Images du mer-fleuri [002.022.103]

Glandularia x hybrida

DSC_0220

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/09/10 ]

DSC_0221Verveine est le nom vernaculaire que l’on donne à un groupe de plantes à fleurs de la famille des Verbenaceae [EN / クマツヅラ科 [Kumatsudzuraka]] et qui appartiens à trois genres: Verbena ([EN] où l’on retrouve la verveine officinale et la Verveine de Buenos-Airesdont j’ai déjà parlé il y a quelques années), Aloysia (où l’on retrouve la Verveine citronelle) et Glandularia ([EN] où l’on retrouve la verveine du Pérou). À noter que dans cette famille j’ai déjà aussi parlé des lantaniers qui appartiennent au genre Lantana. Le nom provient du latin verberare (“frapper”) et désignait dans l’antiquité une plante sacrée ou rituelle que certains prêtres utilisaient pour frapper une personne pour la guérir ou la bénir ou même déclarer la guerre. Pline l’Ancien la mentionne dans son Histoire Naturelle (Liber XXV, cap. LIX).

La verveine des jardins (appelée “Garden verbena” en anglais et dont le nom scientifique est aussi parfois Verbena x hybrida ou même Verbena hortensis) est une plante herbacée qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons”), à la sous-classe des  Asteridae, à l’ordre des Lamiales, à la famille des Verbenaceae (les verveines, qui incluent trente-deux genres réparti en huit cents espèces), à la tribu des Verbeneae et au genre Glandularia (parfois appelé “Mock vervains” en anglais). C’est un hybride naturel mais dont on ignore la ligné originelle exacte. Dans ce cas-ci, il s’agit du cultivar “Endurascape Dark Purple”.

C’est une plante ornementale et aromatique qui peut atteindre de vingt à soixante centimètres de hauteur et qui est caractérisée par des tiges ramifiées et dressées qui portent un feuillage caduc vert foncé composé de feuilles lancéolées et dentées. Lors de la floraison, qui dure tout l’été jusqu’à l’automne, l’extrémités des tiges développent une multitude de petites fleurs parfumées regroupées en ombelles denses. Composées de cinq pétales les fleurs sont, selon le cultivar, dans des tons de rose, violet, bleu et même parfois blanc. À maturité, elles laissent place à des fruits secs déhiscents (capsules). Certaines espèces sont également utilisées en herboristerie ainsi qu’en médecine traditionnelle et son huile essentielle est utilisé en parfumerie. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.096]

Fuchsia hybrida 

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/07/23 ]

DSC_0239J’ai déjà illustré cette fleur il y a quelques années mais la voici plus en détails… Le Fuchsia (parfois appelés “Lady’s eardrops” en anglais et フクシア [Fukushia] ou ホクシャ [Hokusha] en japonais) est un genre d’arbrisseaux appartenant à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons”), à la sous-classe des Rosidae, à l’ordre des Myrtales, et à la famille des Onagraceae (qui comprend une vingtaine de genres qui se divisent en plus de six cent espèces). Le genre fuchsia, lui, comprend une centaine d’espèces ainsi qu’une multitude de variétés hybrides et de cultivars. Ce nom lui a été donné par le naturaliste Charles Plumier en l’honneur du botaniste allemand Leonhart Fuchs.

Dans ce cas-ci il s’agit du cultivar “Vera” de la série “Bella”. Celui-ci se présente comme un arbuste caduc, compact, dressé et buissonnant (haut de vingt centimètre à plusieurs mètres), aux feuilles opposées ovales, dentées, vert foncé et qui porte, tout au long de l’été (de juin à octobre), des fleurs formées de quatre sépales horizontaux rose ou rougeâtre et d’une corolle simples de quatre pétales de couleurs violettes. Les fruits sont des baies (de cinq à vingt millimètres) d’un rouge sombre qui sont comestibles mais d’un arrière-goût amère. Les fruits de certaines espèces (comme F. splendens) ont plus de saveurs (citronnée ou poivrée) et peuvent être utilisée pour faire de la confiture. Les fuchsia sont toutefois essentiellement des plantes ornementales. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.089]

Narcissus jonquilla 

[ iPhone Pro 11/13, hortus meus, 2021/04/14 & 2022/03/26 ]

Avec le passage de l’équinoxe du printemps les journées se réchauffent un peu plus et la nature se réveille de son long sommeil hivernal. Les tiges de jonquilles commencent à percer le sol et se pointent le bout du nez. Bientôt elles donneront au jardin ses premières couleurs, avec un peu de vert, avant d’éclater de leur feu d’artifice floral et d’y ajouter un peu de jaune! Elles annonceront alors l’approche de l’été… Il est à noter que cette année nous accusons un retard de quelques semaines par rapport à l’an dernier où elles s’étaient pointées dès le 19 mars (28 mars en 2020 et 1er avril en 2019) pour fleurir vers le 14 avril 2021. Mais, cette année, elles devraient être fleuries pour Pâques

La véritable jonquille (appelée “daffodil” en anglais et 水仙 [Suisen] en japonais — qui ne doit pas être confondu avec le Narcisse jaune [Narcissus pseudonarcissus] aussi appelé jonquille dans certaines régions d’Europe) est une plante herbacée bulbeuse qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Monocotyledonae (ou Liliopsida), à l’ordre des Asparagales, à la famille des Amaryllidacées (ou Liliaceae, qui regroupe une soixantaine de genres subdivisées en plus de huit-cent espèces) et au genre Narcissus ([EN, スイセン属 / Suisen zoku] qui comprend une trentaine d’espèces de narcisses et de jonquilles mais dont il existe également de nombreux cultivars et hybrides horticoles). Le nom du genre provient du grec νάρκισσος (nárkissos, dérivé de ναρκάω [narkáô] et de νάρκη [nárkê], signifiant “être engourdi”, “torpeur” et faisant référence au propriétés narcotiques de la plante) alors que celui de l’espèce provient du latin juncus (junquillo en espagnol: jonc, tige semblable à un jonc, en référence à la forme de ses feuilles qui s’apparentent à celles des joncs). La jonquille est l’emblême de la fête des grands-mères, du désir (quoique la narcisse, elle, symbolise plutôt l’égoïsme) et de la Société canadienne du cancer. Ma mère adorait cette fleur et elle en achetait chaque année pour Pâques.

Native de la péninsule Ibérique, cette plante vivace est caractérisé par un bulbe ovoïde qui chaque année développe une ou deux pousses (rejet) qui se divisent chacune en une série de feuilles basales longues et étroites (de cinq à quatre-vingt centimètres et qui ressemblent à des tiges de joncs) ainsi qu’une tige creuse qui porte une à trois fleurs jaunes (ou parfois blanches). Le périanthe de la fleur est composé d’un calice de six sépales et d’une corolle de pétales soudés ensemble, entourant six étamines et un pistil. La floraison se fait de mars à juin et, après maturité, la fleur donne un fruit composé d’une capsule trilobée contenant de nombreuses graines. 

Toutes les espèces de narcisses sont toxiques car elles contiennent (principalement dans le bulbe mais aussi, à un degré moindre, dans la fleur ou même l’eau où a trempé la fleur coupée) plusieurs variétés d’alcaloïdes (lycorine, galanthamine, narciclasine, pretazettine, etc.). Malgré cela on lui connaît dès l’antiquité de nombreux usages en médecine traditionnelle (contre le cancer, comme analgésique, antiphlogistique, etc., et même contre l’Alzheimer). On en tire également une huile essentielle qui est utilisé en parfumerie, mais son utilisation principale demeure ornementale — dans le jardinage, en horticulture (fleurs en pots) et floriculture (fleurs coupées). (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.082]

Lobelia cardinalis 

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/07/23 ]

DSC_0096J’ai déjà mentionné cette fleur mais en voici une nouvelle photographie… La lobélie cardinale (appelé “cardinal flower” en anglais et  ベニバナサワギキョウ [Benibana sawa gikyou] en japonais — mais elle est aussi appelé Lobelia fulgens [ロベリア・フルゲンス] ou Lobelia splendens [ロベリア・スプレンデンス]) est une plante qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons”, ou les Eudicotyledoneae dans la classification phylogénétique APG III), à la sous-classe des Asteridae, à l’ordre des Asterales, à la famille des Campanulaceae (la famille des campanules [bellflowers] qui comprend environ quatre-vingt-dix genres où se répartissent plus de deux milles espèces) et au genre Lobelia ( [EN] / ミゾカクシ属 [Mizoka kushi zoku], qui comprend plus de trois cent espèces). Le nom du genre honore le botaniste flamand Mathias de l’Obel et celui de l’espèce fait simplement référence à la couleur de la plante (cardinal signifie d’abord “principal” mais par extension il désigne les prélats de l’Église et la couleur de leur vêtement, un rouge vif qui se situe entre le carmin et l’écarlate). 

C’est une plante herbacée qui pousse en une tige pouvant atteindre jusqu’à un peu plus d’un mètre de haut, caractérisé par un feuillage alterne (d’une taille maximale de cinq par vingt centimètres les feuilles sont lancéolées et bordées de dentelures) et par une inflorescence qui se présente sous la forme d’un racème érigé (ou grappe, pouvant atteindre jusqu’à soixante-dix centimètre de haut). Les fleurs tubulaires (ayant jusqu’à quatre centimètres de diamètre) sont constituées de cinq lobes qui forment deux lèvres (les deux lobes supérieurs sont dressés alors que les trois lobes inférieurs sont déployés). La plante excrète un liquide “laiteux”. Les différentes espèces offrent une grande variété de couleurs allant du rouge vif (L. cardinalis, L. tupa) au bleu profond (L. siphilitica et L. erinus), mais aussi parfois blanc (L. chinensis, L. boninensis), rose ou violet (L. inflata). Elle pousse le long des ruisseaux, des sources, des marécages et dans les sous-bois. C’est surtout une plante ornementale avec certains usage médicinaux. Elle est considérée toxique à cause de la lobeline qu’elle contient, un alcaloïde similaire à la nicotine. Elle est toutefois appréciée par les abeilles et les colibris. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.075]

Delphinium elatum 

[ iPhone 6, Jardin botanique, 2015/07/05 ]

IMG_6638La dauphinelle élevée (aussi appelée “Pied d’alouette” ou “candle larkspur” en anglais) appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons), à l’ordre des Ranunculales, à la famille des Ranunculaceae (qui comprend une cinquantaine de genres dont les principaux sont les Boutons d’or, les Dauphinelles, les Aconits, les Clématites, les Anémones et les Thalictrum) et au genre des Delphinium ([EN] [デルフィニウム属 / Derufiniumu zoku en japonais] qui regroupe plus de trois-cent espèces). Si le nom de famille vient du latin (diminutif de rana signifiant “petite grenouille” en référence au fait que plusieurs espèces sont aquatiques), le nom du genre lui vient du grec (δελφίνιον / delphínion / “dauphin” car, selon le botaniste grec Dioscorides, le bouton floral ressemble au rostre d’un dauphin). Le qualificatif de l’espèce (elatum) signifit simplement “élevé” en latin en référence à sa longue tige dressée.

C’est une plante vivace qui a la forme d’une longue tige (hampe) dressée de un à deux mètres de haut, avec des feuilles basales multilobées, et qui se termine par un racème (grappe) constitué d’une vingtaine à une centaine de fleurs bleues ou violettes. Celles-ci sont composées de cinq sépales pétaloïdes (dont le sépale supérieur se prolonge à l’arrière par un long éperon) et de quatre pétales libres (dont les deux supérieurs se prolongent par un éperon nectarifère vers l’intérieur de l’éperon du sépale supérieur). Le fruit est constitué de follicules (de treize à vingt-cinq millimètres) contenant de multiples graines. Lors de la floraison (de juillet à septembre) elle attire les pollinisateurs (papillons et bourdons) et elle sert de nourriture aux larves de nombreux lépidoptères. Toutefois toutes les parties de la plante sont toxiques pour les humains et le bétail car elle contiennent des alcaloïdes diterpéniques et norditerpéniques (dont la méthyllycaconitine). La Dauphinelle est donc surtout une plante ornementale utilisée pour embellir les jardins ou cultivée pour servir de fleur coupée. Elle peut aussi être utilisée pour créer une encre bleue. Les horticulteurs ont créé de nombreux hybrides et cultivars (dérivant principalement de D. Elatum). Dans ce cas-ci il s’agit du cultivar “Triton Dark Blue”. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.068]

Taraxacum officinale 

[ Nikon D3300 / iPhone 11 Pro, Parc Frédéric-Back, 2019/05/20 & 2021/05/07 ]

Ils sont tellement omniprésent sur les pelouses et dans les champs qu’ils en deviennent presqu’invisible. Ce charmant symbole du printemps qui enchante les enfants est pourtant généralement considéré comme une plante envahissante détestable… Il serait temps de lui redonner ses lettres de noblesse.

Le pissenlit commun ou officinale (appelé “Dandelion” en anglais et セイヨウ タンポポ [Seiyō tanpopo / “tanpopo occidental”] ou ダンデライオン [Danderaion] en japonais) est une plante herbacée vivace appartenant à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons), à la sous-classe des Asteridae, à l’ordre des Asterales, à la famille des Asteraceae (ou Compositae car leur inflorescence est “composée” de multiples fleurs minuscules appelées capitules) et à la section Ruderalia du genre Taraxacum (qui comprend plus de mille deux cents espèces et sous-espèces). Les espèces de la section Ruderalia se ressemblent tellement qu’elles sont souvent toutes regroupées sous le nom de Taraxacum officinale. Le nom du genre dérive soit du grec (τάραξις [táraxis / “inflammation de l’oeil”] et ακέομαι [akeomai / “guérir”] car le latex de la plante était renommé pour soigner les irritations oculaires) ou de l’arabe (tarakhshaqūn, désignant une herbe amère). Le nom de la section fait sans doute référence aux plantes rudérales qui poussent dans les espaces laissés en jachère ou abandonnés (du latin rudus: brut, déblais, ruines). Les noms vernaculaires font également références aux attributs de la plante: “pissenlit”(pisse-en-lit) évoque ses vertus diurétiques et “dent-de-lion” la forme dentellée de ses feuilles (dont la déformation “dandelion” a fourni l’étymologie anglaise).

Originaire d’Europe, le pissenlit est caractérisé par une racine charnue pivotante et profonde (jusqu’à cinquante centimètres) qui donne naissance à une rosette de feuilles basales lancéolées, pennatipartites et dentelées, d’où s’élèvent plusieurs tiges glabres et creuses (haute de cinq à trente centimètres), qui contiennent un latex laiteux, et qui se terminent par un capitule plat et jaune de cinq centimètres de diamètre et formé par près de deux-cent fleurons ligulés. À maturité, les fleurons laissent place aux fruits, des akènes à aigrettes (de deux ou trois millimètres de long) qui forment une boule duveteuse et qui seront disséminées par le vent (anémochorie).

Celui que l’on considère comme une “mauvaise herbe” a pourtant de nombreuses utilités. Il est d’abord comestible: le jeune feuillage se mange en salade (attention: les feuilles mature ont un goût amère après que la plante ait fleuri); la racine se mange également crue, bouillie ou poêlée; torréfiée elle peut être un substitut de café; les boutons floraux peuvent être mis en conserve (mariné dans le vinaigre ou salé) ou transformé en confiture (crameillotte); les capitules sont utilisés pour faire du sirop, de la bière et du vin. C’est également une plante mellifère. Comme son attribut d’officinale l’indique, elle est aussi considérée comme une plante médicinale. Riche en vitamines (A, B1, B2, C, D, K), en minéraux (Ca, Mg, P, K, Na, CI, S, Fe, Mn, Cu) et en antioxydants (carotène, flavonoïdes, etc.), on lui reconnait depuis longtemps des vertus thérapeutiques comme diurétique, detoxifiant et pour traiter les maladies du foie (calculs hépatiques), la goutte, les dermatoses, les irritations oculaires, etc. On peut même utiliser son latex pour produire un caoutchouc naturel et les capitules peuvent servir à la production d’une teinture ou d’un colorant jaune. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.022.061]

Fothergilla major 

[ Canon PowerShot S5 IS, Jardin botanique, 2015/05/15 ]

Je vous ai déjà présenté le Fothergilla gardenii il y a quelques années, alors laissez-moi aussi illustrer cette autre espèce de la même famille.  Le Fothergilla robuste (ou grand, aussi appelé “large witch alder“ ou encore “mountain witch alder” en anglais) est une plante appartenant à la division des Magnoliophyta (Angiospermae ou plante à fleurs), la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae i.e.à deux cotylédons), la sous-classe des Hamamelididae, l’ordre des Hamamelidales, à la famille des Hamamelidaceae (qui se divise en une vingtaine de genres et environ quatre-vingt espèces) et au genre Fothergilla (qui lui inclut cinq espèces). Le nom du genre honore le médecin Britannique qui introduisit la plante en Angleterre, John Fothergill, et celui de l’espèce signifie simplement “Grand” en latin.

C’est une espèce de petit arbustes à feuilles caduques qui forme un buisson ovoïde pouvant atteindre de un à trois mètres de hauteur. Il est caractérisé par des feuilles ovales et alternes, de six à quinze centimètres de longueur, et légèrement odorante, ainsi que par ses fleurs printanières (apparaissant avant le feuillage), très parfumées, d’une couleur blanc crème, qui poussent en épis érigés et denses de trois à six centimètres et composés non pas de pétales mais uniquement d’étamines. Le feuillage est vert foncé en été, avec le dessous d’un ton glauque, qui tourne à l’orange rougeâtre à l’automne. Pour cette raison ce sont des arbustes ornementaux très appréciés. Originaire des bois et des marécages des monts Allegheny et des régions au sud des Appalaches, c’est une espèce qui résiste bien aux maladies et aux insectes, et c’est pourquoi on la qualifie de “robuste.”

Ici il s’agit d’un spécimen du cultivar hybride Fothergilla × intermedia ‘Mount Airy’ qui a remporté le Prix Mérite du Jardin de la très renommée Royal Horticultural Society. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.022.054]

Typha latifolia 

[ Nikon D3300, Parc Frédéric-Back, 2018/06/29 ]

La quenouille (aussi appelé roseau à massette en Europe ou broadleaf/common cattail en anglais ou encore ガマ [Gama] en japonais) est une plante herbacée vivace qui appartient à la division des Magnoliophyta (Angiospermae), à la classe des Liliopsida (Monocotyledonae), à l’ordre des Typhales (qui ne comporte que deux familles), à la famille des Typhaceae (qui ne comporte que deux ou trois genres), et au genre Typha ([EN] qui inclut une trentaine d’espèces). Le nom origine du grec τυφά [tyfá] qui est la dénomination que lui attribuait le philosophe et botaniste grec Theóphrastos. Les deux espèces les plus répandues en Amérique du Nord sont les Latifolia (signifiant “à large feuilles” en latin) et les Angustifolia (signifiant “à feuilles étroites”).

On la retrouve dans les milieux humides (fossés, marais, bordures d’eau douce et calme des étangs et des lacs qui ne dépassent pas un mètre de profondeur) des régions tempérées et tropicales. Elle est caractérisée par un rhizome subaquatique, une longue tige unique et non rameuse (de un à trois mètres de haut) qui est entourée d’une touffe de longues feuilles glabres d’un vert glauque (large de deux à quatre centimètres). L’inflorescence se retrouve au bout de la tige et est composé d’un double épis floral. L’épis supérieur, plus étroit et de couleur plus claire, est composé de nombreuses petites fleurs mâles — formées simplement d’une paire d’étamines et de poils blanchâtres — qui se fanent rapidement après avoir libéré le pollen. L’épis inférieur, d’un brun plus foncé, a une forme cylindrique (qui s’apparente à une saucisse ou une quenouille, qui peut atteindre jusqu’à trente centimètre de long et de un à quatre centimètres d’épaisseur) et est formé de nombreuses fleurs femelles minuscules. À maturité, l’épis inférieur se désagrège en un duvet cotonneux qui contient les fruits, de petits akènes plumeux, dispensant ainsi les minuscules graines (de 0,2 millimètre) à tout vents.

La plupart des parties de la plante (rhizome, jeunes pousses, la base des feuilles, la moelle blanche des feuilles, l’inflorescence femelle) sont comestibles soit crues en salade, en conserve, étuvées ou grillées. Le rhizome et son tubercule peut être cuit comme une patate ou servir à faire une farine. Elle a aussi quelques usages en phytothérapie traditionnelle (comme diurétique ou crème pour la peau). C’est vraiment une plante qui a mille et une utilités. Les tiges et les feuilles peuvent servir de matériaux de construction (un peu comme le rotin pour faire des paniers ou des meubles ou comme les roseaux pour faire des toitures) et leur fibres peuvent être utilisées pour faire du papier ou du textile similaire à la jute. On s’en sert également pour produire du biocarburant comme l’éthanol. Le duvet de l’inflorescence femelle peut également servir de rembourrure, d’isolant thermique ou remplacer l’étoupe comme bouche-trou (calfatage) ou allume-feu. Comme plusieurs plantes aquatiques elle contribue à l’oxygénation et à la phytoépuration des eaux, principalement en bioaccumulant les contaminants (des métaux lourds comme le plomb et l’arsenic) dans ses rhizomes et ses feuilles. Toutefois, dans certaines régions elle est considéré comme une plante envahissante. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.047]

Nymphaea alba 

[ Canon PowerShot S5 IS, Jardin botanique, 2015/07/05 ]
[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/07/23 & 2018/06/26 ]

Une autre entrée dédiée aux nénuphars (la dernière, je promet)! Après vous avoir présenter les nénuphars rose il y a deux semaines et les nénuphars jaunes la semaine dernière, je ne pouvais pas passer sous silence les classiques et superbes nénuphars blancs (appelés  European white water lily” en anglais et セイヨウスイレン [Seiyou suiren, lit. “Nénuphar d’Occident”] en japonais). Comme ses cousins, c’est une plante aquatique qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae), à classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Nymphaeales (EN /  スイレン目 [Suiren-me]), à la famille des Nymphaeaceae (EN) et au genre Nymphaea (EN / スイレン属 (Suiren zoku), qui regroupe une trentaine d’espèces). Le nom du genre origine du grec νυμφαία (nymphaia) en référence aux nymphes de la mythologie alors que le nom de l’espèce (alba) signifie simplement “blanc” en latin. 

Cette plante herbacée vivace pousse dans les eaux calmes (profonde de trente à cent-cinquante centimètres) et est caractérisée par des rhizomes subaquatiques, de larges feuilles arrondies flottantes (qui peuvent atteindre quinze à trente centimètres de diamètre) et de grandes fleurs solitaires blanches. Le calice de la fleur est composé de quatre sépales, alors que la corolle est formée d’une vingtaine de long pétales qui entourent les très nombreuses étamines pourvues d’anthères jaunes. Après la floraison, qui se déroule de juin à septembre, le fleur s’enfonce sous l’eau et le fruit (un akène) s’y développe, jusqu’à maturité où les graines se libèrent et flottent à la surface, dispersées par hydrochorie. 

Ses rhizomes (broyées et mélangées avec du vin) étaient utilisées en phytothérapie traditionnelle comme anaphrodisiaque, antispasmodique et astringent, alors que le reste de la plante (principalement les pétales de la fleur) était utilisé comme sédatif (grâce aux alcaloïdes qu’elle contient). Les rhizomes (longuement bouillies pour éliminer le goût âcre), le fruit (cru) et les graines (bouillies ou grillées) seraient comestibles. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.022.040]

Nuphar lutea 

[ Canon PowerShot S5 IS, Jardin botanique, 2015/07/05 ]
[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2017/07/23 & 2018/06/26 ]

La semaine dernière je vous ai montré des spécimens de nénuphars roses. Cette fois-ci j’aimerais m’attarder sur les nénuphars jaunes. Ils appartiennent à la même famille mais à des genres différents. Tout comme le nénuphar rose le nénuphar jaune (appelé “yellow water-lily” en anglais et セイヨウコウホネ [Seiyou kouhone] en japonais) est une plante aquatique qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae), à classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à l’ordre des Nymphaeales (EN /  スイレン目 [Suiren-me]), à la famille des Nymphaeaceae (EN) mais, au lieu du genre Nymphaea [EN / スイレン属 (Suiren zoku)], il appartient plutôt au genre Nuphar ([EN / コウホネ属 (Kōhone zoku)] qui regroupe une dizaine d’espèces). Le nom du genre prends son origine dans l’arabe nīlūfar ou l’égyptien nfr (lys d’eau ou lotus) alors que le nom de l’espèce (lutea) signifie simplement “jaune” en latin. 

Le nénuphar jaune partage les même caractéristiques que son cousin rose (racines et rhizomes subaquatiques, feuilles flottantes à la surface) mais se distingue par l’apparence de sa fleur dont les pétales sont beaucoup plus petits que ses quatre à six sépales de couleur jaune vif (qui sont eux-même très courts comparé aux longs et abondants pétales des nénuphars roses ou blancs). Autre singularité, le fruit du nénuphar jaune mûri hors de l’eau, en restant sur sa hampe, alors que celui des Nymphaea mûri sous l’eau après la fermeture de la fleur. 

Il semble que dès le début du néolithique cette plante ait été utilisé comme nourriture d’appoint (tubercules bouillis et graines rôties) et même dans la médecine traditionnelle (avec des usages aussi divers que comme anaphrodisiaque, antifongique, anti-inflammatoire, antimicrobien, astringent, hypotenseur, sédatif, vasoconstricteur, etc.). De nos jours elle est surtout cultivée comme plante ornementale mais sa riche biochimie offre des composées qui ont récemment suscité de l’intérêt pour le traitement de maladies comme le cancer ou l’Alzheimer. En plus de composer de charmant jardins aquatiques (surtout en juxtaposition avec des Nymphaea) elle a également la propriété de bioaccumuler des contaminants présents dans l’eau ou dans les sédiments (comme les radionucléides et certains métaux lourds comme le cuivre) en les absorbant et les concentrant dans ses rhizomes et ses feuilles et contribuant ainsi à purifier l’environnement. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]