Les Théodosiens (1)

Theodosius I (379-395 EC)

Flavius Theodosius (couramment appelé Théodose I en français) est né le 11 janvier 347 en Hispanie (soit à Cauca ou Italica) et est le fils du fameux général Theodosius Major qui s’est illustré mainte fois sous le règne de Valentinianus. Il passe sa jeunesse sur le domaine familiale en Hispanie. Il entreprend ensuite une carrière militaire en 368 auprès de son père. Ainsi, il participe aux campagnes militaires de Bretagne (368-69), sur le Rhin contre les Alamans (370) et sur le Danube contre les Sarmates (372-73). En 374, il reçoit le commandement militaire (Dux) de la province de Mésie (Mœsia prima) et, pendant que son père met fin à la rébellion de Firmus en Afrique, il repousse une invasion de Sarmates en Pannonie. Toutefois, à la mort de Valentinianus en novembre 375, son père est victime des purges organisées par ses successeurs et il est exécuté à Carthage. Tombé en disgrâce, Theodosius se retire sur son domaine d’Hispanie. Gratianus, regrettant peut-être l’exécution de son père, le rappel peu de temps après et dès 377 il retrouve son commandement militaire sur la frontière Danubienne. Et lorsque Valens meurt au cours de la désastreuse bataille d’Andrinople en août 378, c’est Theodosius qui est choisi, faute de meilleurs candidats, pour le remplacer à la tête de l’Empire d’Orient.

Sa première préoccupation est de repousser l’invasion des Goths et de stabiliser les frontières. Avec l’aide de Gratianus il met un frein à l’avance des Goths à l’automne 380. Puis, en janvier 381, le chef Athanaric viens présenter sa capitulation à Constantinople et un accord de paix est signé en octobre 383. En échange de l’obligation de défendre la frontière contre d’autres vagues d’envahisseurs, les Goths obtiennent le droit de s’établir au sud du Danube en Pannonie, en Mésie et en Thrace. Beaucoup d’historiens considèrent que ce fut une erreur d’installer sur la frontière des barbares fédérés et de leur laisser ainsi l’autonomie car en gardant leur culture et ne s’assimilant pas au monde romain, ils ont constitué l’un des facteurs qui ultimement contribua à la chute de l’Empire Romain d’Occident. 

Theodosius tourne ensuite son attention sur la frontière Orientale où il tente d’appliquer une tactique similaire. Comme la situation politique en Occident devenait préoccupante et que les ressources militaire lui manquent, il est probablement pressé de faire la paix avec les Perses Sassanides. Il envoie donc une ambassade auprès de la cour de Chapour III en 384 (un accord sera éventuellement signé en 387 sur la partition de l’Arménie qui s’avèrera plus favorable aux Sassanides). Il est donc maintenant libre de se rendre à Mediolanum pour venir en aide à Valentinianus II. Au début de 383, Magnus Maximus s’était déclaré empereur en Bretagne, avait vaincu et tué Gratianus à Lugdunum en août et maintenant menaçait Valentinianus II. À l’été 384, Theodosius se rend en Italie pour négocier un accord de paix entre l’usurpateur et le jeune empereur d’Occident (qui n’a que douze ans et est sous la tutelle de sa mère Justina) où ce dernier conserve le contrôle de l’Italie. Malheureusement, en 387, Maximus brise la paix, envahit l’Italie et prend Rome, forçant Valentinianus II et sa mère à se réfugier à Thessalonique. Theodosius quitte à nouveau Constantinople avec ses armées pour reprendre l’Italie, vaincre Maximus à la bataille de la Save (près de Siscia), le poursuivre jusqu’à Aquileia où il est finalement capturé et exécuté à la fin d’août 388. Après avoir rétablit Valentinianus II au pouvoir, il retourne à Constantinople en 391. Toutefois, le jeune empereur d’Occident ne fera pas long feu puisqu’après une dispute avec son général Arbogast, il est retrouvé mort le 15 mai 392.

En août, les troupes acclament comme empereur d’Occident un grammairien nommé Eugenius. Theodosius désapprouve de ce choix et en profite pour nommer son fils Honorius à la place. Il lance une fois de plus ses armées vers l’Occident pour déloger l’usurpateur qu’il vainc à la bataille du Frigidus le 6 septembre 394. Il contrôle maintenant les deux partie de l’Empire et peut ainsi instaurer sa propre dynastie. Il n’en profitera malheureusement pas longtemps car, souffrant d’un œdème sévère, il meurt à Mediolanum le 17 janvier 395. Après des funérailles en février, son corps est rapatrié à Constantinople en novembre où il est divinisé et enterré dans un sarcophage de porphyre à l’église des Saints-Apôtres.

Son règne aura duré près de seize ans. Et même si il a été un bon administrateur, un patron des arts et qu’il a fait construire de nombreux monuments, il n’en reste pas moins que les incessantes campagnes militaires ont appauvri l’Empire. On blâme sa politique de consolidation des frontières et sa politique dynastique pour avoir contribué à affaiblir l’Empire et à le mener vers un déclin inévitable. On le blâme également pour le massacre de Thessalonique en avril 390 où, suite à l’arrestation d’un aurige populaire qui causa une émeute et la mort d’un officier romain, l’armée massacra une partie de la population de la ville. Toutefois, ce que l’Histoire retient de lui c’est surtout sa politique religieuse. Fervent nicéen, il promulge en 380, en accord avec Gratianus, l’Édit de Thessalonique qui déclare l’orthodoxie nicéenne (qui professe la Consubstantialité de la Sainte Trinité) comme seule religion officielle de l’Empire. En conséquence, l’arianisme n’est plus considéré “catholique”, et le paganisme est fortement persécuté — les cultes païens sont même interdits et leurs temples détruits! À Alexandrie en 415, une des conséquences de l’Édit fut une émeute où la néoplatonicienne Hypatie fut assassinée par la foule et la bibliothèque d’Alexandrie incendiée (enfin, c’est l’une des théories sur la destruction de la bibliothèque, brillamment illustrée dans le superbe film Agora, réalisé par Alejandro Amenábar en 2009).

IMG_8297-8298Je n’ai qu’une seule pièce de monnaie de Theodosius et c’est une belle petite dénomination [nummus minimus] (VG [Very Good], AE4, AE [Bronze], 12 x 13 mm, 1.533 g, payé $15, caractérisé par une patine brun pâle, presque jaune, avec quelques dépôt de vert-de-gris sur le revers; die-axis: ↑↓). L’avers présente un buste de l’empereur drapé et cuirassé à droite, portant un diadème perlé, avec l’inscription latine D[ominvs] N[oster] THEOD_OSIVS P[ivs] F[elix] AVG[vstvs] (“Notre Seigneur Theodosius, Pieux et Heureux Auguste”). Le revers illustre une Victoire avançant à gauche, tenant un trophée (Tropaeum) sur l’épaule droite et traînant un captif de la main gauche, avec l’inscription latine SALVS REI-PVBLICAE (“Le Salut de la République”), et une marque d’atelier difficilement lisible en exergue ainsi qu’un ☧ (Chi-Rho, ou Chrisme, qui forme les initiales grecques X P pour Χριστός / Christ; il pourrait également s’agir d’un staurogramme formé des lettres TauRhô, pour évoquer la Croix) dans le champs gauche (marque de séquence?).

Pour ce qui est de la marque d’atelier, d’après le RIC (Pearce J.W.E., Edited by Mattingly H., Sutherland C.H.V. & Carson R.A.G., The Roman Imperial Coinage vol. IX: Valentinian I – Theodosius I. London: Spink & Son, 1951, pp. xli, 308-10, 321, 326), ce type précis de revers (Salvs ReiPvblicae, avec Victoire traînant un captif, et le Tau-Rhô dans le champs gauche) a malheureusement été frappé dans pas moins de huit ateliers différents. La marque pourrait donc être soit ALE[A/B/𝚪/𝚫] pour Alexandrie (RIC IX: 20b/23a [pp. 303-04]), soit ANT[B/𝚫] pour Antioche (RIC IX: 67b/70a [pp. 293, 295], soit AQ[P/S/B] pour Aquilée (RIC IX: 58b [p. 106], soit CONS[A/B] pour Constantinople (RIC IX: 86b/90a [pp. 234, 236], soit SMK[A/B/𝚪/𝚫] pour Cyzique (RIC IX: 26b/30b [pp. 246-47]), soit SMNA pour Nicomédie (RIC IX: 45b/48a [pp. 362-63]), soit R[P/T/Q/Є] ou R•[P/T/Q] pour Rome (RIC IX: 64b [p. 133], ou encore TES[A/B/𝚫] pour Thessalonique (RIC IX: 65b [p. 188]). Ma lecture initiale avait été AQP (pour la première officine de l’atelier d’Aquilée) mais maintenant je pencherais plus pour SMNA (première officine de l’atelier de Nicomédie). Dans l’ensemble, cette pièce aurait donc été frappé durant la période entre le 28 août 388 EC et le 17 janvier 395 EC.

Sources: Wikipedia (Theodosius [FR/EN]), FAC (Theodosius, Chi Rho, Christogram, Tropaeum, Victory), ERIC (Theodosius); RIC v. IX (voir les références dans le texte); Sear RCV (1983): 4088; Online Ref.: Google, acsearch, CoinArchives, numismatics, numista, r5coins, WildWinds (Antioch: text, image; Constantinople: text, image). Voir aussi ma fiche.

L’existence de petite dénomination comme ce nummus minimus démontre bien l’état grave de l’économie qui mène à une nouvelle dévaluation monétaire. C’est également le retour de l’insécurité qui, malgré une stabilisation temporaire des frontières, menace la paix sociale. La propagande impériale promet donc au peuple “le salut de l’État” avec une image de la Victoire traînant un prisonnier qui représente à la fois le barbare terrassé et l’usurpateur vaincu pour mettre fin à la guerre civile. Elle en profite même pour rappeler aux citoyens que le Christianisme est maintenant la seule religion d’État (gare aux méchants païens!). Cette pièce incarne donc parfaitement tant les politiques économiques, militaires que religieuses de Theodosius.

La semaine prochaine nous abordons le fils de Theodosius, Arcadius, et concluons le règne de la dynastie Théodosienne.

Voir l’index des articles de cette chronique.

[ Translate ]

Monnaies anciennes 74

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s