Bob Morane Intégrale 3

BobMoraneIntegrale3-cov“Polytechnicien, polyglotte, ex-commandant d’aviation, bourlingueur au grand coeur, séducteur, Bob Morane traque le mal sous toutes ses formes et sous toutes les latitudes. Et il peut toujours compter sur l’aide de son plus fidèle ami, le colosse écossais Bill Ballantine… Retrouvez les aventures de l’aventurier en bande dessinée dans une intégrale chronologique.

Créé en 1953 par Henri Vernes, Bob Morane a déjà vécu plus de deux cents aventure. Depuis 1960, soixante-six d’entre elles ont été adaptées en BD. Elles ont été successivement dessinées par Dino Attanasio, Gérald Forton, William Vance et Coria.

Les voici pour la première fois réunies dans une intégrale qui reprend les épisodes dans l’ordre chronologique de leur publication. Avec, dans chaque volume, un dossier évoquant en textes, illustrations et photos, l’histoire d’une série devenue mythique pour plusieurs générations de lecteurs.”

[Texte du site de l’éditeur et de la couverture arrière]

Cette troisième compilation nous offre quatre récits de bande dessinée:

Échec à la main noire

Morane et Ballantine sauvent une jeune femme sur le point de se faire enlever à Paris mais se retrouve rapidement à Venise sur les traces d’un trésor ancestral convoité par une organisation mafieuse! (Prépublié dans l’hebdomadaire néerlandais “Het Laatste Nieuws” sous le titre “Bob Morane zet de onderwereld schaakmat” entre le 15 juin et le 18 septembre 1963 et compilé en album chez Lefrancq en 1992.)

Et le mystère de la zone Z

BobMorane_MystereDeLaZoneZ-covÀ Singapour, Morane et Ballantine viennent à la rescousse d’une jeune femme qui s’est fait enlevée par trois lourdauds qui veulent savoir que fait son père, un zoologiste, dans les monts Batang-Lupar de Bornéo. En effet, un fusée américaine construite avec un métal aux propriétés étranges provenant d’un météorite, s’y est écrasée et une nation rivale convoite ce métal. Morane et ses compagnons s’échappent et se rendent dans la fameuse zone “Z” pour sauver le Professeur Evans. Toutefois, le mystérieux métal a contaminé la forêt qui se transmute peu à peu en métal! Mais la nature apporte souvent ses propres solutions… (Prépublié en 1963 dans les # 931 à 958 de l’hebdomadaire “Femmes d’Aujourdhui” et compilé en album chez Marabout en janvier 1964.)

Et la vallée des crotales

Morane et Ballantine tombent en panne en plein désert du Nouveau-Mexique où ils font la rencontre d’une belle et jeune princesse Apache qui a des problèmes avec un voisin qui convoite ses terres et, possiblement aussi, un trésor ancestral qui s’y cache dans une vallée perdue. Mais le désert dissimule plus que de l’or… (Prépublié en 1963 dans les # 959 à 986 de l’hebdomadaire “Femmes d’Aujourdhui” et compilé en album chez Marabout en janvier 1964.)

L’épée du paladin

Le Professeur Hunter a perfectionné sa machine à voyager dans le temps (voir Les chasseurs de dinosaures) et demande à Morane et Ballantine de la tester car il s’est blessé et ne peut le faire lui-même. C’est l’excuse parfaite pour aller faire un petit saut au Moyen-Âge, où les deux comparses jouent les troubadours auprès d’un belle comtesse, dont un voisin convoite le château, et qui est maudite car elle serait la descendante du traître qui a vendu Roland aux Maures. Un autre petit saut dans le temps pour demander à Charlemagne de prouver fausse cette rumeur et tout est sauvé! Malheureusement, un passager clandestin vole la machine et nos héros se retrouve (encore) abandonné dans le passé… pour se réveiller le lendemain dans leurs propres lits! On croirait à un rêve si ce n’était de l’épée du paladin qui traine sur le plancher de la chambre de Morane… (Prépublié en 1964-65 dans les # 1017 à 1043 de l’hebdomadaire “Femmes d’Aujourdhui” et compilé en album chez Dargaud en septembre 1967.)

Je m’était promis de lire plusieurs Bob Morane pour honorer la mémoire de son créateur, Henri Vernes, décédé récemment. Mais, comme je suis un peu paresseux, après avoir lu un roman j’ai décidé de passer à la lecture des bandes dessinées. J’ai, par la suite, découvert que cela était fort approprié puisque, apparement, dans plusieurs cas, Vernes a écrit en premier lieu le scénario de la bande dessinée et qu’il l’a adapté en roman plus tard… Et les intégrales ont l’avantage d’offrir des dossiers explicatifs en bonus…

BobMoraneIntegrale3-p005

Dossier explicatif

Si après avoir lu un roman j’ai été surpris comment ce genre de récit avait bien tenu la route depuis mon adolescence et que cela demeurait une lecture captivante et divertissante, j’ai par contre été très déçu par la lecture des bandes dessinées. J’ai découvert qu’elles n’offraient que des récits pour adolescent simpliste, formulaïque et que le dessins est carrément horrible. J’imagine que quand on n’en lit qu’un seul c’est bon, c’est divertissant et on est plus enclin à ignorer la simplicité de l’histoire. Toutefois, quand on en lit plusieurs l’un à la suite de l’autre, c’est là que l’on remarque comment la formule du récit est répétitive et simpliste. On s’en lasse rapidement. Il y a toujours une donzelle en détresse (amie, princesse, journaliste, etc., qui devient inévitablement l’intérêt romantique de Morane) qu’il faut aider ou sauver et quand tout semble désespéré Morane utilise ses contacts, ou ceux d’un de ses compagnons, pour se sortir du pétrin d’une façon inattendue (le FBI, l’armée, le roi, la cavalerie, le guide ou chef de tribu qui avait disparu ou que l’on croyait mort, ou même la patrouille du temps)!

Néanmoins, après tout, c’est du récit d’aventure pour adolescent et on ne doit donc pas être trop exigent. Tant que cela nous amuse, nous diverti, que le récit offre une intrigue qui se tient (si on ne la regarde pas de trop près) cela reste une bonne lecture. Bon, il y a parfois de gros trous dans le scénario ou même des bourdes grossières (comment peut-on trouver de l’équipement de plongé sous-marine dans une petite ville en plein désert?!) mais cela est l’appanage de ce genre de récit d’aventure qui est à la limite du Pulp et qui demande un certain niveau de suspension consentie de l’incrédulité

Toutefois, là où le bat blesse c’est au niveau graphique. Le dessin en soi est assez bien tout en étant typique de la BD des années soixante. C’est un peu rigide tant dans la fluidité du récit (les personnages apparaissent un peu trop statique) que dans le découpage (toujours un format de six à dix cases bien égales) mais cela correspondait au style de l’époque. Non, ce qui est terrible (et, ma foi, plutôt laid) c’est surtout la coloration qui est beaucoup trop foncée (surtout les scènes de nuits et les visages quand ils sont ombragés) ! Mais même cela s’améliore tout au long des volumes, puisque c’est moins présent dans le troisième et a pratiquement disparu dans le quatrième… 

À lire si vous êtes curieux, un ado en mal d’aventure ou un vieil amateur nostalgique…

Bob Morane Intégrale 3, par Henri Vernes (texte) et Gérald Forton (dessin). Bruxelles: Éditions du Lombard, juin 2016. 200 pages, 22.2 x 29.5 cm, 25.50 € / $C 44.95, ISBN 978-2-8036-3748-5. Pour un lectorat jeunesse (9+). Extraits disponibles. stars-3-0

Vous trouverez plus d’information sur les sites suivants:

[ AmazonGoodreadsGoogleNelliganWikipediaWorldCat ]

© Vernes / Forton / Éditions du Lombard (Dargaud-Lombard S.A.) 2016. © Bob Morane Inc. SPRL 2016.

[ Translate ]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s