Notable News (w42-w53)

It has been a little more than two months since the last entry of our journal. The weather has been relatively gray, since we’ve had very little snow so far, as it was—more often than not—rain and freezing rain, and lots of ups and downs in the temperature. The most notable events on the domestic front included a strange saga over the video of a panel at the book fair, where I also attended the launch of Solaris #208 and did a capsule interview with Catherine Sylvestre. We had again a problem of flicker in our electricity (strangely only on one side of the house), so bad that one night I thought my apartment had become a disco! Finally, we found the source of the problem (old wirings) and hired an electrician for a temporary fix but we will have to change the electrical entry in spring.

Somehow my sister’s cats managed to start the shower while she was on vacation. It lasted about twenty minutes before we realized that water was dripping from my bathroom’s ceiling. Luckily this small flood was relatively contained but we had to mopped the floor for a couple of hours in the middle of the night. The damage is limited but we will have to redo our bathroom’s ceiling…

The work-place was not too much a strain on my mental health, beside the continuing problem with the ventilation and heating system (strangely when this happens at another library of the borough they close immediately while we have to endure and work in very unpleasant conditions—that’s so unfair!) and some dubious decision on age classification of some mangas (Bride Stories, Nausicaa & Mafalda for kids! Are you joking?)!

readings2018Apple announced new Macs and iPads. We attended the vegan fest again, visited the Book of Hours and the Calder exhibits. I reached my reading goal for the year (fifty books! But, as usual, it was mostly comics and mangas). This allowed my to comment on  a few books (C Comme Cthulhu, Le Chat du Rabbin 8, Isabella Bird 3, Nous rêvions de robots, Pline 6, Ross Poldark, and a book about the New Yorker’s cartoons). I also wrote about the works (bande dessinée) of Philippe Gauckler: Convoi, Prince Lao and Koralovski. Unfortunately, I still watch too much TV and movies (A place to call home season 6, Mars season 2, Murder on the Orient Express, Outlaw KingPicnic at Hanging RockRBG, Solo, Transformer: The Last Knight, Traverlers season 3). Finally, I took some time to reminisce about the fanzine era and the old Protoculture days.

2018blogstatsI just completed my first year with WordPress.com so I don’t have much basis to compare this year’s statistics (although I remember that with Internic’s hosting I had ten times more traffic so either they were calculating it differently or I lost some followers in the switch or WordPress is not promoting the traffic as well). There is also a slight difference between WordPress’ and StatCounter’s numbers. Anyway, in 2018 I posted 319 entries (a 16% increase), acquired 68 followers and received (if we round up a little) an average of a thousand views per month or 350 visitors per month (about 135 returning visitors per month). It is not as much as I would I’ve liked but it is a beginning. The most important is that it keeps increasing from month to month. I’ll keep improving the blog and (hopefully) writing more so it will be at its best when I retire and make it my main occupation (in about 3064 days!). 

doonesbury-20181021

Doonesbury (2018/10/21)

On the world stage, the months of November and December had their lots of typhoon, floods, wildfires, tsunami, and violent protests in France, but it is mainly the U.S. Mid-term elections that retained the attention. In reaction to Trump’s insane White House, people went to the ballot with numbers not seen in nearly a century allowing the Democrats to retake the House by electing many young candidates, including several women (95), members of racial minorities (two Muslim and two Native Americans) or of the LGBT! Space exploration was also in the news as we landed another probe on Mars, explored more asteroids and mini-planets, and China landed a probe on the far-side of the moon.

All in all, 2018 was a very challenging year for everyone, so let’s hope that 2019 will be much better.

Through all this I tried to stay acquainted with the affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I now share with you (in both french or english, slightly categorized, but in no particular order — note that, to save on coding time, the links will NOT open in a new window as usual), after the jump.

[ Traduire ]
Continue reading

The Complete Cartoons of The New Yorker

CompleteCartoonsNewYorker-covI acquired this phenomenally huge book in a sale earlier this fall and I paid only fifteen dollars for it. I have always liked the single-panel cartoons (often referred to as “gag cartoon”, in the likes of what you find in the series “For Dummies”, or in Herman or Bizarro, and, of course, in newspapers’ editorial cartoons) and the most iconic of those could be found in the magazine The New Yorker. So I was quite pleased with this acquisition. However, it is the type of nightstand book that you savour slowly and it took me a couple of months to go through its 655 pages and over 2,000 cartoons (about two weeks of actual reading). Unfortunately the used copy I purchased did not include the two CDs with all 68,647 cartoons ever published in the magazine (if so it would have taken me much more time to read!).

A New Yorker cartoon is usually made of one drawing (but sometimes of the sequence of two or three), plus a funny caption. Most of the time all the humour is in the caption… Here are some examples:

 

The cartoons are organized into the eight decades during which the magazine was published (from its founding in 1925 until the publication of the book in 2004) and each period is introduced by an essay by one of the magazine’s most distinguished writers: 1925-34 (introduction by Roger Angell), 1935-44 (Nancy Franklin), 1945-54 (Lillian Ross), 1955-64 (John Updike), 1965-74 (Calvin Trillin), 1975-84 (Ian Frazier), 1985-94 (Mark Singer) and 1995-2004 (Rebecca Mead). The book starts with an Editor’s Note by Robert Mankoff and a Forword by David Remnick, and concludes with an index of Artists.

In addition, for each era, you find a brief overview of a predominant theme (the depression, drinking, nudity, television, cars, the space program, slipper dogs, business culture, the internet and politics) as well as a brief profile (including a mini-portfolio) for a key cartoonist (Peter Arno, George Price, James Thurber, Charles Adams, William Steig, Saul Steinberg, George Booth, Jack Ziegler [about whom I’ve already talked], Roz Chast, and Bruce Eric Kaplan).

In a way, this book chronicles the history of the magazine, but also the history of the American society. Therefore, it is much more than just a funny reading as it provides great insights and understanding of the socio-politics of each era.

For me, the cartoons were funny most of the time (not LOL, but a chuckle or quiet giggle), but I also often didn’t get it (particularly the older ones — I guess culture change with time or the context was lost to us as sometimes you needed to be there to understand). However, I enjoyed reading this book immensely. If you have a chance, it is worth the time and therefore highly recommended. stars-3-5

To learn more about this title you can consult the following web sites:

[ AmazonBiblio MtlGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

[ Traduire ]

Capsules

Calder

Alexander Calder : un inventeur radicalMercredi nous avons profité d’un rendez-vous en ville pour aller visiter l’exposition Alexander Calder : un inventeur radical au Musée des Beaux-arts de Montréal. Cette retrospective des oeuvres de l’artiste Américain, qui se tient au MBAM du 21 septembre 2018 au 24 février 2019, offre 150 œuvres et documents qui représentent bien les différentes périodes de cet artiste multidisciplinaire. Comme d’habitude, je vous offre ici quelques memento de ma visite…

[ Translate ]

Continuez la lecture après le saut de page >>

Continue reading

Le Chat du Rabbin 8. Petit Panier aux amandes

ChatDuRabbin08-cov“Ils s’aiment. Lui est juif, elle est catholique. Ils vivent à Alger, et un jour, le Rabbin voit arriver cette jeune femme qui, pour mieux s’intégrer et faire plaisir à son futur époux, veut se convertir au judaïsme. La stupeur le dispute à l’incompréhension : pourquoi vouloir embrasser une foi si compliquée, si irrationnelle, si pénible ? Le Chat et Zlabya sont tous d’accord pour la dissuader, et vont trouver en Knidelette une alliée inattendue…”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

ChatDuRabbin08p05Roger est fiancé à Aline, qui désir se convertir au judaïsme pour adopter le mode de vie de celui qu’elle aime et pour préserver l’harmonie de sa famille. Ils demandent au jeune rabbin de la convertir, mais celui-ci refuse! Lui, il est né juif et n’a donc pas le choix: tout son imaginaire baigne dedans, mais il conçoit mal qu’un être équilibré ait spontanément envie de s’infliger une religion aussi contraignante. Alors Roger va voir le vieux rabbin, qui propose que sa fille Zlabya (la femme du jeune rabbin et maîtresse du chat!) enseigne les coutumes juives à Aline. “Le plus important“, dit-il, “le centre de la vie juive, ce n’est pas la synagogue, c’est la table familiale.”

Étrangement, Aline semble prendre plus à coeur tout ces commandements et rituels que Roger, aussi absurdes qu’ils soient. Ce dernier a d’ailleurs un doute et, peut-être qu’il ne veut pas trop se faire rappeler sa propre religion, alors il regarde du côté de Knidelette… Et Aline, pendant qu’elle se préoccupe de tout ces rituels, elle ne pense à rien d’autre…

Je n’aime vraiment pas le style “ondulé” et brouillon de Sfar. Cette fois-ci, on dirait même que le lettrage des bulles a été fait au stylo à bille par la main de l’auteur! Toutefois, il faut aller au-delà de cette première impression et se laisser emporter par la profondeur de son récit qui, à travers son humour et ses planches à six cases, nous fait se questionner sur la nature de la religion et tout particulièrement le judaïsme (évidemment). Ici le chat qui parle n’est plus l’instigateur du récit mais plutôt un simple observateur… Une histoire qui nous faire rire ou sourire, réfléchir et apprécier la différence d’une culture complexe et millénaire.

Vous trouverez cela génial si, comme moi, vous aimez à la fois les chats et la métaphysique! Je recommande chaudement.

Le chat du rabbin, 8: Petit panier aux amandes par Joann Sfar. Paris: Dargaud (Coll. Poisson Pilote), septembre 2018. 60 pages. 22.5 x 29.8 cm, 14,00 € / $24.95 Can, ISBN 978-2205-07835-0. Pour lectorat adolescent (12 ans et plus). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBAnQBiblio MtlGoodreadsWikipediaWorldCat ]

© Dargaud 2018.

Voir aussi mes commentaires sur les volumes précédents:

chat-rabbin-tome-1-bar-mitsva  chat-rabbin-2-malka-lions  chat-rabbin-3-exode  chat-rabbin-4-paradis-terrestre  chat-rabbin-5-jerusalem-d-afrique  chat_du_rabbin_6-cov chat_du_rabbin-v7-cov.jpg

[ Translate ]

Capsules

SDL: La Philosophie-Fiction

entete-communique-02-300x148

Voici une vidéo qui offre des extraits de la conférence sur la “Philosophie fiction” présenté sur l’Espace TD du Salon du Livre de Montréal le mercredi 14 novembre 2018 à 19h00 — voir mon billet “SDL: Jour 1, mercredi”. Animée par Jocelyn Lebeau, les participants incluaient Elisabeth Vonarburg, Esther Rochon, Bernard Werber et Karoline Georges. Dans cet extrait il manque les quinze première minutes ainsi que toutes les interventions de Mme Georges (retirées à sa demande)… mais cela reste une très intéressante discussion qu’il valait la peine de partager, je crois.

(Mise à jour: 2018/12/03)

J’ai retiré la video de la conférence à la demande de Karoline Georges qui affirme ne pas avoir donné son consentement pour être filmé ainsi que pour la diffusion de la conférence.  Toutefois aucun consentement de la sorte n’est requis pour filmer et diffuser un événement publique, qui se déroule sur un lieu publique. J’ai vérifié ce point légal avec un ami avocat qui pratique le droit intellectuel international dans une firme importante et qui l’enseigne dans une université américaine. J’ai cependant retiré la video pour le moment par courtoisie.

Je trouve cela très dommage car cette table-ronde offrait une discussion très intéressant et que ce n’est pas tout les jours que des auteurs de science-fiction québécoise ont la chance de débattre ce genre de sujet sur une scène du salon du livre.

Je reste très pantois sur la position de Karoline Georges. Un auteur se présente au salon du livre pour faire la promotion de sa personne et de ses livres. Il est dans son intérêt de rejoindre le plus de personnes possible, chacun étant un lecteur potentiel. Lorsqu’un bibliophile (promoteur de la SFQ de longue date) assiste à une conférence publique (sur un lieu publique), l’enregistre et veut la partager parce qu’il trouve ça bon et intéressant, n’est-ce pas dans l’intérêt de l’auteur qu’elle soit diffusée? Si une personne ne veut pas être vue, elle n’a qu’à NE PAS monter sur une scène publique et prendre la parole! Beaucoup d’auteurs n’ont pas la chance d’avoir une telle tribune. Je ne comprends simplement pas.

Ce sera quoi la prochaine fois? Demander qu’on retire un commentaire de lecture parce qu’on aime pas la critique? Vous en pensez quoi, mes chers lecteurs?

Je serais particulièrement intéressé à lire ce que mes collègues du milieu SFQ en pensent… N’hésitez pas à commenter sur ce billet ou sur le fil Facebook

(mise à jour : 2018/11/20)

[ Translate ]

SDL : Jour 2, samedi

entete-communique-02-300x148.jpg

Après une première visite le mercredi, je suis retourné au salon du livre samedi (après le travail à la bibliothèque). Là, il y avait vraiment foule, quoique l’habituel embouteillage de bibliophiles s’est calmé en fin d’après-midi. Je n’ai pas refait le tour mais je suis plutôt aller revoir des représentants de distributeurs. J’ai mis la main sur au moins un service de presse que je commenterai dans les prochaines semaines.

J’avais l’intention de faire quelques micro-entrevues (deux ou trois minutes chacune) avec des auteurs mais l’ambiance sonore du salon était trop bruyante pour ce genre d’exercice et je manquais de temps. Je vais plutôt essayer de contacter des auteurs cette semaine et faire des entrevues autrement qu’au salon. Je les mettrai en ligne sur le blogue au fur et à mesure qu’elles sont disponibles…

Solaris208-255x400L’objectif principal de ma visite était le lancement du #208 de la revue Solaris, au kiosque d’Alire. C’était très informel (pas de discours mais on a tout de même servi un p’tit rouge) et cela m’a permis de discuter avec plusieurs auteurs et de me mettre à jour avec le travail de quelques amis. J’en ai profité pour faire signer mon exemplaire par les auteurs présents. 

Le point fort de ce numéro d’automne c’est, comme d’habitude, ses fictions qui sont au nombre de six: Leçon d’histoire par Frédéric Parrot, Oeil de plastique par Pierre Gévart, La Véritable Histoire du mystérieux toaster spatial par Francine Pelletier, Prochaine Station par Jonathan Brassard, Autour d’elle par Célia Chalfoun et Yi par Oskar Källner. On y retrouve également un incontournable Carnets du Futurible sur les Échecs féeriques par Mario Tessier et de nombreux commentaires de lectures. Vous pouvez consulter en ligne le sommaire de ce numéro et même en feuilleter un extrait.  Je commenterai ce numéro de Solaris (et d’autres) dans un futur proche.

Voici quelques photos de l’événement:

Il reste encore quelques jours au salon et, si ce n’est pas déjà fait, je vous enjoins à aller y faire un tour. Cela vaut vraiment la peine (si vous êtes bibliophile, j’entends).

Bonne nouvelle, le salon grandit tellement que j’ai entendu dire qu’il se tiendra l’an prochain au Palais des Congrès!

[ Translate ]

slm-2018-facebook

SDL: Jour 1, mercredi

SDL2018

SDL-2018

Mercredi, 14 novembre, le salon du livre (SDL) était ouvert gratuitement au grand public. Tel que promis, j’y étais. J’avais peur qu’il y ait une foule monstre mais finalement il n’y avait pas tant de monde que ça. La journée des bibliothèques (où l’on peut entrer gratuitement avec une carte de membre des bibliothèques de Montréal ou de la BAnQ) est maintenant le jeudi! Il est clair que le salon fait de grands efforts pour être accessible à un plus grand public.

Cette année, les invités d’honneur sont Joséphine Bacon, Samuel Champagne, Martine Devaux, Marianne Ferrer, Dany Laferrière, Heather O’Neill, Alain Vadeboncoeur et Bernard Werber. On note quelques innovations dont une zone SDL ADO (c’est tout un engagement de tenter de dynamiser les visites des adolescents au salon. Bonne chance!) et une présence accrue d’éditeurs et d’écrivains anglophones, entre autre avec la présence de l’Association of English Language Publishers of Quebec et la Quebec Writer’s Federation, ainsi que des librairies anglophones (Drawn & Quarterly et Paragraphe).

IMG_3895Comme à mon habitude, j’en ai fait le tour dans tout les sens, afin de prendre le pouls de l’édition cette année. Mais il y a tellement de chose à voir (des BD, des romans, des tonnes de documentaires, des livres pour enfants, des livres audio, et j’en passe) que s’en est accablant. La tête me tourne juste à y penser…

Je note d’abord l’absence du cahier-guide habituel qui a été remplacé cette année par une charmante carte beaucoup plus pratique et, surtout, écologique. On a pas vraiment besoin des articles qu’offrait auparavant le cahier. C’était la carte qui était le plus utile. Bon choix.

Chrysanthe1GFCette année, je n’ai rien vu dans les nouveautés qui ait particulièrement éveillé mon désir. Un livre m’a intrigué: Shinrin Yoku; Les bains de forêt, le secret de santé naturelle des Japonais par Pr. Yoshifumi Miyazaki [Biblio-Mtl]. Et il y a bien sûr les plus récentes parutions chez Alire: Les Pierres et les Roses 2: La voie des roses et Les Pierres et les Roses 3: La Balance et le Sablier par Élisabeth Vonarburg, Radio Vérité: la radio du vrai monde par Jean-Jacques Pelletier, Neiges Rouges par François Lévesque, Chrysanthe 1: La Princess perdue  par Yves Meynard, et Les Traitres du Camp 133 par Wayne Arthurson. Ne manquez pas de mettre la main sur leur Catalogue 2018-2019!

J’ai profité du salon pour prendre contact auprès des distributeurs de BD et de manga pour quêter quelques services de presse. Je n’ai pas eu recours à des services de presse pour faire des commentaires de lecture depuis très longtemps (pendant plus de vingt ans j’ai écris sur la SF francophone quand je faisais Samizdat et sur les mangas en anglais quand je faisais Protoculture Addicts). Mais je fais ce blogue depuis plus d’une dizaine d’années alors il serait temps que je commente un peu plus de nouveautés… Et pour ça, je vais avoir besoin de recevoir des services de presse. On verra ce que ça donne.

IMG_3900J’ai aussi assisté sur l’Espace TD à une intéressante conférence sur la “Philosophie fiction” avec Karoline Georges, Elisabeth Vonarburg, Esther Rochon et Bernard Werber. Mais n’est-ce justement pas l’attribut de la science-fiction (et des littératures de l’imaginaire) de raconter des histoires qui se déroulent hors de notre quotidien ou de notre réalité pour se questionner sur la nature humaine et ses possibles devenir? Des extraits video de la conférence seront ajouté au blogue dans les jours qui suivent.

 

 

Je remarque qu’il n’y toujours pas de présence des bibliothèques de Montréal au SDL (en fait, cette année, je crois que même la BAnQ n’avait aucun kiosque). Cela est très décevant car le SDL est pourtant l’endroit idéal pour rejoindre des lecteurs. Étrangement, beaucoup de citoyens de Montréal ignorent qu’ils ont accès à un vaste réseau de bibliothèques où ils peuvent emprunter gratuitement tout les livres qu’ils désirent (ou presque)!

En fait, plus je fréquente les bibliothèques et plus je me rends comptes que je n’ai plus (et ne ressent plus) le besoin d’acheter des livres, puisque je trouve tout ce que je veux dans les bibliothèques (même les nouveautés — avec un léger délai). Je n’achète donc presque plus de livres — à moins, bien sûr, d’un énorme coup de coeur (ça arrive). Et puis, il faut tout de même en acheter quelques uns pour faire vivre les libraires, les éditeurs et, surtout, les auteurs!

IMG_3898Le SDL est donc à voir absolument. C’est l’endroit idéal pour avoir une vue d’ensemble de l’édition francophone, pour découvrir les dernières nouveautés et pour faire ses emplettes des fêtes!

Moi, j’y retourne samedi pour le lancement du numéro 208 de la revue Solaris (au kiosque d’Alire — le #364). Au plaisir de vous y voir!

[ Translate ]