Slaughter House-Five

Slaughterhouse-Five-covThe first-ever graphic novel adaptation of Kurt Vonnegut’s Slaughterhouse-Five, an American classic, is one of the world’s great anti-war books.  An American classic and one of the world’s seminal antiwar books, Kurt Vonnegut’s Slaughterhouse-Five is faithfully presented in graphic novel form for the first time from Eisner Award-winning writer Ryan North (How to Invent Everything: A Survival Guide for the Stranded Time Traveler) and Eisner Award-nominated artist Albert Monteys (Universe!). 
 
Listen: Billy Pilgrim has…
…read Kilgore Trout
…opened a successful optometry business
…built a loving family
…witnessed the firebombing of Dresden
…traveled to the planet Tralfamadore
…met Kurt Vonnegut
…come unstuck in time.
 
Billy Pilgrim’s journey is at once a farcical look at the horror and tragedy of war where children are placed on the frontlines and die (so it goes), and a moving examination of what it means to be fallibly human.” [Text from the publisher’s website and the backcover]

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

I read this novel in high-school (a very long time ago) and I thought it was great. Indeed it is a classic of American science-fiction literature. When I saw that it had been made into a graphic novel adaptation, I thought it would be a great occasion to reacquaint myself with this story (a movie adaptation was also made a long time ago but it wasn’t very good). However I was a little worried because it is not an easy story to illustrate. After I finished reading the comics I was relieved: it was very well done (as far as I can remember the original book, of course).

Slaughterhouse-Five-p009

Page 9

It is the story of Billy Pilgrim who has a strange power (well, it would be a super-power if he had any control over it, so it’s more of a curse): he has come unstuck in time. He doesn’t lives his existence in chronological order and his mind can switch at anytime to a different part of his life, from (not necessarily in that order) his birth in 1922, to 1943 when he refuse to fight in the war and becomes a chaplain’s assistant, to 1944 when he is a prisoner of war after the battle of the Bulge and find himself a slave-laborer in the Slaughterhouse-Five in Dresden until it is “liberated” by the Russians after much horrors, to 1948 when his PTSD lands him in a mental hospital, to 1955 when he is a successful optometrist, to 1964 when he meets science-fiction writer Kilgore Trout, to 1967 when he is kidnapped by the Trafamadorians (an alien species who experience time all at once) and put in a zoo, to 1968 when he survives a plane crash and to 1976 when he dies — So it goes. 

It is an extraordinarily compelling story, very complex and above all — although war is a very serious business — very funny. It is an antiwar manifest sugarcoated with humour. It is also a very clever time-travel story where science-fiction, as usual, becomes a mirror that reflects the joys and the cruelties of the human condition. And the art is very good too. I enjoyed this graphic novel adaptation very much and I can only recommend it for the reader either to discover the work of Kurt Vonnegut or to experienced it anew. 

Slaughter House-Five or the children’s crusade, by Ryan North and Kurt Vonnegut; illustrated by Albert Monteys. Los Angeles: Archaia (Boom Entertainment), September 2020. 192 pages, 7 x 9.75 in., $US 24.99 / $C 32.99, ISBN 978-1-68415-625-2. For a teen readership (13+). stars-3-5

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Kurt Vonnegut LLC. All rights reserved.

[ Traduire ]

La guerre des mondes #1

GuerreDesMondes-1-cov“En 1901, le quotidien de la petite ville anglaise de Mayberry est bouleversé par un événement incroyable : un énorme cylindre métallique s’est écrasé à proximité… Or, quelques jours plus tôt, une lueur inhabituelle avait été observée sur Mars. Pas de doute, l’objet vient de la planète rouge !

La population se précipite pour l’examiner et attend avec impatience l’ouverture de ce qui semble être un vaisseau spatial. Une créature tentaculaire apparaît au sommet… et s’attaque à la foule en détruisant tout sur son passage ! Le jour suivant, d’autres Martiens atterrissent et se lancent à l’assaut de la campagne du haut d’immenses robots tripodes. Les armes humaines ne font pas le poids face à l’envahisseur… Il ne reste qu’un moyen de survivre : la fuite !

Avec son souci du détail scientifique et son sens inné du suspense, H. G. Wells a ancré depuis plus d’un siècle l’image de l’invasion martienne dans l’imaginaire populaire. La Guerre des mondes réveille l’angoisse qui sommeille au plus profond de nous face à l’inconnu… Et si, vu de l’espace, l’homme n’était qu’un insecte impuissant ?”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La guerre des mondes (宇宙戦争 / Uchû Sensô / lit. “La Guerre de l’espace”) est un manga seinen par Sai Ihara et Hitotsu Yokoshima qui a été sérialisé dans le magazine Comic Beam 100 (Enterbrain) depuis octobre 2018 et dans Comic Beam entre mai 2019 et février 2021 avant d’être compilé en trois volumes chez Kadokawa Shoten. Il a été publié en français chez Ki-oon (le volume 2 est paru en septembre 2021 et le vol. 3 devrait probablement paraître en 2022).

GuerreDesMondes-1-p003

Vol. 1., p. 3

Un jeune photographe distrait se rend chez Mr. Ogilvy pour lui remettre une photographie mais ce dernier est en émoi car une météorite s’est écrasée sur ses terres. Le professeur Stent déclare que le cylindre fait partie d’une armada en provenance de Mars. Lorsque le cylindre s’ouvre et qu’une créature hideuse en sort, Stent s’approche pour accueillir amicalement le martien. Le cylindre émet alors un puissant rayon d’énergie qui le fauche en deux (ainsi qu’une partie de la foule de curieux qui s’était assemblée). Le photographe réussit à fuir et retourne auprès de sa femme, Clara. Après que l’église ait été détruite il décide de fuir le village vers Leatherhead où sa femme a de la famille. Lorsqu’il se rend compte qu’il a oublié son appareil photo, il décide de retourner à Mayberry pour le récupérer. En chemin, il observe les martiens qui se déplacent sur des tripodes. Il se réfugie chez lui avec un jeune pasteur et un soldat apeuré alors que les tripodes détruisent le village. Le régiment Cardigan qui était intervenu s’est fait massacré. Le photographe décide d’envoyer sa femme à Londres. Il fait le plein de pellicule afin de documenter cette guerre où les martiens semblent vouloir exterminer les humains comme de simple microbes…

Ce récit dramatique est présenté avec un certain humour qui s’approche de la caricature. Le dessin est plutôt simple et ordinaire, ce qui me rappel beaucoup le style de la série “Manga de Dokuha” qu’avait jadis publié Soleil Manga. C’est une interprétation amusante du roman de Wells mais qui offre un manga plutôt moyen… Ce serait presqu’enfantin si ce n’était de l’image horrifiante des corps coupés en deux par le rayon d’énergie. Je ne suis pas sûr que j’ai envie (ou le temps) de poursuivre cette courte série… À lire si vous êtes curieux…

La guerre des monde. 1, par Sai Ihara (scénario, basé sur le roman de H.G. Wells) et Hitotsu Yokoshima (dessin). Paris: Ki-oon (Coll. Seinen), février 2021. 192 pages, 15 x 21 cm, 13,90 € / $C 25.95, ISBN 979-10-327-0707-4. Pour lectorat adolescent (14+). Extraits disponibles. stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Sai Ihara / Hitotsu Yokoshima 2019

[ Translate ]

Roma Aeterna

RomaAeterna-covEt si l’Empire romain n’avait jamais disparu? Sur près de deux mille ans, Silverberg illustre par tableaux successifs une histoire parallèle d’un Empire Romain qui a connu bien des vicissitudes, des guerres et des crises politiques mais qui n’a jamais cessé d’exister et de faire régner, avec quelques interludes sanglants, la Pax Romana. 

Le Christianisme en est absent, ne serait-ce que parce que les Juifs n’ont jamais réussi à quitter l’Égypte des Pharaons. Quelques siècles plus tard, un envoyé spécial de l’Empereur particulièrement perspicace liquide proprement un prophète d’Arabie avant qu’il ait eu le temps de fonder l’Islam. Et donc l’Empire a survécu, avec ses dieux auxquels personne ne croit. Trop vaste pour être gouverné par un seul homme, il est le plus souvent divisé en deux zones d’influence, l’Empire d’Orient et l’Empire d’Occident qui parfois se chamaillent, se font même la guerre mais finissent toujours par se réunifier. 

La technologie évolue plus lentement que dans notre continuum historique. Vers l’an 2650 AUC (Ab Urbe Condita : depuis la fondation de la ville), qui correspond à la fin de notre XIXe siècle, le téléphone existe et la voiture automobile fait son apparition, mais cette technologie n’est jamais très présente. De même, l’Amérique a été explorée à peu près à l’époque de nos Grandes Découvertes, mais après deux tentatives ratées d’invasion, l’Empire renonce et les étranges sociétés de l’Outre-Atlantique poursuivent leur développement. De même, Rome ne s’attaque jamais sérieusement à l’Inde et à la Chine: l’Empire est déjà trop grand, trop difficile à gérer et à maintenir uni.

Pourtant, un Empereur entreprend de faire le tour de la Terre et y parvient. Le récit de son voyage, enchâssé dans une autre intrigue qui illustre la virtuosité de l’auteur, est un des moments forts du livre. Silverberg excelle à suggérer l’étrangeté de l’humain dans la diversité de ses moeurs. Dans le dernier tableau, un juif un rien fanatique nommé Moshe espère réussir l’Exode en gagnant les étoiles avec des fusées mais le prototype explose et le tue, ruinant les espoirs de la toute petite population, très marginalisée, des Juifs, qui est la seule à croire à un Dieu unique. Ils sont dix mille à peine et n’ont pas connu la Diaspora.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Les romans historiques qui se situent dans le contexte du monde romain sont beaucoup plus nombreux que l’on peut imaginer. On en compte plus de deux cents (selon Yvon Allard, Le roman historique à travers les siècles — et cela même si on exclu la plupart des ouvrages à thématique plus bibliques ou chrétienne) tel que Ben-Hur de Lewis Wallace, Les derniers jours de Pompéi de Sir Edward Bulwer Lytton, Imperium de Robert Harris, Les maître de Rome de Colleen McCullough, Massada de Ernest Gann, Les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar, Les romains de Max Gallo, Moi, Claude, empereur de Robert Graves, Néropolis de Hubert Monteilhet, ou Quo vadis? de Henryk Sienkiewicz, pour n’en citer qu’une dizaine (Étrangement il semble y avoir de nombreux romans qui mélange polar et antiquité romaine!). Par contre les uchronies qui se déroulent à cette même époque sont plutôt rares car je n’en compte que quatre: Éternité de Greg Bear, la nouvelle “L’Autre Univers” (“Delenda est”) dans La Patrouille du temps de Poul Anderson, De peur que les ténèbres de Lyon Sprague de Camp et… Roma Æterna de Robert Silverberg.

Ce dernier nous offre un récit où l’Empire romain s’est perpétué pendant près de trois mille ans! Il se divise en onze histoires courtes qui chacune nous raconte une période clé de l’histoire romaine (toutes les dates sont données selon le calendrier romain qui se calcul depuis la fondation de la ville en 753 AECAb Urbe Condita ou AUC; j’ai toutefois ajouté comme repère la date selon notre propre calendrier):

  • 1203 AUC [450 EC] : Prologue. Une discussion entre deux historiens établit les bases du récit: les Hébreux ne réussissent pas leur Exode d’Égypte (ils sont massacré lorsqu’ils arrivent à la mer Rouge) et par conséquent Jésus, ni le Christianisme, n’a jamais existé. Un certain Titus Gallius succède à Caracalla au lieu de Macrin. (4 p.).
  • 1282 AUC [529 EC] : Avec César dans les Bas-Fonds. L’ambassadeur de l’Empire d’Orient (qui coexiste paisiblement avec l’Empire d’Occident) est en visite à Rome. Alors qu’il s’intéresse aux bas-fonds de la ville, l’Empereur meurt et il est témoin de la succession (65 p.).
  • 1365 AUC [612 EC] : Un héraut de l’Empire. Corbulo est exilé par l’Empereur en Arabie, à La Mecque. Alors qu’il cherche à faire une bonne action pour revenir dans ses bonnes grâces, il rencontre Mahmud, un marchand dont il juge les idées religieuses dangereuses pour l’Empire, et il le fait assassiner. L’Islam ne verra donc jamais le jour… (34 p.).
  • 1861 AUC [1108 EC] : La deuxième vague. Le navigateur nordique Haraldus découvre le Mexique et convainc l’empereur Saturninus de le conquérir. Après un premier échec, ce récit raconte la seconde expédition. Après des efforts très coûteux l’Empire ne réussira qu’à établir des relations commerciales avec ce nouveau continent. (35 p.).
  • 1951 AUC [1198 EC] : En attendant la fin. Inévitablement, la rivalité entre l’Est et l’Ouest devait mener au conflit et l’Empire d’Orient conquiert Rome. Le traducteur Antidater a une crise d’identité… (46 p.).
  • 2206 AUC [1453 EC] : Un avant-poste du royaume. Après une guerre civile, Rome à vaincu l’Empire d’Orient et les deux parties de l’Empire sont à nouveau réunifiée. La grecque Eudoxia Phocas a une brève idylle avec le nouveau proconsul de Venetia, Quintus Pompeius Falco. (19 p.).
  • 2543 AUC [1790 EC] : Se familiariser avec le dragon. Alors qu’il doit réalisé les projets architecturaux extravagants du décadent Demetrius, Draco poursuit sa biographie de son ancêtre Trajan VII grâce à un manuscrit qui relate sa circumnavigation du monde en 2278 AUC [1525 EC]. Il y découvre avec horreur toute la cruauté des romains de cette époque… (33 p.).
  • 2568 AUC [1815 EC] : Le règne de la Terreur. Le règne excessif de Demetrius II vide les caisses de l’Empire et risque de pousser le peuple à la révolte. Pour éviter le pire, les consuls Apollinaris et Torquatus entreprennent un purge sanglante dans l’entourage de l’Empereur et vont même jusqu’à le remplacer… (48 p.).
  • 2603 AUC [1850 EC] : Via Roma. Un provincial Britannique, fils d’un riche marchand, vient visiter Neapolis et Rome. Il a une aventure amoureuse avec une jeune patricienne, ce qui le met aux premières loges pour assister à la révolution qui met fin à l’Empire et instaure la seconde République Romaine. (59 p.).
  • 2650 AUC [1897 EC] : Une fable des bois véniens. En Haute Pannonie, deux enfants découvre un pavillon de chasse abandonné dans les bois. Un vieil ermite y vit et leur raconte qu’il est le seul survivant de la famille impériale qui fut massacré lors de la révolution qui réinstalla la République. Il croit que, malgré les guerres civiles, l’Empire aura donné au monde une longue ère de paix et de stabilité… (20 p.).
  • 2723 AUC [1970 EC] : Vers la Terre promise. Un groupe de fanatique Hébreux d’Égypte tente pour la seconde fois d’accomplir leur Exode. Cette fois la Terre Promise sera dans l’espace! (23 p.).

Avec cet ouvrage publié en 2003, Silverberg nous offre une uchronie qui repose sur plusieurs points de divergence avec notre propre chronologie. Il semble être partisan d’une sorte de déterminisme historique puisque, même au sein de l’Empire romain, les grands moments de l’Humanité semblent se produire à peu près à la même époque: la découverte du Nouveau Monde, la Renaissance, la Révolution Française, la Révolution Russe, le début de la conquête spatiale, etc. Il semble également avancer que trop de stabilité socio-politique peut nuire au développement de la civilisation car, dans son univers romain, l’avancement technologique, comme l’automobile ou l’aviation, ne s’est effectué que plus tard.

C’est un ouvrage plutôt inégale où les récits les plus longs tendent à être les meilleurs. Si certaines nouvelles sont excellentes l’ensemble est hélas plutôt ennuyant. C’est toutefois un intéressant exercice d’uchronie qui est à lire mais seulement pour les curieux (comme moi).

Roma Aeterna, par Robert Silverberg. Paris: Robert Laffont (Coll. Ailleurs & Demain), octobre 2004. 408 pages, 13.5 x 21.5 cm, 22.50 € / 36.95 $, ISBN 9782221098547. Pour lectorat jeune adulte (14+). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Agberg, Ltd, 2003

Je profite de l’occasion pour vous rappeler qu’il existe aussi quelques rares manga dont l’histoire se situe dans le monde romain (et que j’ai déjà commenté): Ad Astra par Mihachi Kagano, Eurêka! par Hitoshi Iwaaki,  Pline par Mari Yamazaki, et Thermae Romae aussi par Mari Yamazaki. Si vous en connaissez d’autre laissez-le moi savoir !

 

[ Translate ]

Histoire de la Science Fiction en BD

HistoireDeLaSFenBD-covTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la science-fiction ! Découvrez la première bande dessinée documentaire retraçant l’histoire de la science-fiction, narrée par un spécialiste du genre. Plus qu’un simple historique, il s’agit d’une véritable réflexion autour du genre, un panorama riche en anecdotes et en surprises. Qui a écrit le premier récit de science-fiction ? Comment est née la science-fiction américaine ? Quels livres faut-il lire pour tout savoir sur la conquête spatiale ? Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?”

“Aujourd’hui, la science-fiction est présente partout, plus seulement en littérature, mais aussi au cinéma, dans les jeux vidéo et même dans la vie quotidienne. Qui a inventé le mot science-fiction ? Et le mot robot ? Qui sont les grands auteurs du genre ? Quels livres indispensables faut-il avoir lus ? Un spécialiste répond à toutes les questions dans ce livre de référence, raconté en bande dessinée. Tout apprenti lecteur pourra désormais s’y retrouver dans la jungle des créateurs visionnaires qui, d’Asimov à Zelazny, ont compté dans l’histoire de la science-fiction. Préface de Pierre Bordage.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

La bande dessinée peut aisément devenir un medium éducatif. J’ai déjà mentionné par exemple qu’au Japon il y avait une tradition de manga éducatif pour enseigner l’histoire entre autre (ceux-ci sont rarement traduit mais Bayard à tout même publié la série L’Histoire en Manga). On retrouve aussi beaucoup de biographies en BD, comme celle de P.K. Dick ou de Brigitte Bardot. Alors pourquoi pas une BD sur l’histoire de la science fiction ? On nous présente ici les origines de la SF (Homère? Lucien de Samosate? Cyrano de Bergerac? Thomas More? Swift? Shelley?), les classiques (Jules Vernes, H.G. Wells), l’importance des magazines Pulps dans le développement du genre, les débuts de la SF française et du merveilleux scientifique (Flammarion, Rosny Ainé, Barjavel, etc.), l’Âge d’Or de la SF américaines (Asimov, Heinlein, van Vogt, Sturgeon, Vance, Blish, Bradbury, Brackett, Leiber, Anderson, Simak, Pohl, Sheckley…), l’Angleterre et la New Wave (Moorcock, Stapledon, Huxley, Orwell, Clarke, Tolkien…), l’Alternative Américaine (Matheson, Vonnegut, Dick, Herbert, Silverberg, Ellison…), la SF américaine féminine (Merril, Moore, Le Guin, Russ, Sargent…), le Cyberpunk (Gibson, Dozois, Vinge…), la SF française moderne (Wul, Moebius, Druillet, Verlanger, Brussolo, Wintrebert, Léourier…) et la SF d’ailleurs (Kepler, Lang, Lem, Tolstoï, Strougatski, Salgari, Aldani, McDonald, Marin, Garcia Marquez, Tezuka, Komatsu, Sansal…).

Ce n’est certes pas exhaustif mais l’ouvrage couvre BEAUCOUP de terrain. C’est tout de même assez bien illustré mais surtout très bien écrit car on utilise toutes sortes de petits trucs très astucieux pour garder captivant un sujet qui, on ne s’en cache pas, pourrait être un peu aride et ennuyeux par moment. On nous transporte dans l’espace et dans le temps, ressuscite des auteurs pour qu’ils nous parlent d’eux même, de leur collègues, ou pour qu’ils argumentent entre eux, et le tout est entre-coupé d’encarts informatifs et de suggestions de lectures. Je ne me suis pas ennuyé un seul instant et, ma foi, j’en redemandais. L’ouvrage aurait pu s’étendre en discutant des sous-genres, des thématiques, parler de plus d’auteurs, introduire plus de titre, etc., mais bon, ce n’est pas une encyclopédie mais une introduction alors il faut bien se restreindre! 

C’est le parfait ouvrage pour introduire la science fiction (tant littéraire que médiatisée) à un lecteur qui n’en a jamais lu et, si vous êtes déjà un amateur du genre, vous vous rappellerez nostalgiquement des lectures passées et même découvrirez des nouveaux auteurs ou titres que vous ignoriez jusqu’alors! C’est une lecture agréable et très instructive. Donc un ouvrage essentiel pour toute personne qui s’intéresse de près ou de loin aux littératures de l’imaginaire…

Histoire de… en bande dessinée: La Science Fiction, par Xavier Dollo & Djibril Morissette-Phan. Los Angeles: Éditions Critic / Les Humanoïdes Associés, novembre 2020. 216 pages, 19,8 x 26,7 cm, 22,00 € / $C 37.95, ISBN 9782731676006. Pour un lectorat adolescent (12+). stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Humanoids, Inc.

[ Translate ]

Cixin Liu Graphic Novels #1-3

Vol. 1: Sea of Dreams

Cixin-SeaOfDream-cov“An annual ice sculpture festival draws the attention of an extraterrestrial visitor, who learns how to create such art and decides to use local resources to sculpt a piece in a gesture of goodwill. All the water in the ocean is sent to the stratosphere, where the ice sculptor uses splendid techniques to create crystal dominoes scattered by a giant of the cosmos. In the world of the ice sculptor, art is the sole reason for civilization’s existence. After the ice sculptor creates the pinnacle of beauty, but also brings forth devastation and disaster, humanity decides during Earth’s last breaths to fight for their survival.

The first of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, Sea of Dreams is an epic tale of the future that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #1: Sea of Dreams, by Rodolfo Santullo (writer) & JOK (Illustrator). New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), June 2021. 96 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-67-7. For Teen readership (12+). 

Vol. 2: The Wandering Earth

Cixin-WanderingEarth-cov“The life-bringing sun is on track to have a catastrophic helium flash within the next four hundred years, which would wipe the Earth from the universe entirely. To survive, humanity constructs massive engines on Earth that keep running nonstop, gradually taking Earth out of the Sun’s orbit. Braking, escaping, and hostile living conditions wear down humanity’s hope. People who believe that civilization has already been destroyed form a rebel faction, carrying out a ruthless execution of those who still believe that the Sun will undergo a helium flash.

The second of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, The Wandering Earth is an epic tale of the future that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #2: The Wandering Earth, by Christophe Bec (writer) & Stefano Raffaele (illustrator). New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), September 2021. 128 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-65-3. For Teen readership (12+). 

Vol. 3: The Village Teacher

Cixin-VillageTeacher-cov“In the depths of mountains shrouded with ignorance and superstition, a man dedicates his life to igniting a passion for science and culture in children’s hearts. As his life draws to an end, he uses his dying breaths to impart knowledge on others. Fifty thousand lightyears away, in the depths of outer space, an interstellar war that has lasted for twenty thousand years draws to an end. In order to preserve the Milky Way’s many civilizations, the victor begins to exterminate lower-level life forms. When they reach Earth, they pose a test. The eighteen children deep in the mountains use the last lesson their teacher taught them to shine bright the hope of civilization…

The third of sixteen new graphic novels from Liu Cixin and Talos Press, The Village Teacher is an epic tale that all science fiction fans will enjoy.”

[Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

Cixin Liu Graphic Novels #3: The Village Teacher, by Zhang Xiaoyu. New York: Tales Press (Imprint of Skyhorse Publishing), September 2021. 108 pages, 7 x 10 in., $US 17.99 / $C 24.99, ISBN 978-1-945863-69-1. For Teen readership (12+).

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

I have read two of Liu Cixin’s book (The Wandering Earth and The Three-Body Problem). He is certainly the best known Chinese science-fiction writer and has received many awards (Hugo, Locus, Seiun, Arthur C. Clarke and the Chinese Galaxy and Nebula). As an engineer he writes mostly hard science stories but his writing is also very imaginative and interesting. I am looking forward to reading more of his stories and, of course, the easy (or lazy) way is to read comic book adaptations instead. Luckily for me, Talos Press has started releasing a series of sixteen adaptations of Liu Cixin’s short fiction work. Three has already been published and a fourth one is due in January 2022 (Yuanyuan’s Bubbles).

Sea of Dreams (梦之海 / Mèng zhī hǎi) is based on a story published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World (科幻世界 / Kehuan Shijie) in 2002. An interstellar artist is inspired by an ice sculptor on Earth but his work of art threaten the whole planet! It is a cute story but the art of the adaptation doesn’t appeal much to me. stars-3-0

The Wandering Earth (流浪地球 / Liúlàng dìqiú) is based on a story published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World in 2000. The sun is about to burst into a red giant threatening to destroy the earth. Instead of build generation ships and save a few, the humanity decide to transform earth itself into a spaceship and save everybody (or almost). This is a real epic spanning several millennia and the adaptation succeeds very well to tell that complex story. And I really like the art: it is realist, smooth and with well balanced colouring. It is definitely my favourite book. stars-4-0

The Village Teacher is based on a story (乡村教师 / Xiāngcūn jiàoshī / lit. “The rural teacher”) published in the Chinese monthly magazine Science Fiction World in 2001. In order to defend themselves against an invasion of silicon-based creature, the carbon-based lifeforms of the Milky Way decide to create an isolation zone five hundred light years wide in the middle of spiral arm one by destroying almost all stars and therefore preventing the enemy from using them to leapfrog from a stellar system to another. They’ll be confined to the outer reaches of the galaxy and never be a threat again. However, they must quickly test each planet before destroying their sun to safeguard all star system with level 3C civilizations. Meanwhile on Earth, in a very rural region of China, a dying country teacher is doing his best to spread knowledge despite the opposition of some of the villagers. Will his students know enough to save Earth? This story emphasize the importance of a good education… A nice story with a moral. This time the artist, Zhang Xiaoyu, is Chinese and, if the art is not totally to my taste, its realism has some charms. stars-3-5

Three graphic novel adaptations that provide a nice reading and can introduce the reader to the works of Liu Cixin. It is worth having a look. I can’t wait to see the fourth volume…

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2021 FT Culture (Beijing) Co., Ltd.

[ Traduire ]

Demain les chats

DemainLesChats-covAprès la guerre et l’épidémie, qui des chats ou des rats gagnera le pouvoir et le savoir des humains ?

À Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui peut se brancher sur Internet grâce à une prise USB greffée au sommet de son crâne. Ces deux-là se rencontrent et se découvrent alors que le monde des humains s’embrase.

Les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine… et éviter que l’effrayant Cambyse ne mène les rats à la conquête du monde.

Après le succès de Demain les chats de Bernard Werber, Bastet et Pythagore s’incarnent en bande dessinée pour gagner la guerre contre la barbarie.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Bastet fait la connaissance de son nouveau voisin, Pythagore: un ancien chat de laboratoire devenu intelligent qui peut s’interfacer avec l’internet et ainsi en apprendre beaucoup sur les humains. Bastet a toujours été intéressé à la communication inter-espèces mais ne semble pas avoir beaucoup de succès avec sa “servante”, Nathalie. À travers leurs points de vues, nous voyons la situation en France dégénéré de terrorisme (avec une référence à l’attentat contre Charlie Hebdo) à guerre civile, puis une grave épidémie finit d’anéantir la civilisation. La ville de Paris semble maintenant sous le contrôle des rats. Seule une petite poignée d’humains semble avoir survécu mais, avec l’aide de Pythagore et de Bastet, ils s’organisent et assemblent une armée de chats qui tentera de sauvegarder la civilisation humaine…

Demain les chats est une bande dessinée scénarisée par Pog et illustrée par Naïs Quin qui adapte le roman de Bernard Werber. Je n’ai pas lu le roman mais cela me semble assez fidèle à l’histoire originale. C’est définitivement un clin d’oeil à Demain les chiens (City) de Clifford D. Simak où un robot et des chiens parlants veillent sur une civilisation post-humaine.

Le dessin me rappel un peu le style un peu brouillon de Joann Sfar mais en plus agréable à l’oeil. Ce n’est certes pas mon style préféré mais on s’y habitue rapidement et cela demeure un support très efficace à la narration. C’est une belle histoire de survie qui, même si elle fait allusion aux aspects les plus sombres de l’humain, offre tout même un peu d’optimisme à la fin. C’est donc un excellent récit post-cataclysmique que je ne peux que recommender.

Demain les chats, par POG (adaptation & dialogues), Naïs Quin (dessin & couleur) et Bernard Werber (récit original). Paris: Albin Michel, avril 2021. 144 pages, 20 x 28 cm, 18,90 € / $C 29.95, ISBN 978-2-226-44930-6, Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Werber, Pog, Quin. © Éditions Albin Michel 2021.

[ Translate ]

Salon du livre 2021

SLM_affiche-separee-24x36_03Cette année le Salon du livre de Montréal se tenait en ligne entre le 13 et le 28 novembre et sur place, au Palais des Congrès, du 25 au 28 novembre. 

C’est un premier salon du livre dans la (presque) post-pandémie. Cela demande beaucoup plus d’organisation: vérifier le passeport vaccinal, exiger le port de masque, favoriser l’achat de billet en ligne que l’on peut simplement scanner sur son téléphone intelligent, etc. La vente de billets pour des tranches horaires spécifiques permet de mieux contrôler le nombre de visiteurs. J’avais peur qu’il y ait une foule monstre de gens qui avaient hâte de participer à une activité culturelle après le confinement mais non c’est même mieux que les salons passés. Il y a donc peut être des leçons à tirer de cette expérience.

Vues d’ensemble du salon

Je n’ai  quand même pas pris de chance: J’ai  acheté mon billet en ligne quelques jours d’avance (moins cher que sur place) et j’avais mon passeport vaccinal dans l’appli VaxiCode (hélas je crois que la dernière mise à jour de mon téléphone a effacer l’information car mes informations n’y étaient plus ! Heureusement j’avais une photo dans mon téléphone de la version papier du passeport). 

Autre première, le salon a déménagé au Palais des congrès. En fait, ce déménagement devait avoir lieu l’an dernier mais la pandémie a fait que le salon avait été annulé alors c’est donc cette année que le salon inaugure son nouvel emplacement. Je ne sais pas si c’est à cause de ce nouveau lieu ou si pandémie oblige (en fait il parait que la vaccination covid prends beaucoup de place dans le Palais des Congrès alors le salon utilise ce qui reste) mais cette année le salon est beaucoup plus petit que par le passé. Et au lieu d’être carré, il prends la forme d’un long rectangle (voir le plan). Il y a moins d’éditeurs et les kiosques de chacun sont plus petit (il n’y a plus d’énormes espaces pour les distributeurs et Alire, par exemple, n’a que deux espaces au lieu des quatre habituels). Mais bon c’est mieux que rien… Ce sera sans doute mieux l’année prochaine.

SDL-2021-Plan

Autre première, pour la première fois en dix ans je n’ai pas obtenu de laisser-passer de média. J’ai dû payer mon entrée! Mais bon je ne suis plus éditeur de magazine, je ne travaille même plus en bibliothèque et je ne suis qu’un tout petit poisson dans le vaste océan de l’information nuagique et, même si le blogue s’est beaucoup amélioré ces dernières années, je comprends que je doive laisser ma place aux plus gros joueurs (on m’a dit que c’était à cause de la pandémie qu’ils devaient réduire les accès média — la pandémie a le dos large ! Ça ne fait pas moins de monde si je viens de toute façon; ça fait juste plus d’argent dans les poches du salon…). Mais bon il faut bien faire sa part…

Pour ce qui est du salon lui-même je crois qu’il prouve la résilience du milieu de l’édition. Il y a malgré tout plus de titres que le regard peut en voir. Cette grande variété est une bonne chose — quoiqu’il semble que  tout un chacun qui le veut peut écrire et publier un livre sans qu’il y ait de restriction sur la qualité du produit… Malgré cette pléthore je n’ai malheureusement pas vu de nouveautés excitantes cette année. Ça ne veut pas dire qu’il n’y en pas: elles peuvent avoir échappé à mon regard ou alors les éditeurs et distributeurs n’amènent au salon que les gros vendeurs et non pas les titres qui mériteraient d’être découvert (mais voilà que je me répète d’années en années).

J’ai tout de même noté quelques titres qui méritent d’être mentionnés: 

Je suis d’abord passé au kiosque des Éditions Alire où des auteurs comme Maxime Houde, Richard Ste-Marie et Jonathan Reynolds (voir l’entrevue-capsule réalisée avec lui au Salon du Livre de 2019) signaient leurs oeuvres et où l’on pouvait trouver les romans de ma frangine Catherine Sylvestre (voir l’entrevue-capsule réalisée avec elle au Salon du Livre 2018). Leur catalogue de parutions 2021-2022 est maintenant disponible et leur plus récent titres sont l’étude Les Années d’éclosion (1970-1978) sous la direction de Claude Janelle, le recueil Criminelles par Ariane Gélinas et Maureen Martineau,  Les étages ultérieurs par Éric Gauthier,  Il y aura des morts par Patrick Sénécal,  Stigmates par Richard Ste-Marie, L’Empire bleu sang par Vic Verdier, et les oeuvres de deux auteurs autochtones: Les meurtres du Red Power par Thomas King et L’automne de la disgrâce par Wayne Arthurson.

Je note également l’éditeur scolaire Chenelière qui offre des façons innovatrices d’utiliser la BD et la littérature jeunesse dans l’enseignement (La BD au primaire, La BD au secondaire, Lire et apprécier les romans en classe, ou encore Demain, j’enseigne avec la littérature jeunesse), l’éditeur de BD québécoise de haute qualité Moelle Graphik, la tendance aux omnibus avec les intégrales du Guide du Mauvais Père (par Guy Delisle chez Shampooing) et de l’Ostie d’chat (par Zviane et Iris chez Shampooing également), le dernier Guy Delisle (Chroniques de Jeunesse — voir mon commentaire) chez Pow Pow, la superbe collection d’adaptations de Lovecraft par Gou Tanabe chez Ki-oon (voir mes commentaires), et quelques BD de chez Gallimard et Futuropolis (dont l’adaptation du Clan des Otori).

Finalement, on retrouve un SEUL kiosque dédié à la littérature anglophone du Québec, Get Lit ! (tenu par la librairie Paragraphe), où j’ai vu la traduction du dernier Delisle (Factory Summer chez Drawn & Quarterly). C’est bien dommage qu’on y accorde si peu de place. Aussi, si il n’y avait de thème général au salon cette année, il y en avait peut-être un non-officiel car j’ai trouvé beaucoup des livre sur l’environnement et les Premières Nations, dont ce kiosque dédié à la littérature autochtone. 

Malgré sa petite taille, ce fut un bon salon du livre. Beaucoup des exposants à qui j’ai parlé l’on trouvé épuisant, plus qu’à l’habitude (dû à l’aspect plus compacte et au port du masque, sans doute). J’aurais aimé y voir plus de nouveautés (et pas seulement les meilleurs vendeurs) et peut-être même une petite section dédiée au livre ancien. Il y a toujours de la place pour s’améliorer. À l’an prochain !

[ Translate ]

The Invisible Library series v. 5-7

The Mortal Word

InvisibleLibrary-5-MortalWord-covIn the latest novel in Genevieve Cogman’s historical fantasy series, the fate of worlds lies in the balance. When a dragon is murdered at a peace conference, time-travelling Librarian spy Irene must solve the case to keep the balance between order, chaos… and the Library.

When Irene returns to London after a relatively straightforward book theft in Germany, Bradamant informs her that there is a top secret dragon-Fae peace conference in progress that the Library is mediating, and that the second-in-command dragon has been stabbed to death. Tasked with solving the case, Vale and Irene immediately go to 1890s Paris to start their investigation.

Once they arrive, they find evidence suggesting that the murder victim might have uncovered proof of treachery by one or more Librarians. But to ensure the peace of the conference, some Librarians are being held as hostages in the dragon and Fae courts. To save the captives, including her parents, Irene must get to the bottom of this murder–but was it a dragon, a Fae, or even a Librarian who committed the crime?” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 5: The Mortal Word, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), November 2018. 448 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 17.00, ISBN 9780399587443, For YA readers (14+). stars-3-0

The Secret Chapter

InvisibleLibrary-6-SecretChapter-covTime-travelling, dimension-jumping, Librarian-spy Irene and dragon-prince Kai will have to team up with an unlikely band of misfits to pull off an amazing art heist—or risk the wrath of a dangerous villain with a secret island lair.

A Librarian’s work is never done, and Irene is summoned to the Library. The world where she grew up is in danger of veering deep into chaos, and she needs to obtain a particular book to stop this from happening. Her only choice is to contact a mysterious Fae information-broker and trader of rare objects: Mr. Nemo.

Irene and Kai make their way to Mr. Nemo’s remote Caribbean island and are invited to dinner, which includes unlikely company. Mr. Nemo has an offer for everyone there: he wants them to steal a specific painting from a specific world. But to get their reward, they will have to form a team, including a dragon techie, a Fae thief, a gambler, a driver, and the muscle. Their goal? The Kunsthistorisches Museum in Vienna, in an early twenty-first-century world, where their toughest challenge might be each other.” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 6: The Secret Chapter, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), January 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804761, For YA readers (14+). stars-4-0

The Dark Archive

InvisibleLibrary-7-DarkArchive-covA professional spy for a mysterious Library which harvests fiction from different realities, Irene faces a series of assassination attempts that threaten to destroy her and everything she has worked for.

Irene is teaching her new assistant the fundamentals of a Librarian’s job, and finding that training a young Fae is more difficult than she expected. But when they’re the targets of kidnapping and assassination attempts, she decides that learning by doing is the only option they have left … 

In order to protect themselves, Irene and her friends must do what they do best: search for information to defeat the overwhelming threat they face and identify their unseen enemy. To do that, Irene will have to delve deeper into her own history than she ever has before, face an ancient foe, and uncover secrets that will change her life and the course of the Library forever.”  [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 7: The Dark Archive, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), December 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804785, For YA readers (14+). stars-3-5

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

This is a fantasy series by British author Genevieve Cogman about a secret library hidden in-between worlds with doors opening to an infinite variety of parallel dimensions. Its librarians are “stealing” rares books and manuscripts from each of those worlds in order to create a link with them and preserve the balance between order and chaos. The universe is engulfed in an eternal war of influence between the Fae (the agents of chaos) and the dragons (the agents of order). Humans inhabiting those worlds are only pawns in their hands. Such a setting allows for a story that goes beyond the traditional genres of literature, as it both in turn fantasy, science-fiction, mystery or even cyberpunk ! I have commented on the first four volumes last summer.

With a long series like this one you would expect it to become repetitive or even stale after a while, but it is not the case. The author always find ways to bring new captivating intrigues and adventures, whether it is by having the cast of characters protecting a peace conference in “la Belle Époque” Paris against an entire new enemy in book five, or having them to steal a painting in Vienna’s Kunsthistorisches Museum in book six or having to fight not one but three old enemies underneath Barcelona’s Sagrada Familia Basílica all the while having to train a new apprentice in book seven, the stories always feel fresh. With each episode the character are growing and we learn more about their backgrounds (what are the fae? Who are the dragons?), particularly about the mysterious childhood origin of the main character, librarian Irene Winters.

It is easy to read, always captivating and quite well written. I strongly recommend it to everyone who likes adventures and books ! I have also discovered that the 8th book of the series, “The Untold Story”, is coming out on December 28th, 2021 !!! I can’t wait to see where the story is going after the big revelations of the last two books…

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Genevieve Cogman, 2018-2020.

[ Traduire ]

Bob Morane: Les géants de mu

BobMorane-LesGéantsDeMu-cov“L’Ile de Pâques et ses statues n’ont pas révélé tous leurs secrets. Bob Morane et Bill Ballantine s’en rendront compte quand, entraînés dans l’empire englouti de Mu, ils devront combattre le Maître des Abîmes et ses moai humains. Sous les regards de velours de la belle princesse Rapa-Nui….”

[Texte d’un site de fan; voir aussi la couverture arrière]

Morane et Ballantine sont en vacances à l’Île de Pâques lorsque les statues s’animent et qu’ils sont capturé par des bulles de lumières qui les entraînent dans les profondeurs de l’océan. La charmante reine des cités engloutis de Mu,  Rapa-Nui, appel à l’aide le prince Raah-Mu (dont Morane est le sosie) pour combattre le démon Rubor venu d’une autre dimension dans son vaisseau spatial en forme de cathédrale. 

Cet album a connu de nombreuse rééditions mais il ne semble plus disponible maintenant autrement que par l’intégrale. J’ai dû acquérir ma copie vers la fin des années soixante-dix. Ayant été très déçu des albums dessinés par Gérald Forton, j’étais très curieux de voir de quoi ceux dessiné par William Vance avait l’air. Comme je m’y attendais c’est effectivement beaucoup mieux. C’est plus dans la ligne de ce que l’on retrouvait comme BD dans les années soixante-dix (comme ce que faisait Mézières par exemple) alors que le style de Forton faisait vraiment années soixante (voir cinquante!). N’ayant plus rien à redire sur le dessin, c’est la faiblesse des scénarios d’action, à l’intrigue simpliste et à la cohésion un peu lousse, qui se fait le plus remarquer.   

Si on ne recherche pas trop de profondeur cela reste une lecture agréable et divertissante. Je dois même dire que ce serait presque lovecratien comme récit si Rubor ne ressemblait pas à un polichinelle! À lire pour les amateurs nostalgiques du commandant Morane.

Bob Morane: Les géants de mu, par Henri Vernes (texte) et William Vance (dessin). Bruxelles: Éditions du Lombard, mars 1975. 46 pages, ISBN 2-8036-0271-7. Pour un lectorat jeunesse (9+).stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ GoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1975 Les Éditions du Lombard

[ Translate ]

Bob Morane Intégrale 4

BobMoraneIntégrale-4-cov“Polytechnicien, polyglotte, ex-commandant d’aviation, bourlingueur au grand coeur, séducteur, Bob Morane traque le mal sous toutes ses formes et sous toutes les latitudes. Et il peut toujours compter sur l’aide de son plus fidèle ami, le colosse écossais Bill Ballantine… Retrouvez les aventures de l’aventurier en bande dessinée dans une intégrale chronologique.

Créé en 1953 par Henri Vernes, Bob Morane a déjà vécu plus de deux cents aventure. Depuis 1960, soixante-six d’entre elles ont été adaptées en BD. Elles ont été successivement dessinées par Dino Attanasio, Gérald Forton, William Vance et Coria.

Les voici pour la première fois réunies dans une intégrale qui reprend les épisodes dans l’ordre chronologique de leur publication. Avec, dans chaque volume, un dossier évoquant en textes, illustrations et photos, l’histoire d’une série devenue mythique pour plusieurs générations de lecteurs.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Cette quatrième compilation nous offre cinq récits de bande dessinée:

Le Secret des sept temples

En vacance dans un hôtel de Felicidad-city en Amérique Centrale, Bob Morane offre d’échanger sa chambre avec celle de Rose Sunday car la climatisation dans la chambre de la jeune et charmante journaliste ne fonctionne pas. Le soir même, on frappe à la porte de Morane et un homme tombe mourant sur le seuil avec l’avertissement qu’il y a du danger aux Sept Temples. Morane trouve sur l’homme une carte montrant les sept affluants du fleuve Rio Spirito Malo et l’emplacement de sept temples Maya. Morane et Ballantine décident d’aller investiguer. Après maintes difficultés et avoir rencontré la journaliste en cour de route, ils découvrent que l’Homme aux Dents d’Or utilise les souterrains reliant les temples pour établir une base de missiles nucléaires pour un ennemi de l’Amérique… [54 planches prépubliées dans les numéros 1044 à 1070 de “Femmes d’Aujourd’hui” (6 mai au 4 novembre 1965) et compilé en album chez Dargaud en 1968]

La Rivière de perles

En magasinant des antiquités dans le quartier chinois de San Francisco, Morane et Ballantine sont drogués et puis accusé d’un vol dans une bijouterie. Bill est arrêté par la police. Avec l’aide d’une charmante journaliste nommée Nathalie Wong, Bob va faire sa propre enquête afin de découvrir les vrais criminels et d’innocenter Bill… [21 planches prépubliées dans les numéros 288 à 292 de “Pilote” (29 avril au 27 mai 1965) et compilé en album chez Deligne en 1980] 

La Couronne de la Golconde

BobMorane-CouronneDeLaGolgonde-p096

Page 96 (Intégrale)

Au cours d’une croisière dans l’Océan Indien, Morane fait la rencontre de Savadra Diamond, la jeune héritière anglaise du Rajah de Phali, un petit royaume au nord d’Hyderabad. Son père est mort en lui laissant les secrets du trésor des anciens Sultans de Golconde, convoité par plusieurs dont la nouveau souverain de Phali, Rajah Singh, ainsi que Monsieur Ming et ses Dacoïts! Morane ne peut résister au défi de venir en aide à une demoiselle en détresse ! [20 planches prépubliées dans les numéros 294 à 298 de “Pilote” (10 juin au 8 juillet 1965) et compilé en album chez Deligne en 1980]

La Chasse aux dinosaures 

La mari de Carlotta, le richissime Frank Reeves, a disparu d’en d’étranges circonstances et celle-ci demande à Morane et Ballantine de le retrouver. Ils se rendent à Miami, puis à Los Angeles pour suivre sa piste qui les mène dans un hangar où git une étrange machine. L’agent du FBI Michael Spring, Carlotta, Bob et Bill inspectent la machine lorsque Bill pousse un bouton qu’il n’aurait pas dû… et ils se retrouvent tous en pleine préhistoire. Car il s’agit d’une machine à voyager dans le temps! Ils poursuivent leur recherche pour Frank tout en affrontant des monstres préhistoriques. Tout est perdu lorsqu’une éruption volcanique détruit la machine… Mais comme toujours, nos héros sont sauvé in extremis… [20 planches prépubliées dans les numéros 313 à 317 de “Pilote” (21 octobre au 18 novembre 1965) et compilé en album chez Parallax en 1988]

La Malédiction de Nosferat

Recevant un appel à l’aide de leur  amie Angelina Nosférat, Morane et Ballantine se rendent en Sildavie, dans les Karpathes. Arrivé aux château ancestral de la famille Nosférat, nos amis reçoivent un accueil plutôt froid alors que Angelina nie leur avoir envoyé une lettre. Sentant le subterfuge, Morane et Ballantine explorent le château pour découvrir la vraie Angelina enfermée dans une oubliette et que Monsieur Ming (l’Ombre Jaune) et ses Dacoïts ont investi la place à la recherche de l’Immortalité et de la pierre philosophale… [16 planches prépubliées dans les numéros 386 à 390 de “Pilote” (16 mars au 13 avril 1967) et compilé en album chez Deligne en 1979]

Pour rendre hommage à son créateur décédé en juillet dernier, je continue de relire quelques vieilles aventures de Bob Morane…

Décidément cette série de bande dessinées belge basée sur les romans et les nouvelles de Bob Morane par Henri Vernes ne tient pas en place ! Elle a été illustré par quatre artistes différents (d’abord Dino Attanasio, puis Gérald Forton et William Vance puis finalement Coria), dont les récits sont parues en prépublication dans pas moins de cinq périodiques (dans Femmes d’aujourd’hui entre 1959 et 1975 [14 récits], dans Bayard en 1960 [un seul récit], dans Pilote de 1965 à 1970 [6 récits], dans Tintin de 1975 à 1988 [18 récits] et finalement dans Hello BD de 1990 à 1993 [4 récits]) pour être finalement compilées en albums par cinq différents éditeurs (les Éditions Marabout, Dargaud, Le Lombard, Michel Deligne et Claude Lefrancq) ! Mais ce n’est pas tout: on a tenté récemment chez le Lombard de relancer la série avec des scénarios originaux (par Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray) et des illustrations de Dimitri Armand. Après la parution de deux tomes en 2015-16, sous le titre Bob Morane – Renaissance, la série est abandonnée… mais sera reprise chez les éditions Soleil avec un scénario de Christophe Bec et Éric Corbeyran, et un dessin de Paolo Grella !

Toutes ces histoires publiées dans le désordre par plusieurs éditeurs rend la série difficile à suivre. Heureusement, les éditions intégrales mettent un peu d’ordre dans tout cela. Il y a d’abord l’intégrale en seize volumes publiée conjointement par Dargaud et Le Lombard (1995-2004) mais les albums sont regroupé de façon thématique (Atome & Brouillard, Ombre Jaune et Dragons, etc.) ce qui n’est pas très intéressant. Heureusement, Le Lombard revient à la charge avec une intégrale en dix-sept volumes, cette fois chronologique (2015-2021). On y inclut dans chaque volume un dossier explicatif mais dans les deux volumes que j’ai lu jusqu’à maintenant il s’agit surtout des notes biographiques sur l’oeuvre de Gérald Forton pas toujours reliées à Bob Morane…

Comme ces cinq nouvelles aventures de Morane restent très similaires aux précédentes, pour le gros de mon commentaire, je vous renvoi  donc à ce que j’ai déjà dit au sujet de l’Intégrale 3… Cela nous offre de bons récits divertissants mais dont l’intrigue est un peu trop simpliste et répétitive pour être vraiment apprécié en grande quantité. La faiblesse réside surtout dans le dessin qui est certes classique, ou même vieillot, mais qui a peine à fournir des tons de couleurs agréables à l’oeil particulièrement dans le cas des scènes sombres ou nocturne. Certaines scènes sont carrément horribles (le tyrannosaure ou Carlotta nageant dans la rivière de La chasse aux dinosaures). Un homme, décrit comme grisonnant dans le dialogue, est illustré chauve (plusieurs personnage sont d’ailleurs chauves, ce qui simplifie le dessin j’imagine). Et le scénario des Chasseurs de Dinosaures, que j’ai relu récemment, a été raccourci et modifié pour l’adaptation BD: c’est Daisy, la soeur de Carlotta, qui vient voir Morane à Paris et le Prof. Clairembart a été remplacé par Carlotta dans l’expédition préhistorique. 

C’est somme toute décevant mais c’est fait pour être consommé rapidement, sans trop se poser de questions. Sinon, cela reste une bonne lecture pour les amateurs nostalgique du commandant Morane.

Bob Morane Intégrale 4, par Henri Vernes (texte) et Gérald Forton (dessin). Bruxelles: Éditions du Lombard, octobre 2016. 152 pages, 22.2 x 29.5 cm, 25.50 € / $C 44.95, ISBN 978-2-8036-7005-5. Pour un lectorat jeunesse (9+). Extraits disponibles. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Vernes / Forton / Éditions du Lombard (Dargaud-Lombard S.A.) 2016. © Bob Morane Inc. SPRL 2016.

[ Translate ]