Monnaies anciennes 60

Les Constantiniens (3)

Constantinus II (317-340) (1)

Flavius Claudius Constantinus Iunior est né à l’été 316 à Arelate (Arles). Il est le second fils de Constantinus (le premier avec sa deuxième épouse, Fausta). En mars 317 (à peine âgé d’un an) il est fait César par son père et reçoit le titre de Nobilissimus Caesar (“le plus noble des Césars”) et est même consul en 321! Dès l’âge de sept ans (322-23) il participe aux côtés de son père à la campagne militaire contre les Sarmates. En 324, il est envoyé à Augusta Treverorum pour défendre la frontière du Rhin à la place de son frère aîné Crispus (qui a été rappelé aux côtés de Constantinus pour sa deuxième campagne contre Licinius). En 331, il reçoit le titre de Alamannicus suite à une victoire contre les Francs et les Alamans. En 332, il se joint à son père sur la frontière du Danube pour une campagne contre les Wisigoths Tervinges et reçoit les titres de Sarmaticus et de Germanicus maximus. En 335, Constantinus divise les responsabilités administratives et militaires de l’Empire entre ses trois fils et ses deux neveux: Constantinus Junior reçoit la responsabilité de superviser la Gaule, la Bretagne et l’Hispanie; Constans reçoit l’Italie, l’Afrique et la Pannonie; Constantius Junior l’Asie Mineure, la Syrie et l’Égypte; Flavius Dalmatius (petit-fils de Constantius) la Macédoine et la Thrace; et son frère Flavius Hannibalianus est nommé monarque des nations pontiques.

Constantinus avait probablement l’intention d’assurer sa dynastie avec la création d’une nouvelle tétrarchie. Toutefois, à sa mort le 22 mai 337, Constantinus Junior (qui est maintenant l’aîné puisque Crispus est mort dix ans plus tôt) tente de faire valoir son droit de primogéniture en se déclarant empereur mais ses frères n’en entendent pas ainsi et tous trois se proclament Augustes. Ils sécurisent leur position en éliminant les oncles et cousins de la famille, puis se rencontrent le 9 septembre 337 à Sirmium (ou Viminacium) pour se partager l’Empire (en se divisant les parts de leur cousins). Toutefois, Constantinus Junior est insatisfait que son frère cadet (qui est sous sa tutelle) ait reçu l’Italie, l’Afrique et l’Illyrie. Il réclame l’Afrique à Constans mais, lorsque ce dernier devient majeur en 339, le conflit éclate ouvertement entre les deux frères. Constantinus Junior sera tué lors d’une embuscade à Aquilée en avril 340. L’Empire se retrouvera alors divisé non seulement par une nouvelle querelle de succession mais aussi théologique: Constans (en Occident) supporte le christianisme nicéen alors que son frère Constantius II (en Orient) supporte le christianisme arien !

J’ai onze pièces de monnaies de Constantinus Iunior que je vais vous présenter en quatre ou cinq parties.

IMG_0995-1005La première de ces pièces est un très beau follis réduit (AE3, 19 x 19.5 mm, 3.359 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du jeune césar lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTANTINVS IVN[IOR] NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (Constantinus le jeune très noble césar). Le revers illustre deux Victoires ailées debout face à face, tenant un bouclier inscrit VOT – P R sur deux lignes (VOTa Populi Romani = “Voeux du Peuple Romain”), surmonté d’un croissant et d’un point (comme les descriptions ne mentionnent pas ce détail il fait probablement partie de la décoration du bouclier), au dessus d’un autel (ara) inscrit d’un “I” (marque de séquence?), avec l’inscription latine VICT[ORIAE] • LAETAE PRINC[IPIVM] PERP[ETVA] (“[Pour une] Joyeuse victoire au Prince éternel”) et un [•]BSIS• en exergue (marque de la deuxième officine [Bêta] de l’atelier de SIScia).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, pp. 416-418, 434-435), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Siscia en 319 EC.

C’est un type de revers que l’on avait pas vu jusqu’à maintenant mais qui ne fait que reprendre des thèmes bien connu: la victoire et les bons souhaits du peuple envers le prince ou l’empereur. Dans ce cas-ci, comme le prince n’est à peine âgé que de trois ans, on imagine que c’est une façon de lui souhaiter une vie longue et prospère. On note également que c’est une pièce rare [r5 = unique! Plus maintenant… 😉 ]; j’ai d’ailleurs eut de la difficulté à en trouver des exemples dans les sources en ligne. Ce type se retrouve surtout chez Constantinus, Crispus et les deux Licinius. Dans le cas de Constantinus Junior, il est aussi associé avec une titulature plus longue (NOB CAES) et une inscription qui présente VICTORIAE écrit tout au long mais dans ce cas-là la marque d’atelier ne comporte qu’un seul point (ASIS•) [RIC, VII, 80]. Une variante inclue aussi une césure dans la nomenclature (CONSTANT-INVS) et la marque d’atelier a une étoile au lieu du point (ASIS*) [RIC, VII, 99]. Finalement, un autre variante (ASIS•, datant de 319-20; RIC, VII, 107-108) ne semble avoir été frappé que par les troisième (𝛤 [gamma] avec un NOB CAES) et la quatrième (𝛥 [delta] avec NOB C) officines. Dans tous les cas ce sont des pièces considérées rares (r3-r5 = une à six pièces connues — par l’auteur du RIC, au moment où il a été publié dans les années soixante).

Sources: Wikipedia (Constantinus II [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus II, ara, Siscia, VICT. LAETAE PRINC. PERP., Victoria), ERIC (Constantinus II); RIC v. VII: 91; BeastCoins, CoinProject, Numismatics, WildWinds (RIC 91: text1, image1; RIC 99: text2, image2, RIC 99var: text3, image3). Voir aussi ma fiche.

Je voudrais souligner que la semaine dernière je n’étais pas très satisfait de la qualité des photographies prises avec le nouvel iPhone 13 Pro car l’appareil semblait avoir de la difficulté à faire le focus et le résultat me semblait un peu flou… (Étrangement je n’ai pas rencontré ce problème lors de la prise de photo macro de fleurs — une question de différence d’éclairage peut-être entre lumière naturelle et artificielle ?). Je constate cette semaine que si on lui donne le temps de bien établir son focus (parfois en jouant un peu avec l’éclairage) l’appareil réussit à faire un bon focus et le résultat est beaucoup plus satisfaisant. Je suppose qu’avec l’expérimentation je vais réussir à établir l’éclairage et la distance optimale pour prendre de meilleurs clichés de monnaie…

Sur une note plus personnelle, suite à de nombreux problèmes de santé (notamment de terribles migraines), au deuil de l’un de mes chats et au fait que je change d’emploi (ce qui chambarde complètement mon horaire et ma routine), je vais devoir réduire considérablement le contenu de mes chroniques sur le blogue pour les semaines à venir afin de pouvoir me concentrer sur l’apprentissage de mes nouvelles tâches, rattraper mon retard sur mes commentaires de lectures et ré-équilibrer un peu mes chakras. Je ne devrais présenter qu’une ou deux pièces de monnaie à la fois… On verra comment les choses vont par la suite.

La semaine prochaine je vous présente donc deux autres pièces de monnaie de Constantinus Junior.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 59

Les Constantiniens (2)

Crispus (317-326)

Flavius Julius Crispus est né vers 299-305 EC. Il est le fils aîné de Constantinus et de sa première épouse (ou concubine), Minervina. Celle-ci sera répudiée en 307 afin que Constantinus puisse marier la fille de Maximianus, Fausta, consolidant ainsi leur alliance. Il reçoit une éducation chrétienne par le célèbre rhéteur Lactantius. Très jeune il accompagne son père sur les champs de batailles et développera ainsi une grande connaissance et habilité militaire. Il sera fait César à l’âge de quinze ans soit en octobre 316 ou en mars 317, en même temps que son frère Constantinus Iunior (né en 316 de Fausta). Il reçoit également le titre de Prince de la Jeunesse, et est Consul trois fois (en 318, 321 et 324). Il est alors envoyé à Augusta Treverorum d’où il supervise, avec le préfet du prétoire Bassus, la défense de la frontière du Rhin jusqu’en 323 et remporte des victoires contre des envahisseurs Alamans (318) et Francs (319). En mars 321 (ou janvier 322), il retourne à Sirmium où il épouse une certaine Helena qui lui donnera un fils l’année suivante. Avec le début de la seconde guerre civile contre Licinius, il rejoint les troupes de Constantinus et dirigera la flotte romaine lors des batailles navales de l’Hellespont. En juillet 324, alors que Constantinus fait le siège de Byzance, Crispus affronte la flotte de Licinius, plus de deux fois supérieure en nombre. Toutefois, la manœuvrabilité d’une flotte plus compacte joua à son avantage et it réussit à mettre l’amiral Abantus en déroute. Celui-ci regroupa ses forces, permettant aussi à Crispus d’obtenir du renfort de la mer Égée, et les deux flottes s’affrontèrent à nouveau le lendemain près de Gallipoli. Cette fois-ci une tempête aida Crispus à anéantir complètement la flotte de Licinius, permettant à Constantinus de passer en Asie Mineure et de vaincre Licinius définitivement à la bataille de Chrysopolis en septembre 324. 

Étrangement, il est le seul fils de Constantinus à n’avoir jamais été Auguste (empereur) car il est mort dans des circonstances mystérieuses quelques années plus tard. En effet, à la fin de l’été ou à l’automne 326, Constantinus fait exécuter à Pula (en Istrie), à quelques mois d’intervalle, Licinius II (le jeune fils de Licinius et neveu de Constantinus), son fils Crispus et sa propre épouse Fausta! Il n’est pas clair si il y a un lien entre ces trois assassinats car les sources contemporaines n’en disent rien. Selon des sources plus tardives (Zosimus et Zonaras), Crispus aurait été accusé d’adultère par sa belle-mère, Fausta, après qu’il ait refusé ses avances. Il est toutefois aussi possible que Crispus ait comploté contre son père ou que Constantinus ait simplement été jaloux de la popularité de son fils… Quoiqu’il en soit, Crispus et toute sa famille se sont vu imposé la damnatio memoriae (en fait les romains parlaient plutôt de abolitio nominis) et disparurent de l’Histoire à jamais…

Je n’ai que deux pièces de monnaie de Crispus.

IMG_0886-0896La première est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 mm, 3.047 g, payé environ $7, dépôt vert pâle; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du césar lauré et drapé à gauche avec un globe et un sceptre dans la main gauche et une mappa dans la main droite, avec l’inscription latine D[OMINVS] N[OSTER] FL[AVIVS] IVL[IVS] CRISPVS NOB[ILISSIMVS] CAES[AR] (“Notre Seigneur Flavius Julius Crispus Très Noble César”). Le revers illustre une place forte (constituée de six niveaux et d’une grande ouverture [sur trois niveaux?] qui n’a pas de porte) surmontée de trois tourelles, avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE CAESS[ARVM] (le double “S” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux césars“), un SMH𝚪 en exergue (marque de la troisième officine [gamma] de l’atelier d’Héraclée [Sacra Moneta Heraklea]) et un point (•) dans le champs droit.

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 534-536, 546), cette pièce aurait été frappée par la troisième officine de l’atelier d’Héraclée vers 318-320 EC.

On note que c’est une pièce rare (r2 = sept à dix pièces connues avec ce type). Je remarque également que ce type illustre une place forte (“camp gate”) avec trois tourelles. On se souvient que la semaine dernière j’ai présenté une pièce de Constantinus qui illustrait une place forte surmonté de deux tourelles entourant une étoile. Les spécialistes ont beaucoup spéculé sur la signification de ces tourelles et on semble maintenant s’entendre sur le fait qu’elles représentent des signaux lumineux utilisant une sorte de brasero où l’on allume un feu pour signaler l’approche d’un ennemi. L’étoile au milieu de deux tourelles pourrait donc représenter trois tourelles dont celle du milieu est allumée. La représentation que nous avons ici illustre donc trois tourelles tous feux éteint. Comme je l’ai expliqué la semaine dernière, cette représentation, conjointement avec l’inscription Providentia, exprime l’idée qu’il n’y a rien à craindre d’une possible invasion barbare car l’empereur et ses césars sont vigilants et que les frontières sont bien gardées.

Sources: Wikipedia (Crispus [FR/EN]), Google, FAC (Crispus, Conspiracy Theory, Heraclea, mappa, scepter), ERIC (Crispus); RIC v. VII: 30; Sear RCV (1983): 3823; CoinTalk, FAC, WildWinds (description erronée: image 1, image 2). Voir aussi ma fiche.

IMG_0899-0908La deuxième pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 3.362 g, payé environ $6 le 1985/04/14, patine grisâtre, flan craqué à 30º; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du césar casqué et cuirassé à gauche, avec l’inscription latine CRISPVS – NOBIL[ISSIMVS] C[AESAR] (“Crispus Très Noble César”). Le revers illustre un autel (cippus) inscrit d’un VOT-IS XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”) sur trois lignes, surmonté d’un globe céleste et de trois étoiles (❋❋❋), avec l’inscription latine BEATA TRA-NQVILLITAS (“Tranquillité bénie ou heureuse”), avec un PLON en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de LONdinium) et les lettres P / A dans le champs de part de d’autre (une marque de séquence?).

Selon le RIC (op. cit., pp. 96, 110), cette pièce aurait été frappée par la première et unique officine de l’atelier de Londinium (Londres) en 321.

Sur la Beata Tranquillitas, le RIC (op. cit., pp. 20-42) nous apprend que ce type de revers était très prolifique, qu’il était associé à une grande variété de portrait d’avers (où l’aspect militaire était dominant) et que, due à de grandes similitudes, cette émission des ateliers de Londinium, Lugdunum et Augusta Treverorum a certainement été coordonnée par un seul officier monétaire. Il ajoute que le type de la Beata Tranquillitas, loin d’être une simple abstraction philosophique, était l’expression de l’espoir que les campagnes de Crispus contre les Alamans (en 318) et de Constantinus contre les Sarmates (à l’été 322) préserveraient la paix et l’ordre sur la frontière du Rhin.

Sources: Wikipedia (Crispus [FR/EN]), Google, FAC (Crispus, Beata Tranquillitas, cippus, Conspiracy Theory, Votis XX), ERIC (Crispus); RIC v. VII: 211; CoinArchives, CoinProject, vcoins, WildWinds (text1, image1; text2, image2). Voir aussi ma fiche.

Ces deux pièces de Crispus nous offrent des types de revers qui ne font que reprendre les revers de son père, Constantinus. Le motif de la place forte était très présent sous Constantinus. De même, le VOTIS XX sur la deuxième pièce ne peut en aucun cas faire référence à Crispus (qui n’est alors césar que depuis trois ans [317]), même d’une façon anticipée, et doit donc être interprété comme des voeux pour le vingtième anniversaire de règne de son père, Constantinus. Ces deux types — place forte + Providentia et Beata Tranquillitas [paix sous les cieux étoilés = “il est minuit bonne gens et il n’y a rien a signaler“ ? 😉 ] — font partie de la propagande impériale qui vise à rassurer le peuple sur la sécurité des frontières.

Je note que dans les deux cas, le portrait de l’avers est à gauche alors que la grande majorité des portraits sur les monnaies sont généralement à droite. J’ignore ce que cette différence peut signifier et si cela a de l’importance. Cela mériterait sans doute d’être étudié… Toutefois, le caractère militaire de ces pièces (la place forte, le portrait casqué) nous présente le césar clairement comme un guerrier et il était, après tout, un militaire expérimenté, talentueux et, de surcroit, aimé du peuple. Est-ce pour cette raison qu’il a été perçu par son père comme une possible menace et que Constantinus a éliminé son propre fils? On ne peut que spéculer et c’est pourquoi plusieurs théories de conspirations ont prit naissance sur ce sujet.

La semaine prochaine nous aborderons un autre fils de Constantinus, Constantinus II, dont j’ai une douzaine de pièces et que je traiterai en plusieurs parties.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 58

Les Constantiniens (1)

Constantinus (310-337 EC) (3)

Depuis déjà longtemps le centre de l’Empire n’est plus à Rome car les tétrarques siégeaient chacun dans leurs capitales régionales (Augusta Treverorum à l’ouest, Mediolanum en Italie, Sirmium en Pannonie et Nicomédie à l’est). Celles-ci étaient généralement situé près des frontières afin de pouvoir réagir rapidement en cas d’invasion barbares. Constantinus désire se distinguer en établissant une nouvelle capitale impériale. Il hésite d’abord entre Ilion et Sardica, puis, après sa victoire sur Licinius, il porte son choix sur Byzance, une cité grecque situé à l’entrée du Bosphore et capitale de la Thrace. Cela lui permet de re-centrer sa capitale sur un empire qui s’est beaucoup étendu à l’Est, de rester proche de Nicomédie, où il a grandit à la cour de Diocletianus, de façon à se réclamer de la légitimité du lieu, et surtout de se rapprocher des frontières du Danube et de l’Euphrate, là où les risques d’invasions sont maintenant les plus grands, tout en restant à une bonne distance des conflits afin de ne pas nuire à la prospérité de la cité. Il nomme cette nouvelle capitale, qui ne sera inaugurée officiellement qu’en mai 330, Constantinopolis (la cité de Constantinus).

Maintenant qu’il est l’unique empereur, Constantinus doit s’efforcer de consolider son pouvoir. Il établit d’abord sa succession dynastique. Il avait déjà nommé ses fils Crispus et Constantinus II Césars en 317, et fera de même avec ses fils Constantius II en 324, Constans en 333, puis avec ses neveux Flavius Dalmatius et Flavius Hannibalianus en 335. Avec une imposante campagne de construction, il s’attache à bâtir sa nouvelle capitale à l’image de Rome en édifiant un Grand Palais, un Capitol, un forum, un sénat, un hippodrome, une église et quatorze quartiers d’habitation qui logeront une population atteignant le cent mille. Comme durant la tétrarchie l’administration était divisée entre les capitales régionales, Constantinus doit maintenant centraliser toute la bureaucratie. Il la chapeaute par le consistoire sacré, dirigé par un questeur. Il complète ces changements avec des réformes militaires, législatives et économiques (il crée une nouvelle monnaie d’or, le solidus, pour remplacer l’aureus dévalué). Finalement, si Diocletianus avait donné au pouvoir impérial une nature plus religieuse, Constantinus le pousse encore plus loin vers la théocratie. Toutefois, pour pouvoir utiliser le christianisme comme élément centralisateur, il doit d’abord l’organiser et en maintenir l’unité. C’est pourquoi il organise un premier concile oecuménique à Nicée en mai 325.

Dès 333, les Perses Sassanides tentent à nouveau d’annexer l’Arménie. En 337, la guerre est finalement déclarée mais, alors qu’il se prépare à partir en campagne militaire, Constantinus meurt subitement le 22 mai près de Nicomédie. Ses fils Constantinus II, Constantius II  et Constans se déclarent tous Augustes et se partagent l’Empire, non sans conflits. Constantius II en sortira vainqueur et reprendra l’oeuvre de son père, jetant ainsi les bases de ce qui deviendra rapidement l’Empire Byzantin.

Pour conclure le règne de Constantinus, je vous présente trois autres pièces de monnaie dont deux “Providentiae”.

IMG_0716-8291La première pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.890 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre une place forte (constituée de six niveaux et d’une grande ouverture [sur trois niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles (ou  soldats?) entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMTS𝞒 en exergue (marque de la troisième officine [Gamma] de l’atelier de Thessalonique [Sacra Moneta TheSsalonica]) et un point (•) dans le champs droit.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 497, 518), cette pièce aurait été frappé par la troisième officine de l’atelier de Thessalonique vers 326-328.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, camp gates), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 153; acsearch, CoinTalk, R5coins, TAC, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0763-0768La seconde pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 19 mm, 2.406 g, payé environ $5 ; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre une buste de l’empereur diademmé (de forme carrée), cuirassé et drapé à droite, avec l’inscription CONSTANTI-NVS MAX[IMVS] AVG[VSTVS] (maximus est le superlatif de magnus (grand); “Constantinus le plus grand des Augustes”). Le revers illustre une place forte (constituée de sept niveaux et d’une grande ouverture [sur quatre niveaux et demi] qui n’a pas de porte) surmontée de deux tourelles entourants une étoile (❋), avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE AVGG[VSTORVM] (le double “G” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux empereurs“), et un SMKS en exergue (marque de la sixième officine [zeta] de l’atelier de Cyzique [Sacra Moneta Kyzici]).

Selon le RIC (op. cit., v. VII, p. 653), cette pièce aurait été frappé par la sixième officine de l’atelier de Cyzique vers 329-330.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 60; Catawiki, CGBFR, NBD, Numista, WildWinds (text 1, image 1; text 2, image 2). Voir aussi ma fiche.

IMG_8746-8748La troisième et dernière pièce est un assez beau follis réduit commémoratif (AE3/4, G [Good], AE [Bronze], 15 x 16 mm, 1.241 g, payé environ $6 le 1985/06/16, patine verdâtre et dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre la tête de l’empereur voilée à droite, avec l’inscription latine D[I]V[VS] CONSTANTI-NVS P[A]T[ER] AVGG[VSTORVM] (“Divin Constantinus Père des Augustes”). Le revers illustre l’empereur voilé conduisant un quadrige au galop, à droite, tendant le bras vers la Main de Dieu (manus dei) qui descend du ciel vers lui, avec une marque d’atelier peu lisible en exergue (quatre ou cinq lettres suivi d’un point: SMALB• pour Alexandrie ?, SMKB• pour Cyzique ?, ou  SMNB• pour Nicomédie ?).

Selon le RIC (Kent, J.P.C.; Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VIII: The Family of Constantine I (337-364). London: Spink & Son, 1981, pp. 472, 491, 540), les seules émissions commémoratives qui correspondent à la description et à la marque d’atelier (quatre ou cinq lettres suivie d’un point [SM??B•]) ont été faite à Alexandrie, Cyzique ou Nicomédie, et toutes entre le 9 septembre 337 et le printemps 340.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, denomination, DV Constantinus, quadriga, ), ERIC (Constantinus); RIC v. VIII: Nicomedia 25, Cyzicus 19, Alexandria 22; acsearch, AncientResource, CoinArchives, CoinTalk, CoinTalk, Numismatics, Numista (SMKA, SMALB). Voir aussi ma fiche.

 

On remarque que toutes les pièces de monnaie présentée ici ont été frappé en Orient, ce qui n’est pas surprenant puisque Constantinus y a maintenant établi sa capitale.

On note également que, bien que traditionnellement appelés portes de camp (“camp gates”), le type de revers illustrant une place forte ne représente pas nécessairement toujours les portes d’un camp romain mais aussi parfois une tour de guet, une forteresse ou même la porte d’entrée d’une ville (FAC). Aussi, les tourelles (parfois décrite comme des soldats faisant le guet) qui surmontent la place forte seraient en fait une sorte de balise de signalisation, utilisant des bûchers pour envoyer des messages lumineux. Allumer des feux pour signaler l’approche de l’ennemi était une pratique déjà en utilisation par les Grecs. Avec ce type de revers, la propagande impériale utilise le symbole de la place fortifiée conjointement avec l’inscription Providentiae Avgg pour transmettre un message rassurant affirmant que l’empire est maintenant à l’abris des invasions (TAC). Ce type de revers est très fréquent au IVe siècle.

La pièce commémorative de Constantinus représente la déification et l’ascension au ciel de l’empereur. La Manus Dei, cette main de Dieu tendue pour l’accueillir, est fort probablement la toute première représentation de la divinité judéo-chrétienne sur une pièce de monnaie. Constantinus est représenté voilé car, dans la religion romaine, le prêtre ou l’officiant porte le voile pour marquer la nature sacrée de l’acte, comme lorsque l’on procède à un sacrifice pour les dieux. L’Empereur est représenté voilé car sa déification est un moment sacré.

La semaine prochaine nous nous attardons sur l’un des fils de Constantinus, Crispus, qui a été César entre 317 et 326 EC.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 57

Les Constantiniens (1)

Constantinus (310-337 EC) (2)

Comme je l’ai mentionné la semaine dernière, à partir d’octobre 312 il ne reste plus que deux co-empereurs: Licinius en Orient et Constantinus en Occident. Pendant environ quatre ans, ce partage du pouvoir se maintient sans trop d difficultés mais une une méfiance mutuelle croissante mène à l’inévitable conflit. À deux reprises, la guerre civile éclate et les deux co-empereurs s’affrontent. En fait il n’y a grand chose à dire de plus sur ces événements que ce qui a déjà été dit dans mes entrées sur Licinius (partie 1 et partie 2) alors je tenterai d’être bref.

Après sa victoire sur Maxentius à Rome, Constantinus est entré (adventus) dans la cité en triomphe. Il reçoit du sénat le titre de “Plus grand des Augustes”. Dans les années qui suivent, il s’attache à améliorer son image à l’aide d’une importante campagne de propagande et de construction publiques, mais surtout à consolider son armée afin de s’assurer de sa supériorité sur son adversaire. En avril 313, il rencontre Licinius à Mediolanum (Milan) pour consolider leur alliance par le mariage de ce dernier à Constantia, la demi-soeur de Constantinus. Ils proclament conjointement l’Édit de Milan qui accorde la liberté de culte à toute religion (y compris le christianisme). Toutefois, Licinius doit retourner précipitamment en Orient car il reçoit la nouvelle que Maximinus Daza a capturé Byzance et fait le siège de Héraclée. Licinius le rejoint à Andrinople et le vainc à la bataille de Tzirallum. 

Il ne faudra que deux ans pour que cette alliance se désagrège alors que Constantinus accuse Licinius d’être derrière une tentative d’assassinat. Les armées des deux Augustes s’affrontent d’abord à la bataille de Cibalae en octobre 316, où Constantinus met Licinius en déroute, puis à nouveau en décembre à la bataille de Mardia. Faute de victoire décisive on se résout à négocier en janvier 317 et parvient à un accord en mars où Licinius doit concéder la Pannonie et la Macédoine. En échange, le fils de Licinius (Licinius II) est fait César conjointement avec ceux de Constantinus (Crispus et Constantinus II). La paix revient sur l’Empire pour un autre six ans. Pendant ce temps, Constantinus s’est établit à Sirmium (en Pannonie) pour défendre la frontière du Danube contre les Goths et les Sarmates (en 322-323).

Dès 320, la rumeur que Licinius ait répudié l’Édit de Milan et soit retourné à des pratiques païennes crée des tensions entre les Augustes qui culminent en un nouveau conflit. C’est un affront à Constantinus qui s’est érigé en défenseur du christianisme. Un incident frontalier en 323, servira de prétexte au conflit qui se déclinera en une série d’affrontements: la bataille d’Andrinople en juillet 324, puis les batailles navales de l’Hellespont et finalement la bataille de Chrysopolis en septembre 324. Coup sur coup, son infériorité numérique compensée par la ferveur de ses troupes, Constantinus en sort vainqueur. À Nicomédie, Licinius se rend car Constantinus a promis à sa demi-soeur qu’il serait épargné. Il est exilé à Thessalonique mais sera néanmoins exécuté quelques mois plus tard. Constantinus est enfin le seul maître de l’Empire. (À suivre…)

Cette semaine je vous présente cinq autres pièces de monnaie de Constantinus qui offrent toutes différents types de “VOT XX” (que j’ai déjà discuté dans la première partie de mon exposé sur Licinius).

IMG_0699-0707La première de ces pièces est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 17 x 19 mm, 2.561 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONST-ANTINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un étendard inscrit d’un VOT[IS] XX (sur deux lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]” — le texte n’est pas clair sur la photo mais demeure très lisible sous certains angles), planté entre deux captifs assis et ligotés, avec l’inscription latine VIRTVS – EXERCIT[VS] (“la valeur / le courage de l’armée”), avec un S T en exergue (marque de la deuxième officine [S = Secundus] de l’atelier de Ticinium [T]).

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 356, 376), cette pièce aurait été frappé par la deuxième officine de l’atelier de Ticinium (Pavie) vers 319-320.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Exercitus, standard, vexillum, Virtus, Virtus Exercit, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 114; CataWiki, CoinArchives, CoinArchives, r5coins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0688-0695La deuxième pièce est un beau follis réduit très similaire au premier (VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.623 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un étendard inscrit d’un VOT[IS] XX (sur deux lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”), planté entre deux captifs assis et ligotés, avec l’inscription latine VIRTVS – EXERCIT[VS] (“la valeur / le courage de l’armée”), avec un PLG en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Lugdunum [LG]) et A / S (marque de séquence) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (op. cit., v. vii, p. 129), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Lugdunum (Lyon) vers 320.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Exercitus, standard, vexillum, Virtus, Virtus Exercit, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 107; CoinArchives, CoinProject. Voir aussi ma fiche.

IMG_8288-8289La troisième pièce est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 19.5 x 20 mm, 2.543 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTA-NTINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un autel (Ara ou Cippus) sur lequel repose un globe céleste surmonté de trois étoiles (❋❋❋), engravé VOT-IS-XX (sur trois lignes, signifiant Votis Vicennalibus / “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”), avec l’inscription latine BEATA TRAN-QVILLITAS (“Tranquillité bénie ou heureuse”), avec S T R en exergue (marque de la deuxième officine [S = Secundus] de l’atelier de Augusta Treverorum [TR]).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 143, 157-159, 190), cette pièce aurait été frappé par la deuxième officine de l’atelier de Augusta Treverorum (Trèves) vers 321.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Ara, Beata Tranquillitas, Cippus, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 303; acsearch, CoinArchives, CoinArchives, CoinTalk, WildWinds (S [text, image], var [text, image]). Voir aussi ma fiche.

IMG_0742-0747La quatrième pièce est un très beau follis réduit (F [Fine], AE [Bronze], 18.5 x 19.5 mm, 2.087 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS].  Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier, avec l’inscription latine D[OMINO] N[OSTRI] CONSTANTINI MAX[IMO] AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Constantinus le Grand Auguste”), avec un R P en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Rome [R]).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 289-290, 320-321), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Rome vers 321.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Dominus, laurel wreath, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus);  RIC v. 7: 232 / 237; acsearch, Catawiki, CoinProject, FAC, vcoins,  WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0751-0755La cinquième pièce est un très très beau follis réduit (VF [Very Fine], AE [Bronze], 18.5 x 19 mm, 3.129 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de l’empereur laurée à droite, avec l’inscription latine CONSTAN-TINVS AVG[VSTVS].  Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier (décorée d’une étoile dans le haut), avec l’inscription latine D[OMINO] N[OSTRI] CONSTANTINI MAX[IMO] AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Constantinus le Grand Auguste”), avec un TSEVI en exergue (marque de la cinquième officine [E = Epsilon] de l’atelier de Thessalonique [TS]; “VI” pourrait être une marque de séquence ou une référence au VIe Consulat de Constantinus en 320).

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 481, 495-496, 513), cette pièce aurait été frappé par la cinquième officine de l’atelier de Thessalonique vers 324.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Dominus, laurel wreath, vota, VOT XX), ERIC (Constantinus);  RIC v. 7: 123; acsearch, CGBFR, CoinArchives, CoinProject, CoinTalk, sixbid, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

 

Encore une fois, on remarque que les pièces de monnaie présentées ici sont surtout frappées en Occident, puisque durant cette période Constantinus était encore cantonné dans la partie ouest de l’Empire. Les pièces frappées à Rome et à Thessalonique démontrent bien que, depuis sa victoire contre Maxentius en octobre 312, il a reprit le contrôle de la ville éternelle et qu’il a étendu son territoire plus à l’Est (notamment en Macédoine) après sa victoire contre Licinius lors de la première guerre civile en 317.

Aussi, le fait que les trois premières pièces représentent l’empereur avec des attributs beaucoup plus militaires (casqué et cuirassé au lieu d’être simplement lauré ou radié et drapé) est sans doute une référence soit à sa victoire contre Licinius quelques années auparavant, soit aux tensions renouvelées qui l’obligent à se maintenir sur le pied de guerre. Ce sont également des pièces qui flattent l’égo des troupes en ventant leur mérite (Virtus Exercitus) ou qui promettent la paix (Beata Tranquillitas).

Il est intéressant de pouvoir comparer des exemplaires d’un type de revers frappé à deux ateliers différents, comme pour le type avec un étendard entouré de captifs frappé à Ticinium et à Lugdunum. C’est le cas aussi pour les deux dernières pièces qui sont deux exemplaires du même type de “VOT XX” dans une couronne frappé à  Rome et à Thessalonique. Ce type représente le pendant pour Constantinus des deux “VOT XX” dans une couronne que je vous ai présenté dans la deuxième partie de mon entrée sur Licinius. Car les types de revers n’étaient pas seulement partagés par plusieurs ateliers mais aussi par les différents Augustes et Césars, afin de maintenir une uniformité dans la monnaie. Finalement, nous remarquons que le titre de “Constantin Le Grand” (Constantinus Maximus), que l’on retrouve souvent dans les sources, prend également son origine à cette époque. 

La semaine prochaine nous concluons le règne de Constantinus et nous pencherons sur ses accomplissements avec trois autres pièces de monnaie.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 56

Les Constantiniens (1)

Avec Constantinus  s’ouvre la dynastie des Constantiniens. J’ai déjà amplement parlé des actions de Constantinus durant la tétrarchie (voir mes entrées sur Diocletianus, Maximianus, et Licinius — partie 1 et partie 2). Je tenterai donc d’être bref. Comme j’ai une douzaine de pièces de monnaie de Constantinus, je vais les répartir sur au moins trois entrées traitant d’abord de la période où il était tétrarque, puis celle des guerres civiles avec Licinius et enfin celle où il règne seul sur l’Empire annonçant le début de l’époque byzantine.

Constantinus (310-337 EC) (1)

Flavius Valerius Aurelius Constantinus est né le 27 février c271-277 à Naissus en Mésie. Sa famille était originaire de la Dacie aurélienne. Il est le fils de Helena, la première épouse ou concubine de Constantius qui était d’origine grecque très modeste (servante dans une auberge ou même, peut-être, prostituée). Toutefois lorsque son père est nommé préfet du prétoire en Gaule par Maximianus en 288 ou 289, il doit la répudier pour épouser la fille de ce dernier, Théodora. En mars 293, Constantius accède à la tétrarchie en devenant le César de Maximianus et reste en Gaules pour y écraser une révolte. Pendant ce temps, Constantinus est élevé à la cours de Diocletianus (comme otage?) et il suit l’exemple de son père en poursuivant une carrière militaire. Il sert dans l’armée dans les campagnes sur le Danube (en 296) et en Orient (297-99), obtenant divers postes de tribuns. En 303, il est de retour à Nicomédie et est témoin des persécution de Diocletianus contre les Chrétiens. Le 1er mai 305, Diocletianus et Maximianus abdiquent le pouvoir en faveur de leur Césars, Constantius et Galerius. Les nouveaux Augustes se choisissent alors des Césars: Severus et Maximinus Daza. Un choix qui ne fera pas l’unanimité, car il ignore les fils de Constantius (Constantinus) et de Maximianus (Maxentius), ce qui déstabilisera la tétrarchie et causera une série de conflits qui dureront presque deux décennies. Constantinus, ne se sentant pas en sécurité à la cour de Galerius à Nicomédie, va rejoindre son père à Bononia (Boulogne) à l’été 305. De là ils traversent en Bretagne où ils font campagne contre les Pictes durant l’été et l’automne. Cependant, Constantius tombe malade et meurt le 25 juillet 306 à Eboracum (York). Les troupes acclament alors Constantinus comme Auguste. Afin d’éviter un conflit, puisque la position d’Auguste devrait revenir Severus, Galerius propose en compromis que Constantinus devienne plutôt le césar de ce dernier. Constantinus accepte cette décision qui, par le fait même, donne légitimité à son pouvoir. 

Constantinus se retrouve en contrôle de tout le territoire à l’ouest de la frontière Rhénane: la Bretagne, la Gaule et l’Hispanie. Il conclut sa campagne en Bretagne, puis va s’établir à sa capitale régionale de Augusta Treverorum (Trèves). En réaction, avec l’appui de son père, Maxentius se déclare Auguste (usurpateur) en octobre 306 et occupe Rome. Galerius refuse de le reconnaitre et envoi Severus pour le ramener à l’ordre mais celui-ci est capturé et tué. Constantinus accepte une alliance avec Maximianus, consolidée par un mariage avec sa fille Fausta, mais il garde néanmoins ses distances du conflit prétextant une invasion de Germains sur le Rhin. En novembre 308, Galerius tente de mettre fin à la discorde avec la conférence de Carnuntum mais sans grand succès. Il y est toutefois décidé que Severus serait remplacé par Licinius et que Constantinus demeurerait son César. Mais la tétrarchie ne tarde pas à dégénérer en guerres civiles: en 310, alors que Constantinus est occupé à repousser une invasion de Francs, Maximianus le déclare mort et tente d’usurper son pouvoir. Constantinus revient du front par voie fluviale jusqu’à Lugdunum (Lyon) et poursuit Maximianus jusqu’à Massilia (Marseille) où il le vainc. Maximianus est contraint de se suicider en juillet 310. À cette époque, Galerius est trop malade pour se préoccuper des querelles entre tétrarques. Sa dernière action sera de proclamer l’Édit de Sardique en avril 311, mettant fin aux persécutions contre les Chrétiens. Il meurt dans son palais de Felix Romuliana le 5 mai 311. Le pouvoir se partage donc entre Maximinus Daza et Licinius en Orient et Constantinus en Occident. 

L’usurpateur Maxentius, désirant venger son père, profite de ce moment pour se mobiliser contre Constantinus. Craignant que Maxentius ne s’allie avec Licinius, Constantinus le devance et offre à Licinius de marier sa soeur Constantia. Choqué de cette alliance, Maximinus Daza s’allie à son tour à Maxentius. Licinius le vaincra plus tard (en avril 313) à la bataille de Tzirallum et il mourra quelques mois plus tard. Au printemps 312, Constantinus traverse les Alpes pour affronter Maxentius à Augusta Taurinorum (Turin). Maxentius s’échappe et se réfugie à Rome où Constantinus l’affrontera en octobre lors de la bataille du pont Milvius. Malgré un sérieux désavantage numérique, les troupes de Constantinus marche sur l’ennemi en portant un étendard (labarum) orné d’un étrange signe: un chi (X) traversé d’un Rho (P) pour former le monogramme du Christ (se sont les deux premières lettres grecques de ΧΡΙΣΤΟΣ / Christos). Constantinus avait eut une vision (ou un songe?) de ce signe avec la mention In Hoc Signo Vinces (“Par ce signe tu vaincra”). Grâce à une judicieuse charge de cavalerie, Constantinus brise la ligne de défense de Maxentius qui, vaincu, se noie dans le Tibre. Le 29 octobre 312, Constantinus entre en vainqueur dans Rome. Il ne reste plus que deux candidats au pouvoir suprême: Licinius en Orient et Constantinus en Occident. Pendant quelques années cet équilibre de pouvoir se maintient mais une méfiance mutuelle croissante mène à l’inévitable conflit en 316. (À suivre!)

Aujourd’hui je vous présente chronologiquement cinq pièces de monnaie de Constantinus. Ce sont toutes des pièces qui ont le même type de Sol Invicto.

IMG_8282-8283La première pièce est un très très beau Follis (VF [Very Fine], AE [Bronze], 22 mm, 3.927 g, payé environ $6 le 1985/06/16, patine verte; die-axis: ↑↓). L’avers nous offre un buste de l’empereur lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] CONSTANTINVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol radié debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI INVIC-TO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), avec un PLG en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Lugdunum [LG]) et un F / T (marque de séquence?) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (Sutherland, C.H.V.; Ed. By Sutherland C.H.V. & Carson, R.A.G. The Roman Imperial Coinage, vol. VI: From Diocletian Reform (294) to the death of Maximinus (313). London: Spink & Son, 1967, pp. 240, 265), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Lugdunum (Lyons) vers 309-310 EC. 

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Lugdunum, Soli Invicto Comiti), ERIC (Constantinus); RIC v. 6: 309-310; acsearch, CoinArchives, CoinTalk, Numismatics, Numista, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0651-0656La seconde pièce est un très beau Follis (F [Fine], AE [Bronze], 22 x 23 mm, 4.129 g, payé environ $5 le 1985/01/06, patine vert foncé-bleuâtre; die-axis: ↑↓). L’avers nous offre un buste de l’empereur lauré et cuirassé à droite, avec l’inscription latine  IMP[ERATOR] CONSTANTINVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol radié debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI INVIC-TO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), avec un PLN en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Londinium [LN]) et un T / F (marque de séquence?) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (op. cit., v. vi, pp. 119-120, 133), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Londinium (Londres) vers le milieu de 310 EC.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Soli Invicto Comiti), ERIC (Constantinus); RIC v. 6: 121a; acsearch, BM, catawiki, CoinArchives, FAC, numista, vcoins, WildWinds (text, image), yorkcoins. Voir aussi ma fiche.

IMG_0667-0676La troisième pièce est un très beau Follis (F [Fine], AE [Bronze], 21 x 22 mm, 4.033 g, payé environ $5 le 1985/06/16, patine brune, flan un peu tordu avec quelques taches de vert-de-gris et une importante incrustation rougeâtre sur le revers; die-axis: ↑↗︎). L’avers nous offre un buste de l’empereur lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] CONSTANTINVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol radié debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI INVIC-TO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), avec un PLG en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Lugdunum [LG]) et un S / F (marque de séquence?) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, pp. 117-118, 122), cette pièce aurait été frappé par la première officine de l’atelier de Lugdunum (Lyons) vers 313-314 EC.

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Soli Invicto Comiti), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 3; acsearch, CoinArchives, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0813-0816La quatrième pièce est un beau Follis (VG [Very Good], AE, 22 mm, 4.009 g, payé environ $7, patine brun foncé avec vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers nous montre un buste de l’empereur lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] CONSTANTINVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol radié debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI INV-I-CTO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), avec un PLG en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Lugdunum [LG]) et un F / T (marque de séquence? Possiblement T / F) dans le champs de part et d’autre.

Cette pièce est très difficile à dater car la césure “INV-I-CTO” semble très rare à l’atelier de Lugdunum (et pourtant je vois assez clairement le PLG en exergue). Cette césure est plus fréquente pour d’autres ateliers (comme Aquilée, Arelate, Londinium, Ostie ou Rome). Même la marque de séquence est incertaine. S’il s’agit de F/T, comme je l’ai d’abord cru, alors la pièce daterait de 309-310 comme pour la première pièce ci-haut (RIC  v. 6, #310) mais il ne semble pas y avoir de mention de cette césure à cette époque. La marque de séquence pourrait également être T/F (puisque cette césure semble présente à Lugdunum à cette époque mais pas pour le type spécifique de cette pièce) et la datation serait alors de 314-315 (RIC v. 7, 16 [p. 123]). 

Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Soli Invicto Comiti), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 16 ?; acsearch, CoinArchives, CoinTalk. Voir aussi ma fiche.

IMG_0730-0733La cinquième pièce est beau Follis (VG [Very Good], AE, 18 x 18.5 mm, 2 g, payé environ $6 le 1987/07/16, patine vert-de-gris; die-axis: ↑↓). L’avers nous offre un buste de l’empereur lauré et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTANTINVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS].  Le revers illustre un Sol radié debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI INVIC-TO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), avec un BTR en exergue (marque de la seconde officine [B = Beta] de l’atelier de Treveris [TR]) et un T / F (marque de séquence?) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (op. cit., v. vii, pp. 149-152, 172-173), cette pièce aurait été frappé par la seconde officine de l’atelier de Augusta Treverorum (Treveris ou Trèves) en 316 EC.

Je me suis souvent demandé ce que pouvait bien signifier les marques de séquences mais je n’ai pas encore trouvé de réponse satisfaisante. J’ai l’hypothèse que cela pourrait être les initiales des officiers en charges des ateliers, comme c’était le cas sous la République. Quelqu’un a aussi proposé que le T / F soit une abréviation pour Temporum Felicitas (“Temps de bonheur/prospérité”) mais j’en doute car cela n’expliquerait pas les autres marques de séquence comme A/S, S/F ou F/T. Je vais donc continuer à chercher et je trouverai bien un auteur (peut être quelque part dans le RIC) qui donne une explication.

 Sources: Wikipedia (Constantinus [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus, Soli Invicto Comiti), ERIC (Constantinus); RIC v. 7: 105; CoinArchives, CoinArchives, Numista, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

On remarque d’abord que toutes les pièces présentées aujourd’hui ont été frappé en Occident, ce qui est normal puisque Constantinus a toujours été le tétrarque (César) Herculéen qui était en charge de la partie ouest de l’Empire, avec sa capitale régionale situé à Augusta Treverorum (Trèves) près de la frontière du Rhin. Il peut donc sembler étrange que, dès qu’il a été seul au pouvoir, il ait déplacé sa capital en Orient, à Byzance (renommée Constantinople pour l’occasion). Il y a trois raison pour cela: d’une part l’Empire s’était beaucoup étendu à l’Est donc déplacer la capitale à Byzance permettait de la re-centrer sur l’Empire. Byzance était également très proche de Nicomédie, la capitale régionale de l’Orient où il avait grandit à la cour de Diocletianus, et s’établir a proximité était une façon de se réclamer de la légitimité du lieu. Finalement, il était toujours plus prudent d’installer le gros de ses troupes près de l’endroit où se retrouvait la plus grande menace et Byzance le rapprochait de la frontière du Danube et de la Mésopotamie.

Il peut également paraître bizarre qu’un empereur très associé au christianisme ait frappé autant de pièces de monnaie à l’effigie du dieu solaire païen Sol Invictus. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’avant de se convertir au christianisme, Constantinus était un fervent adepte du “Soleil Invaincu”. Comme toute les religion orientale, ce culte solaire était très populaire auprès des soldats. En 274, après sa victoire sur Zenobia, Aurelianus en fait le culte principal de l’Empire, dans l’espoir que cela ait un effet unificateur sur les cultures très diversifiées de l’Empire, et lui dédit un temple à Rome sur le Champ de Mars où l’on célèbre le “Jour de naissance du Soleil“ (Dies Natalis Solis) le 25 décembre. Il était donc normal que Constantinus, en tant que soldat, en soit un adepte et, qui plus est, qu’il l’utilise dans sa propagande pour accroître la fidélité de ses troupes. Toutefois, avec le IVe siècle, une autre religion orientale rivalise avec la popularité de Sol Invictus: le christianisme. Si la propagande veut bien nous faire croire que Constantinus s’y soit converti à cause d’une vision qui lui promettait la victoire, il est beaucoup plus probable qu’il l’ai adopté pour des raisons politiques et stratégiques: le christianisme était devenu plus populaire et un meilleur instrument pour fidéliser l’armée. Plus tard, en mars 321, il instaurera le “jour du soleil” (dies Solis, i.e. dimanche) comme un jour de repos obligatoire — poussant encore plus loin ce syncrétisme qui a réunit plusieurs éléments des deux cultes.

La semaine prochaine nous continuons notre survol du règne de Constantinus avec cinq autres pièces de monnaie. (Désolé si cette publication a été mise en ligne tardivement mais depuis la mi-mai des migraines récurrentes et un récent mal de dos me rendent le travail difficile…)

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 55

Les tétrarchies (6)

Licinius II (317-324 EC) 

Valerius Licinianus Licinius Junior (dit Licinius II) est né en juillet ou août 315 possiblement à Nicomédie. Son père est l’empereur romain Licinius et sa mère est Flavia Julia Constantia, la demi-soeur de Constantinus (elle est né du second mariage de Constantius Chlorus avec Flavia Maximiana Theodora). À peine âgé de deux ans, il est nommé césar, en même temps que ses cousins Crispus (âgé de dix-sept ans) et Constantinus II (âgé de sept mois!), le 1er mars 317. Il est nommé Consul une première fois avec son oncle Constantinus en 319, puis une seconde fois avec son père en 321. En mars, il célèbre également ses quinqennalia (cinq ans de règne en tant que césar). Toutefois, la même année, Constantinus nomme ses deux fils (Crispus et Constantinus II) comme co-consuls pour l’Occident ce qui fait que l’Empire aura exceptionnellement quatre consuls au lieu de deux — ce qui contribue à exacerber les tensions en les co-empereurs. Ceux-ci s’étaient déjà affronté dans une première guerre civile en 316 (période que Licinius II passe en sureté auprès de sa mère à Sirmium) mais 321 marque la rupture définitive entre Licinius et Constantinus. 

Après une série d’affrontements, Licinius est vaincu par Constantinus le 18 septembre 324. Constantia intercède auprès de son frère pour que son époux et son fils soient épargnés. Licinius II perd alors son titre de césar et Licinius se retire à Thessalonique. Cependant, craignant sans doute qu’il ne devienne l’inspiration d’une rébellion, Constantinus fait exécuter Licinius au printemps 325. Il a probablement hésité à faire assassiner son neveux mais il fait tout de même exécuter Licinius II l’année suivante à Pola (en 326). Ce n’est pas clair si les deux événements sont liés mais, la même année à Pola, Constantinus fait également exécuter son propre fils, Crispus (né de sa première épouse, Minervina) car il aurait été accusé d’adultère avec sa belle-mère (Fausta, seconde épouse de Constantinus). C’est du moins ce qui disent Zosimus et Zonaras, mais il est bien possible que Crispus ait comploté contre son père ou que Constantinus ait simplement été jaloux de la popularité de son fils… Cela démontre bien le peu de scrupule que Constantinus avait de se débarrasser de la compétition. Il n’a pas pris le risque d’attendre que Licinius II prenne la toge virile et devienne une menace potentielle. Licinius II n’avait que onze ans lors de son décès mais aura tout de même été césar pendant sept ans.

IMG_0593-0597J’ai deux pièces de monnaie de Licinius II. La première est un assez beau follis réduit (AE3, G [Good], AE [Bronze], 17 mm, 2.503 g, payé environ $7, patine verdâtre avec traces de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers offre un buste du (très) jeune césar lauré et drapé à gauche, portant un globe et un sceptre dans la main gauche et une mappa dans la main droite, avec l’inscription latine D[OMINVS] N[OSTER] VAL[ERIVS] LICIN[IANVS] LICINIVS NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (“Notre Seigneur Valerius Licinianus Licinius Très Noble César”). Le revers illustre Jupiter debout à gauche, nu sauf une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant une petite victoire dans la main droite et un long sceptre dans la gauche, avec l’inscription latine IOVI CONSER-VATORI CAESS[ARVM] (“À Jupiter Protecteur des Césars” — le double “S” dénote un pluriel), un SMK en exergue (Sacra Moneta Kyzici, marque presqu’illisible de l’atelier de Cyzique) ainsi qu’une couronne et une lettre grecque (marque d’officine illisible, possiblement un “A” [alpha] ou un “𝞒” [gamma] mais cela pourrait en fait être n’importe laquelle des huit officines) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 644), cette pièce aurait été frappée à Cyzique (dans une officine indéterminée) vers 317-320 EC. Elle ne fait que reprendre un type fréquent chez son père (voir mon entrée précédente).

Sources: Wikipedia (Licinius II [FR/EN], mappa), Google, FAC (Licinius II, Iovi Conservatori, Jupiter, mappa, Victory), ERIC (Licinius II); RIC v. 7: 11; CoinArchives, CoinProject, Numista, WildWinds (text, images A, B, 𝞒, 𝞓, E, S, Z, H). Voir aussi ma fiche.

IMG_0610-0618La deuxième pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 2.916 g, payé environ $6 le 1985/04/14, caractérisé par une patine brune et une important rognure à 135º qui donne une forme plutôt ovale à la pièce; die-axis: ↑↓). L’avers présente une tête du jeune césar laurée à droite, avec l’inscription latine LICINIVSNOB[ILISSIMVS] CAES[AR] (“Licinius Très Noble César”). Le revers illustre un VOT[A] • V (Vota quinquennalibus) sur deux ligne dans une couronne, avec l’inscription latine CAESARVM NOSTRORVM (“Voeux pour le cinquième [anniversaire de règne] de nos césars”) et un QA en exergue (marque de la quatrième officine [Q = Quartus] de l’atelier de Arelate [A]).

Selon le RIC (op. cit., pp. 230, 259), cette pièce aurait été frappée par la quatrième officine de l’atelier de Arelate (Arles) en 321 EC. Elle correspond à la série de type “VOT XX” de son père (que j’ai déjà expliqué dans une entrée précédente). Toutefois, après la frappe de ce type, plusieurs ateliers Occidentaux comme Arelate, sous le contrôle de Constantinus, cesseront d’émettre des pièces au noms de Licinius et de son fils, démontrant bien la fracture entre les deux co-empereurs en 321.

Sources: Wikipedia (Licinius II [FR/EN]), Google, FAC (Licinius II), ERIC (Licinius II); RIC v. 7: 231; Sear RCV (1983): 3714; acsearch, CGB, CoinArchives, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Les pièces de monnaie de Licinius II ne nous apprennent pas grand chose sur son bref règne car elles ne font que reprendre des types de pièces de Licinius. Elle sont toutefois utiles pour confirmer la chronologie des événements du règne de son père.

La semaine prochaine nous abordons la dynastie des Constantiniens, qui marque une époque fondamentale de l’histoire de l’Empire Romain avec le début de l’Empire Byzantin. Je vous présenterai donc un premier groupe de pièces de monnaie de Constantinus, dont j’ai une douzaine de pièces.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 54

Les tétrarchies (5)

Avant de poursuivre avec la seconde partie de la vie de Licinius, je tiens à souligner que je me consacre à cette chronique sur la vie des empereurs romains à travers les pièces de monnaie de ma collection depuis maintenant une année ! J’ai débuté en vous présentant une belle pièce de Lucius Verus (un denarius datant de 167-168) le 3 septembre 2020 et j’ai poursuivi (avec un superbe tétradrachme athénien) dans un ordre plus ou moins chronologique, avec quelques apartés sur les femmes romaines, les royaumes environnants, puis un retour sur les Julio-Claudiens, jusqu’à la fin de la crise du IIIe siècle et l’avénement des tétrarchies. La riche dynastie des Constantiniens, mes horribles pièces byzantines et diverses autres monnaies m’offriront probablement assez de matériel pour continuer une autre année… Peu m’importe qu’on me lise tant que je me garde l’esprit actif et que je m’amuse à approfondir (et à partager) mon savoir — cet immense puits de connaissances largement inutiles qu’est mon esprit ! Alors beatus natalis omnibus amatoribus antiquis denarios !

Licinius (308-324 EC)  (2)

Après que Caius Valerius Licinianus Licinius ait vaincu Maximinus et purgé toute trace de son entourage en 313, la tétrarchie n’est plus qu’un souvenir. L’empire est maintenant dirigé par seulement deux empereurs: Licinius en Orient et Constantinus en Occident. Pendant une brève période où se maintient l’équilibre des pouvoirs, Licinius (qui s’est établit à Nicomédie) fait campagne contre les Perses Sassanides et les Goths et, à l’été 315, son épouse Constantia lui donne un fils, Valerius Licinianus Licinius Iunior. Toutefois, la méfiance de l’un envers l’autre étant croissante, l’inévitable conflit fini par éclater: Constantinus, accusant Licinius d’héberger l’auteur d’un complot, marche contre son co-empereur en 316, prends Siscia (capitale de la Pannonie) puis le défait à la bataille de Cibalae. Licinius doit fuir à Sardique (en Thrace) où il nomme Valens, l’un de ses généraux, co-empereur. Après des négociations infructueuses, les deux armées s’affrontent à nouveau en décembre 316 à la bataille de Mardia. Faute d’une victoire décisive, les négociations reprennent en janvier 317 et, après un accord en mars, Licinius doit concéder une partie de son territoire et faire exécuter Valens. En échange, il est nommé co-consul avec Constantinus et son fils, Licinius II, est nommé Nobilissimus Caesar avec les fils de Constantinus, Crispus et Constantinus II. 

Cette trêve précaire dure environ six ans, période durant laquelle Licinius est occupé à défendre ses frontières (notamment contre un invasion de Sarmates en 318). Dès 320, la tension monte alors que Constantinus accuse Licinius de renouer avec la religion traditionnelle (dont le culte jupitérien) et la persécution des chrétiens. Le conflit éclate à nouveau en 323 lorsque des troupes de Constantinus, à la poursuite de pillards Goths, pénètrent en Mésie supérieure, un territoire sous le contrôle de Licinius. Constantinus marche à nouveau contre Licinius qu’il affronte en une série de batailles. Après avoir été défait à Andrinople en juillet 324, Licinius se réfugie à Byzance. Il nomme Martinianus, l’un de ses hauts fonctionnaires, son co-empereur et l’envoi à Lampsaque pour tenter, sans succès, d’intercepter Constantinus. Pendant que son père fait le siège de la ville, Crispus attaque la flotte largement supérieure de Licinius, sous le commandement de l’Amiral Abantus, et l’anéantit en deux batailles navales qui se déroulèrent dans l’Hellespont (Dardanelles). Voyant le vent tourner, Licinius abandonne Byzance pour traverser en Bythinie, à Chalcédoine, où il rejoint les troupes de Martinianus et des auxiliaires wisigoths, et affronte l’armée de Constantinus le 18 septembre 324 lors de la bataille de Chrysopolis. L’armée de Constantinus, menée par son étendard chrétien, le labarum, amorce un assaut frontal massif et massacre les troupes de Licinius. Celui-ci s’enfuit à Nicomédie mais il concède la défaite dès le lendemain, après que Constantia ait négocié pour que les vies de son époux et de son fils soient épargnées. Ils seront exilés à Thessalonique mais, dès le printemps suivant (325), Constantinus les fera exécuter et leur imposera une damnatio memoriae. Licinius n’aura régné sur l’Empire Romain qu’une quinzaine d’année. Avec lui, la guerre civile de la tétrarchie prends fin et Constantinus règne alors seul sur l’Empire.

Je vous présente ici trois autres pièces de monnaie de Licinius.

IMG_0549-0561La première de ces pièces est une belle petite dénomination (Half-centenionalis, Follis Réduit ou AE3, VG [Very Good], AE [bronze], 18 x 18.5 mm, 2.295 g, payé environ $6 le 1985/04/14, patine brun foncé avec quelques traces vert foncé; die-axis: ↑↓). L’avers présente une tête de l’empereur laurée à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] LICI-NIVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier, avec l’inscription latine D[OMINI] N[OSTRI] LICINI INVICT[I] AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Licinius invincible Auguste”) et un TT (marque de la troisième officine [T = Tertius] de Ticinium [T]) en exergue.

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 380), cette pièce a été frappé par la troisième officine de l’atelier de Ticinium (Pavie) en 320-321 EC.

Sources: Wikipedia (Licinius [FR/EN]), Google, FAC (Licinius, Dominus, laurel wreath, Ticinium, vota, VOT XX), ERIC (Licinius); RIC v. 7: 146; acsearch, coinproject, numista, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0566-0571La deuxième pièce est une très belle petite dénomination très similaire à la pièce précédente (Half-centenionalis, Follis Réduit ou AE3, F [Fine], AE [Bronze], 17.5 x 18 mm, 2.154 g, payé environ $6 le 1985/04/14, caractérisé par une patine brune et une légère fêlure à 30° sur l’avers; die-axis: ↑↑). L’avers offre une tête de l’empereur laurée à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] LICI-NIVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre un VOT[IS] •  XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]…”) sur deux ligne au centre d’une couronne de laurier, avec l’inscription latine DOMINI • N[OSTRI] • LICINI AVG[VSTI] (“…de Notre Seigneur Licinius Auguste”) et un • AQ S • (marque de la seconde officine [S = Secundus] de l’atelier de Aquileia [AQ]) en exergue.

D’après le RIC (op. cit., p. 404), cette pièce a été frappé par la seconde officine de l’atelier de Aquileia en 321. 

Sources: Wikipedia (Licinius [FR/EN]), Google, FAC (Licinius, Aquilea, denomination, Dominus, laurel wreath, vota, VOT XX), ERIC (Licinius); RIC v. 7: 86; acsearch, augustuscoins, coinproject, coinscalkinsc, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0577-0587La troisième et dernière pièce est une assez belle petite dénomination (AE3, G [Good], AE [Bronze], 17 mm, 2 g, caractérisé par un dépôt jaunâtre sur l’avers; die-axis: ↑↑). L’avers offre un buste de l’empereur radié, drapé et cuirassé à droite avec l’inscription latine IMP[ERATOR] C[AIVS] VAL[ERIVS] LICIN[IANVS] LICINIVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Jupiter debout de face, la tête tournée à gauche, nu sauf une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant une petite victoire sur un globe dans la main droite et un long sceptre dans la gauche, un aigle avec une couronne dans le bec et un captif attaché à ses pieds de part de d’autre, avec l’inscription latine (illisible) IOVI CONS-ERVATORI (“[Dédié] à Jupiter le Protecteur”), un SMANT? (marque de l’atelier d’Antioche [SMANT = Sacra Moneta ANTiochia] avec une marque d’officine illisible) en exergue et un X / II 𝛍  (marque de valeur nominale) sur deux lignes dans le champs droit.

D’après le RIC (op. cit., p. 682), cette pièce a été frappé à l’atelier d’Antioche en 321-23. Malheureusement la marque de l’officine est illisible (cela pourrait donc être n’importe laquelle parmi les huit officines qui ont frappé ce type). Les caractères dans le champs droit serait une marque de la valeur nominale de la pièce. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’un X au dessus d’un Pi  et d’un Gamma — et certaines source en ligne l’indiquait comme “X / II Mu” — mais, toujours selon le RIC (op. cit., p. 12-13), il s’agirait plutôt d’un X au-dessus d’un II pour faire X II (12) suivi d’un symbole représentant un semis (demi) pour totaliser 12 1/2. Cela serait l’indication de la dévaluation du follis (le follis réduit). 

Sources: Wikipedia (Licinius [FR/EN]), Google, FAC (Licinius, Antioch, Iovi Conservatori), ERIC (Licinius); RIC v. 7: 35; acsearch, CoinArchives, Numista, WildWinds (text B, image B, image 𝜟, image 𝜠,  image 𝜢). Voir aussi ma fiche.

Ces trois pièces de monnaie nous permettent les réflexions suivantes sur le règne de Licinius:

Une des caractéristiques des pièces présentées cette semaine est le type de revers avec un “VOT XX“ que j’ai déjà discuté la semaine dernière. Toutefois, selon le RIC (op. cit., p. 390), la similitude des deux “VOT XX” frappées à Aquileia et Ticinium pourrait être due au fait que “le type de Ticinium ait été apporté à Aquilée lors de la réorganisation des ateliers monétaires de 320-21 dans le but d’augmenter la production des monnaies en Europe de l’Est”.

Avec ces pièces, nous voyons apparaître une nouvelle titulature: le Dominus Noster (DN). Au IVe siècle la titulature des empereurs tombe souvent dans le superlatif (Nobilissimus Caesar, par exemple, qui signifie “le plus noble des césars”) et l’usage du DN (Dominus Noster = “Notre Seigneur”) tombe probablement dans cette pratique et reflète la réforme de Diocletianus où, avec la tétrarchie, l’Empereur acquiert une nature quasi-divine qui le place bien au-dessus de ses sujets au point où on doit lui vouer un culte (et c’est d’ailleurs pour cette raison que cette période est appelée le “Dominat”, en opposition au “Principat” qui avait caractérisé l’Empire jusqu’alors). Toutefois, elle n’est utilisé qu’après la retraite de Diocletianus et de Maximianus (s’approchant sans doute des types de divinisation comme les DIVO et CONSACRATIO). Les chrétiens utiliseront d’ailleurs aussi ce titre pour qualifier Jésus Christ. Au début, son utilisation est plutôt occasionnelle mais, dès 320, sous Licinius et Constantinus, elle devient beaucoup plus fréquente et tend à remplacer le IMP (Imperator); toutefois, sous Julianus II et Jovianus, elle deviendra la norme. (d’après Augustus Coins, CoinTalk)

La troisième et dernière pièce nous révèle deux choses. D’une part, elle confirme ce que les sources littéraires (comme Eusebius) avaient déjà mentionné (et que Constantinus avait pris à prétexte pour agir contre lui): Licinius semble bien avoir effectué un retour au paganisme en renouant avec la religion romaine traditionnelle  et, comme l’indique cette pièce, particulièrement le culte jovien. L’accusation de Constantinus ne prends donc pas source uniquement dans sa propre propagande. Licinius ne s’est peut-être jamais convertit comme Constantinus mais s’est simplement montré favorable au chrétiens par support pour son épouse Constantia et Constantinus. Cela ne prouve pas non plus qu’il ait repris les persécutions (quoi que c’est ce que Constantinus lui reprochait). Il peut simplement avoir invoqué la protection du dieu jovien (son protecteur, car il est toujours l’Auguste Jovien) par superstition et pour rassurer ses troupes dont il dépendait plus que jamais alors que le conflit avec Constantinus devenait de plus en plus imminent.

D’autre part, cette même pièce démontre bien la dévaluation du follis. Cela reste un sujet controversé et sur lequel les spécialistes ne s’entendent pas. Le RIC dit en effet (RIC, op. cit., pp. 8-9) que “Peu de problèmes monétaires ont causé plus de controverse que ceux concernant la monnaie de bronze du IVe siècle. (…) Constantin ne créa aucune nouvelle monnaie de bronze; sa pièce de bronze était le follis tétrarchique dont le poids diminuait progressivement. (…) il est clair que la monnaie de bronze du IVe siècle était non fiduciaire, c’est-à-dire que la valeur des pièces était déterminée par leur valeur métallique.” Dès 320, dans la partie de l’Empire contrôlé par Licinius, on remarque une réduction de la production de folles et une diminution du nombres d’officines (de 37 à 22) des différents ateliers monétaires. C’est à ce même moment que plusieurs de ateliers monétaires (Antioche, Cyzique, Héraclée, Nicomédie) utilisent sur leurs pièces cette marque de valeur nominale (12 1/2). Elle ne sera plus utilisée par la suite mais il est claire que le follis a maintenant une valeur réduite. On ignore le nom que les romains donnaient à ces petites dénominations et c’est pourquoi les numismates modernes utilisent une nomenclature basée sur la taille de la pièce: par exemple, la dénomination la plus commune, AE3, correspond aux pièces de bronze de 17 à 21 mm; la AE2 correspond à 20 -26 mm et la AE1 correspond à 26-30 mm.

Finalement, il est a noter que toutes les pièces que j’ai mentionné cette semaine sont considérées comme rares. Selon le système du RIC, elles sont classées entre R1 et R3, c’est-à-dire qu’il existe entre quatre et douze pièces connues de ces types (évidement c’était le cas lors de la compilation du répertoire dans les années soixante mais d’autres pièces ont sûrement été découvertes depuis).

La semaine prochaine nous abordons le bref règne de Licinius II dont j’ai deux pièces.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 53

Les tétrarchies (5)

Licinius (308-324 EC)  (1)

Valerius Licinianus Licinius est né en Mésie vers 265 dans une famille de paysans Dace. Il a fait une carrière militaire où il a rapidement gravit les échelons jusqu’à devenir général sous Galerius (dont il était un proche ou une ami d’enfance). Il participe à la campagne contre les Perses Sassanides en 298, négocie avec Maxentius en 307 puis se voit confié l’armée d’Orient. Après la conférence de Carnuntum, le 11 novembre 208, il accède à la tétrarchie alors qu’il est nommé l’Auguste Herculéen (Occident) avec Constantinus comme César. Il commande l’armée des Balkans (dans les provinces d’Illyrie, de Thrace et de Pannonie) et fait campagne contre les Sarmates en 310. À la mort de Galerius, en mai 311, débute une longue lutte de pouvoir pour le contrôle de l’Empire entre Maximinus, Constantinus, Licinius et l’usurpateur Maxentius (fils de Maximianus). Alors que Maxentius renforce sa position en Italie, Licinius et Maximinus s’entendent pour se partager les provinces orientales. Toutefois, afin d’avoir les mains libres pour affronter Maxentius, Constantinus fait une entente avec Licinius où celui-ci accepte de rester neutre dans le conflit — ce qui pousse Maximinus à s’allier avec Maxentius. Ce dernier sera cependant défait par Constantinus à la bataille du pont Milvius le 28 octobre 312. Pour sceller leur entente, en mars 313, Licinius épouse Constantia, la demi-soeur de Constantinus, qui lui donne un fils en juillet 315 (Licinius Junior). En avril 313, les deux empereurs promulguent conjointement l’Édit de Milan qui confirme et complète l’édit de tolérance religieuse décrété par Galerius en 311, accordant la liberté de culte à toutes les religions et, donc, aussi aux chrétiens. Au même moment, Maximinus décide d’attaquer Licinius. Il assiège et prends Byzance, puis Héraclée. Les deux armées s’affrontent à la bataille de Tzirallum le 30 avril 313 et c’est Licinius qui en sort vainqueur. Il ne reste alors plus que deux opposants, Licinius et Constantinus, qui se partagent l’Empire et s’affronteront à deux reprises. [La suite la semaine prochaine]

J’ai cinq pièces de monnaie de Licinius (et deux de son fils, Licinius II). Aujourd’hui je vous en présente deux.

 

IMG_0531-0535La première est une très belle pièce de petite dénomination (Follis ou AE3 ?, VF/F [Very Fine/Fine], AE [Bronze], 19 mm, 2.825 g, payé environ $5 le 1985/06/16, patine verdâtre; die-axis:  ↑↓). L’avers présente un buste de l’empereur lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] LICINIVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Sol radié debout à droite, regardant à gauche, nu sauf une chlamyde à travers l’épaule gauche, tenant un globe dans la main gauche et levant la main droite, avec l’inscription latine SOLI IN-VI-CTO COMITI (“[Dédié] au compagnon (ministre?) du Soleil Invaincu”), un PARL (marque de la première officine [P = primus] de l’atelier de Arelate [ARL]) en exergue et les lettres SF (marques de séquence des frappes) dans le champs de part et d’autre.

Selon le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 239), cette pièce a été frappé par la première officine de l’atelier de Arelate (Arles) en 315-316. Elle exprime probablement l’intérêt marqué de Licinius pour le culte solaire.

Sources: Wikipedia (Licinius [FR/EN], Sol [FR/EN], Sol Invictus [FR/EN]), Google, FAC (Licinius, Sol, Sol Invicto, Comiti, Sol Invicto Comiti), ERIC (Licinius); RIC v. 7: 67; CGBFR, CoinArchives, numista, Licinius, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0540-0544La seconde pièce est une très belle petite dénomination (Follis ou AE3?, F [Fine], AE/BI [Bronze argenturé / Billon], 18 mm, 3.1145 g, payé environ $10, argenture encore apparente mais avec d’important dépôts rougeâtre et verdâtre sur la partie inférieure de l’avers; die-axis: ↑↓). L’avers présente un buste de l’empereur casqué et cuirassé à droite, avec l’inscription latine IMP[ERATOR] LI-CINIVS AVG[VSTVS]. Le revers illustre deux captifs ligotés et assis au pied d’un étendard (vexillum) inscrit d’un VOT[IS] XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”), avec l’inscription latine VIRTVS EXERCIT[VS] (“la valeur / le courage de l’armée”), et un PT en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de Ticinium [T]).

Selon le RIC (op. cit., p. 377), cette pièce a été frappé par la première officine de l’atelier de Ticinium (Pavie) en 319-320. En plus d’offrir les vœux décennaux, cette pièce représente encore une fois une exemple où la propagande impériale encense la valeur de l’armée (et flatte son égo) afin de s’assurer de sa loyauté. 

Sources: Wikipedia (Licinius [FR/EN], Vexillum [FR/EN]), Google, FAC (Licinius, Exercitus, standard, vexillum, Virtus, Virtus Exercit, vota, VOT XX), ERIC (Licinius); RIC v. 7: 116; Sear RCV (1983): 3708; acsearch (01, 02, 03, 04, 05, 06, 07, 08, 09, 10), WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Ces deux pièces de Licinius mettent en lumière autant d’aspects de la société du Bas-Empire Romain. 

Le premier aspect est religieux. Les romains pratiquaient un polythéisme très large où se superposaient le culte traditionnel des ancêtres et des génies locaux (les Lares — un vestige de croyances animistes primitives — dont Maximinus était fervent), une version romanisée des dieux olympiens et toute une collection de diverses religions orientales (cultes à mystère, mithraïsme, Sol Invictus, Judaïsme, Christianisme, etc.). Ces dernières étaient particulièrement populaire parmi l’armée, surtout auprès des soldats qui avaient voyagé en Orient. C’était sans doute le cas de Licinius. La plupart de ces religions, polythéistes, ne s’opposaient à être pratiquer auprès d’autres cultes et reconnaissaient le culte Impérial. Toutefois, les religions monothéiste (comme le Judaïsme et le Christianisme) ne voyaient pas d’un très bon oeil le fait d’intégrer le panthéon romain ce qui posa problème au Bas-Empire alors que la base du pouvoir impériale reposait sur la nature quasi-divine de l’empereur. S’y opposer ou le refus d’y participer s’apparentait à la rébellion ou à la trahison et c’est pourquoi le Christianisme était persécuté — pour des raisons essentiellement politiques. Toutefois, la popularité croissante des religions orientales a amené le pouvoir à prendre éventuellement une position plus tolérante, d’où la proclamation de l’Édit de Milan. La génération de Licinius sera probablement la dernière à pratiquer un culte solaire comme Sol Invictus (dont la grande fête, le Dies Natalis Solis [“Jour de naissance du Soleil”], se célébrait au solstice d’hiver, c’est-à-dire le 25 décembre!) car sous Constantinus le Christianisme sera non seulement toléré mais deviendra la religion officielle de l’Empire! [Voir RIC, op. cit., pp. 48-50]

La deuxième pièce, où un étendard offre des voeux pour le vingtième anniversaire du règne de Licinius, nous introduit à l’idée des “voeux public”. “Il était d’usage à Rome de faire des “vœux publics” aux calendes de janvier, quand les consuls étaient élus, pour la sûreté de l’Empire, et deux jours avant les nones du même mois pour la conservation des empereurs. D’autres “voeux” étaient prononcés lors d’événements spéciaux ou à certains moments périodiques. (…) Les “vœux décennaux” datent du règne d’Augustus (…). Ces vœux décennaux ont été tenus très régulièrement par les successeurs d’Augustus, et sont mentionnés pour la première fois sur les monnaies d’Antoninus Pius.” Plus tard, ils furent célébrés à cinq ans d’intervalle. Ils étaient soit entrepris (vota suscepta), soit accomplis (vota soluta) et parfois même anticipés.[d’après “Vota” in Stevens S.W., Smith C.R. & Madden F.W., Dictionary Of Roman Coins. London: Bell & Sons, 1889. Voir aussi le RIC, op.cit., pp. 56-61.]

La semaine prochaine je continue à vous présenter des pièces de Licinius (pour m’alléger la tâche j’ai décidé de ne présenter que deux ou trois pièces à la fois)…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 52

Les tétrarchies (4)

Maximinus (310-313 EC)

Daza (ou Daïa selon Lactantius) est né le 20 novembre c. 270 près de Felix Romuliana dans une famille de paysans d’origine Thrace mais il prendra par la suite le nom de Maximinus (par convention il est généralement appelé Maximinus II ou Maximinus Daza pour le distinguer de Maximinus Thrax). Comme il était le fils de la soeur de Galerius et s’était probablement distingué comme officier militaire, ce dernier l’a adopté et nommé son César (son second) lorsqu’il est devenu Auguste en mai 305 lors de l’abdication de Diocletianus et Maximianus. Il prend alors le nom de Gaius Valerius Galerius Maximinus. En tant que César jovien il était en charge de la Syrie et de l’Égypte (il a d’ailleurs été le dernier monarque à détenir le titre de Pharaon d’Égypte). Il se retrouve rapidement impliqué dans la guerre civile qui divise les tétrarques. Après la conférence de Carnuntum en novembre 308, lorsque Licinius est devenu Auguste avec Galerius, les deux Césars (Maximinus et Constantinus) sont nommé filii Augustorum (“fils des Augustes”). Il fait une campagne militaire contre les Perses Sassanides en 310 puis, après la mort de Galerius en mai 311, se partage l’Orient avec Licinius. Toutefois lorsque Licinius fait cause commune avec Constantinus, Maximinus s’allie avec l’usurpateur Maxentius. L’affrontement direct avec Licinius devient inévitable mais ce dernier le défait à la bataille de Tzirallum le 30 avril 313. Il meurt de maladie plusieurs mois lus tard, en août, après avoir fuit à Nicomédie puis à Tarse. Étant très dévoué à la religion romaine, il aurait ignoré l’Édit de tolérance de Galerius et commis de nombreuses persécutions contre les Chrétiens. Toutefois, il aurait éventuellement adoucie sa position pour accepter l’Édit de Galerius et même émettre son propre édit de tolérance peu de temps avant sa mort.

J’ai trois pièces de monnaie de Maximinus, que je vous présente (comme à mon habitude) dans l’ordre (croissant cette fois) de qualité.

IMG_0459-0465La première pièce est un follis plutôt passable (Fair, AE [Bronze], 22 mm, 5 g, patine verte avec beaucoup de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). L’avers présente la tête du césar laurée à droite, avec l’inscription latine (partiellement lisible, à peine) GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMINVS NOB[ILISSIMVS] CAES[AR]. Le revers illustre un Génie (Genius) debout à gauche près d’un autel, avec un modius sur la tête, nu sauf pour une chlamyde en travers de l’épaule gauche, tenant une patère (patera) de la main gauche, de laquelle coule un liquide, et une corne d’abondance de la main droite, avec l’inscription latine GENIO CA-ESARIS [*?] (“le génie [esprit protecteur] du prince”). Malheureusement, aucune marque d’atelier ou d’officine n’est visible… (mais il s’agit probablement de ANT / E).

Toutefois, selon le RIC (Sutherland, C.H.V.; Ed. By Sutherland C.H.V. & Carson, R.A.G. The Roman Imperial Coinage, vol. VI: From Diocletian Reform (294) to the death of Maximinus (313). London: Spink & Son, 1967 — voir index) cette titulature et ce type de revers a été frappé à Alexandrie (ALE) en 308 (#64, 71, 78) ou 308-310 (#99/100), à Antioche (ANT, mais l’inscription du revers comporterait une étoile à la fin: GENIO CA-ESARIS*, ce qui pourrait être le cas ici) en 308 (#81, 87a, 94), 308-309 (#103), 309 (#110), 309-10 (#118a), 310 (#132a) et 310-11 (#146), à Cyzique (MK) en 308 (#34) ou encore à Héraclée en 306-307 (#32), 308-309 (#36) et 309-10 (#40). 

Cette pièce a donc définitivement été frappée en Orient et, comme la plupart de mes pièces de cet empereur proviennent d’Antioche il est fort probable que celle-ci a été frappé à la même place. D’autant plus que seules les pièces d’Antioche semblent comporter l’étoile à la fin de l’inscription du revers et l’autel devant lequel le Genius sacrifie. Elle date aussi définitivement de 305-310 EC (dates où Maximinus a été césar), et la seule référence que j’ai trouvé à la présence d’un autel (WildWinds) est pour une pièce qui date de 310-11 EC (RIC op. cit.: 146, pp. 607 & 638).

Sources: Wikipedia (Maximinus [FR/EN]), Google, FAC (Maximinus, Genius, Genio Caesaris, modius), ERIC (Maximinus); RIC vol. 6: 146; coinarchives, FAC, nobleromancoins, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0477-0491La seconde pièce est un beau follis (VG [Very Good], AE [Bronze], 27 mm, 7.814 g, payé environ $5 le 1985/01/06, patine brune; die-axis:  ↑↓). L’avers présente une tête du césar laurée à droite avec l’inscription latine GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMINVS NOB[ILISSIMVS] CAES[AR]. Le revers illustre un Génie (Genius) debout à gauche, nu sauf pour une chlamyde en travers de l’épaule gauche, tenant une patère (patera) de la main gauche et une corne d’abondance de la main droite, avec l’inscription latine GENIO POPV-LI ROMANI (“le génie du peuple romain”), un ANT (marque de l’atelier d’Antioche) suivi d’un point en exergue et un Z (Zeta, marque de la sixième officine) dans le champs droit.

Selon le RIC (op. cit., p. 624) il s’agit donc d’une pièce frappée à Antioche en 305 EC.

Sources: Wikipedia (Maximinus [FR/EN]), Google, FAC (Maximinus, Genius, Genio Populi Romani), ERIC (Maximinus); RIC v. 6: 71c; BeastCoins (image), CoinArchives, CoinProject, CoinTalk, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

IMG_0469-0472La troisième pièce est un très beau follis (F [Fine], AE [Bronze], 24 mm, 6.002 g, payé environ $7-10, patine brunâtre avec quelques dépôts vert et rouge; die-axis:  ↑↓). L’avers présente une tête de l’empereur laurée à droite (les lacets de la couronne de laurier ne sont pas parallèles mais divergents, et la troncation est arrondie), avec l’inscription latine IMP[ERATOR] C[AIVS] GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMINVS P[IVS] F[ELIX] AVG[VSTVS]. Le revers illustre un Génie (Genius) debout à gauche, avec un modius sur la tête, nu sauf pour une chlamyde en travers de l’épaule gauche, tenant une patère (patera) de la main gauche, de laquelle coule un liquide, et une corne d’abondance de la main droite, avec l’inscription latine GENIO IMP-ERATORIS (“le Génie des empereurs”), un ALE en exergue (marque de l’atelier d’Alexandrie), un K et un P dans le champs inférieur de part et d’autre, ainsi qu’un croissant et un 𝞒 (gamma, marque de la troisième officine) dans le champs supérieur de part et d’autre.

IMG_0469tiesSelon le RIC (op. cit., pp. 657, 682) cette pièce aurait été frappé à Alexandrie en 311 EC. Toutefois ma pièce (qui comporte des lacets divergents mais avec une troncature arrondie) n’est pas décrite exactement dans le RIC qui ne présente que l’option parallèle/arrondie pour le Groupe V i. Il n’est pas exceptionnel de voir des variantes de type qui échappent aux répertoires.

Sources: Wikipedia (Maximinus [FR/EN]), Google, FAC (Maximinus, Genius, modius), ERIC (Maximinus); RIC v. 6: 139b; acsearch, acsearch, BeastCoins, CoinArchives, CoinTalk, WildWinds. Voir aussi ma fiche.

CORRECTION (oups!)

Pour la première fois depuis le début de cette chronique je me retrouve avec une pièce mal identifiée. J’avais erronément noté sur ma fiche qu’il s’agissait d’une pièce de Maximinus alors qu’il s’agit en fait d’une pièce de Galerius!

IMG_0454-0457Cette pièce est un assez beau radiate post-réforme (G [Good], AE/BI [Bronze argenturé / Billon], 20 mm, 1.899 g, payé environ $7, patine verdâtre, die-axis: ↑↑). L’avers offre un buste du césar radié, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine (dont la première partie est illisible) GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMIANVS NOB[ILISSIMVS] CAES[AR]. Le revers illustre le césar debout à droite (sur la gauche), recevant une petite Victoire sur un globe de Jupiter à droite (tourné vers la gauche), qui tient un long sceptre, avec l’inscription latine CONCORDIA MIL-ITVM (“[Dédié] à l’harmonie avec les soldats”), un ANT en exergue (marque de l’atelier d’Antioche) et un Z (Zeta, marque de la sixième officine) surmonté d’un croissant dans le champs centre (sous la Victoire).

Selon le RIC (Sutherland, C.H.V.; Ed. By Sutherland C.H.V. & Carson, R.A.G. The Roman Imperial Coinage, vol. VI: From Diocletian Reform (294) to the death of Maximinus (313). London: Spink & Son, 1967, p. 622), ce type de Concordia Militum n’a été frappé à Antioche (avec un croissant au-dessus de la marque d’officine) qu’en 297 EC. Cette pièce représente un élément important de la propagande impériale qui exprime la stabilité de l’empire, celle-ci étant impossible sans une armée satisfaite qui ne se révolte pas à tout bout de champs. Il est donc important de maintenir et de promouvoir la bonne entente avec les troupes…

Sources: Wikipedia (Galerius [FR/EN]), Google, FAC (Galerius, Concordia Militum), ERIC (Galerius); RIC v. 6: 63b; Augustuscoins, FAC, vcoins. Voir aussi ma fiche.

Les nombreux types de pièces avec des Genio romains expriment probablement la dévotion de Maximinus envers la religion traditionnelle.

De fois, l’identification des pièces de monnaie romaine est vraiment pénible et chronophage. Il semble qu’avec le Bas-Empire c’est de plus en plus difficile… J’ai passé tout mon week-end sur cette entrée !!

La semaine prochaine nous aborderons le règne de Licinius !

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 51

Les tétrarchies (3)

Galerius (305-311 EC)

Gaius Galerius Valerius Maximianus est né vers 258 à Felix Romuliana (Mésie Sup.) dans une famille thrace modeste (des paysans). D’abord surnommé Armentarius (“Berger”) il change son surnom lorsqu’il s’engage dans la légion romaine où il gravit rapidement les échelons. Il sert sous Aurelianus, Probus et Carus, puis impressionne suffisamment Diocletianus pour qu’il le nomme préfet du prétoire et lui offre sa fille Valeria en mariage (il répudie sa première épouse et prend le nom de Valerius). Avec la création de la Tétrarchie [pour plus de détails, voir mes entrées sur Diocletianus et Maximinianus], à Sirmium le 1er mars 293, Diocletianus le nomme César (son second et héritier) et il reçoit le titre de Nobilissimus Caesar (“le plus noble césar”). Le duo jovien se retrouve en charge de l’armée d’Orient, ainsi Diocletianus supervise l’Asie et l’Égypte alors que Galerius, lui, assure la défense de la Grèce et de l’Illyrie. 

Dès lors, son rôle est surtout militaire: il fait campagne contre les Sarmates (294), contre les Carpes et les Bastarnes (295-96) puis contre les Perses Sassanides (296-98). Il subit d’abord une défaite à Callinicum mais prend par la suite Nisibe. Toutefois, au lieu de pousser plus loin en territoire Perse, à la demande de Diocletianus il négocie plutôt la Paix de Nisibe (298/99). Il doit rapidement retourner sur la frontière danubienne où les Sarmates et les Carpes s’agitent à nouveau (302-303) mais est de retour à Rome en novembre 303 pour célébrer son triomphe sur les Perses ainsi que la vicennalia (vingtième anniversaire) des deux empereurs et les decennalia (dixième anniversaire) des deux césars. Diocletianus, âgé et malade, convainc son collègue Maximianus qu’il est temps pour eux d’abdiquer le pouvoir au profit de leur césars respectifs, ce qu’ils font le 1er mai 305, mettant ainsi fin à la première tétrarchie. 

Galerius et Constantius deviennent donc les nouveaux Auguste et se choisissent chacun un césar: Galerius prends Maximinus et Constantius prends Severus. Mais ce choix mécontente Maximianus, car il se fait au détriment de son fils Maxentius, et il s’en suit une longue querelle de succession [pour les détails voir mon entrée sur Maximinianus] que Galerius tente de régler avec la conférence de Carnuntum en novembre 308 mais sans grand succès. Il restera le principal Auguste (jovien), tantôt seul tantôt avec Licinius comme co-empereur, et avec Maximinus et Constantinus comme césars. Dans ses efforts pour unifier l’Empire, Diocletianus a tenté de supprimer toutes les opposions à son autorité (qui était certes politique mais surtout religieuse) et, ce faisant, a particulièrement persécuté les chrétiens. Toutefois ces persécutions se sont révélées inefficaces et c’est pourquoi Galerius, vers la fin de sa vie (peut-être pour se donner bonne conscience), y met fin avec l’Édit de Sardique. À l’hiver 310, alors qu’il tombe malade (d’un cancer colorectal ou de gangrène de Fournier), Galerius se réfugie dans son palais de Felix Romuliana (en Dardanie, nommé ainsi en l’honneur de sa mère Romula) où il meurt le 5 mai 311. Il y est inhumé en présence de Licinius. La tétrarchie se termine définitivement avec une lutte à finir pour le pouvoir — qui oppose Licinius, Maximinus, l’usurpateur Maxentius et Constantinus — qui ne prendra fin qu’avec la victoire de ce dernier en 324…

IMG_0384-0389La seule pièce de monnaie que j’ai de Galerius est ce très très beau antoninianus / aurelianus (VF [Very Fine], AE / BI [Bronze argenturé / Billon], 22 x 22 mm, 3.568 g, payé environ $6 le 1985/06/16, caractérisé par une patine brun pâle grisonnante avec des traces d’argenture et quelques dommages de surface affectant une lettre des inscriptions sur chacun des côtés; die-axis: ↑↑). L’avers présente un buste de l’empereur radié, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine GAL[ERIVS] VAL[ERIVS] MAXIMIANVS NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (“Très Noble César”). Le revers illustre deux Concordiae se serrant la main et tenant chacune une corne d’abondance (cornucopiae), avec l’inscription latine CONC-ORDIA AVGG [VSTORVM] (le double “G” dénote une dualité, donc “l’entente des deux empereurs”) et un B en exergue (marque de la deuxième officine).

Selon le RIC (Webb, P.H., ed. by Mattingly, H. & Sydenham, E.A. Roman Imperial Coinage, Vol. V, Part II, London: Spink & Son, [1927] 1972, p. 304), cette pièce aurait été frappée à Lugdunum (Lyon) vers 293-294 EC. C’est donc un aurelianus d’avant la réforme de Diocletianus.

Sources: Wikipedia (Galerius [FR/EN], Concordia [FR/EN]), Google, FAC (Galerius, Concordia, cornucopia, NOB C), ERIC (Galerius); RIC v. 5, pt. 2: 678; ARC, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

Cette pièce représente bien le début de la tétrarchie, en 293, alors que Galerius a été nommé le césar de l’Auguste jovien, Diocletianus. La propagande impériale y représente la bonne entente (symbolisée par les Concordiae qui se serrent la main) entre l’Auguste et son César pour rassurer l’Empire que ce nouveau régime politique apportera la prospérité (symbolisée par les cornucopiae) et la stabilité à laquelle la population aspire. Un autre bel exemple de cette propagande est la fameuse statue représentant les quatre premiers tétrarques s’embrassant les uns les autres. Sculptée dans le porphyre rouge au IVe siècle (c. 305 EC), elle fut ramené de Constantinople par la Quatrième Croisade en 1204 et elle peut être vue de nos jours sur un coin de la Basilique Saint-Marc à Venise, tout près de la “Porta della Carta“.

Ce qui est dommage c’est qui il a deux tétrarques pour lesquels je n’ai aucune pièce de monnaie (vais-je résister à la tentation de corriger cette situation?). Le plus important d’entre eux est Constantius (surnommé plus tard par les byzantins “Chlorus” [du grec χλωρός / khlōrós / “vert”, “pale”, “frais” ou “juvénile”]) qui fut d’abord le césar herculéen pour Maximianus, puis le remplaça en tant qu’Auguste heculéen lorsque celui-ci abdiqua en 305. Je traiterai de Constantius lorsque j’aborderai son fils, Constantinus, car ce dernier joua un rôle extrêmement important dans l’Histoire de l’Empire Romain (et pour lequel j’ai une douzaine de pièces de monnaie!). Je n’ai pas de pièce non plus pour Severus, qui remplaça Constantius comme Auguste herculéen à la mort de ce dernier en juillet 306, mais il ne joua brièvement qu’un rôle mineur dans la tétrarchie alors ce n’est pas une absence importante dans ma collection…

La semaine prochaine nous aborderons un autre tétrarque, Maximinus II dit Daïa (ou Daza), dont j’ai quatre pièces de monnaie.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]