Media Capsule Reviews

The Scorch Trials

91x9iAjQw-L._SL1500_The sequel to Maze Runner is okay but nothing more. The storytelling is rather ordinary and predictable, but entertaining enough to keep viewers interested. It’s now a mix between a rebel fighter movie and a zombie movie. Hopefully the next and final instalment of the series will be better, but I won’t hold my breath because lately YA novels’ adaptations have mostly been disappointing and the first reviews of Maze Runner: The Death Cure are not very positive… stars-2-5

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

Capsules

Dalida

91GpShex6uL._SL1500_Le récit tragique de la vie d’une chanteuse de charme populaire, d’origine Italo-Égyptienne. Était-elle cruelle ou juste malchanceuse en amour? Car nombreux sont ses amoureux ou ses proches qui se sont enlevé la vie! Une vie qui s’est acharnée sur elle — nourrissant et inspirant son talent — jusqu’à ce que cela lui soit insupportable. Je ne croyais pas connaître vraiment son oeuvre jusqu’à ce que je me rende compte que beaucoup de ses mélodies me soient familières (ayant grandi à l’écoute de la radio française). Un beau film mais sortez vos mouchoirs! stars-3-0

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

Capsules

Blade Runner 2049

91hcrkzdjl-_sl1500_.jpgExcellente continuité d’ambiance et de style avec le premier film. Le récit est lent mais captivant et constant. Il y a suffisamment de scènes d’action pour maintenir l’attention du spectateur (d’une façon assez similaire au premier film). L’histoire nous amène dans une direction un peu inattendue. Excellent film. stars-4-0

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

Capsules

Guardians of the Galaxy 2

81AAEGoLMWL._SL1384_A good old space opera with lots of humour, some reflections on solitude and a good dose of action that defies the laws of physic. But who cares when it’s greatly entertaining! stars-3-5

 

 

[ AmazonBiblioIMdBWikipediaYoutube ]

Capsules

Wonder Woman 

91wpz6nkrdl-_sl1500_.jpgThis is the story of the transition of a classical hero into a superhero. Beautifully choreographed combat scenes. Probably the most accomplished movies set in the DC universe so far. It offers stronger moral and better storytelling than any other character of the Justice League, and is less dark and violent than the Batman or Superman movies. It about time we see a movie with a strong female character. Let’s see more of that. Strangely the extra on the BluRay are longer than the movie itself! stars-3-5

[ AmazonBiblioIMdBOfficialWikipediaYoutube ]

Capsules

John Wick 2

9172FEX3XlL._SL1500_Boring! Almost non-stop violence with a thin tread of story. Keanu is cool but that’s not enough to sustain a movie. And yet it was a success at the box office. What ever! stars-2-0

 

[ AmazonBiblioIMdB  OfficialWikipediaYoutube ]

Capsules

Captain America: Civil War

91am8N7+o7L._SL1500_This movie is all that we expected it to be: entertaining with lots of fighting and explosion. Released two years ago, it strangely foretold the socio-political situation of today’s USA. When you’re against an enemy, no need to fight: you just need to plant the seed of dissent and let it follow its course. People will destroy themselves (now, the country is divided, the Republicans are divided. Even the Democrats are divided, well done mister Russian Dictator!). Of course, the movie ends on an hopeful note — eventually all wounds between friends will heal… You just need to watch the next movie! stars-3-0

(Of course, in order to avoid being accused of whitewashing, they added the Black Panther in the line up — how many Avengers is there, anyway? And they ended up producing what is said to be the best movie so far in the Marvel universe. I can’t wait to see this one…)

[ AmazonBiblioIMdBOfficial  WikipediaYoutube ]

Capsules

X-Files TV series Season 11

220px-The_X-Files_Season_11With this new (and final) season of the TV series “they” push the self-parody even further… It’s the Trump Era after all! So nobody wants to believe anymore. And it is really funny. stars-3-5

 

[ IMdBWikipediaYoutube ]

Capsules

[ Traduire ]

Bug

Bug-cov“Le nouveau récit d’anticipation d’Enki Bilal.

Dans un avenir proche, en une fraction de seconde, le monde numérique disparaît, comme aspiré par une force indicible. Un homme, seul, malgré lui, se retrouve dans une tourmente planétaire.

Après avoir traité de sujets politiques, géopolitiques (Les Phalanges de l’Ordre Noir, Partie de chasse, avec Pierre Christin), de destins dictatoriaux et de rêves d’immortalité (La trilogie Nikopol), de cauchemars obscurantistes prémonitoires (Le cycle du Monstre), de planète recadrant les humains (La trilogie du Coup de Sang), Enki Bilal nous prive de notre addiction digitale en nous plongeant, non sans une certaine dérision, dans un monde de désarroi et d’enjeux multipolaires…”

(Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière)

J’ai découvert cette récente BD de Enki Bilal peu après le Salon du Livre de Montréal en novembre dernier et il m’a fallut un peu de temps avant de mettre la main dessus…

Bug-p28Sur Terre, un phénomène inconnu et soudain terrace tout ce qui est numérique. Les réseaux sont toujours en place, mais vide. Toutes les données ont disparu. Dans l’espace, une expédition revient de Mars. Tout les occupants du vaisseau sont mort, sauf un: Kameron Obb. On l’examine sur la station spatiale international pour découvrir qu’il est infecté par un corps étranger et qu’il semble  être au courant d’un tas d’information qu’il ne devrait pas connaître. Serait-il devenu le récipiendaire de toutes les données disparues sur Terre, la mémoire de l’humanité? Cela fait de lui une personne très désirée. Recherché par son employeur, Lifedust, et poursuivi par tous les gouvernements et les mafias de la planète, il réussi à regagner la Terre avec Junia Perth, une des docteurs de l’ISS. Il échappe aux griffes du Califat de Gibraltar et, malgré le chaos qui enveloppe la planète, tente de rejoindre son ex-femme à Paris et surtout de retrouver sa fille, Gemma, qui est poursuivie par un psychopathe et a été kidnappé par la mafia vénitienne, pour le forcer à se rendre…

“Bug” fait ici référence tant à la bestiole qui a infecté Obb (i.e insecte ou pathogène) qu’au problème informatique qui a anéanti les réseaux mondiaux. Le récit de ce premier tome est un peu lent — mise en place de l’intrigue et des personnages oblige — mais tout de même riche en action.

Bilal est toujours égal à lui-même dans son superbe style de crayonné couleur, aux tons à la fois sombre et vifs, parfois un peu flou ou brouillon, qui est tellement approprié pour illustrer ses futurs dystopiques où l’humanité se plante tantôt par la dictature, tantôt par l’abus de son environnement et, ici, par une sur-dépendance à la technologie numérique. Au coeur de ses mondes violents, secoués par des cataclysmes aux sources inconnues ou mystiques, il y a toujours quelques révoltés pour brandir le flambeau de l’espoir et du renouveau…

Bug nous offre une thématique qui n’est pas très nouvelle mais qui est traitée tout de même de façon originale: Une société devenue amnésique ou Alzheimer… 

Cela fait réfléchir mais c’est aussi une menace réelle qui n’a pas besoin de venir d’une origine extra-terrestre. Cela pourrait bien se produire de façon tout à fait naturelle avec une impulsion électro-magnétique — par une attaque nucléaire ou même accidentelle, par exemple, avec une éruption solaire intense qui frapperait la Terre de plein fouet ou une inversion des polarités du champ magnétique terrestre, etc. Serait-on prêt à affronter une telle catastrophe si elle survenait?

Bilal présente avec Bug à la fois une intéressante critique sociale et un bon récit de science-fiction. Il est encore un peu tôt pour vraiment juger de l’histoire mais le récit est bien mené, captivant, et laisse entrevoir beaucoup de potentiel. Du grand Bilal. À lire (et à suivre)!

Bug, livre 1, par Enki Bilal. Paris: Casterman, novembre 2017. 88 pages, 19.2 x 27.1 cm, 18,00 € (ePub/PDF: 12,99 €) / $32.95 Can. ISBN 978-2-203-10578-2. Pour lectorat jeune adulte (14+). Extraits disponible sur le site de l’éditeurstars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Casterman 2017

[ Translate ]

Venise

venise-taniguchi-castermanLa Sérénissime sublimée par Jirô Taniguchi.

Un homme arpente Venise hors des sentiers touristiques, sur les traces de son histoire familiale. Il se surprend parfois à flâner, se perd le long des canaux, s’arrête pour observer. A mesure que les brumes du passé se dissipent, c’est une nouvelle cartographie de la Sérénissime qui se dessine : contemplative et intrigante, majestueuse et intime.

(Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière)

J’ai fait la découverte en janvier (dans les pages du Animeland #219) de cette autre oeuvre éblouissante de beauté par le contemplatif Taniguchi. Originalement publié en anglais par Louis Vuitton (mai 2014) dans sa collection “Travel Book”, Venise est maintenant offert en français par Casterman.

Après le décès de sa mère, un homme découvre dans ses affaires une boîte en laque qui contient des cartes postales dessinées à la main et de vieilles photographies de Venise. Cela semble être des photos de ses grands-parents avec sa mère, enfant. Il se rends donc à Venise, sur les traces de son passé. Il flâne dans les rues, dans les échoppes, visite les site touristiques, des restaurants. Il semble que son grand-père était artiste-peintre et serait l’auteur des cartes postales. Il découvre son nom dans le livre d’or d’un vieil hôtel: Tsuguo Oribe. À l’aide des cartes postales, il suit sa piste. Il découvre de ses peintures dans un petit bistro, puis grâce aux indices donnés par la patron du bar, il retrouve l’appartement où il a habité. Des oeuvres de l’artiste y sont encore accrochés…

Taniguchi nous fait découvrir Venise à travers ce superbe bouquin illustré à l’aquarelle, présenté dans un format à l’italienne. C’est une sorte de mélange entre un carnet de voyage, le Promeneur et le Gourmet  Solitaire avec un texte minimaliste. Il y a vraiment très peu de texte: soixante-douze phrases, soit environ six-cent-soixante-quinze mots! C’est un peu décevant. Par contre, ici ce sont les images qui parlent. C’est graphiquement très beau et, d’une certaine façon, plutôt poétique. À voir, pour les amateur de Taniguchi (et de Venise).

 

Venise, par Jirô Taniguchi. Paris: Casterman, novembre 2017. 120 pages, 19.1 x 28.2 cm, 20,00 € / $36.95 Can. ISBN 9782203136908. Pour lectorat de tout âge (7+). Extraits disponible sur le site de l’éditeur. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

[ Translate ]