse, achevant de rendre disponible l’intégralité des récits composés par Shohei Kusunoki.

Elles ont pour la plupart été publiées dans Garo, la légendaire revue d’avant-garde fondée en 1964 qui a révélé des auteurs aussi incontournables que Yoshiharu Tsuge ou Yoshihiro Tatsumi, accompagnant pendant les décennies 1960 et 1970 une jeunesse réfractaire au conservatisme de la classe dirigeante.

Shohei Kusunoki a imaginé ces histoires entre 1968 et 1974 dans un Japon qui cherchait à se réinventer par une course à la modernité peu soucieuse du sort des classes populaires. Comme son ami Susumu Katsumata (Neige rouge, Cornélius), il fut marqué par l’apparition de Yoshiharu Tsuge, qu’il fréquenta à cette époque et dont l’influence se retrouve dans plusieurs des récits regroupés ici.

Délaissant le registre contemporain sans renoncer à parler de son époque, Shohei Kusunoki s’attache à décrire avec justesse la vie du peuple, tout en lui insufflant une dimension épique. Au travers de genres aussi codés que le conte traditionnel ou le récit de samouraï, il décortique l’ambiguïté des rapports humains. Mettant à nu les sentiments qui unissent les êtres, les raisons pour lesquelles ils s’attirent et les malentendus qui les séparent, Shohei Kusunoki parvient, à travers un style limpide, à exprimer ce qui ne l’est pas. Un auteur immense qu’il est urgent de redécouvrir et de célébrer.

[Texte du site de l’éditeur et du rabat intérieur de couverture]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

PeupleInvisible-p037

Page 37

Il n’y a pas grand chose que l’on peut rajouter à la présentation de l’éditeur… Shohei Kusunoki (楠勝平, 1944-1974) n’est pas un mangaka très connu. Son vrai nom était Sakai Katsuhiro (酒井 勝宏) et il a appris le métier en étant assistant pour Michitarou Watanabe et Sanpei Shirato. De la même génération que les Shigeru Mizuki, Yoshihiro Tatsumi, ou Yoshiharu Tsuge, il a surtout publié du manga d’avant-garde pour le marché du manga de location (kashihon) et dans le magazine Garo. En 2001, l’éditeur Seirin Kogeisha a publié en édition limité une anthologie de près de six-cent pages compilant la majorité de son travail (彩雪に舞う… / Saisetsu ni mau… / Danse à Ayayuki…) et c’est de ce recueil que proviennent les histoires de Peuple Invisible. Il a été peu publié, même au Japon, et — mis à part une anthologie par Ryoko Yamagishi publié en septembre 2021 chez Chikuma Bunko — toutes ses anthologies sont maintenant épuisées. Nous sommes donc très chanceux qu’un éditeur français comme Cornélius fasse un travail de mémoire en préservant et en diffusant son oeuvre.

Peuple Invisible nous présente sept histoires courtes (“Les cloches du soir” [1970, 31 pages], “Glycines en fleurs” [1970, 28 pages], “Laridelle laridon” [1970, 14 pages], “Yasubei” [1971, 16 pages], Les bombyx [1971, sur un scénario de Minoru Iwasaki, 32 pages], “Le fleuve de l’au-delà” [1971, 30 pages] et “Bain de minuit” [1972, 26 pages]) et une histoire plus longue qui a été publié en huit parties (“En loques” [1971-1972, 140 pages]). À travers ces récits, qui tiennent plus du gekiga (romans graphiques) que du manga seinen, Kusunoki dépeint les joies et les peines des gens ordinaires qui, avant l’ère Meiji, étaient plus susceptible de connaitre la misère et d’être à peine remarqué par les samurai et les seigneurs — c’était le “peuple invisible”.

Peuple Invisible nous offre des histoire dramatique qui sont superbement illustrée — mais évidemment dans le style qui est propre au manga des années ’60 et ’70. Ce sont des récits sérieux et plutôt inégaux, dont la narration est parfois difficile à suivre. Aussi, le style graphique vieillot ne plaira sans doute pas à tous. Toutefois Cornélius a fait un excellent travail en préservant le sens de lecture japonais et en laissant les onomatopées originales (mettant simplement la traduction sous la case). C’est donc tout de même une lecture intéressante mais surtout pour les collectionneurs ou ceux qui s’intéresse à l’histoire du manga. 

Peuple invisible, par Shohei Kusunoki. Bordeaux: Cornélius (Coll. Pierre), juin 2020. 336 pages, 17 x 24 cm, 26,50 € / $C 52.95, ISBN 978 2 36081 159 5. Pour lectorat adolescent (12+). (Voir la couverture arrière). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWorldCat ]

© 2001 Seirin Kogeisha / Yasuko Tani. All rights reserved.

[ Translate ]

Pension de Famille

PensionDeFamille-cov“En 1947, Margaret Durrell doit faire face à un divorce, avec deux enfants à élever, et à la menace d’un désastre financier. Sur les conseils de sa tante Patience, une redoutable vieille fille, et malgré les sarcasmes de ses frères Lawrence et Gerald, elle ouvre alors une pension de famille prétendument BCBG à Bornemouth, ville respectable du bord de mer britannique. Un peintre et son modèle, une schizophrène, des infirmières, deux musiciens de jazz… Sous le regard narquois des voisins, la pension de Margo tourne à la ménagerie humaine. S’ajoutent à ce joyeux désordre les visites de Gerald, qui ramène une troupe de singes et un énorme python. Margo ne se laisse pas démonter pour si peu et s’embarque même dans une histoire d’amour clandestine avec un joueur de trombone.

À travers ces excentriques personnages de l’Angleterre d’après-guerre se découvre le talent de Margaret Durrell, qui complète ainsi le trio familial d’écrivains.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai découvert les Durrell avec la série de télévision Les Durrells à Corfou (The Durrells). Celle-ci raconte les aventures un peu loufoques des Durrells, une famille anglo-indienne qui, trouvant le climat anglais difficile, décide de s’installer sur l’île grecque de Corfou dans les années ’30. Intrigué par cette famille colorée qui aimait se raconter par l’écriture j’ai d’abord lu Justine (la première partie du Quatuor d’Alexandrie, publiée en 1957) par Lawrence Durrell (voir mon commentaire). Puis j’ai lu Ma famille et autres animaux (My Family and Other Animals, 1956) par Gerald Durrell (voir mon commentaire). Même la cadette de la famille, Margaret Durrell, a suivi la trace de ses deux frères et a écrit Pension de Famille (Whatever Happened to Margo?, 1996). Elle y raconte ses mésaventures alors qu’elle décide d’ouvrir une pension de famille à Bornemouth dans les années ’40, après être revenu de Corfou, et que son choix de pensionnaires s’avère souvent plutôt désastreux (sans compter la ménagerie que Gerald laisse sous sa responsabilité). Entre les pensionnaires aux comportements douteux, les espiègleries de leurs enfants, les aventures amoureuses et les visites occasionnelles de sa mère Louisa, de ses frères Lawrence, Leslie et Gerard, ou même de sa tante, Margo mène une vie très occupée! 

Apparement l’ouvrage aurait été écrit dans les années ’60 et oublié dans le grenier, jusqu’à ce que sa petite-fille le retrouve et le fasse publié en 1995. Comme le dit Gerald dans la préface, “Margo a montré qu’elle appréciait le côté comique de la vie et qu’elle avait le don d’observer les points faibles des gens et des lieux. Comme nous, elle a parfois tendance è exagérer et à laisser son imagination prendre son essor, mais je ne crois pas que ce soit si mal quand il s’agit de raconter ses aventures de façon divertissante.” En effet, l’écriture me rappel beaucoup celle de Gerald dans sa trilogie de Corfou. C’est écrit avec beaucoup d’humour et cela se lit très vite et bien. C’est donc une excellente lecture, amusante et agréable, qui vous offrira certainement du bon temps, surtout si vous avez apprécié la série télé.

Si vous n’avez pas encore découvert les aventures des Durrell à Corfou, j’en profite pour vous signaler que la série télé de ITV / PBS Masterpiece est disponible en diffusion continue (streaming) sur Amazon Prime Video,  Apple TV, et Google Play. Elle sera également diffusée en français sur les ondes de Ici Artv à partir du 23 mars 2022. J’ai également découvert qu’il existait une autre adaptation des romans de Gerald Durrell, cette fois un film de 87 minutes réalisé en 2005 intitulé My Family and Other Animals et disponible en diffusion continue sur BritBox (via Prime Video ou Apple TV).

Pension de famille, par Margaret Durrell (Traduction: Jean Rosenthal). Paris: Nil Éditions, 1997. 254 pages, 14 x 22.5 cm, 19.00 € / $C 34.95, ISBN 2-84111-069-9. Pour lectorat adolescent (12+). Cette édition n’est plus disponible mais l’ouvrage a été réédité chez Robert Laffont en octobre 2018. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1995 by Margaret Durrell. © 1997 Nil Éditions pour la traduction française.

[ Translate ]

Le chat du rabbin #10: Rentrez chez vous!

ChatDuRabbin-10-cov“Zlabya et son père, le rabbin, mais aussi le rabbin du rabbin, aidés et interrompus par le Chat, bien sûr, racontent. Ils disent, à travers leurs voyages au Proche Orient de 1870 à 1973, leur quête d’une Terre Promise, d’un endroit où ne pas être en danger. Ils racontent un destin français, celui d’une famille ballotée par l’histoire, le racisme, la volonté de trouver sa place, d’Alger à Nice, en passant par Jérusalem ou la Galilée.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ChatDuRabbin-10-p009

Page 9

Sur le bord de la mer, au début de l’année, le rabbin, sa famille et ses ouailles, font la cérémonie du Tashlih, où ils secouent les pans de leur vêtement comme pour en chasser le mal. Le chat commente que ”Croire en Dieu, c’est accepter de faire des trucs ridicules en son nom.” Le rabbin acquiesce que c’est absurde et ridicule… mais il est interrompu par des hommes sur la plage qui leur crient “Sales juifs. Retournez chez vous!” S’ensuit une échauffourée dans la mer… Suite à cet événement, le mari de Zlabya veut déménager en Israel. Alors le rabbin du rabbin raconte que quand il était petit il est allé à Jérusalem et ce ne fut pas une bonne expérience. Même Zlabya raconte que quand elle a fait une fugue elle s’est retrouvé dans un kibboutz en Galilée mais elle en est revenue. Le rabbin aussi a essayé d’aller en Israel pour accomplir le souhait d’une ouaille qui voulait y être enterré mais les anglais limitaient l’immigration (même des morts) alors il l’a enterré en Égypte! Mais le mari de Zlabya veut toujours y aller. Et il ira… quand ils seront vieux, en 1973. Zlabya est vieille et grosse (et le chat toujours vivant!!). Mais les gens le prennent pour un arabe et Zlabya ne peut pas supporter la climatisation. Alors ils trouveront le terre promise à… Nice! En fait, l’histoire des Juifs c’est l’histoire du monde… et de la famille de Joann Sfar.

Le style de Sfar m’agace toujours avec ses planches à six cases, son dessin brouillon et ondulant, ou ses couleurs criardes, mais c’est Sfar et on finit toujours tout même par trouver ça beau. C’est un long album avec un récit fort et riche qui diverti, amuse même, et fait réfléchir sur le racisme. Une très bonne lecture que je recommande — surtout pour les amateurs d’histoire, de chats et de métaphysique! Et comme toujours, dans le bas de la dernière page, Sfar nous annonce que le prochain album s’intitulera “Alleluia dans l’autobus!” En fait le tome 11, paru en novembre 2021, s’intitule La Bible pour les chats

Le chat du rabbin. 10, Rentrez chez vous!, par Joann Sfar. Paris: Dargaud (Coll. Poisson Pilote), octobre 2020. 96 pages, 22.5 x 29.5 cm, 16,00€ / $C 27.95, ISBN 978-2205-08003-2. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Dargaud 2020.

Voir aussi mes commentaires sur les autres volumes du Chat du Rabbin.

[ Translate ]

2 Expressos

2Expressos-cov“Benjamin, dessinateur de BD en mal d’inspiration, part à la recherche d’une japonaise avec qui il a passé une nuit magique il y a 17 ans. Arrivé au Japon, il se pose dans un café pour faire le point. Il va y goûter le plus mauvais expresso de sa vie, et cependant devenir ami avec le patron, Michihiko, qui tout comme Benjamin, a de gros problèmes conjugaux. Les deux hommes décident alors de s’entraider pour retrouver leurs femmes, ce qui, curieusement, commence par apprendre à préparer un bon café… Avec un sens aigu de l’observation, Kan Takahama explore toutes les facettes d’un subtil chassé-croisé amoureux entre des personnages à la recherche d’eux-mêmes, ballottés entre flux et reflux du désir.”

[Texte du rabat intérieur de couverture; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

2Expressos-p006

Page 6

Deux Espressos (トゥー・エスプレッソ / Tū esupuresso / Two Espressos) est un manga Josei par Kan Takahama publié au Japon chez Ohta Shuppan en avril 2010 et simultanément en version française chez Casterman. Il nous raconte l’histoire de Benjamin, un dessinateur français, qui débarque à la gare de Gono-san, au Japon, mais comme le train ne s’arrête plus à sa destination, il doit marcher dans la nuit et perds son sac avec son passeport et son cellulaire. Il est à la cherche d’une femme qu’il a rencontré à Paris dix-sept ans plus tôt et ses seules indices pour la retrouver est une lettre qui mentionne la gare de Gono-ni et un “endroit très lumineux où elle vends des choses utiles pour faire ses adieux”. C’est toutefois un coin un peu perdu où il n’y a plus qu’un petit café. Il devient ami avec le propriétaire et décide de l’aider à tenir la place. En échange, Michihiko va l’aider dans ses recherches tout en essayant de réparer les choses avec sa femme, Miho, qui l’a laissé… Un soir, près du café, Benjamin aperçoit les serres illuminées d’une ferme qui produit des fleurs pour funérailles… En fin de compte, mais après quelques imbroglio, tout finira par s’arranger…

Avec cette histoire d’amour intrigante et sensuelle, Kan Takahama démontre encore une fois son habilité à nous raconter les subtilités des relations humaines. C’est également très bien dessiné, dans le style de crayonné réaliste qui la caractérise. Deux Espressos nous offre un très bon manga qui est à la fois charmant et agréable à lire… Fortement recommandé. 

2 expressos, par Kan Takahama. Bruxelles: Casterman (Coll. Écritures), avril 2010. 164 pages, 17 x 24 cm, 14.95 € / $C 27.95, ISBN 978-2-203-39612-8. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Casterman, 2010.

Voir aussi mes commentaires sur les autres manga de Kan Takahama.

[ Translate ]

L’eau amère

EauAmere-cov“Saé s’interdit toute liaison durable avec un homme de peur d’être trahie. L’eau amère est celle, calme, de la crique où son amant de la ville est venu braconner les ormeaux. Pour le chasser, elle finira par le dénoncer aux gardes-pêche. C’est aussi celle, chaude, de l’anonyme station thermale où les époux Kanbara se disent adieu, en soufflant sur les cendres de leur passion disparue. C’est l’eau glacée, de l’étang où gît la jeune Etsuko, assommée de fatigue et d’alcool au terme d’une nuit de fugue. Ce sont les larmes de la jeune K., convalescente, à qui chaque jour son amant rend visite, avant de retourner le soir, sagement, auprès de son épouse…

En huit récit teintés d’amertume et d’humour, spécialement choisis par l’auteur pour cette édition française, Kan Takahama explore les contradictions, entre aveux et non-dits, d’amants et de parents qui se cherchent, se trouvent parfois, se fuient souvent.“ [Texte du rabat de couverture; voir aussi la couverture arrière]

“L’équilibre entre amour et sexe tient а un fil. Les histoires courtes que nous donne а voir Kan Takahama dans ce recueil nous font partager un bout de la vie sentimentale de personnages, tous а un stade crucial de leur vie. Un vieil homme proche de la mort est hanté par le souvenir d’un amour passé, souvenir qui amène son entourage а s’interroger sur la force du sentiment amoureux. Un couple sur le point de se séparer s’accorde une pause loin de tout, l’occasion pour eux de faire le point sur ce qui les mènes а prendre cette décision. Une jeune femme, а qui l’amant marié fait miroiter un bonheur possible, finit par prendre son destin en main. Un quinquagénaire prend soin d’une jeune fille handicapée, devenue au fil du temps sa seule raison de vivre. Après Kinderbook, Kan Takahama continue d’explorer et de mettre en image le quotidien de la société moderne.” [Bédéthèque]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

L’eau amère (凪渡り — 及びその他の短篇 / Nagi Watari – Oyobi sono hokano tanpen / lit. “La traversée calme – et autres nouvelles) est un manga par Kan Takahama, à la limite entre le seinen et le jôsei, qui a originalement été publié par Kawade Shobo Shinsha en mars 2006. C’est un recueil d’histoires courtes qui semble reprendre en partie des récits déjà publié deux ans plus tôt chez Yugaku Shorin (泡日 [Awabi / lit. “Journée des bulles”] comprenait, en plus du récit titre, six histoires: 「ファニーフェイス・ファミリー」 / Funny Face Family / “Famille drôle de tête”, 「我らの世代が生きのびる道を教えよ」 / Warera no sedai ga ikinobiru michi o oshie yo / “Dites-nous comment notre génération peut survivre”, 「赤い実」 / Akai mi / “Fruits rouges”,  「The shock of recogition」 /“Le choc de la reconnaissance”,  「過ぎ去った恋と少量の飲酒について」 / Sugisatta koi to shōryō no inshu ni tsuite / “À propos de l’amour qui est passé et d’une petite quantité d’alcool”,  et 「山日記」 / Yama nikki / “Journal de montagne”). Toutefois, l’édition française publiée dans la collection Sakka/Auteur de Casterman en février 2009 semble offrir une sélection de textes légèrement différentes. Le recueil comprend huit courts récits:

EauAmere-p.085

Page 85

Dans “Introduction” (8 pages), Takahama, un jeune artiste de manga en panne d’inspiration a une aventure passagère avec une lycéenne. Soudain il a l’idée de faire une série sur le thème de l’eau avec des scènes érotiques. La première histoire s’intitulerait “Eau Calme”… Dans “L’eau calme” (凪渡り/ “Nagi watari”; 24 pages), tous les ans Odajima revient au même village de pêcheur pour braconner les ormeaux et a une aventure avec Sae, qui tient le gite local. Lasse de cette relation elle le dénonce aux gardes-pêche… Dans “Dernier voyage en amoureux” (24 pages), un jeune couple passe une nuit dans l’auberge d’une station thermale pour faire l’amour une dernière fois avant de divorcer car la maîtresse de l’homme est enceinte… Dans “Jours d’écume” (泡日 / Awabi / lit. “Journée des bulles”; 74 pages), une jeune femme troublée s’effondre ivre dans l’étang à l’extérieur d’une maison de retraite, provoquant un moment de lucidité chez un vieil homme sénile et créant un lien entre la femme et l’ancienne maîtresse du vieil homme. Dans “Hygro-45” (24 pages), une jeune femme se rends compte que son copain la trompe avec une amie… Dans “Chez Mizunuma” (水沼ストアー / Mizunuma sutoā / lit. “Mizunuma Boutique”; 24 pages), Itsutoshi tient le dépanneur familiale. Il trouve que sa copine est trop vaniteuse et superficielle (elle a déjà dépensé deux million de yens dans un salon de beauté!) alors il drague une lycéenne. Mais comme celle-ci n’aime pas sa nouvelle coupe de cheveux, il retourne auprès de sa copine… Dans “Ma vie avec K” (22 pages), une homme d’un certain âge prends soins d’une jeune fille dépressive qui a tenté de se suicider car il l’aime. Mais le soir il retourne auprès de sa famille… Finalement, dans “Mielleux Noël” (12 pages), au souper de Noël (où la famille se réunit seulement dans des circonstances de force majeure), la mère annonce qu’elle va se remarier… avec le meilleur ami du père. La père, redevenu célibataire, veut écrire un livre. La fille va se marié. La fils sort avec la copine d’un ami…

J’adore Kan Takahama. Issue du milieu du manga plus “underground” elle a d’abord publié beaucoup d’histoires courtes (2002-2006) qui ont été compilé par la suite en recueils comme c’est le cas avec cet ouvrage. Puis, vers 2010-2013, elle commencé à publié des histoires complètes, plus complexes, qui se situent souvent dans un contexte historique. Ses récits traitent généralement des relations amoureuses de gens ordinaires qui peuvent tout même s’avérer complexes, difficiles, voir tragiques. Et il y a souvent une touche de nudité et même d’érotisme dans son travail (à preuve, si vous êtes adulte, voir les pages 52 et 154). J’ai déjà commenté plusieurs de ses histoires (dont La lanterne de Nyx, article où je donne la liste de ses oeuvres) et j’espère toutes les lire bientôt. J’ai eu un peu de difficulté au début à apprécier son style un peu expérimental, un crayonné réaliste retouché à l’ordinateur, mais finalement je trouve qu’il donne un ton intimiste et chaleureux à ses récits.

L’eau amère est un très beau manga qui se lit bien. Je le recommande chaudement (quoi qu’il pourrait être difficile à trouver car cette édition est épuisée; il vous faudra probablement le chercher du côté des bibliothèques publiques).

L’eau amère, par Kan Takahama. Bruxelles: Casterman (Coll. Sakka), février 2009. 228 pages, 15 x 21 cm, 12.95 €, ISBN 978-2-203-01985-0. Pour lectorat adulte (18+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2008 Kan Takahama

[ Translate ]

Celui qui hantait les ténèbres

CeluiQuiHantaitLesTenebres-cov“Dans la ville de Providence, le jeune écrivain Robert Blake semble fasciné par une étrange église abandonnée. Alors qu’il finit par s’aventurer dans ce lieu de culte perverti, il y découvre le Necronomicon, un ouvrage maudit de magie noire, et invoque sans le vouloir des forces maléfiques qui dépassent l’entendement…

Pendant la Première Guerre mondiale, un officier évadé se retrouve perdu en pleine mer. Épuisé, il s’évanouit dans sa barque et, à son réveil, s’aperçoit qu’il s’est échoué sur une île inquiétante, recouverte à perte de vue de carcasses de bêtes marines…

Avec un trait sombre et réaliste, Gou Tanabe met en images les pires cauchemars imaginés par H. P. Lovecraft, le maître du fantastique et de l’horreur. Ce sont cette fois Celui qui hantait les ténèbres et Dagon qu’il fait renaître sous sa plume dans toute leur terrifiante noirceur !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Celui qui hantait les ténèbres (闇に這う者 ラヴクラフト傑作集 / Yami ni hau mono — ravukurafuto kessaku-shū / lit. “Chefs-d’œuvre de Lovecraft: Rampant dans le noir”) est l’une des nombreuses adaptations des oeuvres de H.P. Lovecraft en manga par Gou Tanabe. Ce manga seinen a d’abord été serialisé dans le mensuel  Comic Beam (Enterbrain) et compilé en un seul volume en mars 2016 chez Kadokawa Shoten. Il a été traduit en français chez Ki-oon en mars 2021. Exceptionnellement, ce volume contient l’adaptation de deux récits (respectivement de trente-quatre et cent-seize pages). 

CeluiQuiHantaitLesTenebres-p033

Page 33

Le premier est “Dagon”, qui est une courte nouvelle (d’environ deux mille deux cents mots) écrite en juillet 1917 et publiée pour la première fois en novembre 1919 dans The Vagrant (# 11) et à nouveau en octobre 1923 dans Weird Tales (vol. 2, #3). C’est non seulement l’un de ses premiers récits à être publié mais c’est aussi la première fois qu’il mentionne le Mythe de Cthulhu. Un marin dont le navire a été capturé par les Allemands durant la guerre réussi à s’échapper sur un canot de sauvetage. Il dérive pendant des jours. Un matin il découvre qu’il s’est échoué un milieu d’une grande étendue de terre boueuse couverte de carcasses de créatures marines nauséabondes, comme si cette terre avait soudainement surgie du fonds de la mer. Il décide de marcher vers une colline à l’horizon pour repérer la rive. Dans un canyon il découvre un monolithe qui brille sous la lune. Il est couvert des bas-reliefs représentant d’étranges créatures aquatiques avec une figure aux allures de pieuvre au sommet. Soudain un monstre marin surgit du bassin d’eau sombre à la base du monolithe et semble être en vénération devant cet autel de pierre. Pris de folie le marin couru jusqu’à son canot, où la mer était réapparu, et s’enfui dans une tempête. Il se réveilla dans un hôpital de San Francisco. Il tenta de donner un sens à ce qu’il avait vu, s’intéressant à l’antique légende philistine de Dagon le dieu-poisson. Hanté par ce qu’il a vu il couche sur papier son expérience mais dans son délire il est terrifié que ces monstres ne viennent le chercher…

CeluiQuiHantaitLesTenebres-p089

Page 89

Le second récit est “Celui qui hantait les ténèbres” (The Haunter of the Dark), une novella d’un peu plus de neuf mille trois cent mots écrite en novembre 1935 et publiée en décembre 1936 dans Weird Tales (Vol. 28, No. 5, p. 538–53). C’est le dernier récit qu’il a écrit. Robert Blake est un peintre et un écrivain qui s’intéresse au domaine l’étrange. De son nouvel atelier à Providence, il peut apercevoir la tour noire d’une vieille église qui l’intrigue car aucun oiseau ne s’y pose. Il décide alors d’aller l’explorer. Elle est abandonné car, dit-on, une secte démoniaque l’aurait occupé et on le met en garde contre le danger de réveiller ce qui y dort. Dans la sacristie il découvre des livres dont, dans une position proéminente, une version latine du terrible “Nécronomicon”! Au haut de la tour il trouve une pièce où siège une table heptagonale avec en son centre une sorte de cristal noirâtre, strié de rouge. Lorsqu’il s’en approche il a la vision de mondes inconnus. Il y découvre également un squelette sur lequel il trouve un calepin de note. Il s’agit de Edwin Lilibridge, journaliste au Providence Telegram, qui quarante-deux ans plus tôt était venu investiguer le lien entre l’église et une série de disparitions mystérieuses. Soudain, Blake se sent épié comme s’il y avait une présence là-haut dans la flèche de la tour. Craintif, il retourne chez lui. Il consacre les jours suivants à déchiffrer la feuille qu’il avait trouvé dans le Nécronomicon. Il y apprend qu’en contemplant le cristal on éveillait “Celui qui hante les ténèbres”, une créature surgit des noires abysses du chaos qui demandait de nombreux sacrifices et qui craignait la lumière. Or, Blake avait contemplé le cristal… Une nuit, il y eut une panne d’électricité et l’obscurité permis à la créature de s’échapper momentanément du clocher. Cette nuit là, il rêva qu’il était perdu dans les ténèbres où se vautre Azathoth… Avait-il rêvé ou avait-il erré dans l’église durant une crise de somnambulisme? Dorénavant il craignait l’obscurité et resta une semaine assis à son bureau. On l’y retrouva mort un matin…

Comme pour tout les autres volumes de cette série, celui-ci nous offre une excellente adaptation et est superbement illustré par Gou Tanabe dans son style sombre et détaillé. Ki-oon nous présente encore une édition de qualité, relié en similicuir (cette fois avec une couverture de couleur verte). Même si je ne suis pas du genre à succomber sous l’ambiance angoissante des récits de Lovecraft (bien construit mais pas toujours bien écrit) j’adore tout de même l’univers qu’il a créé et je trouve que Tanabe l’illustre très bien. Ces deux récits ne sont pas mes préférés mais cela demeure tout de même de très bonne adaptations. J’ai récemment lu une autre version graphique de Dagon (illustrée par Dave Shephard) et ce n’est vraiment pas comparable à la qualité du travail de Tanabe. C’est donc un manga qui constitue une très agréable lecture (cela se lit vite et bien) et qui nous permet de découvrir l’œuvre de Lovecraft plus facilement ou de la relire en images, avec une perspective nouvelle.

Vivement le tome suivant dans cette série d’adaptations: c’est Le cauchemar d’Innsmouth (The shadow over Innsmouth écrit en 1931 et publié en 1936) paru au Japon chez Kadokawa en mai 2021 (2 vols) et en France chez Ki-oon en octobre 2021 (le tome 2 sortirait au printemps 2022). Tanabe publie en ce moment en feuilletons dans le mensuel Comic Beam (depuis octobre 2021) son adaptation de L’Abomination de Dunwich (ダニッチの怪 / The Dunwich Horror)…

Celui qui hantait les ténèbres (Les chefs-D’Oeuvres de Lovecraft, 6), par Gou TANABE (dessin) et H.P. Lovecraft (histoire). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), mars 2021. 164 p., 15 x 21 cm, 15 € / $C 28.95. ISBN 979-10-327-0792-0. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Tanabe Gou 2016

Voir mes commentaires sur les adaptations précédentes de Tanabe:

montagnes_hallucinees_02-cov Dans_lAbime_du_temps-cov CouleurTombeeDuCiel-cov AppelDeCthulhu-cov
[ Translate ]

The Call of Cthulhu & Dagon

CallOfCthulhuAndDagon-cov“In this hauntingly illustrated adaptation of two of H. P. Lovecraft’s most famous stories from the Cthulhu Mythos, illustrator Dave Shephard captivates readers with stories of supernatural monsters so powerful that humanity is deemed irrelevant. The Call of Cthulhu and Dagon introduce the Great Old Ones, powerful deities who reside outside the normal dimensions of space-time, with physical forms that are impossible for the human mind to fathom. This handsome thread-bound edition presents these stories in rich and colorful detail, making it an accessible and entertaining gateway to Lovecraft’s world. Makes a perfect gift for fans of Lovecraft, his work, and the HBO series Lovecraft Country.

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

CallOfCthulhuAndDagon-p024-025

Pp. 24-25

This graphic novel offers the adaptation of two stories by H. P. Lovecraft. The first one is “Dagon”. Written in July 1917, it is one of his first stories and it is also the first time that he mentions the Cthulhu Mythos. It was first published in issue #11 of The Vagrant in November 1919 and again in Weird Tales vol. 2 #3 in October 1923. It is a short story (about two thousands and two hundreds words) and the graphic adaptation (by Pete Katz) is also quite short (sixteen pages). A man is writing down the incredible experience he endured at sea: captured by pirates he escapes on a small boat and, after drifting for days, he wakes up to find himself stranded on land, no sea in sight. It was full of decaying dead fishes like if it was the bottom of the ocean. He waits a couple of days for the mud to dry and then decide to walk toward an elevation in the horizon. He climbs it and finds a cyclopean monolith covered with drawings and hieroglyphs that evokes a marine world. It seems to be the focus of the cult of some aquatic deity. Then, from a pool of dark water at the bottom of the monolith, rise a giant sea monster that bows to the monolith! The man goes mad and run. Somehow, he finds his way back to his boat and to the sea. He wakes up in a San Francisco hospital. He tries to make sense of what he has seen, learn about the legend of Dagon, the sea-god. Now he is afraid and fear the monsters will come for him. He put down on paper the account of his ordeal and jump out a window…

CallOfCthulhuAndDagon-p076-077

Pp. 76-77

The second story is “The Call of Cthulhu”. It was written in the summer of 1926 and first published in the February 1928 issue of Weird Tales (vol. 11, #2). It is a more sizeable story (nearly twelve thousands words) that comprise much of the graphic novel (one hundred and twenty pages). It is the most significant story related to the cult of Cthulhu. This adaptation takes many short cuts but, like the original, still recounts three different stories linked by one main narrative. Prof. Angell, a specialist of Semitic language, helps a young sculptor who has strange dreams during which he produces weird artwork with inscriptions in an unknown language. This leads him to investigate the cult of Cthulhu but he dies in a mysterious incident a year later (this story was told as “The Horror in Clay” in the original novella). His nephew, Mr. Thurston, inherits of his belongings, including a mysterious statuette representing an octopus-like creature with wings and many papers mentioning Cthulhu and R’lyeh, as well as various strange events all occurring in March 1925, and a letter from an inspector Legrasse from New Orleans (this is the main narrative). He meet with Mr. Legrasse (in the original chapter “The Tale of Inspector Legrasse”) who recounts a raid the police made in the swampland south of New Orleans that busted a voodoo-like cult. His investigation revealed that its was more than that: similar cults were found among the eskimos and the sailor Castro tells him about Cthulhu, the great priest of the Great Old Ones who came from the stars and are now sleeping under the sea in the ancient city of R’lyeh waiting to be awaken. Then Thurston finds by chance in the newspaper the story of the sole survivor of a yacht found in possession of a strange idol (that’s the original chapter “The Madness from the Sea”). He travels first to New Zealand and then to Oslo to locate this sailor. Unfortunately, the man died in a mysterious incident but he left behind a journal recounting his ordeal. In March 1925, after being attacked by pirates, they arrive at an uncharted island that looks like it just came up from the bottom of the sea. There they find strange ruins, from which a sea monster come out and attack them. They use the ship’s cannon to neutralise it and escape. Thurston concludes that Cthulhu had awaken but was put back to sleep. He fears the day it might awaken again but also fears that he might now be a targeted man. Indeed, not long after, he narrowly escapes death… this time.

This adaptation is quite disappointing and the art rather basic. It’s not really worth reading. The stories of Lovecraft have received many adaptations, some better than others. I recommend you avoid average works like this one and read instead the adaptations from artists like Culbard or  Gou Tanabe (which I have already commented in the past). Those are much more interesting — particularly the mangas by Tanabe which are real masterpieces.  

H.P. Lovecraft’s The call of Cthulhu and Dagon : a graphic novel, by Dave Shephard. San Diego: Canterbury Classics, March 2021. 144 pages, 7.5 x 10 in., $US 19.99 / $C 26.99, ISBN 978-1-64517-707-4. For teenage readership (12+). stars-2-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 Quarto Publishing plc

 

[ Traduire ]

La guerre des mondes #1

GuerreDesMondes-1-cov“En 1901, le quotidien de la petite ville anglaise de Mayberry est bouleversé par un événement incroyable : un énorme cylindre métallique s’est écrasé à proximité… Or, quelques jours plus tôt, une lueur inhabituelle avait été observée sur Mars. Pas de doute, l’objet vient de la planète rouge !

La population se précipite pour l’examiner et attend avec impatience l’ouverture de ce qui semble être un vaisseau spatial. Une créature tentaculaire apparaît au sommet… et s’attaque à la foule en détruisant tout sur son passage ! Le jour suivant, d’autres Martiens atterrissent et se lancent à l’assaut de la campagne du haut d’immenses robots tripodes. Les armes humaines ne font pas le poids face à l’envahisseur… Il ne reste qu’un moyen de survivre : la fuite !

Avec son souci du détail scientifique et son sens inné du suspense, H. G. Wells a ancré depuis plus d’un siècle l’image de l’invasion martienne dans l’imaginaire populaire. La Guerre des mondes réveille l’angoisse qui sommeille au plus profond de nous face à l’inconnu… Et si, vu de l’espace, l’homme n’était qu’un insecte impuissant ?”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La guerre des mondes (宇宙戦争 / Uchû Sensô / lit. “La Guerre de l’espace”) est un manga seinen par Sai Ihara et Hitotsu Yokoshima qui a été sérialisé dans le magazine Comic Beam 100 (Enterbrain) depuis octobre 2018 et dans Comic Beam entre mai 2019 et février 2021 avant d’être compilé en trois volumes chez Kadokawa Shoten. Il a été publié en français chez Ki-oon (le volume 2 est paru en septembre 2021 et le vol. 3 devrait probablement paraître en 2022).

GuerreDesMondes-1-p003

Vol. 1., p. 3

Un jeune photographe distrait se rend chez Mr. Ogilvy pour lui remettre une photographie mais ce dernier est en émoi car une météorite s’est écrasée sur ses terres. Le professeur Stent déclare que le cylindre fait partie d’une armada en provenance de Mars. Lorsque le cylindre s’ouvre et qu’une créature hideuse en sort, Stent s’approche pour accueillir amicalement le martien. Le cylindre émet alors un puissant rayon d’énergie qui le fauche en deux (ainsi qu’une partie de la foule de curieux qui s’était assemblée). Le photographe réussit à fuir et retourne auprès de sa femme, Clara. Après que l’église ait été détruite il décide de fuir le village vers Leatherhead où sa femme a de la famille. Lorsqu’il se rend compte qu’il a oublié son appareil photo, il décide de retourner à Mayberry pour le récupérer. En chemin, il observe les martiens qui se déplacent sur des tripodes. Il se réfugie chez lui avec un jeune pasteur et un soldat apeuré alors que les tripodes détruisent le village. Le régiment Cardigan qui était intervenu s’est fait massacré. Le photographe décide d’envoyer sa femme à Londres. Il fait le plein de pellicule afin de documenter cette guerre où les martiens semblent vouloir exterminer les humains comme de simple microbes…

Ce récit dramatique est présenté avec un certain humour qui s’approche de la caricature. Le dessin est plutôt simple et ordinaire, ce qui me rappel beaucoup le style de la série “Manga de Dokuha” qu’avait jadis publié Soleil Manga. C’est une interprétation amusante du roman de Wells mais qui offre un manga plutôt moyen… Ce serait presqu’enfantin si ce n’était de l’image horrifiante des corps coupés en deux par le rayon d’énergie. Je ne suis pas sûr que j’ai envie (ou le temps) de poursuivre cette courte série… À lire si vous êtes curieux…

La guerre des monde. 1, par Sai Ihara (scénario, basé sur le roman de H.G. Wells) et Hitotsu Yokoshima (dessin). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), février 2021. 192 pages, 15 x 21 cm, 13,90 € / $C 25.95, ISBN 979-10-327-0707-4. Pour lectorat adolescent (14+). Extraits disponibles. stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Sai Ihara / Hitotsu Yokoshima 2019

[ Translate ]

Natsuko no Sake t. 2-4

Vol. 2 (ch. 22-43)

NatsukoNoSake-2-cov“Natsuko Saeki est une employée de bureau à Tokyo, mais elle ne s’épanouit pas dans son travail. Un jour son frère tombe malade et l’opportunité s’offre à elle de rentrer auprès de sa famille, modestes brasseurs de saké, pour l’aider. Motivée par ce défi familial, Natsuko, va se plonger corps et âme dans le travail du saké et tenter de se faire une place dans un milieu très traditionnel et dominé par les hommes.”

“Avec conviction et acharnement, et malgré son manque de connaissances en agriculture, Natsuko poursuit son objectif de faire pousser le riz Tatsu-Nishiki (Dragon Merveilleux) afin de produire le meilleur saké du Japon. Soutenue par ses proches, elle couve sa première plantation, censée lui fournir assez de grains pour ensemencer enfin un vaste terrain pour une récolte de production.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.2, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), février 2020. 448 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379500657. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vol. 3 (ch. 44-65)

NatsukoNoSake-3-cov“Alors que Natsuko a finalement réussi sa première récolte, contre vents et marées, elle prend conscience que la seconde est un défi encore plus grand. Des 12 grains de Dragon Merveilleux qu’elle a cultivés avec difficulté, elle a récolté plus de 3 kg qui lui serviront à la seconde récolte, celle censée servir à la production de sake proprement dit. Mais comment réussira-t-elle à tenir cette récolte, contre les tempêtes qui brisent les épis, les nuisibles qui les dévorent, le travail qui l’épuise ? Ses tentatives pour rallier des producteurs à sa cause d’une agriculture bio trouvent certes quelques échos positifs, mais elle se heurte trop souvent au scepticisme des tenants d’une tradition définitivement masculine. Enfin, Natsuko prend la mesure de la réalité économique de ses choix. Faut-il accepter d’être pauvre pour avoir refusé la culture intensive ?”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.3, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), mai 2021. 448 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379500756. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vol. 4 (ch. 66-87)

NatsukoNoSake-4-cov“Petit à petit, Natsuko arrive à rallier des producteurs de plus en plus nombreux à son idée d’une agriculture biologique et montre l’exemple en utilisant du fumier naturel comme engrais. Mais elle a bien conscience que la seule motivation de ces derniers à changer repose sur la capacité de vendre le produit bio plus cher que précédemment. Le pari est néanmoins pris d’un sake de qualité et cher contre un saké mauvais et très bon marché. Cette lutte du pot de terre contre le pot de fer est aussi une lutte de méthodes, artisanat contre usinage. Et Natsuko découvre que les méthodes traditionnelles sont un défi physique permanent… qui finit par coûter la santé à son Toji. Entretemps, le fils des Kuroiwa, par amour pour Natsuko, reste déterminé à suivre l’exemple de celle-ci. Et l’affrontement avec son père semble inévitable.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

Natsuko no Sake t.4, par Akira OZE. Paris: Dupuis / Vega (Coll. Seinen Manga), juillet 2021. 464 pages, 18 x 13 cm, 11,00 € / $C 19.95, ISBN 9782379501142. Pour lectorat adolescent (14+).stars-3-0

 

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Natsuko no Sake (夏子の酒 /  lit. “Le sake de Natsuko”) est un manga seinen par Akira OZE qui a été serialisé dans le magazine Morning en 1988-1991 puis compilé en douze volumes chez Kodansha. Il a été adapté en un drame télévisé de onze épisodes diffusé par Fuji TV entre janvier et mars 1994. Il a aussi été publié en français chez Vega en six volumes doubles (vol. 1: septembre 2019, vol. 2: février 2020, vol. 3: mai 2021, vol. 4: juillet 2021, vol. 5: septembre 2021 et le vol. 6: décembre 2021). J’ai déjà commenté le premier volume de cette série.

Natsuko décide de poursuivre le rêve de son grand frère décédé et de produire le meilleur saké du Japon. Elle abandonne donc son travail à Tokyo pour venir travailler à la brasserie familiale dans la préfecture de Niigata. Elle doit tout apprendre à partir de zéro mais elle crée une association de producteurs pour l’aider dans sa tâche. Après avoir fait germer les grains récupérés par son frère, elle doit préparer la rizière puis repiquer les plants. Comme elle veut du riz bio, elle doit donc désherber à la main et éviter tant les pesticides que l’engrais chimique. Comme le gouvernement fait une dispersion aérienne obligatoire de pesticide elle doit couvrir son champs pour le protéger. Alors que le riz pousse, le poids des épis rends le plant fragile et, lors d’une tempête, elle doit travailler toute la nuit pour les protéger et elle tombe d’épuisement. Malgré toutes les difficultés, le temps de la récolte arrive et elle obtient trente-et-un kilo de riz qu’elle pourra semer l’année suivante pour enfin commencer la production…

Dans le troisième volume, une nouvelle saison de production débute à la brasserie Saeki. Toutefois, la mise en marché du Rosée de Lune est mise en danger par la concurrence déloyale d’un autre producteur. Shingo Kuroiwa, ami d’enfance de Natsuko et appartenant lui aussi à une famille de brasseur, a honte du saké industriel produit par son père et décide d’en produire un bon par lui-même grâce aux encouragements de Natsuko (qu’il aime). Natsuko, qui jusqu’alors était simplement dégustatrice, est nommé gérante de la brasserie. Elle tente de convaincre les agriculteurs de Kawashima de faire cesser l’épandage aérien de pesticides. Tout au long du récit, le manga décrit en détails toutes les étapes de production du saké.

Dans le quatrième volume, Natsuko doit aider Makoto Goda à préparer le compost nécessaire pour la plantation. Les grains de Tatsu-Nishiki sont réparti entre les membres de l’association qui chacun plantent leur parcelle de deux ares. La production débute: on répand le compost, prépare les semis et on les repique dans la rizière. Shinsuke Yamada, le tôji de la brasserie que l’on surnomme “Papy”, tombe d’épuisement en fin de saison et est hospitalisé. Il est très âgé et le directeur de la brasserie songe à le mettre à la retraite et lui trouver un remplacement. Toutefois, Natsuko est en désaccord avec cette décision. Goda a des problèmes avec les bénévoles qui l’aide sur sa ferme biologique. Un expert en saké à la retraite offre son aide à la kura. Kusabe voudrait prendre la relève comme tôji

Natsuko no sake est un manga très éducatif qui nous en apprends beaucoup sur la production et la mise en marché du saké, ainsi que sur les très nombreuses difficultés auxquels font face les agriculteurs japonais. Toutefois, cela demeure un manga divertissant et très agréable à lire malgré le style de dessin très classique. Même si cela fait un peu vieillot (genre années ’80) le graphisme clair et précis est très efficace. C’est donc un vrai bon vieux manga qui plaira surtout aux amateurs de culture japonaise et de saké.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2016 Akira OZE. All rights reserved. © 2019-2021 Éditions Vega pour l’édition française.

 

[ Translate ]