Images du mer-fleuri [002.021.104]

Rosa “Perfect Moment”

DSC_0762

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0763Le rosier hybride de thé (Hybrid tea rose en anglais) a été créé à la fin du XIXe siècle par le croisement de deux type de rosiers hybrides: un rosier Thé (Rosa ×odorata) et un hybride remontant (“hybride perpetual” en anglais).  C’est un arbuste à fleurs ornementales de la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae), de la classe des Magnoliopsida (Dicotyledonae), de la sous-classe des Rosidae, de l’ordre des Rosales, de la famille des Rosaceae et du genre Rosa (qui regroupe des centaines d’espèces et des dizaines de milliers de cultivars).  Il est caractérisé par des tiges portant des aiguillons, des feuilles caduques, des faux-fruits rouges appelés cynorhodon (rosehip) mais surtout par ses superbes fleurs admirées et cultivés depuis des millénaires pour leur beauté et leur fragrance. Ici il s’agit du cultivar “Perfect Moment” dont la faible fragrance est largement compensée par sa superbe floraison qui offre de grandes fleurs d’un jaune profond largement bordées de rouge cramoisi. La fleur est utilisée coupée ou en parfumerie. Le fruit est très riche en vitamine C et est surtout utilisé sèché en tisanes ou cuits pour faire des confitures, gelés, marmelade ou ketchup. En médecine traditionnelle on l’utilise contre les diarrhées, le scorbut ou comme vermifuge. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Pictorial chronicles [002.021.100]

Le week-end en six images

IMG_9021b

Longue ligne au Stade Olympique pour le vaccin (2021/04/08)

Jeudi : le gouvernement ouvre la vaccination à tous les 55 ans et + pour l’Astra-Zeneca. Si les quantités disponibles étaient limités en région, cela ne semble pas être un problème à Montréal. Par contre l’attente est longue. Parti de la maison vers 11h15, je suis arrivé à 11h40 et on me donne un ticket pour 13h00. Quand je reviens on me dit qu’il y a un petit délai (quinze ou vingt minutes qu’y disait — plutôt le double) et on nous fait monter sur l’esplanade: ça c’est la file d’attente pour entrer dans la file d’attente ! Mais, bon, je fini par entrer dans le stade pour m’enregistrer vers 14h15 et, après avoir longuement marché dans les dédales de la bête de béton, je reçois mon vaccin une heure plus tard. Je suis de retour à la maison vers 16h. Smooth! Mais trop stressé pour prendre un selfie victorieux…

 

IMG_9022b

Jonquille fleurira bientôt (2021/04/08)

Vendredi : Je passe la pire nuit de mon existence. Pendant près de quatre heures j’ai des frissons si extrême que je danse “le bacon” dans mon lit — à se demander si ce n’était pas des convulsions. Après autant de contractions, tous les muscles de mon corps sont meurtries et douloureux. J’ai mal à la tête, un peu de fièvre et une légère nausée. Le pire (et le plus inquiétant) c’est que toute la nuit mon rythme cardiaque s’est maintenu au-dessus de 120 bpm ! J’annule mon rendez-vous avec le physiothérapeute (pour ma tendinite au talon d’Achille) et je prends la journée relax, me déplaçant comme un p’tit vieux… J’écris un peu et je regarde pousser les fleurs mais, malheureusement, les jonquilles n’ont pas encore fleuries. En après-midi mon rythme descent en bas du 100 bpm, puis redevient relativement normal à 80 bpm (mon normal est plus autour de 70) en soirée. Les courbatures disparaissent et je me sens à nouveau moi-même. 

IMG_9025b

Magnolia en pleine floraison (2021/04/10)

Samedi: Je dors profondément. Tout semble revenu à la normale ce matin mais mon rythme cardiaque demeure plus élevé que d’habitude. Tous cela n’est que les effets secondaires normaux d’un vaccin — il est mieux d’être efficace ce damné vaccin ! Comme c’est encore une superbe journée (nous sommes vraiment choyé ces derniers temps: il fait si chaud et si beau) j’en profite pour faire les menus travaux autour de la maison que j’avais prévu pour cette fin de semaine et que j’étais trop indisposé pour faire la veille. Je balaie la ruelle en face de chez nous, coupe quelques branches, arrange le petit toit de l’escalier de la sortie du sous-sol pendant que ma femme commence à préparer le jardin pour les semences. Je sors faire une commission en vélo électrique puis on va prendre notre petite marche de santé dans le parc. Surprise: le magnolia un peu plus haut sur ma rue est déjà en pleine floraison !

IMG_9028

Inflorescence (catkin) de Populus × canadensis (peuplier canadien)

Tout semble avoir progressé rapidement ces derniers jours: il y a déjà des tulipes d’écloses sur le terrain d’un voisin (en plus des jonquillescrocus, jacinthes et ces petites fleurs bleues dont j’ai oublié le nom — Gloire des neiges [Chionodoxa forbesii] ? Scille de Sibérie [Scilla siberica] ?) et même les bourgeons des lilas sont sur le point d’éclore. Il n’y a pas encore de feuilles aux arbres mais la nature semble vraiment être sur le point d’exploser de vie. C’est l’un des plus beau moment du printemps. Tout est en avance de plusieurs semaines comparé à l’année dernière ! Cela veut dire que la saison des allergies est aussi sur le point de commencer… En effet, j’ai remarqué dans le parc que les peupliers sont également en fleurs (mais le pire est encore à venir, i.e. quand le cotton se mets à s’envoler). Je trouve d’ailleurs que l’apparence de l’inflorescence du peuplier (que les anglais appel catkin mais qui se dit chaton en français!) à quelque chose de très sexuelle… J’en profite pour mentionner que le peuplier canadien (Populus ×canadensis, de la famille des Salicaceae) est un hybride entre le Populus deltoides femelle et le Populus nigra mâle. Il ne faut jamais passer à côté d’une occasion d’accroitre son savoir…

IMG_9041

Marmota marmota ! (2021/04/10)

Notre promenade dans le parc Frédéric-Back a été très fructueuse puisque nous avons observé un cardinal rouge  (Cardinalis cardinalis) qui tirait du pistolet-laser pour nous distraire de sa femelle, deux bernaches du Canada (Branta canadensis) qui passaient en rase-motte au-dessus des arbres pour aller prendre leur quartier nocturne sur la pelouse du parc et trois marmottes communes (Marmota monax) — dont deux jeunes qui s’amusaient gaiement sur le dessus d’une butte. C’est beau de voir le parc si plein de vie (et je ne parle pas des gens qui se rassemblent en groupe pour faire le party sans même porter le masque). C’est le moment idéal pour observer les oiseaux car il n’y a pas encore de feuilles aux arbres. Mais cette opportunité va hélas bientôt prendre fin. Même quand ils ne se cachent pas dans le feuillages, il est difficile d’identifier les oiseaux qui se tiennent à l’écart et ne demeurent pas en place longtemps. J’en ai vu des petits au ventre blanc cet après-midi et je serais bien en peine de dire ce que c’était (mésange/chickadee ?, Bruant/sparrow ?, Viréo ?, Fauvette/warbler ?)…

IMG_9042b

Pause (2021/04/10)

Après avoir fait le lavage, accompli plusieurs tâches dans le jardin et pris ma marche de santé dans le parc, je suis revenu à la maison pour profiter d’une pause bien méritée. Je me suis assis dans le jardin (pour admirer mon travail), je me suis ouvert une bonne bière (une fois n’est pas coutume) et je me suis mis le nez dans un livre. Rien de mieux que de se perdre dans un monde et des aventures fictives pour oublier le nôtre et relaxer (et rien de mieux pour oublier la bibliothèque que de lire une histoire de… bibliothèque invisible !). Il s’agit ici du premier volume d’une série de fantasy par l’auteur britannique Genevieve Cogman: The Invisible library [Goodreads / Nelligan]. L’idée de bibliothécaires en mission style Indiana Jones dans des mondes parallèles pour trouver des manuscrits rares et préserver l’équilibre entre l’ordre et le chaos n’a rien de bien original mais cela permet de mettre en scène des mondes hybrides qui mélangent magie, supernaturel et cyberpunk! Je ne fais que commencer mais cela m’apparait très divertissant et agréable à lire… Demain, dimanche, retour au travail (dans une bibliothèque!).

Ce fut donc un riche week-end. De plus, aujourd’hui est le centième jour de l’année et il ne me reste plus que deux-mil-deux-cent-trente-quatre jours avant la retraite… Bonne semaine à tous !

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.097]

Rhododendron

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/093 ]

L’Azalée de Gand (Ghent Azalea) est un arbuste à fleurs de la division des Magnoliophyta (Angiospermae), de la classe des Eudicotylédones (Magnoliopsida), de la sous-classe des Asteridae, de l’ordre des Ericales, de la famille des Ericaceae et du genre Rhododendron (qui contient plus de mille espèces). C’est un hybride horticole (Rhododendron x gandavense) qui a été développé à Gand en Belgique et qui est maintenant majoritairement produit en Flandre. Il est d’ailleurs le premier produit horticole européen à avoir bénéficier d’une Indication Géographique Protégée. L’azalée se distingue du Rhododendron par le fait qu’il est généralement de plus petite taille, qu’il a un feuillage caduque et que ses fleurs n’ont que cinq anthères (étamines). Le nom “Rhododendron” provient du grec (ῥόδον / rhodon qui signifie “rose” et δένδρον / dendron qui signifies “arbre”; ῥoδόδενδρον veut donc dire “arbre à roses”) et fait allusion aux superbes fleurs de l’arbuste. Leur beauté cache cependant un haut niveau de toxicité due à la neurotoxine qu’elles contiennent (andromedotoxine ou grayanotoxines). Celle-ci se retrouve également dans le pollen et le nectar des fleurs, ce qui fait que, si des abeilles butinent sur ses fleurs, le miel ainsi produit sera également toxique! Dans certaines régions (Népal mais surtout en Turquie dans la région du Pont) on produit délibérément ce “miel qui rend fou” pour l’utiliser comme drogue récréative ou en médecine traditionnelle (anti-inflammatoire, antioxydant ou même aphrodisiaque). Xénophon mentionne dans l’Anabase des soldats grecs intoxiqués au miel durant la marche des Dix-Mille (Livre IV, chap. VIII, 20) et Pline (Histoire naturelle, XXI: 45 & XLVI) relate qu’une anecdote similaire est arrivé aux soldats de Pompée durant la troisième guerre mithridatique (voir aussi Strabon, Géographie, 12.3.18). Ici il s’agit du cultivar “Beauté Céleste”. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.090]

Tagetes tenuifolia

DSC_1357

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/09/09 ]

DSC_1358La Tagète à feuilles ténue (aussi appelé Tagète citron ou Signet marigold en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae et du genre Tagetes (qui comporte une cinquantaine d’espèces). Elle est caractérisée par ses petites fleurs jaunes qui sentent le citron. Originaire d’Amérique du Sud, cette annuelle est utilisée bien sûr pour sa valeur décorative (coupée ou dans une rocaille), en pot-pourri pour son odeur, comme plante médicinale (contre les morsures de serpents, les ecchymoses et l’indigestion) et, comme ses fleurs sont comestibles, même en confiseries. Comme les autres espèces de tagètes qui contiennent du thiophène (un composé biocide), elle peut agir comme un pesticide naturel et repousser les insectes (comme les moustiques). Les principaux cultivars sont les “Acajou” (rouge), “Tangerine Gem” (jaune avec des traces d’orange au centre) et, comme illustré ici, “Lemon Gem” (jaune). Son nom provient du dieu étrusque Tagès, qui était le petit-fils de Jupiter et est né du labour de la terre. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.083]

Scaevola aemula

DSC_1296

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/09/09 ]

DSC_1295Le Scaevola émule (appelé Fairy Fan Flower en anglais) est un petit arbuste originaire de l’Australie et qui appartient à l’ordre des Campanulales, à la famille des Goodeniaceae et au genre Scaevola (qui regroupe plus d’une centaine d’espèces). Cette plante est caractérisée par ses fleurs blanches ou bleues dont la corolle tubulaire à cinq lobes est unilatérale ce qui donne l’impression qu’elle a été coupé en deux (d’où son nom anglais qui signifie “éventail”). Le nom fait référence au légendaire héros romain Caius Mucius Scaevola (du latin scaevus, “gaucher”) qui se serait brûlé la main droite dans un brazier pour démontrer sa bravoure face à l’ennemi. Elle est considérée comme une mauvaise herbe mais fait néanmoins de belles fleurs décoratives. Ici il s’agit du cultivar “Scampi Blue”. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.076]

Echinops ritro

DSC_0978

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0979J’ai déjà illustré cette plante il y a quelques années. L’Azurite (aussi connu sous le nom d’oursin bleu ou de southern globethistle en anglais) est une espèce de plante herbacée vivace à fleurs de la classe des Magnoliopsida, de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae, et du genre Echinops (qui regroupe une peu plus d’une centaines d’espèces). Elle est caractérisée par une tige blanche qui porte des feuilles lobées vertes, coriaces et très épineuses. La tige se termine en de “nombreuses inflorescences sphériques bleu-violet disposées en panicule”. Le nom Echinops signifie en grec “qui a l’apparence d’un hérisson”. Ici il s’agit de la sous-espèce “ruthenicus” (oursin russe) et du cultivar “Platinum Blue”. Cette sous-espèce s’est mérité le “Award of Garden Merit” de la Royal Horticultural Society.  Elle est utilisé comme plante décorative (en fleurs coupées), dans les rocailles et comme plante mellifère (ou pour attirer les papillons et autres pollinisateurs). Elle est toutefois toxique et peut causer une irritation de la peau au contact. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.069]

Astrantia major

DSC_0968

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0969La Grande astrance (aussi appelée Great[er] masterwort en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs vivace de la classe des Magnoliopsida, de l’ordre des Apiales, de la famille des Apiaceae (Ombellifères) et du genre Astrantia (qui ne comprend qu’une douzaine d’espèces). Elle est caractérisée par ses feuilles palmatilobées, ses inflorescences en ombelles simples qui forment des fleurs décoratives blanches ou rosées et ses racines aromatiques. Ses tiges et rhizomes peuvent avoir un usage médicinales: en huile essentielle elle peut avoir un effet bénéfique sur l’estomac et ses feuilles séchées en infusion peuvent aussi aider à la digestion et à stimuler l’appétit. Ici il s’agit du cultivar “Vanilla Gorilla”. (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.062]

Achillea borealis

DSC_0954

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0955L’Achillée boréale (connu sous de nombreux noms, dont Boreal Yarrow ou Woolly Yarrow en anglais) est une variété de l’Achillea millefolium (Achillée Millefeuille communément appelé Yarrow en anglais). C’est une espèce de plante herbacée vivace, à fleurs, de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae et du genre Achillea (qui inclus près de mille espèces). Elle est caractérisée par des feuilles dentelées, velues et aromatiques, ainsi que de nombreuses petites fleurs composées (ou capitules) rassemblées en corymbes, de couleurs variées (souvent blanches mais aussi jaunes, oranges, roses ou rouges) et qui attirent de nombreux insectes. Selon Pline, son nom fait référence à Achille, le héros grec légendaire de la guerre de Troie, qui en aurait fait usage pour panser ses blessures. Même si elle est souvent considérée comme une mauvaise herbe, on en fait une utilisation ornementale, mellifère et même comme fourrage. D’un point de vu phytochimiques il semble qu’elle contient de nombreux éléments bioactifs ce qui fait qu’elle a été utilisée en médecine traditionnelle depuis des millénaires. La plante entière, y compris les fleurs, peut être utilisée pour faire un thé qui soulage la toux et les ulcères. En cataplasmes elle peut également arrêter les saignements de nez ou contrôler les saignements dans les plaies, apaiser les éruptions cutanées, les coups de soleil et les piqûres d’insectes. Les jeunes feuilles sont comestibles (cuites ou fraîches en salades) et les fleurs peuvent être utilisées pour aromatiser des liqueurs ou même remplacées le houblon dans la bière. (Sources: Wikipedia, Nature).

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.055]

Chenopodium quinoa

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0950Le quinoa (qui porte le même nom en anglais) est une espèce de plante herbacée à fleurs de l’ordre des Caryophyllales, de la famille des Chenopodiaceae (ou Amaranthaceae en classification APG III) et du genre Chenopodium. Il en existe plus de trois milles variétés. Si elle est surtout connu pour ses graines, elle n’est toutefois pas une gramminée et est en fait plus proche de plantes comme l’amarante, la betterave ou l’épinard que des céréales comme le blé, le riz ou l’orge. Elle est donc considéré comme une pseudo-céréale (tout comme le Sarrasin ou la Chia). Elle est cultivé depuis des millénaires en Amérique du Sud et son nom dérive de kinwa en langue quechua. Elle a longtemps été ignoré des Européens car elle a un goût plus amère (due à la saponine de l’enveloppe) et sa farine (qui ne contient pas de gluten) n’est pas panifiable. La graine de quinoa est très nutritive car elle est non seulement riches en protéines mais aussi en minéraux, vitamines et antioxydants. Dès les années ’70 sa culture s’est étendu à l’Amérique du Nord et à l’Europe, pour devenir la coqueluche des passionnés de nourriture saine. Ici il s’agit du cultivar “Oro di Valle”. (Source: Wikipedia)

[ Translate ]

Image du mer-fleuri [002.021.048]

Kniphofia triangularis

DSC_0963

[ Nikon D3300, Jardin botanique, 2018/06/26 ]

DSC_0964La tritoma (aussi appelé tisons du diable ou red hot poker” en anglais) est un genre de plante à fleurs de la classe des Liliopsida, de l’ordre des Liliales, et de la famille des Liliaceae selon la classification classique de Cronquist. Toutefois, selon la nouvelle classification phylogénétique (APG III – 2009), ce genre appartient à l’ordre des Asparagales et à la famille des Xanthorrhoeaceae. Originaire d’Afrique, il comprend plus de soixante-dix espèces. Son nom latin de Kniphofia rend hommage à Johann Hieronymus Kniphof, un botaniste allemand du XVIIIe siècle. Il est caractérisé par un épis conique de fleurs de couleurs rouge, orangé ou jaune, souvent bicolores, qui se dresse au-dessus du feuillage. Ses fleurs produisent un nectar abondant qui attire tant les insectes nectarivore (abeilles et papillons) que certains oiseaux (colibris et orioles). Dans ce cas-ci il s’agit de l’espèce Kniphofia triangularis triangularis (mais la fiche signalétique ne précise cependant pas le cultivar). (Source: Wikipedia)

[ Translate ]