Monnaies anciennes 90

Pièce grecque (4)

IMG_1950-1957Ma quatrième pièce de monnaie grecque est une très petite dénomination de bronze (AE12, G [Good], AE [Bronze], 12 mm [0.47 po], 1.665 g [25.7 grs], payé environ $8 le 1985/12/17, caractérisée par une patine bronze recouverte d’une légère concrétion de vert-de-gris; die-axis: ↑↓). L’avers représente une tête d’Athena (ou du monarque?) à droite coiffée d’un casque corinthien à crête (parfois orné d’une corne de taureau?). Le revers illustre la proue d’une galère à droite, entourée en haut de l’inscription “BA” (dont je ne suis pas sûr de la signification; peut-être Basileus Asia [roi d’Asie] ou simplement basileus [roi]?), à droite d’un labrys (hache à double tranchant ou bipenne, symbole de pouvoir — sur ma pièce, si l’on se fie au rebord pointillé du revers, il ne semble pas y avoir de place à droite pour un symbole mais par contre il y aurait de l’espace à gauche où l’on distingue une forme qui est peut-être un labrys) et d’un monogramme en-dessous (sur ma pièce on ne le distingue pas bien mais, si l’on compare aux pièces similaires, ce serait un “AP” ligaturé qui est le monogramme d’un monarque, Démétrios Poliorcète (Δημήτριος ὁ Πολιορκητής / “Demetrios le preneur de ville”), qui a régné sur une partie de l’Asie Mineure (306-301 AEC) et sur la Macédoine (294-288 AEC).

Ce type de pièce, combinant une tête d’Athéna et une proue de navire surmonté d’un “BA”, ne semble être associé qu’à Démétrios 1er. Toutefois, les pièces recensées ont une format plus grand (avec un diamètre de 14 à 16 mm) que la mienne (qui fait à peine 12 mm). Cette pièce se situe dans le contexte historique de la guerre des Diadoques — les généraux d’Alexandre le Grand, qui lui succédèrent, se sont partagé son Empire selon l’accord de Babylone et ont formé plusieurs dynasties dont les principales furent les Lagides (Ptolémée), les Séleucides (Séleucos) et les Antigonides (fondée par Antigone le Borgne, père de Démétrios). Antigone et son fils tentent de se tailler une place dans le monde méditérannéen en s’opposant à leur rivaux que sont Ptolémée, Séleucos, Cassandre et Lysimaque. Après un début mitigé (une première victoire à Gabiène en 316, puis une défaite à Gaza en 312), une victoire navale décisive contre Ptolémée à Salamine de Chypre en 306 leur permet de s’imposer en Asie, où ils se proclament roi, initiant l’époque des monarchies hellénistiques. Après le siège de Rhodes en 305, ils étendent leur conquêtes vers le Péloponnèse et, malgré la défaite d’Ipsos en 301 (où meurt Antigone), Démétrios se saisit du trône macédonien. Il commet toutefois l’erreur de se retourner contre son allié Pyrrhus, qui se ligue avec les autres Diadoques contre Démétrios. Il perd la Macédoine (en 388) et, après une tentative de siège à Athènes, décide de regrouper ses forces en Asie Mineure où il finit par être vaincu par Séleucos en 385 puis par mourrir de maladie à Apamée (en 283). 

Cette pièce aurait donc été frappé par Démétrios en 306 AEC (ou dans les années subséquentes, soit 306-288 AEC — Karagiorgis propose 300-295 AEC) pour célébrer sa victoire navale contre Ptolémée à Salamine. La pièce aurait peut être été frappée à Salamine même (ou du moins dans un atelier d’Asie Mineure, comme Tarse en Cilicie). Fait intéressant, Démétrios aurait aussi, possiblement, pour célébrer cette même bataille, fait ériger une statue à Samothrace représentant une Victoire (Niké) sur la proue d’un navire (la célèbre “Victoire de Samothrace” qui réside maintenant au Musée du Louvre à Paris).

Sources: FAC (Demetrius, Labrys); Sear 6775, Newell 20, SNG Cop 1185cf; Réf. en ligne: Google, CoinArchives, CoinTalk, CoinWeek, ebay, numismatics, vcoins, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

La semaine prochaine je vous présente une cinquième pièce de monnaie grecque.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 89

Pièce grecque (3)

IMG_1867La troisième pièce de monnaie grecque est malheureusement dans un état assez médiocre. Elle présente toutefois assez de détails pour que l’on ait une bonne idée de ce qu’elle est mais pas assez pour pouvoir faire une attribution précise. C’est donc une pièce qui échappe à l’identification. Malgré tout, il est cependant certain qu’il s’agit ici d’une pièce de monnaie grecque de petite dénomination en bronze (AE17, quatre chalkoi ou un hemiobole) datant du IVe siècle AEC (P [Poor], AE [Bronze], 16 x 17 x 2.5 mm [0.67 po], 5.562 g [85.8 grs], payé environ $7, caractérisée par un flan épais, bombé sur l’avers, avec un relief prononcé mais recouvert d’une épaisse concrétion rougeâtre et un peu de vert-de-gris dans les creux; die-axis: ↑↑). 

IMG_1852-1857L’avers présente une tête de Hercule (barbu?) à droite, coiffée d’une peau de lion. Le revers pause un peu plus de difficulté. Si la thématique de l’illustration est claire (les attributs d’Hercule: l’arc et le gourdin) les détails sont rendu flous par la concrétion et la disposition des objets est incertaine. J’y vois deux possibilités. Dans la première, le revers illustre (de gauche à droite) un arc, une massue et un carquois d’où dépasse une flèche avec, à l’extrême droite, une possible inscription à la verticale (HPA? pour Herakleia). Dans la seconde possibilité, le revers illustre (de gauche à droite) un arc et un carquois superposés, une inscription verticale complètement embrouillée par la concrétion (possiblement AΛEΞANΔ[POY] [Alexandre], ou BAΣIΛEΩΣ [Basileos = roi], ou B.A. [pour Basileos Alexandroy, roi Alexandre], ou ΦIΛIΠΠOY [Philipoi], ou encore le nom d’une cité émettrice), une massue et, à l’extrême droite, un pictogramme (éclair, trident) ou une lettre grecque (Delta, Epsilon, etc., comme marque d’atelier).

Dans le premier cas il s’agit de pièces frappées par des cités-états grecques dont le patron est Hercule (Ἡρακλῆς / Herakles) ou dont le nom de la cité est Herakleia ou Heraklea (il est existe plusieurs). Cela a été ma première hypothèse lorsque j’ai acheté la pièce dans les années ’80. Toutefois si le type d’avers avec la tête de Hercule est assez fréquent par contre le type de revers avec la combinaison arc-massue-carquoi l’est beaucoup moins. Et comme la documentation sur les pièces est répartie sur une multitude de volumes j’ai maintenant de la difficulté à confirmer cette hypothèse (il y a surtout très peu de visuel pour comparer les pièces). J’ai tout de même trouvé des pièces similaires émisent par les cités de Heraklea (Lucanie) [CGBM v. 1: p. 234; Head HN: p. 60], Herakleia (Iles d’Illyrie?) [Head HN, p. 268], Herakleia Pontica (Bythinie) [CGBM v. 13: p. 140; Head HN, p. 441], Heraclea Lyncestis (Illyrie/Thessalie) [CGBM v.6: p. 78] et, après avoir consulté les catalogues de plusieurs autres régions, je n’ai trouvé aucune pièce qui correspondait exactement à la mienne. Celle qui s’en rapproche le plus est celle de Herakleia Pontica…

Toutefois, en consultant les sources en ligne (voir ci-bas), je me suis rendu compte que les pièces du type “tête d’Hercule avec peau de lion” avec la combinaison “arc-massue-carquoi” étaient beaucoup plus fréquentes en Macédoine. Ce type semble avoir été très utilisé par les rois de cette région, particulièrement Philippe II (359-336), Alexandre III (336-323) et Philippe III (323-316) — quoique j’en ai trouvé un exemple aussi sous Archelaos I (413-399) [Head HN, p. 194; CGBM v.5: p. 166]. Et, à bien y regarder, cette seconde hypothèse offre une similitude avec ma pièce qui est encore plus grande. Il est malheureux que le manque de détails de la pièce nous empêche de préciser sous quel roi, dans quelle cité ou à quelle époque précise cette pièce a été frappé mais il est excitant de penser qu’elle pourrait très bien avoir été frappé sous le règne d’Alexandre le Grand!

Sources: En ligne: Google, acsearch, akropolis, ancients, BeastCoins, CoinArchives, ELO, hourmo, vcoins, vcoins, wikimedia, WildWinds (Herakleia [Illyria], Herakleia [Lucania], Herakleia Pontika [Bithynia]). Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

La semaine prochaine je vous présente une quatrième pièce de monnaie grecque.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 88

Pièce grecque (2)

Laissons maintenant de côté l’Empire Romain et reculons de quelques siècles en arrière. La civilisation grecque s’est développée en une myriade de cités-états d’abord sur et autour du Péloponnèse, puis dans la mer Égée (incluant la côte anatolienne) et finalement en plusieurs colonies sur le pourtour de la Méditerranée. J’ai déjà parlé de la plus puissante de ces cités-états, Athènes, en vous présentant un superbe tétradrachme de chouette. Avec cette nouvelle série d’articles je vais vous présenter cinq autres de ces cités-états ou colonies.

Camarina (413-405) SicileLa première de ces pièces de monnaie grecques est un très très beau Tetras (F/VF [Fine/Very Fine], Ae [Bronze], 13.5 mm [0.5 po], 2.994 g [46.2 grs], rare, patine d’un vert foncé, très bel état de conservation;  die-axis: ↑↓). L’avers nous montre une tête de Pallas Athena à gauche, coiffée d’un casque athénien à cimier avec une aile sur le côté. Le revers illustre une chouette debout à gauche, tenant un lézard dans ses serres de la patte droite, avec dans le champs droit l’inscription rétrograde KAMA (pour la cité de Camarina en Sicile) et trois points (•••) en exergue (comme marque de valeur, indiquant une dénomination de trois onkia ou un Tetras).

Entre les VIIIe et VIe siècles, une explosion démographique amène un mouvement de “colonisation” où les Grecs fondent de nouvelles cités-états sur le pourtour du bassin Méditerranéen en commençant par la Grande-Grèce (sud de l’Italie et Sicile). La cité de Camarina a été fondé vers 598 AEC par des colons de Syracuse. Elle a connu de nombreux conflits qui l’on opposé à Syracuse, à Athènes (lors de la Guerre du Péloponnèse, en support à Syracuse durant l’expédition de Sicile de 415-413 AEC) et à Carthage (en 405 AEC) ce qui fait qu’elle a été détruite et reconstruite à de nombreuses reprises. 

Le métal de préférence pour les pièces de monnaie grecques a presque toujours été l’argent mais certaines régions d’Italie et de Sicile ne possédaient pas de mines de ce métal et ont donc été parmi les premières régions a frapper leur monnaie en bronze (vers 440-420 AEC). La dénomination sicilienne de base est le onkia. Le tetras vaut trois onkia et le trias vaut quatre onkia. Le litra — l’équivalant de l’obole athénienne (un drachm vaut 6 oboles [5 litra / 60 onkia] et un tetradrachm vaut donc 24 oboles [240 onkia]) — vaut douze onkia. Tetras et trias sont souvent confondu.

Selon les sources (en ligne et académiques — voir ci-bas) cette pièce aurait donc été frappée par la cité grecque de Kamarina vers 420-405 AEC (quoique certains la date plutôt de 415-405 ou même 413-405).

Sources: Wikipedia (Athena [FR/EN], Camarina [FR/EN], Monnaie grecque antique [FR/EN]), FAC (Greek coins, Greek Coin Denominations, Bibliography, SNG, SNG ANS); Réf. en ligne: Google, FAC, CoinTalk, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

Bibliographie:

La semaine prochaine je vous présente une autre pièce de monnaie grecque.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 87

Pièce mystère (5)

Je conclu cette série sur les pièces non-identifiées par une cinquième pièce mystère. Je croyais que celle-ci serait la plus facile alors que finalement c’est celle qui m’aura complètement résisté… Après une dizaine d’heures de recherche je n’ai rien trouvé d’équivalent. Cela doit être une pièce rare car le revers, qui est en relativement bon état, illustre une scène assez spécifique.

IMG_1773-1780Une chose est certaine ce n’est pas une pièce byzantine. Avec cette pièce nous sommes revenu plusieurs siècles en arrière car le style général des illustrations suggère une pièce du haut empire (du Ier au IIIe siècle, soit les dynasties Julio-Claudienne, Flavienne, Antonine, ou Sévère). On devine des inscriptions mais elle ne sont pas assez clair pour que l’on puisse savoir si elles sont en latin ou en grec. Dans l’ensemble c’est une pièce assez belle (avers médiocre mais beau revers). Si il s’agit d’une pièce impériale (frappé à Rome) c’est probablement un as (qui pèse normalement entre 10 et 12 g). Si il s’agit d’une pièce provinciale (grecque impériale) alors c’est un assarion. (P/G [Poor/Good], As/Assarion [AE25], Ae/Cu [Bronze/Cuivre], 25 mm, 7.875 g, payé environ $11 le 1985/11/18, caractérisé par de fortes concrétions de vert-de-gris; die-axis: ↑↑). 

L’avers ne nous offre pas beaucoup de détails utiles pour l’identification. On peut toutefois distinguer un buste d’empereur probablement lauré et drapé, possiblement barbu?, regardant à droite, mais aucune inscriptions n’est lisible. Le style du portrait suggère que c’est une pièce qui date du haut empire. C’est un personnage qui a une allure noble (Augustus? Hadrianus? Antoninus?), un visage plutôt mince et un nez droit. Cela pourrait même être une impératrice (Faustina? Crispina?). Si c’est une pièce grecque impériale ce n’est pas une pièce quasi-autonome car celles-ci ne présentaient généralement pas de portrait de l’empereur.

Le revers est beaucoup plus informatif. Il illustre un temple distyle (i.e. à deux colonnes; on ne distingue cependant pas le détail du fronton — s’il y en a un) où se tient, de face, une divinité (probablement féminine, soit Aphrodite, Artemis, Astarté, Salus, Tyché ou Vénus), le bras droit levé (tenant soit un sceptre ou une patère pour faire une offrande), le bras gauche replié (pour tenir soit un replis de sa chlamyde, ou une cornucopia), entouré à ses pieds à gauche par un serpent enroulé et à droite par ce qui semble être un oiseau (une oie? un cygne?). L’inscription est illisible sauf pour un A (ou 𝚫? ou 𝚲?) M (ou N?) en exergue, qui pourrait être soit une marque d’atelier (Antioche?) ou plus probablement une datation (année de règne ou ère césaréenne ou actienne — 41? 43? 44? 51? 53? 54?). Les représentations architecturales de temples distyles semblent assez rares sur les monnaies (on préfére illustrer des temples tétrastyles ou octostyles) et elles ses retrouvent surtout sur les pièces grecques impériales.

Je n’ai trouvé que quelques exemples de pièces similaires: une pièce de Valerianus frappée à Adraa (Arabie) représentant Tyché debout à droite dans temple distyle, tenant un sceptre dans la main droite et une corne d’abondance dans la main gauche (BM); un AE36 de Elagabalus frappé à Cidramus (Carie) illustrant un temple distyle contenant une statue d’Aphrodite debout de face, les bras étendus, un serpent enroulé à ses pieds à gauche (Sear D., Greek Imperial Coins and their Value (1982): #3065); un AE31 de Elagabalus frappé à Berytus (Phénicie) illustrant un temple tétrastyle avec une Tyché-Astarté debout de face tenant un stylis et entourée de génies (acsearch); et plusieurs pièces avec des temples mais dont les représentations divines sont différentes (NumisBid, BeastCoins). Réf. en ligne: Google, CoinArchives. Voir aussi ma fiche.

Verdict: Aucune identification possible (pour l’instant).

La semaine prochaine nous continuons notre retour en arrière avec le début d’une nouvelle série qui vous présente cinq pièces grecques.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 86

Pièce mystère (4)

IMG_1660-1667Cette quatrième pièce de monnaie byzantine mystère m’a donné beaucoup de difficultés… Cela semble être un assez beau follis qui, de par la thématique chrétienne, est de toute évidence Byzantine (FR/VG [Fair/Very Good], AE [Bronze], 22 mm [0.87 po], 4.798 g [74.04 gr], caractérisé par une  frappe décentrée vers la gauche sur l’avers, une patine verdâtre avec un important dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↖︎). L’avers, d’une qualité passable, ne fait guère de sens: on distingue une croix qui occupe toute la moitié supérieure, avec un “X” à gauche et une plus petite croix en bas à droite. Le revers est plus beau et plus lisible: on distingue une longue croix centrale entouré, dans le champs supérieur, par un “C-T” de par et d’autre et, dans le champs inférieur, d’un “X” (ou IC?) et d’une lettre illisible (une autre “X” ou “XC”?) de part et d’autre. 

J’ai concentré ma recherche sur le revers qui était plus facilement reconnaissable. Malheureusement, la longue recherche par comparaison d’images (par style, puis empereur par empereur) a été infructueuse: j’ai commencé à regarder trop bas dans la liste. J’ai bien trouvé plusieurs exemples de folles avec, sur le revers, une croix centrale et des lettres dans chacun des coins (Romanus IV Diogenes (1068-1071) [SB 1866: C-R P-D], Nicephorus Basilacius (1077-1078) [SB 1890: C-B H-B ou C-[B]-N-[B]], Alexius I Comnenus (1081-1118) [SB 1910: C-F-A-D, SB 1931: C-F-AL-D, SB 1932: A-D-K-F]) mais rien ne semblait vraiment correspondre à ma pièce. J’ai poursuivi avec une recherche par mots-clés qui n’a pas donné plus de résultats mais, à force de persévérer, j’ai finalement trouvé une pièce dont le revers correspondait à ma description! 

Il s’agit d’un demi-follis de Constant II (Heraclius Constantinus qui a régné en 641-668 EC; il est appelé parfois Constantinus III, Κώνστας en grec, Constant II en français et Constans II en anglais) frappé à Carthage vers 647-659 EC. L’avers présente un buste de l’empereur de face, barbu?, drapé d’un manteau consulaire et portant une couronne (ornée de trois feuilles ou d’une croix?) et, tenant une mappa dans la main droite et un globus cruciger dans la gauche, avec l’inscription (très souvent illisible) DN CONSTANTN, CONSTANTINVS, ou CONSTANT PP. Le revers illustre une longue croix centrale, surmontée d’une étoile, et entourée d’un “C-T” (avec des points en-dessous des lettres? — possiblement l’abréviation de son nom, ConsTantinus, ou une marque d’atelier pour indiquer CarThage) et d’un “X-X” (marque latine de valeur pour 20 nummi) sur deux lignes. Une fois que je sais ce que je cherche, j’en trouve quelques références en ligne, que je confirme avec les références académiques (Wroth W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1, London, 1908 (IBC): pp. 297-298; Hahn, W. Moneta Imperii Byzantini vol. III, Vienna, 1973-81 (MIB): pp. 253, pl. 30; Grierson, P. Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection, Vol. 2, Part 2, Washington, D.C., 1968/1993 (DOC 2.2): pp. 412-413, 480-482, pl. XXIX).

Dans ce contexte, le revers devient assez clair. Toutefois, quel sens donner à l’avers? En scrutant bien on se rend compte que la croix dans la partie supérieure est en fait formée, dans une frappe grossière ou embrouillée par une re-frappe (overstruck), par le nez de l’empereur, le bord de la couronne et l’ornement qui la surmonte (trois feuilles ou croix?). Le “X” à gauche est la main qui tient la mappa, et la petite croix à droite est celle qui surmonte l’orbe crucigère. En connaissance de cause, on peut même maintenant distinguer les yeux et le contour du visage, ainsi que les replis du drapé. L’Inscription, dont on peut vaguement deviner la trace, demeure illisible. Parfois, l’identification d’une pièce requière un peu d’imagination…

Verdict: Cette pièce est donc fort probablement un demi-follis de Constant II frappé à Carthage vers 647-659 EC. 

Sources: Wikipedia (Constant II [FR/EN]), FAC (Constans II, Byzantine Coins); IBC 321-332, MIB 198a; DOC 2.2: 144-145; SB (S-BCV): 1059; Réf. online: Google, acsearch, Bertolami, CoinArchive, FAC, MoneteRomane, vcoins, WildWinds (SB 1059: text1 / image1 + text2 / image2, SB 1059var: text / image, SB 1060: text / image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous tenterons de décrire ou d’identifier une cinquième et dernière pièce mystère!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 85

Pièce mystère (3)

IMG_1653-1659La troisième pièce de monnaie byzantine mystère est un assez beau decanummium (G [Good], 10 nummi, AE [Bronze], 13 x 14 mm [0.512 x 0.551 po], 2.680 g [41.36 gr], caractérisé par une  rognure du côté droit, une patine verdâtre avec un important dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↓). L’avers présente un buste de l’empereur de face (barbu?), drappé, cuirassé et casqué, avec l’inscription latine D N ERAC… (probablement D[ominvs] N[oster] ERACLIO P[er]P[etvvs] AV[gvstvs] pour “Notre Seigneur Heraclius, Perpétuel Auguste“). Le revers illustre un large “X” (marque de valeur pour 10 nummi, équivalent latin pour “I”) encadré à gauche par un “M” avec un point (•) en haut et en bas, à droite par un “N” avec un point [propbablement en haut et] en bas, une croix (✝︎) au-dessus et une étoile (✻) en-dessous.

C’est une pièce de petite dénomination qui date probablement de peu de temps après la réforme d’Anastasius (la dynastie des Justiniens ou des Héraclides). Durant mes recherches sur internet par comparaison d’images et par mots-clés j’ai rencontré une pièce de Phocas (602-610), un decanummium frappée à Carthage, qui correspond plus ou moins à cette description (Labarum SB 688, DOC 117) mais dont la titulature est “DN FOCAS PERP AVG” et sur le revers les champs g. et d. donnent N/M et non M/N. J’ai également rencontré deux pièces de Heraclius (610-641): l’une est un decanummium aussi frappée à Carthage durant la révolte des Heraclii (608-610) [CoinArchives, WildWinds: text / image, SB 715, DOC 8] mais la titulature dans ce cas-ci est “ERACLIO CONSVLI” (pas de “DN” au début) et encore une fois le revers donne N/M dans le champs de part et d’autre; l’autre pièce est un decanummium frappé à Carthage (WildWinds SB 876 [text / image], DOC 236) avec une titulature qui semble correspondre à celle de ma pièce (DN ERACLIO PP AV) mais le champs du revers présente encore N/M et non M/N de part et d’autre. Ma lecture serait-elle erronée et ce que je prend pour un “M” serait-il un “N”? Cela m’apparait pourtant bien un “M”… Et comme la lettre du champs droit est coupée par la rognure, cela pourrait être tout autant un “M” qu’un “N”. Toutefois, malgré cette différence, cela m’apparait bien être un pièce de Heraclius. 

Et qu’en disent les sources académiques? Warwick Wroth (CIB = Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1: p. 236, #361-363) mentionne le decanummium de Heraclius mais toujours avec le N/M dans le champs du revers (N/M pour “nummus” semble-t-il). Toutefois, Philip Grierson (DOC 2.1 = Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. Vol. 2, Part 1: Phocas and Heraclius 602-641. Washington, D.C., 1968/1993, pp. 43-44, 350-351) mentionne une variante avec M/N !!  Cela confirme  donc ma lecture du revers et l’attribution de la pièce au règne de Heraclius. Malheureusement, il n’est pas possible de préciser une datation autre que la durée du règne (610-641 EC).

Verdict: Cette pièce est fort probablement un decanummium du règne de Heraclius (610-641 EC) frappé à Carthage.

Sources: Wikipedia (Heraclius [FR/EN], Nummus); FAC (Byzantine Denominations, Revolt of the Heraclii); SB (Sear-BCV) 876, CIB: 361-363, DOC 2.1: 238; Réf. online: Google, CoinArchives, Labarum (Phocas SB 688), WildWinds SB 715 (text / image), WildWinds SB 876 (text / image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous tenterons de décrire ou d’identifier une quatrième pièce mystère!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 84

Pièce mystère (2)

IMG_1640-1646La seconde pièce de monnaie byzantine mystère est un beau demi-follis (VG  [Very Good], 20 nummi, AE [Bronze], 20 mm [0.79 po], 6.232 g [96.2 gr], patine brune avec un important dépôt de vert-de-gris; die-axis: ↑↓). L’avers présente un buste de l’empereur de face (de trois-quart?), barbu?, cuirassé et casqué (avec une couronne?), portant une lance au-dessus de l’épaule (et un bouclier?), aucune inscription visible mais un “M” dans le champs droit. Le revers illustre un large “K” (marque de valeur pour 20 nummi) entouré d’un “M” dans le champs gauche et d’une croix (✝︎) dans le champs droit.

C’est de toute évidence un pièce qui date d’après la réforme d’Anastasius (où le revers ne comporte qu’une marque de valeur, soit M, K, I ou E). En recherchant longuement sur l’internet par images (sans grand succès) et par mots-clés, je n’ai finalement trouvé qu’une seule pièce qui correspondait à ces caractéristiques: un demi-follis de Constantinus IV. J’ai par la suite validé cette identification en consultant les ressources académiques (Hahn, W.  Moneta Imperii Byzantini. (Vienna, 1981): p. 259; Wroth, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 2: p. 318; Bellinger, A.R. & P. Grierson, eds. Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. (Washington D.C., 1966 – 1999). Vol. 2: Part 2:  Heraclius Constantine to Theodosius III: pp. 512, 514, 518-519, 541-542; et Classical Numismatic Auctions, 1987/05/01, #206).

Verdict: Cette pièce est donc fort probablement un demi-follis de Constantinus IV frappé à Constantinople vers 674-685 EC (quoique le DOC affirme que l’on peut réduire la datation à 674-681, et que le CNA la date plutôt de 673-674 EC).

Sources: Wikipedia (Constantinus IV [FR/EN]); Doc (vol. 2, part 2): 37, Mib-87, S-BVC 1181, IBC: 33-38; Réf. online: Google, CoinArchives, vcoins. Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous tenterons de décrire ou d’identifier une troisième pièce mystère!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 83

Pièce mystère (1)

Il me reste quelques pièces de monnaies byzantines que je n’avais pas préalablement identifiées ou datées. Je vais donc tenter de le faire ou, du moins, de les décrire… Voici donc cette première pièce mystère.

IMG_1598-1605Cette pièce de monnaie byzantine est un assez beau follis (G/VG [Good/Very Good], 40 nummi, AE [Bronze], 25 x 27 mm [0.98 x 1.06 po], 10.811 g [166.84 gr], payé environ $6 le 1985/04/14, grande usure sur l’avers, patine brune, le flan comporte d’importantes rognures; die-axis: ↑↓). ) de l’époque de la dynastie justinienne (518–602). 

L’avers nous présente un buste de l’empereur de face, barbu?, couronné ou casqué?, vêtu d’une cuirasse, tenant de la main droite un globe surmonté d’une croix (globus cruciger) et de la main gauche un bouclier. L’inscription est rendue illisible par l’usure et la rognure mais elle semble se terminer par “PP A” (PerPetvvs Avgvstvs = “Perpétuel Auguste”).

Le revers illustre un large “M” (marque de valeur pour 40 nummi), surmonté d’une croix (✝︎) ou d’un tau-rho (⳨), avec en-dessous ce qui semble être un losange mais est probablement un “A” (marque de la première (Alpha) officine; cela pourrait aussi possiblement être un “𝚫”, pour la quatrième (Delta) officine), encadré par un “ANNO” vertical à gauche et un “𝛓 I sur deux lignes à droite (pour indiquer la septième année de règne), avec un “NIKO” en exergue (marque de l’atelier de Nicomédie).

Les caractéristiques de la pièce (portrait de face, large “M” carré et non arrondi, etc.) m’inclineraient à penser qu’il s’agit d’une pièce soit de Justinianus I (527-565), soit de Mauricius Tiberius (582-602). Toutefois, Justinianus n’a régné seul qu’à partir de sa douzième année ce qui fait qu’il n’a pas émis de pièce de ce genre pour sa septième année de règne. Cela l’exclut donc comme empereur possible pour cette pièce. Il ne nous reste donc comme possibilité que l’empereur Mauricius Tiberius (identification confirmée par Wroth, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1: p. 140; A.R. Bellinger & P. Grierson, eds.; Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. (Washington D.C., 1966 – 1999). Vol. 1: Anastasius I to Maurice, 491-602 (Bellinger A.R., Washington D.C., 1966/1992), p. 325).

Verdict: Cette pièce de monnaie est donc fort probablement un follis de Mauricius Tiberius frappée par la première officine de l’atelier de Nicomédie en 588-589 EC.

Sources: Wikipedia (Justinianus [FR/EN], Maurice Tiberius [FR/EN], globus cruciger, monnaie byzantine), FAC (Justinianus, Maurice Tiberius, Byzantine Denominations, globus cruciger, Nicomedia); IBC: 131, DOC 1: 97a; Réf. online pour Justinianus: acsearch, CoinArchives, CoinArchives, WildWinds (text, image); pour Maurice Tiberius: AkropolisCoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous tenterons de décrire ou d’identifier une deuxième pièce mystère!

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 82

Les Macédoniens

Basileus II / Constantinus VIII (960-1028)

L’histoire de l’Empire Byzantin n’est pas particulièrement passionnante. Je n’ai d’ailleurs que très peu de pièces de monnaie de cette époque et elle sont tous dans un piètre état de conservation. C’est pourquoi je me permet de passer sous silence la dynastie isaurienne (717-802), celle des Nicéphoriens (802-820), ainsi que la dynastie amorienne (820-867) pour aborder directement (mais brièvement) la dynastie macédonienne (867-1057). Fondée par le macédonien Basileus, elle s’étend sur près de deux siècles, compte une vingtaine d’empereurs et constitue l’apogée de l’Empire Byzantin. Ce haut point de l’Empire est véritablement atteint sous le règne du neuvième empereur macédonien: Basileus II (Βασίλειος [Basileios] en grec et Basile II en français). 

Basileios nait vers 958 probablement à Constantinople. Il est le fils de l’empereur Romanos II et de Theophano Anastaso. Son père le fait co-empereur dès l’âge de deux ans et, à sa mort en mars 963, il devient empereur mais sous la régence de sa mère. Toutefois l’armée exige un véritable empereur alors celle-ci épouse Nikephoros II Phokas qui règne alors conjointement avec le jeune Basileos. Quelques années plus tard, en décembre 969, elle se débarrasse de son époux au profit de son amant Iôánnes Tzimiskếs qui adopte les deux fils de Theophano, Basileos II et Kōnstantinos VIII, et les prends comme co-empereurs. Lorsque Ioannes meurt, en janvier 976, il n’a pas de descendance directe et donc l’empire revient à ses deux fils adoptifs. Cette succession est contesté par les généraux Bardas Sklèros et Bardas Phocas et ce n’est qu’après treize ans de guerre civile que Basileos, avec l’aide de Vladimir Sviatoslavitch (le prince rus de Kiev), réussit à s’imposer comme empereur légitime. Il entreprends alors une série de campagnes militaires qui lui permet de reconquérir de nombreux territoires. Il s’attaque donc au califat fatimide pour reprendre la Syrie (995-999), au Caucase pour y acquérir la Géorgie et l’Arménie (1000-1023) mais surtout à l’Empire bulgare pour récupérer une bonne partie du nord de la Grèce et des Balkans (1005-1018) ce qui lui vaut le titre de Bulgaroktonos (“tueur de Bulgares”). Il attaque également le khaganat khazar pour reprendre le contrôle du pourtour de la mer Noire dont la Crimée méridionale. Il s’allie également avec la jeune République de Venise pour défendre l’Italie contre les Sarrasins. C’est en pleine préparation pour reconquérir la Sicile qu’il meurt subitement le 15 décembre 1025. Il aura régné près de cinquante ans et laisse un Empire byzantin plus puissant et plus vaste qu’il ne l’a jamais été depuis Justinianus. Il s’étend de l’Arménie jusqu’à l’Illyrie, et de la Crimée jusqu’au sud de l’Italie. Sa bonne gestion a permis de regarnir les coffres, ses réformes protègent les moins nantis contre les grands propriétaires terriens, et sa politique religieuse à étendue l’influence du christianisme avec la conversion des Rus de Kiev.

Son frère Kōnstantinos VIII (Κωνσταντίνος en grec et Constantin VIII en français) lui succède. Il ne semble pas beaucoup aimer le pouvoir puisqu’il se montre très discret durant le règne de son frère et, une fois à la tête de l’Empire, il en laisse la gouvernance à ses hauts fonctionnaires. Il réussi tout de même à maintenir la stabilité des frontières. Son règne est cependant très court. Il tombe malade et meurt le 11 novembre 1028 sans laisser de successeur mâle.

IMG_1632-1638Je n’ai que deux pièces de monnaie pour cette dernière partie de l’Empire Byzantin. L’une d’entre elles serait un follis anonyme de Basileus II ou de Constantinus VIII dans un état plutôt passable (P/VG [Poor/Very Good], follis anonyme classe A3 (ornement #14? #22? #41?), AE/Cu [Bronze/Cuivre], 22 mm (0.87 po), 5.027 g (77.6 gr), payé environ $5 le 1985/01/06, patine brune avec incrustations de vert-de-gris et flan rogné; die-axis: ↑➘). L’avers nous présente un buste du Christ, barbu, de face, avec une auréole en forme de croix (nimbus cruciger; impossible de déterminer le type d’ornement de l’auréole) derrière la tête, vêtu d’une tunique (colobium) et d’un manteau (pallium), la main droite levée en signe de bénédiction, la gauche tenant l’Évangile (impossible de distinguer le type d’ornement), avec l’inscription (illisible) +EMMA-NOVH𝝠 (translitération grecque de l’hébreux Emmanuel [עמנואל / Εμμανουήλ] qui signifit “Dieu [est] avec nous”) et un IC – XC (monogramme formé des première lettres grecques du nom de Jésus Christ: ΙΗϹΟΥϹ  ΧΡΙϹΤΟϹ) dans le champs de part et d’autre. Le revers illustre, sur quatre lignes et en gros caractères, l’inscription grecque +INSYS / XRISTYS / BASILEY / BASILE (“Jésus Christ, Roi des rois”) encadré par un ornement de losanges au centre d’un trait [l’ornement du bas est oblitéré par la rognure du flan]. 

Cette pièce est un très bel (et intéressant) exemple de follis “anonyme” que l’on frappa à Constantinople à partir du Xe siècle et qui ne comportait ni l’effigie, ni le nom de l’empereur mais plutôt un buste du Christ sur l’avers avec l’inscription “Christ, Roi des rois” sur le revers. Même en l’absence d’une titulature on peut attribuer cette pièce aux règnes de Basileus II ou de Constantinus VIII car il semble que ce type (buste auréolé en avers, revers avec inscription sur quatre lignes, encadrée par des ornements variés, et frappé sur un flan de plus petite taille [poids de 9 à 10 grammes, diamètre maximum de 29 millimètres]) n’ait été frappé qu’à cette époque. Selon ces informations (confirmées par WROTH, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 2: pp. 489 et GRIERSON, Philip. Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection: Vol. 3, Part 2:  Basil I to Nicephorus III (867-1082). Washington DC: Dumbarton Oaks Research Library & Collections, 1993. pp. 634, 638, 644-45, 648, 655, 658, 668-69) nous pouvons affirmer avec assez de certitude qu’il s’agit d’une pièce de Basileus II ou de Constantinus VIII, frappée à Constantinople (seul atelier restant), mais on ne peut malheureusement la dater avec plus de précision que leurs années de règne, de 976 à 1028 EC. Quoique, s’il s’agit bien d’une classe A3 (au flan plus petit), alors nous pourrions réduire cette datation à la période entre 1023 et 1028 EC.

Sources: Wikipedia (Basileus II [FR/EN]; Constantinus VIII [FR/EN]); IBC 38-40; DOC 3.2: A2.14.1-4, A2.22, A2.41.1-26; Réf. online: Google, acsearch, CGBFR, CoinArchives, FAC, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

La dynastie macédonienne se poursuit encore un peu au travers des filles de Constantin VIII. C’est l’époque que l’on appelle des “princes-époux”, où l’empereur tire sa légitimité de son union avec l’une des dernières descendantes de la dynastie. Ainsi, Romain III Argyre (1028-1034) devient empereur par son mariage avec Zoé Porphyrogénète (fille de Constantin VIII). À sa mort, Zoé épouse son amant, qui devient empereur à son tour: Michel IV (1034-1041). Son neveu, Michel V, lui succède brièvement (décembre 1041 – avril 1042). Il tente de se débarrasser de Zoé en l’exilant dans un monastère mais le peuple se révolte et réclame le retour de l’impératrice. Pour respecter la tradition, elle se marie à Constantin IX qui règnera douze ans (1042-1055). À sa mort, Zoé étant elle-même décédée en juin 1050, c’est la jeune soeur de Zoé, Theodora III Porphyrogenita (janvier 1055 – août 1056), qui prend le pouvoir seule. Ma dernière pièce de monnaie byzantine en est justement une de Theodora III, et j’ai discuté de son règne dans le cadre de mon entrée consacrée aux impératrices romaines. Elle est déjà assez âgée lorsqu’elle prend le pouvoir et règne donc un peu moins de deux ans. Comme elle ne laisse aucun descendant on choisi un vieux fonctionnaire pour lui succéder, Michel VI. Après un règne de moins d’un an et quelques troubles civiles, il est remplacé par Isaac I Komnenos, le premier empereur de la dynastie des Comnènes (1057-1059, 1081-1185). Suivrons les Doukas (1059-1081), les Anges (1185-1204), les Lascaris (1204-1261), puis la grande dynastie des Paléologues (1261-1453). L’Empire byzantin prend fin avec le règne de Constantin XI Paléologue (1448-1453) lorsque la ville de Constantinople, assiégée par Mehmet II, est finalement conquise par l’Empire ottoman… L’Empire des Romains était alors définitivement mort. Sic transit gloria mundi

La semaine prochaine je vais commencer à vous présenter une série de pièces mystères. Il me reste quelques pièces de monnaies byzantines que je n’avais pas préalablement identifiées ou datées. Je vais donc tenter de le faire ou, du moins, de les décrire…

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 81

Les Héraclides (2)

Heraclius (2)

Dans la dernière partie de son règne (pour le début du règne voir l’entrée précédente), Heraclius profite de la paix retrouvée pour stabiliser l’Empire en consolidant son pouvoir et surtout en renflouant les finances par des coupures dans les dépenses. L’Empire est affaibli, surtout dans les Balkans. Pourtant la menace viendra encore une fois de l’Orient… L’Empire sassanide est lui aussi affaibli par la longue guerre et des luttes de pouvoirs internes. Il n’offre donc que peu de résistance quand une nouvelle religion unifie les tribus de la péninsule arabique dès 620, puis sous l’impulsion de leur prophète s’élance à la conquête tant du territoire Perse que Byzantin… La première escarmouche avec les byzantins a lieu à Mu’tah en 629. Après la mort de Muhammad en juin 632 l’offensive musulmane prend de l’ampleur sous la direction de ses successeurs (les quatre commandeurs du califat Rashidun) et ils obtiennent une première victoire à Ajnadayn en juillet 634, puis une autre avec la bataille du Yarmouk en août 636. Impressionné par la progression fulgurante des musulmans, Heraclius bat en retraite et la Syrie, puis la Palestine sont conquise en 637. Même Ctésiphon, plus à l’est, tombe (et le reste de l’Empire Sassanide sera conquit avec la bataille de Nahavand en 642). Après une brève trêve, l’avancée musulmane prend la Mésopotamie en 639, puis, suite à la bataille d’Héliopolis en juillet 640, ce sera le tour de l’Égypte… Profondément affecté par ces défaites, Heraclius s’enferme à Constantinople où il meurt le 11 février 641. 

Son fils (né de la première épouse, Fabia Eudocia) Heraclius Constantinus (connu comme Constantin III en français) lui succède avec son jeune frère (né de la seconde épouse, Martina) Heraclonas comme co-empereur. Toutefois ils ne survivent à leur père que quelques mois puisque le premier meurt en mai et le second en septembre 641. C’est le fils de Heraclius Constantinus, qui porte le même nom que son père (on le nommera Constans II Heraclius pour le distinguer) qui prend la relève à l’âge de onze ans. Il règne pendant vingt-sept ans. Malgré les pressions slave dans les Balkans et musulmane en Orient, il réussit tant bien que mal à maintenir les frontières de l’Empire Byzantin, qui est maintenant réduit à l’Anatolie, une partie de la Grèce et de l’Italie, ainsi que l’Afrique du Nord (moins l’Égypte). Il profite de cette paix relative pour réorganiser l’administration de l’armée et du territoire, qu’il répartie en nouvelles divisions administratives appelées “thèmes”.

La dynastie des Héraclides [EN] se poursuit en septembre 668 avec son fils Constantinus (Constantin IV) qui règne presque dix-sept ans. Il réussit à contenir les Musulmans (malgré que ceux-ci s’attaquent à Constantinople même en 674-78), les Slaves et même les Bulgares. Il règle la question du monothélisme qui divise encore l’Église avec un troisième concile de Constantinople en 680. Son fils Justinianus (Justinien II) lui succède en septembre 685. Malgré des interruptions par deux usurpateurs (Leontius en 695-97 et Tiberius III en 698-705), son règne dure environ seize ans. Quelques succès militaires contre les musulmans lui permettent de relocaliser des slaves en Asie Mineure. Malheureusement, sa politique fiscale brutale et ses violentes répressions pour contrer l’opposition le rendent impopulaire et il est défait, puis exécuter par l’usurpateur Philippicos en décembre 711. C’est la fin des Héraclides et le début de plusieurs années d’instabilité et de chaos

IMG_1622-1628Ma deuxième pièce de monnaie d’Héraclius le représente avec son fils Heraclius Constantinus et sa deuxième épouse, Martina. Il s’agit encore malheureusement d’un follis dans un état assez médiocre (P [Poor], 40 nummi, AE [Bronze], 22 x 22.5 mm (.87 x .89 po), 3.625 g (55.9 gr), payé environ $5 le 1985/01/06, patine brune, usure et rognures considérables; die-axis: ↑↑). L’avers nous présente Heraclius entouré de son fils Heraclius Constantinus (à peine visible, à d.) et de Martina (à g.), tous couronnés, vêtus d’une chlamyde et portant un globe crucigère dans la main droite, sans aucune inscription. Le revers illustre un large “M” (marque de valeur indiquant 40 nummi), surmonté d’une petite croix et de “ANNO”, et avec un “A” ou “𝚫” en dessous (marque d’officine: Alpha = 1 ou Delta = 4), flanqué dans le champ gauche par le monogramme de Heraclius (formé d’un “H” et d’un “R” superposé [#b ou #23]; ici illisible) et dans le champs droit par l’année de règne (possiblement X / 𝛓 / II sur trois lignes, pour la 18e année) et avec un “CON” en exergue (marque de l’atelier de Constantinople).

Ces informations (confirmées par WROTH, W. Catalogue of the Imperial Byzantine Coins in the BM, v. 1: pp. xxiv-xxvii, 208; et GRIERSON, Philip. Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection: Vol. 2, Part 1:  Phocas and Heraclius 602-641. Washington DC: Dumbarton Oaks Research Library & Collections, 1993. pp. 106-110, 226-228, 292-294) nous indiquent que ce follis a été frappée par la première ou la quatrième officine de l’atelier de Constantinople vers 624-629 EC (les années de règne quinze à dix-neuf — car c’est la seule période, dites “Class 4”, où ce type de revers a été frappé avec le “ANNO” sur le dessus — par contre, s’il s’agit bien de la dix-huitième année de règne, alors on pourrait la dater plus précisément en 627-628 EC).

Sources: Wikipedia (Heraclius [FR/EN], Heraclius Constantinus [FR/EN], Martina [FR/EN]);  IBC: 192-193; DOC 2.1: 102a/c; Réf. online: Google, acsearch, acsearch, CGBFR, CoinArchives, CoinProject, CoinTalk, FAC (01, 02, 03), MA-Shops, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi ma fiche.

La semaine prochaine nous faisons un saut jusqu’à la dynastie macédonienne avec une pièce de Basileius II.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]