Pension de Famille

PensionDeFamille-cov“En 1947, Margaret Durrell doit faire face à un divorce, avec deux enfants à élever, et à la menace d’un désastre financier. Sur les conseils de sa tante Patience, une redoutable vieille fille, et malgré les sarcasmes de ses frères Lawrence et Gerald, elle ouvre alors une pension de famille prétendument BCBG à Bornemouth, ville respectable du bord de mer britannique. Un peintre et son modèle, une schizophrène, des infirmières, deux musiciens de jazz… Sous le regard narquois des voisins, la pension de Margo tourne à la ménagerie humaine. S’ajoutent à ce joyeux désordre les visites de Gerald, qui ramène une troupe de singes et un énorme python. Margo ne se laisse pas démonter pour si peu et s’embarque même dans une histoire d’amour clandestine avec un joueur de trombone.

À travers ces excentriques personnages de l’Angleterre d’après-guerre se découvre le talent de Margaret Durrell, qui complète ainsi le trio familial d’écrivains.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Comme je l’ai déjà mentionné, j’ai découvert les Durrell avec la série de télévision Les Durrells à Corfou (The Durrells). Celle-ci raconte les aventures un peu loufoques des Durrells, une famille anglo-indienne qui, trouvant le climat anglais difficile, décide de s’installer sur l’île grecque de Corfou dans les années ’30. Intrigué par cette famille colorée qui aimait se raconter par l’écriture j’ai d’abord lu Justine (la première partie du Quatuor d’Alexandrie, publiée en 1957) par Lawrence Durrell (voir mon commentaire). Puis j’ai lu Ma famille et autres animaux (My Family and Other Animals, 1956) par Gerald Durrell (voir mon commentaire). Même la cadette de la famille, Margaret Durrell, a suivi la trace de ses deux frères et a écrit Pension de Famille (Whatever Happened to Margo?, 1996). Elle y raconte ses mésaventures alors qu’elle décide d’ouvrir une pension de famille à Bornemouth dans les années ’40, après être revenu de Corfou, et que son choix de pensionnaires s’avère souvent plutôt désastreux (sans compter la ménagerie que Gerald laisse sous sa responsabilité). Entre les pensionnaires aux comportements douteux, les espiègleries de leurs enfants, les aventures amoureuses et les visites occasionnelles de sa mère Louisa, de ses frères Lawrence, Leslie et Gerard, ou même de sa tante, Margo mène une vie très occupée! 

Apparement l’ouvrage aurait été écrit dans les années ’60 et oublié dans le grenier, jusqu’à ce que sa petite-fille le retrouve et le fasse publié en 1995. Comme le dit Gerald dans la préface, “Margo a montré qu’elle appréciait le côté comique de la vie et qu’elle avait le don d’observer les points faibles des gens et des lieux. Comme nous, elle a parfois tendance è exagérer et à laisser son imagination prendre son essor, mais je ne crois pas que ce soit si mal quand il s’agit de raconter ses aventures de façon divertissante.” En effet, l’écriture me rappel beaucoup celle de Gerald dans sa trilogie de Corfou. C’est écrit avec beaucoup d’humour et cela se lit très vite et bien. C’est donc une excellente lecture, amusante et agréable, qui vous offrira certainement du bon temps, surtout si vous avez apprécié la série télé.

Si vous n’avez pas encore découvert les aventures des Durrell à Corfou, j’en profite pour vous signaler que la série télé de ITV / PBS Masterpiece est disponible en diffusion continue (streaming) sur Amazon Prime Video,  Apple TV, et Google Play. Elle sera également diffusée en français sur les ondes de Ici Artv à partir du 23 mars 2022. J’ai également découvert qu’il existait une autre adaptation des romans de Gerald Durrell, cette fois un film de 87 minutes réalisé en 2005 intitulé My Family and Other Animals et disponible en diffusion continue sur BritBox (via Prime Video ou Apple TV).

Pension de famille, par Margaret Durrell (Traduction: Jean Rosenthal). Paris: Nil Éditions, 1997. 254 pages, 14 x 22.5 cm, 19.00 € / $C 34.95, ISBN 2-84111-069-9. Pour lectorat adolescent (12+). Cette édition n’est plus disponible mais l’ouvrage a été réédité chez Robert Laffont en octobre 2018. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1995 by Margaret Durrell. © 1997 Nil Éditions pour la traduction française.

[ Translate ]

Celui qui hantait les ténèbres

CeluiQuiHantaitLesTenebres-cov“Dans la ville de Providence, le jeune écrivain Robert Blake semble fasciné par une étrange église abandonnée. Alors qu’il finit par s’aventurer dans ce lieu de culte perverti, il y découvre le Necronomicon, un ouvrage maudit de magie noire, et invoque sans le vouloir des forces maléfiques qui dépassent l’entendement…

Pendant la Première Guerre mondiale, un officier évadé se retrouve perdu en pleine mer. Épuisé, il s’évanouit dans sa barque et, à son réveil, s’aperçoit qu’il s’est échoué sur une île inquiétante, recouverte à perte de vue de carcasses de bêtes marines…

Avec un trait sombre et réaliste, Gou Tanabe met en images les pires cauchemars imaginés par H. P. Lovecraft, le maître du fantastique et de l’horreur. Ce sont cette fois Celui qui hantait les ténèbres et Dagon qu’il fait renaître sous sa plume dans toute leur terrifiante noirceur !”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Celui qui hantait les ténèbres (闇に這う者 ラヴクラフト傑作集 / Yami ni hau mono — ravukurafuto kessaku-shū / lit. “Chefs-d’œuvre de Lovecraft: Rampant dans le noir”) est l’une des nombreuses adaptations des oeuvres de H.P. Lovecraft en manga par Gou Tanabe. Ce manga seinen a d’abord été serialisé dans le mensuel  Comic Beam (Enterbrain) et compilé en un seul volume en mars 2016 chez Kadokawa Shoten. Il a été traduit en français chez Ki-oon en mars 2021. Exceptionnellement, ce volume contient l’adaptation de deux récits (respectivement de trente-quatre et cent-seize pages). 

CeluiQuiHantaitLesTenebres-p033

Page 33

Le premier est “Dagon”, qui est une courte nouvelle (d’environ deux mille deux cents mots) écrite en juillet 1917 et publiée pour la première fois en novembre 1919 dans The Vagrant (# 11) et à nouveau en octobre 1923 dans Weird Tales (vol. 2, #3). C’est non seulement l’un de ses premiers récits à être publié mais c’est aussi la première fois qu’il mentionne le Mythe de Cthulhu. Un marin dont le navire a été capturé par les Allemands durant la guerre réussi à s’échapper sur un canot de sauvetage. Il dérive pendant des jours. Un matin il découvre qu’il s’est échoué un milieu d’une grande étendue de terre boueuse couverte de carcasses de créatures marines nauséabondes, comme si cette terre avait soudainement surgie du fonds de la mer. Il décide de marcher vers une colline à l’horizon pour repérer la rive. Dans un canyon il découvre un monolithe qui brille sous la lune. Il est couvert des bas-reliefs représentant d’étranges créatures aquatiques avec une figure aux allures de pieuvre au sommet. Soudain un monstre marin surgit du bassin d’eau sombre à la base du monolithe et semble être en vénération devant cet autel de pierre. Pris de folie le marin couru jusqu’à son canot, où la mer était réapparu, et s’enfui dans une tempête. Il se réveilla dans un hôpital de San Francisco. Il tenta de donner un sens à ce qu’il avait vu, s’intéressant à l’antique légende philistine de Dagon le dieu-poisson. Hanté par ce qu’il a vu il couche sur papier son expérience mais dans son délire il est terrifié que ces monstres ne viennent le chercher…

CeluiQuiHantaitLesTenebres-p089

Page 89

Le second récit est “Celui qui hantait les ténèbres” (The Haunter of the Dark), une novella d’un peu plus de neuf mille trois cent mots écrite en novembre 1935 et publiée en décembre 1936 dans Weird Tales (Vol. 28, No. 5, p. 538–53). C’est le dernier récit qu’il a écrit. Robert Blake est un peintre et un écrivain qui s’intéresse au domaine l’étrange. De son nouvel atelier à Providence, il peut apercevoir la tour noire d’une vieille église qui l’intrigue car aucun oiseau ne s’y pose. Il décide alors d’aller l’explorer. Elle est abandonné car, dit-on, une secte démoniaque l’aurait occupé et on le met en garde contre le danger de réveiller ce qui y dort. Dans la sacristie il découvre des livres dont, dans une position proéminente, une version latine du terrible “Nécronomicon”! Au haut de la tour il trouve une pièce où siège une table heptagonale avec en son centre une sorte de cristal noirâtre, strié de rouge. Lorsqu’il s’en approche il a la vision de mondes inconnus. Il y découvre également un squelette sur lequel il trouve un calepin de note. Il s’agit de Edwin Lilibridge, journaliste au Providence Telegram, qui quarante-deux ans plus tôt était venu investiguer le lien entre l’église et une série de disparitions mystérieuses. Soudain, Blake se sent épié comme s’il y avait une présence là-haut dans la flèche de la tour. Craintif, il retourne chez lui. Il consacre les jours suivants à déchiffrer la feuille qu’il avait trouvé dans le Nécronomicon. Il y apprend qu’en contemplant le cristal on éveillait “Celui qui hante les ténèbres”, une créature surgit des noires abysses du chaos qui demandait de nombreux sacrifices et qui craignait la lumière. Or, Blake avait contemplé le cristal… Une nuit, il y eut une panne d’électricité et l’obscurité permis à la créature de s’échapper momentanément du clocher. Cette nuit là, il rêva qu’il était perdu dans les ténèbres où se vautre Azathoth… Avait-il rêvé ou avait-il erré dans l’église durant une crise de somnambulisme? Dorénavant il craignait l’obscurité et resta une semaine assis à son bureau. On l’y retrouva mort un matin…

Comme pour tout les autres volumes de cette série, celui-ci nous offre une excellente adaptation et est superbement illustré par Gou Tanabe dans son style sombre et détaillé. Ki-oon nous présente encore une édition de qualité, relié en similicuir (cette fois avec une couverture de couleur verte). Même si je ne suis pas du genre à succomber sous l’ambiance angoissante des récits de Lovecraft (bien construit mais pas toujours bien écrit) j’adore tout de même l’univers qu’il a créé et je trouve que Tanabe l’illustre très bien. Ces deux récits ne sont pas mes préférés mais cela demeure tout de même de très bonne adaptations. J’ai récemment lu une autre version graphique de Dagon (illustrée par Dave Shephard) et ce n’est vraiment pas comparable à la qualité du travail de Tanabe. C’est donc un manga qui constitue une très agréable lecture (cela se lit vite et bien) et qui nous permet de découvrir l’œuvre de Lovecraft plus facilement ou de la relire en images, avec une perspective nouvelle.

Vivement le tome suivant dans cette série d’adaptations: c’est Le cauchemar d’Innsmouth (The shadow over Innsmouth écrit en 1931 et publié en 1936) paru au Japon chez Kadokawa en mai 2021 (2 vols) et en France chez Ki-oon en octobre 2021 (le tome 2 sortirait au printemps 2022). Tanabe publie en ce moment en feuilletons dans le mensuel Comic Beam (depuis octobre 2021) son adaptation de L’Abomination de Dunwich (ダニッチの怪 / The Dunwich Horror)…

Celui qui hantait les ténèbres (Les chefs-D’Oeuvres de Lovecraft, 6), par Gou TANABE (dessin) et H.P. Lovecraft (histoire). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), mars 2021. 164 p., 15 x 21 cm, 15 € / $C 28.95. ISBN 979-10-327-0792-0. Pour lectorat jeune adulte (16+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Tanabe Gou 2016

Voir mes commentaires sur les adaptations précédentes de Tanabe:

montagnes_hallucinees_02-cov Dans_lAbime_du_temps-cov CouleurTombeeDuCiel-cov AppelDeCthulhu-cov
[ Translate ]

The Call of Cthulhu & Dagon

CallOfCthulhuAndDagon-cov“In this hauntingly illustrated adaptation of two of H. P. Lovecraft’s most famous stories from the Cthulhu Mythos, illustrator Dave Shephard captivates readers with stories of supernatural monsters so powerful that humanity is deemed irrelevant. The Call of Cthulhu and Dagon introduce the Great Old Ones, powerful deities who reside outside the normal dimensions of space-time, with physical forms that are impossible for the human mind to fathom. This handsome thread-bound edition presents these stories in rich and colorful detail, making it an accessible and entertaining gateway to Lovecraft’s world. Makes a perfect gift for fans of Lovecraft, his work, and the HBO series Lovecraft Country.

[Text from the publisher’s website; see also the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

CallOfCthulhuAndDagon-p024-025

Pp. 24-25

This graphic novel offers the adaptation of two stories by H. P. Lovecraft. The first one is “Dagon”. Written in July 1917, it is one of his first stories and it is also the first time that he mentions the Cthulhu Mythos. It was first published in issue #11 of The Vagrant in November 1919 and again in Weird Tales vol. 2 #3 in October 1923. It is a short story (about two thousands and two hundreds words) and the graphic adaptation (by Pete Katz) is also quite short (sixteen pages). A man is writing down the incredible experience he endured at sea: captured by pirates he escapes on a small boat and, after drifting for days, he wakes up to find himself stranded on land, no sea in sight. It was full of decaying dead fishes like if it was the bottom of the ocean. He waits a couple of days for the mud to dry and then decide to walk toward an elevation in the horizon. He climbs it and finds a cyclopean monolith covered with drawings and hieroglyphs that evokes a marine world. It seems to be the focus of the cult of some aquatic deity. Then, from a pool of dark water at the bottom of the monolith, rise a giant sea monster that bows to the monolith! The man goes mad and run. Somehow, he finds his way back to his boat and to the sea. He wakes up in a San Francisco hospital. He tries to make sense of what he has seen, learn about the legend of Dagon, the sea-god. Now he is afraid and fear the monsters will come for him. He put down on paper the account of his ordeal and jump out a window…

CallOfCthulhuAndDagon-p076-077

Pp. 76-77

The second story is “The Call of Cthulhu”. It was written in the summer of 1926 and first published in the February 1928 issue of Weird Tales (vol. 11, #2). It is a more sizeable story (nearly twelve thousands words) that comprise much of the graphic novel (one hundred and twenty pages). It is the most significant story related to the cult of Cthulhu. This adaptation takes many short cuts but, like the original, still recounts three different stories linked by one main narrative. Prof. Angell, a specialist of Semitic language, helps a young sculptor who has strange dreams during which he produces weird artwork with inscriptions in an unknown language. This leads him to investigate the cult of Cthulhu but he dies in a mysterious incident a year later (this story was told as “The Horror in Clay” in the original novella). His nephew, Mr. Thurston, inherits of his belongings, including a mysterious statuette representing an octopus-like creature with wings and many papers mentioning Cthulhu and R’lyeh, as well as various strange events all occurring in March 1925, and a letter from an inspector Legrasse from New Orleans (this is the main narrative). He meet with Mr. Legrasse (in the original chapter “The Tale of Inspector Legrasse”) who recounts a raid the police made in the swampland south of New Orleans that busted a voodoo-like cult. His investigation revealed that its was more than that: similar cults were found among the eskimos and the sailor Castro tells him about Cthulhu, the great priest of the Great Old Ones who came from the stars and are now sleeping under the sea in the ancient city of R’lyeh waiting to be awaken. Then Thurston finds by chance in the newspaper the story of the sole survivor of a yacht found in possession of a strange idol (that’s the original chapter “The Madness from the Sea”). He travels first to New Zealand and then to Oslo to locate this sailor. Unfortunately, the man died in a mysterious incident but he left behind a journal recounting his ordeal. In March 1925, after being attacked by pirates, they arrive at an uncharted island that looks like it just came up from the bottom of the sea. There they find strange ruins, from which a sea monster come out and attack them. They use the ship’s cannon to neutralise it and escape. Thurston concludes that Cthulhu had awaken but was put back to sleep. He fears the day it might awaken again but also fears that he might now be a targeted man. Indeed, not long after, he narrowly escapes death… this time.

This adaptation is quite disappointing and the art rather basic. It’s not really worth reading. The stories of Lovecraft have received many adaptations, some better than others. I recommend you avoid average works like this one and read instead the adaptations from artists like Culbard or  Gou Tanabe (which I have already commented in the past). Those are much more interesting — particularly the mangas by Tanabe which are real masterpieces.  

H.P. Lovecraft’s The call of Cthulhu and Dagon : a graphic novel, by Dave Shephard. San Diego: Canterbury Classics, March 2021. 144 pages, 7.5 x 10 in., $US 19.99 / $C 26.99, ISBN 978-1-64517-707-4. For teenage readership (12+). stars-2-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 Quarto Publishing plc

 

[ Traduire ]

Histoire de la Science Fiction en BD

HistoireDeLaSFenBD-covTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la science-fiction ! Découvrez la première bande dessinée documentaire retraçant l’histoire de la science-fiction, narrée par un spécialiste du genre. Plus qu’un simple historique, il s’agit d’une véritable réflexion autour du genre, un panorama riche en anecdotes et en surprises. Qui a écrit le premier récit de science-fiction ? Comment est née la science-fiction américaine ? Quels livres faut-il lire pour tout savoir sur la conquête spatiale ? Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?”

“Aujourd’hui, la science-fiction est présente partout, plus seulement en littérature, mais aussi au cinéma, dans les jeux vidéo et même dans la vie quotidienne. Qui a inventé le mot science-fiction ? Et le mot robot ? Qui sont les grands auteurs du genre ? Quels livres indispensables faut-il avoir lus ? Un spécialiste répond à toutes les questions dans ce livre de référence, raconté en bande dessinée. Tout apprenti lecteur pourra désormais s’y retrouver dans la jungle des créateurs visionnaires qui, d’Asimov à Zelazny, ont compté dans l’histoire de la science-fiction. Préface de Pierre Bordage.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La bande dessinée peut aisément devenir un medium éducatif. J’ai déjà mentionné par exemple qu’au Japon il y avait une tradition de manga éducatif pour enseigner l’histoire entre autre (ceux-ci sont rarement traduit mais Bayard à tout même publié la série L’Histoire en Manga). On retrouve aussi beaucoup de biographies en BD, comme celle de P.K. Dick ou de Brigitte Bardot. Alors pourquoi pas une BD sur l’histoire de la science fiction ? On nous présente ici les origines de la SF (Homère? Lucien de Samosate? Cyrano de Bergerac? Thomas More? Swift? Shelley?), les classiques (Jules Vernes, H.G. Wells), l’importance des magazines Pulps dans le développement du genre, les débuts de la SF française et du merveilleux scientifique (Flammarion, Rosny Ainé, Barjavel, etc.), l’Âge d’Or de la SF américaines (Asimov, Heinlein, van Vogt, Sturgeon, Vance, Blish, Bradbury, Brackett, Leiber, Anderson, Simak, Pohl, Sheckley…), l’Angleterre et la New Wave (Moorcock, Stapledon, Huxley, Orwell, Clarke, Tolkien…), l’Alternative Américaine (Matheson, Vonnegut, Dick, Herbert, Silverberg, Ellison…), la SF américaine féminine (Merril, Moore, Le Guin, Russ, Sargent…), le Cyberpunk (Gibson, Dozois, Vinge…), la SF française moderne (Wul, Moebius, Druillet, Verlanger, Brussolo, Wintrebert, Léourier…) et la SF d’ailleurs (Kepler, Lang, Lem, Tolstoï, Strougatski, Salgari, Aldani, McDonald, Marin, Garcia Marquez, Tezuka, Komatsu, Sansal…).

Ce n’est certes pas exhaustif mais l’ouvrage couvre BEAUCOUP de terrain. C’est tout de même assez bien illustré mais surtout très bien écrit car on utilise toutes sortes de petits trucs très astucieux pour garder captivant un sujet qui, on ne s’en cache pas, pourrait être un peu aride et ennuyeux par moment. On nous transporte dans l’espace et dans le temps, ressuscite des auteurs pour qu’ils nous parlent d’eux même, de leur collègues, ou pour qu’ils argumentent entre eux, et le tout est entre-coupé d’encarts informatifs et de suggestions de lectures. Je ne me suis pas ennuyé un seul instant et, ma foi, j’en redemandais. L’ouvrage aurait pu s’étendre en discutant des sous-genres, des thématiques, parler de plus d’auteurs, introduire plus de titre, etc., mais bon, ce n’est pas une encyclopédie mais une introduction alors il faut bien se restreindre! 

C’est le parfait ouvrage pour introduire la science fiction (tant littéraire que médiatisée) à un lecteur qui n’en a jamais lu et, si vous êtes déjà un amateur du genre, vous vous rappellerez nostalgiquement des lectures passées et même découvrirez des nouveaux auteurs ou titres que vous ignoriez jusqu’alors! C’est une lecture agréable et très instructive. Donc un ouvrage essentiel pour toute personne qui s’intéresse de près ou de loin aux littératures de l’imaginaire…

Histoire de… en bande dessinée: La Science Fiction, par Xavier Dollo & Djibril Morissette-Phan. Los Angeles: Éditions Critic / Les Humanoïdes Associés, novembre 2020. 216 pages, 19,8 x 26,7 cm, 22,00 € / $C 37.95, ISBN 9782731676006. Pour un lectorat adolescent (12+). stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Humanoids, Inc.

[ Translate ]

Cixin Liu Graphic Novels #1-3

Vol. 1: Sea of Dreams

Cixin-SeaOfDream-cov“An annual ice sculpture festival draws the attention of an extraterrestrial visitor, who learns how to create such art and decides to use local resources to sculpt a piece in a gesture of goodwill. All the water in the ocean is sent to the stratosphere, where the ice sculptor uses splendid techniques to create crystal dominoes scattered by a giant of the cosmos. In the world of the ice sculptor, art is the sole reason for civilization’s existence. After the ice sculptor creates the pinnacle of beauty, but also brings forth devastation and disaster, humanity decides during Earth’s last breaths to fight for their survival.

The first of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, Sea of Dreams is an epic tale of the future that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #1: Sea of Dreams, by Rodolfo Santullo (writer) & JOK (Illustrator). New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), June 2021. 96 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-67-7. For Teen readership (12+). 

Vol. 2: The Wandering Earth

Cixin-WanderingEarth-cov“The life-bringing sun is on track to have a catastrophic helium flash within the next four hundred years, which would wipe the Earth from the universe entirely. To survive, humanity constructs massive engines on Earth that keep running nonstop, gradually taking Earth out of the Sun’s orbit. Braking, escaping, and hostile living conditions wear down humanity’s hope. People who believe that civilization has already been destroyed form a rebel faction, carrying out a ruthless execution of those who still believe that the Sun will undergo a helium flash.

The second of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, The Wandering Earth is an epic tale of the future that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #2: The Wandering Earth, by Christophe Bec (writer) & Stefano Raffaele (illustrator). New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), September 2021. 128 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-65-3. For Teen readership (12+). 

Vol. 3: The Village Teacher

Cixin-VillageTeacher-cov“In the depths of mountains shrouded with ignorance and superstition, a man dedicates his life to igniting a passion for science and culture in children’s hearts. As his life draws to an end, he uses his dying breaths to impart knowledge on others. Fifty thousand lightyears away, in the depths of outer space, an interstellar war that has lasted for twenty thousand years draws to an end. In order to preserve the Milky Way’s many civilizations, the victor begins to exterminate lower-level life forms. When they reach Earth, they pose a test. The eighteen children deep in the mountains use the last lesson their teacher taught them to shine bright the hope of civilization…

The third of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, The Village Teacher is an epic tale that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #3: The Village Teacher, by Zhang Xiaoyu. New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), September 2021. 108 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-69-1. For Teen readership (12+).

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

I have read two of Liu Cixin’s book (The Wandering Earth and The Three-Body Problem). He is certainly the best known Chinese science-fiction writer and has received many awards (Hugo, Locus, Seiun, Arthur C. Clarke and the Chinese Galaxy and Nebula). As an engineer he writes mostly hard science stories but his writing is also very imaginative and interesting. I am looking forward to reading more of his stories and, of course, the easy (or lazy) way is to read comic book adaptations instead. Luckily for me, Talos Press has started releasing a series of sixteen adaptations of Liu Cixin’s short fiction work. Three has already been published and a fourth one is due in January 2022 (Yuanyuan’s Bubbles).

Sea of Dreams (梦之海 / Mèng zhī hǎi) is based on a story published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World (科幻世界 / Kehuan Shijie) in 2002. An interstellar artist is inspired by an ice sculptor on Earth but his work of art threaten the whole planet! It is a cute story but the art of the adaptation doesn’t appeal much to me. stars-3-0

The Wandering Earth (流浪地球 / Liúlàng dìqiú) is based on a story published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World in 2000. The sun is about to burst into a red giant threatening to destroy the earth. Instead of build generation ships and save a few, the humanity decide to transform earth itself into a spaceship and save everybody (or almost). This is a real epic spanning several millennia and the adaptation succeeds very well to tell that complex story. And I really like the art: it is realist, smooth and with well balanced colouring. It is definitely my favourite book. stars-4-0

The Village Teacher is based on a story (乡村教师 / Xiāngcūn jiàoshī / lit. “The rural teacher”) published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World in 2001. In order to defend themselves against an invasion of silicon-based creature, the carbon-based lifeforms of the Milky Way decide to create an isolation zone five hundred light years wide in the middle of spiral arm one by destroying almost all stars and therefore preventing the enemy from using them to leapfrog from a stellar system to another. They’ll be confined to the outer reaches of the galaxy and never be a threat again. However, they must quickly test each planet before destroying their sun to safeguard all star system with level 3C civilizations. Meanwhile on Earth, in a very rural region of China, a dying country teacher is doing his best to spread knowledge despite the opposition of some of the villagers. Will his students know enough to save Earth? This story emphasize the importance of a good education… A nice story with a moral. This time the artist, Zhang Xiaoyu, is Chinese and, if the art is not totally to my taste, its realism has some charms. stars-3-5

Three graphic novel adaptations that provide a nice reading and can introduce the reader to the works of Liu Cixin. It is worth having a look. I can’t wait to see the fourth volume…

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 FT Culture (Beijing) Co., Ltd.

[ Traduire ]

Ma famille et autres animaux

MaFamilleEtAutreAnimaux-cov“À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Lawrence Durrell, futur auteur du Quatuor d’Alexandrie, fuit l’hiver anglais avec sa mère, sa sœur Margo, cœur d’artichaut, ses frères Leslie, autoritaire chasseur en herbe, et «Gerry», éminent zoologiste d’une douzaine d’années. Ils s’installent à Corfou, jardin d’Éden au beau milieu de la mer Ionienne. Là, le benjamin de la tribu part à la conquête de son île et de sa grouillante faune. Les souvenirs qu’il a conservés de cette époque enchanteresse ont donné naissance à des mémoires en trois volumes, adoubés par des générations de lecteurs, adultes et enfants confondus.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

À la mort de son époux à Dalhousie, en Inde, en 1928, Louisa Durrell décide de déménager sa famille en Angleterre, à Bournemouth (Dorset), en 1932. Mais la famille y est misérable et à l’instigation de l’aîné — qui suggère qu’un climat tempéré serait plus agréable — elle déménage à nouveau toute la famille à Corfou en 1935: Lawrence (Larry, vingt-trois ans et écrivain en herbe), Leslie (dix-huit ans, dont l’intérêt se limite à la chasse et aux armes à feux), Margaret (Margo, seize ans et égocentrique, qui s’intéresse surtout aux garçons) et le cadet Gerald (Gerry, dix ans, qui ne s’intéresse qu’aux animaux). Ils seront aidé dans leur aventures par le chauffeur de taxi exubérant Spýros Hakaiópoulos et le médecin, naturaliste et traducteur Theódoros (Théo) Stefanídis. 

Comme je l’ai déjà mentionné dans mon commentaire sur Justine, ce qui m’a d’abord fait m’intéresser à la famille des Durrells c’est la série télé de la ITV Les Durrells à Corfou (The Durrells). Intrigué, j’ai donc d’abord lu Justine (la première partie du Quatuor d’Alexandrie) un roman écrit pas l’aîné de la famille, Lawrence Durrell. Toutefois, le cadet de la famille, Gérald, a également écrit plusieurs ouvrages sur son travail de naturaliste et de conservationniste (il a pour ainsi dire réinventé le concept moderne du zoo) mais il est surtout connu pour sa “Trilogie de Corfou” (Ma famille et autres animaux publié en 1956, Oiseaux, bêtes et grande personnes publié en 1969 et Le jardin des dieux publié en 1978) qui relate avec beaucoup d’humour le séjour de la famille en Grèce et a inspiré la série télé.  

Ainsi Jerry nous raconte l’aventure pleine de rebondissements de sa famille à Corfou en s’attardant évidemment sur ses expéditions et ses observations de naturaliste en herbe. C’est très bien écrit (même si, au dire de son épouse, son orthographe était hilarant) et cela se lit très bien. C’est un ouvrage très agréable à lire et surtout très amusant. Je recommande chaudement si vous voulez passer un bon moment, assurément si vous aimez la nature et absolument si vous avez vu et apprécié la série télé.

Ma famille et autres animaux, par Gérald Durrell. Paris: Éditions de la Table Ronde, avril 2014. 400 pages, 12.5 x 19.5 cm, 14,00 € / $C 26.95, ISBN 978-2-7103-7076-5. Pour un lectorat jeunesse (12+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Gerald Durrell, 1956. © Éditions de La Table Ronde pour l’édition française et la traduction révisée.

[ Translate ]

The Outsider

TheOutsider-cov“Ce manga en un seul volume offre une expérience saisissante : la redécouverte de trois grands classiques de la littérature de la fin du siècle dernier, interprétés par un mangaka au trait unique et inspiré : Gou Tanabe. The Outsider, de H.P. Lovecraft, ouvre le bal de ce triptyque envoûtant avec le récit glaçant d’un individu prisonnier d’un bien étrange château… Suivent ensuite La maison à la mezzanine, de Chekhov et 26 men and a girl, de Gorki. Enfin, une sublime histoire de fantôme japonais, Ju-Ga, vient clore cette oeuvre à réserver aux amateurs de sueurs froides… Les amoureux de beau trait, lecteurs de manga ou de BD franco belge, ne désavoueront pas ce one-shot somptueux, surprenant croisement entre culture occidentale et culture orientale. Un titre pour un large public !”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

The Outsider (アウトサイダー) est un manga Seinen composé de courts récits illustrés par Gou Tanabe (田邊剛) qui ont été sérialisé dans le magazine Monthly Comic Beam de Enterbrain entre 2002 et 2005 avant d’être compilées en un volume en juin 2007. Ce recueil a été traduit en français chez Glénat (il semble d’ailleurs que tous les éditeurs de manga s’arrangent pour avoir au moins un titre de Tanabe!) et il contient quatre récits:

TheOutsider-outsider-p012

Page 12

Dans The Outsider par H.P. Lovecraft, un mystérieux personnage vit seul dans une tour depuis aussi longtemps qu’il peut se remémorer. Las de la solitude de ses études, il réussit à s’en échapper et est attiré par les lumières d’un château voisin. Il espère y voir de ces humains chaleureux qu’il a vu dans ses livres. Mais quand ils l’apperçoivent, ils fuient tous avec horreur… sauf une créature hideuse et putride au fond de la salle. Il s’en approche et touche une surface lisse… un miroir ! Cette nouvelle emblématique de Lovecraft (intitulé “Je suis d’ailleurs” en français) a été écrite en 1921 et publié dans le numéro d’avril 1926 de Weird Tales. L’adaptation de Tanabe (アウトサイダー / aoutosaida / “Outsider”; 24 pages) a d’abord été publiée dans le numéro d’avril 2004 de Monthly Comic Beam. stars-3-5

TheOutsider-Mezzanine-p045

Page 45

Dans La Maison à Mezzanine par Anton Pavlovich Tchekhov, un jeune peintre timide habite à la campagne et tombe amoureux d’une jeune voisine. Toutefois, il a une querelle politique avec sa soeur et, comme celle-ci désapprouve de leur relation, elle force sa cadette à quitter la maison. Par dépit, le peintre retourne donc à Saint-Petersbourg. Des années plus tard, il se demande où elle est et espère la revoir un jour… Une belle nouvelle de Tchekhov (“Дом с мезонином” / Dom s mezoninom) qui a été publié en avril 1896 dans la revue Russkaya Mysl (La Pensée russe). L’adaptation de Tanabe (中二階のある家 / Chūnikai no aru ie / “Une maison avec mezzanine“; 26 pages) a d’abord été publiée dans le numéro de mars 2004 de Monthly Comic Beam. stars-3-0

TheOutsider-26gars-p078

Page 78

Dans Vingt-six gars et une fille par Maxime Gorki, vingt-six hommes sont prisonniers dans un sous-sol où ils travaillent toute la journée à faire du pain. Leur seul réconfort est la visite quotidienne d’une jeune servante qui vient chercher du pain. Un nouveau boulanger, un ex-soldat qui se vante tout le temps de ses exploits auprès des femmes, vient les voir de temps en temps. Irrité de ces vantardises, un des prisonniers le met au défi de séduire la jeune Tanya. Et lorsqu’il réussit, ils blâment celle-ci et elle ne revint jamais plus les voir. Cette nouvelle de Gorki sur les idéaux perdus (“Двадцать шесть и одна” / Dvadtsat shest i odna) a été publié en 1899 et constitue l’un des premiers récits de réalisme social. L’adaptation de Tanabe (二十六人の男とー人の少女 / Nijūrokunin no otoko to ̄ hito no shōjo / “Vingt-six hommes et une fille”; 32 pages) a d’abord été publiée dans le numéro d’octobre 2002 de Monthly Comic Beam. stars-2-0

TheOutsider-Juga-p135

Page 135

Dans Ju-ga, pendant l’ère Kyōhō et dans une contrée ravagée par la famine, le moine Gibon Gensho utilise l’encre et son pinceau pour combattre les esprits malfaisants et les enfermer dans le parchemin… Cette histoire de fantôme japonais est un récit original par Gou Tanabe (呪画 / ju-ga / lit. “Malédiction”; 120 pages) qui a été publié en cinq parties dans les numéros de février et octobre 2004, ainsi que mars, août et novembre 2005 de Monthly Comic Beam. stars-4-0

Tanabe semble très intéressé à l’adaptation de classiques littéraires, que ce soit Lovecraft ou des auteurs russes (la littérature russe est d’ailleurs suffisamment sombre et sobre pour être considérée sur le seuil de l’horreur!). Plus tard, en 2015, il publiera un autre recueil, cette fois en collaboration avec l’auteur Carib Song (aka Caribu Marley), intitulé Saudade (サウダージ) et qui adapte des récits de Lafcadio Hearn, Franz Kafka et Akira Tsuzu. Toutefois, il est évident que sa thématique de prédilection dans le choix de ses textes reste toujours l’horreur. Ici, il fait un intéressant travail d’adaptation mais malheureusement la littérature russe m’a toujours ennuyé… C’est pourquoi je préfère de beaucoup son adaptation de Lovecraft et sa propre histoire.

Avec Kasane (累 / lit. “Cumul”?; publié en deux volumes chez Enterbrain en 2007 et traduit en français chez Kana) ce recueil est l’une des premières publications de Tanabe et représente donc une époque où son art n’avait pas encore atteint toute sa maturité. Le style laisse donc un peu à désirer, particulièrement dans le cas de “Vingt-six gars et une fille” qui est l’oeuvre la plus ancienne du recueil. On retrouve d’ailleurs deux autres oeuvres de Tanabe antérieures à ses excellentes adaptations de Lovecraft: Genius Loci (ゲニウス・ロキ, publié en 2011 chez Tokuma Shoten, non traduit) et Mr. Nobody (un polar d’abord sérialisé dans Comic Ryū en 2012-2014, puis publié en trois volumes chez Tokuma Shoten, et qui a été traduit en français chez Bamboo / Doki Doki).

The Outsider est un manga somme toute inégal mais qui nous offre tout de même une bonne lecture et qui permet de découvrir les premières oeuvres de Gou Tanabe. C’est le manga le moins intéressant que j’ai lu de lui jusqu’à maintenant mais cela reste à lire si vous aimez l’horreur ou êtes un grand amateur de cet artiste.

The outsider, par Gou Tanabe. Grenoble: Glénat (Seinen manga), janvier 2009. 224 pages, 14.7 x 21 cm, $C 15.95, ISBN 978-2-7234-6636-3, Pour un lectorat adolescent (14+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2007 Gou Tanabe • © 2009, Éditions Glénat.

 

[ Translate ]

The Hound and Other Stories

TheHoundTanabe-cov“A pair of decadent young men pursue the abhorrent thrill of grave robbing . . . A German submarines crew is driven mad by the call of an underwater temple . . . An explorer in the Arabian Desert discovers a hideous city older than mankind. This moody and evocative manga gets back to the dark foundations of the Cthulhu mythos, adapting three of H. P. Lovecrafts original stories that first shaped the outlines of cosmic horror!”

[Text from the publisher’s website and from the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

H.P. Lovecraft’s The Hound and other stories (魔犬 ラヴクラフト傑作集 / Maken Lovecraft Kessakushuu / lit. “Demon Dog Lovecraft Masterpiece Collection”) is a Seinen manga by Gou Tanabe adapting horror stories by H.P. Lovecraft. It was first serialized in Enterbrain’s Comic Beam and Kadokawa’s online Comic Walker magazines before being compiled into a volume by Kadokawa in August 2014. This is the first of Tanabe’s famous adaptations of Lovecraft stories to be translated in English (Dark Horse also published At the mountain of madness in 2019) and, strangely, one that has not yet been translated in French in the Ki-oon prestigious collection which already includes six titles (which I have already commented on this blog).

It includes three stories:

TheHound-Temple-p009In “The Temple”, the lone survivor of a stranded German U-Boat is writing about their discovery of an hellenic-style temple beneath the sea which is calling to them… It was written by Lovecraft in 1920 and published in Weird Tales #24 in September 1925. Tanabe published his adaptation (「神殿」/ Shinden / “Temple”; 64 pages) in the March and April 2009 issues of Comic Beam. As usual, Tanabe adaptation is quite faithful — beside the fact that he moved the timeline from WW1 to WW2.

TheHound-Hound-p104

Page 104

In “The Hound”, two young bored gentlemen who are seeking more and more gruesome esoteric experiences (like reading John Dee’s translation of The Necronomicon!) embark on a grave robing expedition that will make them the target of an infernal beast ! It was written by Lovecraft in September 1922 and published in the February 1924 issue of Weird Tales it is the first time he mentions the forbidden book written by the mad Arab Abdul Alhazred. Tanabe published his adaptation (「魔犬」/ Maken / “Demon Dog”; 60 pages) in the July 2014 online issue of Comic Walker.

TheHound-NamelessCity-p143

Page 143

In “The Nameless City”, an explorer discovers an ancient mythic city in the Arabian desert. He enters a cave that brings him down to coffins filled by palaeogean reptilian corpses and frescoes telling of a vanished civilization. Then there are doors opened on a bright light: he finds himself outside, elsewhere, where there are living creatures! Luckily, the doors close… It was written by Lovecraft in January 1921 and published in the November 1921 issue of The Wolverine — it is the first time he mentions the Cthulhu Mythos. Tanabe published his adaptation (「名もなき都」/ Namo naki miyako / “Nameless City”; 32 pages) in the August 2014 online issue of Comic Walker.

Tanabe superbly adapts Lovecraft’s stories with a fluid storytelling and a very dark, detailed and imaginative artwork. This manga offers a good and pleasant reading that constitutes an interesting introduction to the world of H.P. Lovecraft. Highly recommanded.

H.P. Lovecraft’s The Hound and other stories, by Gou Tanabe. Milwaukie: Dark Horse Comics, July 2017. 184 pages, 5 x 7.125 in., $US 14.99 / $C 17.50, ISBN 978-1-50670-312-1. For a teenage readership (14+). stars-3-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2014 Gou TANABE. All rights reserved. English-language edition & all other material © 2017 Dark Horse Comics.

[ Traduire ]

Salon du livre 2021

SLM_affiche-separee-24x36_03Cette année le Salon du livre de Montréal se tenait en ligne entre le 13 et le 28 novembre et sur place, au Palais des Congrès, du 25 au 28 novembre. 

C’est un premier salon du livre dans la (presque) post-pandémie. Cela demande beaucoup plus d’organisation: vérifier le passeport vaccinal, exiger le port de masque, favoriser l’achat de billet en ligne que l’on peut simplement scanner sur son téléphone intelligent, etc. La vente de billets pour des tranches horaires spécifiques permet de mieux contrôler le nombre de visiteurs. J’avais peur qu’il y ait une foule monstre de gens qui avaient hâte de participer à une activité culturelle après le confinement mais non c’est même mieux que les salons passés. Il y a donc peut être des leçons à tirer de cette expérience.

Vues d’ensemble du salon

Je n’ai  quand même pas pris de chance: J’ai  acheté mon billet en ligne quelques jours d’avance (moins cher que sur place) et j’avais mon passeport vaccinal dans l’appli VaxiCode (hélas je crois que la dernière mise à jour de mon téléphone a effacer l’information car mes informations n’y étaient plus ! Heureusement j’avais une photo dans mon téléphone de la version papier du passeport). 

Autre première, le salon a déménagé au Palais des congrès. En fait, ce déménagement devait avoir lieu l’an dernier mais la pandémie a fait que le salon avait été annulé alors c’est donc cette année que le salon inaugure son nouvel emplacement. Je ne sais pas si c’est à cause de ce nouveau lieu ou si pandémie oblige (en fait il parait que la vaccination covid prends beaucoup de place dans le Palais des Congrès alors le salon utilise ce qui reste) mais cette année le salon est beaucoup plus petit que par le passé. Et au lieu d’être carré, il prends la forme d’un long rectangle (voir le plan). Il y a moins d’éditeurs et les kiosques de chacun sont plus petit (il n’y a plus d’énormes espaces pour les distributeurs et Alire, par exemple, n’a que deux espaces au lieu des quatre habituels). Mais bon c’est mieux que rien… Ce sera sans doute mieux l’année prochaine.

SDL-2021-Plan

Autre première, pour la première fois en dix ans je n’ai pas obtenu de laisser-passer de média. J’ai dû payer mon entrée! Mais bon je ne suis plus éditeur de magazine, je ne travaille même plus en bibliothèque et je ne suis qu’un tout petit poisson dans le vaste océan de l’information nuagique et, même si le blogue s’est beaucoup amélioré ces dernières années, je comprends que je doive laisser ma place aux plus gros joueurs (on m’a dit que c’était à cause de la pandémie qu’ils devaient réduire les accès média — la pandémie a le dos large ! Ça ne fait pas moins de monde si je viens de toute façon; ça fait juste plus d’argent dans les poches du salon…). Mais bon il faut bien faire sa part…

Pour ce qui est du salon lui-même je crois qu’il prouve la résilience du milieu de l’édition. Il y a malgré tout plus de titres que le regard peut en voir. Cette grande variété est une bonne chose — quoiqu’il semble que  tout un chacun qui le veut peut écrire et publier un livre sans qu’il y ait de restriction sur la qualité du produit… Malgré cette pléthore je n’ai malheureusement pas vu de nouveautés excitantes cette année. Ça ne veut pas dire qu’il n’y en pas: elles peuvent avoir échappé à mon regard ou alors les éditeurs et distributeurs n’amènent au salon que les gros vendeurs et non pas les titres qui mériteraient d’être découvert (mais voilà que je me répète d’années en années).

J’ai tout de même noté quelques titres qui méritent d’être mentionnés: 

Je suis d’abord passé au kiosque des Éditions Alire où des auteurs comme Maxime Houde, Richard Ste-Marie et Jonathan Reynolds (voir l’entrevue-capsule réalisée avec lui au Salon du Livre de 2019) signaient leurs oeuvres et où l’on pouvait trouver les romans de ma frangine Catherine Sylvestre (voir l’entrevue-capsule réalisée avec elle au Salon du Livre 2018). Leur catalogue de parutions 2021-2022 est maintenant disponible et leur plus récent titres sont l’étude Les Années d’éclosion (1970-1978) sous la direction de Claude Janelle, le recueil Criminelles par Ariane Gélinas et Maureen Martineau,  Les étages ultérieurs par Éric Gauthier,  Il y aura des morts par Patrick Sénécal,  Stigmates par Richard Ste-Marie, L’Empire bleu sang par Vic Verdier, et les oeuvres de deux auteurs autochtones: Les meurtres du Red Power par Thomas King et L’automne de la disgrâce par Wayne Arthurson.

Je note également l’éditeur scolaire Chenelière qui offre des façons innovatrices d’utiliser la BD et la littérature jeunesse dans l’enseignement (La BD au primaire, La BD au secondaire, Lire et apprécier les romans en classe, ou encore Demain, j’enseigne avec la littérature jeunesse), l’éditeur de BD québécoise de haute qualité Moelle Graphik, la tendance aux omnibus avec les intégrales du Guide du Mauvais Père (par Guy Delisle chez Shampooing) et de l’Ostie d’chat (par Zviane et Iris chez Shampooing également), le dernier Guy Delisle (Chroniques de Jeunesse — voir mon commentaire) chez Pow Pow, la superbe collection d’adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe chez Ki-oon (voir mes commentaires), et quelques BD de chez Gallimard et Futuropolis (dont l’adaptation du Clan des Otori).

Finalement, on retrouve un SEUL kiosque dédié à la littérature anglophone du Québec, Get Lit ! (tenu par la librairie Paragraphe), où j’ai vu la traduction du dernier Delisle (Factory Summer chez Drawn & Quarterly). C’est bien dommage qu’on y accorde si peu de place. Aussi, si il n’y avait de thème général au salon cette année, il y en avait peut-être un non-officiel car j’ai trouvé beaucoup des livre sur l’environnement et les Premières Nations, dont ce kiosque dédié à la littérature autochtone. 

Malgré sa petite taille, ce fut un bon salon du livre. Beaucoup des exposants à qui j’ai parlé l’on trouvé épuisant, plus qu’à l’habitude (dû à l’aspect plus compacte et au port du masque, sans doute). J’aurais aimé y voir plus de nouveautés (et pas seulement les meilleurs vendeurs) et peut-être même une petite section dédiée au livre ancien. Il y a toujours de la place pour s’améliorer. À l’an prochain !

[ Translate ]

The Invisible Library series v. 5-7

The Mortal Word

InvisibleLibrary-5-MortalWord-covIn the latest novel in Genevieve Cogman’s historical fantasy series, the fate of worlds lies in the balance. When a dragon is murdered at a peace conference, time-travelling Librarian spy Irene must solve the case to keep the balance between order, chaos… and the Library.

When Irene returns to London after a relatively straightforward book theft in Germany, Bradamant informs her that there is a top secret dragon-Fae peace conference in progress that the Library is mediating, and that the second-in-command dragon has been stabbed to death. Tasked with solving the case, Vale and Irene immediately go to 1890s Paris to start their investigation.

Once they arrive, they find evidence suggesting that the murder victim might have uncovered proof of treachery by one or more Librarians. But to ensure the peace of the conference, some Librarians are being held as hostages in the dragon and Fae courts. To save the captives, including her parents, Irene must get to the bottom of this murder–but was it a dragon, a Fae, or even a Librarian who committed the crime?” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 5: The Mortal Word, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), November 2018. 448 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 17.00, ISBN 9780399587443, For YA readers (14+). stars-3-0

The Secret Chapter

InvisibleLibrary-6-SecretChapter-covTime-travelling, dimension-jumping, Librarian-spy Irene and dragon-prince Kai will have to team up with an unlikely band of misfits to pull off an amazing art heist—or risk the wrath of a dangerous villain with a secret island lair.

A Librarian’s work is never done, and Irene is summoned to the Library. The world where she grew up is in danger of veering deep into chaos, and she needs to obtain a particular book to stop this from happening. Her only choice is to contact a mysterious Fae information-broker and trader of rare objects: Mr. Nemo.

Irene and Kai make their way to Mr. Nemo’s remote Caribbean island and are invited to dinner, which includes unlikely company. Mr. Nemo has an offer for everyone there: he wants them to steal a specific painting from a specific world. But to get their reward, they will have to form a team, including a dragon techie, a Fae thief, a gambler, a driver, and the muscle. Their goal? The Kunsthistorisches Museum in Vienna, in an early twenty-first-century world, where their toughest challenge might be each other.” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 6: The Secret Chapter, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), January 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804761, For YA readers (14+). stars-4-0

The Dark Archive

InvisibleLibrary-7-DarkArchive-covA professional spy for a mysterious Library which harvests fiction from different realities, Irene faces a series of assassination attempts that threaten to destroy her and everything she has worked for.

Irene is teaching her new assistant the fundamentals of a Librarian’s job, and finding that training a young Fae is more difficult than she expected. But when they’re the targets of kidnapping and assassination attempts, she decides that learning by doing is the only option they have left … 

In order to protect themselves, Irene and her friends must do what they do best: search for information to defeat the overwhelming threat they face and identify their unseen enemy. To do that, Irene will have to delve deeper into her own history than she ever has before, face an ancient foe, and uncover secrets that will change her life and the course of the Library forever.”  [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 7: The Dark Archive, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), December 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804785, For YA readers (14+). stars-3-5

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

This is a fantasy series by British author Genevieve Cogman about a secret library hidden in-between worlds with doors opening to an infinite variety of parallel dimensions. Its librarians are “stealing” rares books and manuscripts from each of those worlds in order to create a link with them and preserve the balance between order and chaos. The universe is engulfed in an eternal war of influence between the Fae (the agents of chaos) and the dragons (the agents of order). Humans inhabiting those worlds are only pawns in their hands. Such a setting allows for a story that goes beyond the traditional genres of literature, as it both in turn fantasy, science-fiction, mystery or even cyberpunk ! I have commented on the first four volumes last summer.

With a long series like this one you would expect it to become repetitive or even stale after a while, but it is not the case. The author always find ways to bring new captivating intrigues and adventures, whether it is by having the cast of characters protecting a peace conference in “la Belle Époque” Paris against an entire new enemy in book five, or having them to steal a painting in Vienna’s Kunsthistorisches Museum in book six or having to fight not one but three old enemies underneath Barcelona’s Sagrada Familia Basílica all the while having to train a new apprentice in book seven, the stories always feel fresh. With each episode the character are growing and we learn more about their backgrounds (what are the fae? Who are the dragons?), particularly about the mysterious childhood origin of the main character, librarian Irene Winters.

It is easy to read, always captivating and quite well written. I strongly recommend it to everyone who likes adventures and books ! I have also discovered that the 8th book of the series, “The Untold Story”, is coming out on December 28th, 2021 !!! I can’t wait to see where the story is going after the big revelations of the last two books…

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Genevieve Cogman, 2018-2020.

[ Traduire ]