POÉSIE DU DIMANCHE [002.021.052]

Je vous dis merde

À vous tous, je vous dis merde
Car je sais que j’vous emmerde
Vous m’avez persécuté
Vous m’avez désavoué

Je vois que vous espérez
Me voir périr
Je vois que vous désirez
Me voir souffrir

Je pars dans mon désert
Je pars en solitaire
Je pars m’isoler
Je vais me retirer
De cette société
Qui est de vous peuplée

Je ne fait pas d’adieu
Je pars vivre heureux
Et sans du sujet me perdre
Je vous dis merde

Biset
1976/02/27

Le poète du dimanche vous offre encore une oeuvre de jeunesse sortie de ses vieux tiroirs. Rien de bien sophistiqué et qui ne respecte aucunes règles poétiques si ce n’est que c’est en vers. Cela exprime la rébellion de l’adolescent qui souffre d’intimidation et ne se sent pas accepté par une société qui lui semble si incompatible avec ses rêves et ses aspiration. Il la rejète et aspire à la solitude — tout en gardant une touche d’humour. J’avais treize ans. Blessé mais toujours narquois. Comme c’est mon habitude je n’ai changé que quelques mots ici et là pour balancer la métrique de certain vers, éviter les répétitions et resserrer un peu le sujet. J’aime bien…

[ Translate ]

Poésie du dimanche [002.021.045]

J’en ai marre de vivre cette vie

J’en ai marre de vivre cette vie
J’en ai marre d’être ce débris
De vivre dans ce trou
Sans un sous
Sans l’un de vous

De cette vie je vais m’éloigner
De cette vie je vais m’esquiver
Je vais filer, décamper
Je vais déguerpir, m’enfuir
De cette vie de suis lassé
Je veux en finir

Mais je dois subir mon sort
Mais je dois attendre la mort
Je suis lassé de vivre
Cette vie complètement ivre
Ivresse de folie
Cette folie de la vie

J’en ai marre de vivre cette vie
J’en ai marre d’être ce débris
De vivre dans ce trou
C’est fini, je sombre, voilà, je suis fou

Biset
1976/02/27

Le poète du dimanche continue à sortir des vers de ses vieilles malles. Ici je n’ai appliqué presqu’aucun changements. Ça ne respecte aucune forme poétique et c’est plutôt médiocre mais cela exprime bien les affres de l’adolescence… J’avais treize ans. C’est cela quand on lit, trop jeune, des poètes comme Nelligan et Beaudelaire. On oubli le cadre et on ne garde que la noirceur…

[ Translate ]

Poésie du dimanche [002.021.031]

Dit moi…

Dit moi pourquoi je suis de ce monde
Dit moi pourquoi tout m’est immonde
Dit moi où il faut mettre l’apostrophe
Dit moi… car je finirai en catastrophe

Dit moi où est la fin de l’univers
Dit moi avant la fin de ce vers
Dit moi quand la fin du monde
Dit moi… car je suis dans l’encombre

Dit moi où vais-je mourir
Dit moi pourquoi souffrir
Dit moi pourquoi cette terre
Dit moi pourquoi l’univers

Dit moi pourquoi
Pourquoi je suis là
Et aussi pourquoi toi
Pourquoi tu n’y es pas

Mais j’ai toujours la foi
Si tu ne dit rien parfois
Que tu me diras, moi
Me dira pourquoi…

Biset Lermite
1972

J’ai fait quelques petits changements pour améliorer des rimes très pauvres (répétitions de monde et moi, entre autres) mais dans l’ensemble ce poème est tel que je l’ai écrit à l’âge de dix ans…

[ Translate ]

Cat-urday’s video [002.020.361]

Wrapped Gift

Last Friday I notice in the afternoon that someone had left a wrapped dead mouse on the top of the backyard stairs. I thought it was a subtle message from one of my beloved neighbours and I lamented against those crazy people who cannot even afford a dead horse’s head. I decided to check the Nest camera in order to identify the culprit. To my great surprise, I discovered that the deed was done at 2PM sharp by none other than Felix — the alley cat that I took in the garage for the winter and that I let out a couple of hours every day when he gets too antsy. It seems that he had found one of those glue traps with a dead mouse on it (apparently some paper towel flew in the wind and got stuck on it too) and decided it would make a perfect gift for us !

It is not the first time that a cat brings us a dead mouse. I guess that this behaviour goes back to the time when humans first started to interact with cats in the Neolithic. They were never really domesticated, but probably slowly became tame by contact with humans through a commensal relationship (a form of symbiosis). With the agricultural revolution, mass producing food meant that human had to create food storage (primarily granary) that inevitably attracted vermine (mostly rats and mice). The presence of vermine in turn attracted small predators like cats who started hanging around human settlements. Humans probably started to “reward” the cats (with food and confort) for getting rid of the vermine and with time this synanthropic relation became mutualistic and the behaviour became instinctive. The cat, in order to prove that he is earning his keep, brings the dead prey as proof, hence the “gift” — which is rarely wrapped.

[ Traduire ]

Happy / Joyeux Solstice

Like every year, I want to wish everyone a happy solstice. 

The celebration of the solstice goes back to the beginning of time (or at least, as far as we know, to the Neolithic). The winter solstice is when the polar axis of the planet reaches its maximum tilt away from the sun, making it appear at its lowest on the horizon and resulting in the longest night and the least amount of daylight. For all prehistoric cultures it probably meant the end of winter hardships and the promise of a new beginning. The sun dies behind the horizon only to be reborn, therefore the winter solstice festival is almost always linked to the cult of the Sun and the New Year. With time, those age-old rituals were integrated into each culture beliefs and evolved into the festivities of Christmas / Nativity (Western Europe), Dongzhi  (China), Festivus (geek culture), Hanukkah (Judaic culture), Karachun (Slavic cultures), Kwanzaa (African-American culture), Makar Sankranti (India), Saturnalia / Sol Invictus (Ancient Rome), Yalda (Iran), Yule (Germanic culture), etc.

Those festivities were also often linked with the worship of entities/deities that resurrected (they died and rose again) in correlation with fertility or after-life cults (many being part of mystery cults): Attis, Baldr, Dionysus, Dumuzid, Ishtar, Izanami, Jesus, Mithra, Osiris, Persephone, Quetzalcoatl, just to name a few. That’s what makes comparative mythology so interesting (for which Jesus is a fascinating study case).

Of course, this year everything feels different. We had a very bad year and we yearn for much better time. Therefore, whatever you are celebrating at this time of the year, I want to wish you all Merry Festivities (by yourself) as well as a happy and much better New Year ! Take care and be safe!

christmas-page-divider-6

Comme chaque année, je souhaite à tous un joyeux solstice.

La célébration du solstice remonte au début des temps (ou du moins, à notre connaissance, au néolithique). Le solstice d’hiver se produit lorsque l’axe polaire de la planète atteint son inclinaison maximale loin du soleil, le faisant apparaître à son plus bas à l’horizon et entraînant la nuit la plus longue et le moins de lumière du jour. Pour toutes les cultures préhistoriques, cela signifiait probablement la fin des épreuves hivernales et la promesse d’un nouveau départ. Le soleil meurt derrière l’horizon pour renaître, donc le festival du solstice d’hiver est presque toujours lié au culte du soleil et du nouvel an. Avec le temps, ces rituels séculaires ont été intégrés dans les croyances de chaque culture et ont évolué vers les festivités de Noël / Nativité (Europe de l’Ouest), Dongzhi (Chine), Festivus (culture geek), Hanoucca (culture judaïque), Karachun (cultures Slaves), Kwanzaa (culture afro-américaine), Makar Sankranti (Inde), Saturnalia / Sol Invictus (Rome antique), Yalda (Iran), Yule (culture germanique), etc.

Ces festivités étaient aussi souvent liées au culte d’entités / divinités ressuscitées (elles moururent et ressuscitèrent) en corrélation avec la fertilité ou les cultes d’après-vie (beaucoup faisant partie de cultes à mystères): Attis, Baldr, Dionysos, Dumuzi, Ishtar / Innana, Izanami, Jésus, Mithra, Osiris, Perséphone, Quetzalcoatl, pour n’en nommer que quelques-uns. C’est ce qui rend la mythologie comparéé si intéressante (pour laquelle Jésus est un cas d’étude fascinant).

Bien sûr, cette année, tout est différent. Nous avons eu une très mauvaise année et nous aspirons à de bien meilleurs moments. Par conséquent, quoi que vous fêtiez à cette période de l’année, je tiens à souhaiter à tous de joyeuses fêtes (par vous-même) ainsi qu’une bonne et meilleure année! Prenez soin de vous et soyez en sécurité!

Garland-divider-1

عطلات سعيدة للجميع

祝大家節日快樂

Feliĉaj Ferioj al ĉiuj

Frohe Feiertage für alle

Ευχάριστες διακοπές σε όλους

Happy Holidays nan tout

חג שמח לכולם

सभी के लिए खुश छुट्टियाँ

Buone Feste a tutti

すべてにハッピーホリデー

Beatus festis in omnes

Счастливые праздники для всех

Felices fiestas a todos

Chúc mừng ngày lễ cho tất cả

sample file

Sur le matelas !

Mon très vieux matelas à ressort me donnant des maux de dos, j’ai décidé de le changer pour un matelas à mousse mémoire du type “lit dans une boîte.” Je recherchais donc un matelas de mousse, de format double (75 x 54 po), entre huit et douze pouces d’épaisseur, d’une fermeté entre médium et ferme, et dans un budget de $300-$800. 

J’ai d’abord regardé sur Amazon mais si les matelas n’y étaient pas chers ($240-$270) la plupart étaient fait en Chine et il était donc plus difficile d’en juger de la qualité (malgré des évaluations de la clientèle de plus de 4.5 et avec plus de 70% d’évaluations à cinq étoiles). J’ai donc élargi mon champs de recherche et consulté de nombreuses “études” comparatives sur les matelas, d’abord plus général (beaucoup de matelas fait aux USA, à Mexico ou en Chine, à des prix entre $700 et $6000 US!) puis en me concentrant sur les matelas en mousse fait au Canada. Après une visite chez Dormez-vous? (pour tester la fermeté des matelas de mousse en général) et de nombreux tableaux comparatifs, j’ai réduit la liste à seulement trois ou quatre candidats: 

MattressChart

Dans une des études-tests déjà mentionnées, les deux modèles du Bloom de Dormez-vous?/Sleep Country se retrouvent en vingt-huitième et trentième position avec des évaluations respectives de 5.9 et 5.5/10. Le moins cher (Earth) est plutôt mou avec une fermeté à 4.2 et l’autre (Mist) a une fermeté moyenne à 5.6. Toutefois, ces matelas sont fabriqué en Chine et, si Dormez-vous? offre le même 100 jours d’essai que les autres fabricants,  les conditions du retour sont plutôt mauvaises: frais de restockage de $50 et un crédit en magasin au lieu d’un remboursement. Éliminé!

La matelas fabriqué au Canada qui reçoit la meilleure évaluation (9.3/10) et qui se retrouve en deuxième position dans l’étude, est le Douglas. Il est fabriqué à Edmonton, a un prix abordable, avec une fermeté moyen/ferme (6.6), une couverture lavable et offre la meilleure garantie (15 ans et 120 jours d’essai). À considérer sérieusement…

Si j’ignore le Juno, également fabriqué à Edmonton (par Good Morning), parce que c’est une marque moins connue et que (malgré sa troisième position et excellente évaluation (9/10) qui lui donne le meilleur rapport qualité/prix) je craignais que son très bas prix ($350) soit synonyme de moindre qualité, mon choix suivant est le Endy. C’est une marque beaucoup plus connue et largement commentée et vantée sur les media sociaux. Classé en cinquième position avec une évaluation de 8.4/10, ce matelas (fabriqué à Toronto) est un peu plus cher ($775) mais offre une fermeté medium/ferme (6.5), une couverture amovible et lavable, une mousse à température neutre, un essai de 100 jours et dix ans de garantie. Il est considéré le matelas le plus écologique (“Best Eco-conscious”). À considérer très sérieusement…

Toutefois, étrangement, mon choix final s’est porté vers le PolySleep qui avait des qualités que les autres n’offraient pas. Malgré qu’il se retrouve en vingt-deuxième position avec une évaluation de seulement 6.6/10 (quoi qu’une autre étude le classe AVANT le Juno et le Endy, et lui attribut le “Meilleur soulagement de la pression”) il offre des conditions similaires aux autres (fermeté medium/ferme (6.5 selon PolySleep), garantie de 10 ans, 100 jours d’essai avec cependant une période de rodage (break-in) obligatoire de 45 jours) mais aussi plusieurs avantages : couverture amovible, lavable ET à l’épreuve des liquides (cette protection est disponible aussi chez Douglas et Endy mais la couverture doit être acheté séparément — $64-$100), mousse antimicrobienne, et des côtés renforcés (ne s’enfonce pas lorsqu’on s’assoit sur le bord du lit). Le prix était aussi très abordable ($850 sur Amazon mais seulement $680 sur le site de PolySleep). Par contre, ce qui a finit de me convaincre c’est que non seulement il était fabriqué au Canada mais aussi localement (à Montréal). Par les temps qui courent, nous voulons tous encourager les entreprises locales…

Ma première impression sur réception du PolySleep (avant même de l’essayer) était qu’il avait l’air confortable et semblait avoir toutes les qualités que je recherchais (pas trop mou, pas trop ferme, bord plus ferme, etc.). La livraison a été très rapide (deux jours). Le matelas a été facile à déballer et à installer. Après l’avoir sorti de la boite, étendu et coupé le plastique qui l’emballait sous vide, il s’est gonflé en quelques secondes! J’étais sûr que je l’aimerais et que c’était sans aucun doute un bon achat! De toute façon j’ai cent jours pour l’essayer et le retourner si je ne suis pas satisfait…

Toutefois, après avoir dormi dessus pendant une semaine, je dois avouer que je suis un peu déçu. Il n’offre pas tant d’amélioration que cela sur mon vieux matelas à ressorts (au moins il n’est pas plein de bosses!). C’est un peu trop mou à mon goût (j’aurais dû me méfier car les évaluations indépendantes donnaient la fermeté à 5.5 ou 5.6 et non le 6.5 que promet PolySleep) et, si les rebords sont renforcés, ça ne parait pas vraiment (quand tu es couché trop sur le bord, le matelas renfonce et l’on risque de rouler hors du lit!). Sans dire que la publicité de PolySleep est trompeuse, je trouve tout de même que les performances de leur matelas sont plutôt décevantes. J’imagine que tout les matelas de mousse dans cette braquette de prix offrent le même genre de caractéristiques… Trouverai-je vraiment mieux avec une autre marque? Et pour une véritable amélioration il me faudrait sans doute payer beaucoup plus cher (un matelas plus traditionnel de qualité moyenne, plus ferme, se trouve plus dans la braquette $1200 – $2500)…

Néanmoins, en bout du compte, le point le plus important est que je dorme un peu mieux et que je n’ai pas trop mal au dos. Par contre, ma femme, qui disait préférer un matelas pas trop dur, a commencé à avoir mal au dos… Elle aussi le trouve trop mou… On va tout de même être un peu plus patient (au moins un mois et demi!) et voir si notre impression change avec le temps… stars-3-0

 

[ Translate ]

Status report (end of September)

The life in the time of coronavirus continues… 

It has been a while since I wrote one of those… In the beginning of July, actually. This is my sixth status report and it has been twenty-seven weeks (or one-hundred-and-ninety-two days) since the beginning of the confinement. It has also been seventeen weeks since we started re-opening at the end of May and fifteen weeks since I restarted to work in a library in June. Time flies. Everything before that feels like an other life… Did we reopen too soon, too hard ? Or is it that (stupid) people are so quick to forget the danger of being in the middle of a pandemic ? As predicted, we are now starting the second wave. Lets hope it won’t be a tsunami… Last week, as the COVID-19 cases kept increasing, Montreal passed into yellow zone and today it switched into the red zone, the highest level of alert. To try to break the wave we really need to lock ourselves up again for the next month, avoid all gathering and social activities. Winter is coming and I am worried about what the fall will be bringing (I mean autumn, not “the” fall of civilisation — although that could still be a possibility; or at least the fall of democracy, the fall of decency, in our southern neighbour. 

csm_20-210-261W_courbe-detaillee-cas-covid_800x450_9463bc0a8c

Now, I must apologize to my readers. In the last month or so, I have been feeling lousy and I didn’t write anything of significance on the blog. I posted only pictures — mostly from my daily walks in the park, of cats and flowers. Although I still read a few comics & manga or watched movies and tv series (e.g. I finally finished (re)watching Battlestar Galactica — I’ll write about it later if I can), but just didn’t feel like writing about it. I was (physically and mentally) exhausted. As often, work and life (chasing clinical appointments, shopping for an electric bike or a new mattress) were taking all my energy. However, I still think that posting those pictures are important to me. Each time I talk about natural history, or show the picture of an animal or a plant, or an ancient coin, I think it is an opportunity (first for me) to acquire new knowledge and then to share it with others. After all, this is one of the main reasons why I am writing this blog: Sharing my enthusiasm for knowledge (that and spilling my brain out into words in order to stay sane !).

The reasons why I am feeling so lousy are complex. First, frankly right now, the world is depressing. If you are watching the news (which I very often do, mostly from our southerly neighbour), all you can hear is scandal this, corruption that, election this, election that, COVID this, COVID that, COVID all over (one million deaths around the world so far), and, in every cases, associated with the name Trump! It is tiring. 

Also, my work is rather frustrating. I am not working in my usual library, which is undergoing (since last December!!) some renovations. I’ve been relocated to another library, working with a different team. They are mostly nice people, but, let’s say, we’re not really sharing the same work ethic. Due to various delays (mostly unexpected structural weaknesses and COVID), the construction work has dragged on and the return to our rightful library has been pushed back several time. This situation is the cause of a great stress. (When I get too frustrated with my job, to blow steam, I just apply to another one…)

Finally, my life has become quite painful. On top of my usual ailments (being slightly overweight, back pain [due to an herniated lumbar disc with occasional sciatica], pre-diabetes, high blood pressure, hepatic steatosis, sigmoidal diverticulitis, occasional kidney stones and an unmentionable recurring abscess), earlier this month I started having chronic knee pain on the right side which the doctor diagnosed as probable osteoarthritis (the x-ray didn’t show anything). A little later, I also started having pain in the left hip. I’ve been prescribed some strong NSAID rubbing drops (a 1.5% diclofenac sodium solution) and also tried a similar product in cream, but their list of counter-indications and side-effects is longer and scarier than their benefits! I am quite wary of using them… I am still trying to exercice regularly, but I started to hate stairs (however I am still adamantly avoiding elevators). I just must learn to live with my pain. Pain is my friend. I will face my pain. I must not let pain change the way I do things. I will use my pain to keep a clear mind. And when the pain has gone I will remain active. (That’s my litany against  pain). Fortunately, there are some good days… but I’m really starting to feel old…

However, in the last few days I felt a little worse. I was more tired, depressed, having a congestion and a slight cough, a little dizziness occasionally, higher blood sugar (five days in a row over 7 mmol/L), some gastro-intestinal problems and a slight fever. It is probably simply exhaustion due to the stress of work and the change of the season, doubled with the beginning of a cold. Nothing more (hopefully). However, the protocol at work requires me to report it to my superior, call public health authorities and undergo COVID-19 testing. Which I did today. I didn’t go to work, got tested and now I am isolating myself in my man/writing cave, waiting for the result of the test (and my new mattress). 

I am planning to take advantage of this short pause to hopefully write a little (about life & do some book/media comments) on this blog (and maybe for the Club des Irrésistible also).

Continues with Notable News (late September)

[ Traduire ]

 

Update (2020/10/01): The test came back negative. I am feeling better now and back to work. Sorry again: I spent too much time writing the status report and notable news that I didn’t write anything else… (The mattress is a little disappointing, offering little improvements on the previous one. Feel a little too soft to my taste but the important point is that I sleep a little better).

Ma monture (suite)

Après vous avoir longuement entretenu de ma nouvelle monture (un scooter électrique “Écolo” de GreenPower avec batterie au lithium), je vais vous parler de quelques nouveaux accessoires…

En plus de l’obligatoire casque et câble de verrouillage que j’ai déjà mentionné, je me suis procuré un pantalon de pluie imperméable (sur-vêtement) ainsi qu’un couvre sacs à dos imperméables en nylon pour pouvoir conduire le scooter dans tous le genre d’intempéries que l’automne pourra nous apporter.

Malheureusement, mon projet d’installer un porte-bagage arrière de chez Dyad ($40) a échoué. Il semble qu’il y ait après tout de légères différences entre les châssis des DS1 et de l’Écolo; les fixations de côtés sont trop serrées et je n’ai pas pu l’installer. Je suis donc retourné chez Dyad mais ils n’ont pas les outils nécessaires pour l’ajuster en place et ils m’ont donc remboursé. Aucunes des boutiques locales n’offre de porte-bagage pour l’Écolo mais je trouverai bien une solution éventuellement (soit obtenir de bon outils pour écarter légèrement les fixations pour pouvoir mettre le porte-bagage de Dyad en place adéquatement ou contacter le fabricant chinois pour voir s’il offre des accessoires pour ce modèle).

img_8126-2

J’ai également acheté chez Dyad un sac en vinyl noir ($90) qui s’installe entre les jambes (dommage que Dyad ne présente pas sur leur site les accessoires disponibles; il faut se rendre à l’un des magasins pour savoir. Je n’ai rien vu de similaire ailleurs). Il remplit parfaitement l’espace mais les courroies pour l’attacher à l’arbre de direction (à l’avant) et au soutien du siège (à l’arrière) étaient un peu lousse alors je les ai “twisté” pour les resserrer. J’ai également fait de légères perforations dans le bas du sac pour y passer des attaches (“tie-wrap”) afin de maintenir le sac en place et aussi le sécuriser contre d’éventuelle tentatives de vol. J’en suis très satisfait.

J’ai trouvé un manuel en ligne pour le DS1 de Dyad mais malheureusement toujours aucun pour l’Écolo…

Finalement, j’ai aussi acheté une fixation pour iPhone Quad Lock ($120) qui s’installe sur le guidon du scooter. Le téléphone s’insère dans l’étui Quad Lock dont le système d’attache se verrouille solidement sur la fixation. Il y a même une couverture anti-intempérie qui s’ajuste sur le iPhone. C’est un accessoire très pratique. Cela permet de voir l’affichage de la navigation GPS pendant que l’on roule mais aussi de faire des vidéos de nos trajets ! En voici d’ailleurs un exemple (j’ai fait un tour rapide du parc mais comme je ne voulais pas vous embêter avec un vidéo de quinze minute j’en ai accéléré la vitesse (x8) pour le réduire à seulement deux minutes — warp speed !) :

Translate ]

Écolo Lithium (Green Power HQ)

Une nouvelle monture

Après le début du déconfinement, lorsque j’ai été rappelé au travail, je n’étais pas très à l’aise avec l’idée de devoir prendre l’autobus et le métro. Heureusement mon travail se trouvait à distance de marche ou de vélo. Toutefois je me suis vite rendu compte qu’à mon âge, en pleine canicule, le vélo (et parfois même la marche) c’est plutôt épuisant. C’est alors que je me suis rappelé avoir déjà voulu acquérir un vélo ou une mobylette électrique juste pour le plaisir. Mais c’est tout de même dispendieux et le plaisir seul n’en justifiait pas la dépense. Par contre, dans les circonstances, c’était devenu presqu’une nécessité.

IMG_7767

Le DS1 de Dyad

J’ai donc loué une mobylette électrique pour une semaine (chez Dyad) pour voir si cela en valait la peine, si c’était difficile à conduire et, surtout, si j’aimais ça. J’ai adoré! Après avoir soigneusement étudié les modèles disponibles j’avais choisi de louer un DS1 de Dyad car ils offraient de déduire le coût de location de celui de l’achat si j’étais satisfait et désirais acheter la mobylette chez eux. Le problème c’est qu’après ma semaine de location il ne leur restait plus aucun modèle pour la vente et ils ne prévoyaient pas en recommander cette année! J’ai donc commencé à magasiner ailleurs et à considérer tout les modèles possibles: des modèles similaires au DS1 de Dyad (l’Écolo, le Passeport), des vélos électriques (comme le Banana Boss, le Rad Runner 1, le Maxie Large, ou même le Paris), de plus grosses mobylettes style Vespa (Tao Aquarius, Vienna, Gio Italia, Mignon, UQi Pro, etc.), mais plus personnes n’avait quoique ce soit en stock ! Il faut croire que tout le monde avait eut la même idée que moi en même temps!

J’ai agonisé de longues semaines en soupesant toutes les options possibles mais c’était toujours trop gros, trop cher, pas de siège confortable, pas de place pour un second passager, la boutique est située trop loin, etc., et les fournisseurs me disaient tous qu’ils n’aurait du stock que vers la fin juillet au mieux ou encore à l’automne.

IMG_7946

L’Écolo

J’ai finalement trouvé une boutique (Kolo Scooter) localisée à proximité (dans Hochelaga) qui semblait donner un service de qualité (4.9/5 sur Google), offrait un modèle de mobylette qui correspondait à toutes mes attentes et qui devait en recevoir à la fin juillet. Il ne me restait plus qu’à m’armer de patience… J’ai pu enfin prendre possession de mon scooter de marque Green Power HQ, modèle Écolo version lithium, vendredi le trente-et-un juillet. J’en suis bien satisfait. Voici donc ce que j’en pense en détails… (après le saut de page)

Continue reading