Urasawa Naoki no Manben

I just found a treasure trove of information for manga fans. Remember, I mentioned last August a documentary on NHK World Japan titled Manben: Behind the Scenes of Manga with Urasawa Naoki where manga genius Urasawa Naoki was meeting with mangaka Yasuhiko Yoshikazu and discussing with him his drawing techniques and works (that video is still available for streaming on NHK World Japan until the end of July 2023). That documentary is actually part of a series where Urasawa meets with several manga artists to discuss their works. Unfortunately, only one other video is available for streaming on NHK WORLD Japan at the moment: the episode where he meets with Sakamoto Shin-ichi (available to stream until the end of November 2023).

However, I just discovered a fan website offering ALL the episodes of the series with English subtitles: www.naokiurasawa.com. The series has five seasons and about thirty episodes. Here is a list of all episodes (with links to view the documentaries):

Season 0

Season 1

Season 2

Season 3

Season 4

Season 5: NEO

This documentary series certainly has a great potential to teach us a lot more about Japanese manga artists. Have a nice viewing!

[ Traduire ]

Prunus virginiana

[ iPhone 13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2022/07/26 ]

Le Cerisier de Virginie (appelé chokecherry en  anglais) est une espèce d’arbrisseau qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, c’est-à-dire les plantes à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae, i.e. à deux cotylédons), à la sous-classe des Rosidae, à l’ordre des Rosales, à la famille des Rosaceae et au genre Prunus (qui regroupe plus de trois cent espèces d’arbres et d’arbustes fruitiers comme le prunier, le cerisier, le pêcher, l’abricotier ou l’amandier). Le nom du genre provient du nom latin pour le prunier (prunus, lui même issue du grec προῦνον / prounon) alors que l’épithète spécifique signifie simplement “de Virginie” en latin.

C’est un arbuste drageonnant qui peut atteindre de un à six mètre de haut, caractérisé par des feuilles caduques simples, ovales ou généralement lancéolées et dentés (de deux à dix centimètres de long par un à cinq de large) et par une inflorescence formée d’un racème (de quatre à quinze centimètres de long) de petites fleurs blanches ou rosées possédant cinq pétales et cinq sépales (de huit à treize millimètres de diamètre). Le fruit est une drupe rouge de six à quatorze millimètres de diamètre (d’un ton allant du rouge clair au bourgogne), regroupé en grappes et possédant un gros noyau. Lorsqu’il mûrit, le fruit devient plus foncé et sucré mais son goût demeure amère et astringent.

C’est un arbuste ornemental dont le fruit est comestible (quoi que, considérant son amertume, il est surtout utilisé pour faire des sirops ou de la confiture). Il est très riche en composés pigmentaires antioxydants, tels que les anthocyanes. Les autochtones d’Amérique utilisaient le fruit pour faire du pemmican, des galettes et même du vin. Les racines et l’écorce étaient utilisées en médecine traditionnelle ou pour des préparations à fumer. Les fruits sont très appréciés des animaux sauvages, particulièrement les oiseaux et le gibiers — ces derniers apprécient aussi le feuillage et les bourgeons. Les feuilles servent également de nourriture aux chenilles de plusieurs espèces de lépidoptères (surtout des papillons de nuit qui construisent des “tentes” de soie bien visibles dans les branches comme le Malacosoma americanum qui est considéré comme une véritable peste). Toutefois, les fruits non-mûrs, les noyaux et le feuillage fané sont toxiques (à cause de la présence de cyanure) surtout pour les chevaux et les ruminants.

Observer cette grande variétés de petits arbres fruitiers dans le parc Frédéric-Back (surtout sur les bordures nord et sud-est) me rappelle mon enfance où nous nous gavions de ces cerises sauvages amères qui nous laissaient la bouche pâteuse. Une époque insouciante où nous savions bien apprécier la générosité de la nature — comme le démontre cette photographie d’une branche de cerisier sauvage tellement chargée de fruits qu’elle ploie jusqu’au sol! Prudence toutefois car les fruits de ces arbustes ne sont pas tous comestibles! (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.023.032]

Yawara ! #7-8  

“L’oeuvre incontournable d’un narrateur hors pair. L’auteur de Monster, Pluto, et Asadora! vous entraîne dans le quotidien ordinaire d’une judoka extraordinaire !”

“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline. Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi les couvertures arrières]

Yawara t. 7, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana (Coll. Big Kana), janvier 2022. 298 pages, B&W (18 pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.50 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8653-6, Pour un lectorat adolescent (12+).

Yawara t. 8, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana (Coll. Big Kana), avril 2022. 306 pages, B&W (30 pages en “couleurs”), 14.8 x 21 cm, 15.50 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8654-3, Pour un lectorat adolescent (12+).

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara! (やわら!) est une oeuvre de jeunesse de l’excellent mangaka Naoki Urusawa. Elle a originalement été publié entre avril 1987 et octobre 1993 dans l’hebdomadaire seinen Big Comic Spirits, puis compilé en vingt-neuf volumes (tankōbon) chez Shōgakukan. En 1998-99, il y a eut une réédition en format plus petit (bunkoban) de dix-neuf volumes, puis une “collector edition” (Kanzenban) de vingt volumes en 2013-15. C’est cette dernière édition qui est présentement publiée en français chez Big Kana. Il y a dix volumes de paru jusqu’à maintenant, les suivants étant annoncé pour février, avril et juillet 2023. J’ai déjà commenté le premier, le second, le troisième, le quatrième, le cinquième et le sixième volumes.  

Yawara-7-p003

Vol. 7, p. 3

Le septième volume nous présente la conclusion et les conséquences de la compétition de judo féminin “toute catégorie” aux Olympiques de Séoul. Yawara affronte d’abord la Belge Berckens qui décide de prendre sa retraite suite au combat. Puis, la Canadienne Jody Rockwell se mesure à la puissante Russe Tereshkova mais se blesse à nouveau et ne peut donc plus tenir sa promesse à Yawara d’être son adversaire aux Olympiques. En finale, ce sera donc Yawara contre Tereshkova. Mais cette dernière a conservé secret ses meilleurs coups et Yawara est distraite par l’idée de vouloir venger la blessure de Jody. Pendant ce temps, Matsuda remarque Kojiro Inokuma, le père de Yawara, dans la foule et le rejoins. Kojiro lui révèle la véritable raison de sa disparition. De retour au Japon, Yawara annonce qu’elle arrête le judo. 

Yawara-8-p011

Vol. 8, p. 11

Dans le huitième volume, les amis de Yawara sont consternés par sa décision et complotent pour lui faire changer d’avis. Yawara se rends au Canada pour le mariage de Jody et se retrouve à devoir y faire un match d’exhibition (J’ignorais que l’on pouvait voir les Rocheuses à partir de Toronto !). Pendant ce temps, Fujiko se mets au judo et organise un club de judo à l’Université pour filles de Mitsuba. Kojiro, le père de Yawara, est engagé comme l’entraîneur de Sayaka qui veut prendre sa revenge sur Yawara aux jeux de Barcelone. N’ayant pu trouver que des candidates débutantes pour son club de judo, Fujiko demande l’aide de Jigoro, le grand-père de Yawara, qui décide d’organiser un match d’entraînement contre le club de l’Université de Tsukushi, qui est la meilleur équipe du Japon! Jigoro réussira-t-il en un mois à faire de ces débutantes des judokas aptes à affronter des championnes? Et Yawara décidera-t-elle d’y participer?

Yarawa! est  une comédie romantique de sport qui offre un beau style de manga classique et un récit à la fois captivant et amusant, parsemé de (controversés) clins-d’oeil coquins. Ces deux volumes sont rempli d’action que la narration et le dessin de Urasawa sait rendre efficacement. Cela en fait une lecture particulièrement agréable et distrayante. Vivement la suite! stars-3-5

Lire aussi mes commentaire sur les volumes précédents.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2014 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2022 pour l’édition française.  

[ Translate ]

Pro Carmelus

Reposes en paix

Mon si beau Caramel

Auprès de Saya, va…

[ Translate ]
I miss... caressing the
softness of his warm fur
the gentle nudge of his nose
when he wanted something
his paw pushing me away
when he was tired of it
his gentle bite when
I didn't get the hint

He was the cutest
but shy of caress
only coming to us
when he was hungry or
when we were sleeping
like all the others
he got old and sick
departing too soon

To keep him from misery
We had to part ways
Leaving us saddened
and with an empty house
until the spare from the garage
learned to be a house cat
bringing us again happiness
and many fond memories...
[ Traduire ]

Poésie du dimanche [002.023.029]

Requiescat in pace

IMG_3576

[ iPhone 13 Pro, Domus, 2022/12/31 ]

Malheureusement mon beau Caramel nous a quitté cette semaine. Il n’avait que dix ans. Subitement, il ne pouvait plus fermer sa mâchoire, ni manger et bavait beaucoup. Je l’ai amené d’urgence à la clinique pour découvrir qu’il avait une importante infection à une molaire supérieure droite. La dent s’est déplacée, empêchant ainsi la dent inférieure de prendre sa place et à la mâchoire de se fermer. Il n’avait donné jusqu’à maintenant aucune indication qu’il avait un problème (c’est bien connu les animaux ne s’expriment guère quand ils sont en douleur). Toutefois, à bien y penser, il avait changé de comportement ces derniers mois. Et cette photographie, prise il y a trois semaines (tristement la plus récente que j’ai prise de lui), montre qu’il bavait déjà un peu et j’avais remarqué qu’il avait parfois de la difficulté à mastiquer les céréales sèches. J’aurais dû m’en rendre compte plus tôt! Érangement, lorsque j’ai publié son dernier cliché, je trouvais que cela faisait photo de salon funéraire et j’ai eu un pressentiment… Aurais-je vraiment pu le sauver si j’avais agit plus vite? Toutefois, il avait également un souffle au coeur ce qui rendait l’anesthésie pour une chirurgie dentaire plus risquée et son rétablissement complet était loin d’être assuré (d’autant plus que la facture du vétérinaire s’élevait déjà à six-cent dollars!). Nous avons dû nous résoudre à simplement abréger ses souffrances… Je l’ai sortie de la ruelle et lui ai donné une vie de pacha. Nous aurons eut dix ans de bonheur ensemble, c’est déjà beau. Et maintenant il est allé rejoindre son ami Saya (et son frère Toffee) au paradis des chats…

[ Translate ]

Image du chat-medi [002.023.028]

Olympia Kyklos vol. 4

Après Thermae Romae, la nouvelle comédie sportive de Mari Yamazaki !

Projeté une nouvelle fois depuis sa Grèce antique natale jusque dans le Japon contemporain, Démétrios se retrouve mêlé au conflit qui secoue les différentes générations de la famille Iwaya. Du catch ou de la lutte gréco-romaine, quelle discipline est la plus noble ? Quand votre père a été l’espoir olympique de toute une nation, difficile de faire entendre sa propre voix. Pour régler ce différend, il faudra l’intervention d’une vieille gloire du catch japonais, que Démétrios a croisé il y a bien longtemps…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Olympia kyklos (オリンピア・キュクロス / lit. “Cercles Olympique”) est un manga seinen par Mari Yamazaki qui est sérialisé au Japon dans le magazine bimensuel Grand Jump depuis mars 2018 et a été jusqu’à maintenant compilé en sept volumes chez Shueisha. Il a été traduit en français chez Casterman (six volumes de disponibles). C’est une comédie du style de Thermae Romae (voir aussi mon commentaire sur cette série) mais qui se situe dans l’antiquité grecque cette fois et traite de sujets autour du thème des jeux olympiques. Le manga a sans aucun doute été créé en anticipation des jeux olympiques de Tokyo de 2020 (mais qui furent reportés à l’année suivante à cause de la pandémie de Covid-19). J’ai déjà commenté le trois premiers volumes.

Page 3

Mari Yamazaki n’a as son pareil pour utiliser des artifices loufoques comme le voyage dans le temps pour nous faire réfléchir sur des sujets sérieux et comparer les cultures de l’antiquité et du Japon — cette fois grâce à la foudre de Zeus! Elle nous raconte les mésaventures de Démétrios, un jeune homme athlétique mais qui n’est pas du tout intéressé aux sports car il a l’âme d’un artiste (il peint des vases). Toutefois les circonstances le forcent toujours à faire de la compétition sportive. Pour l’édifier, les dieux l’envoient à tout bout de champs (et sans avertissement) dans le Japon moderne pour découvrir des aspects différents des disciplines olympiques. Dans ce volume, il découvre le catch (lutte professionnelle) et le compare à la lutte classique. Exceptionnellement, cette fois c’est le jeune Takuji qui est transporté à Athènes pour prendre quelques leçons auprès de l’entraîneur Platon qui allie discipline sportive et philosophie pour élever la conscience: “Toute pensée fausse qui traverse votre esprit entrave les mouvements de votre corps” !

Encore une fois Mari Yamazaki nous offre un récit qui non seulement nous diverti par sa mise en situation humoristique mais nous fait également réfléchir sur l’état de notre société. Son style est fort agréable car il est clair, détaillé et précis. Et, malgré les sauts dans le temps, la narration est fluide et facile à suivre. C’est donc une lecture tout à la fois plaisante, intéressante et même amusante. Comme toutes les oeuvres de Yamazaki, je recommande fortement ce manga. 

Olympia Kyklos, 4, par Mari Yamazaki. Bruxelles: Casterman (Coll. Sakka), août 2022. 200 pages, 13.2 x 18 cm, 8,45 € / $C 15.95, ISBN 978-2-203-22866-5. Pour lectorat adolescent (14+).

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2018 Mari Yamazaki. All Right Reserved.

[ Translate ]

Rhamnus cathartica

[ iPhone 13 Pro Wide Camera, Parc Frédéric-Back, 2022/07/26 ]

Le Nerprun cathartique (appelé en anglais common buckthorn) est une espèce d’arbrisseau buissonnant à feuilles caduques qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, c’est-à-dire les plantes à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae, i.e. à deux cotylédons), à la sous-classe des Rosidae, à l’ordre des Rhamnales (qui ne comprend que trois familles), à la famille des Rhamnaceae (qui regroupe neuf-cent espèces réparties en une cinquantaine de genres), et au genre Rhamnus (les nerpruns, qui inclus une centaines d’espèces d’arbustes ou de petites arbres). Le nom de l’ordre et du genre provient des termes grecs et latins (Ράμνος / Rhamnos) pour cette plante (Plinius, Naturalis historia: 24, 124) alors que l’épithète spécifique provient du grec (καθαρτικός / kathartikós) et signifie “purgatif”. Quant au nom vernaculaire français il dérive du latin niger prunus (“prunier noir” -> “noir prun”). J’ai déjà mentionné cette plante en 2014.

Cet arbrisseau originaire d’Europe peut atteindre de deux à cinq mètres de haut. Il est caractérisé par une écorce lisse d’un ton gris-brun, un bois dur dont la couleur tire sur l’orangé, des feuilles elliptiques ou ovales, nervurées et finement dentelées (de vingt-cinq à quatre-vingt-dix millimètres de long par douze à trente-cinq de large), des fleurs d’un ton vert-jaune à quatre pétales qui poussent en grappes de cinq à dix, et un fruit qui est constitué d’une drupe de six à dix millimètres de diamètre et qui contient quatre graines. Le fruit est vert durant l’été et tourne au noir par la suite. Le feuillage vire au jaune à l’automne. C’est une plante dioïques (monosexuées), c’est-à-dire que les organes mâles et femelles se retrouvent sur des plantes séparées. Un autre trait caractéristique qui permet d’identifier l’arbrisseau est que ses branches se terminent généralement par une épine (au printemps elle est souvent entourée de deux bourgeons ce qui lui donne l’apparence d’une empreinte d’un cerf d’où le nom vernaculaire anglais de “buckthorn”). 

Introduite en Amérique du Nord, le nerprun y est considéré comme envahissant et même nuisible car il a des propriétés allélopathique: certains composés chimiques contenu dans son écorce et son feuillage et exsudé par ses racines empêche la croissance d’autres plantes dans son entourage. Le feuillage et les graines sont même légèrement toxique pour l’homme et les animaux. Les composés d’anthraquinone  et d’emodin qu’il contient ont des propriétés purgatives qui peut causer des crampes violentes (un processus toutefois très utile pour permettre la propagation des graines par les oiseaux). Pour cette raison, l’écorce et le fruit ont parfois été utilisé en médecine traditionnelle comme purgatif. Ils avaient également un usage en teinture. Les fleurs attirent les pollinisateurs et la plante est l’hôte de plusieurs espèces de chenilles (principalement la chenille du Gonepteryx rhamni).

Le parc Frédéric-Back contient beaucoup de petits arbres fruitiers, surtout sur les bordures nord et sud-est, et il est important de pouvoir les distinguer les uns des autres car leurs fruits ne sont pas tous comestibles. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.023.025]

La nuit des temps (De Metter)

NuitDesTemps-DeMetter-covÀ la veille d’un conflit mondial, dans les profondeurs de l’Antartique, une expédition scientifique internationale découvre un couple cryogénisé, survivant d’une civilisation disparue il y a 900 000 ans. L’héritage de cette population miraculeusement tirée de son sommeil pourrait être le salut de notre monde, fragile entre amours et trahisons…

Les Expéditions Polaires françaises enregistrent le signal d’un émetteur sous la glace de l’Antarctique… L’expédition internationale découvre les ruines d’une civilisation disparue depuis 900 000 ans et les scientifiques du monde entier affluent vers le site pour aider à explorer et comprendre. Ils découvrent un objet ovoïde en or de trois mètres de diamètre dans lequel se trouvent en état de biostase un homme et une femme dont les têtes sont recouvertes de casques d’or. Simon, médecin de l’expédition, décide de procéder au réveil des corps en commençant par celui de la femme, le corps de l’homme montrant des traces de brûlures sur le torse…

La Nuit des temps est un roman pacifiste et assez anarchisant. Russes et Américains, renvoyés dos à dos, travaillent malgré tout ensemble, à l’image de l’effort de dépassement des oppositions nationales, assez répandu dans le milieu des sciences de l’époque. Les savants court-circuitent les décisions des gouvernants. Notre civilisation paraît barbare face au raffinement et à la sagesse des savants des temps anciens, leur savoir immense risquant d’être perdu par la bêtise humaine. ”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

J’ai été fortement impressionné par la lecture du roman La nuit des temps lorsque j’étais adolescent (voir mon commentaire). Puis j’ai découvert que René Barjavel s’était fortement inspiré du roman de l’australien Erle Cox, alors je l’ai lu aussi. Et quelle ne fut pas ma joie de découvrir qu’un artiste que j’admirais beaucoup, Philippe Gauckler, avait adapté ce(s) roman(s) en bande dessinée: Kébek t.1: L’Éternité et t.2: Adamante. Le dessin est superbe mais il s’agit bien d’une “adaptation” puisqu’il déplace le récit dans le nord du Québec et le place dans un contexte socio-politique futur fictif. Il serait plus juste de dire que la bande dessinée est “inspirée” du roman de Barjavel. Finalement, je découvre récemment qu’un autre artiste a adapté le roman graphiquement. Je ne pouvais évidemment pas résister à la tentation de lire cette nouvelle interprétation par Christian de Metter et de vous en partager mes impressions. Toutefois, comme j’ai déjà amplement parlé du le récit de Barjavel alors je ne m’attarderai pas trop sur l’histoire…

NuitDesTemps-DeMetter-p016

Page 16

Cette bande dessinée est presque l’opposée de celle de Gauckler. Le style de dessin de De Metter, en couleur directe à l’aquarelle dans des tons plutôt glauques, ne m’enthousiasme pas vraiment. Je trouve que cela fait un peu brouillon (stars-2-0). Par contre, si quelques aspects du récit sont éclipsés ou peu développés, cette bande dessinée est une excellente adaptation du roman (stars-4-0). Le récit reste très proche de l’histoire originale et la visualisation du monde de Gondawa que fait De Metter correspond bien à l’image que je m’en faisait à la (re)lecture du roman. Toutefois, pour rendre son récit plus pertinent auprès de son lectorat, De Metter n’a pas vraiment eut le choix, lui non plus, de l’adapter en le situant dans le contexte socio-politique actuel. Barjavel situe son roman à l’époque où il a été écrit c’est-à-dire dans un contexte de guerre froide tendue, de menace nucléaire et de la révolution sociale de Mai ’68 dans le monde et particulièrement en France. Il était donc tout à fait naturel de transposer le récit dans le contexte actuel de nouvelle guerre froide (exacerbé par le conflit russo-ukrainien) et de crise climatique. Mais ce n’est qu’un tout petit aspect du récit qui n’apparaît vraiment que dans les dernières pages (tant du roman que de la bande dessinée).

Dans l’ensemble, cette adaptation graphique du roman de Barjavel offre une bonne lecture, divertissante et intelligente, qui plaira sans aucun doute tant aux amateurs nostalgiques de Barjavel qu’à ceux qui apprécient la science-fiction à son meilleure.

La nuit des temps, par Christian De Metter (d’après le roman de René Barjavel). Paris: Éditions Philéas, décembre 2021. 184 pages (170 planches), 21.5 x 28 cm, 25.00 € / $45.95 Can, ISBN 978-2-491-46713-5. Pour un lectorat adolescent (14+, nudité, violence). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

Roman © Presses de la Cité. Adaptation © 2021, Éditions Philéas.

[ Translate ]