Pictorial chronicles [002.020.366]

Collines glacées

IMG_8832

[ iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2020/12/31 ]

Si vous allez prendre une marche dans le parc Frédéric-Back, sortez vos crampons ! Apparemment, encore cette année, ils ont confié l’entretien des sentiers à la même équipe qui fait aussi l’entretien des patinoires !

Disons qu’ils sont TRÈS parcimonieux sur l’épandage d’abrasifs…

J’ai dû écourter ma marche de santé car ça devenait trop dangereux. Je voulais tout de même pas finir 2020 à l’hôpital ! Bonne année à tous !

Voici quelques images du parc ces dernières semaines:

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.020.365]

Trifolium pratense

[ iPhone 8+, Parc Frédéric-Back, 2018/06/10 ]

[Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

Le trèfle rouge (aussi appelé trèfle des prés ou red clover en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs de la classe des Magnoliopsida, de la sous-classe des Rosidae, de l’ordre des Fabales, de la famille des Fabaceae (les légumineuses) et du genre Trifolium. Il ne doit pas être confondu avec le Trifolium rubens (trèfle rougeâtre ou queue de renard) qui est parfois aussi appelé trèfle rouge, ni avec le Trifolium incarnatum (Trèfle incarnat / crimson clover dont j’ai récemment parlé) ou même avec le Trifolium hybridum (trèfle hybride / alsike clover). Il est utilisé comme plante fourragère (en pâturage ou en ensilage, car il est très digestible quoique météorisant), mellifère, comestible (feuilles crues en salades ou cuites comme légume, les graines peuvent faire de la farine) ou même médicinale (la présence de phytoestrogènes peut aider à traiter la ménopause, en infusion elle peut traiter les diarrhées, la toux et les éruptions cutanées). (Source: Wikipedia).

[ Translate ]

Cat-urday’s video [002.020.361]

Wrapped Gift

Last Friday I notice in the afternoon that someone had left a wrapped dead mouse on the top of the backyard stairs. I thought it was a subtle message from one of my beloved neighbours and I lamented against those crazy people who cannot even afford a dead horse’s head. I decided to check the Nest camera in order to identify the culprit. To my great surprise, I discovered that the deed was done at 2PM sharp by none other than Felix — the alley cat that I took in the garage for the winter and that I let out a couple of hours every day when he gets too antsy. It seems that he had found one of those glue traps with a dead mouse on it (apparently some paper towel flew in the wind and got stuck on it too) and decided it would make a perfect gift for us !

It is not the first time that a cat brings us a dead mouse. I guess that this behaviour goes back to the time when humans first started to interact with cats in the Neolithic. They were never really domesticated, but probably slowly became tame by contact with humans through a commensal relationship (a form of symbiosis). With the agricultural revolution, mass producing food meant that human had to create food storage (primarily granary) that inevitably attracted vermine (mostly rats and mice). The presence of vermine in turn attracted small predators like cats who started hanging around human settlements. Humans probably started to “reward” the cats (with food and confort) for getting rid of the vermine and with time this synanthropic relation became mutualistic and the behaviour became instinctive. The cat, in order to prove that he is earning his keep, brings the dead prey as proof, hence the “gift” — which is rarely wrapped.

[ Traduire ]

Monnaies anciennes 18

Les femmes romaines (2)

Lucilla

Je suis particulièrement attaché à Lucilla, dont j’ai deux pièces, car elle était non seulement la fille de Marcus Aurelius et Faustina Minor (et donc la soeur de Commodus, contre qui elle complota) mais elle était aussi l’épouse de Lucius Verus, à qui elle donna trois enfants.

Annia Aurelia Galeria Lucilla est née le 7 mars 149 et grandit à la cour d’Antoninus Pius. En 161, son père la fiance à son coempereur, Lucius, qu’elle épouse à Éphèse en 164. Elle reçoit alors le titre d’Augusta. Les époux ne passeront pas beaucoup de temps ensemble. Elle reste auprès de Verus à Antioche la première année, où elle accouche d’une  fille, Aurelia Lucilla, en 165, puis retourne à Rome alors que Verus reste en Asie Mineure pour superviser la campagne contre les Parthes puis se rend sur le front Danubien pour une campagne contre les Marcomans. Elle est considérée comme ayant été “une matrone respectable et influente”. Après la mort de Verus en 169, Marcus arrange un second mariage avec le général Tiberius Claudius Pompeianus Quintianus qui est deux fois plus âgée qu’elle et issue d’une famille syrienne modeste de rang équestre. Elle lui donnera deux fils. Dès 172, elle le suit sur le front Danubien et est donc au chevet de son père à Vindobona lorsqu’il décède en mars 180. Étant l’aîné, elle espérait qu’elle et son mari succéderait à Marcus, mais c’est plutôt Commodus qui devient empereur. En 182, elle participe à un complot pour assassiner son frère et prendre le pouvoir. Ayant échoué, elle est exilée à Capri, où son frère la fait aussitôt exécuter… Cela démontre bien que les femmes romaines n’étaient pas exclues des jeux de pouvoir et des manoeuvres politiques…

IMG_8727-8729Ce beau sesterce (AE, 30 mm, 25.7022 g) présente sur l’avers un buste de Lucilla,  les cheveux ondulés et attachés en un chignon bas à l’arrière de la tête, drapée à droite avec l’inscription LVCILLAE AVG[VSTAE] ANTONINI AVG[VSTI] F[ILIA] (“Pour Lucilla Augusta fille de l’Auguste Antoninus“). Sur le revers on retrouve une Vénus debout à gauche, tenant une pomme dans la main droite et un sceptre dans la gauche, avec l’inscription VE-NVS et un S[ENATUS] C[ONSULTO] (“avec la permission du Sénat”) dans le champ de part et d’autre. Cette représentation exprime probablement un thème de fertilité (puisqu’elle a donné à Verus trois enfants) — quoique la pomme fait allusion à la légende du jugement de Pâris et de la fameuse “pomme de la discorde” alors que le sceptre est un attribut d’autorité. Comme Lucilla a reçu le titre d’Augusta qu’à son marriage en 164 et qu’il est peu probable qu’on ait frappé monnaie à son nom après qu’elle eut cessé d’avoir un statut d’impératrice en 169, cette pièce a certainement été frappé entre ces dates. Par contre, certaines sources réduisent cet intervalle à 164-166. Sources: Wikipedia, RIC III 1763, CoinArchives, CoinArchives, Numismatics, acsearch, Wildwinds, CoinTalk, CoinProject, DeaMoneta, FAC, MAShops, FAC (Lucilla, Venus, Apple). Voir aussi ma fiche.

IMG_8731-8733Cet as (Ae, 24 mm, 10.091 g, payé $8 le 1985/12/17), d’une qualité passable (ou même médiocre), nous offre un buste de Lucilla à droite avec l’inscription LVCILLA – AVGVSTA. Le revers représente une Hilaritas debout de face, regardant à droite, tenant une longue feuille de palmier dans la main droite et une corne d’abondance dans la gauche, avec l’inscription HILARITAS et un S[ENATUS] C[ONSULTO] (“avec la permission du Sénat”) dans le champ de part et d’autre. L’inscription est illisible mais la longue palme est assez typique pour identifier le sujet représenté sans le moindre doute. Hilaritas est une vertus, la personnification divine et allégorique de l’allégresse qui, dans ce cas-ci, exprime probablement la joie suscitée par le mariage de Lucius et Lucilla ou la naissance d’un enfant. Les branches de verdure (une longue palme) étaient signe de réjouissance et la cornucopia un signe d’abondance. Cela me rappel, sans y être vraiment lié, la fête romaine de Hilaria, qui était célébré le 25 mars (trois jours après l’équinoxe du printemps), en l’honneur de de Cybèle (la Magna Mater) et d’Attis — cette festivité carnavalesque serait possiblement à l’origine du “poisson d’avril”. Pour les même raison que la pièce ci-dessus, celle-ci aurait été frappée entre 164 et 169 (quoique la même source suggère que les pièces avec l’inscription “Lucilla Augusta” auraient probablement été frappé plus tardivement, soit en 166-169). Sources: Wikipedia, RIC III 1741, Wildwinds (text, image), acsearch, ACsearch, acsearch, British Museum, Numismatics, FAC, FAC (Hilaritas, Palm, Hilaritas), Hilaria. Voir aussi ma fiche.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.020.358]

Ranunculus acris

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/03 ]

Le bouton d’or ou renoncule âcre (appelé meadow buttercup ou encore common buttercup en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs de la classe des Magnoliopsida, de l’ordre des Ranunculales, de la famille des Ranunculaceae et du genre Ranunculus. En fait, on appel souvent “bouton d’or” toutes les espèces de renoncules à fleurs jaunes (principalement R. acris, R. bulbosus, R. gramineus, R. repens, etc.) — il en existe près de six-cent mais plusieurs d’entre elles sont aquatiques (R. aquatilis, R. peltatus, etc.), d’où leur nom qui signifie “petite grenouille” en latin. Elle est caractérisée par des feuilles nervurées et palmatilobées, ainsi que des fleurs en forme de coupe, composées de cinq pétales d’une couleur vive et brillante qui évoque le beurre (d’où leur nom dans les langues germaniques, comme l’anglais, l’allemand ou le néerlandais) et qui les rend attrayantes pour les insectes (favorisant la pollinisation entomophile). Elle a parfois été utilisé pour ses propriétés tinctoriales (comme colorant à mordant), alimentaires (les jeunes pousses ou tubercules, si séchée ou bouillie quelques heures et parfois même crues, ont un goût fade, “acidulé et légèrement épicé, riches en vitamine C”) ou médicinales (pour ses “propriétés diaphorétiques, antispasmodiques, analgésiques et rubéfiantes”) mais c’est avant tout une plante toxique qui a des propriétés inflammatoires et irritantes (vésicante). Toutefois, on l’apprécie surtout pour ses mignonnes petites fleurs jaunes… (Source: Wikipedia [Fr/En]).

[ Translate ]

Pictorial chronicles [002.020.354]

Dernières nouvelles du parc

Une publication sur FB révélait qu’il y avait encore eut du nouveau dans le Parc Frédéric-Back cette semaine. J’y ai découvert que les dalles de béton qu’on y enterraient la semaine dernière devaient servir de base pour de grand parasols ! Je n’ai pas tardé à aller investiguer par moi-même…

Hier était la journée idéale pour se promener dans le parc et y prendre des photos. Il ne faisait pas trop froid (environ -7 ℃) et le ciel était d’un profond azur. J’ai donc constaté de visu que l’on avait complété l’installation du mobilier dans le parc en ajoutant des bancs dans le secteur Iberville Nord (mais pas encore de tables à pic-nic), des parasols dans le secteur Boisé Est ainsi que des parasols et des chaises longues sur le dessus de la butte du secteur Plaines Est. J’ai bien hâte que ce dernier secteur ouvre au public, probablement au printemps prochain. C’est vraiment un superbe parc pour prendre ne marche de santé…

[ iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2020/12/18 ]

[ Translate ]

Monnaies anciennes 17

Les femmes romaines (1)

Les monnaies romaines ne représentent pas toujours l’empereur sur l’avers. Parfois il s’agit d’une pièce commémorative de la fondation d’une cité, comme Rome ou Constantinople, ou alors elles vont représenter des membres de la famille impériale, généralement les épouses des empereurs. Dans de très rare cas, on retrouve des monnaies d’impératrices. Dans les prochaines semaines, je vais vous monter une dizaine d’exemples de femmes romaines représentées sur les monnaies de ma collection.

Faustina I

Faustina Maior (c. 100-140 EC) était la nièce de Hadrianus et l’épouse de Antoninus Pius (c. 110~115). On dit d’elle qu’elle était belle et sage, et — comme toute première dame de nos jours — s’est consacrée à des entreprises de charité et d’éducation pour les jeunes filles. Elle meurt en octobre ou novembre 140 et est divinisé par Antoninus. Malgré les ragots, elle devait être une bonne épouse et Antonin devait l’aimer suffisamment pour qu’il obtienne une telle chose du sénat. Il est vrai qu’on le disait très pieux…

IMG_8303-8304Ce très beau denier de Faustine l’Ancienne (AR, 18 mm, 2.756 g, payé $8 le 1985/12/17) illustre bien cette apothéose. Sur l’avers, on retrouve un buste drapé à droite (avec les cheveux en chignon au dessus de la tête et un diadème de perles) avec l’inscription DIVA – FAVSTINA. Le revers illustre une Aeternitas (ou Providentia) debout à gauche, tenant un globe dans la main droite et un voile ondulant dans la gauche, avec l’inscription AETER – NITAS. Cette pièce a été frappée après 140/1 EC (soit dans les années suivant son décès, 140-144, ou pour le dixième anniversaire de sa consécration, c. 150-151). Sources: BMC 373, C 32, RIC III 351, RCV (2002): 4578, RCV (4th Ed.): 1348, CoinArchives, vcoins, Wildwinds, FAC, CoinTalk, acsearch, FAC (Faustina Senior, Diva Faustina, Aeternitas). Voir aussi ma fiche.

IMG_8722-8724Ce beau sesterce de Faustine l’Ancienne (Orichalque [laiton], 31×32 mm, 22.001 g, payé $10.75 le 1985/11/18) continue sur le même thème. Sur l’avers, on retrouve un buste drapé à droite (les cheveux minutieusement ondulés et enroulés en bandes sur la tête et tirés vers l’arrière, avec un chignon sur le dessus) avec l’inscription DIVA – FAVSTINA. Sur le revers il y a une Juno debout à gauche, tenant une patère (pour faire une libation) et un sceptre, avec l’inscription IVNO, puis un S[ENATUS] C[ONSULTO] (avec la permission du Sénat) dans le champ de part et d’autre. Il semble y avoir plusieurs variantes de ce type, la différence résidant dans la césure de l’inscription sur l’avers (DIVA – FAVSTINA versus DIVA FAV – STINA) et la position du “O” de IVNO sur le revers. Cette pièce a été frappée après 140/1 EC (quoique certaines sources la date de 141 et d’autres de 147). Une caractéristique intéressante est que cette pièce comporte sur l’avers un graffito à l’encre de Chine (dans le champs droit, possiblement “1707 / ?? AES”). Sources: RCV (2000): 4629, RCV (4th Ed.): 1365, RIC III 1143, C 210, BMC 1531, Wildwinds, CoinArchives, CoinArchives, Numismatics, Mantis, Numista, DeaMoneta, MA-Shops, FAC, FAC (Faustina Senior, Diva Faustina, Juno). Voir aussi ma fiche.

Note: Ce qui fait qu’une recherche peut devenir très chronophage c’est quand l’on passe des heures juste pour un petit hyperlien explicatif (l’équivalent des notes en bas de page d’antan) par soucis d’exhaustivité. J’avais prévu couvrir ce sujet en un seul billet mais par le temps que j’alloue habituellement à une entrée de cette série je n’avais recherché et décrit seulement deux des dix pièces prévues ! J’ai donc décidé de couvrir séparément chacune des femmes d’empereurs dont cette sous-série de billets fait l’objet. À suivre, donc.

[ Translate ]