Where I belong

Shabondama-posterAfter committing robbery, Shoto’s flight from the cops takes him to the mountains of Miyazaki in southern Japan where he helps an injured elderly woman. This serendipitous encounter will softly coax him into changing and set him on the path to redemption. The Japanese countryside comes to life through beautiful cinematography in this simple and unhurried reflection on what it means to have a place where to belong.

[ From Cinémathèque québécoise ]

A petty criminal (who was shaped by his environment or bad parenting) do something bad, escape to the countryside, feels guilty, meet with nice people, sees the error of his way and seeks redemption… I must say that Where I belong doesn’t feel very original as we’ve seen this type of movie often in Japanese cinema. However, it is still a nice feel-good movie. It offers a touching story, which is beautifully shot and with good acting. It’s an entertaining flick that offers a good time. Nothing more. The best part is probably that it is showcasing the nice landscapes of Miyazaki and giving us a glimpse at the Shiiba Heike Festival.

Where I belong (しゃぼん玉 / Shabondama / lit. “Soap bubble”): Japan, 2016, 108 mins; Dir./Scr.: Shinji Azuma (based on a novel by Asa Nonami); Phot.: Wataru Miyamoto; Ed.: Shinya Tadano; Music: Yuki Hara; Cast: Kazuyuki Aijima, Mina Fujii, Kento Hayashi. ©2016「しゃぼん玉」製作委員会. stars-3-0

For more information you can visit the following websites:

[ AsianWikiGoogleIMDbJFDBOfficialYoutube ]

[ Traduire ]

Capsules

Continue reading

Japanese film festival 

The 36th edition of the Japanese Film Festival will be held from Friday September 20th to Sunday September 22nd at the Cinémathèque québécoise (335 De Maisonneuve Blvd East, Montreal, QC). This annual event is presented by the Japan Foundation in collaboration with the Consulate General of Japan in Montreal. It offers four free Japanese movie screenings (in Japanese with English subtitles; Limited seating is available on a first-come, first-served basis; no reservations required).

Where I belong (しゃぼん玉 / Shabondama): Japan, 2016, 108 mins; Dir./Scr.: Shinji Azuma (based on a novel by Asa Nonami); Phot.: Wataru Miyamoto; Ed.: Shinya Tadano; Cast: Kazuyuki Aijima, Mina Fujii, Kento Hayashi.

[ AsianWikiIMDbJFDBOfficialYoutube ]

After committing robbery, Shoto’s flight from the cops takes him to the mountains of Miyazaki in southern Japan where he helps an injured elderly woman. This serendipitous encounter will softly coax him into changing and set him on the path to redemption. The Japanese countryside comes to life through beautiful cinematography in this simple and unhurried reflection on what it means to have a place where to belong.

Friday September 20 at 6:30 p.m. / 18h30

The Night I Swam (泳ぎすぎた夜 / Oyogisugita yoru): Japan/France, 2017, 79 mins; Dir.: Kohei Igarashi / Damien Manivel; Phot.: Wataru Takahashi; Ed.: William Laboury; Music: Jérôme Petit; Cast: Takara Kogawa, Keiki Kogawa, Takashi Kogawa.

[ IMDbJFDBOfficial ]

In the early hours of the morning in snowy northern Japan, a boy is woken up by the noise of his father leaving for work. Later, the boy deviates from the path to school and heads towards the fish market where his father works. This Japan-France coproduction has no dialogue, no narration, but instead captivates its audience with the power of images and everyday sounds, revealing in poetic silence the charming simplicity of a child’s world.

Saturday September 21 at 2:15 p.m. / 14h15

Drowning Love (溺れるナイフ / Oboreru naifu): Japan, 2016, 111 mins; Dir.: Yûki Yamato; Scr.: Yûki Yamato, Kishu Izuchi (based on the manga by George Asakura); Phot.: Takahide Shibanushi; Ed.: Kenichi Hirai; Cast: Nana Komatsu, Masaki Suda, Daiki Shigeoka, Mone Kamishiraishi, Nazuki Amano, Mickey Curtis, Masami Horiuchi.

[ AsianWikiIMDbJFDBOfficialWikipedia ]

Two of Japan’s rising stars take on the roles of a teenage fashion model from Tokyo and a successor to a family of Shinto priests, portraying together dreams of freedom and fragile teenage love, intense and tragic.

Saturday September 21 at 4 p.m. / 16h00

Summer Wars (サマーウォーズ / Samâ uôzu): Japan, 2009, 114 mins; Dir.: Mamoru Hosoda.

[ ANNIMDbOfficialWikipedia ]

When a timid high school math whiz unwittingly unlocks a rogue AI program able to destroy the real world, calling on the bonds of family and human compassion might be the only way to counter this menacing mayhem. A timely 10th anniversary screening of this Mamoru Hosoda and Madhouse masterpiece which seamlessly blends the beauty of traditional Japan with Superflat colorful computer graphics.

Sunday September 22 at 2 p.m. / 14h00

[ Traduire ]

FFM 2019

Montreal-World-Film-Festival

Monday morning, the president of the Montreal World Film Festival, Serge Losique, has announced in a brief press release that “the festival will take a break this year to better prepare the 2020 edition”. The statement mentions Losique’s poor health as the reason for this year’s cancellation of the event. This comes to no one’s surprise as the festival had been declining severely in the last few years and it was plagued with financial troubles. Let’s hope that the festival will indeed use that time to recover and that the gap will not mean the death of this once-famed international event. They also said that more details on the 2020 edition will follow shortly.

I am disappointed because I was looking forward to have my yearly dose of Japanese cinema. However, it was to be expected. I should have made arrangements to free myself to attend the Fantasia festival instead…

Press review:

[ Traduire ]

Miss Hokusai

MissHokusai-1-covMiss Hokusai tenait de son père son talent et son obstination. C’était une femme libre qui fumait la pipe, buvait du saké et fréquentait les maisons de plaisir pour croquer les belles femmes sur le vif. Autour d’elle et de Hokusai se déploie la chronique fantasque d’une vie de bohème au début du XIXe siècle, où se côtoient peintres, poètes, courtisanes et acteurs du kabuki.

Sugiura Hinako (1958-2005) est une mangaka et une historienne spécialisée dans la vie et les coutumes du Japon de l’ère Edo. Elle travaillait beaucoup pour le cinéma et son manga a été adapté en film en 2015.

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

MissHokusai-1-p014

Page 14

Miss Hokusai (百日紅 (さるすべり) / Sarusuberi / lit. “Cent Cramoisi” qui est le nom que les Japonais donnent au Lagerstroemia [lilas des Indes ou crape myrtle en anglais] un groupe d’espèces d’arbres et arbustes indigènes du sous-continent indien) a d’abord été publié en feuilleton entre 1983 et 1987 dans le magazine hebdomadaire Manga Sunday avant d’être compilé en trois volumes par l’éditeur Jitsugyou no Nihonsha en 1987, puis en deux volumes par Chikuma Shobō (format bunko) en 1996. Il a été traduit en espagnol chez Ponent Mon et en français chez Philippe Picquier. Ce manga seinen historique, écrit et illustré par Sugiura Hinako, nous raconte des épisodes de la vie de Hokusai, le célèbre artiste d’ukiyo-e de l’ère Edo, et de O-ei, sa troisième fille qui l’assiste dans son travail. Il a été adapté en dessin animé en 2015 par Production I.G. sous la direction de Keiichi Hara.

Ce qui rend l’oeuvre de Sugiura Hinako intéressante, c’est qu’elle est probablement la seule mangaka a s’être autant inspiré de la tradition japonaise tant pour ses sujets que pour son style de dessins. Née dans une famille de fabriquant de kimonos, elle a grandit avec un grand sens de la tradition. Alors qu’elle devient de plus en plus fascinée par le Japon féodal, elle abandonne des études universitaire en arts graphiques et designs pour étudier avec Shisei Inagaki, écrivain et spécialiste de l’époque d’Edo, et être assistante pour la mangaka Murasaki Yamada.

Elle fait ses débuts en 1980 dans le magazine Garo, consacré au manga expérimental, et dès ce moment elle s’établit comme chroniqueuse de la vie quotidienne du vieux Tokyo (Edo), et particulièrement du quartier des plaisirs de Yoshiwara, en portant une telle attention aux détails (les coutumes, les vêtements, etc.) qu’elle redonne littéralement vie au passé. De plus, elle innove en poussant l’authenticité jusqu’à adopter un style graphique qui, quoique un peu frustre, s’inspire beaucoup—et même parfois imite carrément—les traditions artistiques de l’époque Edo comme l’ukiyo-e (estampes japonaises) et le kibyōshi (romans illustrés qui sont en quelques sortes l’ancêtre des mangas). Comme nous le dit Frederik L. Schodt dans Dreamland Japan (p. 139), sa principale concession à la modernité est d’adapter le language, car les Japonais d’aujourd’hui ne sauraient lire la langue de l’époque sans dictionnaire!

Malheureusement, insatisfaite de la qualité artistique de son travail et peu disposée à s’imposer le rythme de travail de la publication commerciale du manga, elle prends sa retraite en 1993 pour se consacrer à la recherche et à faire mieux connaître l’époque Edo (en étant consultante pour les média et en écrivant des ouvrages sur le sujet). Elle meurt du cancer de la gorge en 2005. Elle est récipiendaire du Nihon Mangaka Kyōkai Shō (Prix de l’Association des auteurs de bande dessinée japonais) en 1984 pour Gassoh (合葬 / “Enterrement commun”, qui a été adapté au cinéma par Tatsuo Kobayashi) et du Bungeishunjū Manga Shō (prix Bungei shunjū) en 1988 pour Fūryū Edo Suzume (風流江戸雀 / “Élégance du moineau d’Edo”). Le seule autre manga de Sugiura à avoir été traduit en français est Oreillers de laque (二つ枕 / Futatsu makura / Lit. “Deux oreillers”) qui est disponible en deux tomes (1. Du vent sur les fleurs et 2. Promis, c’est promis) aux Éditions Philippe Picquier — ceux-ci offrent d’ailleurs une intéressante collection de manga alternatif ou qui adaptent des classiques de la littérature (voir mes commentaires sur Je suis un chat et La porte).

Si le titre occidental du manga est “Miss Hokusai” et que la présence de O-ei fait le lien entre les différents anecdotes, celui-ci n’est pas à proprement parler l’histoire de la fille de Hokusai comme ce titre le suggère, mais fait plutôt le récit des dernières années de la vie du célèbre artiste et de son entourage (principalement O-ei, Ikeda Zenjirô [qui prendra le nom d’artiste Keisai Eisen] et Kuninao Utagawa, mais aussi Iwakubo Hatsugorô [aka Totoya Hokkei], Kawamura Kotome [seconde épouse de Hokusai et mère de O-Ei], Inoué Masa [aka Hokumei, disciple de Hokusai], et Takachirô [jeune frère d’O-ei et deuxième fils de Hokusai]). Avec ce manga Sugiura nous présente en quelques sorte une vision féministe de l’époque Edo, en faisant ressortir le rôle central que O-ei jouait pour Hokusai (dont elle était un peu la gérante), le fait qu’elle entreprend une carrière qui lui est propre (mais qui n’aura jamais la renommé de son père) et en levant un peu le voile sur la vie quotidienne des geisha de Yoshiwara. Le manga est cependant trop anecdotique pour constituer un bon récit biographique sur Hokusai — sur ce sujet le manga de Shotaro Ishinomori constitue probablement une meilleure lecture (voir mon commentaire sur cet ouvrage).

miss-hokusai_anime

Miss Hokusai: le dessin animé

D’une certaine façon l’adaptation animée est plus intéressante que le manga car elle organise un peu mieux le récit anecdotique du manga, le restreint un peu plus autour du travail de O-ei et offre un superbe style graphique qui n’a plus rien a voir avec les dessins frustre de Sugiura. Le dessin animé mérite définitivement d’être vu. Toutefois, si le manga est fascinant pour son aspect historique authentique, le plaisir de la lecture en est un peu tempéré par le style graphique plutôt grossier et peu attrayant — quoique les allusions au style des ukiyo-e sont tout à fait charmantes. C’est donc à lire mais surtout pour les amateurs d’histoire nippone. Je réserve néanmoins mon jugement final tant que je n’ai pas lu le tome deux (d’abord annoncé pour avril 2019, il paraîtra en août 2019…)

Miss Hokusai, tome 1 par SUGIURA Hinako. Arles: Éditions Philippe Picquier (Coll. Picquier Manga / BD ), février 2019. 360 p., 15 x 22 cm, 19,00 €  / C$ 27.95. ISBN 978-2-8097-1392-3. Un extrait est disponible sur le site de l’éditeur. Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Masaya Suzuki • Hiroko Suzuki 1996. Tous droits réservés. © Éditions Philippe Picquier 2019 pour la traduction française.

Dreamland-JapanSources sur Sugiura Hinako: Manga-Update, Wikipedia et surtout Dreamland Japan: Writings On Modern Manga, par Frederik L. Schodt. Berkeley: Stone Bridge Press, 1996. 360 pages (pp. 136-140), 6 x 9”, U$ 29.95 / $C 44.95, ISBN: 9781933330952. Cet ouvrage est presqu’aussi essentiel que son Manga! Manga! The World of Japanese Comics. stars-4-0 [ AmazonGoodreadsGoogle booksWikipediaWorldCat ]

Miss_Hokusai_Blu-Ray_DVD_CoverMiss Hokusai (百日紅 / Sarusuberi / Lit. “crape myrtle”): Japan, 2015, 90 min.; Dir.: Keiichi Hara; Scr.: Miho Maruo; Char. Des.: Yoshimi Itazu; Art Dir.: Hiroshi Ohno; Anim. Dir.: Yoshimi Itazu; Mus.: Harumi Fuki, Yo Tsuji; Prod.: Production I.G; Jap. Voice Cast: Anne Watanabe (Oei), Yutaka Matsushige (Hokusai), Gaku Hamada (Zenjiro Ikeda), Kengo Kora (Kuninao Utagawa), Jun Miho (Koto), Miyu Irino (Kagema). Rated PG-13. Intéressante histoire et surtout superbe animation! stars-4-0 [ ANN / Gkids Official website / IMdB / Stream on Demand ]

[ Translate ]

La Porte

La_Porte-covSôsuke et O-Yone vivent avec le poids d’un secret qui ombre de mélancolie leur amour tendre et leur jeunesse. L’heure est-elle venue de payer leur dette ? Pour savoir ce qu’il en est vraiment, Sôsuke se retrouve devant la porte d’un temple zen.

Un grand roman de Sōseki magistralement adapté en manga, dans le décor attachant du Japon d’il y a cent ans.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les Éditions Philippe Picquier se spécialisent dans la publication d’auteur japonais. Récemment ils ont commencé à inclure dans leur catalogue des adaptations en manga de classique de la littérature japonaise. En général, le style graphique de ces adaptations est très simple, alors que l’effort est surtout mis sur l’adaptation du texte (de façon assez similaire à la fameuse collection “Classiques” chez Soleil). Toutefois, même si ces mangas ne paie pas trop de mine visuellement, ils sont plutôt intéressant à lire car il nous font (re-)découvrir des classiques.

La Porte (門 / Mon) est une adaptation du roman éponyme de Natsume Sōseki par INOUE Daisuke (un ancien élève de Tezuka). Le roman original a été publié au Japon en 1910 — c’est le dixième roman de Sōseki, qui est surtout connu pour Je suis un chat (1905) et Botchan (1906). L’adaptation a été sérialisé dans Garaku no Mori et publié au Japon par Homesha en 2010.

La_Porte-p030

Page 30

Nonaka Sōsuke est un jeune fonctionnaire mélancolique et indécis (un grand flanc mou comme on dirait ici) qui mène une vie ennuyeuse avec son épouse O-Yone. On découvre leur parcours, leur vie quotidienne: O-Yone tombe malade, Koroku — le jeune frère de Sōsuke — leur rend visite, ils apprennent que leur oncle a dilapidé leur héritage et, surtout, le secret qui les ronge nous est révélé. O-Yone était la fiancé de Yasui, un ami de Sōsuke, mais ils tombèrent amoureux l’un de l’autre et s’enfuir ensemble. Cette union répréhensible les mis au banc de la société et la culpabilité garda leur mariage infécond. L’angoisse de sa situation étant devenue intolérable, Sōsuke veut changer sa vie et décide d’aller méditer dans un temple zen. Mais il doit réaliser que c’est au-delà de ses capacités et que la porte de l’éveil lui restera fermé.

L’histoire, qui ne semble pas progresser ni apporter de résolution aux personnages, nous apparait comme incomplète. Mais peut-être était-ce là le sujet dont Sōseki voulait traiter: Sōsuke découvrant ses limites et ses responsabilités… même si il lui est impossible de changer son destin. Cela constitue sans doute une intéressante réflection philosophique mais demeure peu divertissant. En effet, le style sobre et épuré (un peu trop simple à mon goût) de INOUE et le récit lent et contemplatif de SÔSEKI en fait une lecture un peu morne. Toutefois, La Porte nous permet de découvrir l’oeuvre de Sōseki et d’avoir un aperçu de la vie quotidienne à l’ère Meiji. C’est donc décevant mais quand même intéressant.

La porte par INOUE Daisuke (dessin) et SÔSEKI (texte). Arles: Éditions Philippe Picquier, février 2018. 224 p., 15 x 22 cm, 15,50€  / C$ 27.95. ISBN 978-2-8097-1275-9. Extrait disponible sur le site de l’éditeur. Pour lectorat adolescent (14+). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Inoue Daisuke / HomeSha, 2010. © Éditions Philippe Picquier pour la traduction française – Tous droits réservés.

[ Translate ]

Capsules

Blue Corner

bluecorner-covBlue Corner nous dépeint le destin d’un challenger de boxe pas comme les autres. Il s’appelle Reggae, il boxe en poids léger. Son palmarès : 12 victoires par KO pour 20 défaites par autant de KO. Pourtant, les connaisseurs savent apprécier le coup de poing dévastateur de ce combattant enfermé dans un mutisme qui ne fait que contribuer à son mythe. Et quand il croise le chemin d’un promoteur qui voit en lui un roi sans couronne, la vie de ce boxeur va dévier vers le tortueux chemin de la ceinture de champion, là où il n’y a pas de place pour le scrupule.

[Texte de la couverture arrière]

J’ai découvert ce manga il y a plus d’un an et il m’a fallut du temps avant d’en arriver à le lire… Le récit est très ordinaire mais cela demeure tout de même un lecture assez intéressante car il nous fait voir le Taniguchi des années ’80, celui qui racontait des histoires d’action. Très peu d’oeuvres de cette période ont été traduite jusqu’à maintenant.

BlueCorner-p066

Page 66

Publié au Japon sous le titre Combattant Bleu (青の戦士 / Ao no Senshi / Blue Fighter) par Futabasha en mars 1982, Blue Corner est illustré par Jiro Taniguchi et écrit par Caribu Marley (pseudonyme de Tsuchiya Garon surtout connu pour avoir scénarisé Old Boy, illustré par Nobuaki Minegishi). Cette oeuvre de jeunesse de Taniguchi nous offre un manga seinen de sport, bien documenté et dédié au monde de la boxe — un sujet un peu similaire à Garôden qu’il publiera dix ans plus tard et qui était, lui, consacré à la lutte. Car bien avant de produire ses manga consacrés à la nature (Blanco, Le Sommet des dieux, L’Homme de la Toundra, Seton) ou encore à la réminescence et à la déambulation introspective (Le journal de mon père, Le Gourmet solitaire, Quartier lointain, Le promeneur), Taniguchi a eut une période où il a dessiné des manga d’action, empreint de violence (Trouble is my business [1980], Enemigo [1985], Tokyo Killers [1986, publié en anglais par Viz sous le titre Hotel Harbour View], Garôden [1989-90]). Sa mort en février 2017 nous prive de nouvelles oeuvres, mais heureusement des éditeurs comme Pika continuent de traduire ses vieilles productions. 

Dans ce manga, Taniguchi dépeint les coulisses de la boxe à travers l’histoire de Reggae, un combattant taciturne (si on ne tient pas compte des onomatopées, il dit à peine dix mots de tout le manga!) et mystérieux qui connait peu de succès jusqu’à ce que le hasard mette sur sa route un promoteur qui voit en lui un nouveau champion. Le récit nous fait découvrir la monté fulgurante du boxeur mais, à part les allusions au passé mystérieux du personnage, il n’offre que peu d’intérêt. Le véritable sujet de Taniguchi est de nous montrer le coulisses sombres du monde de la boxe où les combats se décident comme des transactions louches et maffieuses…

BlueCorner-p272

Page 272

Comme toutes les oeuvres de jeunesse de Taniguchi, il n’a pas encore développé le beau style graphique et narratif qui le caractérise et l’a rendu populaire. Non, s’il montre déjà un grand talent pour dépeindre efficacement les scènes d’action (à grand renfort de ligne de vitesse), son style demeure encore plutôt frustre. Il utilise beaucoup de traits pour dépeindre ses scènes ce qui fait que ses planches sont souvent sombre, comme si il y avait trop d’encre — on est donc assez est loin du style clair et précis de ses oeuvres plus récentes. Pour plus de détails sur la mise en contexte de cette période dans l’ensemble de  son oeuvre, je vous réfère à mon commentaire sur Garôden.

Blue Corner mérite certainement d’être lu, mais surtout si vous êtes un amateur inconditionnel de Taniguchi.

Blue Corner, par Jiro Taniguchi (dessin) et Caribu Marley (scénario). Paris: Pika (Coll. Pika Graphic, série Action), mai 2018. 288 pages, 172 x 242 mm, 18.00 € / $C 29.95, ISBN 978-2-8116-3830-6. Pour un lectorat jeune adulte (15+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Pika Édition 2018 Marley, Caribu/Taniguchi

[ Translate ]

Capsules

Fantasia 2019

Fantasia-2019-bannerThe 23rd edition of the Fantasia International Film Festival, the top genre film festival in North America, will be held (mostly) at the Concordia Théâtre Hall from July 11 to August 1st 2019. The festival will open with Hideo Nakata latest movie, Sadako. It will also showcase over an hundred feature films & shorts in horror, sci-fi or fantasy genres and many filmmakers and actors will be attending to introduce their production — including Yamamoto Kiyoshi (Director of Brave Father Online – Our Story of Final Fantasy XIV), Yaguchi Shinobu & Kanekoa Ryon (director and producer of Dance with me), Makoto Tezuka (dir. of The Legend of the Stardust Brothers), Takahiro Umehara (dir. & writer for Moon in the hidden woods), Nao Yoshighai (retrospective), Oshiyama Kiyotaka (dir. of the short Shishigari) and Keita Amemiya (dir. of Garo and speaker of the Master Class on Wed July 31, 2019 7:00 PM at the York Amphitheatre). Tickets will be available at Concordia’s box office and online starting July 6th.

Movies from all over the world will be presented (including five from China, five from Hong Kong, twenty-four from South Korea and two from Taiwan), but here we are interested mostly in the forty-five production from Japan:

Anime

Live-Action

This year there’s lots of horror and lots of shorts, many anime and a few titles to watch closely (like Human Lost, The Relative worlds, Garo, Gintama 2, and The island of cats).

[ Traduire ]