Artemisia absinthium 

IMG_3921

[ Canon PowerShot S5 IS, Jardin Botanique, 2013/06/18 ]

IMG_3922L’Absinthe (appelée wormwood en anglais) est un plante à fleurs, vivace, de la division des Angiospermae (Magnoliophyta), de la classe des Dicotyledonae, de la sous-classe des Asteridae, de l’ordre des Asterales, de la famille des Asteraceae (caractérisée par leurs inflorescences composées de petites fleurs réunies en “capitules”) et du genre Artemisia. Elle forme généralement des arbrisseaux de 50 à 120 cm de hauteur, aux feuilles alternes — d’un “gris verdâtre sur le dessus et presque blanches et soyeuses sur le dessous” — et qui donnent vers la fin de l’été (de juillet à septembre) des fleurs “jaunes, tubulaires, réunies en capitules globuleux”. Le nom latin prendrait son origine dans le grec ancien avec d’une part ἀρτεμισία (artemisía — en référence à la déesse grecque Artemis, patronne de la nature sauvage, de la chasse et des accouchements, ou à la Reine Artemisia, épouse et soeur du roi Mausolus d’Halicarnasse) et d’autre part ἀσπίνθιον ou ἀψίνθιον (aspínthion / apsínthion [possiblement dérivé du Perse] — un goût amer, qui désignait également la plante du même nom). J’en ai vu au jardin botanique mais il y en aurait possiblement dans le parc Frédéric-Back car j’y ai vu de quoi de très similaire…

C’est une plante ornementale qui a de très nombreux usages: elle a des propriétés insectifuges et fongicides (elle repousse, entre autres, les piéride du chou, les pucerons et les acariens), médicinales (en tant que vermifuge, désinfectant, contre les nausées, elle facilite aussi la digestion en calmant l’estomac et évacuant la bile, et stimule le flux sanguin dans la région pelvienne — pour traiter les règles douloureuses ou absentes, ou même avoir un effet abortif) mais elle est surtout connue pour son utilisation en tant qu’aromate ajoutée aux spiritueux (principalement la fameuse liqueur d’absinthe), au vin (surtout le Vermouth mais aussi le vin Pelin en Roumanie) ou au thé (au Maroc). Il faut cependant être prudent car la plante contient une substance toxique, la thuyone, qui en quantité excessive (30~60 mg/kg) peut causer “des vomissements, de la diarrhée, des vertiges, des convulsions” et même la mort.

L’alcool d’absinthe est documenté dès l’antiquité (elle est mentionnée par Pythagore, Hippocrate et même dans le De rerum natura de Lucretius) comme ayant des propriétés médicinales, aphrodisiaque et stimulant la création. On retrouve des vins d’absinthe dès le XVIe siècle mais la recette actuelle (l’absinthe distillée avec des herbes comme l’anis vert et le fenouil) n’apparait qu’au XVIIIe siècle. Elle aurait été inventé en 1792 par le Dr Pierre Ordinaire ou par l’herboriste suisse Henriette Henriod dont la recette est acquise en 1797 par le major Dubied et son gendre Henri-Louis Pernod. Elle est commercialisée dès 1805 par la distillerie Pernod, puis sa préparation traditionnelle est popularisée dès 1830 par les soldats revenant d’Algérie: elle est diluée dans un grand verre avec trois à sept fois son volume d’eau (ce qui “trouble” sa couleur verte) en faisant couler l’eau goutte à goutte sur une cube de sucre placé sur une cuillère percée (pelle à absinthe). Elle acquiert de plus en plus de popularité jusqu’à constituer, en 1870, 90 % des apéritifs consommés en France. La “Fée verte” devient la consommation emblématique de la “Belle Époque” parisienne où ses propriétés psychotropes (voir hallucinogènes) et stimulantes sont appréciées des artistes et intellectuels comme Beaudelaire, Verlaine, Rimbaud, Toulouse-Lautrec, et Van Gogh. Toutefois, ses effets neurotoxiques négatifs génèrent un important mouvement d’opposition des ligues anti-alcooliques et elle est interdite en France (et dans de nombreux autres pays) dès 1915 et Pernod se reconvertit dans le pastis… Sa production est heureusement autorisée à nouveau en 1988 mais en règlementant ses taux de thuyone (provenant de l’absinthe), de fenchone (provenant du fenouil) et de pinocamphone (de l’hysope) à respectivement 35 mg/l, 5 mg/l et 10 mg/l, et en utilisant l’appellation “spiritueux aromatisé à la plante d’absinthe”. En 2010, les producteurs peuvent enfin utiliser la dénomination “absinthe“. Il en existe même des producteurs au Québec. Je serais bien curieux d’y goûter… (Sources: Wikipedia)

[ Translate ]

Images du mer-fleuri [002.021.195]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s