Yawara! #5

Yawara-5-cov“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara! (やわら!) est une oeuvre de jeunesse de l’excellent mangaka Naoki Urusawa. Elle a originalement été publié entre avril 1987 et octobre 1993 dans l’hebdomadaire seinen Big Comic Spirits, puis compilé en vingt-neuf volumes (tankōbon) chez Shōgakukan. En 1998-99, il y a eut une réédition en format plus petit (bunkoban) de dix-neuf volumes, puis une “collector edition” (Kanzenban) de vingt volumes en 2013-15. C’est cette dernière édition qui est présentement publiée en français chez Big Kana. Il y a neuf volumes de paru jusqu’à maintenant et le dixième est annoncé pour octobre 2022. J’ai déjà commenté le premier, le second, le troisième et le quatrième volumes.  

Yawara-5-p004

Vol. 5, page 4

Yawara est accepté à l’université pour fille de Mitsuba. Son grand-père concède finalement qu’elle y étudie malgré que cette université n’ait pas de club de judo à condition qu’elle respecte un couvre-feu et suive un entraînement très stricte. Faute de club de judo elle s’inscrit au club de golf et s’y fait une amie, Fujiko Itô. Celle-ci a eut un parcours un peu similaire à celui de Yawara: elle s’est entraînée très fort toute sa jeunesse au sein de la troupe des Bolchoï pour devenir une ballerine de haut niveau mais elle a dû abandonner car une fois adulte, à 1m80, elle était trop grande! Elle encourage donc Yawara à participer au championnat national qui déterminera la sélection des candidats pour les jeux olympiques de Séoul. Toutefois aux olympiques il n’y aura pas de compétitions “toutes catégories” alors Yawara ne pourra compétitioner que dans la catégorie des moins de 48 kg. La sélection se fera entre elle et Sayaka! Jigorô tente de convaincre le président du comité olympique de revenir sur sa décision d’exclure les compétitions “toutes catégories”…

Ce volume est moins axé sur la compétition et plus sur la vie étudiante de Yawara qui est toujours réticente à faire de la compétition mais finie toujours par succomber aux manigances de son grand-père. La compétition entre Matsuda et Kazamatsuri pour le coeur de Yawara reprend de plus belle, compliquée par un double triangle amoureux (la photographe Kuniko se pâmant pour Matsuda et Sayaka étant fiancée à Kazamatsuri). Naoki Urasawa étant un champion pour mélanger les genres on retrouve dans ce récit à la fois des scènes d’action typiquement shōnen et des imbroglios cocasses ou des mésaventures de la vie d’adolescent typiquement shōjo, sans compter les inévitables scènes de “fan-service.”

Yarawa! est donc une comédie romantique de sport qui offre un beau style de manga classique et un récit à la fois captivant et amusant, parsemé de (controversés) clins-d’oeil coquins. Cela en fait une lecture agréable et distrayante. Vivement la suite!

Yawara t. 5, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana (Coll. Big Kana), juillet 2021. 298 pages, B&W (26 pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.50 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8651-2, Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Lire aussi mes commentaire sur les volumes précédents.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2013 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2021 pour l’édition française.  

[ Translate ]

Bug, vol. 3

Bug-3-covTroisième volet de la saga planétaire d’Enki Bilal.

Alors que le grand Bug planétaire a rendu impossible l’accès aux données numériques, l’hypermnésique Kameron Obb est la proie de toutes les convoitises. Traqué à travers le monde par des instances gouvernementales autant que par des groupuscules contestataires, il réussit à communiquer avec sa fille, elle-même kidnappée par de mystérieux ravisseurs… Mais quelle est la véritable nature du Bug ? Est-ce seulement une catastrophe technologique ou bien la conséquence d’une véritable attaque contre l’Humanité ?

Dans ce troisième épisode, Enki Bilal se régale dans la mise en scène de nombreuses femmes puissantes, avec une suite de rebondissements et de séquences spectaculaires ponctué de réflexions satiriques aussi inattendues que réjouissantes…”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Bug-3-p43

Vol 3, p. 43

Le récit se poursuit… (voir mes commentaires des premiers et second volumes). 2042. Que se passerait-il si toute la technologie qui contrôle notre monde, nos villes, nos vies, notre corps même (par des implants), cessait subitement de fonctionner? Alors que la planète est plongée dans le chaos, Kameron Obb (seul survivant d’une expédition vers Mars) lui semble le récipiendaire de TOUTES les mémoires électroniques du monde. Cela en fait un homme recherché et convoité. Prisonnier d’un groupe Néo-Marxiste-Féministe, il est kidnappé cette fois par la tsarine de la Nouvelle Russie Sibérienne. Tous veulent qu’il rétablisse leur système électronique… Une nébulosité bleue approche de l’orbite terrestre… Pendant ce temps, sa fille Gemma, sauvée par Junia, la compagne de fortune de Obb, retourne à Paris pour tenter de sauver le monde du chaos. Junia tente de libérer Obb d’une haute tour au large de Barcelone, mais il n’y est plus et elle est capturé par les Néo-Marxiste. Obb s’évade de Sibérie à bord d’un chasseur Sukhoi-77 pour rejoindre Gemma et sauver la présidente française de ses implants. Puis il va libérer Junia. Un nouveau groupuscule entre en jeu, le STALLER (STAline-hitLER, des néo-fascistes). Ils ont capturé le millionaire Awden Marxoe (le patron de Obb) qui semble en possession d’une information capitale sur le Bug. Pour la première fois, Obb est contacté par l’Entité Bleue… Quelle sont les véritables intentions de cette entité? Aurait-il été manipulé par une force malveillante? Deux courants bleus semblent lutter en lui. Il perd le contrôle du Sukhoi et il se retrouve avec Junia sur une plage de Lampedusa en Libye. Il a de la fièvre, tombe dans le coma. Il se réveil amnésique! 

Bilal demeure encore et toujours un incontournable. Surtout à cause de son superbe dessin. Un style qui mélange brillamment crayonné et peinture, tons sombres et vifs, détails et flous. Dans cette nouvelle série (en cinq tomes), Bilal critique notre sur-dépendance de la technologie et se moque grandement de la radicalisation idéologique du XXIe siècle. Le récit est bien mené, captivant mais semble piétiner un peu. Toutefois, ce tome se termine sur un point tournant et le prochaine volume nous apportera sans doute des réponses. Vivement la suite!

Bug, livre 3, par Enki Bilal. Bruxelles: Casterman, mars 2022. 82 pages, 19.1 x 26.9 cm, 18,00 € (ePub/PDF: 12,99 €) / $34.60 Can. ISBN 978-2-203-20228-3. Pour lectorat jeune adulte (14+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Casterman 2022

[ Translate ]

Blue Period Vol. 4-6

BluePeriod-4-covVol. 4

“À un mois de l’examen d’admission de Geidai, Mme Ooba, la professeure à la prépa d’Art, pointe du doigt les faiblesses de Yatora. Un coup dur pour le jeune garçon qui se donne corps et âme pour réussir. À quelques semaines d’affronter la première épreuve du concours tant redouté, il perd complètement pied. La douleur et la peur le paralysent. Mais il est encore temps de tirer les enseignements de ce passage à vide et de résister au renoncement…”

[Texte du site de l’éditeur]

Blue period vol. 4, par Tsubasa Yamaguchi (traduction: Nathalie Lejeune). Vanves: Pika (Coll. Seinen), juillet 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $12.95 Can, ISBN 9782811660987, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-5-covVol. 5

“À la première épreuve du concours, Yatora réussit tant bien que mal à terminer son œuvre, malgré l’incident du miroir cassé. À peine remis de leurs émotions, les candidats doivent déjà se remettre au travail dans l’espoir d’être admissibles pour la deuxième épreuve qui sera centrée sur la peinture à l’huile. Alors, pour détendre et stimuler ses élèves, l’extravagante Mme Ooba organise une excursion un peu spéciale. Cette sortie décoincera-t-elle Yatora qui redoute la discipline qu’il va devoir aborder dans trois jours ?”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 5, par Tsubasa Yamaguchi (traduction: Nathalie Lejeune). Vanves: Pika (Coll. Seinen), octobre 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811660994, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

BluePeriod-6-covVol. 6

“Grâce à son autoportrait, Yatora est parvenu à passer la première épreuve de Geidai. Curieusement, il affronte la suite avec sérénité… Mais, le jour J, il est pris d’un mal de tête qui le terrasse, et son éruption cutanée s’intensifie. Incapable de se concentrer, il finit par s’endormir en pleine épreuve ! Réussira-t-il à terminer son œuvre à temps ? Et surtout, sera-t-il admis à la prestigieuse université des Arts de Tokyo ?!”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 6, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), novembre 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 /  $12.95 Can, ISBN 9782811661007, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

BluePeriod-6-p28-29

Vol. 6, pages 28-29

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Blue period (ブルーピリオド / Burū Piriodo) est un manga Seinen sur la peinture écrit et illustré par Tsubasa Yamaguchi qui est sérialisé depuis juin 2017 dans Monthly Afternoon et a été compilé jusqu’à maintenant en douze volumes chez Kōdansha. La version anglaise est publiée aux USA par Kodansha (neuf volumes de disponible, les suivants sortiront en novembre 2022, janvier et mai 2023) et la version française est disponible chez Pika (dix volumes de paru en France mais les onzième et douzième volumes sortiront respectivement en septembre et novembre 2022). Il a remporté plusieurs prix en 2020 (le Manga Taishō et le Kōdansha manga shō; nominé aussi pour le Tezuka Osamu bunka shō) et a été adapté en une série télévisée d’animation en 2021 (douze épisodes animé par le studio Seven Arcs sous la direction de Koji Masunari et Katsuya Asano, sur un scénario de Reiko Yoshida; diffusée sur MBS, TBS, AT-X et sur Netflix). J’ai déjà commenté le trois premiers volumes.

BluePeriod-6-p047

Vol. 6, page 47

Après avoir décidé sur un coup de tête de s’orienter en arts, Yatora Yaguchi (du genre un peu voyou mais qui réussi très bien en classe) a fait la découverte du dessin en participant au club d’art de son lycée. La seule université qu’il peut se permette est Geidai. Il se prépare au difficile concours d’admission en prenant des cours du soir avec Mme Ooba. Il ne peut pas se permettre d’échouer et cela le stress beaucoup. Étrangement, passer une journée et une nuit au bord de la mer avec son ami Yuka (le travesti) lui permet de relaxer et de se découvrir un peu. Cela lui sera utile à la première épreuve du concours où il doit dessiner un auto-portrait. Il se retrouve d’abord dans une impasse mais un accident fortuit lui fournira l’inspiration nécessaire pour produire une oeuvre satisfaisante. La deuxième épreuve, où il doit produire une toile à l’huile en trois jours, s’avère plus difficile. Il est tellement stressé qu’il en ressent des effets physiques sous la forme d’éruption cutanée, de maux de tête et de douleurs aux yeux. Il arrive à peine à travailler la première journée. La seconde journée se déroule beaucoup mieux grâce aux conseils de Mme Ooba. Mais cela sera-t-il suffisent pour remporter l’épreuve et être admis à Geidai? La suite dans la prochaine arc du récit…

Le style de Tsubasa Yamaguchi est plutôt moyen mais il supporte tout de même bien le récit. L’utilisation judicieuse de tableaux existants (réalisé par des assistants, des collègues artistes ou des maîtres classiques) pour illustrer les travaux des personnages est assez intéressant. Le récit, qui suit un peu les codes du manga shōnen mais en remplaçant les combats par des défis artistiques où le personnage principal apprend à se surpasser, est excellent et nous fait du même coup découvrir le monde et les techniques de l’art. C’est un très bon manga qui est agréable à lire et qui intéressera tous les amateurs d’art et de manga.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2019 Tsubasa Yamaguchi.

[ Translate ]

Empire

Empire-cov“En suivant l’itinéraire d’une pièce de monnaie à l’effigie de l’empereur Trajan, nous sillonnons tout l’Empire romain à l’époque de son extension maximale et découvrons toutes les couches de la société au travers de ses propriétaires successifs : un véritable docufiction sur papier qui rend l’Histoire plus passionnante qu’un roman et s’est vendu à 200 000 exemplaires en Italie.

Romancées et émaillées d’exemples savoureux, voici la vie et les aventures d’une… pièce de monnaie romaine du IIe siècle de notre ère, de sa fonderie d’origine jusqu’à son retour du sud de l’Inde ! En l’espace de trois années, ce sesterce en bronze va parcourir l’Empire romain d’un seul tenant, et nous faire découvrir le modèle économique de ce qui fut et reste la base de nos racines européennes. On découvre (ou redécouvre) que l’Empire Romain a conquis de nouveaux territoires et leurs populations par le glaive mais tout autant par la soie : qui devient citoyen romain accède à un univers lui donnant une armée le protégeant, des lois, des routes, des bains publics, une monnaie reconnue et acceptée dans le monde romain et au-delà, un État gérant les ressources servant à créer les pièces en bronze, en or, en cuivre – c’est la mondialisation avant l’heure ! Un confort pour celui qui décide de partir à la conquête de sa richesse personnelle… mais aussi un enfer pour celui qui n’est pas au bon bout de la pyramide sociale, écrasé par le règne absolu de la puissance par l’argent. Entre un esclave et l’empereur, c’est une liste de mots qui sépare : népotisme, cupidité, clientélisme. Ou parfois rapproche : mansuétude, altruisme, désintéressement. Avec toute sa cohérence et toutes ses inégalités, l’Empire Romain se révèle étonnamment contemporain !”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Publié en Italie en 2010 (sous le titre Impero:Viaggio nell’impero di Roma seguendo una moneta), cet essai de l’anthropologue Alberto Angela me rappel beaucoup La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’Empire de Jérôme Carcopino (publié chez Hachette en 1939 et toujours disponible au Livre de Poche) mais enrobé dans une histoire romancée. D’ailleurs, ce livre s’insère dans une trilogie de l’auteur sur l’Empire Romain: il fait suite à Une Journée dans la Rome Antique (Una giornata nell’antica Roma. Vita quotidiana, segreti e curiosità, publié en 2007 [ Goodreads • Nelligan ]) et est complété par Amour et sexe dans la Rome antique (Amore e sesso nell’antica Roma, publié en 2012). L’ouvrage a également été traduit en anglais (The Reach of Rome, New York: Rizzoli Ex Libris, 2013, ISBN 978-0-8478-4128-8). Une collègue des bibliothèques m’a dit que ma chronique hebdomadaire sur la monnaie ancienne lui rappelait cet ouvrage et elle me l’a chaudement recommandé.

Empire nous raconte les différents aspects de la vie quotidienne à l’époque de Trajan mais, au lieu de s’attarder seulement sur la ville de Rome, il nous fait voyager à travers tout l’Empire à la suite d’un sesterce, qui passera de main en main. Les personnages, les lieux et les événements de ce récit sont véridiques et ont été tiré des sources anciennes (Martial, Juvénal, Ovide, Pline l’Ancien et le Jeune, Dion Cassius, Flavius Josèphe, etc.), épigraphiques (stèles funéraires, graffiti et autres inscriptions) ou même archéologiques. L’histoire débute à Rome dans l’atelier monétaire où le sesterce est frappé. Puis les pièces fraîchement frappées sont livrées aux quatre coins de l’Empire (capitales régionales, villes commerciales, forts de l’armée, etc.) par un escadron de cavalerie appelé turme qui amène notre sesterce d’abord à Londinium, puis au fort frontalier de Vindolanda. Aux thermes, la pièce change de propriétaire et passe dans le main d’un marchand de vin qui l’amène à Lutèce, puis à Augusta Treverorum. Un centurion l’amène ensuite sur le champs de bataille en Germanie. Et un marchand d’ambre l’amène à Mediolanum. Puis un soldat l’amène à Modena, où il passe à un esclave qui se rend à Rimini, puis il est de retour à Rome où il passe à un prétorien, et ensuite à un vieil homme qui va faire des paris sur les courses de chars au Circus Maximus. Et ainsi de suite… Il passe par le port d’Ostie, va à une mine d’or en Hispanie, est amené par un marchand de garum à Massilia, puis à un banquet à Baïes, traverse la Méditerranée jusqu’à Carthage, puis Thamugadi, Leptis Magna, Alexandrie, Thèbes, le port de Bérénice sur la mer Rouge vers un comptoir commercial en Inde appelé Muziris. Finalement, il revient à Charax en Mésopotamie, passant par Antioche, Ephèse et Athènes pour revenir à Rome et être enterré avec un défunt… pour être découvert par une archéologue près de deux mille ans plus tard! Quel périple!

J’ai déjà parlé dans ma chronique de numismatique d’un denier de Trajan. J’ai toutefois aussi un as, un dupondius et un sesterce de cet empereur et je vous en parlerai très bientôt. Je me suis souvent moi-même demandé en manipulant mes pièces de monnaie romaine par combien de mains et de gens différents elles avaient bien pu passer. Cet ouvrage nous en donne une idée. Aussi, on me demande souvent ce que valait un sesterce dans la vie de tout les jours des romains. L’auteur de cet ouvrage mentionne qu’un sesterce valait environ deux Euros (2€) c’est à dire environ $2.60 canadien (ou $2 US). Probablement de quoi s’acheter une grosse miche de pain. Toutefois, le sesterce de ce livre m’aura permis de faire le tour du monde romain…

À travers ce voyage du sesterce l’auteur raconte de nombreux anecdotes et parle d’à peu près tous les aspects de la vie et de la culture romaine au début du IIe siècle. C’est un ouvrage fascinant et très riche en informations mais qui demeure une lecture abordable et agréable qui diverti tant l’érudit que le profane. Je l’ai trouvé très intéressant et je suis sûr que tout amateur d’histoire en fera autant. Je vous le recommande donc à mon tour.

Empire: Une fabuleux voyage chez les Romains avec un sesterce en poche, par Alberto Angela. Paris: Éditions Payot & Rivages, avril 2016. 462 pages, 20.5 x 14 cm, prix, ISBN 9782228915397. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Arnoldo Mondadori, Editore S.p.A., Milan, 2010 • Éditions Payot & Rivages, Paris, 2016, pour la traduction française.

Yawara! #4

Yawara-4-cov“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…! Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur, voir aussi  la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara! (やわら!) est une oeuvre de jeunesse de l’excellent mangaka Naoki Urusawa. Elle a originalement été publié entre avril 1987 et octobre 1993 dans l’hebdomadaire seinen Big Comic Spirits, puis compilé en vingt-neuf volumes (tankōbon) chez Shōgakukan. En 1998-99, il y a eut une réédition en format plus petit (bunkoban) de dix-neuf volumes, puis une “collector edition” (Kanzenban) de vingt volumes en 2013-15. C’est cette dernière édition qui est présentement publié en français chez Big Kana. Il y a neuf volumes de paru jusqu’à maintenant et le dixième est annoncé pour octobre 2022. J’ai déjà commenté le premier, le second et le troisième volumes.  

Yawara-4-p004

Vol. 4, page 4

Pour se qualifier pour les olympiques de Séoul Yawara participe à une série de dix tournois de judo tout en étudiant tard le soir pour se préparer à son examen d’entrée à l’université de Mitsuba. Toutefois, après que Jody ait été blessé durant un match contre une judoka russe un peu vicieuse, elle perd sa motivation. Et ses rivales ne se trouvent pas seulement sur les tatamis du dojo… Son grand-père fait tout pour la forcer à aller à l’Université de Saikai qui l’a accepté d’emblée pour qu’elle intègre leur club de judo. Distraite, elle se blesses même au poignet la veille de son examen! Réussira-t-elle son examen malgré la douleur?

Yarawa! est une comédie romantique de sport qui offre un beau style de manga classique et un récit à la fois captivant et amusant, parsemé de (controversés) clins-d’oeil coquins. C’est donc une lecture agréable et distrayante que je vous recommande (plus que seize volumes à lire!)…

Yawara t. 4, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana (Coll. Big Kana), avril 2021. 290 pages, B&W (xx pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.00 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8650-5, Pour un lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Lire aussi mes commentaire sur les volumes précédents.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2013 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2021 pour l’édition française.  

[ Translate ]

Isabella Bird #8

IsabellaBird-8-cov“À Akita, Isabella croise à nouveau la route du Dr Kobayashi, que James Hepburn a chargé d’une mission : veiller sur la santé fragile de l’exploratrice ! Elle apprend que sir Harry Parkes a également négocié avec les autorités pour lui apporter l’aide de la police.

Il ne reste qu’un seul obstacle à la découverte d’Ezo : Charles Maries, l’ancien employeur d’Ito, est toujours décidé à récupérer son boy. Mais les deux voyageurs ont réglé leurs différends et sont prêts à tout pour le convaincre d’abandonner… De quoi partir sur de bonnes bases pour finir la traversée de la plus grande île du Japon !

Lancez-vous à la découverte d’un Japon traditionnel désormais disparu à travers les yeux de l’intrépide Isabella Bird ! Basé sur les écrits réels de l’aventurière, Isabella Bird, femme exploratrice est un récit passionnant sur la rencontre de deux mondes, dessiné avec un rare souci du détail par Taiga Sassa, nouveau talent prometteur !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

IsabellaBird-8-p027

Vol. 8, page 27

Isabella Bird, femme exploratrice (ふしぎの国のバード / Fushigi no Kuni no bādo [Bird] / littéralement: “Bird au pays des merveilles”) nous offre le récit de voyage de la célèbre exploratrice britannique au Japon du début de l’ère Meiji en se basant sur sa correspondance avec sa soeur Henrietta qui fut publiée en 1880 sous le titre Unbeaten Tracks in Japan. Écrit et dessiné par Taiga Sassa, ce manga seinen historique a d’abord été publié en feuilletons dans le magazine Harta (Enterbrain), puis compilé en volumes chez Kadokawa. Le premier volume est paru en mai 2015 et le plus récent volume, le neuvième, est paru au Japon en février 2022.

IsabellaBird-8-p044

Vol. 8, page 44

Forcé de rester à Akita à cause du mauvais temps, Isabella en profite pour continuer de prendre des notes sur les coutumes locales notamment celles du mariage (se noircir les dents, le vol d’épouse) et de l’hygiène personnelle (brossage de dents, manucure, soins capillaire, etc.). Lorsque la pluie cesse enfin ils peuvent reprendre leur route mais les rivières sont gonflées et encombrées de débris ce qui rends leur traversé à guai impossible. Heureusement, ils rencontrent des bateliers courageux qui acceptent de les prendre comme passagers pour un périple dangereux sur le fleuve Yoneshiro de Kiriishi jusqu’à Kotsunagi. Ils évitent la catastrophe de peu… Arriveront-ils dans les délais à Hakodate, où le docteur Hepburn les attends pour soigner Isabella?

Le récit semble s’écarter un peu de l’oeuvre originale en ajoutant des anecdotes culturels intéressants mais demeure toujours aussi agréable à lire. La qualité du dessin, avec son style précis et détaillé, y est sans doute pour beaucoup. C’est un très bon manga qui nous offre une expérience de lecture à la fois distrayante et très instructive. Je le recommande fortement, surtout pour les amateurs d’histoire et de culture Japonaise.

Isabella Bird, femme exploratrice T.8 par Taiga SASSA. Paris: Ki-oon (Coll. Kizuna), décembre 2021. 208 pg, , 13 x 18 cm, 7,90 € / $14.95 Can., ISBN 979-10-327-1040-1. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

Lire aussi mes commentaires sur les volumes précédents.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Taiga Sassa 2021.

[ Translate ]

Elle et son chat

ElleEtSonChat-cov“Chobi savoure sa vie de chat auprès de la maîtresse qui l’a recueilli, une jeune femme connaissant à la fois les avantages de l’indépendance et les affres de la solitude.  Les yeux du félin assistent à ce quotidien qui s’écoule lentement, oscillant entre moments chaleureux et moments teintés d’amertume, entre jours de soleil et jours de pluie. 

Dans cette adaptation en manga du court-métrage Elle et son chat , la poésie du réalisateur Makoto Shinkai ( Les Enfants du Temps , your name. ) est littéralement sublimée par le trait délicat de Tsubasa Yamaguchi ( Blue Period ).

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ElleEtSonChat-p020

Page 20

Miyu est une jeune femme qui vit seule en appartement car sa mère se remarie et elle ne veut pas rester avec elle. Après le collège est s’est trouvé un travail mais a de la difficulté à s’adapter au monde des adultes et à communiquer avec les autres. C’est pour cela qu’elle reste célibataire. Elle évite de parler à sa mère et ne réussi même pas à parler de ses problèmes avec Tomoka, une amie d’enfance qu’elle voit de temps en temps… Elle est triste et se sent terriblement seul. Le seul à l’aimer, à percevoir sa détresse et lui offrir un peu de réconfort est Chobi, le jeune chat qu’elle a recueillie. Une histoire d’ambiance raconté du point de vue du chat.

Elle est son chat (彼女と彼女の猫 / Kanojo to Kanojo no Neko / lit. “la jeune fille et le chat de la jeune fille”) est un manga seinen écrit par l’animateur Makoto Shinkai et illustré par Tsubasa Yamaguchi (qui est surtout connu pour son manga Blue Period, que j’ai déjà commenté). Il a été prépublié dans le mensuel Afternoon entre avril à juillet 2016, puis compilé en un tome unique chez Kodensha en août 2016. Il a été traduit en anglais chez Vertical en août 2017, puis en français chez Pika Édition en septembre 2021.

Un charmant manga sur la solitude et la thérapie animale dessiné dans un style assez classique et simple. Le dessin supporte bien le récit mais les personnages sont parfois bizarres et il y manque un petit quelques choses pour que l’on ressente vraiment les émotions du personnage. Ce n’est pas comparable à la beauté et à la poésie du dessin original de Makoto Shinkai (dont la force, il faut l’avouer, est dans les paysages et les arrières-plans; il ne montre d’ailleurs jamais le visage de “Elle”). Cela reste néanmoins une lecture agréable, mais un peu courte…

Ce qui est vraiment notoire dans ce manga c’est qu’il adapte une animation de Makoto Shinkai en noir & blanc d’un peu moins de cinq minutes (on peut d’ailleurs la visionner sur Youtube) et qui a lancé sa carrière d’animateur. Après avoir gradué à l’Université Chūō en littérature, il a travaillé comme animateur et graphiste pour la compagnie de jeu vidéo Nihon Falcom. Après s’être amusé dans ses temps libre à produire deux animations d’une ou deux minutes (囲まれた世界 / The World be Enclosed et 遠い世界 / Other Worlds) il s’est essayé en 1999 à faire une animation de cinq minutes (utilisant After Effects, Illustrator et LightWave), chez lui (avec l’aide de quelques collaborateurs pour la voix de la jeune femme et la musique). Il l’a distribué par lui-même en faisant des copies CD-R qu’il vendait dans les conventions comme Comiket et sur son site web. Ainsi, Elle et son chat a remporté le prix d’animation DoGA CG en 2000. Cela lui a apporté une certaine visibilité et une offre de la compagnie de production CoMix Wave de travailler sur d’autres projets comme The Voices of a Distant Star (ほしのこえ / Hoshi no koe / lit. “Voix d’une étoile lointaine“, 2002, 25 min.), La Tour au-delà des nuages (雲のむこう、約束の場所 / Kumo no mukō, yakusoku no basho / lit. “Au-delà des nuages, l’endroit promis“, 2004, 91 min.), 5 Centimètres par seconde (秒速5センチメートル / Byōsoku Go-Senchimētoru, 2007, 65 min.), Voyage vers Agartha (星を追う子ども / Hoshi o ou kodomo / lit. “L’enfant qui chasse l’étoile”, 2011, 116 min.), The Garden of Words (言の葉の庭 / Koto no ha no niwa / lit. “Jardin des mots”, 2013, 46 min. — voir mon commentaire), Your Name. (君の名は。/ Kimi no na wa. / lit. “Ton nom est”, 2016, 107 min. — voir mon commentaire sur l’anime et le manga), Les Enfants du Temps (天気の子 / Tenki no ko / lit “Vieillir avec toi”, 2019, 112 min. — voir mon commentaire sur le manga), et Suzume no tojimari (すずめの戸締まり / Suzume Locking Up the Doors, qui devrait paraître au Japon le 11 novembre 2022).

Elle et son chat a également fait l’objet d’une novelisation par Makoto Shinkai et Naruki Nagakawa publié au Japon en 2013 chez Kanzen et qui a été traduite en français en 2021 chez Charleston [ AmazonGoodreadsNelliganWorldCat ] et à paraître en anglais en novembre 2022 chez Atria. Une série animée pour la télévision (un antépisode en quatre parties de huit minutes chacune intitulé She and her cat: Everything Flows) a également été diffusé en mars 2016 sur la chaine Tokyo MX au Japon, sur Crunchyroll à l’extérieur de l’Asie et disponible en Blu-Ray chez Diskotek. 

Elle et son chat par Makoto Shinkai (scénario) & Tsubasa Yamaguchi (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Pika Seinen), septembre 2021. 164 pages, 13.3 x 18.1 cm, 7 € 50 / 12,95 $Can, ISBN 978-2-8116-5778-9. Pour un lectorat adolescent (13+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Makoto Shinkai / CWF • S&HC EF Film Partners / Tsubasa Yamaguchi 2016. All rights reserved.

[ Translate ]

Suite Française: Tempête en Juin

SuiteFrancaise-cov“Une décennie après le triomphe mondial de Suite française, roman miraculeusement réchappé de l’oubli, prix Renaudot 2004, Emmanuel Moynot s’empare du premier volet du diptyque, Tempête en juin. Sous sa plume acérée, le classique d’Irène Némirovsky trouve sa dimension visuelle. Comme dans un film de Renoir ou d’Altman, les personnages, les trajectoires, les destinées se heurtent et s’emmêlent sur les routes de l’Exode de juin 1940, traçant le portrait de ces heures noires où il a semblé que la donne sociale, morale, nationale se rebattait intégralement. Les figures inoubliables qui peuplent les pages de Némirovsky prennent corps. On retrouve comme si on les avait toujours connus le banquier Corbin, le gentil couple Michaud, la tribu des Péricand, l’infortuné abbé Philippe, la frivole Arlette Corail, le sinistre Corte et sa maîtresse écervelée, tous les autres, les perdants, les affreux, les purs et les morts de cette débâcle française. Et l’on découvre au passage que l’auteur de David Golder – dont on connait la passion pour la narration cinématographique – aurait fait une grande scénariste.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Suite à l’invasion de la Pologne, le Royaume-Unie et la France déclarent la guerre à l’Allemagne nazie le 3 septembre 1939 mais ce n’est que le 10 mai 1940, après ce qu’on a appelé une “drôle de guerre”, que les Allemands se lancent à la conquête de l’ouest en une “guerre-éclair”: ils traversent les Ardennes au Luxembourg et en Belgique, font une percée à Sedan, si rapidement que c’est la débâcle chez les alliés. Les Britanniques, acculés à Dunkerque, doivent évacuer dès le 26 mai. La bataille de France se transforme en une “étrange défaite” alors que les Allemands marchent dans Paris le 14 juin et que la France doit accepter un humiliant Armistice signé le 22 juin 1940. Sous le gouvernement de Pétain, puis celui de Laval (Régime de Vichy), la France est alors divisée par une ligne de démarcation entre une “Zone Occupée” au nord et une “Zone Libre” au sud. C’est dans ce contexte que se déroule le récit…

La nouvelle de la débâcle de Dunkerque et de l’approche allemande pousse de nombreux Parisiens à l’exode vers le sud afin de fuir les combats et l’inévitable occupation. Nous suivons ainsi une vingtaine de personages qui tentent de fuir Paris puis, pour la plupart, qui y reviennent lorsqu’ils apprennent que la ville a été épargnée de la destruction. Le récit trace un intéressant portrait de la société française de l’époque mais le fait de constamment alterner d’un groupe de personnages à l’autre rend le tout un peu confus. Toutefois, avec son style sombre mais réaliste — un dessin un peu brouillon et en tons de gris, très populaire ces temps-ci mais qui m’agace beaucoup — Moynot (surtout connu pour avoir reprit Nestor Burma après Tardi) fait un excellent travail pour illustrer les petits drames de chacun exacerbés par la guerre. C’est une intéressante bande-dessinée pour l’amateur d’histoire que je suis, avec un bon récit (mais sans plus). Toutefois, ce qui rend ce titre fascinant c’est l’oeuvre dans laquelle il s’inscrit.

Irène Némirovsky est une émigrée Ukrainienne qui s’installe à Paris au début du siècle. Elle y entreprend une carrière littéraire (en publiant une quinzaine de courts romans dont David Golder est le plus connu). En juin 1940, comme beaucoup de français, elle fuit Paris avec son mari Michel Epstein et leur deux filles pour s’installler à Issy-l’Évêque (dans le Morvan) qui se retrouvera en territoire occupé après l’armistice. Elle continue d’écrire, débutant entre autre un projet de cinq romans s’inspirant de ce qu’elle a vécu et observé au cours de l’exode de juin et de l’occupation allemande. Elle termine la première partie, Tempête en juin (traitant de l’exode), en avril 1941. Puis la seconde partie, Dolce (racontant l’idylle d’une jeune française avec un officier allemand mélomane), est complétée en juin 1942. Elle planifie trois autres romans, Captivité, Batailles et La Paix, qui formeront son magnum opus et qui, pour l’instant, lui permettent pour le moins d’endurer le stress de l’occupation en se gardant l’esprit occupé. Elle n’aura cependant jamais l’occasion de terminer son oeuvre car elle est dénoncé comme juive puis arrêté le 13 juillet 1942. Elle est d’abord envoyé au camps de Pithiviers, puis elle prend le convoi no 6 pour Auschwitz-Birkenau le 17 juillet, où elle meurt du typhus le 19 août. Ce n’est que durant les années cinquante que le manuscrit des deux romans est redécouvert dans une malle par ses filles, Denise et Élisabeth. Après avoir donné les archives de leur mère à l’IMEC au début des années ’90, Élisabeth décide de retranscrire le manuscrit qui n’est publié qu’après de nombreuses tergiversations en 2004 sous le titre Suite Française. L’ouvrage connait une grand succès et est traduit dans de nombreuses langues. Il reçoit également le prix Renaudot.

Le roman reçoit de nombreuses adaptations: il inspire un Concerto de chambre d’Aulis Sallinen en 2005, puis la deuxième partie est adapté avec le film de Saul Dibb en 2014, la première partie est retranscrite en bande-dessinée par Emmanuel Moynot en 2015, puis le récit est joué au théâtre en 2018 et 2019. Le roman a également fortement inspiré l’excellente série télévisée de France 3 Un Village Français qui a été diffusé en sept saisons entre juin 2009 et novembre 2017. Je n’ai malheureusement pas lu le roman (je l’ai juste feuilleté en lisant des passages ici et là) mais tant l’adaptation BD que cinématographique semblent assez respectueuse. Ils peuvent donc servir de raccourcis pour prendre connaissance de l’oeuvre de Némirovsky.

Suite Française: Tempête en Juin, par Emmanuel Moynot (d’après le roman d’Irène Némirovsky; mise au gris de Chantal Quillec). Paris: Denoël (Coll. Denoël Graphic), janvier 2015. 224 pages, 16.0 x 23.0 cm, 23,50 € / $42.95, ISBN 978-2-207-11817-7. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2015 Éditions Denoël.

SuiteFrancaise-movieSuite française: France / UK / Belgique, 2015, 107 min.; Dir./Scr.: Saul Dibb; Phot.: Eduard Grau; Ed.: Chris Dickens; Mus.: Rael Jones; Cast.: Michelle Williams (Lucile), Matthias Schoenaerts (Bruno), Kristin Scott Thomas (Madame Angellier), Margot Robbie (Céline), Sam Riley (Benoît), Ruth Wilson (Madeleine), Tom Schilling (Kurt), Lambert Wilson (Vicomte de Montmort), Harriet Walter (Vicomtesse de Montmort), et Alexandra Maria Lara (Léa).

Ce film est basé sur le même roman qui a inspiré la série télé Un Village Français. Une jeune française établie une relation romantique avec un officier allemand qui occupe le village de Bessier. Il écrit une pièce musicale qu’il lui laisse lorsqu’il repart pour le front. C’est un très bon film avec d’excellent acteurs et une bonne cinématographie. stars-3-5

[ AmazonIMDbNetflixYouTubeWikipedia ]

SuiteFrancaiseRoman-covSuite française, par Irène Némirovsky (préface de Myriam Anissimov). Paris: Gallimard (Coll. Folio #4346), mars 2006. 576 pages, 10.8 x 17.8 cm, 10,60 € / $19.95, ISBN 978-2-07-033676-0. Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-5

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

[ Translate ]

Revue de ‘zines [002.022.177]

Revue de ‘zines

Je continue mon rattrapage perpétuel sur les magazines et autres ‘zines pertinents dans mon champs d’intérêt… Pour vous éviter le soucis de courir après l’information, j’en épluche donc le contenu pour vous. C’est plein de bonnes suggestions de lectures…

dBD #161 (mars 2022)

dBD-161Dans le cahier actualités on mentionne la parution de Métal Hurlant #2 (1975-1984): Le Nouveau Visage de l’imaginaire qui réédite des pages qui ont fait la gloire du titre et De Blueberry à L’Incal: lire Giraud/Moebius par Jean-Clet Martin (chez Les Impressions nouvelles) qui propose une réflexion intéressante à travers de deux créations emblématiques du dessinateur. On y trouve également un hommage (par Pierre Christin!) à Jean-Claude Mézières, qui est décédé le 23 janvier dernier (ainsi qu’une BD-caricature de Christophe Blain) et un article sur la création d’une collection BD aux éditions Rivages (Payot) intitulée Virages Graphiques.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Asaf Hanuka au sujet de Je suis toujours vivant (avec Roberto Saviano, chez Gallimard-Steinkis). Les entrevues se poursuivent avec le scénariste Pat Mills (sur La Grande Guerre de Charlie, La Bataille de la Somme, Édition Intégrale, avec Joe Colquhoun chez Delirium, et Be Pure! Be Vigilant! Behave! 2000 AD & Judge Dredd: The Secret History, chez Millsverse Books), David Sala (sur Le poids des héros chez Casterman), Gérard Mordillat & Sébastien Gnaedig (sur Ulysse Nobody chez Futuropolis), Teresa Radice & Stefano Turconi (sur La Terre, le ciel, les corbeaux chez Glénat/Treize Étrange), Agnès Naudin (sur Enfances perdues: Premières enquêtes (avec Jean-Claude Bartoll & Éric Nosal, chez Robinson), Célina Salvador & Moïse Dissous (sur les dix ans des Éditions Steinkis) et Théa Rojzman & Steve Baker (sur Billie Bang Bang t.1 chez Le Lombard).

Dans le Cahier Critique je note Shadow Life par Ann Xu & Hiromi Goto chez Ankama (Super!; un manga sur le sort du troisième âge et les camps d’internement canadiens pour Japonais durant la Seconde Guerre Mondiale). Il y a également une double-page consacrée aux nouveautés mangas où je remarque un nouveau Leiji Matsumoto (V2 Panzer chez Kana) et découvre que la Collection Classique de Soleil Manga n’est finalement pas morte puisqu’on y publie trois nouveaux titres du studio Variety Artwork: L’Iliade et l’Odyssée d’Homère, La Divine Comédie de Dante et Ulysse de James Joyce!!

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-5

Capsules

dBD #162 (avril 2022)

dBD-162À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Werner Goelen dit Griffo (sur Iruene, avec Rodolphe, chez Daniel Maghen). Les entrevues se poursuivent avec François Desagnat & Jean-Paul Rouve (sur l’adaptation cinématographique de la BD Zaï Zaï Zaï Zaï), Pierre Christin & Jean-Michel Arroyo (sur Pigalle, 1950 chez Dupuis/Aire Libre), RUN (sur la collection Label 619, qui vient de s’associer avec Rue de Sèvres), Pierre Tranchant / Pica (sur la réédition de Bastos et Zakousky, avec François Corteggiani chez Glénat), Louise Laborie (sur Morgane Fox chez Sarbacane), et l’autrice sud-coréenne Bokyoung Yun / YunBo (sur Seizième Printemps chez Delcourt).

On y trouve également un dossier d’enquête sur la BD & la Politique par Philippe Peter, incluant une entrevue avec Gérard Davet & Fabrice Lhomme (sur L’Obsession du pouvoir chez Delcourt). Puis un article de Cathia Engelbach sur les vingt ans des Éditions Flblb, qui se consacre surtout au roman-photo, incluant un entretien avec Julie Chapallaz (sur La déflagration des buissons chez Flblb).

Dans le Cahier Critique je note Criminelles Fiançailles t.1 de Asuka Konishi chez Pika (Super!) et Appare Ranman t.1 par Apperracing & Ahndongshik chez Doki-Doki (Super!; “Intéressant mélange entre deux genre très proches, le steampunk et le dieselpunk”). On nous introduit aussi les nouveautés mangas: Sakamoto Days t.1 & 2 (Yuto Suzuki, chez Glénat), Bizarre Adventure (Hirohiko Araki, chez Delcourt/Tonkam), A Couple of Cuckoos t.1 (Miki Yoshikawa, chez Pika), Kiruru Kill Me t.1 & 2 (Yasuhiro Kano, chez Kurokawa), BEM 1 (Mosae Nohara, chez Panini), Excuse me, Dentist, It’s Touching Me! (Sho Yamazaki, chez Soleil), Dimensional Mercenary (Kim Jae-Hwan & Gmho, chez Delcourt/Kbooks), Ningyo (Mato & Mr Tan, chez Glénat), Enfants des Abysses t.1 (Eruthoth, chez H2T), Our Green Birdcage t.1 (Chia Teshima, chez Soleil), Hello, Hello and Hello t.1 (Aya Hazuki & Teruya, chez Moonlight) et Ghost Girl t.1 (Ikeda Akihisa, chez Delcourt/Tonkam).

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-3-0

Capsules

dBD #163 (mai 2022)

dBD-163Dans le cahier actualités je note une autre adaptation de l’Épopée de Gilgamesh en BD: Gilgamesh par Taranzano, Didier Poli, Clothilde Bruneau et Luc Ferry dont le t.3: La Quête de l’immortalité vient de paraître chez Glénat (Coll. La Sagesse des mythes). On souligne également la sortie en vidéo chez Wild Side de l’adaptation en animation par Patrick Imbert du manga Le Sommet des dieux de Taniguchi qui a remporté le César du meilleur film d’animation 2022 (voir mes commentaires sur le manga et l’animation). Finalement on retrouve une intéressante entrevue avec Sylvain Runberg sur les trois adaptations BD qu’il a réalisé pour la collection “Les Futurs de Liu Cixin” chez Delcourt: Nourrir l’Humanité (paru en juin 2022), L’Ère des anges et Les Migrants du temps (tous deux à paraître en 2023). Quatre titres sont déjà disponible dans cette collection: La Terre vagabonde (The Wandering Earth) par Christophe Bec & Stefano Raffaele, Pour que respire le désert (Yuanyuan’s Bubbles) par Valérie Mangin & Steven Dupré, Les Trois Lois du monde (The Village Teacher) par Zhang Xiaoyu et Nourrir l’humanité (The Wages of Humanity) par Sylvain Runberg & Miki Montillo. Trois autres titres restent à paraître en 2022: La Perfection du cercle (par Xavier Besse, en août), Proies et Prédateurs (par Jd Morvan & Yang Weilin, en octobre) et L’Attraction de la foudre (par Thierry Robin, en novembre) — j’ai déjà commenté l’édition anglaise de quelques uns de ces titres.

À la une de ce numéro on retrouve une entrevue avec Joann Sfar à l’occasion des vingt ans du Chat du rabbin et de la parution chez Dargaud de quatre intégrales. Les entrevues se poursuivent avec Marcello Quintanilha (sur Écoute, jolie Marcia chez Ça et Là), Vincent Brugeas, Ronan Toulhoat & Yoann Guillo (sur Cosaques t.1, chez Le Lombard), Jaume Pallardo (sur La mort rose, chez La Cafetière), Séverine Vidal (sur Naduah avec Vincent Sorel chez Glénat, et George Sand, fille du siècle avec Kim Consigny chez Delcourt), le journaliste Daniel Couvreur (sur Le Faux Soir avec Denis Lapière & Christian Durieux chez Futuropolis) et Fred Duval (sur Cinq Avril t.1 avec Michel Bussi & Noë Monin chez Dupuis). On y trouve également un article sur les soixante ans de Spider-Man.

Dans le Cahier Critique je note d’abord Bug t.3 d’Enki Bilal chez Casterman (Super!; “Bilal poursuit le développement de sa nouvelle grande saga (…). Bilal s’éclate à mettre en scène une chasse à l’homme (…) scènes d’action formant dès lors un pendant spectaculaire à la réflexion plus profonde (…) qui est distillé tout au long du récit. (…) un certain lyrisme (…) l’auteur, qui n’a jamais été aussi bon (…) est toutefois parvenu à épurer sa pensée (…). Saga prévu en cinq volumes.”). Il y a aussi Blissful Land t.2 par Ichimon Izumi chez Nobi-Nobi (Super!). On nous présente finalement, sur deux pages, les récentes parutions de manga: Adabana t.1 par Non & Dei Tezuka chez Kana, 86, Eighty Six t.1 par Asato Asato & Motoki Yoshihara chez Delcourt/Tonkam, Le livre des sorcières t.2 par Ebishi Maki chez Glénat, Le chat qui rendait l’homme heureux t.3 par Umi Sakurai chez Soleil, L’oiseau d’or de Kainis t.1 par Kazuki Hata chez Glénat, L’Extraordinaire apothicaire t.1 par Yuka Tachibana, Asuka Fuji & Yasuyuki Syuri chez Delcourt/Tonkam, Une sacrée mamie par Yoshichi Shimada & Saburo Ishikawa chez Delcourt/Tonkam, Star Wars: La haute république, un équilibre fragile t.1 par Shina Shinya, Justina Ireland & Mizuki Sakakibara et Star Wars: Étoiles perdues t.1 par Yusaku Komiyama d’après Claudia Grey chez Nobi-Nobi. On y ajoute Le guide du Geek-trotteur au Japon par Marie Carbonnier & Anne Chein chez Glénat.

Une lecture indispensable pour se tenir au courant des nouveautés en BD. stars-4-0

Capsules

[ Translate ]

Le chat du rabbin 11. La Bible pour les chats

ChatDuRabbin-11-cov“Le Chat tombe par hasard sur le numéro de téléphone de Dieu. Persuadé d’être le nouvel Elie, il s’en va prêcher la bonne parole à qui veut bien l’entendre (et l’écouter) en délivrant une interprétation toute personnelle des saints textes. La discussion entre le Chat et le Rabbin, et bien sûr, Zlabya est passionnante, instructive, et bien entendu, hilarante et tendre.”

 

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

ChatDuRabbin-11-p005Le chat trouve un bout de papier avec le numéro de téléphone de “D…” Cela ne peut être que “Dieu.” Elysée 613. Il veut en discuter avec Zlabya mais celle-ci est préoccupée car la soeur de sa meilleur amie, Knidelette, a une grossesse difficile et risque de perdre l’enfant. Le chat entreprend donc d’expliquer son interprétation de la Torah, plus précisément l’histoire du prophète Élie. Le message de celui-ci, qui aurait été un chat, est “qu’il faut croire en dieu parce qu’il fait des miracles. Or dans la vraie vie, les miracles, y en a pas.” Le rabbin argumente que c’est l’inverse. Comme preuve il raconte l’histoire du sacrifice d’Isaac. Puis il explique la fin de l’histoire d’Élie. “C’est dans le silence que réside Dieu.” Pour avoir le dernier mot, le chat cherche un téléphone pour faire le numéro. Il se fait donner un rendez-vous dans une ruelle. Là il rencontre le prophète Élie qui lui dit, qu’en fait, le numéro c’est celui du plombier! L’histoire se termine bien, avec la naissance du bébé, sa circoncision et une anecdote sur Abraham… C’est le rabbin qui a le dernier mot!                                                                                            

Avec son style brouillon et ondulant, ses couleurs criardes et ses planches à six cases, Sfar pointe avec beaucoup d’humour les contradictions du judaïsme et nous fait réfléchir sur la Torah. C’est une très belle histoire qui nous éduque, nous divertit et nous amuse. Une très bonne lecture, donc, que je recommande mais surtout aux amateurs de chats et de métaphysique! 

Cette fois-ci aucune annonce en fin d’album du prochain titre… Par contre, avec ce onzième tome, le chat du rabbin a déjà vingt ans, que Dargaud célèbre avec la sortie d’une série d’intégral qui compilent plusieurs tomes. 

Le chat du rabbin, 11: La Bible pour les chats, par Joann Sfar. Paris: Dargaud (Coll. Poisson Pilote), novembre 2021. 80 pages, 22.5 x 29.8 cm, 15,00€ / $C 27.95, ISBN 978-2-2205-8911-0. Pour lectorat de tout âge (8+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

Voir aussi mes commentaires sur les autres volumes du Chat du Rabbin.

© Dargaud 2021.

[ Translate ]