Le Monde d’Edena 2: Les jardins d’Edena

Jardin-d-Edena-covStell et Atan sont à bord de “la Pyramide“, un étrange vaisseau spatial qui les dépose sur la planète Edena. Les deux héros commencent à explorer ce monde nouveau. Ils ne peuvent qu’avancer, sans savoir où leur marche les mènera. Petit à petit, ils s’adaptent à leur nouvel environnement, découvrant le goût des pommes, la chaleur du soleil. La nuit leurs rêves se peuplent de fées et de créatures fantastiques. Leurs corps physiques, privés de leur dose quotidienne d’hormonode, se transforment. Une dispute éclate, Atan assomme Stell et disparaît. Commence alors pour l’un et l’autre, une longue quête, quelque part entre l’envers et l’endroit du réel… Quelles sont les intentions de “La Pyramide“? Pourquoi a-t-elle laissé Stell et Atan débarquer dans ce monde étrange, qui leur évoque l’ancienne “Terra“ ? Comment feront-ils pour survivre, s’alimenter ? Jusqu’où devront-ils marcher ? Les réponses se trouvent peut-être dans la vraie vision, loin de l’ombre du rêve… 

Avec la série du Monde d’Edena, Moebius a créé une œuvre presque philosophique. Dans Les Jardins, il pose, entre autres, la question du conditionnement de l’être humain en matière d’alimentation. L’auteur lui-même raconte comment sa rencontre avec l’instinctothérapie lui a inspiré une bonne partie du récit. Un monde inquiétant et onirique, magnifiquement illustré.

[ texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Jardin-d-Edena-pg05

Page 5

Atan et Stell se réveille à bord de la pyramide mais il n’y a aucune trace des autres passagers rencontrés dans le tome précédent. En touchant des contrôles, ils révèlent deux sièges qui les téléportent sur une planète qui semble vierge, voir paradisiaque. Mais comment pourront-ils y survivre sans équipements, sans armes, ni synthétiseur d’aliments, bio-implants ou transplantation d’organes par les rob-médics (à trente-deux ans Stell a déjà reçu plus de soixante transplants dont dix-huit cardiaques !). Toutefois ils trouvent un cours d’eau et se souviennent qu’il y a quatre-mille ans leurs ancêtres terriens se nourrissaient de fruits poussant biologiquement, alors ils s’essaient à manger des pommes… Cela leur donne mal au ventre mais calme la faim. Ils font des rêves bizarres…

Jardin-d-Edena-pg22

Page 22

Avec le temps, Atan et Stell s’adaptent à leur environnement. Et avec une nouvelle alimentation et l’épuisement de leurs bio-implants, leurs corps changent: les poils repoussent et des caractéristiques sexuelles (jusqu’alors supprimées par les hormonodes) font leur apparition, révélant que Atan est une femelle et Stell un mâle! Ce dernier d’ailleurs réalise soudain qu’il est irrésistiblement attiré par sa compagne mais celle-ci, dégoûtée, repousse ses avances, l’assomme avec une pierre et disparaît dans la nature… Stell la cherche pendant six jours, puis décide de suivre le fleuve jusqu’à la mer. En rêve, il rencontre le Maître Burg, qui le guide jusqu’à Atan/Atana mais celle-ci est enlevée par un monstre, l’ombre du rêve. Grâce à l’enseignement de Maître Burg, Stell s’éveille à l’intérieur du rêve et ouvre son coté lumière pour vaincre le monstre…

Avec ce deuxième volume du cycle d’Edena, Moebius nous offre un récit similaire à l’Incal qui entame la convergence des différents éléments narratifs et thématiques de l’ensemble de son oeuvre. En effet, Maître Burg n’est nul autre que le [Major] Gruber à l’envers! La convergence est aussi stylistique puisque Moebius commence aussi ici a abandonner le style dépouillé et épuré de L’Incal et utilise de plus en plus de traits pour donner du détail comme il le fait avec Blueberry.

Après avoir vécu à Tahiti et travaillé à Los Angeles, Moebius se retrouve en 1984-85 à Tokyo pour travailler pour TMS sur le film Little Nemo. Ayant beaucoup de temps libre et réalisant que Sur l’étoile (qui venait d’être réédité chez Aedena) avait laissé beaucoup trop de questions en suspend, c’est là qu’il conçoit et dessine la première moitié des Jardins d’Edena. Il complète l’album après être rentré à Los Angeles et avoir dessiné le vingt-deuxième Blueberry, Le bout de la piste (1986). Le récit est sérialisé dans le périodique (À Suivre) avant de paraître en album chez Casterman en septembre 1988.

Mis à part une allusion à un thème biblique (sur Edena, Atan et Stell découvrent leur sexualité après avoir mangé des pommes!), la thématique dominante de cet album est nutritionnelle: le changement d’une alimentation artificielle à une alimentation naturelle transforme leurs corps! Ceci reflète simplement le fait que Moebius a changé de gourou et le récit exprime les idées de l’instinctothérapie (l’instinct alimentaire) développée par Guy-Claude Burger (Maître Burg?). Déjà végétarien depuis plusieurs années, Moebius pousse l’expérience encore plus loin avec une diète au confluent du régime paléo et du crudivorisme (alimentation vivante ou “rawism”). Il s’agit ici de suivre ses instincts préhistoriques (à l’odorat et au goût) et de ne consommer que des aliments naturels n’ayant subit aucunes transformation ou dénaturation mécanique (mélange, assaisonnement, superposition, broyage, mixage, etc), thermique (cuisson, congélation, surgélation, irradiation), bio-chimique (fermentation, engrais, pesticides, etc.) ou toutes autres modifications humaines (sélection d’espèces, OGM, techniques de culture et d’élevage, etc). Cela exclut aussi les produits laitiers et certaines céréales, qui sont considérés comme des développement “trop récents” !

Les jardins d’Edena est un excellent album, sans doute le meilleurs de la série. J’adore cet aspect du récit où les personnages se découvrent eux-même, entrent en conflits, et aussi l’aspect onirique (qui évoque les différents niveaux de réalités du Garage Hermétique). Et, bien sûr, il a le superbe style graphique de Moebius qui rend la lecture encore plus agréable… À lire absolument!

Le Monde d’Edena 2. Les jardins d’Edena, par Moebius. [Tournai] : Casterman, septembre 2001. 64 pages (52 planches), 24 x 32 cm, ISBN 2-203-34521-7. Pour lectorat jeune adulte (16+). Contient un cahier explicatif par Jean Annestay (“Les jardins : Pendant, Avant et Après”) agrémenté de six illustrations par Moebius. stars-4-0

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Casterman 2012

GardensOfEadena-covÉtrangement, Les jardins d’Édena est paru en version anglaise chez Epic/Marvel avant même de paraître en français chez Casterman. L’édition anglaise comporte les habituelles (et fort utiles) préface et postface explicatives par le couple Lofficier (Jean-Marc & Randy) et Moebius. Elle inclus également deux courts récits additionnels: “Journey to the Center of an Unfaithful Body” (2 pages) et “Hit Man” (12 pages).

Dans “Unfaithful Body”, écrit en 1986, le Major (accompagné du Professeur et de son Second) explore (à la Fantastic Voyage) l’intérieur du corps de sa bien-aimée Malvina pour y découvrir… une lettre où elle le quitte, car l’ayant attendu trop longtemps elle est tombée amoureuse du lieutenant B (Blueberry?). On y retrouve des thèmes précurseurs au Cycle d’Edena, liés à la relation entre la maladie et le corps humain.

“Hit Man” est un récit déjanté (un humour absurde et un peu incohérent) qui rend un hommage stylistique à Tardi. Encore une fois, on y retrouve un thème précurseur à Edena: deux personnages prisonniers par le conditionnement de leur rôles (le voleur et le policier) finissent, au travers d’une expérience initiatique, par y échapper grâce à l’amour et à la liberté! J’avais déjà lu cette histoire en noir et blanc dans Les Vacances du Major

J’aime bien le format en couverture souple de cette édition, quoique bon, c’est la même histoire mais en anglais… Toujours aussi agréable à lire (ou relire).

Moebius 5, The Collected Fantasies of Jean Giraud: The Gardens of Aedena, by Moebius. New York: Epic/Marvel, January 1988. 66 p., 8.5 x 11 in., $US 9.95 / $C 13.95. ISBN 0-87135-282-6. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-4-0

Pour en savoir plus vous pouvez consulter les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleWorldCat ]

© Starwatcher Graphics

[ Translate ]

Festival Végane 2019

VeganFest2019

Cette année, je suis encore aller faire un tour au Festival Végane de Montréal (je l’avais aussi visité en 2016 et 2018). Non pas que je sois moi-même végane (partisan du véganisme ou végétalisme intégral, à ne pas confondre avec les habitants de la planète Vega — les méchants de Goldorak ou du système stellaire) mais par simple curiosité, pour explorer les nouvelles tendances de l’alimentation santé. 

Le Festival Végane de Montréal se tenait donc au Palais des Congrès les samedi 21 et dimanche 22 septembre 2019. La foule était au rendez-vous et il y avait de nombreux exposants — malheureusement d’année en année il semble que ce soit toujours les même. La salle de conférence était un peu plus accessible que l’année précédente mais on y retrouvait surtout des démonstrations culinaires (alors que les premières années il y avait surtout des organisations socio-politiques qui parlaient des enjeux véganes: protection des animaux, agriculture urbaine, lutte contre l’industrie pharmaco-agro-alimentaire, etc. — cette année ces organisations étaient relégué à la dernière allée, au fond du salon). C’était donc un peu décevant mais tout de même toujours assez informatif…

Continuez la lecture (plus de détails et photos) après le saut de page >>

[ Translate ]

Continue reading

Découverte: Gastrono Geek

GastronoGeek-covJe n’écris pas souvent sur la bouffe ou les livres de cuisine mais cela m’est quand même arrivé quelques fois. Bien sûr je ne suis pas du genre à lire ce type d’ouvrage d’une couverture à l’autre mais quand un sujet attire ma curiosité je suis prêt à feuilleter n’importe quel genre de livre pour vous le commenter.

Dans ce cas-ci, il s’agit de “42 recettes créatives et gourmandes autour de 15 thèmes incontournables de la culture geek. De Harry Potter à Star Wars, en passant par Dragon Ball, un hommage gastronomique à des références cultes et une série d’énigmes pour tester vos connaissances geek.” (Voir la couverture arrière)

Je remarque d’abord la très belle présentation de l’ouvrage, qui est plein de photos et d’illustrations, le tout emballé dans une charmante reliure. C’est donc un beau livre pour la cuisine ou la table de chevet. Le livre est divisé en cinq catégories (sci-fi, fantasy, mangas, horreur/fantastique et comics) et pour chacune d’entre elle il nous offre une aventure culinaire dans l’univers de trois mondes différents (tiré du cinéma, de la littérature ou de la bande dessinée), avec des recettes pour un repas complet (entrée, plat principal et dessert). Et c’est plus qu’un livre de recettes puisqu’on y retrouve des jeux et des énigmes. Tout cela est complété par la liste des ustensiles nécessaires, l’index des ingrédients, l’index des recettes, des lexiques et quelques astuces.

Il s’agit bien sûr ici non pas d’offrir des recettes imaginaires mais plutôt d’adapter des recettes existantes avec des ingrédients et une présentation inspirés par des sujets de l’imaginaire. Le résultat peut être parfois assez saisissant, comme le dessert L’Oeil de Sauron! Je ne cuisine pas beaucoup mais toutes ces recettes me semblent un peu compliquées. Ce n’est probablement pas un problème pour les cuistots sérieux mais cela pourrait être un peu rébarbatif pour les simples amateurs (quoique les recettes ont une cote de difficulté). Cela à l’air néanmoins très appétissant!

GastronoGeek-OeildeSauron

p. 44-45: L’oeil de Sauron (Sabayon à la pulpe d’orange et chocolat noir)

Gastrono Geek m’apparait donc comme une simple curiosité, une gâterie au service de la nostalgie geek, qui mérite tout de même un regard si les mondes de l’imaginaire et la cuisine vous intéresse. 

Ce n’est pas un livre unique puisqu’il s’agit d’une série où l’on retrouve aussi Geek & Pastry Gastrono Geek, Gastrono Geek: Dessins Animés, Le livre des potions, Codex Culinaire Assassin’s Creed, Les banquets d’Astérix, Gastrono Geek: Séries Cultes, et même Manuel de la Confrérie Assassin’s Creed ou Le Geek Touristique. Il y en a donc pour tout les goûts (toutefois les deux derniers ne sont pas des livres de cuisine mais des guides)! Thibaud Villanova ajoute de nouvelles recettes régulièrement sur son site officiel: gastronogeek.com (en fait une chaine video Youtube). 

Gastrono Geek, par Thibaud Villanova et Maxime Léonard. Paris: Hachette Pratique (Coll. CQFD), septembre 2014. 144 pages, 21.7 x 29.6 cm, 22,50 € / C$ 42.95, ISBN 978-2-01-231832-8. Pour public de tout âge. Voir la bande-annonce et un extrait. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWorldCat ]

[ Translate ]

Vous trouverez aussi la liste de toutes les recettes après le saut de page >>

Continue reading

Vegan Fest 2018

VeganFest2018

Like a couple of years ago, we went to the Vegan Fest. However, this year it was held at the Palais des Congrès de Montreal (new metro Place-d’Armes) on October 21st and 22nd. With such a venue, the festival was bigger but still quite compact so it was quite crowded and difficult to circulate. Also the conference area was much smaller and less accessible, so I didn’t bother to listen to any of the presentation.

This year there was a lot of cosmetic products, non-dairy cheese and desserts as well as fermented (Kombucha) or herbal tea. We have noticed A LOT of interesting products and organisations that deserve a further look (check their websites):

There was one local products in particular that I was looking for at the Vegan Fest because I had seen it talked about in culinary TV shows: Gusta’s sausages and cheeses. Their plant-based deli “meats” are made from wheat protein (saitan) and their grating cheeses are made from coconut oil and various plant milks. I tasted their meat substituted and the taste is pretty close. Check it out: gustafoods.com

Mélanie and Jimmy

Mélanie and Jimmy

Last year my wife met a nice couple, Mélanie and Jimmy, who had quit their jobs to become farmer in the small municipality of Boileau, in the Outaouais region. On their one-acre farm, La Ferme de l’Aube, they are cultivating a variety of over seventy vegetables, fruits, fines herbs and flowers. They are great advocate of biologic and vegan farming. They were at the Vegan Fest again this year, selling organic seeds and garlic. You can check their webpage and FB page. I greatly admire people who chose to become farmer because it is not an easy job and yet it is essential work. I think the future of a healthy life can be found is in locally produced, organic food. So I exhort everyone to encourage our local farmers. They surely need our support.

Unfortunately, there is a lot of stuff I’ve seen at the Vegan Fest that seriously annoyed me. I favour wholeheartedly the health aspect of veganism , but I seriously despise the political and militant part. I am okay with avoiding red meat, eating lots of plant-based food, treating animals and the environment with respect, but for me vegan philosophy goes too far. I particularly don’t understand this war that is currently waged against milk products. Personally, I don’t drink milk (I prefer Soy milk) but I like a lot my yogurt and cheese. I don’t mind eating plant-based cheese (so far, what I’ve tasted seems close in texture and taste) but I don’t see any purpose for it if you are not lactose intolerant. Why not appreciate the real stuff. Our dairy farmers needs our support too, you know!

[ Traduire ]

Dimanche à la ferme

FarmerFair2018-logoNous avons décidé de passer notre dimanche aux Portes Ouvertes sur les Fermes du Québec qui se déroulaient (entre autre) au Parc Olympique de Montréal. Nous avions déjà visité cet événement l’an dernier et, comme nous avions bien apprécié, nous avons décidé de récidiver cette année. C’est l’occasion pour les différents producteurs agricoles de la province de présenter et de promouvoir leur production au public. On peut donc y découvrir les différentes variétés de vaches qui sont élevées au Québec (Holstein, Ayrshire, Jersey, Suisse Brune, Canadienne, Limousin) ou les différentes variétés de grains qui y sont cultivés (Maïs, Soya, Orge, Blé, Canola, Avoine). Il y avait même une petite ferme avec une grande variété d’animaux que les enfants pouvaient caresser (chèvres, âne, Alpaga, etc.). C’était fort amusant… (quoique c’était exactement la même chose que l’an dernier!)

FarmerFair2018-map

J’y ai découvert quelques nouveaux produits intéressants comme la bière bio artisanale Boldwin, l’huile de Caméline, les produits de la cidrerie Lacroix, la boutique de produits de laine Merlaine, etc.

Album photos:

[ Translate ]

FarmerFair2018-banner

Le secret des vietnamiennes

Secret_des_vietnamiennes-cov« Les recettes étaient chuchotées entre les femmes d’une famille comme s’il s’agissait de secrets hautement sensibles et jalousement précieux. Elles se transmettaient d’une génération à l’autre au rythme d’un temps lent et dans la discrétion d’un espace intime. 

Dans ce livre, je vous murmure quelques-uns de ces bijoux dont ma mère et mes tantes m’ont confié la garde afin que l’histoire continue. »

[ Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière ]

J’ai récemment vu Kim Thúy en conférence et lu son premier roman, Ru. Cela a éveillé de l’intérêt pour cette talentueuse auteure. Son dernier né est un livre de cuisine pas comme les autres, Le secret des Vietnamiennes.

Kim Thúy s’y raconte. Des souvenirs de famille ou de camp de réfugiés. Elle nous dit que, comme ses parents, elle exprime son amour par la cuisine et la nourriture. Elle nous présente sa mère et ses soeurs (désignées par un chiffre qui représente leur ordre de naissance) ainsi que leurs recettes favorites: sa mère (grande soeur 3, Lý Kim Thúy) nous offre la base (les vermicelles, les herbes, les légumes, les fruits, les galettes de riz, les fûts de sauce de poisson); Tante 4 (Lý Kim Hà) des soupes; Tante 5 (Lý Kim Hài) les bols et les sautés; Tante 6 (Lý Kim Hiêu) les légumes en salades; Tante 7 (Lý Kim Hanh) les grillades et la friture; Tante 8 (Lý Kim Nhân) la cuisson longue (ragoût de boeuf à la citronnelle, pain de viande au boeuf et à l’oignon), déjeuner, et Chà Bông (viande séchée); et finalement, l’auteur elle-même, Grande Soeur 2 (Lý Thành Kim Thúy) les desserts et les grignotines. Puis, la sommelière Michelle Bouffard nous introduit aux accords entre les mets vietnamiens et les vins (Riesling), et Monique Giroux à ceux avec la musique. Elle conclue avec un hommage à sa grand-mère maternelle (Lê Kiêm Guong).

Je ne cuisine plus vraiment, c’est pourquoi — à quelques exception près — les livres de recettes ne m’intéressent pas vraiment — mais qui n’aime pas la bonne bouffe? Dans le cas de ce livre-ci, ce sont les récits de Kim Thúy et ses introductions pour les différents plats qui sont une source d’intérêt. On ne se fatigue jamais de sa belle prose. Et, bien sûr, c’est illustré par des extraits de ses romans et de superbes photographies. C’est une très bonne lecture si Kim Thúy, le Viet Nam ou la cuisine vous intéresse. 

Le secret des Vietnamiennes, par Kim Thúy. Montréal: Trécarré, octobre 2017. 192 p. 23 x 27.5 cm, $29.95 (PDF: $21.99), ISBN 978-2-89568-714-6. Pour lectorat de tout âge (7+). Un extrait est disponible sur le site de l’éditeur. stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsWikipediaWorldCat ]

© Les Éditions du Trécarré, 2017.

[ Translate ]

What the health

What_the_health-covWhat the Health is the groundbreaking follow-up film from the creators of the award winning documentary Cowspiracy. The film follows intrepid filmmaker Kip Andersen as he uncovers the secret to preventing and even reversing chronic diseases – and investigates why the nation’s leading health organizations don’t want us to know about it. With heart disease and cancer the leading causes of death in America, and diabetes at an all-time high, the film reveals possibly the largest health cover-up of our time.”

[Text from the official web site ]

Continue reading