Monture alternative

J’aime beaucoup ma monture actuelle (un vélo électrique Écolo Lithium de Green Power HQ) mais il y a plusieurs facteurs qui m’ont fait récemment considérer une alternative.

Premièrement, la principale raison pour avoir acheté l’Écolo c’est qu’il avait un siège confortable qui permettait aussi d’avoir un passager à l’arrière (il a même des appuis-pieds pliants pour le passager). J’imaginais faire des randonnées romantiques avec ma femme pour aller dans des parcs ou au jardin botanique. Le hic c’est que ma femme refuse catégoriquement de monter avec moi sur le vélo! 

Deuxièmement, l’an dernier il y avait une ligne de piquetage devant mon travail. Je ne pouvais pas, en bon syndiqué de bonne conscience, la traverser mais je ne voulais pas non plus arriver en retard au travail. Toutefois, rien ne m’empêchait de passer par l’arrière. Mais pour accéder à la terrasse de l’entrée par l’arrière il faut monter une volé d’une dizaine de marches! Ce fut un vrai calvaire de pousser un vélo de 80 kilos dans un escalier! Je me suis alors juré de le changer pour un vélo beaucoup plus léger!

L’Écolo est officiellement un vélo électrique: il est limité à 32 km/h, il a un pédalier et pas de plateforme pour mettre ses pieds. Il peut donc légalement rouler dans les parcs et sur les pistes cyclables (en limitant sa vitesse à 20 ou 25 km/h). Par contre il a une allure de scooter qui, eux, y sont interdit. Je ne me suis jamais fait arrêté mais les autres cyclistes et piétons ne se gênent pas pour me jeter des regards noirs en me considérant comme un intrus — même si je suis dans mon droit. C’en est presque gênant. Je n’aurais pas ce problème avec un véritable vélo électrique…

Toutefois, le style scooter de l’Écolo a tout de même des avantages qu’un vélo n’a pas. Je dois bien considérer si je suis prêt à me passer de ces quelques avantages… Il est donc bon de comparer les avantages et désavantages de chacun.

Type “Scooter”

Type Vélo

Large siège confortable

Selle de vélo mais possibilité de changer le siège pour une option plus confortable

Très lourd (80 kg)

+ de 2 fois plus léger (+/- 30 kg)

Lumières de signalisation

Doit indiquer manuellement nos intentions

Suspension

Pas de suspension de fourche sur la plupart des vélos

Deux miroirs pour une sécurité accrue

Possibilité d’ajouter au moins un miroir à gauche

Petit rangement à l’avant

Possibilité d’ajouter des sacs de rangement

Pas de support à l’arrière

Support arrière généralement inclus

Écran d’affichage ambigu pour la charge de la batterie et n’affiche pas le wattage

Possibilité d’ajouter un écran qui affiche clairement le niveau de charge, la vitesse, la distance parcourue, et le wattage

Une seule vitesse (engrenage)

La plupart des vélos ont des dérailleurs de cinq à sept vitesses 

Pas d’assistance au pédalage (pedal-assist) “twist grip throttle” seulement

La plupart des vélos ont de trois à cinq niveaux d’assistance, incluant un “twist ou thumb throttle”

Peut pas vraiment pédaler si la batterie est morte

Peu rouler comme un vélo normal (sans assistance) même si la batterie est morte — et faire de l’exercice !

Peut porter un passager

La plupart ne permettre pas de passager

En cas de difficulté doit se faire remorquer car trop gros et trop lourd pour être mis dans une voiture

Certains modèles sont pliables et peuvent facilement être mis dans le coffre d’une voiture

Gros phare avant qui éclaire bien

Lumière avant qui éclaire peu

Freins à disque ou à tambour

Freins à disque

6 points d’avantages

8 points (1/2 pt pour les “possibilités”)

Le type “vélo” offre clairement plus d’avantages et de flexibilité. Il reste à voir quelle seraient les meilleures options disponibles sur le marché en ce moment. Voici donc les différents modèles que j’ai considéré (par ordre de prix et de préférence — à noter que tous ces modèles ont des moteurs de 500 watts et tous, sauf un, ont des pneus plus large qu’un vélo standard [“fat-bike”]):

Modèle

Prix

Batterie (v/Ah)

Dist. Max (Km)

Poids (Kg)

Siège

Niv. Assist.

Vit.

Autres caract.

Banana Boss

$2499

48 / 17.5

85

?

Banane

5 + throttle

1

Passager

Shadow Step

$2399

48 / 20

200?!

36.3

Banane

5 + throttle

1

Rack, scooter look

Radrunner+

$2399

48 / 14

72

34

Selle

5 + throttle

7

Rack, Passager, suspension

RadCity+ step 5

$2299

48 / 14

80

29

Selle

5 + throttle

7

 

Reaper

$2099

48 / 17.5

90

37

Banane

5 + throttle

7

Rack

FASTER KS-D

$2095

48 / 16

90

27

Selle

5

7

Pneu régulier, rack

RadCity step 3

$1949

48 / 14

72

29

Selle

5 + throttle

7

Rack

Radrunner1

$1799

48 / 14

72

30

Selle

4 + throttle

1

Rack, pas de garde-boue

RadExpand 5

$1599

48 / 14

72

28

Selle

4 + throttle

7

Rack, pliable!

Tous ces modèles ont des caractéristiques assez similaires. J’ai donc décidé de concentrer mon attention sur le prix, le poids et la flexibilité (tranportabilité, possibilité d’ajouter des accessoires ultérieurement, etc.). Pendant longtemps mon modèle préféré a été le Banana Boss de Dyad. Il offre un gros siège confortable (style banane), une possibilité de passager et plusieurs niveaux d’assistance au pédalage mais c’est également le modèle le plus cher et il n’a pas de support arrière (rack). Le second modèle est encore très cher, est un des plus lourds et a un peu une allure de scooter: alors pourquoi changer un dollar pour quatre vingt-cinq sous? Un autre favori est le Radrunner Plus qui offre de multiples vitesses et niveaux d’assistance ainsi que la possibilité de porter un passager mais qui demeure encore trop cher. Si je veux un modèle plus léger qui ressemble plus à un vélo il y a le RadCity Step-Thru 5 ou le Faster KS-D de Kolo. Malheureusement, ils sont tous deux encore au-dessus de la marque des deux mille dollars et le Faster a des pneus réguliers (alors que les “Fat-bike” ont l’avantage d’avoir une meilleurs traction hors-sentier ou sur la neige).

Mon choix s’est finalement établi sur la première version du Radrunner qui est beaucoup moins cher que sa version plus récente car il vient avec un minimum d’option (une seule vitesse, pas de “passenger kit” d’inclus et même pas de garde-boue!) mais il peut être complété ultérieurement avec de nombreux accessoires. Toutefois, peu de temps avant que je me décide à faire une commande, j’ai découvert le RadExpand 5 qui est une version améliorée du RadMini (sans la suspension mais avec un rack inclus), a à peu près la même armature que le RadCity ou le RadRunner mais possède 7 vitesses. C’est également un des modèles les plus légers et le moins cher de tous. Il est également pliable ce qui fait qu’il peut aisément être transporté dans une voiture (vers des lieu de randonné plus distant ou vers une boutique de réparation en cas de problème). Mon coeur était conquit!

J’ai fait ma commande en ligne chez Rad Power à la fin mars et cela devait être expédié d’ici au 11 avril. Malheureusement, à cause de la demande croissante pour les vélos électriques et le fait qu’ils ont eut des problèmes avec leur système informatique qui les forçait à remplir les bons d’expédition manuellement, cela a causé des retards considérables dans l’envoi des commandes. Cela est très frustrant. Un peu plus d’un mois plus tard, ils ont déjà chargé l’achat sur ma carte de crédit mais le vélo n’as toujours pas été expédié! Ce qui n’aide sans doute pas dans les délais est le fait que j’ai aussi commandé des accessoires (un miroir et un écran d’affichage avancé). Et comme les vélos de Rad Power sont expédié en pièces détachées et nécessitent un peu d’assemblage, je l’ai fait expédié chez VeloFix qui s’occupera de l’assemblage et de la livraison finale à mon domicile. Dans le cas du RadRunner (dont l’assemblage est plus simple car il n’a pas de dérailleur) je l’aurais fait livrer directement chez moi. Mais dans le cas du RadExpand, RadPower précise qu’il “nécessite une certaine compétence technique” et ils recommandent l’utilisation de leur service d’assemblage (VeloFix). Toutefois, on m’a aussi préciser que les délais de VeloFix ne serait que de quelques jours (évidemment cela dépend de leur niveau d’achalandage).

Il ne me reste plus qu’à attendre patiemment. Je ferai un commentaire sur le RadExpend dès que je l’aurai reçu et aurai eut le temps de l’essayer un peu. En attendant je me tiens informé en lisant les commentaires des autres: sur Electric Bike Reviews et les groupes Facebook de Rad Power Bikes Québec et RadExpand Owners. Dépendant de combien j’aime l’expérience avec le RadExpand je vais considérer par la suite vendre mon Écolo. Je suis sûr que je n’aurai pas de difficulté à trouver des intéressés…

[ Translate ] [eBike tag]

Salon du V.E. 2022

Ce week-end se tenait au Stade Olympique le Salon du véhicule électrique (et hybride rechargeable). Celui-ci promettait aux visiteurs “trois jours pour voir, essayer, analyser et comparer toutes les dernières innovations technologiques en matière de mobilité électrique.” Je dois toutefois avouer que pour $12.25 c’était plutôt décevant. J’en ai fait le tour en moins d’une heure. J’étais intéressé voir ce qu’il y avait sur le marché dans le cas des voitures électriques mais aussi des vélos électrique… 

Pour ce qui est des voitures électriques ce salon n’offrait rien comme information qu’on ne peut pas trouver sur l’internet ou dans des dépliants. Par contre, si vous vouliez vous assoir dans un véhicule pour avoir une meilleure idée des dimensions et du confort, ou si vous désiriez faire des essais de route, là le salon en valait la peine. Mais il fallait s’armer de patience car il y avait foule! J’ai tout de même trouvé la brochure «Choisir un véhicule rechargeable qui répond à vos besoins» qui fournit plein de renseignements utiles pour comparer les différents modèles (il est disponible pour téléchargement sur le site de roulonselectrique.ca). Cela m’a permis d’établir les tableaux suivants:

Voitures Électriques (en-dessous de $45,000)

Modèle

Catégorie

Prix de base

Prix après rabais

Batterie (kWh)

Autonomie (km)

Nissan Leaf SV

Compact

$37,500

$25,500

40

240

Chevrolet Bolt EV

Sous-compact

$38,200

$26,200

65

417

Nissan Leaf S Plus

Compact

$40,100

$28,100

62

363

Chevrolet Bolt EUV

VUS sous-compact

$40,200

$28,200

65

397

Mazda MX30

VUS sous-compact

$42,150

$30,150

35.5

161

KIA Soul Premium

VUS sous-compact

$43,000

$31,000

39.2

248

Volkswagen ID.4

VUS compact

$45,000

$33,000

82

400

Subaru Solterra

VUS compact

$45,000

$33,000

71.4

366

Toyota BZ4X

VUS compact

$45,000

$33,000

71.4

354

Hyundai Kona

VUS sous-compact

$45,000

$33,000

64

415

KIA Niro

VUS sous-compact

$45,000

$33,000

64

385

KIA EV6

VUS Compact

$45,000

$33,000

58

373

Hyundai Ioniq-5

VUS compact

$45,000

$33,000

58

354

Tesla Model 3

Compacte de luxe

$60,000

$60,000

50

438

Voitures Hybrides (en-dessous de $45,000)

Modèle

Catégorie

Prix de base

Prix après rabais

Batterie (kWh)

Autonomie (km)

Toyota Prius Prime

Compact

$33,750

$28,750

8.8

40

KIA Niro PHEV

VUS sous-compact

$34,600

$29,600

8.9

42

Hyundai Ioniq

Compact

$35,150

$30,150

8.9

47

Ford Escape PHEV

VUS Compact

$42,000

$37,000

14.4

60

Subaru Crosstrek

VUS sous-compact

$43,200

$38,200

8.8

27

Hyundai Tucson

VUS Compact

$43,700

$38,000

13.8

53

Mitsubishi Outlander

VUS Compact

$44,200

$39,200

13.8

39

Toyota RAV4 Prime

VUS compact

$45,000

$35,000

18.1

68

KIA Sorento

VUS Intermédiaire

$45,000

$40,000

13.8

51

BMW 330e xDrive

Compact de luxe

$45,000

$45,000

12

32

Première constatation: Les hybrides n’en valent pas la peine car elle sont aussi chères que les voitures électriques. Cela est dû au fait que les gouvernements n’offrent que $5000 de subventions ($2500 pour le Fédéral et $2500 pour Québec—quoi que ce montant peut varier selon le modèle; en effet il n’y a aucune subventions pour les modèles de luxe) alors que les subventions pour les voitures électrique sont de $12,000 ($5000 pour le Fédéral et $7000 pour Québec). Aussi, quand les voitures à essence seront interdites (2030? ou 2035?), il y a de bonne chance pour que cela inclus aussi les hybrides !

Deuxième constatation: Si le gouvernement veut encourager l’achat de voitures électriques suffisamment pour complètement retirer les véhicules à essence d’ici dix ou quinze ans, il va falloir que les prix baissent considérablement. C’est encore beaucoup trop cher!!! Évidemment, ce qui n’aide pas est le fait que pour l’instant la plupart des modèles électriques sont des VUS…

Le modèle qui m’apparait le plus intéressant pour l’instant est la Chevrolet Bolt. Elle semble avoir une bonne capacité de coffre arrière et est un des meilleur modèle tant au niveau du prix que pour les performances.

IMG_1792Bien sûr on rêve tous d’avoir une Tesla mais elle demeure très dispendieuse (je l’ai inclus dans le tableau qu’à titre de comparaison). Toutefois Tesla a annoncé un nouveau modèle à $25,000 US ($32,000 CAD) pour l’an prochain mais Elon Musk a par la suite contredit cette annonce… J’ai d’ailleurs été très déçu de constater que Tesla n’était pas présent au salon. Il y avait seulement des membres du Club Tesla Québec qui exposaient leurs voitures personnelles… derrière des cordons de sécurité, ce qui fait que personne ne pouvait s’en approcher. J’aurais bien aimé m’assoir derrière le volant d’une Tesla juste pour le plaisir!

Pour ce qui est des vélos électrique, il y a eut ces dernières années une véritable explosion du marché. Je connaissais déjà les modèles des boutiques locales — Kolo (Faster-KS), Dyad (Banana Boss), ou FABulous (Reaper, Shadow-Step) — mais on peut aussi trouver une pléthore de modèles sur l’internet: Rad Power Bikes, Biktrix, eBikeBC, Dost, Ohm, Quantum, YulBike, KBO, Morfuns, etc. Tellement que c’est difficile de s’y retrouver dans cette forêt de modèles différents mais similaires… Je m’attendais donc à retrouver ces modèles connu au salon. Mais non, à part YulBike, j’y ai découvert d’autres boutiques et d’autres modèles dont j’ignorais l’existence! Comme Bolton, iGO, Ride Bike Styles, ou Velec. Même Téo (de Téo Taxi) fait des vélos! J’aurais tant aimé voir un kiosque de la boutique VéloTric de Coaticook avec un échantillonnage de modèles de Rad Bikes! Déception, ils n’y étaient pas… Je me suis imaginé dans mes vieux jours au volant d’un tri- ou quadriporteur mais je trouve ça lourd, encombrant et cher. J’ai été ravi de découvrir une compagnie qui fabriquait de simples tricycles électriques (E.T. Ride)!

Finalement, en périphérie du salon, on retrouvait de nombreux kiosques qui offrait des bornes de recharges, des batteries, des technologies vertes (de l’équipement solaire comme des thermopompes), des pièces d’auto, et autres produits écologiques (du savon!). Cela aurait pu être intéressant mais la plupart des kiosques n’étaient pas vraiment attrayants… Je ne regrette pas y être aller mais j’ai vraiment été déçu…

[ Translate ]

Mésaventures de monture

Ma monture, c’est un vélo électrique Écolo de Green Power HQ. Il a une allure de scooter mais c’est bel et bien un vélo (pour plus de détails voir mon entrée “Écolo Lithium” ou le tag “eBike”). Je l’adore mais je dois avouer qu’il m’est arrivé plusieurs mésaventures durant la dernière année qui me font me questionner sur sa fiabilité. D’abord la saison dernière a débuté — et s’est terminé — avec de la malchance. 

IMG_9066-20220420En avril 2021, sur la 2e avenue près du Cirque du Soleil, j’ai roulé sur un nid de poule particulièrement profond que je n’ai pas pu éviter. Je ne m’en suis pas rendu compte tout d’ensuite mais un peu plus tard dans la journée j’ai remarqué que la jante de mon pneu arrière était légèrement déformée. Comme cela ne semblait pas affecter le roulement de la roue, j’ai décidé de la faire réparer plus tard. Mon mécano m’a assuré que c’était pas une grosse réparation et que ça coûterait environ $30 à $50.

IMG_1678-20220414

Pédalier cassé

L’été s’est bien déroulé et j’utilisais mon vélo électrique surtout pour me rendre au travail. C’est plus rapide que le métro et l’autobus, cela m’évite de côtoyer les gens qui ne veulent pas porter le masque (ou ne savent pas bien le porter) dans le transport en commun et je trouve cela agréable de me promener en vélo (sauf quand il pleut, évidemment). J’ai donc utilisé le vélo aussi longtemps que j’ai pu et cela même si cela commençait à être froid (le matin en novembre la température peut facilement descendre près du point de congélation et même sous zéro). J’ai toujours été craintif de conduire sur la neige car j’ai l’impression que les pneus manquent de traction dans ces conditions. Toutefois, vers la fin novembre, nous avons eut une petite neige durant la nuit, cela semblait vouloir fondre rapidement et les rues passantes étaient déjà dégagées. J’ai décidé de me risquer à prendre le vélo malgré tout. Malheureusement, les abords de mon lieu de travail était encore un peu enneigées et quand j’ai tourné pour entrer dans la stationnement j’ai dérapé! Le vélo est tombé sur le côté droit et a glissé. J’ai légèrement déchiré mon pantalon de neige et mon genou avait une bonne ecchymose mais j’était heureusement indemne. Toutefois ce n’était pas le cas du vélo: le pédalier était cassé. On m’a expliquer que la pièce qui attache la tige (l’arbre?) du pédalier au vélo est en fibre de verre et conçue pour se rompre afin d’empêcher le pédalier de tordre sous le choc. Le vélo roule très bien même sans le pédalier alors j’ai pu revenir à la maison sans trop de difficultés. J’ai tout de même décidé de ranger le vélo pour l’hiver et de le faire réparer au printemps.

Dès la fin février j’ai commencé à planifier la réparation du vélo (la jante de la roue arrière et le pédalier) ainsi qu’une révision annuelle. Petit problème: la boutique qui m’a vendu le vélo et qui s’occupe des réparations a déménagé. Elle était assez proche, dans Hochelaga, et maintenant elle est rendue dans RDP/PAT! C’est près de vingt kilomètres et une heure de route pour m’y rendre (et une autre heure pour en revenir)! Je commence donc par regarder si il n’y a pas une boutique plus proche qui pourrait faire cet entretien. Malheureusement, la plupart des boutiques préfèrent généralement s’en tenir à travailler sur les marques de vélos qu’ils vendent et servir leur propre clientèle… Mes tentatives de ce côté ont donc été infructueuses… Début mars, j’ai donc amené mon vélo à la boutique un samedi et je suis repasser le prendre la semaine suivante. Le mécano n’a pas réussi à complètement décrocher la jante mais tout de même suffisamment pour que la déformation paraisse moins. La révision a fait une différence car le vélo roulait comme neuf! Et ça m’a coûté moins cher que je pensais ($35 pour la pièce du pédalier, plus une heure de main d’oeuvre à $65, plus les taxes: $115). J’étais très satisfait.

Mes déboires n’étaient cependant pas terminé. À ce temps-ci de l’année les routes sont encore très sales, pleines de gravier et de déchets, que le passage des véhicules repoussent vers la bordure du chemin… où roulent les vélos. Alors sur le chemin de retour de la boutique j’ai fait une crevaison! Enfin, une crevaison lente. J’ai dû rouler sur du verre brisé (il y en a plein partout!) et le lendemain lorsque j’ai voulu prendre le vélo pour aller faire des commissions, le pneu arrière était complètement à plat et l’embout de la chambre à air était renfoncé vers l’intérieur. Je l’ai regonflé pour aller à la pharmacie mais quelques heures plus tard il était de nouveau à plat. Je ne pouvais pas risquer de faire une longue route sur un pneu qui se dégonfle et ne pouvait donc pas me rendre à la boutique en vélo… Heureusement, la boutique offre un service de remorquage pas trop cher. Ils sont donc venu chercher le vélo pour réparer la crevaison (et remplacer un boulon manquant sur le support du garde-boue arrière, qui semblait avoir échappé à leur vigilance lors de la revision) et, comme j’étais très occupé le weed-end suivant et qu’on annonçait de la pluie, je leur ai demandé de venir me le reporter. Comme preuve on m’a redonné la vieille chambre à air (en prenant soin d’indiquer où se situait la crevaison) et même inclus dans une enveloppe le morceau de verre coupable du délit (d’environ 3 x 5 mm). Ça c’est du service! Cette fois-ci la facture était un peu plus salée ($18 pour le tube, quarante-cinq minutes de main d’oeuvre à $50, et, évidemment, $100 pour le remorquage aller-retour, plus taxes, totalisant un peu moins de deux-cent dollars!!!). En deux ans (et un peu plus de deux mille huit cent kilomètres!) je n’ai jamais fait de crevaison. Il fallait bien que cela arrive un jour… Je me demande toutefois si la prochaine fois je n’essaierai pas de réparer ce genre de petit problèmes mécaniques par moi-même…

Mon vélo étant de retour de son dernier voyage (j’espère) chez le mécano je peut enfin recommencer à me rendre au travail sans avoir à utiliser les transports en commun. Première journée: Durant mon trajet de retour je perds ma pédale de gauche en plein milieu de la rue. Je la récupère à grand risque. Heureusement c’est une tâche relativement simple de la reviser en place. Je serre la vis le plus solidement que je peux. Je commence à être légèrement agacé par cette succession de problèmes. Il semble que cette révision mécanique était une vrai farce! Deuxième journée: pas de problème. Troisième journée: alors que je pédale sur un démarrage (sur les arrêts et les lumières de circulation l’accélération est lente et pédaler aide un peu à repartir plus rapidement) le pédalier fait un étrange “crunch” et cesse de fonctionner. Il tourne (“dans le beurre” comme on dit) mais n’a aucune action sur la traction. Ce n’est pas un problème trop grave puisque j’utilise très peu le pédalier (ce type de vélo n’a pas d’assistance au pédalier [“pedal-assist”] mais utilise quasi uniquement la puissance du moteur actionné en tournant la poignée [“twist grip throttle”]). Je peux donc revenir chez moi sans difficulté (mais un peu frustré). Je décide de réfléchir un peu au problème avant d’entreprendre la moindre action. Le lendemain je me rends quand même au travail en vélo. Quatrième journée: sur le chemin du retour je perd encore une fois la pédale de gauche! Mais c’est quoi cette histoire! Vais-je réussir à faire du vélo sans problème cette année?!

Comme je n’ai plus très confiance dans le mécano de la boutique et que c’est le week-end, je décide de régler ces problèmes par moi-même. Je ne suis malheureusement pas bien équipé pour ce genre de projet mécanique mais on se débrouille! J’ai d’abord enlevé la protection en plastique qui recouvre le système d’entraînement du pédalier. C’est simple il n’y a que cinq écrous à enlever. Je découvre rapidement la nature du problème: la vis qui attache l’engrenage d’entraînement à l’arbre du pédalier a perdu son boulon et est tombée. C’est simple à solutionner sauf que le boulon est resté quelques part sur la route… La vis, plus grosse, est restée prisonnière dans le boitier de plastique. J’enligne les ouvertures de l’engrenage et de l’arbre, y replace la vis et je cherche dans ma collection de quincaillerie diverse un boulon d’un quart. Je n’en trouve pas… Je fais donc une courte visite au Canadian Tires local pour m’en procurer un et je le vise en place. Il ne reste plus qu’à replacer la couverture protectrice et reboulonner en place la pédale de gauche, cette fois plus fermement (il me faudra vérifier ce boulon de temps en temps pour faire sûr qu’il tient en place). Je replace le sac de rangement que j’avais enlevé pour les travaux et, voilà!, c’était pas trop compliqué puis j’ai épargné au moins une centaine de dollars de frais de réparation! C’est l’avantage de ce genre de vélo: il n’y a rien de trop compliqué là-dedans.

Dorénavant (du moins en attendant de trouver un autre mécano fiable et plus proche) je vais essayer de faire la maintenance et les réparations moi-même. Il suffira de s’équiper un peu mieux… Pour l’instant j’espère juste que cette série de malheurs est terminé et que je vais pouvoir enfin faire des promenade de vélo sans expérimenter d’autres problèmes mécaniques…

[ Translate ] [eBike tag]

 

IMG_1831Update (2022/04/28): Comble de malchance, la pédale de gauche est tombée pour une troisième fois. Malheureusement, cette fois-ci j’ai perdu la vis (et le couvercle protecteur) quelque part sur la route… J’ignore pourquoi cette pédale n’arrête pas de se dévisser et de tomber. C’est probablement due aux vibrations causées par nos routes cahoteuses ou à la rotation du pédalier… Peut-être que ce n’était pas la bonne vis (j’ai remarqué que le diamètre de la tête de la vis de l’autre pédale était différent)? Peu importe… Quoi qu’il en soit, comme j’ignore les spécifications de la vis (diamètre et longueur, est-ce une vis en standard US/Impérial ou métrique? Tout ce que je sais c’est qu’elle a une tête hexagonale, est un peu plus large que 1/4, peut être 3/8?, ou 6 à 8 mm, et 10 à 20 mm de long) ce qui fait qu’il me serait difficile de trouver un remplacement dans une quincaillerie. 

IMG_1830Je contacte donc la boutique où j’ai acheté mon Écolo. Ne voulant pas me rendre à vélo jusque là ou faire se déplacer le mécano pour si peu je lui propose de simplement me vendre une ou deux vis que je passerais chercher en voiture. Il m’offre plutôt de passer chez moi le soir même pour faire la réparation (sans frais!!). Comme il n’est pas sûr lui-même des specs de la vis, il en apporte plusieurs modèles. Il m’explique que le secret est d’appliquer un adhésif sur la vis (Loctite rouge 262 “Threadlocker”) — j’avais pensé sceller la vis avec du verni à ongle mais cela semble beaucoup plus efficace. Il en applique aussi sur la vis de l’autre pédale (et me laisse une vis d’extra, au cas ou…). Avec cela, me dit-il, la pédale ne devrait plus jamais se défaire. Ça c’est du service! J’ai eu tort de douter de lui. J’ai probablement juste été très malchanceux… Maintenant il ne me reste plus qu’à espérer ne plus avoir de problème avec ce vélo!

Ma monture (suite)

Après vous avoir longuement entretenu de ma nouvelle monture (un scooter électrique “Écolo” de GreenPower avec batterie au lithium), je vais vous parler de quelques nouveaux accessoires…

En plus de l’obligatoire casque et câble de verrouillage que j’ai déjà mentionné, je me suis procuré un pantalon de pluie imperméable (sur-vêtement) ainsi qu’un couvre sacs à dos imperméables en nylon pour pouvoir conduire le scooter dans tous le genre d’intempéries que l’automne pourra nous apporter.

Malheureusement, mon projet d’installer un porte-bagage arrière de chez Dyad ($40) a échoué. Il semble qu’il y ait après tout de légères différences entre les châssis des DS1 et de l’Écolo; les fixations de côtés sont trop serrées et je n’ai pas pu l’installer. Je suis donc retourné chez Dyad mais ils n’ont pas les outils nécessaires pour l’ajuster en place et ils m’ont donc remboursé. Aucunes des boutiques locales n’offre de porte-bagage pour l’Écolo mais je trouverai bien une solution éventuellement (soit obtenir de bon outils pour écarter légèrement les fixations pour pouvoir mettre le porte-bagage de Dyad en place adéquatement ou contacter le fabricant chinois pour voir s’il offre des accessoires pour ce modèle).

img_8126-2

J’ai également acheté chez Dyad un sac en vinyl noir ($90) qui s’installe entre les jambes (dommage que Dyad ne présente pas sur leur site les accessoires disponibles; il faut se rendre à l’un des magasins pour savoir. Je n’ai rien vu de similaire ailleurs). Il remplit parfaitement l’espace mais les courroies pour l’attacher à l’arbre de direction (à l’avant) et au soutien du siège (à l’arrière) étaient un peu lousse alors je les ai “twisté” pour les resserrer. J’ai également fait de légères perforations dans le bas du sac pour y passer des attaches (“tie-wrap”) afin de maintenir le sac en place et aussi le sécuriser contre d’éventuelle tentatives de vol. J’en suis très satisfait.

J’ai trouvé un manuel en ligne pour le DS1 de Dyad mais malheureusement toujours aucun pour l’Écolo…

Finalement, j’ai aussi acheté une fixation pour iPhone Quad Lock ($120) qui s’installe sur le guidon du scooter. Le téléphone s’insère dans l’étui Quad Lock dont le système d’attache se verrouille solidement sur la fixation. Il y a même une couverture anti-intempérie qui s’ajuste sur le iPhone. C’est un accessoire très pratique. Cela permet de voir l’affichage de la navigation GPS pendant que l’on roule mais aussi de faire des vidéos de nos trajets ! En voici d’ailleurs un exemple (j’ai fait un tour rapide du parc mais comme je ne voulais pas vous embêter avec un vidéo de quinze minute j’en ai accéléré la vitesse (x8) pour le réduire à seulement deux minutes — warp speed !) :

[Tag: eBike] [ Translate ]

Écolo Lithium (Green Power HQ)

Une nouvelle monture

Après le début du déconfinement, lorsque j’ai été rappelé au travail, je n’étais pas très à l’aise avec l’idée de devoir prendre l’autobus et le métro. Heureusement mon travail se trouvait à distance de marche ou de vélo. Toutefois je me suis vite rendu compte qu’à mon âge, en pleine canicule, le vélo (et parfois même la marche) c’est plutôt épuisant. C’est alors que je me suis rappelé avoir déjà voulu acquérir un vélo ou une mobylette électrique juste pour le plaisir. Mais c’est tout de même dispendieux et le plaisir seul n’en justifiait pas la dépense. Par contre, dans les circonstances, c’était devenu presqu’une nécessité.

IMG_7767

Le DS1 de Dyad

J’ai donc loué une mobylette électrique pour une semaine (chez Dyad) pour voir si cela en valait la peine, si c’était difficile à conduire et, surtout, si j’aimais ça. J’ai adoré! Après avoir soigneusement étudié les modèles disponibles j’avais choisi de louer un DS1 de Dyad car ils offraient de déduire le coût de location de celui de l’achat si j’étais satisfait et désirais acheter la mobylette chez eux. Le problème c’est qu’après ma semaine de location il ne leur restait plus aucun modèle pour la vente et ils ne prévoyaient pas en recommander cette année! J’ai donc commencé à magasiner ailleurs et à considérer tout les modèles possibles: des modèles similaires au DS1 de Dyad (l’Écolo, le Passeport), des vélos électriques (comme le Banana Boss, le Rad Runner 1, le Maxie Large, ou même le Paris), de plus grosses mobylettes style Vespa (Tao Aquarius, Vienna, Gio Italia, Mignon, UQi Pro, etc.), mais plus personnes n’avait quoique ce soit en stock ! Il faut croire que tout le monde avait eut la même idée que moi en même temps!

J’ai agonisé de longues semaines en soupesant toutes les options possibles mais c’était toujours trop gros, trop cher, pas de siège confortable, pas de place pour un second passager, la boutique est située trop loin, etc., et les fournisseurs me disaient tous qu’ils n’aurait du stock que vers la fin juillet au mieux ou encore à l’automne.

IMG_7946

L’Écolo

J’ai finalement trouvé une boutique (Kolo Scooter) localisée à proximité (dans Hochelaga) qui semblait donner un service de qualité (4.9/5 sur Google), offrait un modèle de mobylette qui correspondait à toutes mes attentes et qui devait en recevoir à la fin juillet. Il ne me restait plus qu’à m’armer de patience… J’ai pu enfin prendre possession de mon scooter de marque Green Power HQ, modèle Écolo version lithium, vendredi le trente-et-un juillet. J’en suis bien satisfait. Voici donc ce que j’en pense en détails… (après le saut de page)

Continue reading

Status report (early July)

The life in the time of the coronavirus continues… 

This is my fifth status report since the beginning of the coronavirus pandemic (the other four were in March, mid-April, the end of April, and in mid-May). It has now been fifteen weeks (or one-hundred and seven days) since it has all begun. It has been forty days since the beginning of the slow re-opening and my return to work (thirteen days since we’ve restart taking the public in the library for a limited offer of service). 

On the domestic side of life, I can say that I feel I have not been doing much in the last month and half… I didn’t do much around the house (it was either too hot or raining). As usual, I probably watch too much television: like rewatching the Ghost in the Shell: Arise series and several movies (also, to fill the time, I started watching again the 2004 series of Battlestar Galactica). However, I have been reading enough to catch up on my tsundoku… (hurray!) and write a little about my readings (dBD #141, La sphère d’Or, Unbeaten tracks in Japan, I’ll never tell, De Gir à Moebius, and several other French comics that I covered in the article “Sherlock Holmes en bande dessinée (2)”).

Weather — The temperature was unusually warm lately (above average) and often quite dry. So much so that the vegetation in the parc often took a yellowish colour. Thankfully, it rained periodically enough to keep everything alive. In the last week or so it has been quite hot and humid. Enough to discourage any sustained outside activities, although we still take our daily walk.

Health — With the confinement (probably because of slightly bigger meal and less activity) I have gained weight. My blood pressure and glucose are also higher (maybe because of an increased stress?). I have also experienced digestive problems, my usual recurring pain at the end of the digestive track as well as some chest and shoulder pain (probably muscular). Overall, I feel in good shape but it could be better. Unfortunately, I know that with age nothing gets better…

Work — All is fine at work. My usual library being still closed for renovation I was assignment to another one. This new place is at a nice location (at walk/bike distance from home) and has a nice team (although, since the people of my library working there are in extra, we perform mostly boring jobs). However, there was one painful incident: a customer refused the answer the covid “questions” and to sanitize his hands upon entrance. As I was insisting (to follow protocol), he became increasingly disagreeable, up to implying that I was doing so because of my ego or because I was racist. I was just trying to do my job. I was putting my health at risk (and the health of my family) in order to give him access to the library and he has shown absolutely no appreciation or gratitude for it. All I ask is some respect. If I was hurt by being called a racist (and I will come back on this subject) what really pissed me off was that my colleagues didn’t show much support when I tried to explain that he refused to follow protocol and insulted me. I don’t know, maybe they just didn’t understand me well: it is hard to express yourself calmly when it’s hot and your are talking through a mask and a face-shield. What happened to “we must absolutely ask ALL the covid questions and not let anyone in that doesn’t answer properly”? And then they told me “you know, we get insulted all the time. You have to get used to it” implying that I was weak to let it get to me. We are supposed to have a policy of not tolerating any disrespect and bullying (no respect, no service) and, yet in the end, that man received the service he came for. If you are tolerating such disrespect OF COURSE people will feel empowered and continue with the same behaviour. It is the wrong attitude. Anyway, that incident bothered me for weeks as I kept thinking about it…

One thing that I spent a lot of time on lately, was shopping for a nice electric bike or scooter. In this epidemic, I want to avoid public transportation (bus & subway) and if my work place for now is at a walking or biking distance, it is quite tiring in the summer heat (and I am closer to sixty than fifty years-old after all). I rented one for a week and I liked it a lot, but when I wanted to purchase one not a single store in the metropolitan area had any in stock. I guess everybody had the same idea at the same time and I was too late. An electric BIKE looks cool (particularly the Banana Boss, the Rad Runner 1, the Maxie Large, or the Paris) but it is quite expensive and a standard bicycle seat is really hard on my backside. Strangely, a scooter is less expensive, as well as being much more confortable and versatile. I’ve been checking several nice models (Écolo, Tao Aquarius, Vienna, Gio Italia, Mignon, UQi Pro, etc.) but now I found a good store and I am just waiting for them to receive some stock later this month… (Search eBike on the blog)

Many important events happened in the second quarter of 2020 ( the end of May, June and the beginning of July) but I don’t want to spend much time on those current events. However, the world stage was dominated by the three great plagues of the era. First, the coronavirus. So far, the world has suffered over 10 million cases of infection resulting in over half a million deaths! We dealt relatively well with it in Canada, but the U.S. in on the verge of total catastrophe as it reopened too soon and they are now seeing an horrible surge in infection (over fifty-thousand new cases each day!). 

The second plague is Trump. I would think that we would get used to it by now but his mishandling of the coronavirus response (no national coordination, not enough test and PPE, not urging confinement, distanciation, and wearing masks, etc.), his constant lying, and his rhetoric encouraging hate-speech and inciting to violence kept making everything worse. Sometimes, I think he just doing it on purpose. If he is not a Putin agent, he is certainly an agent of chaos. He loves it. I can’t wait until November… 

The final plague is racism. Following the death by police abuse of George Floyd and many other subsequent similar baffling incidents, the American urban areas erupted in spontaneous protests against this pervasive institutional racism that literally plagues the U.S. How did we moved from a pandemic to riots in the streets? (Without much social distancing hence the cases surge) We all hoped that it was getting better but I guess we got negligent — the coronavirus confinement and Trump inducement somehow seem to have put salt on the wound — as it now seems worse than ever. It must be dealt with once and for all. With police reform certainly (defunding, demilitarizing, new structure, call it what you want — I always thought we should have several level of policing: the unarmed street or biking cop, the patrol police answering to theft and hold-up, the inspector, the riot police and now we should have a force of psycho-social worker for domestic violence, teenage trouble, neighbour disputes, etc.), but the disease goes further than that. Social reform and massive investments to reduce inequality (in education, in job opening, in housing, etc.) are necessary. With the recent movements like Me-Too and Black Lifes Matter, I feel that the world is effervescent and on the verge of great changes, just like in ’68. However, we will have to be patient. Real change takes time. But now the seed of change, the idea that it is possible, has been planted in people’s minds. It only remains to take care of it and watch it germinate… But the first step toward that change is for American to go vote in November.

Racism has always bothered me. All my life I tried to treat everybody equally, not letting their opinion, behaviour, the size of their nose, the colour of their eyes, hair or skin (pink, brown, “black”, “red” or “yellow”) distract me from the fact that we were all the same. Human beings. I always tried to be tolerant (sometime failing: for a while I became quite intolerant toward religion, but now the only thing I can’t tolerate is intolerance — and stupidity). When I was a teenager I thought that the best way to solve racism was to intermarry and eventually we would all become of the same skin colour (that’s what I did, unfortunately I never had kids — too much trouble!). However, skin colour is just an excuse for racists: in fact they are just afraid of the difference (people thinking, dressing, talking, etc., differently than they are). There are many culture on this world and, if we just learn about them, we see there is no reason to be afraid. We discover that this difference is beautiful, that it is a wealth. Those people usually are against (or ignorant of) science. Science is telling us that, genetically, we are all the same and that there is only one race: the human race. I always wanted to write about this complex and touchy subject (and someday I will). Unfortunately, whatever you say or write will always receive criticism: you didn’t say this, the way you say that is discriminatory, it is not enough, it is too much, etc., so I am waiting to have the right words. However, if you stay silent,  it is worse because they say that you are complicit, that you are encouraging racism by saying nothing. I prefer to show support by my actions: I won’t protest in the street but I’ll always try to be equitable, unbiased, and just. If I see someone being discriminated (racially or otherwise) I will try to defend them. And I’ll stay silent. If I scold you for doing something wrong (like misbehaving in the library or trying to cut the waiting line to enter the bus) and you answer be accusing me of being racist, I’ll stay silent. But just know that calling me a racist is the worst insult that you could give me…

I feel the end of this year will really be difficult… Take care of yourselves and stay safe !

Also, I found time to stay a little acquainted with the affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I now share with you (in both french or english, slightly categorized, but in no particular order — note that, to save on coding time, the links will NOT open in a new window), after the jump.

[ Traduire ]

Continue reading