Status report (March)

The life in the time of the coronavirus continues… I’ve now been in self-isolation for over a week (actually for about ten days) and I am doing well. There are no signs of any symptoms so far and I am in good shape (physically and mentally) — although I still suffers from kidney stones from time to time. I try to stay fit by doing at least an hour of walking (if possible reaching ten thousand steps) and thirty minutes of cardio (by shovelling the backyard or sweeping the driveway) every day — while keeping my distance from people which is really not a problem for me. Unfortunately we had a couple of days of rain and I couldn’t reach my goals during that time. 

I also stay fit mentally by keeping busy with my blog and doing stuff around the house. First, all this reading is a great help in lowering my tsundoku pile. Second, since I am theoretically still working for the library, I try to do some reference work by writing as much reading suggestions and comments as possible. I have everything I need here to keep busy.

The moral is good — despite spending lots of time watching the news, both local and American. I really don’t mind the isolation. Now-a-day — with tons of books & Dvds, the television and the internet to make the mind travel — can we really be isolated anymore? In a way, the only apprehension is about going back to work and ending this very productive streak. However, the way things are going, I don’t think I have to worry about that for a while…

At first I was hoping to read a book and watch a movie every day, but all the walking and doing chores around the house take some time. I have not written as much as I would have liked. So far, I wrote a list of thing to do to keep busy during the isolation, my usual “Natural Friday” entries (about the dodo and the megaladapis), a comment about the second volume of Histoire en manga, a suggestion list for long series of manga in French, and a series of articles about Ghost in the shell Stand Alone Complex (manga, anime TV series, 2nd Gig, Official Log book 1, and movie) as well as the original manga. More (so much more) is in the works.

In the meantime, things are not doing so well around the world. We seem to cope well here in Quebec, but the situation looks dire in Europe and, particularly, in the U.S.. Here are some links to keep yourself informed:

Please, stay put and safe — and keep reading.

[ Traduire ]

Amour Heuristique (IId)

2.5 AFTERMATH

Pour oublier: le travail dès que possible
Ce sont les nuits qui sont les plus pénibles
Sa présence était comme une drogue dans mon sang
Me désintoxiquer des souvenirs réminescent
La douceur de ses lèvres, sa grande tendresse
Le goût de sa sève, ses promptes caresses
Mais surtout sa sollicitude à l’égard de ma détresse

Mon destin s’est accompli et la vie doit suivre son cours
Je suis éveillé, je ne suis plus aveugle, ni sourd
J’ai besoin d’action, de présences, plus qu’avant
Et maintenant seule l’obscurité me terrifie horriblement

Jamais je n’oublierai…
Nos destins se sont rencontré…
Elle m’a grandi, a illuminé mon obscurité…
Elle est toujours là, j’espère au moins son amitié…
Et avec équilibre, espoir de continuité…

Necesito un guia
Usted es muy hermosa
Usted me gusta muchisimo
Yo te quiero

Mucha gracias por su atension, dispenseme…
Cuendo puedo volver a verle?

1988-12-10

2.6 AFTERTHOUGHT

Mais ce ne sont là que des mots, des évidences
Qui sont, quant tout est fini, bien vide de sens
Quel est le poids des impressions anarchiques
Véhiculés par des clichés pathétiques
Devant ce qui fut si magique ?

1988-12-17
Le rêveur gris
Morwajal

Note: Voici les deux derniers morceaux de ce long poème sur ce qu’un bref idylle m’a appris de la vie. Comme toujours il s’agit de vers éclectiques, sans formes précises, ni métrique. Vous noterez deux brèves strophes en espagnol (nous nous échangions parfois de petits billets dans la langue de Cervantes) [pour la traduction demandez à Mr. Google!]… Voir les parties un (IIa: 2.1-2.2), deux (IIb: 2.3) et trois (IIc: 2.4) de cet ensemble. Le poète du dimanche n’en a pas encore fini puisque j’ai toujours dans mon sac quelques fragments épars.

[ Translate ]

Livre-en-sac

Avec l’épidémie de Coronavirus et les mesures de distanciation sociale qui en découlent beaucoup de gens se retrouvent isolés chez eux avec pas grand chose à faire sinon d’écouter la télévision, la radio ou de lire. Avec la fermeture des bibliothèques, des librairies et des cinémas, les gens n’ont plus d’opportunités de se procurer de quoi les occuper. Et peu ont la chance d’avoir une grosse collection de livres et de Dvds à la maison (moi, je n’ai rien à craindre, j’ai de quoi m’occuper pour plus d’une décennie si nécessaire!). 

Bien sûr, il reste toujours l’internet où l’on peut télécharger des livres numériques (ebooks / livrels) ou visionner des films en continu (streaming). J’ai récemment mis en ligne une liste de suggestions de sites et de ressources à cet effet. Toutefois, il y a encore beaucoup de gens qui, pour des raison économique, n’ont pas accès à l’internet ou des personnes âgés qui trouvent tout ça un peu trop compliqué. Alors on retrouve plusieurs initiatives sur FB ou ailleurs pour prêter ou donner des livres à ceux qui en ont besoins. Des initiatives dans le genre du projet de microbibliothèques que la ville avait parti en 2015 (j’ignore si ce projet fonctionne encore mais il existe sûrement des projets similaires). Toutefois, aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un projet en particulier.

Dans la région du Grand Lévis, mon neveu — l’auteur Sébastien Chartrand — a décidé d’y aller de sa modeste contribution et de mettre le tier de sa collection personnelle (quelques deux-mille livres) disponible pour prêter à ceux qui en ont désespérément besoin. Il a démarré un site internet — le Livrensac de Lévis — où il explique son projet et donne la liste des titres disponibles. Les livres sont désinfectés à la lingette Lysol et placés dans un sac ziploc avant d’être livré à la porte ou dans la boîte aux lettres de ceux qui en font la demande! C’est une initiative tellement intéressante que même le journal local, le journal de Lévis, y consacre un article ! 

Il m’écrivait ce matin:

“J’aurais aimé pouvoir montrer à tout le monde le visage radieux des personnes âgées qui m’envoyaient la main par la fenêtre durant ma livraison de samedi, et le garçon qui sautillait sur place quand j’ai déposé ma pile de BD sur le pas de la porte…”

“J’espère vraiment que je vais réussir à rejoindre un maximum de gens isolés. Je demande aux gens de faire connaître. Ça va réduire, peut-être, l’envie de sortir de certains entêtés et donner envie à d’autres personnes d’imiter l’initiative dans d’autres régions…”

Alors, aidez-le et faites passer le mot… N’oubliez pas: https://livreensac.blogspot.com

J’admire grandement sa compassion et son courage. C’est toujours une grande joie de partager notre passion pour les livres (je le ressens souvent en bibliothèques) mais j’ai eut trop de mauvaises expériences à prêter les miens (j’ai perdu trace de plusieurs d’entre eux) que je n’oserais jamais me lancer dans une telle entreprise. Je préfère laisser passer la crise et lire paisiblement en écoutant du smooth jazz à la radio ou blogger sur ma “safe-house” en toute sécurité. Alors, je te lève mon chapeau, neveu !

[ Translate ]

Amour Heuristique (IIc)

2.4 THE VOID

Je croyais conserver l’affection intime de ma belle
Mais elle n’était pas prête, c’était trop exiger d’elle
Le rideau tombait sur l’acte final, tout était fini
La réalité est vraiment une planche pourrie

J’ai tant pleuré alors, que me reste-t-il, qu’ai-je fait ?
J’avais tant besoin d’elle, rien n’avais plus de sens
Pendant quelques jours j’ai comme été en transe
Il me fallait me reprendre, tirer un trait

J’ai fait le bilan. De l’amour? Je la connaissais si peu
Comment ai-je pu espérer réduire cet amour, le limiter ?
Le cacher au fonds de mon coeur, l’oublier dans un creux ?
Je me suis déçu moi-même. N’avais-je rien appris à aimer ?

J’aurais voulu pouvoir lui crier ma haine
Pour faire le vide, et oublier ma peine
Mais je l’aimais encore et trop fort
Seule la litanie contre la peur m’offrait un réconfort

1988-12-09
Le rêveur gris
Morwajal

Note: Quatrième partie d’un long poème consacré à une expérience amoureuse. Encore une fois, il s’agit de quatre quatrains hétérométriques qui riment mais pas selon un schéma constant (AABB ABBA ABAB AABB)… On note une référence à Philip K. Dick ainsi qu’à la série de romans Dune de Frank Herbert. Intéressant. Voir les deux premières parties (IIa: 2.1-2.2) et la troisième partie (IIb: 2.3). À suivre…

Blogging at the time of Corona

 

Corona_Banner

I am now on indefinite leave
It would feel like staycation
If it was not for this doomsday vibes

The coronavirus (COVID-19) unleashed itself on an unprepared world. Now, we are all in self-confinement to create the social distancing necessary to slow down the onslaught. Therefore the library is closed. We worked for about a week without the public (it was quite fun), but now they have sent us back home (with pay!). I am glad because I was worried that travelling everyday on the bus and the subway would put my family at risk (one of my siblings is immunosuppressed). The governments (both federal, provincial and municipal) asked us to stay home, so we do. I don’t know how long it will last; it might be anything from two weeks to two months. 

I will take advantage of that time to catch up on my reading and movie viewing, do a little clean-up in the house and maybe (if it last for a while) start gardening. I will definitively blog more during this period, mostly to post my reading or viewing comments but also to try to entertain you with bits of knowledge and wisdom. I have already post a list of activities everyone can do during this confinement period.

Hopefully everything will be well. In the meantime, please stay all safe.

[ Traduire ]

homehealthbord2

Amour Heuristique (IIb)

2.3 FEW THOUGHTS AT NIGHT

Amour et raison ne s’entendent pas
Les règles du jeu était simple, et nous n’étions pas las
Mais je savais que la douleur viendrait au bout du compte
Je devais agir, tout dire, pour éviter la honte

Je me suis emporté, je n’avais rien connu de tel
J’ai été hors-jeu, j’avais de l’amour pour elle
Tout perdre, son affection, telle était ma peur
Mais la mortelle morsure libérerait mon coeur

J’ai sonné la cruelle retraite
Je devais chercher l’oubli, en pure perte
J’ai fait le bilan, j’avais tant appris
Je devais rester éveiller, conserver l’acquis

J’avais ouvert mon coeur et éviter le pire
Je devais vivre avec et si possible en rire
Secoué aux tréfonds de mon âme pour avoir dit “j’AIME”
Tellement changé que jamais plus je ne serais le même

1988-12-06
Le rêveur gris
Morwajal

Note: Troisième partie de cette série chroniquant une brève mais très intense expérience amoureuse. Quatre quatrains hétérométriques mais qui riment cette fois (tous en AABB). L’ensemble (en six parties — voir partie IIa) écrit en un peu plus deux semaines. Intéressant. À suivre…

[ Translate ]

Amour Heuristique (IIa)

(2.1) TSUNAMI SOUL

Une glace épaisse enfermait l’océan de mon coeur
Malgré la brise une tempête ravageait ma torpeur
Des vagues énormes secouaient mon essence
Des tourbillons immenses sapaient mon univers rance
La rage de mon impuissance obnubilait toute connaissance

1988-11-28

(2.2) ENCOUNTER IN DARKNESS

Alors que mon obscurité était ainsi ravagée
Je connu cette expérience inusité
Une petite lumière à la recherche d’une présence
M’appris comment embraser mon essence

En ces quelques petites journées
J’en découvris plus sur l’humanité
Que durant les vingt dernières années
Affection, sollicitude, tout n’était pas vain
Je devins subitement plus humain

1988-12-01
Le rêveur gris
Morwajal

Note: Quand on aime on vit! Une autre série de poèmes en forme libre trouvée profondément dans mes cahiers de notes… d’il y a trente-deux ans! À suivre…

When we love we live! Another series of free form poetry found deep in my notebooks… from thirty-two years ago! To be continued…

[ Translate ]