Les Constantiniens (3)

Constantinus II (317-340) (2)

Cette semaine je vous présente deux nouvelles pièces de monnaie de Flavius Claudius Constantinus Iunior (généralement appelé Constantinus II). Vous trouverez la notice biographique de cet empereur dans mon entrée de la semaine dernière. Ces deux pièces sont pratiquement identique: le flan de la première est légèrement plus grand (18 x 20 mm avec un poids de 2.884 comparé à 17.5 x 18.5 mm avec un poids de 2.765 pour la seconde) et a subit un peu plus d’usure (F [Fine], Très Beau) que le seconde (qui est très très belle [VF / Very Fine] mais dont le revers comporte une importante dépression dans le côté droit du flan). Il s’agit de deux follis réduit (AE3, de fréquence assez commune [C1 = 22 à 30 pièces connues], payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↑) qui présentent exactement le même type, avec les même nomenclature et titulature mais qui, si elles ont été frappé à la même officine, ne l’ont pas été avec les même coins car elles ont de légères différences dans leur conception: au niveau de l’épaule droite du portrait du césar sur l’avers et de l’espacement du lettrage sur le revers (la lettre qui se retrouve juste au-dessus de la boucle décorative de la couronne est le “M” de CAESARVM pour la première pièce et le “N” de NOSTRORVM pour la seconde).

L’avers de chacune des pièces présente un buste du césar lauré, drapé et cuirassé à droite avec l’inscription latine CONSTANTINVS IVN[IOR] NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (“Constantinus le Jeune, très noble César”). Les deux revers illustrent un VOT[IS] V (Votis quinquennalibus) sur deux lignes (avec possiblement un point entre les deux lignes, ce qui apparait plus évident sur la première pièce) inscrit au centre d’une couronne de laurier (ornée sur le dessus d’une boucle faite d’un cercle avec un point au milieu), avec l’inscription latine CAESARVM NOSTRORVM (“Voeux pour le cinquième [anniversaire de règne] de Nos Césars”), et un R S en exergue (marque de la seconde officine [S = Secundus] de l’atelier de Rome [R = Roma]).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 321), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Rome en 321.

On se rappel que Constantinus Junior avait été fait césar en mars 317, en même temps que son frère Crispus et que Licinius II — ce qui explique le pluriels dans l’inscription (“Nos Césars”). Cinq ans plus tard, en 321, on célébrait donc le cinquième anniversaire de cette nomination. On note également le portrait juvénile du césar (qui est pourtant illustré beaucoup plus vieux que son âge puisqu’à cette époque il n’a environ que cinq ou six ans!).

Sources: Wikipedia (Constantinus II [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus II, Caesarvm Nostrorvm,  laurel wreath, vota, wreath), ERIC (Constantinus II); RIC v. VII: 236; BeastCoins, CataWiki, CoinArchives, numismatics, numista, r5coins, vcoins, WildWinds (text, image). Voir aussi mes fiches (pièce #1, pièce #2).

 

La semaine prochaine nous continuons mon survol des pièces de monnaie de Constantinus II avec, cette fois, deux types de VOT X similaires mais frappés à deux ateliers différents.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 61

Elaeagnus angustifolia 

[ iPhone 11/13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2021/06/12 & 10/17]

Cela fait quelques années déjà que j’ai remarqué dans le parc, près du point de vue situé au bout de la rue Paul-Boutet (et en-dessous), quelques arbres d’un vert tendre presque blanchâtre, voir argenté. Je me suis dit “on dirait presque des oliviers” mais je croyais notre climat trop froid pour ce genre d’arbres. Eh bien, non, il s’agit bel et bien d’une variété d’olivier.

L’olivier de Bohême (appelé “Russian Olive” en anglais) est une espèce d’arbuste qui appartient à la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), à la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), à la sous-classe (clade) des Rosidées, à l’ordre des Rosales, à la famille des Elaeagnaceae (divisé en trois genres où se répartissent une soixantaine d’espèces) et au genre Elaeagnus. C’est un arbuste qui croit rapidement pour atteindre une hauteur moyenne de sept mètres (de deux à douze mètres) et qui est caractérisé par des feuilles lancéolées, alternes et caduques, au pétiole court, d’un vert profond sur le dessus et argenté sur le dessous, et mesurant de quatre à huit centimètres de long sur environ deux centimètres de large. La floraison se fait de mai à juillet et offre de petites fleurs odorantes jaunes d’environ un centimètre, formées d’un calice à quatre lobe (sépales) sans pétales, protégeant quatre étamines et un pistil. Elles poussent sous l’aisselle des feuilles, soit isolées ou par grappes de deux ou trois fleurs, et sont mellifères — ce qui veut dire qu’elles attirent les insectes pollinisateurs comme les abeilles. Le fruit jaune, qui mesure un ou deux centimètres de long, a l’apparence d’une drupe (comme la cerise ou l’olive) mais est en fait un akène enveloppé d’une hypanthe charnue. Les fruits sont comestibles, sucrés mais avec une texture farineuse, et sont parfois utilisés pour faire des conserves.

Le nom scientifique dérive du grec ἐλαίαγνος / elaíagnos (composé de ἐλαία / elaia / “olive” et de ἁγνός / hagnós / “pure”, “chaste”, “sacré”) et de l’épithète latin qui signifie avoir “des feuilles étroites”. Quand aux noms vernaculaires ils font tous référence soit au fait que le fruit ressemble à celui de l’olivier (qui appartient pourtant à une famille différente, les Oleaceae) soit que la feuille s’apparente à celle du saule (de la famille des Salicaceae). Cet arbuste a avant tout un usage ornemental (à cause de son beau feuillage et de ses fleurs odorantes) mais il est aussi utilisé comme séparation (haie) ou écran brise-vent. Il joue également un rôle dans l’alimentation humaine: ses fleurs mellifères peuvent servir à la production de miel et ses fruits (parfois appelé “datte de Trébizonde“ ou “olive perse”), riches en lycopène, sont comestibles — pouvant être consommés séchés ou en marmelade. Il y aurait même un usage médicinal car, en Iran, une concoction faite de lait et du fruit séché pulvérisé est parfois utilisée pour traiter la polyarthrite rhumatoïde et les douleurs articulaires (arthrose). Originaire d’Europe de l’Est, il a été introduit en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle où il est considéré comme une espèce envahissante à cause de sa croissance rapide et de sa capacité d’adaptation en sol pauvre (car une symbiose avec des bactéries dans son système racinaire lui permet de fixer l’azote atmosphérique). (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.293]

Les Constantiniens (3)

Constantinus II (317-340) (1)

Flavius Claudius Constantinus Iunior est né à l’été 316 à Arelate (Arles). Il est le second fils de Constantinus (le premier avec sa deuxième épouse, Fausta). En mars 317 (à peine âgé d’un an) il est fait César par son père et reçoit le titre de Nobilissimus Caesar (“le plus noble des Césars”) et est même consul en 321! Dès l’âge de sept ans (322-23) il participe aux côtés de son père à la campagne militaire contre les Sarmates. En 324, il est envoyé à Augusta Treverorum pour défendre la frontière du Rhin à la place de son frère aîné Crispus (qui a été rappelé aux côtés de Constantinus pour sa deuxième campagne contre Licinius). En 331, il reçoit le titre de Alamannicus suite à une victoire contre les Francs et les Alamans. En 332, il se joint à son père sur la frontière du Danube pour une campagne contre les Wisigoths Tervinges et reçoit les titres de Sarmaticus et de Germanicus maximus. En 335, Constantinus divise les responsabilités administratives et militaires de l’Empire entre ses trois fils et ses deux neveux: Constantinus Junior reçoit la responsabilité de superviser la Gaule, la Bretagne et l’Hispanie; Constans reçoit l’Italie, l’Afrique et la Pannonie; Constantius Junior l’Asie Mineure, la Syrie et l’Égypte; Flavius Dalmatius (petit-fils de Constantius) la Macédoine et la Thrace; et son frère Flavius Hannibalianus est nommé monarque des nations pontiques.

Constantinus avait probablement l’intention d’assurer sa dynastie avec la création d’une nouvelle tétrarchie. Toutefois, à sa mort le 22 mai 337, Constantinus Junior (qui est maintenant l’aîné puisque Crispus est mort dix ans plus tôt) tente de faire valoir son droit de primogéniture en se déclarant empereur mais ses frères n’en entendent pas ainsi et tous trois se proclament Augustes. Ils sécurisent leur position en éliminant les oncles et cousins de la famille, puis se rencontrent le 9 septembre 337 à Sirmium (ou Viminacium) pour se partager l’Empire (en se divisant les parts de leur cousins). Toutefois, Constantinus Junior est insatisfait que son frère cadet (qui est sous sa tutelle) ait reçu l’Italie, l’Afrique et l’Illyrie. Il réclame l’Afrique à Constans mais, lorsque ce dernier devient majeur en 339, le conflit éclate ouvertement entre les deux frères. Constantinus Junior sera tué lors d’une embuscade à Aquilée en avril 340. L’Empire se retrouvera alors divisé non seulement par une nouvelle querelle de succession mais aussi théologique: Constans (en Occident) supporte le christianisme nicéen alors que son frère Constantius II (en Orient) supporte le christianisme arien !

J’ai onze pièces de monnaies de Constantinus Iunior que je vais vous présenter en quatre ou cinq parties.

IMG_0995-1005La première de ces pièces est un très beau follis réduit (AE3, 19 x 19.5 mm, 3.359 g, payé environ $6 le 1985/04/14; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du jeune césar lauré, drapé et cuirassé à droite, avec l’inscription latine CONSTANTINVS IVN[IOR] NOB[ILISSIMVS] C[AESAR] (Constantinus le jeune très noble césar). Le revers illustre deux Victoires ailées debout face à face, tenant un bouclier inscrit VOT – P R sur deux lignes (VOTa Populi Romani = “Voeux du Peuple Romain”), surmonté d’un croissant et d’un point (comme les descriptions ne mentionnent pas ce détail il fait probablement partie de la décoration du bouclier), au dessus d’un autel (ara) inscrit d’un “I” (marque de séquence?), avec l’inscription latine VICT[ORIAE] • LAETAE PRINC[IPIVM] PERP[ETVA] (“[Pour une] Joyeuse victoire au Prince éternel”) et un [•]BSIS• en exergue (marque de la deuxième officine [Bêta] de l’atelier de SIScia).

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, pp. 416-418, 434-435), cette pièce aurait été frappée par la deuxième officine de l’atelier de Siscia en 319 EC.

C’est un type de revers que l’on avait pas vu jusqu’à maintenant mais qui ne fait que reprendre des thèmes bien connu: la victoire et les bons souhaits du peuple envers le prince ou l’empereur. Dans ce cas-ci, comme le prince n’est à peine âgé que de trois ans, on imagine que c’est une façon de lui souhaiter une vie longue et prospère. On note également que c’est une pièce rare [r5 = unique! Plus maintenant… 😉 ]; j’ai d’ailleurs eut de la difficulté à en trouver des exemples dans les sources en ligne. Ce type se retrouve surtout chez Constantinus, Crispus et les deux Licinius. Dans le cas de Constantinus Junior, il est aussi associé avec une titulature plus longue (NOB CAES) et une inscription qui présente VICTORIAE écrit tout au long mais dans ce cas-là la marque d’atelier ne comporte qu’un seul point (ASIS•) [RIC, VII, 80]. Une variante inclue aussi une césure dans la nomenclature (CONSTANT-INVS) et la marque d’atelier a une étoile au lieu du point (ASIS*) [RIC, VII, 99]. Finalement, un autre variante (ASIS•, datant de 319-20; RIC, VII, 107-108) ne semble avoir été frappé que par les troisième (𝛤 [gamma] avec un NOB CAES) et la quatrième (𝛥 [delta] avec NOB C) officines. Dans tous les cas ce sont des pièces considérées rares (r3-r5 = une à six pièces connues — par l’auteur du RIC, au moment où il a été publié dans les années soixante).

Sources: Wikipedia (Constantinus II [FR/EN]), Google, FAC (Constantinus II, ara, Siscia, VICT. LAETAE PRINC. PERP., Victoria), ERIC (Constantinus II); RIC v. VII: 91; BeastCoins, CoinProject, Numismatics, WildWinds (RIC 91: text1, image1; RIC 99: text2, image2, RIC 99var: text3, image3). Voir aussi ma fiche.

Je voudrais souligner que la semaine dernière je n’étais pas très satisfait de la qualité des photographies prises avec le nouvel iPhone 13 Pro car l’appareil semblait avoir de la difficulté à faire le focus et le résultat me semblait un peu flou… (Étrangement je n’ai pas rencontré ce problème lors de la prise de photo macro de fleurs — une question de différence d’éclairage peut-être entre lumière naturelle et artificielle ?). Je constate cette semaine que si on lui donne le temps de bien établir son focus (parfois en jouant un peu avec l’éclairage) l’appareil réussit à faire un bon focus et le résultat est beaucoup plus satisfaisant. Je suppose qu’avec l’expérimentation je vais réussir à établir l’éclairage et la distance optimale pour prendre de meilleurs clichés de monnaie…

Sur une note plus personnelle, suite à de nombreux problèmes de santé (notamment de terribles migraines), au deuil de l’un de mes chats et au fait que je change d’emploi (ce qui chambarde complètement mon horaire et ma routine), je vais devoir réduire considérablement le contenu de mes chroniques sur le blogue pour les semaines à venir afin de pouvoir me concentrer sur l’apprentissage de mes nouvelles tâches, rattraper mon retard sur mes commentaires de lectures et ré-équilibrer un peu mes chakras. Je ne devrais présenter qu’une ou deux pièces de monnaie à la fois… On verra comment les choses vont par la suite.

La semaine prochaine je vous présente donc deux autres pièces de monnaie de Constantinus Junior.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 60

Fraxinus americana 

[ iPhone 13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2021/10/09]

Il n’y a pas que l’érable (Acer saccharum, Acer rubrum), le lierre (Parthenocissus quinquefolia, Parthenocissus tricuspidata) ou le vinaigrier (Rhus glabra, Rhus typhina) qui offrent de belles couleurs rouges à l’automne dans le parc. J’y ai également observé cet arbre qui déployait un panache flamboyant. Je me suis demandé ce que c’était et, après quelques recherches, j’ai découvert avec surprise qu’il s’agissait d’un Frêne blanc (appelé en anglais “white ash”). C’est la même variété d’arbre que j’ai devant ma maison et il ne donne jamais de telle couleurs! Évidemment, il s’agit d’un cultivar différent: le ‘Autumn Purple’.

Comme c’est le cas de la plupart des fleurs que je vous présente (Surprenant n’est-ce pas?), cet arbre  fait partie de la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), de la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), et de la sous-classe des Asteridae (ou Compositae). Toutefois, la parenté s’arrête ici car cette plante ligneuse appartient à l’ordre des Scrophulariales (qui regroupe douze familles; dans la classification APG c’est l’ordre des Lamiales), à la famille des Oleaceae (qui inclut près d’une trentaine de genres où se répartissent neuf-cent espèces comme l’olivier, le jasmin ou le lilas) et au genre Fraxinus (qui regroupe une soixantaine d’espèces).

Les frênes sont caractérisés par une écorce rugueuse, des feuilles composées pennées, et des fruits produits en grappes de samares simples. C’est une espèce dioïques, c’est-à-dire monosexué, et chaque arbre est soit mâles (staminées), soit femelles (pistillées). Il peut atteindre de dix à vingt mètre de haut, vivre près de deux-cent-cinquante ans, et servir d’écosystèmes à de nombreux organismes. Il est d’ailleurs très vulnérable à l’agrile du frêne. Comme c’est un bois dur et dense  il est prisé en parquèterie, en ébénisterie, ainsi que pour fabriquer des manches d’outils, des battes de baseball, des arcs et même certains instruments de musique. Toutefois, dans des conditions extérieures humides, il pourrit rapidement. Son feuillage a été utilisé pour faire des tisanes et des boissons. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.286]

Les Constantiniens (2)

Crispus (317-326)

Flavius Julius Crispus est né vers 299-305 EC. Il est le fils aîné de Constantinus et de sa première épouse (ou concubine), Minervina. Celle-ci sera répudiée en 307 afin que Constantinus puisse marier la fille de Maximianus, Fausta, consolidant ainsi leur alliance. Il reçoit une éducation chrétienne par le célèbre rhéteur Lactantius. Très jeune il accompagne son père sur les champs de batailles et développera ainsi une grande connaissance et habilité militaire. Il sera fait César à l’âge de quinze ans soit en octobre 316 ou en mars 317, en même temps que son frère Constantinus Iunior (né en 316 de Fausta). Il reçoit également le titre de Prince de la Jeunesse, et est Consul trois fois (en 318, 321 et 324). Il est alors envoyé à Augusta Treverorum d’où il supervise, avec le préfet du prétoire Bassus, la défense de la frontière du Rhin jusqu’en 323 et remporte des victoires contre des envahisseurs Alamans (318) et Francs (319). En mars 321 (ou janvier 322), il retourne à Sirmium où il épouse une certaine Helena qui lui donnera un fils l’année suivante. Avec le début de la seconde guerre civile contre Licinius, il rejoint les troupes de Constantinus et dirigera la flotte romaine lors des batailles navales de l’Hellespont. En juillet 324, alors que Constantinus fait le siège de Byzance, Crispus affronte la flotte de Licinius, plus de deux fois supérieure en nombre. Toutefois, la manœuvrabilité d’une flotte plus compacte joua à son avantage et it réussit à mettre l’amiral Abantus en déroute. Celui-ci regroupa ses forces, permettant aussi à Crispus d’obtenir du renfort de la mer Égée, et les deux flottes s’affrontèrent à nouveau le lendemain près de Gallipoli. Cette fois-ci une tempête aida Crispus à anéantir complètement la flotte de Licinius, permettant à Constantinus de passer en Asie Mineure et de vaincre Licinius définitivement à la bataille de Chrysopolis en septembre 324. 

Étrangement, il est le seul fils de Constantinus à n’avoir jamais été Auguste (empereur) car il est mort dans des circonstances mystérieuses quelques années plus tard. En effet, à la fin de l’été ou à l’automne 326, Constantinus fait exécuter à Pula (en Istrie), à quelques mois d’intervalle, Licinius II (le jeune fils de Licinius et neveu de Constantinus), son fils Crispus et sa propre épouse Fausta! Il n’est pas clair si il y a un lien entre ces trois assassinats car les sources contemporaines n’en disent rien. Selon des sources plus tardives (Zosimus et Zonaras), Crispus aurait été accusé d’adultère par sa belle-mère, Fausta, après qu’il ait refusé ses avances. Il est toutefois aussi possible que Crispus ait comploté contre son père ou que Constantinus ait simplement été jaloux de la popularité de son fils… Quoiqu’il en soit, Crispus et toute sa famille se sont vu imposé la damnatio memoriae (en fait les romains parlaient plutôt de abolitio nominis) et disparurent de l’Histoire à jamais…

Je n’ai que deux pièces de monnaie de Crispus.

IMG_0886-0896La première est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 mm, 3.047 g, payé environ $7, dépôt vert pâle; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du césar lauré et drapé à gauche avec un globe et un sceptre dans la main gauche et une mappa dans la main droite, avec l’inscription latine D[OMINVS] N[OSTER] FL[AVIVS] IVL[IVS] CRISPVS NOB[ILISSIMVS] CAES[AR] (“Notre Seigneur Flavius Julius Crispus Très Noble César”). Le revers illustre une place forte (constituée de six niveaux et d’une grande ouverture [sur trois niveaux?] qui n’a pas de porte) surmontée de trois tourelles, avec l’inscription latine PROVIDEN-TIAE CAESS[ARVM] (le double “S” équivaut à un duorum implicite; “[Dédié] à la prévoyance des deux césars“), un SMH𝚪 en exergue (marque de la troisième officine [gamma] de l’atelier d’Héraclée [Sacra Moneta Heraklea]) et un point (•) dans le champs droit.

D’après le RIC (Bruun P.M., Ed. by Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. VII: Constantine and Licinius (313-337). London: Spink & Son, 1966, p. 534-536, 546), cette pièce aurait été frappée par la troisième officine de l’atelier d’Héraclée vers 318-320 EC.

On note que c’est une pièce rare (r2 = sept à dix pièces connues avec ce type). Je remarque également que ce type illustre une place forte (“camp gate”) avec trois tourelles. On se souvient que la semaine dernière j’ai présenté une pièce de Constantinus qui illustrait une place forte surmonté de deux tourelles entourant une étoile. Les spécialistes ont beaucoup spéculé sur la signification de ces tourelles et on semble maintenant s’entendre sur le fait qu’elles représentent des signaux lumineux utilisant une sorte de brasero où l’on allume un feu pour signaler l’approche d’un ennemi. L’étoile au milieu de deux tourelles pourrait donc représenter trois tourelles dont celle du milieu est allumée. La représentation que nous avons ici illustre donc trois tourelles tous feux éteint. Comme je l’ai expliqué la semaine dernière, cette représentation, conjointement avec l’inscription Providentia, exprime l’idée qu’il n’y a rien à craindre d’une possible invasion barbare car l’empereur et ses césars sont vigilants et que les frontières sont bien gardées.

Sources: Wikipedia (Crispus [FR/EN]), Google, FAC (Crispus, Conspiracy Theory, Heraclea, mappa, scepter), ERIC (Crispus); RIC v. VII: 30; Sear RCV (1983): 3823; CoinTalk, FAC, WildWinds (description erronée: image 1, image 2). Voir aussi ma fiche.

IMG_0899-0908La deuxième pièce est un beau follis réduit (AE3, VG [Very Good], AE [Bronze], 18 x 19 mm, 3.362 g, payé environ $6 le 1985/04/14, patine grisâtre, flan craqué à 30º; die-axis: ↑↓). L’avers nous montre un buste du césar casqué et cuirassé à gauche, avec l’inscription latine CRISPVS – NOBIL[ISSIMVS] C[AESAR] (“Crispus Très Noble César”). Le revers illustre un autel (cippus) inscrit d’un VOT-IS XX (Votis Vicennalibus = “Voeux pour le vingtième [anniversaire de règne]”) sur trois lignes, surmonté d’un globe céleste et de trois étoiles (❋❋❋), avec l’inscription latine BEATA TRA-NQVILLITAS (“Tranquillité bénie ou heureuse”), avec un PLON en exergue (marque de la première officine [P = Primus] de l’atelier de LONdinium) et les lettres P / A dans le champs de part de d’autre (une marque de séquence?).

Selon le RIC (op. cit., pp. 96, 110), cette pièce aurait été frappée par la première et unique officine de l’atelier de Londinium (Londres) en 321.

Sur la Beata Tranquillitas, le RIC (op. cit., pp. 20-42) nous apprend que ce type de revers était très prolifique, qu’il était associé à une grande variété de portrait d’avers (où l’aspect militaire était dominant) et que, due à de grandes similitudes, cette émission des ateliers de Londinium, Lugdunum et Augusta Treverorum a certainement été coordonnée par un seul officier monétaire. Il ajoute que le type de la Beata Tranquillitas, loin d’être une simple abstraction philosophique, était l’expression de l’espoir que les campagnes de Crispus contre les Alamans (en 318) et de Constantinus contre les Sarmates (à l’été 322) préserveraient la paix et l’ordre sur la frontière du Rhin.

Sources: Wikipedia (Crispus [FR/EN]), Google, FAC (Crispus, Beata Tranquillitas, cippus, Conspiracy Theory, Votis XX), ERIC (Crispus); RIC v. VII: 211; CoinArchives, CoinProject, vcoins, WildWinds (text1, image1; text2, image2). Voir aussi ma fiche.

Ces deux pièces de Crispus nous offrent des types de revers qui ne font que reprendre les revers de son père, Constantinus. Le motif de la place forte était très présent sous Constantinus. De même, le VOTIS XX sur la deuxième pièce ne peut en aucun cas faire référence à Crispus (qui n’est alors césar que depuis trois ans [317]), même d’une façon anticipée, et doit donc être interprété comme des voeux pour le vingtième anniversaire de règne de son père, Constantinus. Ces deux types — place forte + Providentia et Beata Tranquillitas [paix sous les cieux étoilés = “il est minuit bonne gens et il n’y a rien a signaler“ ? 😉 ] — font partie de la propagande impériale qui vise à rassurer le peuple sur la sécurité des frontières.

Je note que dans les deux cas, le portrait de l’avers est à gauche alors que la grande majorité des portraits sur les monnaies sont généralement à droite. J’ignore ce que cette différence peut signifier et si cela a de l’importance. Cela mériterait sans doute d’être étudié… Toutefois, le caractère militaire de ces pièces (la place forte, le portrait casqué) nous présente le césar clairement comme un guerrier et il était, après tout, un militaire expérimenté, talentueux et, de surcroit, aimé du peuple. Est-ce pour cette raison qu’il a été perçu par son père comme une possible menace et que Constantinus a éliminé son propre fils? On ne peut que spéculer et c’est pourquoi plusieurs théories de conspirations ont prit naissance sur ce sujet.

La semaine prochaine nous aborderons un autre fils de Constantinus, Constantinus II, dont j’ai une douzaine de pièces et que je traiterai en plusieurs parties.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 59

Bellum falsi solis: Heliopsis contra helianthus !

Lorsque je vous ai parlé des Hélianthes l’an dernier, j’ai mentionné qu’il y avait deux espèces dans le parc qui étaient très similaires aux tournesols. J’aimerais y revenir brièvement et profiter de l’occasion pour parader un peu les nouvelles capacités du iPhone 13 Pro (excellente qualité de photo et macro).

[ iPhone 13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2021/10/1 ]

Le premier exemple est la Heliopsis helianthoides (Héliopsis faux-hélianthe aussi appelé en anglais “Oxeye Sunflower” ou “False Sunflower”). Tout comme les hélianthes, cette plante herbacée vivace fait partie de la division des Magnoliophyta (ou Angiospermae, i.e. les plante à fleurs), de la classe des Magnoliopsida (ou Dicotyledonae), de l’ordre des Asterales et de la famille des Asteraceae (les fleurs “composées”) mais elle appartient à un genre différent, les Heliopsis (qui inclus environ dix-huit espèces). Originaire d’Amérique du Nord, elle est caractérisée par des feuilles dentées de forme ovale ou lancéolée et par des capitules composites coniques formés à la périphérie de fleurons ligulés jaunes de deux à quatre centimètres (les “pétales”, qui persistent contrairement à ceux du tournesol qui flétrissent et tombent) et au centre de fleurons discaux de couleur jaune ou brunâtre. C’est une plante rhizomateuse qui peut atteindre de quarante à cent-cinquante centimètres de hauteur. Le nom, provenant du grec (helios / soleil et opsis / apparence), signifie d’une part “qui a l’apparence du soleil” et d’autre part (helianthoides) similaire à l’hélianthe. C’est une belle plante ornementale qui attire aussi les papillons. 

[ iPhone 13 Pro, Parc Frédéric-Back, 2021/10/4 ]

L’Helianthus tuberosus (Topinambour, qui est aussi appelé en anglaisJerusalem artichoke” ou “wild sunflower”), quand à elle, est du même genre que le tournesol, helianthus (où l’on retrouve vingt-quatre espèces et, bien sûr, plusieurs hybrides). Cette plante herbacée vivace peut atteindre de deux à trois mètres de hauteur et est caractérisé par des feuilles lancéolées, dentées et alternes (de dix à vingt-cinq centimètres de long), des capitules plats de cinq à dix centimètres de diamètre formés de dix à vingt fleurons ligulés jaunes (pétales, qui sont plus long que pour l’Héliopsis) en périphérie et de plus d’une soixantaine de fleurons tubuleux jaune-brun au centre, ainsi que par ses rhizomes tubérisés qui ressemblent un peu au gingembre. Elle s’apparente à plusieurs autres variétés d’hélianthes (avec lesquelles elle peut donc être confondue), particulièrement l’Hélianthi (Helianthus strumosus) et le tournesol vivace (Helianthus laetiflorus).

Originaire d’Amérique du Nord, elle a eut un rôle important dans la culture des autochtones qui l’utilisaient comme fourrage et légume. Samuel de Champlain en a fait la découverte lors de ses voyages (voir les citations plus bas) et il la partagea à Port-Royale avec Marc Lescarbot et Jean de Poutrincourt qui ramenèrent cette “truffe du Canada” en Europe après l’échec de la colonie en 1607. Son nom scientifique signifie “fleur de soleil” tubéreuse (du grec hêlios / soleil et anthos / fleur) en référence à ses grandes fleurs jaunes qui évoquent l’astre solaire. Ses noms communs origine tous d’une méprise: le nom français de “Topinambour” résulte d’une association erroné avec la tribu brésilienne des Tupinambas et le nom anglais de “Jerusalem Artichoke” provient de la déformation de girasole, le nom italien du tournesol. 

C’est une belle plante ornementale mais qui est aussi cultivée pour ses tubercules comestibles. Ceux-ci peuvent être consommé cru, fermenté ou cuit et leur saveur s’apparente à l’artichaut. Comme la patate, ils peuvent être pilé ou moulu en farine mais au lieu de l’amidon elles contiennent de l’inuline (un glucide polysaccharides qui n’affecte pas la glycémie mais peu provoquer des flatulences!) et sont riches en vitamines et minéraux. (Sources: Wikipedia et divers sites horticoles)

“Nous vinsmes mouiller l’ancre jusques à Saincte Croix, distante de Québec de quinze lieues; c’est une poincte basse, qui va en haulsant des deux costez. Le pays est beau & uny, & les terres meilleures qu’en lieu que j’eusse veu, avec quantité de bois, mais fort peu de sapins & cyprès. Il s’y trouve en quantité des vignes, poires, noysettes, cerises, groiselles rouges & vertes, & de certaines petites racines de la grosseur d’une petite noix ressemblant au goust comme truffes, qui sont très-bonnes rôties & bouillies. Toute ceste terre est noire, sans aucuns rochers, sinon qu’il y a grande quantité d’ardoise; elle est fort tendre, & si elle estoit bien cultivée, elle seroit de bon rapport.” [23 juin 1603] — Des sauvages ou Voyages de Samuel Champlain (1603), livre premier, chap. VI (p. 26).

“Le lendemain nous fusmes voir leur habitation avec nos armes, & fismes environ une lieue le long de la coste. Devant que d’arriver à leurs cabannes, nous entrasmes dans un champ semé de bled d’Inde, à la façon que nous avons dit cy-dessus. Il estoit en fleur, & avoit de haut 5 pieds & demy, & d’autre moins advancé, qu’ils sement plus tard. Nous veismes aussi force feves de Bresil, & des citrouilles de plusieurs grosseurs, bonnes à manger; du petum & des racines qu’ils cultivent, lesquelles ont le goust d’artichaut. Les bois sont remplis de chesnes, noyers, & de très beaux cyprés, qui sont rougeastres, & ont fort bonne odeur. Il y avoit aussi plusieurs champs qui n’estoient point cultivez, d’autant qu’ils laissent reposer les terres; & quand ils y veulent semer, ils mettent le feu dans les herbes, & puis labourent avec leurs besches de bois. Leurs cabannes sont rondes, couvertes de grosses nattes faites de roseaux, & par en haut il y a au milieu environ un pied & demy de descouvert, par où fort la fumée du feu qu’ils y font.“ [21 juillet 1605] — Les Voyages du sieur de Champlain (1613), livre premier, chap. VIII (p. 66).

Les extraits cités proviennent de Oeuvre de Champlain, vol. 1 (présenté par G.-É. Giguère). Montreal: Éditions du Jour, 1973. Le texte est également disponible en ligne sur le Project Gutenberg.

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.279]