Demain les chats

DemainLesChats-covAprès la guerre et l’épidémie, qui des chats ou des rats gagnera le pouvoir et le savoir des humains ?

À Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui peut se brancher sur Internet grâce à une prise USB greffée au sommet de son crâne. Ces deux-là se rencontrent et se découvrent alors que le monde des humains s’embrase.

Les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine… et éviter que l’effrayant Cambyse ne mène les rats à la conquête du monde.

Après le succès de Demain les chats de Bernard Werber, Bastet et Pythagore s’incarnent en bande dessinée pour gagner la guerre contre la barbarie.”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Bastet fait la connaissance de son nouveau voisin, Pythagore: un ancien chat de laboratoire devenu intelligent qui peut s’interfacer avec l’internet et ainsi en apprendre beaucoup sur les humains. Bastet a toujours été intéressé à la communication inter-espèces mais ne semble pas avoir beaucoup de succès avec sa “servante”, Nathalie. À travers leurs points de vues, nous voyons la situation en France dégénéré de terrorisme (avec une référence à l’attentat contre Charlie Hebdo) à guerre civile, puis une grave épidémie finit d’anéantir la civilisation. La ville de Paris semble maintenant sous le contrôle des rats. Seule une petite poignée d’humains semble avoir survécu mais, avec l’aide de Pythagore et de Bastet, ils s’organisent et assemblent une armée de chats qui tentera de sauvegarder la civilisation humaine…

Demain les chats est une bande dessinée scénarisée par Pog et illustrée par Naïs Quin qui adapte le roman de Bernard Werber. Je n’ai pas lu le roman mais cela me semble assez fidèle à l’histoire originale. C’est définitivement un clin d’oeil à Demain les chiens (City) de Clifford D. Simak où un robot et des chiens parlants veillent sur une civilisation post-humaine.

Le dessin me rappel un peu le style un peu brouillon de Joann Sfar mais en plus agréable à l’oeil. Ce n’est certes pas mon style préféré mais on s’y habitue rapidement et cela demeure un support très efficace à la narration. C’est une belle histoire de survie qui, même si elle fait allusion aux aspects les plus sombres de l’humain, offre tout même un peu d’optimisme à la fin. C’est donc un excellent récit post-cataclysmique que je ne peux que recommender.

Demain les chats, par POG (adaptation & dialogues), Naïs Quin (dessin & couleur) et Bernard Werber (récit original). Paris: Albin Michel, avril 2021. 144 pages, 20 x 28 cm, 18,90 € / $C 29.95, ISBN 978-2-226-44930-6, Pour lectorat adolescent (14+). stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Werber, Pog, Quin. © Éditions Albin Michel 2021.

[ Translate ]

Blue Period Vol. 1-3

BluePeriod-1-covVol. 1

Yatora est un lycéen studieux à qui tout réussit. Pourtant, il ressent depuis toujours une impression de vide en lui. Jusqu’au jour où, par hasard, il tombe sur un tableau qui le subjugue littéralement… Très vite, Yatora réalise que peindre est le seul moyen de faire passer ses émotions et de se révéler. Cet événement le pousse à se livrer corps et âme à la peinture pour tenter le concours d’entrée de la plus sélective des écoles de Beaux-arts !

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 1, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), janvier 2021. 228 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811645380, Pour lectorat adolescent (12+). stars-4-0

BluePeriod-2-covVol. 2

Yatora avait décidé de poursuivre des études prestigieuses pour répondre aux exigences de son entourage. Mais pour assouvir la frénésie dévorante du désir qu’il ressent en dessinant, il vise d’intégrer la prestigieuse université des Arts de Tokyo. Est-il prêt à sortir de sa zone de confort, à se confronter au regard des autres, à des talents accablants et, surtout, à surmonter sa peur d’échouer ?

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 2, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mars 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811660284, Pour lectorat adolescent (12+). stars-4-0

BluePeriod-3-covVol. 3

“À deux mois des concours d’admission, le niveau monte, et Yatora se sent bloqué par son manque d’expérience. Heureusement, Mme Saeki, sa professeure du club d’Arts plastiques, Mme Ooba, qui le suit en cours de prépa, et Mori sont là pour le soutenir et lui ouvrir les yeux. Galvanisé, le jeune lycéen se lance alors dans la réalisation d’une toile aussi grande que celle que Mori avait utilisée pour son tableau des anges. Sa rage de peindre aura-t-elle raison de l’entreprise colossale dans laquelle il s’est lancé ?

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Blue period vol. 3, par Tsubasa Yamaguchi. Vanves: Pika (Coll. Seinen), mai 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 16.99, ISBN 9782811660970, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Blue period (ブルーピリオド / Burū Piriodo) est un manga Seinen sur la peinture écrit et illustré par Tsubasa Yamaguchi qui est sérialisé depuis juin 2017 dans Monthly Afternoon et a été compilé jusqu’à maintenant en onze volumes chez Kōdansha. La version anglaise est publiée aux USA par Kodansha (cinq volumes de disponible, le sixième sortira en février 2022) et la version française est disponible chez Pika (six volumes de paru en France et le septième sortira en janvier 2022). Il a remporté plusieurs prix en 2020 (le Manga Taishō et le Kōdansha manga shō; nominé aussi pour le Tezuka Osamu bunka shō) et a été adapté en une série télévisée d’animation en 2021 (dix épisodes animé par le studio Seven Arcs sous la direction de Koji Masunari et Katsuya Asano, sur un scénario de Reiko Yoshida; diffusée sur MBS, TBS, AT-X et sur Netflix).

Yatora Yaguchi est un peu voyou mais il travaille fort et réussi très bien en classe. Toutefois, son existence le laisse insensible, du moins jusqu’à ce qu’il se retrouve par hasard au club d’art et qu’une toile peinte par une collègue étudiante le bouleverse. Fasciné par le monde de l’art, il découvre qu’il peut dessiner et ainsi exprimer des émotions ou des idées qui échappent à la parole. Il se joint donc au club. Il compense son manque de talent par un excès de pratique et décide qu’il visera les Beaux-Arts pour le collège (mais publique car ses parents ne peuvent pas payer pour une université privée). Pour se préparer pour le concours d’admission il suit des cours du soir. Le récit se tisse autour de son évolution artistique, de ses relations avec ses copains voyous d’une part et ses collègues de classe d’art d’autre part — dont certains sont plutôt colorés: la talentueuse Mori, le travesti Ryûji ou le solitaire Yotasuke. 

J’aime bien les mangas écrit par des femmes. En général, on y retrouve une plus grande sensibilité et les sujets sont souvent plus intéressants. Tsubasa Yamaguchi n’est pas très connue car elle n’a publié que quatre titres et le seul autre à être traduit est She and her cat (彼女と彼女の猫 / Kanojo to Kanojo no Neko; sérialisé entre février et mai 2016 dans Monthly Afternoon, compilé en un seul volume et traduit en anglais chez Kodansha) qui adapte en manga le court métrage noir & blanc d’animation de Makoto Shinkai. Je trouve son style de dessin plutôt moyen (les visages des personnages sont parfois un peu bizarres) mais j’adore le fait qu’elle utilise des tableaux existants pour illustrer les travaux des personnages (réalisé par des assistants ou des collègues artistes). Le récit, quant à lui, est excellent et nous fait peu à peu découvrir le monde de l’art. Dans l’ensemble c’est un très bon manga qui nous offre une lecture agréable et mérite un coup d’oeil.

J’ai aussi visionné l’adaptation animé et j’ai trouvé cela excellent. L’animation exprime très bien le contenu du manga. Si vous avez Netflix et êtes un peu paresseux, vous pourriez simplement vous en tenir à visionner l’anime.

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNel liganWikipediaWorldCat ]

© 2017-2018 Tsubasa Yamaguchi.

[ Translate ]

The Invisible Library series v. 5-7

The Mortal Word

InvisibleLibrary-5-MortalWord-covIn the latest novel in Genevieve Cogman’s historical fantasy series, the fate of worlds lies in the balance. When a dragon is murdered at a peace conference, time-travelling Librarian spy Irene must solve the case to keep the balance between order, chaos… and the Library.

When Irene returns to London after a relatively straightforward book theft in Germany, Bradamant informs her that there is a top secret dragon-Fae peace conference in progress that the Library is mediating, and that the second-in-command dragon has been stabbed to death. Tasked with solving the case, Vale and Irene immediately go to 1890s Paris to start their investigation.

Once they arrive, they find evidence suggesting that the murder victim might have uncovered proof of treachery by one or more Librarians. But to ensure the peace of the conference, some Librarians are being held as hostages in the dragon and Fae courts. To save the captives, including her parents, Irene must get to the bottom of this murder–but was it a dragon, a Fae, or even a Librarian who committed the crime?” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 5: The Mortal Word, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), November 2018. 448 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 17.00, ISBN 9780399587443, For YA readers (14+). stars-3-0

The Secret Chapter

InvisibleLibrary-6-SecretChapter-covTime-travelling, dimension-jumping, Librarian-spy Irene and dragon-prince Kai will have to team up with an unlikely band of misfits to pull off an amazing art heist—or risk the wrath of a dangerous villain with a secret island lair.

A Librarian’s work is never done, and Irene is summoned to the Library. The world where she grew up is in danger of veering deep into chaos, and she needs to obtain a particular book to stop this from happening. Her only choice is to contact a mysterious Fae information-broker and trader of rare objects: Mr. Nemo.

Irene and Kai make their way to Mr. Nemo’s remote Caribbean island and are invited to dinner, which includes unlikely company. Mr. Nemo has an offer for everyone there: he wants them to steal a specific painting from a specific world. But to get their reward, they will have to form a team, including a dragon techie, a Fae thief, a gambler, a driver, and the muscle. Their goal? The Kunsthistorisches Museum in Vienna, in an early twenty-first-century world, where their toughest challenge might be each other.” [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 6: The Secret Chapter, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), January 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804761, For YA readers (14+). stars-4-0

The Dark Archive

InvisibleLibrary-7-DarkArchive-covA professional spy for a mysterious Library which harvests fiction from different realities, Irene faces a series of assassination attempts that threaten to destroy her and everything she has worked for.

Irene is teaching her new assistant the fundamentals of a Librarian’s job, and finding that training a young Fae is more difficult than she expected. But when they’re the targets of kidnapping and assassination attempts, she decides that learning by doing is the only option they have left … 

In order to protect themselves, Irene and her friends must do what they do best: search for information to defeat the overwhelming threat they face and identify their unseen enemy. To do that, Irene will have to delve deeper into her own history than she ever has before, face an ancient foe, and uncover secrets that will change her life and the course of the Library forever.”  [Text from the publisher’s website ; see also the backcover]

The Invisible Library 7: The Dark Archive, by Genevieve Cogman. New York: ROC (New American Library, imprint of Penguin Random House), December 2020. 352 pages, 8.25 x 5.5 in., $US 16.00, ISBN 9781984804785, For YA readers (14+). stars-3-5

>> Please, read the warning for possible spoilers <<

This is a fantasy series by British author Genevieve Cogman about a secret library hidden in-between worlds with doors opening to an infinite variety of parallel dimensions. Its librarians are “stealing” rares books and manuscripts from each of those worlds in order to create a link with them and preserve the balance between order and chaos. The universe is engulfed in an eternal war of influence between the Fae (the agents of chaos) and the dragons (the agents of order). Humans inhabiting those worlds are only pawns in their hands. Such a setting allows for a story that goes beyond the traditional genres of literature, as it both in turn fantasy, science-fiction, mystery or even cyberpunk ! I have commented on the first four volumes last summer.

With a long series like this one you would expect it to become repetitive or even stale after a while, but it is not the case. The author always find ways to bring new captivating intrigues and adventures, whether it is by having the cast of characters protecting a peace conference in “la Belle Époque” Paris against an entire new enemy in book five, or having them to steal a painting in Vienna’s Kunsthistorisches Museum in book six or having to fight not one but three old enemies underneath Barcelona’s Sagrada Familia Basílica all the while having to train a new apprentice in book seven, the stories always feel fresh. With each episode the character are growing and we learn more about their backgrounds (what are the fae? Who are the dragons?), particularly about the mysterious childhood origin of the main character, librarian Irene Winters.

It is easy to read, always captivating and quite well written. I strongly recommend it to everyone who likes adventures and books ! I have also discovered that the 8th book of the series, “The Untold Story”, is coming out on December 28th, 2021 !!! I can’t wait to see where the story is going after the big revelations of the last two books…

For more information you can check the following websites:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Genevieve Cogman, 2018-2020.

[ Traduire ]

Feuilletage automnal

Voici quelques livres que j’ai emprunté à la bibliothèque et feuilleté sans avoir eut le temps de les lire complètement mais que je recommande néanmoins très fortement. Par ordre alphabétique inverse…

Unbeaten track in Japan 

UnbeatenTracksInJapan-CovJ’ai déjà parlé de cet ouvrage mais à cette époque je n’avais à ma disposition qu’une version électronique (disponible sur le Projet Gutenberg) qui ne contenait aucune illustration ou index. Je l’ai donc fait acheté par ma bibliothèque, où il est maintenant disponible, et je vous le recommande grandement si les récits d’aventures ou l’histoire du Japon de l’époque Meiji vous intéresse.

J’ai découvert Isabella Bird par la lecture du manga Isabella Bird, Femme Exploratrice, par Taiga Sassa, publié en français chez Ki-oon. Ayant trouvé ce manga tout à fait fascinant et sachant qu’il était basé sur les écrits de cette véritable aventurière Britannique, j’ai voulu en apprendre plus en lisant le texte original.

Cette ouvrage est la réplique exacte de l’édition de 1911 (originalement publié par John Murray en 1885). Le texte de la couverture arrière nous apprend que “Isabella Bird, fille d’un pasteur de campagne, s’était fait dire par son médecin que voyager soulagerait ses problèmes de santé (maux de dos et dépression). Elle suivit ce conseil sans demi-mesures en se lançant dans des excursions vers les régions les plus reculées de l’Ouest américain, de la Malaisie, du Kurdistan, de la Perse, du désert marocain, de la Chine, et même du Japon. À peine dix ans après que ce dernier ait commencé à s’ouvrir à l’Occident, Bird entreprend de se rendre sur l’île de Hokkaido pour y rencontrer ses autochtones, les Aïnous, traversant des régions à peine connues des Japonais eux-même. Malgré son état de santé, elle parcourt plus de 1 400 milles à cheval, en pousse-pousse et à pied, suivant des sentiers de montagne sinueux et traversant d’innombrables rivières pour rencontrer des villageois dans leurs communautés éloignées et des paysans dans leurs champs. Tout au long de ce périple, l’intrépide exploratrice victorienne écrit à sa soeur et à ses amis des lettres poignantes et vivantes où elle décrit les vicissitudes de son voyage, les inconforts et les difficultés ainsi que les plaisirs et l’excitation de la découverte“. Unbeaten Tracks in Japan rassemble cette correspondance, agrémentant les descriptions de nombreux croquis et photographies par l’auteur elle-même, donnant ainsi à l’ouvrage une qualité ethnographique fascinante.

C’est déjà assez extraordinaire qu’une femme de l’Angleterre victorienne ait autant voyagé par elle-même mais cela est encore plus intéressant qu’elle ait beaucoup écrit sur le sujet et même publié une douzaine de livres où elle décrit dans les moindres détails tout ce qu’elle a vu et vécu au cours de ses périples. La plupart de ces ouvrages semblent suivre la même formule épistolaire. Toutefois, pour le moment, seul ses récits sur le Tibet (Chez les Tibétains) et l’Ouest Américains (Une anglaise au Far West) ont été traduit en français. 

J’ai bien aimé ce carnet de voyage épistolaire d’Isabella Bird au Japon mais il est malheureusement un peu laborieux à lire car il est long et composé principalement de descriptions. Je dois avouer que je n’arrêtais pas de m’endormir et que je pouvais lire à peine une dizaine de pages chaque soir (étrangement j’ai toujours trouvé que lire sur une tablette ou lecteur électronique est plus fatiguant). La lecture de ce livre était donc toute une entreprise, mais cela en valait quand même la peine car il offre une vue unique (et contemporaine) sur le Japon de l’ère Meiji. C’est un ouvrage qui intéressera donc surtout les fanatiques d’histoire japonaise ainsi que ceux qui lisent le manga et sont curieux d’en savoir plus sur Isabella Bird elle-même.

Unbeaten tracks in Japan by Isabella L. Bird. New York: Dover, 2005. 336 pages, 16 x 22 cm, $14.95 US, ISBN 9780486445151, Pour lectorat adolescent (12+). stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

Capsules

Hommage à Hayao Miyazaki

HommageAMiyazaki-covCet ouvrage est une compilation de petits articles qui forment une référence bio, biblio et filmographique sur Hayao Miyazaki, ce maître du cinéma d’animation Japonais. Le livre débute avec une filmographie de sept pages. Il se divise ensuite en cinq parties, dont la première s’intitule “L’animateur de l’enfance”. On y traite en une ou deux pages chacunes des oeuvres de Miyazaki qui s’adressent tout particulièrement à un jeune public (Horus, Prince du soleil; Panda Petit Panda; Mon voisin Totoro; Ponyo sur la falaise; Porco Rosso; Le vent se lève) ainsi que deux thématiques qui lui sont chères: l’enfance et l’aviation. Dans la seconde partie, “L’âme de Ghibli”, on traite de la création du Studio Ghibli, des collaborateurs de Miyazaki (notamment Isao Takahata, Yoshifumi Kondô, Hiromasa Yonebayashi et Aoi Hiiragi), de quelques titres produit par le studio (Si tu tends l’oreille; Le Royaume des chats; On your Mark; Histoires courtes), du travail de son fils Gorô (Les Contes de Terremer; La Colline aux coquelicots) et des produits dérivés du studio. 

Dans la troisième partie, “Le Japon en toile de fond”, on aborde le fait qu’une bonne partie de l’oeuvre de Miyazaki est profondément ancrée dans la culture Japonaise (notamment ses mythes et ses religions) et on présente en deux ou trois pages les oeuvres en question (Princess Mononoke; Le Voyage de Chihiro; Nausicaä de la vallée du vent; Kiki la petite sorcière; Le Château dans le ciel). On y parle également de son travail de mangaka (où il crée des oeuvres “plus sombre et plus adulte” qui, a quelques exceptions, n’ont pas été traduites: Le peuple du désert, Nausicaä, Imotô, Le Voyage de Shuna, L’Ère des hydravions, Notes de rêveries, Le retour de Hans, Des tigres couverts de boue, Le vent se lève, Diner dans les airs, Illusions de Westall: Une excursion à Tynemouth), de sa vision du féminisme et de la grande influence qu’il a eut sur l’animation japonaise (Nadia, le secret de l’eau bleue est basé sur une adaptation de Vingt mille lieux sous les mers que Miyazaki avait débuté pour Tōhō, mais jamais complétée, et qui fut reprise par Gainax et Hideaki Anno).

À l’opposé, dans la quatrième partie intitulé “Un imaginaire tourné vers l’Occident”, on remarque que beaucoup des titres sur lesquels Miyazaki a travaillé sont des adaptations ou sont, pour le moins, inspirées de la littérature Occidentale: Le Chat botté (Charles Perrault), Le Château de Cagliostro (Maurice Leblanc via Monkey Punch), Sherlock Holmes (Arthur Conan Doyle), Heidi (Johanna Spyri), Anne, la maison aux pignons verts (Lucy Maud Montgomery), Fifi Brindacier (Astrid Lindgren — malheureusement la version de Miyazaki ne vera jamais le jour), Les Joyeux Pirates de l’Île au trésor (Robert Louis Stevenson), Conan, le fils du futur (Alexander Key), et Le Château ambulant (Diana Wynne Jones).

Dans la dernière partie, “Hayao Miyazaki, et après?”, on nous parle du dernier projet du maître (Kimitachi wa dô ikiru ka, adaptant un livre jeunesse de Genzaburô Yoshino), de ses héritiers (notamment Hiromasa Yonebayashi et le studio Ponoc, dont le premier long métrage a été Arrietty : Le Petit Monde des Chapardeurset il ne faut pas oublier Gorô Miyazaki qui a réalisé pour NHK la série télé adaptant Ronya, fille de brigand et le long-métrage 3D de Aya and The Witch) et de ses influences françaises (Paul Grimault, Saint-Exupéry, Moebius). L’ouvrage se conclu sur un lexique et une bibliographie.

Beaucoup a déjà été écrit sur Miyazaki et cet ouvrage pourrait bien n’être qu’un livre de plus, mais j’ai bien aimé le fait qu’il soit composé de petites parties qui se lisent facilement. J’ai surtout apprécié les articles qui présentent chacune des oeuvres importantes de Miyazaki en deux ou trois pages. Ce qui est bien aussi avec ce genre d’ouvrage c’est qu’on est pas obligé de tout lire: on ne s’attarde que sur ce qui nous intéresse. Il y a plusieurs articles sur des gens (Benoit Chieux, Steve Alpert, Neil Gaiman, Isabelle Vanini, Alexis Hunot, Balak, Noë Monin) qui ont travaillé avec ou été influencé par Miyazaki et que je n’ai pas lu parce ce que ça ne m’intéressait pas. Toutefois, dans l’ensemble, c’est une très bonne référence sur — et même une introduction à — Hayao Miyazaki qui mérite d’être lue ou feuilletée.

Hommage à Hayao Miyazaki : un coeur à l’ouvrage, par Stéphanie Chaptal. Paris: Ynnis, 2020. 155 pages, 27 cm, 14.95 € / $C 24.95, ISBN 978-2-376-97131-3, Pour lectorat adolescent (12+). [Voir aussi la couverture arrière] stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2020 Ynnis Éditions.

Capsules

Guide des premiers soins pour votre chat

GuidePremiersSoinsChat-covComme beaucoup d’ouvrages du genre, celui-ci vous apprendra de façon simple et efficace à garder votre animal de compagnie en santé (voir “comment utiliser ce livre”). Il est divisé en quatre parties (voir sommaire): “Un chat en bonne santé“ (anatomie, vaccination, dressage, alimentation, etc.), “Premiers soins de base” (manipulation, nettoyage et pansage, médicament, etc.), “Premiers soins d’urgence” (réanimation, fractures, morsures, empoisonnement, etc.), et “Annexes” (répertoire des premiers soins, glossaire et index).

Ce qui fait la particularité de ce livre — et qui a attiré mon attention — c’est qu’il est bien écrit, présenté en sections claires et précises mais surtout superbement illustré de photographies, tableaux, schéma et dessins qui rendent l’information agréable et facile à assimiler. Ce n’est, bien sûr, pas un ouvrage que l’on va lire d’une couverture à l’autre d’un seul coup mais c’est un ouvrage de référence essentiel à avoir si vous possédé un chat. Il ne vous protégera pas contre toutes les circonstances (j’avais l’ouvrage entre les mains et cela n’a pas empêché mon adorable Saya de trépasser) mais les informations qu’il contient vous seront sûrement utiles. Un excellent ouvrage.

Guide des premiers soins pour votre chat : tout ce que vous devez savoir en cas d’urgence, par Jennifer Parker. Paris: Broquet, 2021. 192 pages, 23 cm, $C 24.95, ISBN 978-2-89654-666-4, Pour lectorat adolescent (12+). [Voir aussi la couverture arrière] stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWorldCat ]

© 2021 Hachette Livre, Marabout pour l’édition française. © 2021 Broquet Inc pour l’édition canadienne-française.

Capsules

Comprendre les migraines

ComprendreLesMigraines-CovJ’aime bien cette défunte collection car elle présente ses différents sujets de façon ordonné et clair. Quand on souffre d’un problème on est heureux de trouver les informations essentielles présentées d’une façon simple et concise. Dans ce cas-ci on nous explique qu’est-ce qu’une céphalée, quel sont les différents types de migraines, leurs déclencheurs et comment vivre avec selon le genre de patients. Malheureusement, avec les migraines il n’y a pas de solution facile (ni miraculeuse)… C’est un peu décourageant mais cela m’a tout de même donné quelques pistes à suivre…  

Comprendre les migraines, par Anne MacGregor. Montréal: Modus Vivendi (Coll. Médecine Familiale), 2006. 184 pages, 12 x 19 cm, $C 9.95, ISBN 978-2-89523-438-8, Pour lectorat adolescent (14+). [Voir aussi la couverture arrière] stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Family Doctor Publications 2000-2006

Capsules

Bambi : l’histoire d’une vie dans les bois

Bambi-covJ’ai découvert cette nouvelle édition dans un article de Paris-Match (#3733, p. 33) et j’en ai même brièvement parlé l’an dernier. Je l’ai fait acheté par ma bibliothèque — c’est surtout mon épouse qui l’a lu car moi je n’ai eu le temps que de la feuilleter. 

Considéré comme un conte pour enfant (9 à 12 ans) à cause du film de Disney (sortie en 1942) ce livre est actuellement un roman animalier pour adulte écrit en 1923 par Félix Salten, un auteur autrichien. Le titre original est Bambi: Eine Lebensgeschichte aus dem Walde (le nom “Bambi” viendrait de bambino, qui veut dire “enfant” en italien). Étrangement, il fut banni par les nazis qui y voyaient une allégorie politique sur le traitement des juifs en Europe. Ce symbolisme n’est pas vraiment évident à la lecture mais cela reste tout de même un long récit dramatique, trop sérieux et volumineux pour être approprié pour un jeune lectorat. Malgré une histoire qui transpose clairement des connotations autobiographiques et un ton sombre qui reflète l’inquiétude de sa communauté, le récit de Salten en bout du compte est empreint de pacifisme et d’optimisme. Tout cela est bien remis en contexte par les préfaces de Maxime Rovere et de Benjamin Lacombe ainsi qu’une postface qui commente la nouvelle traduction par Nicolas Waquet.

Si c’est le récit de Salten qui vous intéresse, il peut être trouvé facilement et à peu de frais en format électronique (Project GutenbergKindleKobo) mais ce qui rend cette édition intéressante ce sont les superbe et très nombreuses illustrations de Benjamin Lacombe. Un ouvrage qui mérite définitivement que l’on s’y attarde…

Bambi: l’histoire d’une vie dans les bois, par Félix Salten, illustré par Benjamin Lacombe. Paris: Albin Michel, novembre 2020. 176 pgs. 22.7 x 30.7 cm, 29.90 € / $C 44.95. ISBN 9782226450210. Pour lectorat adolescent (12+). [Voir aussi la couverture arrière] stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2016, Éditions Payot & Rivages pour la traduction en langue française. © 2020 Albin Michel Jeunesse pour la présente édition.

Capsules

[ Translate ]

Yawara ! Vol. 1

Yawara-1-cov“Depuis toute petite, Yawara Inokuma a été entraînée par son grand-père Jigorô Inokuma, un champion de judo, qui voit en elle une future star de la discipline.  Il a été annoncé que les JO de Barcelone accueilleraient enfin la discipline féminine dans la compétition. Jigorô rêve donc de faire de sa petite-fille la première championne olympique féminine de judo. Mais contrairement aux attentes de son aïeul, la jeune fille ne rêve que de mode, d’amour, d’idol… Bref, elle n’aspire qu’à une vie d’adolescente ordinaire, loin des entraînements et des compétitions. Mais c’est sans compter son talent inné pour le judo, que son entourage ne lui permettra pas d’oublier…!”

[Texte du site de l’éditeur; voir aussi la couverture arrière]

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Yawara-1-p008

Vol. 1, Page 8

Yawara! (やわら!) est la seconde série de manga — et la plus longue — écrite et dessinée par Naoki Urusawa. Elle a été originalement sérialisé dans le magazine hebdomadaire seinen Big Comic Spirits entre avril 1987 et octobre 1993 avant d’être compilé en vingt-neuf volumes chez Shōgakukan. La série a remporté en 1990 le 35e prix Shōgakukan dans la catégorie générale. Elle a été adapté au cinéma par Kazuo Yoshida (Toho) ainsi qu’en une série d’animation télévisée de cent-vingt-quatre épisodes, produite par le Studio Madhouse et réalisée par Hiroko Tokita, qui fut diffusée sur chaîne NTV entre octobre 1989 et septembre 1992. Si deux chapitres ont été traduit en anglais dans les numéros 26 et 27 de Mangajin en mai/juin 1993, la série n’a pour l’instant été traduite qu’en Catalan, Chinois, Indonésien et, bien sûr, Français. Six volumes sont paru jusqu’à maintenant dans l’édition française (une édition de luxe qui devrait comprendre vingt volumes) et un septième devrait paraître en janvier 2022.

Yawara Inokuma est une jeune japonaise qui aspire à une vie ordinaire d’adolescente: finir son secondaire, sortir avec ses amies pour faire du magasinage et éventuellement se trouver un petit copain. Toutefois son grand-père, Jigorô Inokuma — ex-champion de judo japonais, a pour elle une toute autre ambition: l’entraîner pour en faire la championne féminine de judo aux Jeux Olympiques ! Il faut cependant garder cet entrainement secret ce qui rend la vie de Yawara plutôt compliquée. Malheureusement, un incident où elle intercepte un voleur révèle son talent ce qui lui causera d’être traquée par un journaliste sportif et lui créera une rivale acharnée. Sa participation aux compétitions deviendra dès lors inexorable…

Yawara-1-p009

Vol. 1, Page 9

Présenté comme un manga pour jeune adulte (Seinen), cette histoire a pourtant plusieurs des caractéristiques du Shōnen… mais avec une héroïne (ce qui normalement en aurait fait un manga pour filles, un Shōjo)! En effet, le récit suit la structure narrative du nekketsu où le personnage principal (généralement un jeune garçon naïf avec un talent particulier) évolue et devient plus mature au travers d’une série d’épreuves ou de combats contre plusieurs adversaires de plus en plus forts, en quête d’un objectif jugé impossible. Ainsi, Naoki Urasawa démontre encore une fois son grand talent car non seulement il confond les styles mais il mélange aussi les genres en doublant un récit sportif d’une comédie romantique.

Je suis très heureux de pouvoir enfin lire cette oeuvre de jeunesse d’un mangaka que j’admire déjà beaucoup (j’ai déjà lu Master Keaton, 20th Century Boys et Mujirushi — et j’ai bien hâte de m’attaquer aussi à ses autres chefs-d’oeuvres comme Happy!, Monster, Pluto ou Billy Bat !). Un grand merci aux éditeurs de Kana d’entreprendre cette longue série — je soupçonne d’ailleurs qu’ils aient volontairement synchronisé la sortie de ce manga avec l’approche des Olympiques de Tokyo. Dans l’ensemble, Yawara est un très bon manga. C’est assez bien dessiné, dans un style clair et précis mais tout de même assez classique, et la narration est excellente. Cela se lit donc très bien et offre une lecture très agréable que je recommande fortement. J’ai bien hâte de lire la suite…

Yawara t. 1, par Naoki Urasawa. Bruxelles: Kana, septembre 2020. 310 pages, B&W (23 pages en couleurs ou bichromie), 14.8 x 21 cm, 15.00 € / $C 26.95, ISBN 978-2-5050-8495-2, Pour un lectorat adolescent (12+). Extraits disponibles. stars-3-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2013 Naoki Urasawa / Studio Nuts. All right reserved. © Kana (Dargaud-Lombard) 2020 pour l’édition française.

[ Translate ]

Your name., vol. 1-3

YourName-v1-covLa rencontre improbable de deux êtres. Mitsuha, une jeune fille élevée dans une famille traditionnelle, s’ennuie dans ses montagnes natales et voudrait connaître la vie excitante d’une grande ville. À Tokyo, Taki est débordé, entre le lycée, son travail à temps partiel et ses amis. 

Un jour, Mitsuha rêve qu’elle est un jeune homme à Tokyo, tandis que Taki se voit en rêve dans la peau d’une adolescente du Japon rural… Contre toute attente, leurs rêves respectifs sont devenus réalité : leurs corps se sont échangés et chacun vit la vie de l’autre ! 

Attirés de façon inexplicable, Mitsuha & Taki vont tout faire pour se retrouver bien que le temps et l’espace semblent les séparer…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 1, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), juillet 2017. 176 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3586-2. Pour lectorat adolescent (14+).

YourName-v2-covLe destin se met en marche. 

“Je suis impatiente de voir la comète”. 

L’échange des corps s’est arrêté. Taki, désemparé, cherche un moyen de joindre Mitsuha. À l’aide des photos qu’il a vues à l’exposition Nostalgie, il essaie de retrouver l’endroit où Mitsuha pourrait vivre dans l’espoir de partir la retrouver…”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 2, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), Août 2017. 164 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3697-5. Pour lectorat adolescent (14+).

YourName-v3-covDeux être liés.

Il faut sauver Itomori ! Afin que Mitsuha et tous les habitants échappent à la chute de la comète Tiamat, Taki met en œuvre le plan d’évacuation de la ville avec Tessie et Sayaka. Il est prêt à tout pour la protéger. Mais pourra-t-il enfin la retrouver ?

Un dernier tome plein d’émotions.

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Your Name. Vol. 3, par Makoto Shinkai (scénario) et Ranmaru Kotone (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), octobre 2017. 168 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-3815-3. Pour lectorat adolescent (14+).

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Your Name. (君の名は。/ Kimi no Na wa. / lit. “Quel est ton nom?”) a été sérialisé dans le mensuel Comic Alive entre mai 2016 et janvier 2017 avant d’être compilé en trois volume chez Media Factory. C’est l’adaptation en manga du dessin animé du même titre par Makoto Shinkai. L’adaptation est par Shinkai lui-même et le manga est dessiné par Ranmaru Kotone. Le manga a été traduit en anglais chez Yen Press et en français chez Pika. Cette histoire a également été adapté en roman (publié en juin 2016 chez Kadokawa et traduit en français chez Pika Roman) et il existe même un projet d’adaptation en film (chez Paramount Pictures, produit par J. J. Abram et écrit par Eric Heisserer). 

C’est sans doute mon histoire préféré de Makoto Shinkai. Encore une fois c’est un récit de rencontre entre deux adolescents mais, si il débute sur une thématique plutôt clichée — l’échange corporel, l’histoire devient rapidement captivante et se conclue d’une façon très puissante. 

Mitsuha vit dans un village de campagne perdu dans les montagnes Hida de la préfecture de Gifu et elle rêve de se retrouver à Tokyo. À l’opposé, Taki est un jeune tokyoïte timide qui étouffe dans la grande ville. Ils n’ont rien en commun et pourtant un destin fantastique va entrecroiser leur existence. Un bon matin, Taki se réveille dans le corps de Mitsuha. Il est déstabilisé au début car il ne connait rien de la vie de la jeune fille et ses parents et amies se demandent bien ce qui lui arrive. Mais il apprend vite et réussi à s’adapter à cette nouvelle vie car cette échange se produit presque tous les jours. Simultanément, Mitsuha se retrouve dans le corps de Taki à Tokyo et apprends peu à peu la routine du jeune garçon à l’école et à son petit travail de serveur dans un café. Les deux adolescents se croisent dans leur corps et ne se rencontre jamais. Toutefois, ils se laissent des notes sous forme de journal dans leur téléphones et apprennent ainsi à se connaitre et, avec le temps, à s’apprécier. Ils vont apprendre l’un de l’autre. Taki réussi à sortir avec une collègue de travail, Miki, qu’il aime bien. Mitsuha est occupé à se préparer pour un festival alors qu’une comète se montre dans le ciel japonais. C’est alors que tout échange et toutes communications cessent entre les deux adolescents. 

Taki devient obsédé avec l’idée de retrouver Mitsuha. À travers ses souvenirs et son expérience dans le corps de la jeune fille, il parvient à retracer son village, Itomori. Toutefois, il découvre avec horreur que ce dernier a été entièrement détruit trois ans  auparavant lorsqu’un morceau de la comète Tiamat, transformé en météorite, s’est écrasé sur terre, tuant le tiers de la population du village! Qu’est-il arrivé à Mitsuha? Est-ce que la communication a cessé parce qu’elle est morte? Est-ce que Taki communiquait avec un fantôme? Était-elle parmi les survivants? Il décide de se rendre sur le site du cratère pour investiguer. Il tente ainsi  de rétablir la communication, au delà de l’espace et du temps, pour retrouver celle qu’il a appris à aimer…

Ce manga nous offre une excellente histoire, et même si le graphisme n’a pas la majesté de l’animation de Makoto Shinkai, le dessin de Kotone est tout de même très beau. C’est une lecture très agréable et divertissante qui nous fournis de bons moments. Je vous le recommande. stars-4-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ Amazon • GoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Ranmaru Kotone 2016.  ©2016 Toho Co Ltd / Comix Wave Films / Kadokawa Corporation / East Japan Marketing & Communication Inc / Amuse Inc / Lawson HMV Entertainment Inc.

[ Translate ]

Les enfants du temps, vol. 1-3

EnfantsDuTemps-1-cov“Hodaka, un jeune lycéen, fugue de son île natale pour tenter sa chance, seul à Tokyo. Sans argent ni emploi, il tente de survivre dans la jungle tokyoïte et trouve un job dans une revue dédiée au paranormal. Sous les pluies incessantes dont la métropole est victime, Hodaka est dépêché pour enquêter sur l’existence d’une “fille-soleil”, capable de dissiper les nuages et d’appeler de ses voeux le soleil. Peu convaincu par cette légende urbaine au début, le garçon va changer d’avis après sa rencontre avec la jeune Hina…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 1, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), juillet 2020. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5729-1. Pour lectorat adolescent (14+).

EnfantsDuTemps-2-cov“Hodaka, un jeune lycéen, fait une fugue à Tokyo où il rencontre Hina, une jeune fille dotée du mystérieux pouvoir de dissiper les nuages de pluie et d’apporter le beau temps. Avec Nagi, le petit frère de Hina, ils montent un commerce pour vendre ses services en tant que “fille-soleil”. Ces prestations rencontrent un franc succès et Hodaka est rassuré d’avoir enfin trouvé sa place dans la grande ville. Mais certaines réalités menacent leur petit nuage…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 2, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), octobre 2020. 196 pages, 13 x 18 cm,  7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5789-5. Pour lectorat adolescent (14+).

EnfantsDuTemps-3-cov“À Tokyo, Hodaka, un jeune fugueur, rencontre Hina, dotée du mystérieux don de dissiper la pluie et d’apporter le soleil, et son petit frère, Nagi. À trois, ils arrivent à créer leur petit coin de paradis dans la métropole… Mais les réalités du monde les rattrapent, les poussant à fuir : les services sociaux et la police sont désormais à leur poursuite alors que Hina se doit de payer le prix de son formidable pouvoir…” [Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Les enfants du temps, vol. 3, par Makoto Shinkai (texte) et Wataru Kubota (dessin). Vanves: Pika Édition (Coll. Shônen), mars 2021. 192 pages, 13 x 18 cm, 7 € 50 / $C 12.95, ISBN 978-2-8116-5982-0. Pour lectorat adolescent (14+).

(Attention, lire l’avertissement de possible divulgacheurs)

Les enfants du temps – Weathering with you (天気の子 / Tenki no Ko / lit. “Les enfants météo”) a été serialisé dans Afternoon magazine entre juillet 2019 et août 2020 avant d’être compilé en trois volumes chez Kodansha (en novembre 2019, juin 2020 et octobre 2020). C’est l’adaptation en manga du dessin animé par Makoto Shinkai. Ce dernier, qui avait auparavant aussi adapté cette histoire en roman (paru chez Kadokawa en juillet 2019, traduit en anglais chez Yen Press et en français chez Pika en mars 2020) signe lui-même l’adaptation qui est illustrée par Wataru Kubota.

Je croyais avoir vu tous les films de Makoto Shinkai mais quand j’ai commencé à lire le manga je me suis rendu compte que cette histoire ne m’était pas familière. Cela a rendu la lecture encore plus intéressante. Car quand on ne sait pas où va le récit nous sommes encore plus impatient de découvrir le sort des protagonistes. Dans ce cas-ci, un adolescent en fugue fait la rencontre d’une jeune fille qui a le talent de faire apparaître le soleil. C’est pratique à une époque où les changements climatiques font qu’il pleut presque tout le temps. Hodaka lui propose d’utiliser son talent pour partir en affaires: vous planifiez un événement spécial en plein air (que ce soit un party d’anniversaire ou une partie de baseball) pour lequel vous voudriez du beau temps? Pour une modique somme d’argent Hina, la “fille-soleil”, peut vous garantir l’apparition du soleil. Malheureusement, l’utilisation de son pouvoir a un coût et Hina disparait peu à peu. Malgré qu’il soit recherché par la police, Hodaka fera tout ce qu’il peut pour la retrouver et la faire réapparaitre…

Shinkai raconte toujours des histoires de rencontres. Je dois toutefois avouer ne jamais avoir porté trop d’attention à ses récits car ce qui me fascine chez lui c’est surtout la qualité, le réalisme, la richesse de ses dessins et de ses animations. Ah, ces nuages! Une histoire sur la météo et la pluie est très propice pour mettre en valeur son talent. Mais est-ce le cas pour ce manga? Si le dessin de Wataru Kubota est détaillé et très beau, il n’est en rien comparable à celui des anime de Shinkai. J’ai donc été un peu déçu et j’ai dû me concentrer un peu plus sur le récit plutôt que le style. L’histoire est très belle mais un peu mince et trop longue pour un manga de près de six-cent pages… Cela reste une bonne adaptation de l’anime car c’est tout de même un manga intéressant et divertissant. À lire surtout pour les amateurs de Makoto Shinkai. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 2019 TOHO Co. Ltd / Comic Wave Film Inc. / STORY Inc. / Kadokawa Corporation / JR East Marketing & Communications, Inc / vogue ting co., ltd / Lawson Entertainment Inc. © Kubota Wataru / Kodansha ltd. All rights reserved.

[ Translate ]

Bob Morane: L’Oeil du samouraï

BobMorane-OeilDuSamourai-cov“Un silence aussi absolu, c’était tout de même étrange pour un établissement comprenant des dizaines de chambre comme l’hôtel Shubashi non loin de Tokyo. “Bizarre tout ça ! Murmura Morane en pyjama. J’aimerais comprendre ce qui se passe.” Il enfila un peignoir, gagna l’ascenseur et descendait au rez-de-chaussée. Le hall était désert. “Il y a quelqu’un ?” C’est alors qu’on coupa le disjoncteur. Tout se passa très vite. Les agresseurs étaient nombreux. Bob se défendit comme au beau diable mais un coup de matraque le frappa à la nuque et il sombra dans l’inconscience. Pour une fois que Bob et Bill avaient décidé de prendre de vraies vacances !”

[Texte d’un site de fan; voir aussi la couverture arrière]

J’ai trois album de BD des aventures de Bob Morane (9: Le secret des sept temples, 17: L’oeil du samouraï et 20: Les géants de Mu) et je décide donc [avant de me réattaquer à ma pile de tsundoku] d’en lire un p’tit dernier (après avoir aussi lu un roman et deux volumes d’intégrale du Lombard: #3 & #4) pour rendre hommage à son créateur, Henri Vernes, décédé en juillet dernier. Cet album, originellement sérialisé en 1972 dans les numéros 1409 à 1431 du magazine Femmes d’Aujourd’hui,  a été compilé chez Dargaud en 1973, puis ré-édité plusieurs fois chez Dargaud, Le Lombard et Altaya. Il ne semble plus disponible que dans les intégrales (J’ai acquis mon exemplaire vers la fin des années soixante-dix).

BobMorane-OeilDuSamourai-p003Nos héros sont (encore une fois) en vacances, cette fois au Japon, et se retrouve par hasard (encore une fois) au beau milieu d’une intrigue d’espionnage. Morane vient en aide à une jeune et charmante serveuse nippone, ce qui lui faudra sa sympathie et lui sauvera la vie plus d’une fois. Tous les occupants d’un hôtel sont enlevé par une société secrète, L’Oeil du Samouraï, car parmi eux se cache un agent des services secrets américains qui doit transmettre à ses collègues japonais des informations sur la secte — celle-ci désire bien sûr empêcher cette transaction. Malheureusement pour eux, Morane réussi à s’échapper, fait sa propre enquête sur la secte et déjoue tous leurs plans!

Cette histoire pourrait avoir été inspiré par un incident réel: en novembre 1969 une cinquantaine de membre du Sekigun-ha (Faction Armée Rouge Japonaise) s’étaient réuni dans un refuge du col Daibosatsu pour s’entrainer et préparer l’enlèvement du premier ministre Satō. La place est prise d’assaut par la police et plusieurs terroristes sont arrêtés. Un événement similaire s’est produit en février 1972, alors que des membres du Rengō Sekigun (l’Armée rouge unifiée) se sont barricadés dans un chalet du mont Asama avec une otage.

C’est bien dessiné (quoique cette fois-ci le trait de Vance m’apparait bien ordinaire et la coloration inadéquate) mais, comme toujours, le récit est un peu faible, les personnages sont stéréotypés, l’intrigue est simpliste, répétitive et pas toujours très crédible. Néanmoins, c’est une histoire de Bob Morane, du récit d’aventure pour adolescent, alors il ne faut pas trop chercher la profondeur. L’important c’est que ce soit une lecture agréable et divertissante. À lire pour les amateurs nostalgiques du commandant Morane.

Bob Morane: L’Oeil du samouraï, par Henri Vernes (texte) et William Vance (dessin). Neuilly-sur-Seine / Montréal : Dargaud, octobre 1975. 48 pages, , ISBN 2205007017. Pour un lectorat jeunesse (9+). stars-2-5

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

© Dargaud Éditeur 1973

[ Translate ]

Bob Morane: Les géants de mu

BobMorane-LesGéantsDeMu-cov“L’Ile de Pâques et ses statues n’ont pas révélé tous leurs secrets. Bob Morane et Bill Ballantine s’en rendront compte quand, entraînés dans l’empire englouti de Mu, ils devront combattre le Maître des Abîmes et ses moai humains. Sous les regards de velours de la belle princesse Rapa-Nui….”

[Texte d’un site de fan; voir aussi la couverture arrière]

Morane et Ballantine sont en vacances à l’Île de Pâques lorsque les statues s’animent et qu’ils sont capturé par des bulles de lumières qui les entraînent dans les profondeurs de l’océan. La charmante reine des cités engloutis de Mu,  Rapa-Nui, appel à l’aide le prince Raah-Mu (dont Morane est le sosie) pour combattre le démon Rubor venu d’une autre dimension dans son vaisseau spatial en forme de cathédrale. 

Cet album a connu de nombreuse rééditions mais il ne semble plus disponible maintenant autrement que par l’intégrale. J’ai dû acquérir ma copie vers la fin des années soixante-dix. Ayant été très déçu des albums dessinés par Gérald Forton, j’étais très curieux de voir de quoi ceux dessiné par William Vance avait l’air. Comme je m’y attendais c’est effectivement beaucoup mieux. C’est plus dans la ligne de ce que l’on retrouvait comme BD dans les années soixante-dix (comme ce que faisait Mézières par exemple) alors que le style de Forton faisait vraiment années soixante (voir cinquante!). N’ayant plus rien à redire sur le dessin, c’est la faiblesse des scénarios d’action, à l’intrigue simpliste et à la cohésion un peu lousse, qui se fait le plus remarquer.   

Si on ne recherche pas trop de profondeur cela reste une lecture agréable et divertissante. Je dois même dire que ce serait presque lovecratien comme récit si Rubor ne ressemblait pas à un polichinelle! À lire pour les amateurs nostalgiques du commandant Morane.

Bob Morane: Les géants de mu, par Henri Vernes (texte) et William Vance (dessin). Bruxelles: Éditions du Lombard, mars 1975. 46 pages, ISBN 2-8036-0271-7. Pour un lectorat jeunesse (9+).stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ GoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© 1975 Les Éditions du Lombard

[ Translate ]

Bob Morane Intégrale 4

BobMoraneIntégrale-4-cov“Polytechnicien, polyglotte, ex-commandant d’aviation, bourlingueur au grand coeur, séducteur, Bob Morane traque le mal sous toutes ses formes et sous toutes les latitudes. Et il peut toujours compter sur l’aide de son plus fidèle ami, le colosse écossais Bill Ballantine… Retrouvez les aventures de l’aventurier en bande dessinée dans une intégrale chronologique.

Créé en 1953 par Henri Vernes, Bob Morane a déjà vécu plus de deux cents aventure. Depuis 1960, soixante-six d’entre elles ont été adaptées en BD. Elles ont été successivement dessinées par Dino Attanasio, Gérald Forton, William Vance et Coria.

Les voici pour la première fois réunies dans une intégrale qui reprend les épisodes dans l’ordre chronologique de leur publication. Avec, dans chaque volume, un dossier évoquant en textes, illustrations et photos, l’histoire d’une série devenue mythique pour plusieurs générations de lecteurs.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Cette quatrième compilation nous offre cinq récits de bande dessinée:

Le Secret des sept temples

En vacance dans un hôtel de Felicidad-city en Amérique Centrale, Bob Morane offre d’échanger sa chambre avec celle de Rose Sunday car la climatisation dans la chambre de la jeune et charmante journaliste ne fonctionne pas. Le soir même, on frappe à la porte de Morane et un homme tombe mourant sur le seuil avec l’avertissement qu’il y a du danger aux Sept Temples. Morane trouve sur l’homme une carte montrant les sept affluants du fleuve Rio Spirito Malo et l’emplacement de sept temples Maya. Morane et Ballantine décident d’aller investiguer. Après maintes difficultés et avoir rencontré la journaliste en cour de route, ils découvrent que l’Homme aux Dents d’Or utilise les souterrains reliant les temples pour établir une base de missiles nucléaires pour un ennemi de l’Amérique… [54 planches prépubliées dans les numéros 1044 à 1070 de “Femmes d’Aujourd’hui” (6 mai au 4 novembre 1965) et compilé en album chez Dargaud en 1968]

La Rivière de perles

En magasinant des antiquités dans le quartier chinois de San Francisco, Morane et Ballantine sont drogués et puis accusé d’un vol dans une bijouterie. Bill est arrêté par la police. Avec l’aide d’une charmante journaliste nommée Nathalie Wong, Bob va faire sa propre enquête afin de découvrir les vrais criminels et d’innocenter Bill… [21 planches prépubliées dans les numéros 288 à 292 de “Pilote” (29 avril au 27 mai 1965) et compilé en album chez Deligne en 1980] 

La Couronne de la Golconde

BobMorane-CouronneDeLaGolgonde-p096

Page 96 (Intégrale)

Au cours d’une croisière dans l’Océan Indien, Morane fait la rencontre de Savadra Diamond, la jeune héritière anglaise du Rajah de Phali, un petit royaume au nord d’Hyderabad. Son père est mort en lui laissant les secrets du trésor des anciens Sultans de Golconde, convoité par plusieurs dont la nouveau souverain de Phali, Rajah Singh, ainsi que Monsieur Ming et ses Dacoïts! Morane ne peut résister au défi de venir en aide à une demoiselle en détresse ! [20 planches prépubliées dans les numéros 294 à 298 de “Pilote” (10 juin au 8 juillet 1965) et compilé en album chez Deligne en 1980]

La Chasse aux dinosaures 

La mari de Carlotta, le richissime Frank Reeves, a disparu d’en d’étranges circonstances et celle-ci demande à Morane et Ballantine de le retrouver. Ils se rendent à Miami, puis à Los Angeles pour suivre sa piste qui les mène dans un hangar où git une étrange machine. L’agent du FBI Michael Spring, Carlotta, Bob et Bill inspectent la machine lorsque Bill pousse un bouton qu’il n’aurait pas dû… et ils se retrouvent tous en pleine préhistoire. Car il s’agit d’une machine à voyager dans le temps! Ils poursuivent leur recherche pour Frank tout en affrontant des monstres préhistoriques. Tout est perdu lorsqu’une éruption volcanique détruit la machine… Mais comme toujours, nos héros sont sauvé in extremis… [20 planches prépubliées dans les numéros 313 à 317 de “Pilote” (21 octobre au 18 novembre 1965) et compilé en album chez Parallax en 1988]

La Malédiction de Nosferat

Recevant un appel à l’aide de leur  amie Angelina Nosférat, Morane et Ballantine se rendent en Sildavie, dans les Karpathes. Arrivé aux château ancestral de la famille Nosférat, nos amis reçoivent un accueil plutôt froid alors que Angelina nie leur avoir envoyé une lettre. Sentant le subterfuge, Morane et Ballantine explorent le château pour découvrir la vraie Angelina enfermée dans une oubliette et que Monsieur Ming (l’Ombre Jaune) et ses Dacoïts ont investi la place à la recherche de l’Immortalité et de la pierre philosophale… [16 planches prépubliées dans les numéros 386 à 390 de “Pilote” (16 mars au 13 avril 1967) et compilé en album chez Deligne en 1979]

Pour rendre hommage à son créateur décédé en juillet dernier, je continue de relire quelques vieilles aventures de Bob Morane…

Décidément cette série de bande dessinées belge basée sur les romans et les nouvelles de Bob Morane par Henri Vernes ne tient pas en place ! Elle a été illustré par quatre artistes différents (d’abord Dino Attanasio, puis Gérald Forton et William Vance puis finalement Coria), dont les récits sont parues en prépublication dans pas moins de cinq périodiques (dans Femmes d’aujourd’hui entre 1959 et 1975 [14 récits], dans Bayard en 1960 [un seul récit], dans Pilote de 1965 à 1970 [6 récits], dans Tintin de 1975 à 1988 [18 récits] et finalement dans Hello BD de 1990 à 1993 [4 récits]) pour être finalement compilées en albums par cinq différents éditeurs (les Éditions Marabout, Dargaud, Le Lombard, Michel Deligne et Claude Lefrancq) ! Mais ce n’est pas tout: on a tenté récemment chez le Lombard de relancer la série avec des scénarios originaux (par Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray) et des illustrations de Dimitri Armand. Après la parution de deux tomes en 2015-16, sous le titre Bob Morane – Renaissance, la série est abandonnée… mais sera reprise chez les éditions Soleil avec un scénario de Christophe Bec et Éric Corbeyran, et un dessin de Paolo Grella !

Toutes ces histoires publiées dans le désordre par plusieurs éditeurs rend la série difficile à suivre. Heureusement, les éditions intégrales mettent un peu d’ordre dans tout cela. Il y a d’abord l’intégrale en seize volumes publiée conjointement par Dargaud et Le Lombard (1995-2004) mais les albums sont regroupé de façon thématique (Atome & Brouillard, Ombre Jaune et Dragons, etc.) ce qui n’est pas très intéressant. Heureusement, Le Lombard revient à la charge avec une intégrale en dix-sept volumes, cette fois chronologique (2015-2021). On y inclut dans chaque volume un dossier explicatif mais dans les deux volumes que j’ai lu jusqu’à maintenant il s’agit surtout des notes biographiques sur l’oeuvre de Gérald Forton pas toujours reliées à Bob Morane…

Comme ces cinq nouvelles aventures de Morane restent très similaires aux précédentes, pour le gros de mon commentaire, je vous renvoi  donc à ce que j’ai déjà dit au sujet de l’Intégrale 3… Cela nous offre de bons récits divertissants mais dont l’intrigue est un peu trop simpliste et répétitive pour être vraiment apprécié en grande quantité. La faiblesse réside surtout dans le dessin qui est certes classique, ou même vieillot, mais qui a peine à fournir des tons de couleurs agréables à l’oeil particulièrement dans le cas des scènes sombres ou nocturne. Certaines scènes sont carrément horribles (le tyrannosaure ou Carlotta nageant dans la rivière de La chasse aux dinosaures). Un homme, décrit comme grisonnant dans le dialogue, est illustré chauve (plusieurs personnage sont d’ailleurs chauves, ce qui simplifie le dessin j’imagine). Et le scénario des Chasseurs de Dinosaures, que j’ai relu récemment, a été raccourci et modifié pour l’adaptation BD: c’est Daisy, la soeur de Carlotta, qui vient voir Morane à Paris et le Prof. Clairembart a été remplacé par Carlotta dans l’expédition préhistorique. 

C’est somme toute décevant mais c’est fait pour être consommé rapidement, sans trop se poser de questions. Sinon, cela reste une bonne lecture pour les amateurs nostalgique du commandant Morane.

Bob Morane Intégrale 4, par Henri Vernes (texte) et Gérald Forton (dessin). Bruxelles: Éditions du Lombard, octobre 2016. 152 pages, 22.2 x 29.5 cm, 25.50 € / $C 44.95, ISBN 978-2-8036-7005-5. Pour un lectorat jeunesse (9+). Extraits disponibles. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Vernes / Forton / Éditions du Lombard (Dargaud-Lombard S.A.) 2016. © Bob Morane Inc. SPRL 2016.

[ Translate ]