Un parc toujours glacé

Constatant que les rues et les trottoirs étaient largement libre de glace, j’ai décidé d’aller prendre ma marche de santé sans mettre mes crampons. Quelle Erreur! Le Parc Frédéric-Back est lui toujours glacé sur la majorité de ses sentiers (et ceux qui sont libre de glace sont évidemment plutôt boueux)…

J’ai pris le sentier polyvalent par le parc Champdoré, comme à mon habitude, et dans ce secteur c’est toujours une patinoire qui nécessiterait un épandage généreux d’abrasifs. C’est le cas jusqu’après la côte, passé l’entrée Legendre, et après cela c’est fondue. Toutefois, n’ayant pas été déneigé de tout l’hiver, l’accès Émile-Journault vers l’intérieur du parc est encore enneigé et glacé. Par contre, comme la neige a fondue un peu et est durcie, cette entrée est maintenant accessible sans trop d’acrobaties. À partir de là, le sentier qui fait le tour de la butte du “boisé” est en grande partie dégagé.

Je suis donc très déçu que le Parc Frédéric-Back, qui devrait normalement être accessible en toute saison tant aux piétons, coureurs et cyclistes, qu’aux skieurs et raquetteurs, n’a reçu que très peu d’entretien cet hiver, le rendant pratiquement inaccessible aux randonneurs qui n’ont pas de crampons et le laissant au plaisir exclusif des skieurs et raquetteurs. Cela n’a d’ailleurs rien à voir avec la quantité de neige ou de pluie reçue cet hiver et tout à voir avec la quasi absence de déneigement et d’épandage d’abrasifs dans le parc. Le parc était beaucoup mieux entretenu durant l’administration précédente. Comme la mairesse de VSP m’a informé que le “parc se trouve dans notre arrondissement cependant la gestion ne nous reviens pas” et qu’il “fait partie du réseau des grands parcs et donc c’est la ville centre qui le gère,” je vais donc dorénavant adresser mes doléances à la ville centre (Ville de Montréal, Valérie PlanteParc Frédéric Back) qui malheureusement réponds pas mal moins souvent (jusqu’à maintenant je n’ai jamais eut de réponses) aux commentaires que les arrondissements…

Voir mes autres commentaires sur l’état glacé des sentiers du Parc Frédéric-Back avec mes billets Coeur de glaceN’ice park, et Stat’ice report.

Aussi, suite à cette malencontreuse chute sur le sentier polyvalent du parc (où j’ai  déchiré mon pantalon), j’ai décidé de faire une réclamation à la ville (pour le remplacement de mon pantalon et l’achat de crampons!). J’ai reçu une confirmation écrite (dans un language un peu intimidant!) et par téléphone. On me demande si j’ai reçu des dommages physiques. Je réponds que si c’était le cas je l’aurais mentionné dans ma réclamation. “À part le pantalon déchiré et une petit ecchymose, non, il n’y a pas eut de dommage physique”. Sur ce on me répond (je paraphrase), “une ecchymose? Ben là, à cause de ce dommage à votre personne il va y avoir un délais d’un mois avant que l’on puisse poursuivre la réclamation” ! Maudite ville à marde!

[ Translate ]

Latest acquisition

A couple of years ago I’ve talked about my collection of ancient books. Well, I just made a new acquisition. I never thought I would find more interesting (but affordable) books to add to this collection…

This week-end I went to the Westmount Book Fair at the Green Center in Westmount. I’ve been hearing about this bi-annual antiquarian book fairs for a while and always wanted to have a look but was always too busy. When I saw another one advertised on facebook, I thought now was the time. Although I was rather apprehensive that I would find a very interesting (and expensive) book.

The Westmount Book Fair was organized by Wilfrid M. de Freitas, who is himself a bookseller. It was the 27th edition of what is advertised as “the smallest ancient books fair in Canada, where booksellers from Quebec and Canada will help you discover a wide selection of books, brochures, maps, printed matter and small papers”. It was indeed a small venue with a little more than a dozen stands.

I took a quick look and identified all the books the would interest me and fit into my unfortunately small budget: the Caesar commentaries (in French, 1763, $125), the work of Tacitus (2 vols in latin, 1772, $350), and the work of Valerius Maximus (1659, $275). More affordable but out of my subjects of interest for this type of books (ancient authors, 16th to 18th century editions) there was also a Short French Dictionary (in English, 1701, only $100). There was also a big format velum book (about 25 cm hight and 8 cm thick) from the 17th century about mythology (a mere $5000 !), the works of Bossuet in a big volume ($4500), a few sheets from German old books (incunable?) or a large format book (in-folio) about the myth of the wandering jew illustrated by Gustave Doré for which I didn’t even dare looking for the price tag. Out of interest and price range, I also noticed the first annual compilation of the bande-dessinée magazine Pilote ($500-$700). It gave me a few interesting books to choose from. After, deliberating over the interest (age, condition of the binding, subject) and the price, I finally chose the Valerius Maximus. It was the only 17th century edition in my list, in relatively good condition and at an affordable price. It was sold by Mr. de Freitas and he even gave me a small discount.

IMG_4317VALERE MAXIME, A PARIS, CLAVDE BARBIN, dans la grand’ Salle du Palais, du cofté de la Salle Dauphine, au Signe de la Croix. M.DC.LIX. [1659]”

The title of the book (which doesn’t appear on the first page) is “Factotum ac dictorum memorabilium libri IX” [nine books of memorable deeds and sayings]. The binding (pork skin?) includes two volumes (it’s 4.5 cm thick), in the sextodecimo format (in-16, in this case 8 x 12.75 cm) . According to the note from Mr. de Freitas, it’s the second edition in French, translated by Jean Claveret. It is a collections of a thousand historical anecdotes, many lifted from earlier Roman writers, re-drafted by Valerius Maximus as moral and social models. It was written during the reign of Tiberius (around around CE 30 or 31). It is quite interesting…

The Collection (or my cabinet of curiosities)

 

The next book fair, organized by the Confrérie de la Libraries Ancienne du Québec, will be the 36th Antiquarian Book Fair held at the Concordia University (Pavillon McConnell, 1400 bout Maisonneuve O.) Saturday September 28th (from 12:00 to 18:00) and Sunday September 29th (from 11:00 to 17:00).

IMG_4304While having my nose in old books, I decided to do some more research on one of my (very interesting) books on which I have little information. It’s an octavo volume (15 x 24 x 5 cm) titled Natural History. It has a cardboard cover, covered with brown cloth and thin leather. It doesn’t have a title page and the only publisher information appear on the very last page: “WILLIAM MILNER, PRINTER, CHEAPSIDE, HALIFAX.” I first thought it was printed in the maritime provinces in mid-19th century (I think my father purchased it in Gaspésie in the 60s, for $35). It has 730 pages and is in average condition (yellowed pages and several stains, little tears in the cloth of the cover).

It seems inspired by Pliny’s Naturalis Historiae, but it is not its translation as it has a different content organization and covers more modern subjects: Part I : Of the Universe, Part II-XXII: Animals (mostly mammals), Part XXIII: Unclassified Animals, Part XXIV-XXX: Birds; then A History of the Fishes in General (including cetaceous, crustaceous, frogs, lizards, serpents, turtles, and insects !) Part I-XII.

With a closer examination and more research, I discovered new information about this book. First, it seems that the printer is NOT from Nova Scotia but rather from England. Cheapside is a street in Halifax, West Yorkshire, England. William Milner (1803-1850) is a printer who was known for publishing lots of cheap books (selling for sixpence (2 pence) and a shilling (5 pence)). He apprenticed as a printer, but started publishing his own books, first with local printers and then setting up his own press in the 1830s (or in 1844). After his death, his stepsons took over the business under the name Milner & Sowerby. Therefore, my books must have been published between the 1830s and 1850. I will try to find more about this publisher. There is a book that seems to list some of his production, so I will probably start there. To be continued…

[ Traduire ]

Coeur de glace

Pour la première fois cet hiver j’ai du abandonner une randonné dans le parc parce que les conditions du sentier étaient vraiment trop mauvaise. Tout était complètement glacé. Ce genre de situation est arrivé quelques fois par le passé mais cette année les conditions des sentiers du parc sont systématiquement mauvaises. Il faut croire que la ville confie l’entretien des sentiers à la même équipe qui s’occupe de l’entretien des patinoires! J’ai essayé de marcher sur les côtés du sentier mais comme il y a eut de la neige fraîche récemment je renfonçait trop et marcher dans ces conditions était trop pénible. Il semble que cette année je doive abandonner le parc aux skieurs et aux raquetteurs. Alors je suis simplement rentré à la maison en passant par les rues (dont les trottoirs sont maintenant un peu plus praticable que la semaine dernière car il y a maintenant moins de neige mais encore beaucoup de glace et de flaques d’eau plus ou moins gelées—et glissante!).

Quand j’ai acheté un duplex dans VSP, la proximité du parc Frédéric-Back était une importante considération. Je trouve qu’il est important pour ma santé (et sur recommandation du médecin) de prendre de fréquentes marches (des problèmes de genou et de cheville m’interdisent le jogging) et de faire des randonnées occasionnelles à bicyclette (l’été seulement). Jusqu’à l’an dernier les sentiers du parc étaient suffisamment bien entretenus pour être utilisé en toutes saisons par les marcheurs, joggeurs et cyclistes en plus d’être accessible l’hiver aux skieurs et aux raquetteurs. Étrangement, cet après-midi j’ai remarqué un couple qui faisait du jogging en avançant sans difficulté sur la patinoire du sentier polyvalent alors que j’essayais moi-même de progresser en enfonçant jusqu’à mi-mollet dans la neige. Je me demandais “mais comment réussirent-ils cet exploit?” jusqu’à ce que je remarque qu’ils portaient tous deux de solides crampons à leur chaussures. Je crois que demain je vais aller m’acheter des crampons (et, pourquoi pas, je vais en réclamer le coût à la ville — car le mauvais entretien que la ville fait du parc m’empêche d’en profiter et d’y prendre ma marche de santé !)…

Difficile de marcher dans les sentiers du parc où l’épandage d’abrasif a été trop parcimonieux. Ayoye! [Damn you VSP !]

Comme je l’ai mentionné récemment, l’entretien des rues et des sentiers du parc est déficient ces dernières années (depuis l’arrivé de la nouvelle administration de Projet Montréal, ce qui ne semble pas être une coïncidence — non, ce n’est pas juste à cause du climat). Cessez donc de faire des économies de bouts de chandelles en étant trop parcimonieux avec l’épandage d’abrasif (ce qui est très évident dans le parc) et avec l’utilisation de sous-traitants peu motivés ou inéfficaces et donnez donc le service que vos citoyens méritent! Je ne suis pas contre de constantes augmentations de taxes (je viens d’ailleurs de payer le premier versement sur mon compte de taxe pour cette année) mais cela ne doit pas aller de pair avec une DIMINUTION constante de service! On est vraiment mal servi dans le quartier par nos politiciens qui semblent avoir l’habitude de briller par leur absence (au cours des derniers cinq ans je n’ai jamais réussi à rencontrer mon représentant de quartier, Frantz Benjamin, et je n’ai pas encore vu une seule apparition de son remplaçant, Josué Corvil; même notre député fédéral, Nicola Di Iorio, semble se foutre complètement des citoyens de sa circonscription!)… J’avais beaucoup d’espoir en voyant Projet Montréal détrôner Coderre et c’est pour cela que j’avais voté pour les mairesses Plante/Fumagalli mais jusqu’à maintenant j’ai été extrêmement déçu.

Un petit effort SVP ! Car à Montréal il n’y a pas que des automobilistes : il y a aussi des piétons et des randonneurs (qui votent…) qui aimeraient bien pouvoir utiliser trottoirs et sentiers sans risquer trop de blessures, fractures et ecchymoses !!!

Et il n’y a pas des carences seulement dans le déneigement (de la rue, des trottoirs ou des sentiers du parc — voir les billets du 01/06, 01/21 et 02/13), il y a aussi les fois où la ville ne ramasse pas le recyclage (soit parce que ça tentait pas à l’employé ou parce qu’il trouvait qu’il n’y en avait pas assez dans le bac?). Je paie toujours mes taxes alors je m’attends à ce que la ville me donne toujours du service — pas seulement quand ça leur tente! Il ne faut pas oublier non plus le manque de respect et de considérations de la ville envers ses employés — mais ça c’est une autre histoire… Maudite ville de merde!

Il ouvre le bac et le replace sans le vider !

 

[Mise à jour] Pour suivre l’état des choses dans le parc, voir les billets suivants:

 

[ Translate ]