Prince Lao

PrinceLao-01-covDans la haute montagne, Lao passe ses journées à courir après les animaux. Il ne sait pas encore que ces derniers vont devenir ses meilleurs amis après qu’une avalanche ait enseveli son village et sa famille. Recueilli par Chabala, un immense yéti blanc, Lao découvre alors qu’il peut parler le langage des animaux. Un nouveau monde s’offre à lui : de nouveaux amis, des paysages où nul de ses semblables n’a jamais posé le pied… mais aussi une lutte incessante contre la cupidité et la cruauté des humains ! 

Un magnifique conte initiatique en haut des cimes himalayennes.

ATTENTION: Peut contenir des traces de “divulgâcheur” [spoilers]! Les personnes allergiques à toutes discussions d’une intrigue avant d’en avoir eux-même pris connaissance sont vivement conseillées de prendre les précautions nécessaires pour leur sécurité et devraient éviter de lire plus loin! 

PrinceLao-01-p03

T. 1, page 3

Entre Convoi et Koralovski, Philippe Gauckler a produit une bande-dessinée d’aventure pour enfants. Prince Lao est le récit des aventures d’un jeune garçon de sept ou huit ans, fils de bergers nomades qui vivent dans les pâturages himalayens de ce qui apparait être le Tibet. Lorsqu’une avalanche détruit leur campement, Lao se retrouve seul en plein blizzard. Il est recueillit par un gentil yéti blanc nommé Chabala. Ils retournent tous deux sur les lieux du campement ensevelit mais ne trouvent traces de personnes, seulement le coller de jade de Mamidahy, sa grand-mère. Lorsque les amis de Chabala, le léopard des neiges Sheyen et le gypaète géant Mirro, sont capturé par des chasseurs (vraisemblablement chinois car, selon Sheyen, ils “font de plus en plus d’incursions sur notre territoire”), Chabala et Lao partent à leur recherche, se lançant ainsi dans un long périple initiatique qui ultimement permettra à Lao de se découvrir. 

La présence de Chabala confère à Lao une partie de ses pouvoirs et il peut ainsi parler aux animaux. Avec l’aide de plusieurs compagnons d’infortune (les chats siamois Yin et Yan, le panda Zazen, la belette Shépa, la petite humaine Amala et le dompteur Pok), ils retrouvent finalement leurs amis dans le repère des chasseurs, l’île aux Loups. Après quelques péripéties et un combat contre le loup-ours Himal, ils rendent leur liberté à tous les animaux capturés par l’infâme colonel Kayen.

Gauckler nous offre ici un beau conte sous la forme d’une BD dans un format plus traditionnel que Convoi. Le trait est simple et les couleurs à plat sont plus claires et sobres. C’est très agréable à l’oeil. Le récit est fluide et assez dynamique, alors que chaque page se termine sur une sorte de suspense qui nous appel à poursuivre la lecture.  Cela en fait une excellente BD pour enfants (et aussi pour grands).

Prince Lao T. 1: L’Île aux Loups, par Philippe Gauckler. Bruxelles: Éditions Le Lombard, juin 2006. 48 pages, 22.5 x 29.7 cm, 10.60 € / C$17.95. ISBN 9782803621682. Pour lectorat jeune (3+). stars-4-0

Continuez la lecture après le saut de page >>

PrinceLao-02-covLa folle équipée continue ! A peine échappés de l’île aux loups, nos héros survivent à un accident d’avion et échouent en pleine jungle. Ils y découvrent un arbre millénaire, malheureusement parasité par des prédateurs un peu plus modernes — du genre à corrompre des civilisations ancestrales pour quelques billets verts ou… à tenter d’emprisonner un yéti ! Mais Chabala est la seule famille de Lao et il ne repartira pas sans lui !

PrinceLao-02-p03

T. 2, page 3

Dans le deuxième tome, après avoir ramené touts les animaux chez eux, l’hydravion piloté par Pok est frappé par la foudre et s’écrase en pleine jungle (apparemment en Inde). Nos amis (Lao, Amala, Pok, Chabala et Shepa) poursuivent leur périple à pieds et découvrent un arbre géant. Malheureusement, les locaux sont peu sympathique et les aventuriers sont capturés. Avec l’aide d’un jeune garçon nommé Djo, ils s’échappaent mais celui demande leur aide. L’arbre a des propriétés magiques: son énergie permet aux lépreux de guérir, mais Jabadao, le hibou géant qui communique avec l’esprit de l’arbre a été transformé en pierre par le vilain Ser-Pan, le Grand Sorcier de l’arbre. Ce dernier, par pure cupidité, a vendu le bois de l’arbre à des prospecteurs (des Japonais à en juger par leur allure de ninja, leurs Yamas — des robots géants qu’ils utilisent pour le travail forestier — et le fait que leurs mitraillettes fassent “takatakata” !). Avec l’aide d’un troupeau d’éléphants et des Lu (le petit peuple de la forêt) l’ennemi est mis en déroute, Jabadao est guéri et son arbre sauvé!

Avec ce volume, la qualité graphique se maintient mais le récit m’apparait un peu plus léger et faible. Toutefois il est empreint de beaucoup d’humour (par exemple, à la fin, un des Lu invective les prospecteurs étrangers en fuite, les traitant de “xylophage,” une insulte digne du capitaine Haddock !). Gauckler semble aimer faire ce genre de références / hommages à la BD franco-belge.

Prince Lao T. 2: L’Arbre de Jabadao, par Philippe Gauckler. Bruxelles: Éditions Le Lombard, février 2007. 48 pages, 22.5 x 29.7 cm, 10.95 € / C$17.95. ISBN 9782803622405. Pour lectorat jeune (3+). stars-3-0

PrinceLao-03-covAlors qu’il remonte le cours du fleuve en compagnie de Chabala et Shépa, le Prince Lao fait une découverte capitale: sa famille et sa tribu pourraient avoir survécu à l’avalanche fatale ! C’est en partant à leur recherche que la petite troupe va faire la connaissance de Gésitt, une parente de Shépa, Tisha et Dam Sonam, «celle qui sait». Dans les entrailles de leur château, est tapi un diamant unique en son genre, prétendument capable de contrôler les dragons. De quoi susciter des convoitises…

PrinceLao-03-p03

T. 3, page 3

Dans le troisième tome, récit redevient plus sérieux. Alors qu’ils reviennent vers les cimes himalayennes, Lao apprends que la plupart des nomades de son campement ont pu échapper au désastre et que les membres de sa famille sont probablement toujours vivant. Lao presse le pas et ils prennent un raccourcis à travers une grotte. Là, ils découvrent la bibliothèque de pierre qui rassemble les écrits les plus précieux de toutes les régions de l’Himalaya. Elle est gardé par le chat Tisha et la belette savante Gésitt. Ceux-ci les guide vers le monastère de la citadelle des neiges où ils rencontre Dam Sonam, une jeune fille paralysée qui a été blessé lorsqu’elle a fuit son royaume lorsqu’il a été envahit. Elle emportait avec elle la statue du dragon Dragondo, qui cache un diamant noir très précieux. Mais dans la nuit, une troupe de pirates et de babouins kidnappe Gésitt et vole le diamant noir. Chabala réussit à éteindre l’incendie qui menace le monastère et à sauver Gésitt mais les envahisseurs se sauvent avec la diamant! Il est la clé qui donne accès à l’oeuf de Jade de Dragondo, qui réalise tout les souhaits et c’est pour cela qu’il est convoité par le tyran Qing Qong qui désir l’immortalité! Lao et sa troupe sont rejoint par Sheyen et Mirro qui annoncent avoir retrouvé les parents de Lao!

La qualité graphique se maintient toujours avec ce troisième tome mais le récit est un peu ténu. Il ne se passe pas grand chose, des éléments de l’histoire, comme la bibliothèque de pierre et la longue poursuite après les pirates, sont superflus et semblent n’être là que pour remplir des pages… Je sens comme une sorte d’hommage à Dragonball… Et puis le gros méchant en quête d’immortalité fait un peu trop cliché. Toutefois, c’est quand même une belle histoire, bien divertissante.

Prince Lao T. 3: Pirates des cimes, par Philippe Gauckler. Bruxelles: Éditions Le Lombard, février 2008. 48 pages, 22.5 x 29.7 cm, 10.95 € / C$17.95. ISBN 9782803623761. Pour lectorat jeune (3+). stars-3-5

PrinceLao-04-covAprès un long périple, Lao va enfin retrouver son village et ses parents. Mais, avant de mourir, une vieille connaissance a prétendu qu’il serait le prince de la prophétie, celui qui doit réconcilier hommes et animaux. Ainsi, le petit garçon est pressé de retrouver ses frères humains pour connaître la vérité sur ses origines. La joie des retrouvailles est toutefois des plus éphémères. En effet, les troupes du terrible Qing Qong menacent la vallée de Lao. Hommes et animaux pourraient bien être forcés de s’unir plus tôt que prévu…

PrinceLao-04-p03

T. 4, page 3

Dans le quatrième et dernier tome, Lao et ses compagnons s’empressent d’aller retrouver ses parents. En chemin, ils rencontrent Himal, mortellement blessé par le colonel Kayen, qui raconte une prophétie à Lao avant de mourir. Le prince héritier d’un petit royaume, un enfant au coeur pur, délivrera le monde de la malédiction qui rend les hommes hostiles et par ce prodige les animaux et les hommes vivront en paix. Il croit que Lao est cet enfant. Le lendemain, Lao retrouvent sa famille et leur raconte ses aventures. Le soir, alors qu’il est sensé dormir, Lao surprend une conversation où ses parents se demandent comment ils vont lui expliquer qui sont ses vrais parents, alors qu’il est le prince héritier du royaume de Lo, qui n’est plus que ruines. 

Au matin, Shepa et Gésitt se faufilent dans le campement pour annoncer à Lao que Sheyen et Mirro ont retrouvé la piste du diamant noir! Il les rejoint furtivement et se lance à nouveau dans l’aventure. Après quelques jours de marche, ils rejoignent la caverne de Dragondo, qui est sous le feu de canon de Qing Qong. Avec l’aide des Lu, ils trouvent une autre entrée, juste à temps pour voir Qing Qong insérer le diamant dans l’oeuf mais sans succès. Ils sont capturé et découvre que Qing Qong est en fait… Dam Sonam! Son handicap, l’attaque du monastère, tout cela n’était qu’un subterfuge pour attirer Lao car il est le seul à pouvoir utiliser le diamant pour ouvrir l’oeuf. Lao fait l’offrande mais le voeux nose déroule pas comme prévu: la père de Lao, qui les a suivi, tue Dam Sonam d’une flèche. Dragonda accepte l’offrande et Dam Sonam, ses troupes, les Lu, tout le monde disparait et il ne reste plus que Lao, ses amis et son père. Celui-ci explique qu’il est son vrai père et que toute la famille royale s’est caché au sein des bergers afin d’échapper aux persécutions. Grâce à Lao, le moment est venu de reconquérir le royaume! 

Cette BD est toujours aussi belle et intéressante mais je ne peut pas m’empêcher d’être déçu car la fin est un peu brutale et précipitée. Toute l’intrigue se règle dans les trois dernières pages (qui contiennent d’ailleurs beaucoup de textes). Et l’étoile mentionnée dans le titre n’apparait, un peu gratuitement, que dans la dernière case! Et il y a aussi quelques lacunes dans le récit. Comment ce fait-il que ni Tisha, ni Gésitt, qui étaient pourtant proches de la vérité, n’aient découvert le subterfuge de Qing Qong? Divertissant mais ce genre de rebondissement surprise demeure facile et décevant.

Prince Lao T. 4: L’Étoile d’Alaï, par Philippe Gauckler. Bruxelles: Éditions Le Lombard, mai 2009. 48 pages, 22.5 x 29.7 cm, 10.95 € / C$17.95. ISBN 9782803625208. Pour lectorat jeune (3+). stars-3-0

Somme toute, cette série est assez bien écrite et j’adore ce style plus affiné et les couleurs plus douces et balancées. De toutes évidences, Gauckler a fait beaucoup de chemin depuis Convoi (ce que j’avais déjà remarqué dans Koralovski). Cette évolution et le choix d’un album jeunesse, tient sans doute au travail d’illustration qu’il a fait pour des magazines jeunesses comme Je Bouquine ou le Journal de Mickey.

Le choix d’une thématique sur la famille et sur la protection de la nature est approprié pour une bande-dessiné pour enfant. De plus, l’humour de Gauckler et ses sous-entendus politiques (le “bons” semblant être tibétains et les “méchants” chinois) sauront plaire aussi aux adultes. Gauckler semble avoir un don pour donner des noms amusants (et parfois révélateur de leur caractère) à ses personnages [Shepa = sais-pas, Himal = animal, Kayen = Cayenne, Ser-Pan = serpent, Yama = Yamato, Tisha = ti-chat, Gésitt = guess it, Qing Qong = King Kong, etc.]. Toutefois, il n’est pas à l’épreuve de quelques erreurs dans le récit. Par exemple, son histoire est intitulée “Prince” Lao mais on ne découvre qu’il est vraiment un prince que dans le dernier volume, alors avec ce titre Gauckler vend la mèche trop tôt! Toutefois, on lui pardonne ces quelques bévues puisqu’il nous offre avec son histoire de bons moments de divertissement agréable.

Et maintenant, que nous réserve Gauckler après Prince Lao et Koralovski ? Fort probablement une suite pour cette dernière série. Aucune date de sortie n’a cependant été annoncée pour le moment… Suspense…

© Gauckler / Éditions du Lombard 2006-2009

Pour en apprendre plus sur ce titre vous pouvez consulter les sites suivants:

Amazon • BAnQBiblioGoodreadsGoogleWikipediaWorldCat ]

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s