Vérité évidente en soi?

Une expérience récente m’a fait me questionner sur le racisme et la controverse du “racisme inversé.” Un collègue (d’origine haïtienne) me faisait remarquer que si un blanc dit “il y a trop de noirs ici” ce serait définitivement du racisme. Par contre, lorsqu’un noir dit “il y a trop de blancs ici” (ou similairement “il n’y a pas assez de noirs ici”) ce n’est pas considéré comme du racisme. Pourtant, me disait-il, c’est exactement la même situation (en miroir) et c’est donc dans les faits aussi du racisme. Ou plutôt, c’est ce que bien des gens considère comme du “racisme inversé.” Pourtant, on fait tout un plat en décriant ce concept, en affirmant fortement que le “racisme inversé” n’existe pas, que c’est un mythe.

J’ai beaucoup de difficulté à comprendre cette controverse car j’ai moi-même souvent eut l’impression de subir ce racisme inversé. Pour moi, quand on me fait sentir mal simplement parce que je suis blanc ou que l’on me traite de raciste — moi qui pourtant fait toujours beaucoup d’efforts pour traiter les gens équitablement (cela arrive surtout quand je critique ou fait un reproche à une personne qui passe devant moi dans une ligne d’attente ou qui ne respecte pas un règlement; C’est sans doute un mécanisme de défense quand ils sont pris en défaut, de tout de suite sortir la carte du racisme même si elle n’est pas justifiée). Je ne peux certainement pas comprendre toute l’horreur de subir le racisme (quoi que je vois et ressens ce que mon épouse expérimente parfois) mais je crois pouvoir en comprendre la frustration — ce n’est certes pas amusant de constamment subir l’oppression juste à cause de la couleur de sa peau (alors que pourtant on ne fait jamais de discrimination parce que les gens sont blonds ou roux ou qu’ils ont les yeux bleus ou de gros nez). 

Cela ne devrait pas exister et c’est exaspérant et enrageant de le subir. Ce n’est toutefois pas une raison de passer ses frustrations sur les autres qui eux ne vous ont jamais rien fait. Je comprend que l’oppressé puisse développer de la haine pour l’oppresseur mais si il projète cette haine avec violence (verbale ou physique) contre lui (ou toute autre personne qui lui ressemble sans nécessairement ÊTRE un oppresseur lui-même) cela en fait un acte tout aussi répréhensible, et l’oppressé sombre aussi bas dans l’abîme moral que l’oppresseur. Cela ne fait que renforcer le mépris ou la haine de l’oppresseur, ou de la faire naître chez celui qui, jusqu’alors, n’avait aucune raison de la ressentir. C’est ainsi que se perpétue la haine dans un cycle éternel et que le feu du racisme couve toujours quelques part. Il faut l’éteindre, l’éradiquer à tout jamais. Car, au bout du compte, il n’y aura toujours qu’une seule race d’hommes sur terre: la race humaine.

L’argument contre le “racisme inversé” est que c’est la défense des blancs pour justifier leur racisme. Ce serait l’invention du mouvement alt-right, des suprémacistes blancs et des opposants à la discrimination positive. Il n’en demeure pas moins que le “racisme inversé” est un fait — mais est-il aussi grave que le racisme? Le problème tient en fait à la définition que chacun donne au “racisme inversé” et même au racisme. Peut être que le gens ne parlent pas de la même chose… Si il n’y a pas de concensus (un example est la différence de définition du “racisme inversé” entre les pages française et anglaise de Wikipedia!), on s’entend généralement à définir le racisme comme étant une oppression et exploitation perpétrée par une race dominante contre un groupe minoritaire (par exemple l’esclavage). Les minorités raciales ou ethniques n’ayant pas le pouvoir économique et/ou politique de nuire aux intérêts de la majorité blanche, il ne peut donc pas y avoir de “racisme inversé”. Dans ce cas-ci, il serait donc plus juste de parler de préjudice racial ou de discrimination inversée. Ou alors si une personne a de la haine envers une autre personne parce qu’elle est différente, c’est de la xénophobie. Au delà de tout cet excès de “political correctness”, je crois que c’est jouer avec les mots. Dans l’esprit du commun des mortels, si tu haït l’autre parce qu’il est d’une race différente, c’est du racisme peu importe la race ou le statut sociale.

Sidebar: Qui a oppressé qui en premier?… On en revient à un paradoxe du type de l’oeuf et de la poule qui me rappel beaucoup mon propre questionnement sur l’origine de la souveraineté au Québec: le canadien-anglais hait-il le québécois parce qu’il est souverainiste? Ou le québécois hait-il l’anglais parce qu’il est oppressé? Et est-il souverainiste parce qu’il hait l’anglais qui lui tape dessus parce qu’il est souverainiste? Allez donc savoir où tout cela a commencé! Probablement parce que le québécois hait l’anglais qui l’a conquit et, après une tentative échouée de génocide culturel (lisez le rapport Durham), il l’a oppressé en le gardant longtemps peu éduqué et pauvre. L’anglais hait le québécois qui persiste à être différent (catholique et francophone) et rebel. Mon père, qui a beaucoup voyagé dans l’ouest canadien dans les années ’50 et ’60, a été témoin de cette haine des anglais (voitures avec des plaques d’immatriculation du Québec prisent pour cibles, travailleur québécois tabassés, etc.) et c’est ce qui l’a rendu souverainiste. Ce n’est sans doute pas par hasard que Vallières nous a appelé les “nègres” blancs d’Amérique… Enfin, je m’égare.

Je comprend parfaitement que ce serait une fausse équivalence de prendre la “discrimination” faite envers les blancs par les noirs et de la comparer avec tout l’historique du racisme que ceux-ci ont subi (particulièrement dans le cas des noirs américains et du lourd passé de l’esclavage). De la même manière, la “discrimination” qui m’est faite lorsque l’on me traite de raciste (et la tentative d’intimidation que cela représente) n’est AUCUNEMENT comparable à l’échelle de l’humiliation, de la frustration  et de l’oppression ressenti par la personne de couleurs qui subie le racisme. Toutefois, de mon point de vue, ce que je ressent est de l’oppression aussi — juste à plus petite échelle — et qui ne devrait pas être rendue triviale juste parce que je suis blanc. C’est un peu la faute des média qui ont perpétué le mythe du noir violent et criminel — d’où la réaction immanquable de la vieille dame qui resserre sa sacoche contre elle quand un jeune noir entre dans la pièce ou monte dans l’autobus. Un mythe qui est exploité tant d’un côté comme de l’autre pour générer la peur et un malaise sociale… Et bien sûr, indépendamment de son appartenance ethnique, c’est d’abord le caractère et l’éducation d’un individu qui le fait agir de façon stupide, irréfléchie ou inconsidérée.

Je trouve quand même au peu insignifiant tout ce pointage de doigts, ce “il a commencé en premier” et ce “il me hait plus que je le hait”. Cela en est presque enfantin. Le racisme, peu importe qui le commet, est un acte condamnable. En bout du compte, toute le monde devrait être respectueux envers l’autre — peu importe la couleur de sa peau ou sa culture d’origine. Point.

Note: Le titre de ce billet, “Self evident truth?”, fait référence à la Déclaration d’indépendance Américaine qui proclame “Nous soutenons que ces vérités vont de soi, que tous les hommes sont créés égaux.” C’est beau l’idéalisme…

(Mise à jour: 2019/03/10)

[ Translate ]

N’ice park

Pour faire suite à mes commentaires sur l’état du déneigement à Montréal (“Coeur de glace” et “Trottoir circulatoire – victoire”), je dois avouer que, si la situation semble s’être nettement améliorée pour les trottoirs, il est loin d’en être le cas pour l’état des sentiers du Parc Frédéric-Back!

Après une malencontreuse chute sur le sentier polyvalent du parc (où j’ai non seulement très légèrement égratigné l’écran de mon iPhone mais aussi déchiré mon pantalon au genou droit), j’ai décidé de finalement m’acheter des crampons pour mettre sur mes bottes d’hiver. Malheureusement, après en avoir cherché partout (Jean-Coutu, Dollarama, Walmart) je n’en ai pas trouvé et j’ai dû en commander par Amazon. Je les ai reçu ce midi et j’ai rapidement entrepris de les essayer. Je n’ai pas eu de difficulté à les ajuster à mes bottes et les crampons semblent solides et adhèrent très bien à la glace. Je vais pouvoir enfin profiter du parc et prendre mes marches de santé même si les sentiers sont de véritables patinoires!

Cet après-midi le sentier polyvalent du parc semblait un peu plus praticable car il était couvert de neige et, comme la température était un peu moins froide, la glace était plus spongieuse et moins glissante. J’aurais peut-être pu faire une randonné sans l’usage de crampons. Toutefois, je n’ai noté AUNCUNS signes d’épandage d’abrasif. Aucun efforts ne semblent donc avoir été fait pour améliorer l’accès au parc. Considérant le type d’hiver que nous avons ces dernières années (et que nous continuerons à avoir dans un avenir prévisible), il est nécessaire de faire un épandage d’abrasif abondant et fréquent. Sinon, avec l’effet du gel/dégel et les éventuelles averses de pluie/verglas, l’abrasif est rapidement absorbé par la nouvelle glace qui se forme et perd toute efficacité. Faute d’un entretien assidu, les sentiers restent glacés et impraticables (sauf pour les skieurs ou raquetteurs pour qui des sentiers sont entretenus sur le côté de la voie polyvalente — et les patineurs aventureux)!

De plus, peu des accès au parc semblent déneigés pour la partie est du parc (je n’ai pas vérifié le côté ouest, le long de Papineau). Les seuls accès déneigés pour le côté est du sentier polyvalent sont les entrées de Lille (#15), de Louvain (#16), Legendre (#17), Émile-Journault (#18), l’escalier Pélican/6e Ave (#19—qui n’était pas déneigé par le passé) et l’entrée 2e Ave/Deville (#20). Les entrées des Prairies (#13) et de Martigny (#14) ne sont pas déblayées du tout. C’est pire pour accéder au coeur du parc lui-même: le seul accès possible pour les piétons est par l’entrée 2e Ave/Deville (#20), ce qui est trop loin pour moi. Contrairement aux années précédentes l’accès par l’entrée Émile-Journault (#18) n’a pas été déblayée—et c’est celui qui est le plus proche de chez moi.

En conclusion, le sentier polyvalent est praticable seulement pour les randonneurs et les joggeurs qui utilisent des crampons. Et l’intérieur du parc lui-même n’est vraiment accessible qu’aux skieurs et raquetteurs! Ceux-ci sont donc privilégiés au détriment des autres (ils ne sont pas les seuls à payer des taxes). Tant pis pour les randonneurs, les joggeurs et cyclistes hivernaux! Cette situation est totalement inacceptable!

Mise-à-jour (2019/02/25): la température est redescendue et les sentiers sont redevenus de véritable patinoires! Sans crampons: oubliez ça, c’est inaccessible! Plusieurs accès vers l’intérieur du parc ne sont toujours pas déneigés! Ce parc devait être accessible à tous et en toutes saisons!

[ Translate ]

Memorable music

MacrossSOngCollectionAfter watching on NHK World a documentary on the songs of Studio Ghibli’s animated movies (like Nausicaä or Laputa), I started listening to an old playlist of anime background music (BGM) and songs collections from my late-20s and 30s. I had forgotten how much those tunes could get stuck in your head (particularly “Konya Wa Hurricane” from Bubblegum Crisis, “Ai-Oboe te i masuka” from Macross, the crashing song from Megazone 23 Part 2, or any songs from Kimagure Orange Road). I realize that this is something missing from recent anime that I’ve seen: memorable music. I really miss that. And it makes me sad — and very nostalgic!

My playlist also includes a few hits from great J-pop artists like Aikawa Nanase, Glay, Globe, Namie Amuro, TRF, Yoko Kanno and even a few Enka songs by Misora Hibari!

Do you have anime or J-pop favourite songs ?

[ Traduire ]

[ Update – 2019/02/23 ] For the curious, here’s the full playlist (recently augmented)—and I have added plenty of links so you can sample them :

Continue reading

Coeur de glace

Pour la première fois cet hiver j’ai du abandonner une randonné dans le parc parce que les conditions du sentier étaient vraiment trop mauvaise. Tout était complètement glacé. Ce genre de situation est arrivé quelques fois par le passé mais cette année les conditions des sentiers du parc sont systématiquement mauvaises. Il faut croire que la ville confie l’entretien des sentiers à la même équipe qui s’occupe de l’entretien des patinoires! J’ai essayé de marcher sur les côtés du sentier mais comme il y a eut de la neige fraîche récemment je renfonçait trop et marcher dans ces conditions était trop pénible. Il semble que cette année je doive abandonner le parc aux skieurs et aux raquetteurs. Alors je suis simplement rentré à la maison en passant par les rues (dont les trottoirs sont maintenant un peu plus praticable que la semaine dernière car il y a maintenant moins de neige mais encore beaucoup de glace et de flaques d’eau plus ou moins gelées—et glissante!).

Quand j’ai acheté un duplex dans VSP, la proximité du parc Frédéric-Back était une importante considération. Je trouve qu’il est important pour ma santé (et sur recommandation du médecin) de prendre de fréquentes marches (des problèmes de genou et de cheville m’interdisent le jogging) et de faire des randonnées occasionnelles à bicyclette (l’été seulement). Jusqu’à l’an dernier les sentiers du parc étaient suffisamment bien entretenus pour être utilisé en toutes saisons par les marcheurs, joggeurs et cyclistes en plus d’être accessible l’hiver aux skieurs et aux raquetteurs. Étrangement, cet après-midi j’ai remarqué un couple qui faisait du jogging en avançant sans difficulté sur la patinoire du sentier polyvalent alors que j’essayais moi-même de progresser en enfonçant jusqu’à mi-mollet dans la neige. Je me demandais “mais comment réussirent-ils cet exploit?” jusqu’à ce que je remarque qu’ils portaient tous deux de solides crampons à leur chaussures. Je crois que demain je vais aller m’acheter des crampons (et, pourquoi pas, je vais en réclamer le coût à la ville — car le mauvais entretien que la ville fait du parc m’empêche d’en profiter et d’y prendre ma marche de santé !)…

Difficile de marcher dans les sentiers du parc où l’épandage d’abrasif a été trop parcimonieux. Ayoye! [Damn you VSP !]

Comme je l’ai mentionné récemment, l’entretien des rues et des sentiers du parc est déficient ces dernières années (depuis l’arrivé de la nouvelle administration de Projet Montréal, ce qui ne semble pas être une coïncidence — non, ce n’est pas juste à cause du climat). Cessez donc de faire des économies de bouts de chandelles en étant trop parcimonieux avec l’épandage d’abrasif (ce qui est très évident dans le parc) et avec l’utilisation de sous-traitants peu motivés ou inéfficaces et donnez donc le service que vos citoyens méritent! Je ne suis pas contre de constantes augmentations de taxes (je viens d’ailleurs de payer le premier versement sur mon compte de taxe pour cette année) mais cela ne doit pas aller de pair avec une DIMINUTION constante de service! On est vraiment mal servi dans le quartier par nos politiciens qui semblent avoir l’habitude de briller par leur absence (au cours des derniers cinq ans je n’ai jamais réussi à rencontrer mon représentant de quartier, Frantz Benjamin, et je n’ai pas encore vu une seule apparition de son remplaçant, Josué Corvil; même notre député fédéral, Nicola Di Iorio, semble se foutre complètement des citoyens de sa circonscription!)… J’avais beaucoup d’espoir en voyant Projet Montréal détrôner Coderre et c’est pour cela que j’avais voté pour les mairesses Plante/Fumagalli mais jusqu’à maintenant j’ai été extrêmement déçu.

Un petit effort SVP ! Car à Montréal il n’y a pas que des automobilistes : il y a aussi des piétons et des randonneurs (qui votent…) qui aimeraient bien pouvoir utiliser trottoirs et sentiers sans risquer trop de blessures, fractures et ecchymoses !!!

Et il n’y a pas des carences seulement dans le déneigement (de la rue, des trottoirs ou des sentiers du parc — voir les billets du 01/06, 01/21 et 02/13), il y a aussi les fois où la ville ne ramasse pas le recyclage (soit parce que ça tentait pas à l’employé ou parce qu’il trouvait qu’il n’y en avait pas assez dans le bac?). Je paie toujours mes taxes alors je m’attends à ce que la ville me donne toujours du service — pas seulement quand ça leur tente! Il ne faut pas oublier non plus le manque de respect et de considérations de la ville envers ses employés — mais ça c’est une autre histoire… Maudite ville de merde!

Il ouvre le bac et le replace sans le vider !

 

[Mise à jour] Pour suivre l’état des choses dans le parc, voir les billets suivants:

 

[ Translate ]

The Bill Murray Stories

billmurraystoryApparently there are lots of stories on the internet about Bill Murray doing some crazy spontaneous things where he crashes a party or a wedding picture session, comes behind someone in a public toilet and puts his hands on the person eyes saying “No one will ever believe you”, or ends up doing the dishes in some kid’s apartment. He just shows up out of the blue, acts like he is just a normal guy (not a celebrity) but in a way that touches people’s life. Could those stories be true? That’s the question which Tommy Avallone asked himself and decided to make a documentary about it. 

The Bill Murray Stories: Life Lessons Learned From a Mythical Man is a documentary that retells those stories and interviews the people who experienced them. It really seems that most stories — at least those told in the documentary — are true and there is pictorial or video evidences to prove it. Avallone then goes on asking himself: why? Why someone like Bill Murray would do such things? To goof around? As a publicity stunt? Not at all. It is just who Bill Murray is. It is part of an improv thing and part of a life philosophy (something like taoism or zen). He just like to live in the moment and make people happy.

Personally, I am just wondering what makes people wake up in the morning and decides to make a documentary about Bill Murray. You are in movie school and need to do one as an assignment? Or really want answers to those questions and decide to just films everything and try to make money out of it? Or you just have the “reporter” gene in your blood? I guess someone should make a documentary about that.

It’s not a very good documentary (it’s clumsy, particularly toward the end, and I dislike when someone makes a documentary about themselves looking for something) but I enjoyed it because I not only learned a lot about who is Bill Murray, but it was also quite entertaining (lots of funny anecdotes and movie excerpts). It reminds me of this book that I once saw in the library: The Tao of Bill Murray: Real-Life Stories of Joy, Enlightenment, and Party Crashing, by Gavin Edwards and R. Sikoryak, which was basically asking the same questions. [ Amazon / Goodreads / Library ]

Apparently, Bill Murray is quite an interesting person. But whether you are interested or not, whether you like documentaries or not, it doesn’t matter: if you just take the moment to watch this sixty-seven minutes movies you will certainly enjoy it. And maybe, maybe, you’ll take something out if it and wonder, like me, could I ever be that spontaneous and really live in the moment? stars-3-0

To learn more about this title you can consult the following web sites:

[ AmazonGoogleIMDbNetflixRotten TomatoesWikipedia ]

[ Traduire ]

Capsules

Notable News (w42-w53)

It has been a little more than two months since the last entry of our journal. The weather has been relatively gray, since we’ve had very little snow so far, as it was—more often than not—rain and freezing rain, and lots of ups and downs in the temperature. The most notable events on the domestic front included a strange saga over the video of a panel at the book fair, where I also attended the launch of Solaris #208 and did a capsule interview with Catherine Sylvestre. We had again a problem of flicker in our electricity (strangely only on one side of the house), so bad that one night I thought my apartment had become a disco! Finally, we found the source of the problem (old wirings) and hired an electrician for a temporary fix but we will have to change the electrical entry in spring.

Somehow my sister’s cats managed to start the shower while she was on vacation. It lasted about twenty minutes before we realized that water was dripping from my bathroom’s ceiling. Luckily this small flood was relatively contained but we had to mopped the floor for a couple of hours in the middle of the night. The damage is limited but we will have to redo our bathroom’s ceiling…

The work-place was not too much a strain on my mental health, beside the continuing problem with the ventilation and heating system (strangely when this happens at another library of the borough they close immediately while we have to endure and work in very unpleasant conditions—that’s so unfair!) and some dubious decision on age classification of some mangas (Bride Stories, Nausicaa & Mafalda for kids! Are you joking?)!

readings2018Apple announced new Macs and iPads. We attended the vegan fest again, visited the Book of Hours and the Calder exhibits. I reached my reading goal for the year (fifty books! But, as usual, it was mostly comics and mangas). This allowed my to comment on  a few books (C Comme Cthulhu, Le Chat du Rabbin 8, Isabella Bird 3, Nous rêvions de robots, Pline 6, Ross Poldark, and a book about the New Yorker’s cartoons). I also wrote about the works (bande dessinée) of Philippe Gauckler: Convoi, Prince Lao and Koralovski. Unfortunately, I still watch too much TV and movies (A place to call home season 6, Mars season 2, Murder on the Orient Express, Outlaw KingPicnic at Hanging RockRBG, Solo, Transformer: The Last Knight, Traverlers season 3). Finally, I took some time to reminisce about the fanzine era and the old Protoculture days.

2018blogstatsI just completed my first year with WordPress.com so I don’t have much basis to compare this year’s statistics (although I remember that with Internic’s hosting I had ten times more traffic so either they were calculating it differently or I lost some followers in the switch or WordPress is not promoting the traffic as well). There is also a slight difference between WordPress’ and StatCounter’s numbers. Anyway, in 2018 I posted 319 entries (a 16% increase), acquired 68 followers and received (if we round up a little) an average of a thousand views per month or 350 visitors per month (about 135 returning visitors per month). It is not as much as I would I’ve liked but it is a beginning. The most important is that it keeps increasing from month to month. I’ll keep improving the blog and (hopefully) writing more so it will be at its best when I retire and make it my main occupation (in about 3064 days!). 

doonesbury-20181021

Doonesbury (2018/10/21)

On the world stage, the months of November and December had their lots of typhoon, floods, wildfires, tsunami, and violent protests in France, but it is mainly the U.S. Mid-term elections that retained the attention. In reaction to Trump’s insane White House, people went to the ballot with numbers not seen in nearly a century allowing the Democrats to retake the House by electing many young candidates, including several women (95), members of racial minorities (two Muslim and two Native Americans) or of the LGBT! Space exploration was also in the news as we landed another probe on Mars, explored more asteroids and mini-planets, and China landed a probe on the far-side of the moon.

All in all, 2018 was a very challenging year for everyone, so let’s hope that 2019 will be much better.

Through all this I tried to stay acquainted with the affairs of the world and gathered a few notable news & links — which I now share with you (in both french or english, slightly categorized, but in no particular order — note that, to save on coding time, the links will NOT open in a new window as usual), after the jump.

[ Traduire ]
Continue reading

SDL: La Philosophie-Fiction

entete-communique-02-300x148

Voici une vidéo qui offre des extraits de la conférence sur la “Philosophie fiction” présenté sur l’Espace TD du Salon du Livre de Montréal le mercredi 14 novembre 2018 à 19h00 — voir mon billet “SDL: Jour 1, mercredi”. Animée par Jocelyn Lebeau, les participants incluaient Elisabeth Vonarburg, Esther Rochon, Bernard Werber et Karoline Georges. Dans cet extrait il manque les quinze première minutes ainsi que toutes les interventions de Mme Georges (retirées à sa demande)… mais cela reste une très intéressante discussion qu’il valait la peine de partager, je crois.

(Mise à jour: 2018/12/03)

J’ai retiré la video de la conférence à la demande de Karoline Georges qui affirme ne pas avoir donné son consentement pour être filmé ainsi que pour la diffusion de la conférence.  Toutefois aucun consentement de la sorte n’est requis pour filmer et diffuser un événement publique, qui se déroule sur un lieu publique. J’ai vérifié ce point légal avec un ami avocat qui pratique le droit intellectuel international dans une firme importante et qui l’enseigne dans une université américaine. J’ai cependant retiré la video pour le moment par courtoisie.

Je trouve cela très dommage car cette table-ronde offrait une discussion très intéressant et que ce n’est pas tout les jours que des auteurs de science-fiction québécoise ont la chance de débattre ce genre de sujet sur une scène du salon du livre.

Je reste très pantois sur la position de Karoline Georges. Un auteur se présente au salon du livre pour faire la promotion de sa personne et de ses livres. Il est dans son intérêt de rejoindre le plus de personnes possible, chacun étant un lecteur potentiel. Lorsqu’un bibliophile (promoteur de la SFQ de longue date) assiste à une conférence publique (sur un lieu publique), l’enregistre et veut la partager parce qu’il trouve ça bon et intéressant, n’est-ce pas dans l’intérêt de l’auteur qu’elle soit diffusée? Si une personne ne veut pas être vue, elle n’a qu’à NE PAS monter sur une scène publique et prendre la parole! Beaucoup d’auteurs n’ont pas la chance d’avoir une telle tribune. Je ne comprends simplement pas.

Ce sera quoi la prochaine fois? Demander qu’on retire un commentaire de lecture parce qu’on aime pas la critique? Vous en pensez quoi, mes chers lecteurs?

Je serais particulièrement intéressé à lire ce que mes collègues du milieu SFQ en pensent… N’hésitez pas à commenter sur ce billet ou sur le fil Facebook

(mise à jour : 2018/11/20)

[ Translate ]